A la Une Lecture Inspiration Religion et Tradition

«Sodoma», le livre-choc sur l’homosexualité au Vatican

« Le Point » a lu l’ouvrage de Frédéric Martel sur l’omniprésence de prélats gay au sommet de l’Église. Une enquête explosive qui va provoquer le débat.

Par Thomas Mahler

« Le Vatican a une communauté homosexuelle parmi les plus élevées au monde et je doute que, même dans le Castro de San Francisco, ce quartier gay emblématique, aujourd’hui plus mixte, il y ait autant d’homos ! »

Publié en France le 21 février et simultanément en sept autres langues, Sodoma (Robert Laffont) affiche en couverture un cierge, mais a tout d’une bombe éditoriale. Son auteur, le journaliste, chercheur et écrivain Frédéric Martel, spécialiste de la question homosexuelle, a enquêté pendant quatre ans au sein du Vatican, mais aussi dans trente pays. L’auteur du Rose et le Noir et de Mainstream a interrogé près de 1 500 personnes, dont 41 cardinaux, 52 évêques et monsignori et 45 nonces apostoliques.

Sur 630 pages, le sociologue décrit ce qu’il nomme « le secret le mieux gardé du Vatican » : l’omniprésence des homosexuels au sommet de l’Église.

On connaissait les scandales récents, comme l’arrestation du prêtre Luigi Capozzi, organisateur d’orgies chimiques dans son appartement du Vatican, ou les ahurissantes allégations en août dernier de monseigneur Vigano, accusant, entre autres, le pape d’avoir couvert les abus sexuels de l’ancien cardinal Theodore McCarrick.

On savait aussi que le pape François multipliait les attaques à peine voilées contre les « rigides qui mènent une double vie ». Mais Frédéric Martel entend mettre au jour tout un système, non pas un « lobby gay » comme on l’entend souvent, mais presque une normalité.

Selon lui, « l’homosexualité s’étend à mesure que l’on s’approche du saint des saints ; il y a de plus en plus d’homosexuels lorsqu’on monte dans la hiérarchie catholique. Dans le collège cardinalice et au Vatican, le processus préférentiel est abouti : l’homosexualité devient la règle, l’hétérosexualité l’exception. » Il affirme qu’une autre règle contre-intuitive, mais « qui se vérifie presque toujours », est que les prélats qui tiennent les discours les plus homophobes et traditionnels sur le plan des mœurs s’avèrent eux-mêmes en privé homosexuels ou homophiles, étant ces fameux « rigides » hypocrites dénoncés par François.

« Qui suis-je pour juger ? »

En dépit d’un titre provocateur (quoique biblique) et de quelques scènes dignes de Priscilla folle du désert (la description de la messe de consécration de Georg Gänswein, secrétaire personnel de Benoît XVI…), Sodoma n’est pas un pamphlet, mais une palpitante plongée dans les arcanes du Vatican comme en Amérique latine ou dans toute l’Europe.

On passe de somptueux penthouses de cardinaux aux bas-fonds de la gare Termini où se côtoient « deux misères sexuelles », celle des prêtres et celle de migrants prostitués. On navigue entre Proust et le thomisme, Jacques Maritain et la queer theory.

Découvrez les extraits exclusifs du livre de Frédéric Martel

Le livre revisite les pontificats de Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI sous ce prisme gay.

Il est particulièrement terrible pour le pape polonais, qui a multiplié les anathèmes contre l’homosexualité et le préservatif en pleine épidémie du sida, mais dont l’entourage proche aurait été majoritairement constitué de gays, dont deux éminents cardinaux à l’homophobie d’apparat qui ont été mêlés à une affaire de réseau de prostitution masculine.

Le pape François apparaît, lui, comme le héros du livre, multipliant en bon jésuite les déclarations ambiguës sur le sujet, mais auteur en 2013 d’une formule historique : « Qui suis-je pour juger ? »

Un « Da Vinci Code » du pontificat de Bergoglio

Si Frédéric Martel prend le soin de distinguer la question de l’homosexualité de celle des scandales d’abus sexuels qui se multiplient au sein de l’institution catholique, il assure que cette culture du secret est une clé essentielle pour comprendre pourquoi certains cardinaux et évêques ont couvert des actes pédophiles.

Dans un épilogue bouleversant, l’écrivain révèle que le prêtre de sa jeunesse, du côté d’Avignon, est mort du sida dans les années 1990, abandonné par l’Église. Citant Rimbaud (« Je n’aime pas les femmes. L’amour est à réinventer »), il assure que certains résidents du Vatican ont, du fait des contraintes du célibat, réinventé leurs amours, un vieux cardinal vivant avec « son beau-frère » ou beaucoup d’autres avec leur secrétaire privé.

Frédéric Martel dit d’ailleurs sa sympathie pour nombre de prélats « dans le placard » qu’il a rencontrés, même les plus conservateurs.

Le Point publie en exclusivité des extraits de ce livre sulfureux. Spécialiste du Vatican, notre confrère Jérôme Cordelier explique en quoi l’ouvrage est le « Da Vinci Code du pontificat de Bergoglio ».

Nous avons aussi longuement interrogé Frédéric Martel sur les coulisses de son travail. L’écrivain assure que Sodoma n’est pas un livre anticlérical, mais une investigation sur une « communauté homosexuelle un peu particulière ».

Enfin, nous ouvrons le débat en donnant la parole au grand vaticaniste Henri Tincq, qui salue le sérieux de l’enquête, et l’abbé Christian Venard, aumônier militaire, qui assure que « l’immense majorité des religieux, religieuses et prêtres vivent dans la fidélité à leur engagement de chasteté ».

« Sodoma : enquête au cœur du Vatican », de Frédéric Martel, éd. Robert Laffont, 638 pages, 23 euros, parution 21 février

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires