La prophétie de DOHRMAN

Wingmakers: The Dohrman Prophecy – Chapitre LVI

The Dohrman Prophecy de James Mahu

Traduction intégrale du livre web

dohrman prophecy

Chapitre 56 – Le Portail

Doriah mena Hugelitod dans un couloir descendant lentement, bien au-delà des chambres qu’il avait explorées deux jours auparavant quand il avait découvert pour la première fois l’accès secret du temple de l’Oracle. Hugelitod était étonné de l’étendue du temple souterrain.

« Combien de temps pensez-vous qu’il a fallu pour construire ceci ? », demanda Hugelitod.

« Selon l’oracle, 29 années. »

« Une génération entière … »

« Il y a plus, comme vous le verrez bientôt. »

Hugelitod restait à une distance confortable, suivant Doriah d’environ deux mètres. « Pourquoi l’ont-ils construit sous terre? Essayaient-ils de le cacher de leurs ennemis ? »

« C’est en partie ce que je vais vous montrer. Soyez patient. Nous y sommes presque. »

Après quelques minutes, ils arrivèrent à un tronçon du corridor qui semblait avoir été excavé plus récemment. Une crête épaisse s’étendait sur tout le périmètre du tunnel, faisant saillie de quelques centimètres, mais était inégale et d’environ soixante centimètres de large.

Doriah s’arrêta et saisit son bras gauche. « J’ai besoin de vous demander une faveur, et cela semblera très étrange, mais vous devez me faire confiance quant à sa nécessité. »

Hugelitod regarda autour de lui nerveusement. Il essaya de rester calme et détendu. « Bon, c’est quoi ? »

« J’ai besoin de vous pour me montrer votre dos. »

Hugelitod fronça les sourcils et se recula. « Pourquoi ? »

« Faites-moi confiance. Je vous expliquerai tout cela si je trouve ce que je crois est là. »

Hugelitod sentit tout à coup l’insécurité. Pouvait-il vraiment faire confiance à Doriah ? « Dites-moi ce vous recherchez, ou essayez de le faire, et si c’est logique, je ferai ce que vous demandez. »

« Je veux voir si vous possédez une certaine tache de naissance. »

« C’est tout? Pourquoi une tache de naissance est-elle si importante pour vous ? »

« S’il vous plaît ? », demanda Doriah avec son bras sorti. « Il ne vous prendra qu’une seconde. »

Hugelitod déboutonna les deux boutons du haut de sa robe, tira sa capote, mit sa robe à sa taille et se retourna.
Doriah approcha sa bougie à une marque qui attira son attention.

« La chaleur de la flamme fait vraiment du bien, mais ne vous approchez pas trop », dit Hugelitod, essayant de son mieux de paraître détendu.

« C’est fait, merci », dit Doriah. « Continuons à avancer. »

« Vous avez dit que vous me diriez ce que vous cherchez et pourquoi. Je n’ai pas entendu l’explication », rappela Hugelitod comme il reboutonna sa robe et éleva son capuchon sur sa tête.

« Vous verrez bientôt. Je veux vous montrer quelque chose d’abord. Nous parlerons quand nous y arriverons. »

Au bout de deux minutes le couloir arriva à une fin, et s’ouvrit sur une grande salle avec de hauts murs arrondis. Dans un premier temps, Hugelitod était confus car la bougie ne montrait pas de sol. C’était comme s’ils étaient à l’intérieur d’une sorte de silo. Le plafond incurvé était six mètres au-dessus d’eux et la lumière était juste suffisante pour l’éclairer, mais quand il regardait vers le bas, la bougie – aussi brillante qu’elle était – ne pouvait pas montrer les profondeurs de la salle.

Pour aller au fond de la grande salle, ils ont dû marcher le long de l’extérieur de la salle où des escaliers, creusés dans la roche, descendaient dans la salle comme un tire-bouchon géant. Ils descendirent une cinquantaine de pieds, exactement deux révolutions et demie autour de la chambre circulaire. Sans une balustrade, Hugelitod restait proche du mur, ne le laissant jamais sans son contact. Doriah allait lentement, veillant à ce que Hugelitod soit à l’aise avec le rythme. Quand ils arrivèrent plus près du fond de l’escalier, Hugelitod leva enfin son attention des escaliers, et pouvait voir un engin étrange, émergeant de l’obscurité, assis au centre du sol.

Cela ressemblait à une passerelle semi-circulaire qui était mêlée à des tubes dorés interconnectés. À la base, les tubes avaient la grosseur d’un poignet humain, puis spiralés jusqu’à une hauteur de trois mètres, s’amenuisant en pointes fines comme des aiguilles brillantes. Ils avaient un peu une forme elliptique, et comme Hugelitod les regardait de plus près, il voyait qu’ils étaient façonnés de façon irrégulière, et avaient des trous minuscules sur toute leur longueur. Il y en avait au moins une centaine de ces tubes verticaux. À la base, les tubes dorés s’ouvraient dans une base circulaire cristalline qui était creuse et d’un diamètre de trois mètres. L’ensemble du dispositif était placé sur une plate-forme à environ un mètre au-dessus du sol. Le sol lui-même était complètement fait d’or, ou une sorte d’alliage métallique qui reflétait une belle lueur dorée au sein de la salle.

Hugelitod eut du mal à parler tandis qu’il examinait l’étrange structure. « Qu’est-ce … qu’est-ce que c’est ? »
Doriah s’éclaircit la gorge et pausa comme s’il recueillait ses pensées. « C’est un portail vers un autre temps- »
« Une machine temporelle ? », s’écria Hugelitod, ne faisant aucun effort pour dissimuler son état de choc.
« Vous pourriez l’appeler ainsi, mais ce n’est pas vraiment une machine temporelle où vous pourriez définir d’un cadran et voyager à un temps et lieu sélectionné. Elle est calibrée pour un temps précis et un ensemble de coordonnées, et elle ne s’en écarte jamais. »

« À quelle heure et lieu est-elle réglée ? »

« Vous devez écouter, sans préjugés pendant quelques minutes. Je ferai de mon mieux pour vous éclairer, mais il pourrait s’avérer nécessaire pour vous d’en faire l’expérience afin de pouvoir bien comprendre cela. Donc, soyez patient. »

Hugelitod secouait déjà la tête. « Non, vous ne me ferez pas essayer cette machine, quelle qu’elle soit. Il y a quelque chose à son sujet qui semble dangereux … voire menaçant. »

« Personne ne vous forcera. Vous pouvez vous détendre », dit Doriah, assis sur le sol et adossé à la plate-forme. « Ce portail est ancien – probablement aussi vieux que l’humanité elle-même Le couloir que nous venons d’utiliser pour arriver ici fut scellé par ses bâtisseurs originels. Il y a environ quinze ans, nous avons compris que la fin du couloir n’était pas solide, en utilisant une technique de réfraction du son. »

« Quand nous avons trouvé cette salle, nous n’avions aucune idée de son but. Nous avons demandé à l’Oracle, mais il était incapable de le discerner. Je suis tombé sur la réponse tout à fait par accident, il y a environ douze ans. Quoi qu’il en soit, j’ai découvert que c’était un portail vers une nouvelle dimension, et non de notre univers. Les entités que j’ai rencontrées ont affirmé qu’ils étaient- »

« Vous parlez des anges ? », interrompit Hugelitod.

« Non, je parle d’êtres comme nous, seulement les plus avancés intellectuellement, qui ont travaillé avec notre race depuis très longtemps. »

« Dans quel but ? »

« Si vous écoutez leurs paroles, ils sont nos bienfaiteurs. Ils vont même jusqu’à suggérer qu’ils ont veillé sur nous comme de bons bergers, mais je ne les crois pas. »

« Pourquoi ? »

« Parce qu’ils ont créé ce portail. Ils avaient besoin d’un moyen pour interagir avec nous, et ce portail était leur moyen d’amener ceux qui détenaient le pouvoir à leur dimension et de les programmer. »

« Je ne comprends pas », se plaignait Hugelitod. « Pourquoi … comment font-ils cela ? »

« Ils savaient que les Oracles seraient détenus par les plus puissants sur cette planète, alors ils placèrent ces portails à proximité, en espérant que ceux au pouvoir les trouvent, apprennent à les utiliser et s’aventurent dans leur sphère. Une fois dans leur toile, ils les auraient endoctrinés à leurs manières et ces pions humains seraient revenus sur Terre et auraient exécuté leurs ordres. »

« Pourquoi la passerelle et tout le secret? Pourquoi ne pas simplement venir en vaisseaux spatiaux et s’emparer de la planète si c’est ce qu’ils veulent ? »

« Ils ne vivent pas dans notre dimension. Ce ne sont pas des êtres physiques. Leur domaine d’existence est très différent du nôtre. Ils ne sont pas intéressés par la vie sur notre planète, ils veulent tout simplement s’assurer que l’humanité ne s’unit jamais comme une force incontrôlable. »

« Pourquoi une race supérieure serait-elle intéressée par nous et notre planète ? »

Doriah eut un demi-sourire à la naïveté évidente de Hugelitod. « Ils s’en soucient parce qu’ils estiment que notre planète et ses habitants leur appartiennent. »

Les paroles austères planaient dans l’air frais dont les hauteurs semblaient s’étendre à l’infini, comme s’ils étaient sous un ciel étoilé enveloppé dans les nuages.

« Pourquoi me montrez-vous ceci … me dire toute cette histoire? Je suis venu ici – dans ce temple – pour un but précis, qui était de travailler avec l’Oracle … et pourtant je suis debout en face de quelque étrange technologie extraterrestre qui, selon vous, peut transporter une personne pour … je ne sais pas … une sorte d’intelligence extraterrestre. Cette chose entière ne cesse de devenir de plus en plus étrange si je continue de recevoir de petits morceaux de la vérité, des rations, mais jamais toute la vérité- »

« Vous n’êtes pas seul, mon ami. Je ne suis pas en mesure de donner l’histoire complète, mais écoutez-moi. Donnez-moi une chance d’expliquer ce que je sais et ce que je crois être vrai. D’accord ? »

Hugelitod acquiesça à contrecœur. « D’accord. »

Doriah changea sa posture, cherchant une position plus confortable assis sur le sol dur et métallique. Ses yeux semblaient étudier la peau polie de ses mains. « Je suis venu à vous faire confiance, Hugelitod. Je peux sentir votre rôle dans cette histoire qui se dévoile et j’ai la preuve que vous êtes une partie intégrante de la Prophétie Dohrman. »
« Celui qui est censé faire tomber l’Église. Est-ce ce que vous voulez dire ? »

« Non, l’Oracle a déclaré qu’un serait né avec l’étoile royale et réformerait l’Église. Pas la détruire. Mais la prophétie est qu’il en existe deux qui sont nés – celui qui réformera l’Église et la rendra plus puissante, et l’autre qui cherchera à la détruire. La question est lequel êtes-vous ? »

« Je ne cherche pas à détruire quoi que ce soit, surtout pas de l’église. »

« Je vous crois, mais vous pouvez comprendre que Karnomen ne soit pas si sûr Néanmoins, n’importe lequel un de ces deux que vous êtes – si vous êtes en effet l’un ou l’autre – vous représentez une menace pour Karnomen je vous expliquerai ceci dans un instant. »

Hugelitod sentit que le sol avait soudainement disparu sous lui et il était une fois de plus en chute libre dans les mâchoires béantes d’un mystère plus profond et plus de confusion. « Donc, j’ai une tache de naissance sur mon dos, ce qui indique d’une certaine façon que je suis une des deux personnes qui naissent avec cette marque. Karnomen a essayé de comprendre qui je suis, mais sans preuve, il a supposé que je suis celui qui détruira l’Église. D’accord, je comprends bien ceci… je pense. »

Le ton de Hugelitod était sévère, presque furieux. Il faisait les cent pas en parlant, se frottant la barbe de nervosité.

« Alors je trouve l’accès à l’Oracle dans le temple – quelque chose que seulement vous et moi sont conscients, et nous souscrivons pour faire la requête de l’Oracle et voir ce que l’Oracle et moi pouvons produire. Si cet effort réussit, il prouverait à Karnomen que je suis le bon, et le mauvais serait là encore à trouver. »

« Ensuite, Je me pointe aujourd’hui, pensant que nous discuterons de la façon de travailler avec l’Oracle et de prouver mon histoire à Karnomen, et soudainement … nous sommes là … nous parlons des extraterrestres et d’un programme bizarre qu’ils doivent récupérer la planète. C’est l’histoire de base ou y a-t-il plus ? »

« Il y a beaucoup plus, j’ai peur », répondit tranquillement Doriah.

« Alors dites-moi tout ce que vous savez. »

Doriah laissa échapper un souffle solitaire, plein de remords. « Cette machine », il la pointa avec son pouce derrière lui, dessus son épaule, « est la malédiction de notre Église, de notre espèce entière. Je l’ai trouvée. Je suis le sombre, mais je n’ai pas la tache de naissance. Peut-être qu’elle est tombée ou a oublié de se matérialiser, je ne sais pas, mais je suis celui qui a ouvert la porte aux ténèbres et a laissé entrer les forces destructrices. »

« Les entités, qui se sont servi de moi – nous … le Premier Initié, ont le contrôle de l’Église. Karnomen est tout simplement une figure de proue. Ils sont la véritable source de pouvoir car ils savent comment manipuler avec la ruse et la furtivité de telle sorte que nous sommes comme des enfants mous en présence de Spartiates. »

« L’Oracle est une technique qui est agnostique, neutre, appartenant à cette lignée où la liberté humaine est le seul ingrédient indispensable à notre évolution constante. Cette technique », Doriah indiqua encore derrière lui, « est la lignée de l’esclavage humain, et l’ordonnancement des espèces en une espèce conforme aux troupeaux, un troupeau, une école. »

« J’ai ouvert cette technique. Je l’ai partagée avec Karnomen et il est devenu facile à manipuler. Il n’a pas compris les pouvoirs hypnotiques de cette race sournoise, et ils ont commencé à comprendre comment la religion pourrait être utilisée pour contrôler les maisons royales, que Karnomen commande en utilisant ses pouvoirs de droit divin qui sont pris en charge par ces entités. Ils ont également vu comment ils pouvaient manipuler d’autres pays en utilisant le même modèle identique. »

« L’histoire s’approfondit encore davantage parce que ce que l’humanité – ce qu’elle deviendra dans un avenir lointain – nous est connue à travers le prisme de l’Oracle. Nous savons que l’humanité, ou du moins une partie de l’humanité évoluera, et ce sera de glorieuses manières que nous ne pouvons pas comprendre, mais ici, en ce moment, nous sommes tirés et tendus par des êtres qui croient qu’ils peuvent encore régner sur la Terre et maîtriser son avenir. »

« Je ne comprends pas », interrompit Hugelitod. « Comment est-ce possible? Pourquoi ne pouvons-nous pas tout simplement détruire cette … cette machine ? »

« Il est trop tard », soupira Doriah. « Nous sommes déjà infectés. C’est comme un virus … ce pouvoir s’est étendu. Il s’agit d’un événement mondial parce que ces êtres veulent notre planète et ils veulent des troupeaux humains dans des conflits et des dysfonctionnements qui ne feront jamais contester leur suprématie. Ceci est déjà en place. »

Hugelitod regarda avec étonnement Doriah. « Que voulez-vous dire par c’est déjà en place ? »

«J’ai laissé la machine fonctionner parce que j’espérais que vous, ou quelqu’un comme vous, arriveriez et qu’il soit le seul à répondre à cette race d’êtres et les convainc d’arrêter leurs plans … » Doriah leva la main pour anticiper l’explosion imminente de Hugelitod. « Je sais, je sais, ce n’est pas probable, mais je suis désespéré à ce point. »
« Qu’est-ce que l’Oracle dit sur tout cela ? »

« L’Oracle connaît ceci en concept. L’ensemble de la Prophétie Dohrman est vraiment axé sur ce sujet, mais je ne suis pas sûr que l’Oracle comprenne vraiment la gravité de ceci. Karnomen n’en discute pas ou ne pose pas de questions à ce sujet. Il utilise l’Oracle au nom de ces Dieux Froids- »

« Pourquoi les appelez-vous ainsi ? »

« C’est la description la plus proche que je peux utiliser pour les définir. Il y a douze ans, quand j’ai voyagé pour la première fois là-bas – la dimension dans laquelle ils existent – je n’avais aucune idée où j’étais ou qui ils étaient. Ils semblaient aussi surpris par ma présence que j’étais de la leur. Ils sont froids, des êtres calculateurs à l’esprit très puissant et des capacités psychiques. Ils peuvent orner leurs déclarations dans des manteaux spirituels, comme s’ils étaient nos dieux, et à l’époque j’ai failli presque tomber en proie de leurs manipulations – moi ! J’étais presque leur disciple. Ils offrirent de me guérir, de faire de moi un homme complet, et je fus tenté, mais il avait quelque chose à leur sujet que je connaissais qui n’était pas humain ou humanitaire. Ces êtres voulaient avoir accès à l’Oracle. Ils voulaient le détruire, et pas seulement celui que vous connaissez, mais tous les sept. »

« Ils sont sept ? », s’exclama Hugelitod.

Doriah acquiesça. « Ils ont vu les sept Oracles en tant que salut de l’homme … notre espérance. Ils connaissent aussi la Prophétie Dohrman dont Karnomen leur donna les détails- »

« J’ai tellement entendu parler de la Prophétie Dohrman, mais personne ne m’a jamais expliqué ce que c’est. Pouvez-vous m’en parler ? »

Doriah regarda de côté un instant comme s’il contemplait son prochain mouvement dans le mystère de sa nature profonde. « La Prophétie Dohrman est la déconstruction de la religion à l’échelle mondiale. C’est la séparation de l’humanité des resserrements religieux de toute nature. C’est le moment où l’humanité fera un pas du dogme de la croyance, tel que défini par les hommes, vers la lumière de la Vraie Vie, telle que créée par Dieu. C’est la partie de la Prophétie Dohrman qui consume les Dieux Froids et Karnomen, mais c’est plus vaste que simplement la religion. »

« Elle laisse présager aussi des changements universels dans le gouvernement et la science. Mais ces changements ne surviendront pas simplement parce qu’un jour chacun se réveillera à leur vraie nature et sera connecté à la Vraie Vie. Cela arrivera parce qu’il y aura ceux qui, au sein de l’humanité, s’échapperont de l’emprise des Dieux Froids. »
« Que voulez-vous dire ? », demanda Hugelitod.

« Les Dieux Froids ne sont pas devenus une simple présence sur cette planète, il y a douze années quand j’ai activé cette machine. Ils avaient codé leur présence dans les composantes mêmes de l’humanité, à la création même de l’homme, et en faisant cela, ils ont choisi de créer une humanité diminuée – une qui soit incapable de lutter de leur emprise rusée. Cette emprise est si vaste que seule une poignée de personnes a envisagé sa portée. »

« Selon la prophétie Dohrman, des personnes se lèveraient pour décrire ces Dieux Froids, les appeler à sortir, les identifier et indiquer clairement leurs fins. Cependant, il y en aurait deux en particulier qui auraient la marque de l’Étoile Royale. Un pourrait devenir l’allié des Dieux Froids et renforcerait leur emprise sur l’humanité par la réforme de la religion – non pas ce qui a trait aux livres saints, mais plutôt de savoir comment l’Église peut unifier les maisons royales les plus puissantes du monde et les placer sous sa coordination. L’Église réformée serait vraiment une extension des Dieux Froids, précisément là où personne ne s’attendrait à ce qu’elles soient. »

« Le second porteur de l’Étoile Royale confronterait les Dieux Froids et négocierait un arrangement en utilisant sa propre conscience comme sacrifice. Mais, ce faisant cela, il scellerait le chemin de l’humanité des dieux Froids, lui permettant de prendre une nouvelle trajectoire et d’atteindre l’unité de l’esprit et l’esprit ce qui donnerait le pouvoir de l’humanité de s’élever au-dessus des Dieux Froids et ressentir l’univers comme sa palette de création. »

« La portée de cette nouvelle trajectoire est la spiritualisation de l’humanité par l’application de la science. Les personnes peuvent retrouver leurs facultés innées et naturelles de perception et d’expression de la vibration de l’unité. Ils peuvent sentir qu’ils font partie d’un réseau de conscience qui est entière et unifiée, et ils chercheront les dimensions supérieures non pas pour des raisons de conjectures ou de grandeur, mais pour amener l’âme humaine sous la puissance d’une lentille appelée la perception directe. »

«Non plus d’intermédiaires, d’interprètes, de gardiens ou d’assesseurs. Non plus de hiérarchies du bien et du mal en lice pour la réorientation et notre subsistance. Nous nous débrouillons nous-mêmes. Aucun sauveur. Nous … nous le comprendrons. »

Doriah s’arrêta, sa voix devenant un léger murmure. « Nous l’avons enfin compris. Mais les deux porteurs de l’Étoile Royale, ils sont les symboles de notre lutte. Ils sont la codification du grand effort de l’humanité à transcender la séparation et l’asservissement à l’unité et la libération. »

« Et il n’y a aucune indication dans la Prophétie Dohrman quant à quel porteur je suis ? », demanda Hugelitod.
Doriah hésita. « L’Oracle a déclaré que le Premier Porteur viendrait du sein de l’Église. »

Hugelitod s’assit comme si ses jambes ne pouvaient plus soutenir son poids.

« Suis-je le Premier Porteur ? », chuchota de loin Hugelitod.

« C’est ce que nous craignions », acquiesça Doriah. « Mais l’Oracle a pris un tel intérêt pour vous, nous avons pensé qu’il pourrait s’agir d’une coïncidence – la tache de naissance. Pourquoi l’Oracle vous inviterait-il à travailler avec lui de la manière dont il l’a fait si vous étiez le pion des Dieux Froids ? Ainsi, je ne suis pas sûr. »

« Si Karnomen est contrôlé par les Dieux Froids, pourquoi aurait-il peur de moi si je suis le Premier Porteur ? »

« Le Premier Porteur, selon la prophétie Dohrman, gagne le contrôle de l’Église. Il devient le Prêtre Suprême. »

« Comment ? »

« La prophétie n’est claire à cet égard, mais il est généralement admis que le Premier Porteur n’obtient pas cette position par le biais de la procédure standard, mais plutôt par une sorte de coup d’état qui entraîne la mort du Premier Initié. »

« Je… tuerais … Karnomen ? », demanda Hugelitod avec le choc traversant chaque parole.

Un silence profond suivit. Le genre où rien ne peut être caché. Un souffle. Un battement de cœur. Le clignement d’œil.
« Karnomen sait-il que vous me dites tout cela, que vous me montrez cette … machine ? »

« Non. »

« Pourquoi pas ? »

« J’espère que vous êtes le Second Porteur. J’espère que vous rencontrerez les Dieux Froids et amènerez leur règne à son terme. »

« Que dit l’Oracle au sujet du Second Porteur », demanda Hugelitod. «Est-ce qu’il vient également des rangs de l’Église ? »

« Il mentionne seulement que le Second Porteur est d’origine humble. Il ne mentionne rien sur l’Église. »

Un étrange silence emplit la pièce que les deux hommes cherchaient dans leurs esprits une explication ou quelques lueurs de réalisation quant à leur but conjoint.

Hugelitod se déplaça à côté de Doriah, appuyé contre la plate-forme de la machine menaçante. « Karnomen sait-il au sujet de ma tâche de naissance ? » Doriah acquiesça. « Bartholem lui a dit. Je devais le voir. »

« Donc je suis condamné. Karnomen ne peut pas me laisser vivre. L’un et l’autre de ces deux Porteurs sont des ennemis. Le Premier Porteur le tuera, et le Second Porteur tuera son Église. Il n’y a pas moyen de concilier, alors pourquoi suis-je encore en vie ? »

« Vous supposez que Karnomen ne serait pas de donner sa vie pour étendre le pouvoir des Dieux Froids. C’est une hypothèse erronée. »

« Suggérez-vous que Karnomen veut réellement que le Premier Porteur réussisse ? »

« Karnomen est sous leur charme », répondit Doriah. « Son sort est attaché aux leurs au point que je ne peux même pas commencer à comprendre. D’une certaine façon, nous le sommes tous. »

Hugelitod se tourna vers Doriah. « Je ne veux pas être l’un ou l’autre de ces porteurs -. Étoile Royale ou pas, je ne veux pas être impliqué dans tout cela, je dois quitter cet endroit. Si je pars … si … si je me rends ! Loin … dans un coin obscur du monde, c’est peut-être la meilleure chose à faire pour moi. Peut-être que vous aussi. Ne peut-on simplement laisser ce tout en scène- »

« Et puis quoi? Laissez quelqu’un d’autre faire ce que nous sommes venus à faire ? Qui serait-il ? Pensez-vous vraiment que les Dieux Froids mettent fin à leurs plans tout simplement parce que vous vous enfuyez ? Ils y trouveront un autre, et un autre, et un autre. Ils ne cesseront jamais. Rappelez-vous, ce sont des êtres sans cœur qui cherchent le contrôle de ce monde. Où iriez-vous qui sera vraiment épargné par eux ? »

Hugelitod écoutait attentivement les paroles de Doriah. « Mais si je suis le Premier Porteur, je faciliterai seulement leurs plans trompeurs. Je ne peux pas être cette personne. »

« Ne faites pas alors ! Les rencontrer, mais les rencontrer comme un saboteur. Retourner leurs tromperies et trouver un moyen de les arrêter. Soyez le sable dans leurs engrenages. Amenez leur machine à un arrêt total. Qu’ils croient que vous êtes de leur côté – leur grand disciple. Les convaincre que vous ferez leur soumission, mais observer leurs plans, et ensemble nous pourrons trouver une faille en eux. Peut-être nous pourrons même les vaincre. »

« C’est votre plan ? »

Doriah acquiesça d’un air penaud. « C’est le seul moyen que je peux voir pour avancer. »

« En ce qui concerne Karnomen ? »

« Il nous a donné deux semaines avant que nous ayons à lui montrer quoi que ce soit. Dans deux semaines, nous pouvons lui dire que ça n’a pas marché … avec votre guide spirituel. Vous pourrez inventer quelque étrange écrit pour montrer votre état mental a été compromis. Il le croira et il sera être soulagé de le voir. »

« Alors je suis un cinglé, un homme fou ? »

Doriah réussit un sourire habile. « Ce pourrait être le meilleur rôle pour vous dans toute cette affaire. Je me trouve déjà envieux. »

« Croyez-moi, il n’y a absolument rien à envier à mon sujet. »

Hugelitod se remit à debout, en ajustant sa robe, et pointant vers la machine derrière eux. « Comment ça marche ? »
« Plus tard », dit Doriah, se mettant debout lentement. « Vous devez laisser cette conversation s’installer à l’intérieur de vous. Digérez-la. Si vous acceptez mon plan, comme il est, nous commencerons demain. »

« Qui a utilisé cette chose autre que vous et Karnomen ? »

« Personne. »

« Les autres initiés connaissent-ils son existence ? »

« Ils connaissent son existence, mais ils supposent qu’il ne peut pas être activé. »

« Pas même Torem ? »

Doriah secoua la tête.

« Pourquoi en avoir parlé à Karnomen ? »

« Parce qu’il était mon confident », dit Doriah. « J’ai estimé que je lui devais. Il fut le prêtre qui m’a rendu visite quand j’étais un garçon soignant des blessures dans une ville ravagée par la guerre et se réveillant à une nouvelle réalité de ce que nous sommes tous faits. J’avais l’impression que Karnomen méritait une chance de voir cette autre dimension afin de répondre à ceux qui prétendaient être nos Dieux. »

« Il n’avait pas peur ? »

« Pas même un peu. Il a demandé à s’y rendre immédiatement sur la base de ma description. »

« Combien de fois avez-vous utilisé ceci vous-même … avant d’en parler à Karnomen ? »

« Trois fois. »

« A quand remonte la dernière fois ? »

« Il y a environ onze ans … »

« Et Karnomen ? Combien de fois est-il parti ? »

« Je ne sais pas. La vérité est qu’il peut aller et venir dans ce temple chaque fois qu’il veut. Je sais qu’il a utilisé cette machine au moins dix fois. »

« Vous lui avez parlé de ceci, mais pas de la technique d’accès à distance à l’Oracle. Pourquoi ? »

« Des raisons égoïstes, je suppose », admit Doriah. « Je voulais avoir accès à l’Oracle afin que je puisse apprendre à ma façon. »

« Mais vous avez l’ensemble des transcriptions caché quelque part dans ce temple ? »

« Oui, mais ce sont les questions d’autres hommes, en d’autres temps. Je voulais poser mes propres questions. »

Hugelitod laissa échapper un long soupir et tourna autour de la chambre, en inclinant la tête vers l’arrière comme un enfant. « Je ne sais pas si je peux digérer cela. C’est trop étrange … trop étrange … »

Doriah se pencha et saisit la bougie. « Vous savez », dit-il calmement, « je ne pouvais pas être près du feu pendant de nombreuses années. Même les plus petites flammes de bougies me faisaient peur. Même maintenant, quand je me promène dans le temple avec une bougie dans ma main, je suis parfaitement conscient que c’est le feu, et c’est ce feu qui a brulé mon corps et m’a presque tué. Mais c’était aussi ce feu qui m’a conduit à l’Oracle et aux Dieux Froids, et bien que les deux soient des mondes séparés, connaître les deux extrêmes m’a donné quelque chose que je n’aurais jamais pu atteindre dans les livres, la méditation ou la prière. »

« J’ai l’impression que vous essayez de me dire quelque chose », dit Hugelitod, » mais je ne sais quoi. »

« Je suggère que vous essayiez de voir ce portail comme votre feu. Ne le craignez pas. Ne le regardez pas comme quelque chose qui vous tuera. Voyez-le comme quelque chose qui vous animera une nouvelle compréhension de vous-même. Avec cette attitude, nous aurons une chance. »

Hugelitod sourit d’un air finaud sur son visage. « Vous pensez vraiment que je suis fou. »

Les deux hommes commencèrent à grimper les escaliers de pierre en spirale. Hugelitod jetait, à chaque pas, des regards vers le portail, jusqu’à ce que finalement, il baissât les yeux et ne voyait que le reflet de lumière sur les pointes vives comme des aiguilles des tubes de cuivre. Elles ressemblaient à des étoiles, ou une galaxie, attendant d’être avalé par l’obscurité.

James
A suivre …

Source : Forum Wingmakers
Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr

Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires