A la Une Divulgation Cosmique Fédération Galactique Science cachée WINGMAKERS

WINGMAKERS – L’interview de Neruda partie 4/4

Interview de Neruda IV

Par Sarah

Ce qui suit est une interview du Docteur Neruda enregistrée le 31 décembre 1997. Il m’a autorisée à enregistrer ses réponses à mes questions. C’est la retranscription de cette séance. Ce fut l’une des 5 fois où je pouvais enregistrer nos conversations.
C’est la retranscription exacte de ce qu’il s’est dit. Il n’y a eu aucun montage et j’ai fait de mon mieux pour conserver les mots, phrases et expressions grammaticales du Docteur Neruda.

Sarah : Existe-t-il d’autres sites, semblables au Site de la Flèche Antique, et dans lesquels l’ACIO est impliqué?

Docteur Neruda : Non. Il n’y a rien d’autre de cette ampleur.

Mais l’ACIO s’implique dans tout ce qui est anormal et qui peut avoir une influence extraterrestre.

Sarah : Pouvez-vous me donner un exemple?

Docteur Neruda : Au milieu des années soixante, on a découvert, au Pérou, une installation souterraine de pierres gravées. Il y a des similitudes avec ce site.

Sarah : Comment ça?

Docteur Neruda : Cette installation souterraine était d’une complexité considérable. Elle contenait des dizaines de milliers de pierres, gravées de façon complexe, avec des pictographes, et qui dépeignaient un vaste dossier historique, de la terre et de la culture préhistorique, le tout sculpté sur une pierre que l’on nomme andésite.

Sarah : Et ce site aussi, a été tenu secret?

Docteur Neruda : Non, au contraire, mais il y a eu une lourde désinformation, et finalement, il a été discrédité par les institutions académiques, qui sans nul doute, se sentaient menacées par cette révélation.

Sarah : Je ne comprends toujours pas comment une organisation gouvernementale comme l’ACIO peut manœuvrer en coulisses, et comment nos élus officiels ne sont pas au courant de son existence ou des ses plans.

Docteur Neruda : Certains de nos élus sont au courant pour l’ACIO. Mais vous avez raison sur un point : ils ne connaissent pas ses vrais objectifs.

Sarah : Alors qui sait, et qui ne sait pas?

Docteur Neruda : Ce n’est pas si simple que ça de vous fournir une liste de noms. Ceux qui savent, et qui sont parmi les élus, forment une liste vraiment très courte.

Sarah : Courte comment?

Docteur Neruda : Je préférerais ne rien dire pour l’instant, mais ils ne sont pas 10.

Le corps politique mondial n’est pas simplement divisé entre les Républicains et les Démocrates, ou entre les Libéraux et les Conservateurs.

La division se fait au niveau de la stratification des connaissances et de l’intelligence vitale.

L’oligarchie financière du réseau secret, que j’ai mentionné la semaine dernière, possède des connaissances supérieures. Elle en partage certaines avec les puissances militaires et certaines avec les forces isolationnistes.

Le monde est principalement organisé entre ces trois forces.

Et la présumée organisation alpha est l’Incunabula, parce qu’elle contrôle une part dominante de la réserve d’argent mondiale et des fonds lourds.

Sarah : OK. Arrêtez-vous un moment, parce que j’ai effectué quelques recherches depuis notre interview de samedi, et j’ai appris certaines choses sur l’organisation appelée l’Illuminati. Est-ce la même organisation?

Docteur Neruda : Non. L’illuminati fait partie du réseau secret, mais ce n’est pas l’organisation alpha.

L’illuminati est affilié à d’autres organisations de sang bleu, la plupart originaires d’Europe, mais elle n’a pas les mêmes buts et objectifs que l’Incunabula.

Sarah : Comment ça? Parce que d’après mes lectures, il me semblait que c’était le réseau secret auquel vous faisiez allusion.

Docteur Neruda : Tout d’abord, vous devez comprendre que le réseau secret auquel je faisais référence est très vaguement assemblé, et très lâche, pour cause de concurrence de programmes.

Néanmoins, certains des groupes les plus puissants possèdent le sens de la camaraderie, surtout parce qu’ils partagent un statut élitiste, au niveau du commerce, du monde universitaire, ou du gouvernement.

Cependant, ces groupes sont généralement destinés à aider leurs membres à construire de plus grandes richesses, et à créer des contacts dans les réseaux des membres des affaires et du gouvernement. C’est en quelque sorte comparable à une organisation de réseau de haute puissance.

Sarah : Etes-vous sûr que nous parlons de la même organisation?

Docteur Neruda : Il existe beaucoup d’histoires sur les Illuminati, mais qui sont davantage basées sur des légendes que sur la réalité.

On leur attribue beaucoup trop de conspirations, et ils ne sont pas organisés dans ce but. Leur chef est trop visible et il est observé avec soin par les médias. Dans ces conditions, vous pouvez, la plupart du temps, dissiper le fait qu’une conspiration mondiale soit en jeu.

Sarah : Qu’en est-il des références occultes aux Illuminati? Sont-elles vraies?

Docteur Neruda : Les leaders supposés des Illuminati ne sont pas des gens occultes, ni des adorateurs de Satan, bien qu’ils en soient parfois accusés.

Encore une fois, cette théorie de la conspiration a fait des ravages, surtout chez ceux qui cherchent à définir des ennemis qui pourraient personnifier Lucifer. Car pour eux, occulte et Lucifer sont synonymes.

Mais les Illuminati, bien que ce soit une organisation d’élite, rassemblent des hommes et des femmes qui ne se conforment pas à un seul système de croyance. Les croyances spirituelles de chacun ne sont pas un critère pour devenir membre. Ce qui compte, c’est le réseau de contacts personnels des membres.

Sarah : Mais n’ont-ils pas une influence immense en politique?

Docteur Neruda : Oui, ils ont de l’influence, de même que les Francs Maçons, la société Skull and Bones et 27 autres organisations qui composent ce réseau élitiste extrêmement souple, mais les gens qui contrôlent ce plan magistral ne sont pas directement affiliés à l’une de ces 30 organisations.

En réalité, ces organisations opèrent vraiment dans une des trois forces qui sont alignées sous le contrôle des Incunabula.

Sarah : Donc, vous dites que la scène politique mondiale est organisée suivant ces trois forces, et que le groupe le plus riche possède également le plus grand savoir, et contrôle les deux autres groupes?

Docteur Neruda : Les Incunabula n’imposent rien aux deux autres forces. Stratégiquement, ils laissent filtrer des informations qui amènent les deux autres forces dans la direction qu’ils veulent.

En fait, vous pouvez voir ces trois forces comme partie intégrante d’un triangle équilatéral.

Les Incunabula au sommet, les Forces Militaires Mondiales à une base et les Forces Isolationnistes à l’autre. C’est la vraie structure du pouvoir mondial.

Sarah : Je ne comprends pas bien les différents objectifs de ces trois forces.

Docteur Neruda : Les Incunabula sont concernés par la mondialisation des chaînes monétaires et par les ressources vitales, tels que le pétrole et le gaz naturel.

Les Forces Militaires sont concernées par la propagation et la préservation de la démocratie à travers le monde, et ce faisant, elle protège les propres intérêts des superpuissances dominantes d’Amérique et d’Europe Occidentale.

Et les Forces Isolationnistes sont concernées par l’industrie et la construction de richesses pour les citoyens, au niveau de l’état.

Sarah : Mais comment font les Incunabula pour amener les deux autres forces à faire ce qu’ils veulent? Vous pouvez me donner un exemple?

Docteur Neruda : Pourquoi pensez-vous que Saddam Hussein a envahi le Koweit?

Sarah : Pour accaparer leurs puits de pétrole et se faire plein d’argent.

Docteur Neruda : En gros, c’est assez proche de la vérité.

Suite à la guerre Iran Irak, Saddam avait épuisé une bonne partie des richesses de sont pays, et pour sûr, il était intéressé par la production des richesses koweïtiennes. Mais il savait aussi que son armée n’était pas conçue pour envahir et annexer des pays, et il était au courant que les superpuissances protégeraient leurs intérêts au Koweit. C’était un vrai dilemme pour Saddam. Il se retrouvait avec plus d’un million de soldats, sans travail après la guerre Iran Irak, et l’économie Irakienne ne pouvait pas absorber ces hommes. Les Forces Militaires étaient informées du dilemme de Saddam et par le biais d’une campagne de désinformation conséquente (de la part des Forces Militaires), Saddam a été amené à croire qu’il pourrait envahir le Koweit sans aucune représailles de la part des superpuissances.

Les Forces Militaires possèdent des opérateurs de haut niveau, qui sont également les yeux et les oreilles des Incunabula.

Il était clair que l’Irak possédait des armes de destruction massive, qui avaient été développées au cours de la guerre contre l’Iran. Les Forces Militaires ont vu ceci comme un élément perturbateur à leur politique à long terme d’établissement de la démocratie ( The American Style ) aux régions productrices de pétrole.

Les Incunabula ne contrôlent pas le pétrole du Moyen Orient. C’est la seule ressource vitale sur laquelle ils n’exercent pas leur autorité.

Saddam a été convaincu par la désinformation, et il a attaqué le Koweit. Ainsi, les Forces Militaires ont pu, et ce sous les regards du monde entier, démanteler les défenses Irakiennes. C’était un événement d’impact mondial, organisé par les Incunabula et mené à bien par les Forces Militaires, trompées au même titre que l’Irak dans ce conflit.

Sarah : Et tout ça parce qu’un certain triumvirat élitiste veut contrôler la production mondiale de pétrole?

Docteur Neruda : C’est un petit peu plus compliqué que ça ; mais ça fait partie du problème. Je ne sais pas jusqu’où vous voulez que j’aille.

Sarah : C’est difficile de s’arrêter après de telles révélations. Où tout cela conduit-il?… Je veux dire, quel est le but final des Incunabula?

Docteur Neruda : Vous voulez dire dans le contexte Moyen Oriental?

Sarah : Oui.

Docteur Neruda : Ils veulent contrôler la production de pétrole brut. Ils veulent exercer leur autorité sur cet atout critique, si fondamental au développement des économies mondiales. Ils ont des contrôles sur les raffinages et la distribution des produits finis, mais il leur manque le contrôle de la production, particulièrement au Moyen Orient. C’est le but fondamental, mais ils le dissimulent sous l’apport d’une culture à l’occidentale dans cette région, pour doucement mais sûrement, atteindre à l’homogénéisation de la culture mondiale.

Ils veulent cadrer cette culture mondiale pour contrôler le monde.

Sarah : Et combien de temps cela va-t-il prendre… En supposant qu’ils réussissent?

Docteur Neruda : Du point de vue de l’ACIO, la probabilité de réussite est d’environ 35% pour les 10 prochaines années, et elle grimpe à 60% en 20 ans. Par la suite, elle augmente à chaque décennie, jusqu’à la quasi certitude en 2060.

Sarah : Et lorsque vous dites contrôler le monde, qu’entendez vous par là?

Docteur Neruda : La capacité de contrôler les ressources vitales de la planète, comme un simple organisme politique mondial.

Sarah : En quoi cet objectif est-il si difficile pour les Incunabula?

Docteur Neruda : La baisse des ressources de gaz naturel et de pétrole. Ce sont des sources d’énergie non renouvelables. Il a fallu un milliard d’années pour créer 3,2 billions de barils de pétrole utilisable et seulement 110 ans pour le réduire à 1,8 billions de barils. La provision de pétrole est l’âme de la planète. Comme elle diminue, il en est de même pour le système économique qui fait vivre la population mondiale. Si les conditions économiques s’érodent, l’instabilité augmente et si rien n’est fait, le chaos s’ensuit.

Sarah : Encore une fois, vous dites que le problème vient du pétrole.

Docteur Neruda : Essayez de comprendre que pour moi, il serait aberrant de ne pas y croire.

Quiconque connaît la situation de la production pétrolière peut, sans extrapoler, en conclure que nous sommes approximativement à 50 ans de l’épuisement du pétrole, et ce, en étant optimiste. En étant pessimiste, il ne peut en rester que pour 25 ans. (interview réalisé en 1999)

Sarah : Comment est- ce possible? Je ne me souviens pas d’en avoir entendu parler dans les médias?

Docteur Neruda : Ce serait une histoire incroyable si ce n’était pas si évident et si menaçant.(…)

Sarah : Comme promis, pendant cet interview, entre autres choses, je voudrais insister sur le site de la Flèche Antique. D’après ce que vous disiez l’autre jour, le site de la Flèche Antique a été entièrement dépouillé de ses artefacts. Où sont-ils maintenant et que pensez-vous que l’ACIO a l’intention d’en faire?

Docteur Neruda: Avant mon départ, les antichambres et les 23 chambres du site ont été mesurées et analysées précisément, et chaque artefact a été catalogué. Tous les artefacts trouvés dans les 23 chambres ont été envoyés dans les laboratoires de l’ACIO pour des tests rigoureux. Nous espérions qu’ils contiendraient des technologies accessibles nous permettant d’accélérer le programme de déploiement de la BST. Cependant, je pense que cette attente évolua après la découverte de la 24°chambre.

Sarah: Auparavant, vous n’aviez jamais parlé des chambres en détail. Qu’avait la chambre 24 de si particulier?

Docteur Neruda: Ce qui était intéressant dans les chambres, à part les artefacts qu’elles contenaient, c’était que le site était aussi stérile qu’un bloc opératoire, à l’exception de la chambre 23.

Souvenez-vous que ces chambres donnaient sur un couloir central qui montait en spirale à l’intérieur d’une solide masse rocheuse. Du sommet de la chambre 23 à l’antichambre en dessous, il y avait à peu près 50 mètres. Nous savions qu’il y avait 24 paragraphes ou segments sur le disque optique, nous supposions donc que l’antichambre, malgré l’absence d’artefacts, était incluse. En fait, nous supposions à tort que la 24° chambre était comptée.

Anne: Ce n’était pas le cas?

Docteur Neruda: Non. Une autre chambre était cachée.

Anne: Comment ça?

Docteur Neruda: Le sol de la 23° chambre était jonché de débris de roche. Le travail ne semblait pas terminé, comme si les constructeurs avaient dû partir soudainement, ou comme s’ils n’avaient pas eu la patience d’achever leur mission.

Nous avons passé un certain temps à analyser et étudier les murs et les débris de la chambre 23, mais nous n’avons jamais suspecté l’existence d’un passage secret caché sous les débris.

Sarah: Alors, il y avait une trappe?

Docteur Neruda: Peu de temps après mon départ, les chercheurs de l’ACIO découvrirent une trappe, en photographiant l’intérieur du site aux rayons X.

Sarah: Dans quel but?

Docteur Neruda: Ils essayaient de déterminer si, à long terme, une quelconque déficience de la structure causerait des instabilités pour le site. En effet, nous avions cassé l’entrée du site et ébranlé quelque peu la structure. Comme Fifteen est très minutieux, il voulait être sûr que nous n’avions pas compromis l’intégrité de la structure par inadvertance. Il était certain que la conservation du site était potentiellement critique.

Sarah: D’accord. Ces rayons X montrèrent l’existence d’une trappe vers une autre chambre. Comment a-t-elle pu vous échapper avant? Etait-elle complètement cachée?

Docteur Neruda: Pas vraiment. On nous avait dit de quitter les chambres aussitôt après en avoir retiréles artefacts et tout catalogué. Aussi, nous n’avions pas réalisé que les 15 cm de débris de roche sur le sol de la 23° chambre dissimulaient un passage vertical.

Sarah: Il descendait tout droit?

Docteur Neruda: Oui. Il descendait sur environ 50 mètres…

Sarah: Mais je pensais que l’antichambre était 50 mètres plus bas que la 23ème chambre.

Docteur Neruda : Oui, mais pas directement dessous. La 24ème chambre est séparée de seulement 4 mètres du mur de l’antichambre.

Sarah : Y avait-il un passage entre les deux, ou seulement une entrée par la 23ème chambre?

Docteur Neruda: L’unique entrée se faisait par la chambre 23, et il était quasiment impossible de l’emprunter.

Sarah: Pourquoi?

Docteur Neruda: Parce que le passage était bien trop étroit pour un adulte, et la distance à parcourir était trop longue.

Sarah : Avec toute votre technologie, ne pouviez-vous pas l’élargir?

Docteur Neruda: C’était une possibilité, mais Fifteen ne la trouvait pas fiable.

Sarah: Pourquoi? Cela semblait être une découverte essentielle – peut être la clé de tout le site?

Docteur Neruda: L’ACIO possédait des technologies qui nous permettaient de passer des caméras dans le passage et de photographier toute la chambre de là où nous nous trouvions.

Sarah: Qu’avez vous vu?

Docteur Neruda: C’était la plus grande des 24 chambres, toutes dimensions confondues. Sa peinture murale était la plus grande, et comme celle de la chambre 23, elle était orientée horizontalement, et non verticalement. Il y avait un artefact technologique que nous avons sorti de la chambre, et qui, de ce que j’en sais, comme les autres, est inaccessible aux sondes de l’ACIO.

Sarah: Mis à part le fait que la chambre soit plus grande, y avait-il d’autres différences?

Docteur Neruda: Elle était similaire à la chambre 23, dans le sens qu’elle ne paraissait pas non plus achevée, mais elle faisait trois fois son volume. Sur le mur opposé à la peinture, on pouvait voir une série de glyphes incisés, organisés en 7 groupes de 5 caractères.

Sarah: Vous m’avez montré des photos des peintures des chambres. Ai-je vu celle ci?

Docteur Neruda: Non.

Sarah: De quoi avait -elle l’air?

Docteur Neruda: C’est la plus abstraite et la plus complexe de la collection, et par conséquent, il est difficile de la décrire. Comme pour toutes les peintures des chambres, nous avons passé un temps considérable et nous avons fait de gros efforts pour décoder les symboles et analyser son contenu, mais nous n’avons que des spéculations sur son réel objectif.

Sarah: Aucune hypothèse sur le fait que la chambre 24 était cachée?

Docteur Neruda: Souvenez-vous que la plupart des membres du Groupe Labyrinthe interprétaient le site comme étant vaguement basé sur le génome humain…

Sarah: A cause de sa forme en hélice?

Docteur Neruda: Cela et le fait qu’il y avait 23 chambres, le nombre précis des chromosomes, ou paires de chromosomes dans une cellule humaine normale.

Ces facteurs, ajoutés à certains détails des peintures des chambres, et des textes philosophiques que nous avons décodés, nous ont menés à conclure que le site avait été désigné pour nous conter l’histoire du génome humain.

Sarah: OK, mais pourquoi la chambre 24 était-elle cachée, et en quoi cela se rapporte au génome humain?

Docteur Neruda: Je ne sais pas avec précision, mais souvenez-vous que le 23° chromosome détermine le sexe de l’individu.

La peinture murale de la chambre 23 est la seule qui montre – quoique abstraitement – les organes génitaux externes d’un homme et d’une femme. Nous supposons que c’est délibéré.

Le fait que la chambre 23 ne soit pas terminée suggère que le 23° chromosome n’est en quelque sorte pas terminé non plus, ce qui implique qu’il doit y avoir d’autres fonctions que le déterminisme sexuel qui n’ont pas encore été découvertes.

Sarah: Mais le génome n’a-t-il pas été entièrement décodé? Je me souviens avoir lu que 95% du génome était inutilisé. Ce n’est pas vrai?

Docteur Neruda: Il est exact que les instructions contenues dans les gènes sont la plupart du temps non utilisées, mais les gènes eux-mêmes, de même que leurs ordre d’assemblage, ne sont pas incomplets, pour ce que nous en savons. Il y a, bien sûr, des mutations génétiques qui se produisent de temps en temps, mais là encore, qui ne sont pas un état de non finition, mais plutôt une adaptation spontanée àune interfusion génétique.

Sarah: Alors qu’en est il avec la chambre 24? Existe-t-il des gens avec 24 chromosomes?

Docteur Neruda: Tout d’abord, il faut parler de 23 paires de chromosomes, et oui, certaines personnes ont un chromosome surnuméraire, mais ce n’est généralement pas souhaitable et c’est souvent mortel.

Dans nos recherches, nous n’avons jamais rencontré 24 paires de chromosomes chez un humain normalement constitué et en bonne santé.

Sarah: Mais n’est-il pas possible qu’il ne soit pas question de paires de chromosomes? Il n’y a aucune paire de chambres, alors, peut être parlent-ils du stade 24 chromosomes.

Docteur Neruda: Cette possibilité a certainement été explorée.

Sarah: Et…?

Docteur Neruda: Il n’y eut aucune preuve fiable, donc, on a éludé cette théorie.

Sarah: Donc, aucun humain n’a 24 chromosomes ou 24 paires de chromosomes? Alors pourquoi les WingMakers auraient construit quelque chose de si évidemment génétique dans sa forme et auraient commis une telle erreur?

Docteur Neruda: Aucun membre du Groupe Labyrinthe ne pense que c’est une erreur.

Les chimpanzés, les orangs outans, les gorilles, possèdent 24 paires de chromosomes.

Sarah: Des singes?

Docteur Neruda: N’importe quel biologiste moléculaire vous dirait que notre génome égale celui d’un chimpanzé sur 98%.

Sarah: Suggérez vous que les WingMakers ont créé ce site en hommage aux chimpanzés?

Docteur Neruda: Non. Je dis simplement la vérité.

Avant 1955, les scientifiques pensaient que les humains possédaient 24 paires de chromosomes, comme les chimpanzés ou les gorilles, puis on a découvert que quelque part dans l’histoire, les hommes ont fusionné 2 chromosomes en 1…

Sarah: Et en quoi tout ceci est-il en rapport avec la découverte de la chambre 24?

Docteur Neruda: Il n’y en a probablement pas. Le génome humain est comme un encyclopédie en 23 volumes. Il est fort possible que la chambre 24, dans ce cas, soit l’équivalent de l’index, ou du volume de navigation.

Sarah: Mais ce n’est pas visible comme les 23 autres chromosomes?

Docteur Neruda: Nous pensons qu’il y a une signification au fait que la chambre 24 était cachée, et était seulement connectée à la chambre 23 par une passage vertical étroit.

Il est possible, en théorie, que le 24° chromosome ne soit pas un dépôt de gènes de base de molécule. Il peut y avoir une mutation prévue pour notre futur, ou bien la 24° chambre est la métaphore d’une nouvelle fonction de l’espèce humaine, qui est – encore maintenant – dormante ou non codée.

Sarah: Et Fifteen pense que cela signifie quoi?

Docteur Neruda: ZEMI a effectué une recherche minutieuse des variables et je pense que Fifteen a plus ou moins accepté l’alternative la plus probable, à savoir que le 23° chromosome serait destiné à muter, à créer, ou catalyser la création d’un 24° chromosome qui agirait comme un système de navigation ou un index pour les futurs généticiens.

Sarah: Et ZEMI a pu déduire cela d’une simple peinture?

Docteur Neruda: ZEMI possède 62 analyses des peintures de la chambre 24, et chacune d’entre elle a des probabilités de plus de 40%. Ceci est sans précédent, à moins qu’un objet soit codé avec une complexité suffisante et que la méthode de son codage soit rigoureusement appliquée pour produire un effet de possibilités. La peinture, puis les glyphes sur le mur opposé, cela boucle la boucle.

L’ACIO appelle ce phénomène Complexity Interlocks (l’engrenage de Complexité), avec des facteurs sur une échelle de 0 à 100.

Si un objet ou un événement a un CI de 15, il est considéré comme un objet codé. L’artefact de la chambre 24 a le CI le plus élevé de toutes les chambres: 94.6. Pour faire une comparaison, la chambre la plus haute après la 24, la chambre 6, a un CI de 56.3.

Sarah: Pourquoi est-ce si important?

Docteur Neruda: Parce que Fifteen pensait que la chambre 24 est la clef de la compréhension du site de la Flèche Antique. Les analyses de ZEMI étaient très spécifiques, bien plus que je ne peux en parler.

Sarah: Pouvez vous me donner un exemple de la manière dont ZEMI déterminait l’index de CI?

Docteur Neruda: La peinture ou l’objet étaient scanné et réduits à des composants digitaux. La couleur, l’échelle, la position, la forme et la répétition étaient établis et analysés.

Par exemple, une des figures abstraites de la peinture de la chambre 24 flottait la tête en bas, et possédait 23 étoiles en son milieu.

ZEMI associerait des significations à cela, et cela deviendrait un fil sur l’effet de toile. ZEMI continuerait à créer des fils, cherchant un plan consistant. Si un plan émerge avec des cohérences mathématiques suffisantes et un contexte, il en déduit que l’objet a un certain but.

Sarah: En d’autres mots, un CI élevé indique un but élevé?

Docteur Neruda: Oui, mais surtout si la distinction est importante, comme dans le cas de la chambre 24.

Sarah: Si toutes les pièces s’accordent entre elles, l’image qui en découle est que le site de la Flèche Antique a été créé comme une métaphore du génome humain, et il prédirait une mutation qui produirait un 24° chromosome, qui nous mènerait tout droit vers nos cousins poilus. Ne serait ce pas une dévolution?

Docteur Neruda: Non.

Sarah: Pourquoi non?

Docteur Neruda: L’environnement moléculaire du 23° chromosome est le plus antagoniste et dynamique de tous les chromosomes humains. Cela fait de lui un chaudron pour toute mutation potentielle. Les biologistes moléculaires et les biologistes de l’évolution reconnaissent seulement maintenant la réalité inhérente du 23° chromosome.

L’analyse de ZEMI était que la peinture de la chambre 24 ne concernait pas notre identité sexuelle, comme c’est le cas du 23° chromosome, mais notre identité spirituelle.

Sarah: Comment ça?

Docteur Neruda: Cela me prendrait au moins 20 minutes pour expliquer ce raisonnement. Voulez vous que je poursuive?

Sarah: Pouvez vous me faire un résumé?

Docteur Neruda: Je vais essayer. Il y a plusieurs rapports entre les chambres 23 et 24. Le plus notable étant que la chambre 24 n’est accessible que de la chambre 23.

Cela suppose que la 24 n’existe que suite au comportement et aux conditions de la 23.

En un sens, le tunnel qui lie les 2 chambres serait un canal natal, et la chambre 24 est le bébé.

Depuis que le chromosome 23 est le chromosome du sexe, il détermine l’identité physique et sexuelle de l’individu, son but est en grande partie binaire. Il est logique de conclure que s’il devait donner naissance à un nouveau chromosome, il aurait quelque chose à voir avec notre identité spirituelle, particulièrement à la lumière de toutes les informations que nous avons sur la Race Centrale.

Sarah: J’ai le sentiment que vous y croyez.

Docteur Neruda: Je pense que c’est une hypothèse fiable. Mais le but exact du site de la Flèche Antique doit maintenant être déterminé avec davantage d’assurance.

Fin des extraits de cette première session de l’interview

LES INTERVIEWS DE NERUDA en français

WINGMAKERS – L’interview de Neruda partie 1/4

WINGMAKERS – L’interview de Neruda partie 2/4

WINGMAKERS – L’interview de Neruda partie 3/4

WINGMAKERS – L’interview de Neruda partie 4/4

WINGMAKERS – La 5ème Interview du Dr J. Neruda: Le Grand Portail

http://www.wingmakers.com/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Ajouter un commentaire

Envoyer un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares