A la Une Néonazisme

Un réseau nazi secret dirige ce monde … Vous n’y croyez pas ?

Révélation d’une « étonnante » vérité sur l’Allemagne d’après-guerre

Voilà qui aurait conforté Brecht dans sa démonstration qui disait qu’on ne luttait contre le nazisme qu’en attaquant son fondement, sa racine de classe capitaliste. A partir du moment où la défense du système capitaliste à primé sur la lutte antinazie et cela a été très tôt partout, on a dû s’appuyer sur les anciens nazis à des postes les plus élevés, et pas seulement en Allemagne. On a même exporté des « cadres » comme Barbie et d’autres en Amérique latine, de même que la lutte contre l’URSS dans toute l’Europe de l’Est a été menée par d’anciens nazis devenus les défenseurs de la liberté. (note de Danielle Bleitrach)

réseau nazi secretHitler et les membres du parti nazi en 1930 / Bundesarchiv, Bild 119-0289 / CC-BY-SA 3.0

Au Ministère de l’Intérieur de la République Fédérale de l’Allemagne de l’après-guerre de nombreuses personnes avaient un passé nazi comme le révèlent les résultats d’une recherche réalisée par le Centre de Recherche Historique de Potsdam.

Une équipe d’historiens du Centre de Recherche Historique de Potsdam, avec à leur tête le directeur de cette organisation, Frank Bösch, a analysé les données personnelles de fonctionnaires du Ministère de l’Intérieur de la République Fédérale de l’Allemagne (RFA) entre 1949 et 1970.

Comme affirme Bösch, cité par la chaîne Deutsche Welle, ils en sont arrivés à la conclusion de ce que « une quantité étonnamment élevée » des employés administratifs du Ministère de l’Intérieur de la RFA avaient été des nazis.


Conformément à l’étude, en 1950 la moitié des travailleurs du Ministère de l’intérieur de la République Fédérale de l’Allemagne avait un passé nazi et certains d’entre eux avaient servi dans les diverses divisions de la SS.

Entre 1956 et 1961, le chiffre avoisinait 66% en ce qui concerne les plus hauts grades.

Les enquêteurs expliquent que ce pourcentage élevé s’expliquait par plusieurs causes.

En premier lieu, les fonctionnaires qui avaient travaillé pour le régime nazi ont été employés dans les institutions gouvernementales de la RFA, puisque dans l’époque d’après-guerre il n’y avait pas de personnel qualifié ayant d’autres antécédents.

De plus il existait « un réseau d’ex-nazis », les ex-camarades de parti aidaient leurs vieux collègues à obtenir des postes dans le Ministère, affirment les historiens.

Finalement, plusieurs des ex-nazis ont menti sur leur passé et ont été rétablis parce que les processus de purge étaient inefficaces. Dans quelques cas, indiquent les historiens, il a été fait lumière sur leur cas, mais les ex-nazis n’ont pas subi de type de persécution judiciaire.


70 ans après, l’Allemagne continue à donner une pension aux combattants nazis espagnols

hitler et les espagnolsIl a été révélé que le gouvernement allemand continue de payer des pensions aux soldats espagnols qui se sont portés volontaires pour combattre aux côtés des Nazis contre les forces russes pendant la deuxième guerre mondiale.

Suite à une question parlementaire écrite du représentant du parti de gauche MP Andrej Hunko, le gouvernement allemand a admis qu’il était toujours en trains d’honorer l’accord conclu avec l’ancien dictateur espagnol Francisco Franco, qui avait encouragé activement des combattants espagnols à rejoindre les forces nazis dans la lutte contre la Russie entre 1941 et 1943.

Dans le cadre de et accord, Berlin verse plus d’US$ 116 000 (€ 107 000) par an de pension aux survivants et aux familles de ceux qui ont combattu aux côtés des Nazis sur le Front de l’est dans le cadre de la Division Azul

En 1962, un accord fut conclu entre Franco et la République fédérale d’Allemagne qui a confirmé que les combattants de la Division Azul, les veuves et les orphelins recevraient une pension de l’État. En contrepartie, le gouvernement espagnol a accepté d’indemniser les veuves des personnes tuées dans le cadre de la Légion Condor des Nazis, qui ont bombardé d’Espagne pendant la guerre civile de 1936 à 1939. C’était la Légion Condor qui a effectué l’attentat infâme contre la ville Basque de Guernica, qui a inspiré le célèbre tableau du même nom de Pablo Picasso . Militants basque ont critiqué le gouvernement allemand après les révélations, tandis que la gauche partie MP Andrej Hunko, dont la question a déclenché l’admission de Berlin, a été cinglant des fonctionnaires. Il a dit :

« C’est un scandale que près de 70 ans après la fin de la guerre, l’ Allemagne continue de payer plus de € 100 000 par an à des collaborateurs nazis. Ces personnes ont volontairement rejoint les fascistes allemands dans une guerre d’extermination en Europe de l’est et il est incompréhensible que le gouvernement allemand continue ces versements alors que tant de victimes de la guerre sont toujours en attente de leur rémunération légitime. »

Selon les chiffres du gouvernement allemand, 47 000 volontaires espagnols avaient rejoint les Nazis au combat comme partie d’un accord avec l’Espagne officiellement pas en guerre.

https://histoireetsociete.wordpress.com/

Mais ce n’est pas tout il y a aussi le soutien au nazisme via les résolutions de l’ONU…

Quels sont les pays qui soutiennent le nazisme ?

Par La Voix de la Russie

les pays qui soutiennent le nazisme

Les Etats-Unis, le Canada et l’Ukraine ont voté à la séance de l’Assemblée générale de l’ONU contre le projet russe de résolution condamnant la glorification du nazisme. Le document doit être adopté en 2015, année du 70ème anniversaire de la Victoire dans la Seconde guerre mondiale.
  • 115 des 193 pays membres de l’ONU ont voté pour le document présenté par la Russie.
  • Trois pays : le Canada, les Etats-Unis et l’Ukraine ont voté contre.
  • 55 délégations, y compris celle de l’UE, se sont abstenues.

Le texte de la résolution est redu public sur Internet. Quiconque y jettera un coup d’œil, se convaincra qu’il n’y a pas de pierres d’achoppement. La résolution condamne, en particulier, la négation de l’Holocauste, exhorte à assurer la ratification universelle et l’application efficace de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale.


  • Les auteurs du document se montrent préoccupés par la glorification du nazisme et des anciens SS.
  • Une telle attitude est fondée sur les principes adoptés à l’ONU depuis l’achèvement de la Seconde guerre mondiale et le Tribunal de Nuremberg.
  • Or, plusieurs pays se distancient ces derniers temps de ces principes.

Les militaires de la Garde nationale en Ukraine portent l’uniforme à croix gammée.

L’anniversaire de l’affranchissement des envahisseurs nazis est proclamé dans les pays Baltes jour de deuil.

Ce fait et d’autres encore rendent perplexes la Russie et la plupart des pays du monde. Toutefois, ce n’est pas le cas de Kiev, d’Ottawa et de Washington, dit le vice-président du Comité international du Conseil russe de la Fédération Andrei Klimov :


« Les Etats-Unis, le Canada, leur allié fidèle, et l’Ukraine ont formé une troïka qui a ses réalités qui se distinguent des réalités internationales. Je comprends le Canada où la diaspora russe détermine pour une large part le comportement de l’administration. Cependant, les Etats-Unis qui ont fait partie de la coalition antihitlérienne, participé aux préparatifs et aux travaux du Tribunal de Nuremberg et se sont montrés ces dernières décennies disposés à lutter contre l’idéologie hitlérienne se sont avérés pendant la présidence de Barack Obama du même côté de la barricade que les nationalistes, les partisans de Bandera et les descendants des Waffen SS. Ce fait a été réaffirmé pendant le vote à la séance de l’Assemblée générale de l’ONU. »

Le fascisme est la peste brune réprimée et condamnée par le monde civilisé dès le milieu du 20ème siècle.

Dans le même temps, on assiste à sa renaissance en prévision du 70ème anniversaire de la victoire sur le fascisme. Il existe des forces prêtes à le soutenir. La résolution soumise par la Russie à l’examen de l’ONU a pour but de rappeler, avant qu’il ne soit trop tard, à divers pays les conséquences d’une telle politique, l’intangibilité du Tribunal de Nuremberg.

Dès janvier 2016, un des livres les plus célèbres du XXème siècle sera disponible dans toutes les bonnes librairies : « Mein Kampf »

mein kampf hitlerLes éditions Fayard ont du flair. Elles se sont avisées, avant tous leurs concurrents, que le 1er janvier prochain, Mein Kampf serait libre de droits.

Et elles ont soigneusement préparé ce qu’on peut appeler un coup éditorial. Des notes critiques des meilleurs historiens de la période. Une très bonne traduction d’Olivier Mannoni. Tous les gants qu’il faut pour prendre entre ses mains ce qui valut verdict de mort pour des millions de Juifs.


Mein Kampf est dans l’air du temps.

Chez Robert Laffont on a réédité Les Décombres de Lucien Rebatet avec une préface (nécessaire) de Pascal Ory, excellent historien (et de gauche). Et Gallimard, pionnier en la matière, a publié la correspondance Morand – Chardonne. Un point commun entre ces trois textes : une haine obsessionnelle des juifs, des youpins, des youtres… Rebatet, Chardonne, Morand avaient du talent. Ce qui n’est absolument pas le cas d’Adolf Hitler dont le Mein Kampf suinte l’ennui : la frénésie anti-juive y est répétitive et lassante.

Le chancelier du IIIème Reich a pris l’avantage sur les antisémites de plume cités plus haut en dédiant toute sa vie et son combat à un but ardemment désiré : l’extermination totale d’un peuple, femmes et enfants compris. Et il a réussi au-delà de toutes ses espérances. Ce qui fait que – je le pense très fortement – Hitler a gagné sa guerre.


Mein Kampf est une prophétie meurtrière, une contre utopie du mal réalisée. Mais ce n’est pas pour cette raison qu’il faut le lire. Les vrais amateurs, les tenants de Dieudonné, de Soral plus quelques nazis à l’ancienne relookés à la mode 2015 ont déjà fait l’effort d’aller sur le net où Mein Kampf est en accès libre. Juste quelques milliers d’aficionados… Mais le grand public sera certainement sensible au fait de pouvoir mettre dans sa bibliothèque un livre qui a, hélas, façonné de façon définitive la démographie du continent européen.

Or, et c’est là tout l’intérêt de Mein Kampf, le livre du Führer a déjà rencontré un très, très large public en dehors de France. Mein Kampf est depuis des années un best-seller dans le monde arabo-musulman. Des millions d’exemplaires.

Ainsi, la haine ancienne du Juif déjà présente dans le livre saint de la religion musulmane vient harmonieusement se mélanger avec la haine plus moderne contenue dans Mein Kampf. Rien que pour ça, pour savoir ce qui se passe dans certaines têtes malades et fanatisées, il faut feuilleter l’ouvrage d’Adolf Hitler. Et on comprendra pourquoi derrière le croissant se profile souvent la croix gammée…

http://www.atlantico.fr

Revue de courrier sur Le Républicain Lorrain



À Une confortable majorité, les lecteurs-votants soutiennent le principe de la réédition de « Mein Kampf », l’ouvrage controversé d’Hitler.

Il semble évident que la vieille haine est toujours aussi tenace dans le coeur de certains sous- hommes …!

DOSSIER REALISE A PARTIR DE PLUSIEURS SOURCES

Nouveauté

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer l’auteur, la source et le site : http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email

Articles similaires

Recevez la Newslettter

Vous souhaitez être informés des bons plans, découvrir les meilleurs articles du réseau Elishean et recevoir des conseils pour optimiser l'Ascension. C’est très simple, inscrivez-vous...

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

2020 Année de la Kundalini

Articles Phares

Suggestion Amazon