A la Une Contrôle mental Néonazisme Pédocriminalité

Témoignage de Debra Hunter Pitts. 3- Le réseau nazi et le lien avec le Nouvel Ordre Mondial

Comment le réseau nazi a fonctionné dans le comté de Butler, au Missouri, de la Seconde Guerre mondiale aux années 1980, et leurs liens avec le nouvel ordre mondial.

Introduction de Wes Penre

C’est la troisième partie du témoignage étonnant et choquant de Debra Hunter Pitts, qui a grandi dans le comté de Butler, au Missouri, dans les années 50 et 60 – une région satanique importante des États-Unis à l’époque, où les sacrifices humains étaient quotidiens. Debra, prodige de la musique, s’est impliquée très tôt dans l’industrie musicale et a connu Eric Clapton et Carlos Santana dès l’âge de 13 ans.

Pour une présentation plus détaillée sur Debra, revenez à la première partie de cette entrevue. En fait, si vous ne l’avez pas déjà fait, veuillez commencer par lire les parties 1 et 2 avant de creuser dans celle-ci. De cette façon, vous comprendrez parfaitement en quoi consistent ces entrevues importantes.

Dans la deuxième partie, nous nous sommes concentrés sur l’histoire vraie de la chanson à succès de 1970 « Layla », interprétée par « Derek and the Dominos », dont Eric Clapton était le personnage principal. L’histoire officielle dit qu’il a été écrit par Clapton comme une chanson d’amour, mais comme nous allons le voir, la chanson n’a pas été écrite par Eric Clapton du tout, mais Debra l’a écrite pour Clapton sur sa demande. De plus, ce n’est pas seulement une chanson d’amour, mais les paroles cachent aussi une histoire de meurtre.

Dans la présentation de Debra Hunter Pitts dans la première partie, nous avons appris qu’elle était étroitement liée à Eric Clapton et Carlos Santana, qu’elle avait des enfants avec les deux et qu’ils travaillaient tous les trois sous couverture dans un groupe appelé Militia One, pour arrêter un coup Illuminati (par Debra appelée [justement ainsi] les Nazis) contre les Etats-Unis. Il y avait aussi beaucoup d’autres célébrités impliquées dans la Résistance. Debra a également été interviewée plus tôt par le chercheur et animateur Greg Szymanski, le 23 mai 2007.

Dans la troisième partie ci-dessous, nous discuterons du fonctionnement du réseau nazi qui l’entoure et de ses liens avec la mondialisation. Nous entendrons comment la branche des francs-maçons de St. Louis, dans le Missouri, a émis un arrêt de mort contre elle au moment même où les Nazis capturaient, ligotaient et allaient pendre Bob Jones….

Je suis fier de vous faire participer à cette interview exclusive que j’ai réalisée avec Debra en mars 2008 :

Interview de Debra Hunter Pitts par Wes Penre, mars 2008 [Partie 3]

Poplar Bluff, comté de Butler, Missouri, ville natale de Debra

Wes : Il est très instructif d’interviewer quelqu’un qui a vu l’Agenda du Nouvel Ordre Mondial de l’intérieur comme vous l’avez fait.

Vous avez dit plus tôt que les nazis qui tenaient Butler County dans le Missouri, sous leur emprise n’étaient pas seulement un groupe local, mais liés à l’ensemble du réseau national (et mondial) que nous appelons « Illuminati ».

Pour commencer, pouvez-vous nous dire comment vous l’avez découvert et comment les nazis locaux s’intègrent dans le réseau plus large, tel que vous le comprenez?

Debra : Comme nos médias refusaient de dire la vérité, y compris mes médias locaux, nous savions qu’il s’agissait d’une prise de contrôle nationale, et non seulement locale.

Nous n’avions pas d’autre choix que de supposer que toutes les nations étaient touchées et que de nombreuses personnes étaient enlevées chaque année.

Nous savons maintenant que nous avions raison et que les gouvernements du monde entier se livrent à la traite des blanches.

Cela ne pourrait pas se produire à une telle ampleur à moins que les forces de l’ordre et les gouvernements ne soient impliqués.

La patrouille routière avait pour tâche d’escorter les personnes disparues sur les réseaux routiers de notre pays. Un plan similaire devait exister dans le monde entier.

Wes : Absolument, il le faut, et il y a beaucoup de preuves de cela !

Je pense qu’il serait intéressant d’entendre vos expériences sur la façon dont ce réseau nazi fonctionnait au niveau local, dans le comté de Butler, au Missouri. En ayant un aperçu de la situation, il pourrait être un peu plus facile pour les gens de comprendre comment tout cela fonctionne à l’échelle mondiale. Que savez-vous de la façon dont ce réseau local a été mis en place et comment ils ont réussi à fonctionner si librement sans que les gens du  » monde extérieur  » en aient la moindre idée ?

Debra : Les démons nazis locaux étaient comme des robots sociopathes, en connaître un, c’est tous les connaître.

Ils avaient une emprise ferme sur le système éducatif ; ils devaient le contrôler afin de garder les enfants qui étaient leurs expériences sous les yeux attentifs.

Les Services de protection de l’enfance étaient une imposture qui était une honte pour toute la race humaine.

Leur rôle était de s’assurer que les enfants qui étaient des expériences humaines n’étaient jamais retirés de la maison de leurs propriétaires nazis.

Il y avait certains termes et mots qu’ils utilisaient qui me permettaient de les identifier quand je ne connaissais pas leur nom.

Un exemple du programme de « tuteurs » utilisé par le système scolaire et la SCP [abréviation de Services de protection de l’enfance, note de la rédaction], signifie que lorsque nous demandions de l’aide, ils nous disaient que nous étions trop jeunes pour porter plainte et que nous devions avoir un tuteur. Cela signifiait un adulte qui dirait que nous disions la vérité. Il fallait que ce soit un tuteur ; quelqu’un âgé de 21 ans et un citoyen respectable pour nous défendre et confirmer que nous avons été victimes de violence.

Le programme de « tuteurs » a été un échec total, aucun enfant n’a jamais été retiré d’un foyer nazi.

La CIA contrôlait l’introduction de cocaïne et d’héroïne dans le comté pour qu’elles soient distribuées par le shérif et le service de police.

Nous appelions les voitures de police des « nazis mobiles » et leur rôle était de transporter les citoyens kidnappés pour qu’ils soient utilisés et ensuite éliminés, y compris les soldats de l’Etat.

Palais de justice Poplar Bluff

Le bureau du procureur et le cabinet des juges se moquaient du système qui ne faisait rien d’autre que de tirer un chèque de paie pour leurs titres.

L’Office de la sécurité sociale était lui aussi plein de démons, et la confidentialité n’existait pas. Il n’y avait nulle part où se cacher parce que c’est ce département qui pouvait amener n’importe quel nazi à obtenir les informations qu’il veut sur nous tous.

Le travail de l’Office de l’emploi était de s’assurer que les nazis reçoivent les bons emplois et que les victimes reçoivent très peu d’aide.

Les nazis ont un passe-partout pour chaque type de serrure pour trafiquer les véhicules et entrer dans les maisons. Ils s’engagent l’un l’autre et peuvent être ailleurs et ne pas avoir à être là parce qu’ils sont occupés à nous garder sous surveillance.

Le satanisme a été autorisé à s’étendre sur le globe par manque de connaissance et incapacité de la société à les arrêter.

Le monde est manipulé en pensant qu’ils n’existent que sous forme de petits groupes isolés, mais les petits groupes des petites villes sont en contact avec les groupes des grandes villes. Les tyrans sadiques se connectent tous dans une toile enchevêtrée de tromperies à travers un réseau souterrain dans toutes les nations.

Leur principal objectif est de détruire la souveraineté dans tous les pays et de nous relier sous un seul gouvernement, n’autorisant qu’une seule religion.

Ils piétinent toute personne qui pourrait s’opposer à leur colère. Leur règle est de trafiquer l’histoire et de dire qu’ils marquent le début du jeu final tout en blâmant les chrétiens pour cette maraude.

Ils nous ont tous anéantis de toutes les façons possibles, y compris en détruisant notre système d’éducation. Ce sont les traîtres humanistes séculiers qui nous maintiennent dans le pétrin alors qu’ils escaladent leur pyramide terroriste intérieure.

Le monde extérieur n’est pas pleinement conscient que de nombreux mystères non résolus de crimes et de personnes disparues sont liés au satanisme. La majorité de la population de la terre est encore dans le noir ou commence à peine à voir que ses gouvernements ne sont pas ce qu’elle prétend être.

Carlos Santana

Wes : C’est très vrai et cela confirme mes propres recherches. Ils s’en tirent parce qu’ils se couvrent entre eux. C’est pourquoi on l’appelle « La Fraternité » ; vous vous défendez les uns les autres, peu importe la gravité du crime. Ce n’est que si vous êtes en disgrâce avec la Fraternité que vous serez jeté aux loups ou  » pris en charge  » d’une autre manière. C’est aussi ainsi que fonctionne la politique en général, surtout à un niveau supérieur.

Debra : C’est vrai, Wes, et les criminels de masse locaux se surnommaient les uns les autres les  » bons vieux amis « .

Ce sont des assassins du Vatican qui passent leur vie entière à enlever, torturer, appeler leurs victimes hérétiques et sorcières, puis les tuer à volonté.

Ils tueront tous ceux qu’on leur ordonne de tuer, même l’un des leurs. Jack le nazi se pavanait en disant qu’il tuerait n’importe qui, y compris sa propre mère.

Le Vatican est égal en richesse aux Etats-Unis, mais regardez la différence en masse terrestre. D’autre part, ils possèdent la plus grande partie du monde par infestation et nombre de personnes impliquées. « Catholiques par le nombre », c’est le déplacement des populations n’importe où sur la terre où ils veulent, la mondialisation. Ils font appel au monde par des miracles qui ne sont pas des miracles et une aide qui n’atteint jamais les masses.

Note : Nous avons compris aujourd’hui que le déplacement de populations c’est la vague de migrants qui déferlent sur le monde occidental et que la religion inique choisie c’est l’islam sous forme de soumission…

Nous qui étions leurs esclaves, nous avons été maintenus derrière ce  » rideau invisible « , c’est-à-dire que toute la société a fait semblant de ne pas remarquer notre malheur. Nous étions dans la clandestinité dans le sens où nous n’avions pas le droit de rendre publiques nos histoires sur nos souffrances.

Nous étions des citoyens privés de leurs droits fondamentaux. Nous vivions dans un style de vie de ghetto car nous n’avions pas le droit d’avoir le strict nécessaire dans la vie. Nous n’avions pas droit à notre propre corps ni à notre vie privée et nous avions de la difficulté à protéger nos enfants de leur perversion.

Wes : L’une des sociétés secrètes les plus (sinon la plus puissante) au monde est la franc-maçonnerie. Avez-vous eu des expériences directes avec eux ?

Debra : Je ne sais pas combien de francs-maçons j’ai rencontrés, mais nous les connaissons tous ; nous ne savons tout simplement pas qui est l’un d’eux autour de nous. L’un d’eux, John Chadwell, était un chauffeur de camion de Saint-Louis, qui a épousé une femme nommée Callie. Elle était la sœur de Jack [le beau-père de Debra] et avait d’abord été mariée à Jim Bello, un pédophile mais catholique dévot.

Tombe de franc-maçon à Poplar Bluff, Missouri

Wes : J’ai entendu dire que les nazis vous ont même mis un arrêt de mort. Qu’est-ce que c’était que ça?

Debra : Tous ceux d’entre nous qui ont été pris en otage par les nazis vivaient sous le coup d’un arrêt de mort, y compris des gens célèbres.

Nous savions que nous avions des caméras et des armes sur nous en tout temps. Lorsque nous avons mis en colère les nazis, nous avons risqué non seulement notre propre vie, mais nous avons aussi risqué la vie des gens que nous aimions. Les chagrins d’amour ou les traumatismes émotionnels ont été une grande partie de la raclée mentale qu’ils nous ont infligée.

Il y a eu quelques fois où j’ai appris que j’ai été vendue parce que j’avais disparu, et le shérif Clyde Hendrix voulait qu’on me retrouve avant que je parle. D’après ce que j’ai entendu dire, mon prix était de 1 000 $. J’avais fugué et je me suis caché et une femme nommée Eva Taylor m’a dénoncé. Je ne sais pas si elle a eu la récompense ou non pour mon « retour sain et sauf ». Mais au bout d’un an environ, Nancy Pitts m’a de nouveau vendue.

C’était le vieil homme Pierce et la fille de sa femme, qui étaient les principaux gardiens du charnier. Ils se disaient catholiques dévoués et avaient deux filles dans les alliances. Ils ont aussi eu deux filles adoptives, Kathy et Karen, qui avaient mon âge, et Nancy qui se décrivait comme une sorcière. Quand je l’ai rencontrée, elle était mariée à Tom Pitts, et son frère Bill divorçait en même temps, alors j’ai fait semblant d’aimer ce voyou.

Peu de temps avant que Nancy ne me vende, c’était quand les francs-maçons de Saint-Louis ont eu vent de moi et se sont sérieusement intéressés à mon arrêt de mort. Presque tout le monde de ce côté-ci de l’enfer voulait ma mort pour deux raisons : j’étais un témoin primaire, et pour m’empêcher de former une milice, qui était déjà formée.

Après avoir épousé John Chadwell, un maçon de St. Louis, dans le Missouri, Callie est venu chasser l’écureuil dans les bois où se trouvait la fosse commune. Je savais qu’il voulait voir le site en personne et Ken l’a emmené dans les bois. Ken était le frère de Callie et Jack. C’est peu après que Callie m’a apporté une salade de fruits qu’elle avait préparée et m’a fait manger. Dès que je l’ai mangé, j’ai vomi sur Callie et elle s’est dirigée vers sa voiture et est partie. Je n’ai jamais su ce qu’il y avait sur la salade, mais j’ai été très malade pendant quelques jours. J’ai toujours su que les francs-maçons de Saint-Louis ont dit à John de se débarrasser de moi et que ce n’était pas seulement une affaire de famille. Encore une fois, j’ai survécu à une tentative de meurtre par la grâce de Dieu.

Wes : Ces gens ne cessent jamais de me surprendre ! Ils sont tellement chargés de crimes qu’ils doivent tout le temps avoir peur d’être pris ou exposés. Toutefois, s’ils se font prendre, ils auront encore une chance de s’en tirer au sein de la cour maçonnique de justice, mais pas toujours. Quelle existence misérable ils vivent….

Debra : La raison pour laquelle le crime est si incontrôlable est que tous les liens avec l’OTN [Nouvel ordre mondial, ndlr] nous dressent les uns contre les autres et se méfient les uns des autres.

C’est le système juridique qui a créé l’attitude laïque et humaniste qui nous oblige à vivre dans une société sans cœur et sans cervelle. Nous avons des lois lâches qui sont faibles en matière de criminalité et les tournantes des tribunaux sont instantanément rejouées. Si nos législateurs faisaient des lois sévères, ils auraient de gros problèmes lorsqu’ils seraient arrêtés, eux, leurs parents ou leurs amis.

Nos citoyens de moins de cinquante ans ne savent même pas ce qu’est la démocratie. Ils sont conditionnés à penser qu’ils l’ont parce qu’ils ne connaissaient pas le système d’avant le coup d’État. L’apathie politique a été créée par le NWO, qui est l’autre moitié de la double personnalité de notre gouvernement. Ils ne veulent pas que nous soyons des libres penseurs, ils veulent que nous soyons des robots comme eux.

Le fait de nous garder accros à la drogue est une autre grande raison de notre désintérêt politique ; nos concitoyens n’ont qu’une seule raison d’être pour obtenir une dose de drogue.

Wes : Vous avez également laissé entendre, lorsque nous avons terminé la deuxième partie de cette entrevue, que Bob Jones, l’agent qui travaillait avec vous, avait déjà eu de sérieux problèmes et qu’ils allaient le pendre. Comment cela s’est-il passé?

Oui, Bob Jones s’est fait prendre. Il m’a crié dessus un jour de 1971 près de la fosse commune et j’ai couru vers le bas de la colline dans les bois et j’ai vu que deux hommes avaient attaché Bob. J’ai crié aux hommes que c’était mon petit ami secret et qu’il était marié. Pour faire une longue histoire, je les ai chassés.

Les mains de Bob étaient si serrées derrière son dos que j’ai dû mordre la corde pour essayer de la desserrer. C’était un pro ; une fois relâché, il connaissait les trucs pour les faire sortir. Il a rapidement détaché ses chevilles et a couru dans les bois avec le nœud coulant encore autour de son cou. Je crois qu’il m’a dit qu’ils venaient du bureau du shérif  et je sais que le shérif envoyait des espions de temps en temps. Je crois qu’ils se sont plaints de moialors qu’ils tabassaient deux autres inspecteurs.

Wes : Pour mieux comprendre encore à quoi ressemblait votre vie au sein de cette communauté malade et folle dirigée par ces gens, et après avoir été plus ou moins au milieu de tout cela, pouvez-vous nous dire à quoi ressemblait une journée « typique » dans la vie de Debra Hunter quand vous étiez enfant?

Pont Hargrove par la route 53 dans le comté de Butler, Missouri

Debra : Une journée typique dans ma vie serait de me lever et de me soulever sur la pointe des pieds dans la maison en évitant de faire grincer les planches pendant que je me lavais le visage et que je me peignais les cheveux. Je n’ai jamais eu de vêtements bien ajustés, de bonnes chaussures à porter ou un manteau chaud. J’ai dû apprendre à coudre et à laver mes propres vêtements dès l’âge de huit ans parce que personne d’autre ne le faisait.

Les vêtements qu’on me donnait étaient tout ce que j’avais et je les repassais et accrochais proprement dans mon placard. Souvent, mes plus beaux vêtements disparaissaient de ma commode et de mon placard.

J’ai eu des bleus à l’école et je faisais tout ce chemin ensanglanté jusqu’à l’école. Après l’école, j’aisais à préparer le souper, faire la vaisselle, nettoyer la cuisinière et balayer le plancher de la cuisine. Ensuite, je devais m’asseoir dans le salon près de la télé, parce qu’ils regardaient chacun de mes mouvements. Parfois, on m’obligeait à m’asseoir sur mon lit pendant des heures, et je lisais. Je n’avais pas le droit d’avoir une bible, mais j’en avais une quand même et je n’avais pas le droit de prier, mais je priais, et j’étais souvent battue pour chanter du gospel.

Jack possédait une taverne appelée The Sands Club sur l’autoroute 53 dans les années 60 et il l’a brûlée et en a acheté une et l’a nommée The 53 Club on Highway 53. Il est parti à 8 h et n’est rentré à la maison qu’après 1 h ou 2 h du matin, alors c’était une bénédiction de ne pas l’avoir à la maison même s’il venait souvent dîner avec nous. Quand il le faisait, je me faisais battre pendant qu’il était là, car nous, les victimes, devions souffrir en permanence dans le cadre de l’expérimentation sur les cobayes humains.

Pendant que j’étais battu ou torturé, Jack essayait de me faire dire qu’il n’y a pas de Dieu ; j’ai refusé. Il criait : « Où est ton Dieu ? » Je dirais : « Il est ici et Il témoigne. »

Pendant toutes ces années, Jack ou Helen m’ont laissé allongée sur le sol dans mon propre sang ; aucun d’entre eux ne m’a jamais apporté une cuvette pour le sang ou un verre d’eau. Je restais là jusqu’à ce que je puisse ramper et que je doive laver le sang ou me faire battre pour le foutoir que j’avais fait. Personne ne m’a jamais aidé à me lever du sol ; on m’a laissé là tous les soirs pendant toute ma scolarité.

Quand j’avais seize ans, Jack m’a battu à cause d’une fille nazie du nom de Pat Reed, qui, selon lui, le tenait informé de moi et lui causait des ennuis. Je ne savais pas qui elle était jusqu’à ce que je demande à quelqu’un à l’école.

Chaque fois que je me faisais tabasser si Jack parlait de Pat, j’allais à l’école et je la battais. Je lui ai dit : « J’en ai marre que ton nom apparaisse quand je me fais tabasser, alors quand tu en auras marre que je te frappe, dis à Jack d’arrêter de dire ton nom. » Je l’ai battue jusqu’au jour où elle est tombée enceinte, mais elle a essayé de me faire trébucher, alors je lui ai attrapé les cheveux et lui ai cogné la tête contre un mur.

Jack a dit que Pat était une fille bien qui s’habillait dans une chemise de nuit sexy et séduisait son père.

On m’a donné le choix entre m’habiller sexy pour Jack ou me faire tabasser et violer. J’ai répondu : « Non, j’ai l’habitude de me faire frapper et violer. »

Wes : C’est parfois très difficile d’entendre votre témoignage, parce qu’il y a tellement de souffrance humaine et de douleur. C’est difficile à comprendre pour quelqu’un qui ne l’a pas vécu lui-même. Très déchirant…. En fait, j’ai vécu avec un survivant de MK-ULTRA (qui est un programme gouvernemental de contrôle de l’esprit) en 1999-2000, et nous avons fait des recherches ensemble. Elle m’a raconté une histoire très semblable de sa propre enfance. La façon dont vous avez été traité semble être une opération assez courante dans le contrôle de l’esprit nazi.

Quoi qu’il en soit, sachant comment les Illuminati/Nazis prennent le contrôle en créant la peur et la terreur, il n’est pas difficile de comprendre comment toute cette activité criminelle a pu être tenue secrète – des gens qui savaient n’osaient pas parler. Il y a aussi des récompenses si vous gardez le silence.

Ce système peut être assez sophistiqué et fonctionne assez bien pour eux, bien que la vérité se répande parfois.

Veuillez nous en dire un peu plus sur la façon dont les choses ont été dissimulées.

Debra : De toute évidence, d’après les faits que j’ai entendus et ceux d’autres personnes, il est clair que les employés locaux, d’État et fédéraux ne faisaient pas le travail pour lequel ils étaient payés.

Leur salaire provenait de la partie démocrate de notre gouvernement, c’est-à-dire de l’argent légal. Ils contrôlaient le flux d’argent du gouvernement dans les comtés et pouvaient l’utiliser comme bon leur semblait tant qu’ils pouvaient faire taire les victimes.

Ce que nous avons appelé le  » complot du silence «  signifiait que les gens autour de nous se taisaient aussi et refusaient d’aider l’un d’entre nous à obtenir une enquête dans notre comté. Nous avons traité ces gens de sympathisants et les avons considérés comme aussi coupables que les nazis qui ont commis ces meurtres. Les nazis avaient dit à leurs proches de se taire au sujet du coup d’Etat et quand il serait terminé, ils seraient très riches. Nous appelons cela « Le Jeu du Millionnaire Instantané Nazi » et c’était une promesse qui ne s’est jamais matérialisée, car ils ont joué et perdu.

Ils ont dit à leurs enfants de ne jamais essayer d’aider les victimes, l’une d’entre nous, et de ne jamais essayer de faire entrer qui que ce soit dans le comté pour enquêter. Ce faisant, ils ont mis en jeu la vie de leurs enfants en les entraînant dans la conspiration du silence et sont  tout aussi coupables pour les années passées à dissimuler des meurtres de masse.

Et pendant toutes ces années, j’ai écouté leurs proches dire à quel point ils allaient être riches. Ils ont même fait des blagues sur la façon dont ils ont fait passer Jesse James pour un enfant de chœur, et d’autres blagues. Ils savaient que pendant qu’ils attendaient d’être riches, des gens étaient amenés de partout dans le comté et massacrés, sauf ceux qu’ils avaient choisis d’utiliser dans l’industrie du sexe.

Cela faisait partie de l’argent noir ou de l’argent illicite puisqu’ils utilisaient le corps des enfants des citoyens pour faire de l’argent. L’argent noir provenait du sexe, de la drogue, des armes et de tout ce qui était perverti.

Pendant de nombreuses années, mon esprit s’est mis à « survivre » pendant des heures à la fois. Nous devions arrêter ces nazis quoi qu’il arrive, pour qu’ils ne puissent pas victimiser la génération suivante, c’est-à-dire la génération de mes enfants.

Il est facile de voir que nos impôts ont payé pour notre propre victimisation par notre propre gouvernement.

Nous les avons payés pour nous massacrer avec de l’argent légal, et avec de l’argent noir qu’ils ont acheté et vendu jusqu’à ce qu’ils prennent le contrôle du monde – en plein jour.

Wes : Y a-t-il des États en particulier qui ont été plus impliqués que d’autres dans ce trafic d’êtres humains et dans le reste de ces activités hautement criminelles, d’après ce que vous savez ?

Debra : Les États dans lesquels je savais que lorsque j’étais écolière, c’était le Missouri, l’Arkansas, le Texas, la Géorgie, l’Indiana, la Californie, New York et Washington D.C. C’est plus tard que j’ai réalisé que le Nebraska, l’Iowa, le Kansas, le Kentucky et l’Utah étaient impliqués, certains de ceux que je considérais récemment comme  » Nazi « . En fait, tous les comtés qui ont touché Butler Co. ont été repris par les Nazis, y compris l’Arkansas.

Rue principale de Poplar Bluff, comté de Butler, Missouri

Je ne connaissais que peu de choses sur l’extérieur de ma propre ville natale, Poplar Bluff, Butler County dans le Missouri.

Il y avait Chillicothe, dans le comté de Livingston, au Missouri. On nous disait toujours qu’il s’agissait d’un camp de jeunes filles qui étaient battues jusqu’à ce qu’elles apprennent à faire ce qu’on leur disait. J’étais terrifié à l’idée d’en parler.

Booneville, Cooper County, Missouri était un camp de garçons où les garçons étaient envoyés pour être battus jusqu’à ce qu’ils apprennent à faire ce qu’on leur disait.

Gunther Russbacher, l’agent de la CIA, était de la région de St. Louis, Missouri. Il a participé à l’opération Clydesdale, une opération secrète de sauvetage d’enfants disparus. Il a dit à peu près la même chose que moi, que les réseaux pédophiles sont éliminés. Je viens de découvrir ses infos ces derniers jours sur whale.to [vous pouvez aussi le lire sur le site de Rumor Mill News, ndlr].

Au moment où j’étais au collège, je savais que les Bowlands du comté de Tarrant, au Texas, rendaient visite aux nazis locaux dans ma ville natale. J’ai aussi appris que certains d’entre eux du comté de Washington, en Arkansas, visitaient aussi ma ville natale. C’est pourquoi j’ai dû aller dans ces deux comtés pour y vivre un certain temps. J’en discute plus en détail dans l’interview que Greg Szymanski a faite avec moi.

Johnny Gosch en 1982

Je crois que mon cas correspond à plusieurs cas dont j’ai entendu parler au cours de la dernière année ; The Franklin Cover-up, Johnny Gosch, Mauri et Jim Rothstein, un détective de New York [veuillez visiter le site Web de Mauri le plus tôt possible après avoir lu cet article. Il y a beaucoup d’informations très informatives et importantes, ndlr]. Ce sont celles que je connais bien. Je n’ai lu qu’un seul livre sur une Canadienne qui a survécu au satanisme et c’était « Michelle se souvient » de Michelle Smith en 1980.

Oui, certains d’entre nous ont communiqué avec le Bridgestone Media Group à St. Louis et nous espérons que les témoins feront un pas en avant pour faire avancer les choses.

Wes : Très bien ! Plus il y a de canaux sur lesquels nous mettons cette information, mieux c’est !

Je sais par mes propres recherches que ces personnes transmettent leur pensée criminelle de génération en génération, c’est-à-dire que les enfants du culte apprennent comment les choses sont et devraient être d’un point de vue nazi par leurs parents et les autres dans ce système.

Est-ce quelque chose que vous avez remarqué, vous aussi ?

Debra : Oui, ils sont générationnels, mais ils permettent aussi de nouvelles recrues.

Tous les nazis sont des informateurs et ils se font appeler police secrète.

Dès l’enfance, ils subissent un lavage de cerveau de la part de tous les sectistes qui les entourent. Ils sont délibérément confondus avec ce qu’est la réalité et formés pour aider à garder un œil sur ceux qui sont leurs victimes. Ils sont programmés pour surveiller les victimes et les prendre par surprise pour les attaquer. Ils crient et font une scène en les accusant de choses dans l’espoir de faire croire à ceux qui les entourent qu’ils sont les méchants.

Leurs parents les récompensent et se vantent de leur intelligence, de leur bonté et de leur beauté lorsqu’ils blessent d’autres enfants et les comparent à des enfants stupides, méchants, laids, etc.

Ils sont également utilisés comme objets sexuels, tout comme les enfants disparus.

Les nazis ont divisé leur personnalité pour deux raisons que je connais : d’abord pour causer des maladies mentales et les rendre plus faciles à contrôler, et ensuite pour les détruire mentalement en tant que témoins fiables de tous les crimes et meurtres auxquels ils sont impliqués.

Wes : Ce qui m’amène à ce fait étrange : ce que la plupart des gens ne réalisent pas, c’est que la majorité de ces membres de la secte ne se considèrent pas comme mauvais ; c’est ainsi qu’ils ont été élevés et ont appris de leurs parents. Dans leur façon tordue de penser, ils croient que ce qu’ils font est pour le plus grand bien, et absolument nécessaire pour l’avenir de l’humanité.

Mais s’il vous plaît, continuez…

Debra : Eh bien, personne ne touche à la vraie signification d’un nazi, mais il serait plus approprié de les définir comme des personnes délibérément endommagées physiquement au cerveau.

Ils sont fous et il n’y a rien de tel qu’un nazi normal. Il est vrai qu’ils se noient, étouffent, écrasent les zones molles du sommet de leur tête et donnent des injections à leurs nouveau-nés pour détruire les cellules du cerveau dans le cadre des expérimentations sur les cobayes humains.

Tous les enfants nazis sont formés à tousser sur le visage des victimes à l’école chaque fois qu’ils sont malades pour attraper leur grippe. Ils n’ont jamais été punis pour cela, mais les victimes qui se sont plaintes ont été harcelées et ont été traitées de mauvaises langues par les enseignants qui étaient eux-mêmes nazis.

Lorsque l’enquête a débuté en 1984, trois générations de nazis étaient impliquées dans le sacrifice humain, le cannibalisme et la consommation de sang humain.

Alors que je vivais à l’emplacement de la fosse commune, j’écrivais un journal chaque samedi soir à la lueur d’une bougie. Ces documents ont été transmis à Interpol, qui les a toujours, et la plupart d’entre eux pourront être rendus publics un jour ou l’autre.

Mais cela nous amène à un problème majeur des États-Unis et de leur rôle dans les dissimulations multiples. Ils n’admettent pas seulement que tout est vrai jusqu’à ce que de nombreuses décennies se soient écoulées ; ils continuent ensuite à nier des parties.

Eric Clapton

Je dois m’assurer que les gens comprennent que le charnier dont Eric [Clapton] et moi avons été témoins était un tout nouveau site et le seul que j’ai vu en personne. Nous étions l’un des quartiers généraux des satanistes ; c’est pourquoi tout le comté avait des fosses communes. Nous ne saurons pas combien de sites jusqu’à ce que cela existe et que les citoyens forcent les médias à aider à l’exposer, mais le FBI et la CIA ont toutes ces informations.

Les sectistes kidnappaient constamment des gens et cela a duré pendant trois décennies, à ma connaissance. J’ai toujours pensé que mon comté détenait la réponse à des dizaines de milliers de personnes disparues.

J’ai grandi hanté par l’image d’Eric et moi dansant et les gens autour de nous ne se rendant pas compte que nous étions le chaînon manquant dans ces enlèvements.

Mick Jagger, Rod Stewart et Tom Petty n’étaient que trois des nombreuses stars du rock avec lesquelles Debi était amie.

Wes : Vous avez brièvement mentionné que vous avez une sœur jumelle, Barbara, mais jusqu’à présent nous n’avons pas beaucoup parlé d’elle. Quel était son rôle et que lui est-il arrivé?

Debra : Oui, Barbara était ma sœur jumelle et nous avons fait en sorte qu’elle ait l’air d’avoir été tuée et que la maison ait brûlé avec elle à San Francisco en novembre 1984. Les nazis faisaient circuler des photos de son corps à tout le monde dans le comté de Butler. Il fallait qu’elle ait l’air morte pour qu’elle soit sous couverture.

Une fois que le gouvernement utilise des citoyens comme cobayes, il doit être tenu secret.

J’ai vu soixante enfants vers 1986 dans le comté de Butler qui ont été sauvés des nazis par la CIA et je n’ai jamais su ce qui leur est arrivé, mais je pense qu’ils n’ont jamais été autorisés à retourner auprès de leurs parents.

La CIA et le FBI que nous espérions aider se sont avérés être une bande d’enfoirés qui sont venus ici et nous ont tous suicidés, y compris nous qui étions des victimes. Moins il y aura de vérité à dire au tribunal, mieux ce sera pour les gouvernements, car ils doivent se protéger de la mauvaise publicité, même lorsqu’il s’agit de tuer un témoin primaire comme moi.

Wes : Oui, et c’est très difficile de se défendre quand il y a infiltration partout où on tourne. Et vous n’avez certainement pas pu à aucun moment obtenir de l’aide de la police, évidemment…

Debra : Je ne sais pas combien de flics étaient nazis mais c’en était beaucoup. Ils dirigeaient bien le comté de Butler quand j’y ai grandi.

Une fois, alors que j’étais adolescent et que je parlais à des gens dans la rue, une voiture de police est arrivée et le voyou qui est sorti m’a fouetté avec son pistolet et je suis tombé à terre. Je me suis levé et j’ai dit : « Enlève cet insigne et jette-le par terre pour que je puisse cracher dessus parce que ça m’offense qu’un homme portant un insigne puisse me fouetter au pistolet. »

En 1984, lorsque l’enquête sur le camouflage a commencé, le shérif du comté de Butler a été nommé Link. Interpol avait déjà des preuves remontant à 1971, puis le FBI et la CIA sont entrés et ont surveillé Link jusqu’à ce qu’ils sachent qu’ils avaient tous ses contacts.

Le psy-op de la CIA comprend l’administration aux nazis d’une dose de sérum de vérité avant qu’ils ne meurent. Moi aussi, j’ai reçu une dose en 1985 à l’hôpital ostéopathique de Ft Worth. Ils l’ont mis dans mon tube IV et ont envoyé un psychiatre pour m’interroger.

Il y avait beaucoup de flics à Fort Worth qui étaient nazis en 1984.

Celui du FBI que je connaissais par son nom était Mike Bond. Je ne sais pas combien d’autres agents du FBI il y avait de nazis.

Quand je suis arrivé dans la région du comté de Benton, en Arkansas, et un peu en Oklahoma, je savais qu’il y avait des policiers nazis. En fait, le tueur en série, lecteur d’esprit, que j’ai trouvé était un flic avec une double personnalité qui a tué quarante personnes. J’ai envoyé son nom et quelques infos à NBC News à Oklahoma City en janvier.

Wes : Merci, Debra. Nous savons tous les deux qu’il y a beaucoup de détails qui peuvent être racontés sur ce qui s’est passé dans le comté de Butler, et malheureusement cette interview serait beaucoup trop longue si nous incluions tout. Cependant, cette série d’entretiens avec vous a été très bien accueillie par mes visiteurs.

Et si nous nous arrêtions ici pour l’instant, mais qu’en raison de la demande populaire, nous pouvions poursuivre ces discussions à une date ultérieure?

Debra : Oui, ça me semble une bonne idée, Wes.

Wes : Alors je tiens à vous remercier du fond du cœur d’avoir apporté cette information extrêmement importante ! Vous êtes très courageux et vous avez fait beaucoup pour votre pays ; vous pouvez en être fiers. J’espère que l’information que vous avez donnée ici se répandra rapidement et fera réveiller les gens.

Debra : Je l’espère aussi. Merci de m’avoir invité, Wes.

Wes : Merci !

http://www.illuminati-news.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires