La prophétie de DOHRMAN

Wingmakers: The Dohrman Prophecy – Chapitre LX

The Dohrman Prophecy de James Mahu

Traduction intégrale du livre web

dohrman prophecy

Chapitre 60 – Les Dieux Froids

Hugelitod se tenait immobile tandis que Doriah procédait à certains ajustements. « Comment avez-vous compris cette chose ? »

« Ce n’était vraiment pas dur », dit Doriah. « Cela a exigé un peu d’expérimentation. Un engin comme celui-ci supplie presque pour cela. »

« Peut-être pour vous. Pour moi, elle crierait de rester à l’écart. »

Doriah rit, et resta concentré sur un panneau de leviers qui était construit à la base de la passerelle. Les deux hommes étaient arrivés tôt pour discuter de leurs plans, et tous deux convenaient que Hugelitod devait voyager vers les Dieux Froids.

« Cela fonctionne », expliqua Doriah, « sur un spectre de sons et vous sentirez un picotement dans votre peau quand certaines fréquences sonores vous frapperont. Cela va durer pendant quelques secondes, et ensuite vous perdrez connaissance, c’est pourquoi j’ai besoin de vous allonger. »

Doriah balaya ses bras sur le sol, et Hugelitod suivit ses repères, allongé sur son dos.

« Je deviens véritablement nerveux », dit Hugelitod. « N’oubliez pas que vous m’avez promis que vous ne feriez rien tant que je n’ai pas dit que j’étais prêt. »

Doriah acquiesça. « Bien sûr. J’ai encore quelque chose à vous dire, écoutez attentivement. »

« Après avoir perdu conscience, vous vous réveillerez dans une pièce très différente de celle-ci. Ce sera lumineux et vous serez à l’intérieur d’un nouveau corps- »

« Que voulez-vous dire un nouveau corps ? »

« Votre conscience sera téléportée dans une autre dimension et pendant que vous y serez, vous aurez besoin d’un corps. Vos hôtes, les Dieux Froids, vous fourniront un corps. Ils en ont là en attente pour que des personnes entrent- »
« Quel genre de corps ? »

« Ce sont des organismes synthétiques. Ils sont semblables aux nôtres, mais ils ont de notables différences. D’une part, ils sont beaucoup plus forts. Le processus de la pensée lui-même – en fait de tous les sens – vous semblera plus clair … plus puissant. »

« Vous voulez dire que je serai plus intelligent et plus fort dans ce nouveau corps ? »

« Oui, c’est une de leurs séductions, alors faites attention à ce sujet. Ces corps ont également une capacité de communiquer par télépathie, donc vos pensées seront lues par d’autres, et vous pourrez peut-être lire les leurs aussi, du moins je le pouvais … partiellement. »

« Alors, comment puis-je être un saboteur s’ils peuvent lire dans mon esprit ? »

« Quand vous êtes dans leur monde, faites ce qu’ils commandent. Sinon, ils vous considéreront comme un ennemi. Tout complot sera fait ici et seulement ici. Comprenez-vous ? »

Hugelitod acquiesça. « S’ils me tuent, qu’arrive-t-il à ce corps ? »

« Je ne sais pas, mais je ne pense pas que vous voulez savoir. Donc, vous devez jouer avec eux. Pas de résistance. Pas de pensées rebelles. Et pas de mensonges. Ils détecteront un mensonge avant que vous ne puissiez le couvrir, il faut donc faire preuve de transparence. »

« Et s’ils me demandent quels sont mes plans? Je dois mentir. »

« Nous n’avons aucun plan pour cette raison. »

« J’étais nerveux avant de commencer ce … ce compte rendu. Maintenant, je suis terrifié. »

« Si vous ne voulez pas y aller- »

« Donnez-moi une seconde », dit Hugelitod. « Comment puis-je revenir ? »

« Ils vous renverront quand ils auront fini avec vous, et vous réintroduirez votre corps de la même manière que vous l’avez quitté. Rappelez-vous, ils veulent que vous soyez vous. Ils s’attendent probablement à vous, alors jouez la pièce. Agissez comme quelqu’un qui veut renforcer le pouvoir de l’Église. Qui voudrait diriger l’Église. Laissez-les voir cet aspect de vous. »

« Mais vous venez de dire ne pas mentir. Je ne crois pas à ces choses. »

« Oui, mais vous pouvez leur dire que vous êtes l’assistant de Karnomen et que vous avez l’Étoile du Roi sur le dos. À partir de là, voyez où la conversation va. »

« Avec qui je parlerai ? »

« Je n’ai jamais rencontré leur chef, mais même ceux qui interrogent sont des créatures brillantes, alors soyez prudent. Allez-y doucement. Faites confiance à vos sens. Essayez de les écouter et de parler aussi peu que possible. »
Doriah regarda le panneau de contrôle. « Tout ira bien. Êtes-vous prêt ? »

« Nous ferions mieux de le faire maintenant ou vous ne serez pas en mesure de me retenir. »

Hugelitod avait à peine achevé ses propos quand Doriah bascula un interrupteur et le portail s’activa. Doriah recula et regardait émerveiller le portail illuminé – et un bruit sourd emplissait la chambre. Le bruit changea rapidement d’ampleur, comme s’il recherchait la fréquence appropriée pour Hugelitod, puis il trouva une fréquence et la maintenait. Doriah regardait tandis que les yeux de Hugelitod se fermaient et son corps se détendait dans le néant.
Il pria pour un bon voyage. Il savait que Hugelitod était lui-même un instrument du portail, et maintenant les notes en sourdine de l’humanité résonneraient dans une nouvelle dimension. Celle qu’il avait entrevue et ne voulait jamais revoir.

Hugelitod entendit le déclic quand Doriah activa le portail, et puis il entendit un son montant et descendant d’ampleur, et il sentit son corps devenir comme un instrument qui était joué par une machine. C’était une sensation indescriptiblement bizarre, et ensuite il semblait que chaque atome de son corps était en résonance avec ce son, s’alignant à lui dans un ensemble cohérent d’une géométrie complexe. Il pouvait voir la géométrie se cristalliser en un modèle infini qui s’étendait à travers l’univers, touchant toute chose matérielle, et puis il le sentait.

Il y eut un flux brusque d’accélération quand il se sentit soulevé hors de son corps, et la partie de lui qui demeurait consciente pouvait voir une barrière comme une vaste coupole qui s’étendait entre les mondes, et une fréquence sonore accéléra devant lui et pénétra la coupole et il suivit comme un enfant obéissant suivrait sa mère. Il regardait alors qu’il volait à travers un autre univers et atteint encore une autre barrière et le son à nouveau éclata à travers comme une mèche et il suivit.

Il n’avait aucune sensation de ralentissement ou de ne jamais parvenir à une destination, puis il se souvint de clignotement. Ses yeux se sont ouverts dans un espace blanc quelconque, ensuite il réalisa qu’il était couché dans une boîte blanche, comme un cercueil. Il entendit une voix au fond, et il s’imaginait qu’il rêvait qu’il était à l’aéroport, entendant les informations des vols à l’arrivée. Il perdit conscience pendant un moment.

À nouveau, ses yeux s’ouvrirent et il regardait à travers une vitre qui était à quelques centimètres au-dessus de lui. Il essaya de bouger ses membres, mais ils étaient attachés. Un objet qui ressemblait à un œil flottant apparut au-dessus de lui comme un témoin impassible, et il avait l’impression soudaine qu’il était un nouveau venu dans un immense musée. Il sentait que l’œil était un conservateur qui accueillait un objet de grande valeur dans sa collection.
Le bruit d’air se relâchant s’agita à sa conscience, et il remarqua une drôle d’odeur qui lui rappelait du beurre ou du kérosène, et aussitôt il se sentit plus fort et plus conscient. Le sommet de sa chambre de transfert s’ouvrit, et les attaches qui retenaient ses membres se retirèrent. Hugelitod s’assit et examina son nouveau corps.

C’est la couleur qui tira son premier soupir. Il était un animal de peau verte olive. Il ne pouvait pas tout à fait définir la nature de son corps, mais il était plus un animal qu’un être humain, de ce qu’il savait. Les doigts étaient au nombre de six et son pouce était presque aussi longtemps que ses doigts. Ses bras étaient puissants, mais plus courts que ses bras humains. À sa grande surprise, ils semblaient être très souples et bien coordonnés. Le soupir suivant vint quand il comprit qu’il avait une queue. Aussi petite qu’elle était, ce n’en était pas moins une queue.

Savliel était un Conducteur dans Synthetica, le laboratoire qui surveillait tous les nouveaux arrivants. La fréquence des nouveaux arrivants à son monde était extrêmement rare, en dépit du fait que sa race, les Anunnaki, avait plus de trois cents portails en fonctionnement sur différentes planètes à travers l’univers.

Savliel était l’un des trois employés dans le projet Synthetica, et ils avaient deux objectifs fondamentaux : en premier lieu, attendre les nouveaux Arrivants et s’assurer à ce que leurs corps synthétiques soient compatibles à leur conscience, et en second lieu, renvoyer les Arrivants aux coordonnées exactes d’où ils étaient venus.

La soirée s’était installée et Savliel faisait quelques contrôles de routine quand un voyant d’alarme bleu clignota dans la rétine de son œil. Il avait, comme chacun de ses collègues Conducteurs Synthetica, intégré des systèmes d’alerte afin qu’ils soient alertés d’un nouveau Arrivant au statut initial. Malgré la grande taille de Synthetica, il n’avait que des trois Conducteurs. En partie cela était dû à la rareté des nouveaux Arrivants, et en partie, c’était le résultat d’une technique d’automatisation sophistiquée dans tout Synthetica.

« Activation du système sur Terre Trois », Savliel parlait dans un système d’enregistrement automatisé. « L’analyse initiale montre qu’il s’agit d’un nouveau Candidat. Les calculs d’évaluation indiquent une correspondance. » Savliel ajusta un curseur de contrôle tout en regardant un graphique holographique d’un corps humain superposé à un synthétique. Alors qu’il réglait les contrôles, le corps humain se dissolvait dans le corps synthétique. « J’ai verrouillé. »

Un grand écran se matérialisa et Savliel regardait à distance tandis qu’un mur automatisé s’ouvrit et expulsa une enceinte rectangulaire de deux mètres cinquante de long sur un socle d’attente. Le socle se déplaça alors vers le centre de la pièce et fut ramené à une hauteur d’environ trois mètres.

Savliel regarda avec indifférence le moniteur. « Affichage LVS. » Une variété d’informations techniques présentées dans des diagrammes colorés inonda l’écran. « Affichage rapports harmoniques. » Instantanément, deux spectres de couleur montrèrent la comparaison et de petits cercles identifiaient des écarts minuscules dans les données spectrales, ce qui semblait intéresser Savliel.

Comme Savliel l’avait ordonné, un scan tridimensionnel du corps physique de Hugelitod apparut sur un nouveau moniteur et il ouvrit une boîte vitrée et tourna un bouton, qui créa un clic distinct. « Candidat, des marqueurs sont présents. Poursuite protocole invoquée. »

« Activation Medium maintenant », dit Savliel, guidant à distance un objet de forme ovale pour qu’il surplombe directement l’enceinte blanc os. « Medium et candidat sont en mode de fusion … Intégration complète. Affichage Candidat. »

L’écran commuta à une vue plongeante sur le visage vert olive d’un Anunnaki synthétique. Le tatouage rituel d’un synthétique – quatre triangles entrecroisés formant un centre en forme de losange – était montré sur la poitrine. Savliel regardait alors que les yeux cillèrent. «Zoom». La caméra zooma sur un gros plan des yeux pendant qu’ils recherchaient.

Une tonalité assourdie et grave résonna, et un voyant orange clignotant attira l’attention de Savliel hors du moniteur. Il bascula un bouton. « Il est prêt pour l’inspection. »

« Salle ? », demanda une voix grave.

« Dans la 1-9-5-1. »

« Synchronisation horaire ? »

« Dans deux minutes. »

« Anomalies ? »

« Aucune… autre que le scan, comme je l’ai signalé. »

« Continuez et libérez-le. Nous y serons dans les cinq minutes. »

Savliel poussa un bouton sur son panneau de contrôle. « Candidat relâché. »

Savliel se tourna vers la vue en gros plan du Candidat, et zooma en arrière. Le tatouage pour les synthétiques lui rappelait toujours un corps décapité, c’était un symbole approprié pour une abomination de sa race. Il observait alors que le Candidat se redressait et commençait à regarder son nouveau et étrange corps. Savliel se demandait quelle sensation bizarre se devrait être de se réveiller dans un corps humain. J’expirais plus tôt, s’assura-t-il.

Hugelitod sortit de la chambre de transfert, et se mit à examiner les parois arrondies de la salle, les plafonds hauts, et l’or omniprésent qui rehaussait chaque ligne dans la salle. Le sol se composait de triangles imbriqués se dispersant dans le désordre d’un triangle équilatéral unique d’or. Cela semblait la représentation parfaite de l’ordre sombrant dans le chaos – ou, peut-être l’inverse, selon la façon dont vous le regardiez.

Physiquement et émotionnellement il se sentait excellent – fort et puissant. En fait, il ne s’était jamais senti mieux, et pourtant derrière son euphorie, il savait qu’il était un étranger dans un monde étranger qui pourrait l’écraser pour une seule erreur. L’œil planant s’était retiré en quelque endroit invisible, et comme il regardait autour de la salle il devint très conscient qu’il n’y avait pas de porte.

« Hell … o ? », dit Hugelitod, luttant pour parler. « Y a-t-il … quelqu’un ? »

Il mit ses mains étranges sur les murs, touchant une substance qui lui rappelait de l’albâtre. La sensation était étonnamment subtile. Même si elle semblait lisse, presque vitreuse, alors qu’il la touchait, il pouvait sentir les textures et les crêtes minuscules. Quand il regardait de plus près, il pouvait même voir ces crêtes ondulantes selon des modèles qui se répétaient encore et encore. Il savait que ses sens humains auraient vu uniquement de l’albâtre et auraient senti la douceur et rien de plus, et il commença à comprendre la séduction dont Doriah avait parlé.

Les murs réfléchissaient une image partielle de son nouveau corps, et il regardait son reflet émoussé, se demandant quel genre de créature il était. Son esprit était complètement absorbé par cette réflexion quand il entendit des bruits de pas et se retourna pour voir une créature paraissant puissante qu’il supposait lui se ressembler. Il avait les mâchoires marquées et de grands yeux qui pivotaient comme un lézard. Sa taille physique était facilement de sept mètres de haut avec un physique qui rappelait à Hugelitod un gladiateur.

« Je suis Gulhab », dit la créature : « Vous pouvez me considérer comme votre hôte. Bienvenue dans notre monde. »

Hugelitod ouvrit la bouche avec lenteur. « Je… suis … Hugelitod … Je… »

« Cela peut prendre plusieurs minutes pour acquérir votre aptitude à communiquer », dit Gulhab, « mais elle reviendra bientôt, je vous assure. » Gulhab marcha autour de Hugelitod l’évaluant avec une posture arrogante. « Êtes-vous un associé de Karnomen ? »

Hugelitod hocha la tête et ensuite eut du mal à parler. « Je… suis … son assistant. »

« Vous êtes un Grand Initié alors ? »

« Oui. »

« Et pourquoi Karnomen vous a-t-il envoyé ? »

Hugelitod pourraient former des mots dans son esprit avec une grande facilité, mais sa bouche était difficile à contrôler, comme si sa langue et les cordes vocales étaient désynchronisées. « Je… suis venu … de mon … propre chef. »

Les yeux de Gulhab pivotèrent vers le plafond momentanément. « Dans quel but êtes-vous venu de votre propre chef ? »

« Pour connaitre … votre monde. »

« Nous ne sommes pas intéressés par les explorateurs. Vous serez renvoyé immédiatement. »

Gulhab fit signe de la main à une caméra cachée, et une porte apparut sur le mur où un corridor pouvait être vu. Une autre créature, même plus grande que Gulhab, entra dans la salle et se tenait près de la porte.

« Attendez », dit Hugelitod. « Je ne suis pas… venu … seulement pour explorer. Je suis venu chercher …vos conseils. »

« En ce qui concerne quoi ? », dit Gulhab en se tournant pour évaluer Hugelitod.

« La Prophétie Dohrman. »

Gulhab marcha jusqu’à Hugelitod et le regarda attentivement. Hugelitod, avec un effort conscient, resta sur sa position, malgré le sentiment de l’intimidation de la présence accrue de Gulhab.

« Vous savez pour l’Oracle ? », demanda Gulhab.

« Oui. »

« Vous en avez l’accès ? »

« Oui. »

« Vous lui avez parlé ? »

« Oui. »

« Alors quelle question reste sans réponse que l’Oracle lui-même ne peut répondre ? »

« Quel est le rôle … … de votre race dans les affaires humaines ? »

Gulhab regarda vers le haut, puis porta son regard sur Hugelitod. « Karnomen vous a-t-il parlé de nous ? »

« Non. »

« Et vous êtes tombé sur notre portail et avez appris à le faire fonctionner par accident ? »

« Un autre prêtre m’a aidé. »

« Doriah ? »

« Oui. »

« Je comprends », Gulhab fit une pause.

« Dites-moi, Hugelitod, qu’est-ce qui vous intéresse tellement sur la Prophétie Dohrman que vous risquiez votre vie pour le savoir ? »

« Je vous ai dit … Je veux savoir votre rôle dans tout cela. »

« Nous avons terminé. Vous êtes simplement un assistant rebelle qui a parcouru un très long chemin pour perdre notre temps. » Gulhab regarda vers le haut à nouveau. « Savliel, veuillez retourner Hugelitod dans Rasaform. »

« Je suis désolé que votre voyage soit sans valeur », dit Gulhab, en regardant directement dans les yeux de Hugelitod. Il se dirigea alors vers la porte, faisant un signe de tête au garde.

Hugelitod s’avança éprouvant un sentiment étrange d’anxiété à surmonter. « J’ai l’Étoile du Roi », dit-il.

James
A suivre …

Source : Forum Wingmakers
Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr

Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires