Terrorisme

Suheib Yousef, ex-cadre du Hamas, balance toute la vérité

Corruption et vie de pacha : la dolce vita du Hamas révélée

Un haut cadre de l’organisation islamiste révèle ce que clamait dans les rues le peuple de Gaza, réprimé en mars dernier. Corruption, espionnage et vie de pacha, tout y passe.

Il paraît que la vérité sort de la bouche des enfants. La vérité sur le Hamas a jailli de la bouche du fils d’un de ses chefs. Le pieux récit, celui des leaders héroïques qui auraient fait don de leur personne à la cause palestinienne et à Allah, vient de voler en éclats. En écho à la colère grandissante du peuple de Gaza contre ses dirigeants, un haut cadre de l’organisation islamiste, Suheib Yousef, a décidé de balancer. Et ça fait mal.

C’est le fils d’un des fondateurs du Hamas, Hassan Yousef. Adoubé par les hautes sphères de la nomenklatura, Suheib a été nommé en poste à Istanbul. Tout allait bien pour lui, exil doré dans un pays frère. Jusqu’au jour où il a craqué. Trop, c’est trop, il fuit la Turquie pour un pays asiatique non précisé, on le comprend. Car il se décide à commettre la pire des transgressions : pactiser avec les « sionistes ». Il choisit en effet de parler à la 12, la chaîne de télé privée israélienne la plus populaire.

Au cours de l’interview, il déballe tout.

Tout ce qu’on connaissait déjà un peu via les réseaux sociaux, les vidéos postées au péril de la vie des internautes. Tout ce qui ne se dit pas, ou alors avec des circonlocutions, dans les médias européens bon genre, parce que toucher au Hamas, c’est « faire le jeu d’Israël ». Suheib, lui, n’a pas d’états d’âme.

Officier du renseignement, il a quitté les rangs de l’organisation terroriste après avoir été exposé à une corruption grave.

Depuis sa cachette, il parle des mécanismes d’espionnage, de l’hédonisme, de l’exploitation d’enfants à des fins terroristes – et des menaces qui pèsent sur sa vie.

« J’étais à m’intérieur du Hamas et j’ai travaillé pour le mouvement, mais lorsque j’ai été exposé à la corruption, je les ai quittés et j’ai raccroché avec eux. »

Suhayb Yusef, 38 ans,  était un haut responsable du Hamas en Turquie il y a un mois. Mais soudainement décidé de quitter le mouvement, il a pris l’avion pour l’Asie de l’Est et a fui l’organisation dont il faisait partie depuis le jour de sa naissance. Dans une interview exclusive menée dans sa cachette, Yusef a fourni un rare témoignage qu’il est peu probable d’avoir entendu par le passé sur ce qui se passe dans l’organisation terroriste qui contrôle la bande de Gaza.

Yusef, est le frère du « prince vert » Musab Hassan Yusuf, et le fils de l’un des dirigeants du mouvement en Cisjordanie, le cheikh Hassan Yusuf Khalil, ils ont travaillé au siège de l’organisation en Turquie pour recueillir des renseignements.

Maintenant, il révèle le fonctionnement du bureau politique de l’organisation, qui sert en réalité de centre d’espionnage pour l’Iran.

« Le Hamas mène des opérations militaires et de sécurité sur le sol turc sous le couvert d’une société civile », a déclaré Yousef. « Ils ont des centres de sécurité d’où ils utilisent des équipements d’écoute avancés, pour écouter les gens et les dirigeants (palestiniens) à Ramallah ».

« Ils ont des équipements et des programmes informatiques avancés pour le faire », a-t-il dit. Lorsqu’on lui a demandé si le groupe écoutait aussi des conversations téléphoniques israéliennes, il a répondu par l’affirmative, sans donner plus de détails. Yousef a dit qu’il ciblait aussi d’autres pays arabes.

Mais il a accusé le Hamas de ne pas travailler dans l’intérêt du peuple palestinien.

« Ils travaillaient pour un programme étranger. Ce n’est pas pour la cause palestinienne. Au lieu de cela, ils vendent l’information à l’Iran en échange d’une aide financière », a-t-il dit, notant que l’argent provenait de banques turques.

M. Yousef a déclaré que ce n’était là qu’un des domaines dans lesquels il a été désabusé par le Hamas basé à Gaza, affirmant que ses activités visaient uniquement à étendre son pouvoir à la Cisjordanie.

« Envoyer des enfants innocents pour commettre des attaques »

Selon Yusef, le siège du Hamas en Turquie ne se contente pas d’espionner et de collecter des informations, mais travaille également dur pour organiser des attaques terroristes en Israël et dans les territoires.

« J’ai vu comment le mouvement mobilise les gens en Cisjordanie et les finance également », a-t-il déclaré. « Ils mènent des actions douteuses – notamment envoyer des enfants innocents en Cisjordanie pour mener des attaques ».

« Le but des attaques en Cisjordanie est de tuer des civils, pas pour faire de la résistance, ni pour Jérusalem, ni pour la libération des terres palestiniennes, pas même parce qu’ils détestent les Juifs, ils envoient ces innocents exporter la crise de la bande de Gaza vers la Cisjordanie », a-t-il déclaré.

Palestinians take part in a rally marking the 31st anniversary of Hamas’ founding, in Gaza City December 16, 2018. REUTERS/Ibraheem Abu Mustafa – RC18F3B44F80

Yusef explique que son mobile est patriotique et qu’il l’expose dans l’intention d’ouvrir les yeux de son peuple à la nature de ses dirigeants à Gaza – qui exploitent le peuple et mènent une vie de luxe.

« Les dirigeants du Hamas vivent dans des hôtels de luxe en Turquie »
, a déclaré Yusef. « Ils vivent dans des tours de luxe, leurs enfants fréquentent des écoles privées et reçoivent un soutien financier très important de la part du Hamas. Ils ont la sécurité, des piscines, des clubs sportifs. »

« Le Hamas est une organisation terroriste raciste – dangereuse pour le peuple palestinien »

« J’ai été surpris par le niveau d’hédonisme », a poursuivi Yusef, décrivant la vie de ses dirigeants isolés des habitants de Gaza. « Ils mangent dans les meilleurs restaurants et vivent en Turquie comme des pachas. » 

« Quand je vivais en Turquie, j’ai été choqué par le comportement des membres du Hamas, je les voyais manger dans des endroits où un plat coûtait 200 dollars ». Une famille à Gaza vit avec 100 dollars par mois, c’est même pas le prix d’un plat dans le restaurant gastronomique turc qu’ils fréquentent. »

Le salaire moyen à Gaza, où le chômage est supérieur à 50 %, est d’environ 360 dollars par mois, selon le Bureau central palestinien des statistiques.

« J’ai grandi au Hamas, j’ai travaillé pour le Hamas, mais quand j’ai été confronté à la corruption, je suis parti, j’ai coupé les ponts », a-t-il dit.

« Je demande aux dirigeants du mouvement Hamas d’envoyer leurs propres enfants, ou d’y aller seuls, mener ces attaques. Pourquoi Ismail Haniyeh ne fait-il pas la marche du retour et ne jette-t-il pas des pierres?

Qu’est-ce que le Hamas obtient de ces attaques? Organisez à nouveau des élections, et aucun palestinien ne sera pas élu, c’est une organisation terroriste raciste – c’est dangereux pour le peuple palestinien. « 

Yusef, il est conscient que ses actions mettent sa vie en danger – et pourtant, il n’abandonne pas la vérité.

« Même avant cet article, des menaces de meurtre avaient été proférées », a-t-il déclaré. « Mais je n’ai pas peur d’eux, si le Hamas veut me transformer en Shahid, alors je serai un martyr, je préfère être la victime et non celui qui fait mal. »

Frère du Prince Vert

Ce qui rend l’histoire de Yousef fascinante, c’est que son père est Hassan Yousef, cofondateur du groupe en Cisjordanie, qui a passé près du tiers de sa vie dans les prisons israéliennes.

Et son frère aîné Mosab, surnommé le « Prince Vert », d’après la couleur du drapeau du Hamas et sa place autrefois royale au sein du mouvement, a suivi le même chemin avant lui de façon tout à fait spectaculaire.

Mosab a passé une dizaine d’années à travailler comme agent pour le service de sécurité israélien du Shin Bet au plus fort des attentats suicides de la seconde Intifada – en tant que bras droit, chef de sécurité et confident le plus fiable de son père, transmettant en secret des informations glanées pour aider Israël dans son combat contre le terrorisme.

Il s’est depuis éloigné de son père, a demandé l’asile aux États-Unis et s’est converti au christianisme. Il a publié une autobiographie intitulée Le Prince Vert en 2010.

Mais Suheib Yousef a vite pris ses distances par rapport aux actions de son frère.

« Contrairement à mon frère, je n’ai jamais travaillé pour Israël », a-t-il dit. « Je n’ai jamais trahi [le Hamas], j’ai été loyal envers eux. »

Il a dit qu’il avait fait l’objet d’une enquête après la trahison de son frère et qu’il n’avait aucun lien avec Israël, alors il a été autorisé à continuer à travailler pour le Hamas.

« J’appelle les dirigeants du Hamas, y compris mon père, à démissionner de ce mouvement corrompu du Hamas », a-t-il dit. « Je suis sûr que mon père sait aussi qu’il y a beaucoup de membres corrompus. »

Tout au long de l’interview, Yousef a réitéré qu’il n’avait aucun problème avec les Juifs, achetant à un moment donné une noix de coco à l’interviewer et disant : « Vous êtes les gens du Livre et nous sommes musulmans et nous n’avons aucune animosité envers vous. »

Il a dit que sa motivation principale était d’aider le peuple palestinien en dévoilant le vrai visage du Hamas.

« Le problème à Gaza, c’est que le Hamas s’accroche au pouvoir par la force. Si le Hamas abandonnait le pouvoir, il n’y aurait pas de problèmes », a-t-il dit, accusant les dirigeants corrompus du groupe d’utiliser la population de Gaza comme de la chair à canon pour leurs ambitions.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

MilenaVous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares