A la Une Gnostiques et Rose-Croix Le Mystère JESUS Terres Sacrées

Qu’ont trouvé les Templiers en fouillant sous les ruines du Temple?

Les Chevaliers Templiers sont partis chercher quelque chose en Orient. Quelque chose de primordial pour la religion de Bernard de Clairvaux et d’Étienne Harding? Quelque chose ne pouvant se trouver que sur les Lieux Saints ? Quelque chose de tellement secret que seul le pape a dorénavant prise sur l’Ordre. Quelque chose de si fabuleux que seuls les liens du sang des fondateurs peut le protéger !

Mais qu’ont-ils cherché, trouvé ou cru trouver?

Le Saint-Graal? L’Arche d’Alliance?
Les secrets architecturaux qui feront rayonner l’art gothique à partir du 12e siècle?
Quelque savoir ésotérique en rapport avec l’Islam?

Quelques manuscrits hébraïques qui parleraient de jésus?

Tout semblerait alors s’expliquer…

Les voyages de « reconnaissance » d’Hugues de Payns, de 1104 et 1114,
L’étude de textes hébreux en 1115 à l’Abbaye de Cîteaux,
Les fouilles sous le Temple de Salomon à partir de 1118.

En 1126, ils ont trouvé… Le comte de Champagne abandonne tout et les rejoint.

Dès 1127, il faut protéger le secret !
Le concile de Troyes rend les Templiers intouchables et les transforme en armée de défense des Lieux Saints.

La vérité sur les Templiers

Tellement de livres, d’articles et de traités académiques ont été écrits sur l’ordre des pauvres chevaliers du temple de Salomon à Jérusalem – généralement abrégés en templiers – qu’il est difficile de séparer les faits de la fiction ou du fantasme.

Fondée en 1118 par un noble français pour protéger les routes de pèlerinage du sud de l’Europe vers la Terre Sainte, il s’agissait à l’origine d’une compagnie de neuf chevaliers.

Sa taille a augmenté au cours des dix années suivantes pour atteindre 15 000 moines guerriers et 40 000 membres laïcs, et constituer la communauté religieuse la plus riche de la chrétienté. Sa chute et sa destruction éventuelles étaient aussi dramatiques que les chastes chevaliers chrétiens ont été accusés de pratiquer le «péché contre nature», le blasphème, l’hérésie et le culte du diable.

La montée soudaine des Templiers, leur richesse considérable obtenue en chargeant leurs navires vides d’épices, de soie et d’autres produits de luxe sur le chemin du retour en Europe, et leur statut particulier au sein de l’Église catholique romaine, ont suscité la critique et créé de puissants ennemis.

Même le Vatican critiqua l’Ordre et, en 1207, le pape Innocent III dénonça les chevaliers pour leurs excès et pour «employer des doctrines dignes de démons».

Un an plus tard, il publia une bulle pontificale car les chevaliers avaient refusé d’accepter son autorité et remplacé cela avec celui de leur propre grand maître. En 1238, le pape Grégoire IX accusa même les Templiers de pratiquer l’hérésie, mais aucune accusation ne fut retenue contre eux.

L’expression «fierté d’un templier» est devenue courante pour décrire toute personne arrogante.

Au combat, malgré leurs croyances religieuses ou peut-être à cause d’eux, les Templiers étaient renommés pour leur courage et leur impitoyable. Lors du limogeage de villes et de villages en Terre Sainte, les chevaliers ne faisaient preuve d’aucune pitié, tuant hommes, femmes et enfants sans distinction, de sorte que les rues coulaient littéralement avec le sang du massacré.

C’était en dépit du fait que l’Ordre aurait conclu des alliances et des accords secrets avec les Sarrazins.

Il est possible que ces transactions soient de même nature que les accords financiers prétendument conclus entre certaines troupes de l’OTAN et les forces des Taliban dans la guerre actuelle en Afghanistan.

En France, les Templiers possédaient de vastes étendues de terres et de nombreuses propriétés, y compris des villages entiers qu’ils dirigeaient en tant que propriétaires terriens féodaux.

L’Ordre ne devait aucune allégeance à la couronne française et ne payait aucun impôt aux États sur leurs revenus en tant que marchands et agriculteurs. Cela finit par les mettre en conflit ouvert avec le roi de France Philippe IV, également appelé Phillipe Le Bel. Lorsqu’il est monté sur le trône, il a découvert que le royaume dont il avait hérité était en faillite. D’énormes sommes d’argent avaient été dépensées pour financer les croisades en Terre Sainte et, en termes réels, les Templiers étaient plus riches que le roi.

Au début, Philippe s’est tourné vers les Juifs en tant que source de revenus, puis il a commencé à considérer les Templiers et à chercher comment il pourrait les discréditer et saisir leurs avoirs.

Pour agir contre l’ordre, Philippe a d’abord dû se débarrasser du pontife en exercice, son ennemi juré, le pape Boniface VIII.

Le roi l’accusa publiquement d’athéisme, de blasphème et d’immoralité et réussit à le faire remplacer par son propre pape fantoche, Clément V, qui dirigea l’Église d’Avignon en France au lieu de Rome.

Des rumeurs sur d’étranges activités au sein de l’Ordre du Temple et leurs croyances hérétiques circulaient depuis quelques années. On disait qu’ils avaient un cercle restreint d’adorer un veau d’or, une tête ou un crâne humain ou une idole à la tête de chat ou de chèvre avec des rites obscènes.

Leur règle monastique de chasteté était apparemment un simulacre alors que les chevaliers pratiquaient le «vice contre nature» de l’homosexualité dans le cadre de leurs rituels secrets d’initiation à l’Ordre.

Lorsque trois chevaliers ont été expulsés de l’Ordre pour faute grave et se sont proposés pour informer de leurs anciens camarades, le roi Philip a saisi sa chance d’agir. Il a dupé le grand maître des templiers, Jacques de Molay, en lui laissant son quartier général à Chypre et en se rendant à Paris sous prétexte que le roi voulait discuter du lancement d’une nouvelle croisade.

De Molay arriva à la cour française avec 150 000 florins d’or et dix cargaisons de lingots d’argent en guise de cadeau au roi. Tandis que De Molay et son garde du corps personnel séjournaient à la commanderie des Templiers à Paris, le roi Philippe ferma son piège sur l’Ordre.

Le 13 octobre 1307, le roi ordonna des perquisitions à l’aube dans le quartier général de Paris. De Molay et soixante de ses chevaliers furent arrêtés. Des ordres avaient également été donnés aux gouverneurs de province dans toute la France. En même temps, toutes les maisons religieuses templières étaient perquisitionnées, leurs membres arrêtés et, ce qui importait le plus pour le stratagème du roi, leurs biens matériels étaient saisis par la couronne.

Un mois plus tard, le pape Clément V a gentiment adressé une bulle papale aux monarques de l’Europe les informant que l’ordre des Templiers avait été déclaré hérétique et qu’ils devraient en arrêter tous les membres sur leurs terres.

Certains ont obéi au décret papal, mais dans certains pays, les Templiers ont été pratiquement indemnes et leurs membres ont été assimilés à d’autres ordres de chevalerie.

Au total, quatre-vingt-huit accusations ont été portées contre les templiers en France avec le soutien du pape, qui a en fait été impliqué dans la procédure judiciaire engagée à leur encontre. Deux premières accusations, de fréquentation de femmes et d’incitation à l’islam, ont été abandonnées. Cependant, les autres accusations subsistaient, à savoir que les chevaliers avaient nié le Christ comme sauveur et rédempteur de l’humanité, crachaient et piétinaient la croix lors de leurs initiations dans l’Ordre, adoraient une idole non spécifiée, pervertissaient (profanaient) le sacrement, pratiquaient meurtre rituel, portait une corde «d’importance hérétique», effectuait des «baisers rituels» lors de cérémonies d’initiation nues et était un traître envers les autres forces chrétiennes du Moyen-Orient.

Les chevaliers qui avaient été intronisés dans le cercle restreint de l’Ordre ont avoué que les prêtres templiers les avaient forcés à nier et à renoncer à Christ. On leur a dit qu’il était un faux prophète et obligé de cracher trois fois sur un crucifix et de le fouler aux pieds. Certains candidats étaient réticents ou trop effrayés pour commettre cet acte blasphématoire et ont été forcés de le faire à l’épée. D’autres qui refusaient toujours ont été punis en étant fouettés tous les jours et nourris avec une ration de pain et d’eau jusqu’à leur accord.

Nouvelles preuves sur les confessions des Templiers

En 2003, la chercheuse en histoire, Barbara Frale, a été autorisée à accéder à des documents précédemment conservés dans les «archives secrètes» de la bibliothèque du Vatican concernant le procès des Templiers français à Chinon en 1310.

Connu sous le nom de Parchemin de Chinon, ce document décrit les confessions. des principaux templiers de France, dont le grand maître français de l’Ordre. Les aveux ont été librement donnés sans torture et le procès a eu lieu en présence du pape Clément.

Des preuves ont été fournies du rite d’initiation à l’Ordre comportant des crachats sur la croix. Cependant, dans leur défense, les chevaliers ont déclaré que cet acte avait simplement pour but de mettre à l’épreuve le courage du candidat. C’était pour voir comment ils s’en sortiraient s’ils étaient capturés par les Sarrasins et forcés de renoncer à leur foi.

L’un des chefs d’accusation retenus contre les Templiers était qu’ils devaient se déshabiller au tout début de leur initiation. Le prêtre qui présidait la cérémonie a ensuite embrassé le candidat sur la bouche, le naval (plexus solaire), la «base de la colonne vertébrale» et sur leur pénis. Les Inquisiteurs considéraient ces preuves comme la preuve que les chevaliers avaient violé leur vœu de chasteté et se seraient livrés au péché de l’homosexualité.

En fait, cette pratique peut être liée à l’accusation selon laquelle les Templiers étaient des traîtres qui ont conclu des pactes avec leurs ennemis sarrasins.

En 1166, douze chevaliers templiers ont été pendus à Jérusalem pour avoir trahi une forteresse chrétienne en Jordanie à l’armée de l’émir de Damas.

On prétendait que les Templiers avaient conclu un pacte secret avec le tristement célèbre Ordre des assassins et avaient également des liens avec la secte hérétique islamique des soufis. Il est possible que, par ces contacts, les Templiers aient été exposés à certaines pratiques mystiques ou occultes des écoles de mystères sarrasins. Dans ces cas, le maître respire certaines parties du corps de l’initié pour stimuler les centres psychiques ou chakras. Cette pratique pourrait facilement être interprétée à tort comme un baiser.

Comme nous l’avons vu, les Templiers étaient accusés d’adorer un dieu non chrétien représenté sous la forme d’une idole ou d’une image. Cela a pris la forme d’une tête ou d’un crâne humain, parfois avec deux ou trois visages, un gros chat noir ou une chèvre, et même un homme à la tête de coq, qui a été identifié par certains auteurs avec la divinité gnostique Abraxas.

En fait, une figure de cette description a été trouvée sur des phoques templiers. Les descriptions de la tête la décrivaient comme ayant une « vieille peau », comme si elle avait été embaumée ou momifiée, et des yeux qui « clignotaient comme un éclair ». D’autres ont dit qu’il s’agissait d’un crâne en métal argenté ou noir. Un templier de la commanderie parisienne a déclaré que la tête avait une longue barbe et que les chevaliers se sont agenouillés devant elle et l’ont embrassée en l’appelant leur sauveur.

Certains ont suggéré que l’image vénérée par les Templiers était le Linceul de Turin.

Dr. Barbara Frale affirme avoir trouvé la confession d’un templier français appelé Arnaut Sabbalier dans les archives secrètes du Vatican.

Il y était indiqué « comme un vêtement de lin sur lequel était imprimée l’image d’un homme ».

On lui a dit d’embrasser les pieds de cette image à trois reprises avec vénération. Le Dr Frale a déclaré que le suaire, qui est supposé être un faux médiéval, avait été porté disparu entre la chute de Constantinople (Istanbul moderne) en 1204 et le début du XIVe siècle. Au cours de cette période, le Dr. Frale prétend que c’était dans la tutelle de l’Ordre du Temple.

Lorsque l’idole avait la forme d’une image d’un chat noir ou d’un dieu à tête de chat, elle était associée à la fertilité et était supposée apporter de bonnes récoltes aux fermes appartenant à l’Ordre.

En Angleterre, un templier appelé Étienne de Stapelbrugge fut interrogé en juin 1311 et lui demanda s’il était au courant de l’adoration d’un chat. Il a répondu qu’une telle idole n’était pas connue en Angleterre, mais il avait entendu parler de son adoration de la part de l’Ordre «dans des régions d’outre-mer». Certains auteurs suggèrent que cette divinité féline aurait pu représenter l’ancienne déesse égyptienne du chat et du lion, Bastet et Sekhmet.

Une image trouvée dans une commanderie française dépeint une figure démoniaque avec un visage félin, une barbe, des seins de femme, des ailes de chauve-souris, des pieds et des cornes fendus. Eliphas Levi (Alphonse Louis Constant), occultiste français du XIXe siècle, a identifié cette figure comme étant «Baphomet».

Sa célèbre illustration montre une figure hermaphrodite avec une tête de chèvre, un torse humain avec des seins féminins et des pattes de chèvre avec des pieds sabots. Sur son front, un pentagramme, l’étoile du matin à cinq branches de Lucifer, le portier de lumière, et entre ses cornes flamboie une bougie représentant la lumière gnostique de l’illumination spirituelle.

Levi a décrit Baphomet comme une image panthéistique de l’Absolu. D’autres occultistes l’identifient à Azazel, le bouc émissaire biblique et chef des Veilleurs ou anges déchus qui ont enseigné la civilisation et les arts magiques aux premiers humains.

Bien que la persécution des Templiers ait été concentrée en France, la bulle papale délivrée par Clément V aux chefs royaux de l’Europe l’étendit sur tout le continent.

Le pape a envoyé une lettre séparée au roi Édouard II d’Angleterre lui ordonnant d’arrêter tous les Templiers du pays. Au début, le roi refusa d’obéir, disant même au pape que les Templiers anglais étaient innocents et restaient fidèles à l’Église catholique romaine.

Cependant, la politique intervint, car non seulement le roi Edward était-il fiancé à la fille du roi de France, mais il avait aussi besoin de l’appui du pape dans sa lutte pour maintenir le trône d’Ecosse menacé par Robert the Bruce. À contrecœur, Edward donna l’ordre à tous les shérifs d’Angleterre de détenir les Templiers dans leur région. Mais il a ordonné qu’ils ne soient pas détenus dans des « conditions difficiles » ni soumis à la torture.

De nombreux templiers anglais étaient déjà entrés dans la clandestinité et le roi reprochait au shérif d’York de permettre à ses chevaliers templiers de «se promener dans le pays», déguisés en vêtements laïques. Parce qu’Edward avait interdit aux chevaliers d’être torturés, très peu de preuves ont été rassemblées contre eux.

Dans un cas, la seule preuve d’acte répréhensible était le témoignage d’un jeune garçon qui disait qu’un dicton répandu parmi ses contemporains était «Méfiez-vous du baiser d’un templier».

Là où des preuves ont été trouvées, les chevaliers concernés ont été envoyés aux monastères comme pénitence et aux biens de l’Ordre et des biens ont été saisis par la couronne ou remis à des organisations militaro-religieuses rivales telles que les Chevaliers de Saint-Jean. En 1292, il était dit qu’il y avait encore plus de cinquante domaines en Angleterre entre les mains des Templiers.

Comment les Templiers sont devenus liés à la franc-maçonnerie

En Écosse, la situation était plus compliquée en raison de la lutte en cours pour le trône. Le roi Edward devait garder l’approbation du pape et il l’a fait en accusant les Templiers d’hérésie.

Le premier procès des chevaliers écossais a débuté en octobre 1309 au palais royal de Holyrood House, mais seuls deux accusés ont comparu devant le tribunal et étaient tous deux Anglais.

Des sources maçonniques affirment que, lorsque l’Ordre a été supprimé en France, le commandant des Templiers d’Auvegne s’est enfui par bateau avec huit chevaliers et a atterri à Mull en Écosse.

Là, ils auraient rejoint d’autres Templiers qui s’étaient échappés d’Angleterre et l’Ordre aurait survécu.

Une version alternative indique que l’Ordre a survécu sous les auspices des Chevaliers de Saint-Jean ou des Hospitaliers et est devenu associé aux pavillons opérationnels ou aux guildes de tailleurs de pierre qui sont finalement devenus franc-maçonnerie.

Au XVe siècle, le roi Jacques II d’Ecosse aurait nommé Sir William St Clair de Sinclair comme «patron et protecteur des maçons écossais» et aurait décrété qu’il s’agirait d’un titre héréditaire.

Sir William est célèbre en tant qu’architecte et constructeur de la chapelle Rosslyn, dont les pierres uniques du Moyen Age sont sculptées d’images extraites de sources bibliques, païennes, maçonniques et gnostiques. Rosslyn a également des liens avec les Templiers écossais et on raconte que, comme le roi Salomon lors de la construction de son temple à Jérusalem, Sir William a embauché des « artificiers de royaumes étrangers ». En fait, le plan de la chapelle serait fondé sur celui-ci. temple.

Dans une conférence intitulée « Les origines de la franc-maçonnerie » donnée à l’Albert Halls de Stirling, en Écosse, en 2001, l’historien maçonnique Robert Lomax déclara que le plan de la chapelle de Rosslyn était une réplique exacte du deuxième temple de Jérusalem construit par le Roi Hérode et détruit par les Romains au premier siècle de notre ère.

Il a également affirmé qu’une gravure dans le cadre inférieur de la fenêtre, au sud-ouest de la chapelle écossaise, décrivait l’initiation au premier degré de l’apprenti entré dans la franc-maçonnerie. Dans l’image, on voit un homme agenouillé entre des piliers, les deux piliers situés à l’entrée du temple de Salomon, ainsi que dans des loges maçonniques. Il est représenté avec les yeux bandés avec un licou ou un nœud coulant autour du cou. La fin de la corde est tenue par un deuxième homme qui semble porter la tunique des Templiers avec sa croix distinctive à bras égal. Le candidat tient un livre – la Bible? – qui a une croix identique sur sa couverture.

Le Dr. Lomas a souligné dans son discours que la seule autre figure représentée sur les sculptures de Rosslyn avec un nœud coulant au cou est une image de Shemyaza, un des noms alternatifs du chef des Gardiens ou anges déchus mentionnés dans le livre apocryphe d’Enoch.

Il a ensuite affirmé que selon la tradition maçonnique, William St Clair avait construit la chapelle de Rosslyn pour abriter ou dissimuler certains artefacts mis au jour par les Templiers sous les ruines du temple de Jérusalem.

D’autres auteurs ont émis l’hypothèse que la chapelle serait le dépositaire du Saint Graal ou même la tête de saint Jean-Baptiste.

On sait que lorsque le roi de Jérusalem accorda des terres aux neuf pères fondateurs des Templiers, ils passèrent plusieurs années à fouiller sous les ruines du temple de Salomon.

Les tunnels qu’ils ont creusés ont été ré-excavés au XIXe siècle par le lieutenant Charles Warren des Royal Engineers. Warren était un franc-maçon britannique du 33ème degrés qui fut par la suite anobli et devenu Commissaire de la police métropolitaine.

À ce titre, il était responsable de l’enquête ou de la dissimulation éventuelle des meurtres infâmes commis par Jack l’Éventreur à l’est de Londres, qui, selon certains auteurs, avaient un lien maçonnique.

Des spéculations considérables ont entouré les mystérieuses fouilles réalisées par les chevaliers médiévaux sous le temple.

On a prétendu qu’ils avaient déterré un ancien trésor enfoui, tels que des vases cérémoniels en or et en argent utilisés dans le temple d’origine, et qui était à l’origine de cette immense richesse. Plus fantastiquement, ils ont peut-être trouvé le Saint Graal, l’Arche de l’Alliance ou les Piliers de Tubal Cain, sur lesquels ont été gravées toutes les connaissances préservées de l’époque pré-antédiluvienne.

SAR le Prince Michael d’Albany, actuel descendant du trône des Stuart, estime que les Templiers ont mis au jour plusieurs manuscrits sauvés de l’incendie qui a détruit la Grande bibliothèque d’Alexandrie.

Ceux-ci auraient contenu des connaissances perdues sur la nature ésotérique de la musique, de la géométrie et de la métallurgie.

Gaeton Delaforge, membre de l’un des nombreux groupes occultes modernes qui utilisent le nom des Templiers, a affirmé que les chevaliers avaient trouvé des reliques et des documents relatifs aux traditions spirituelles de l’Égypte et d’Israël antiques.

Comme on le sait, le temple de Salomon est extrêmement important dans la mythologie et la symbologie de la franc-maçonnerie, ce qui le lie aux Templiers. L’initiation maçonnique est basée sur le meurtre rituel de Hiram Abiff, l’architecte et maître-bâtisseur du temple de Salomon, par trois autres tailleurs de pierre utilisant les outils du métier.

Salomon lui-même est décrit dans la légende rabbinique en tant que sorcier et magicien qui a convoqué et utilisé des esprits élémentaux pour aider à la construction du temple. Ses mariages avec plusieurs princesses étrangères sont également dénoncés dans l’Ancien Testament, où il est dit qu’il «sacrifiait et faisait brûler de l’encens en haut lieu» (I Rois 3: 3). En fait, ces «hauts lieux» étaient les collines en dehors de la ville, couronnées de bosquets sacrés dédiés au culte de la déesse cananéenne Ashtaroth.

Ce n’est qu’au dix-huitième siècle que l’Ordre du Temple, qui aurait été conduit sous terre quatre cents ans auparavant, a commencé à émerger sous le couvert de la franc-maçonnerie.

En 1736, l’une des figures les plus célèbres de la maçonnerie contemporaine, le chevalier Andrew Ramsey, partisan écossais de la cause jacobite et tuteur des fils de la dynastie Stuart en France, déclara que la franc-maçonnerie était l’héritière de la tradition templière.

Bien que le chevalier Ramsey ait fait allusion à la relation entre les chevaliers médiévaux et les maçons, c’est le baron Karl Gottlieb von Hund, qui a créé un diplôme templier dans la franc-maçonnerie avec la création du rite d’observance strict.

Von Hund avait été initié dans une loge maçonnique à Paris dirigée par Lord Kilmarnock, grand maître de la franc-maçonnerie écossaise, qui prétendait hériter d’une tradition templière.

Von Hund a déclaré avoir été initié par une mystérieuse figure masquée connue sous le nom de «Chevalier de la plume rouge», qu’il a plus tard identifiée comme étant le prince Charles Edward Stuart, connu sous le nom de Bonnie Prince Charlie par ses disciples jacobites. Quelle que soit cette personne, il aurait donné la permission à Von Hund de créer une loge maçonnique en Allemagne à des degrés plus élevés du templarisme.

Le baron von Hund avait un rival dans ce renouveau néo-templier en Allemagne appelé Johann Augustus Starck. Il a affirmé avoir été intronisé dans un pavillon maçonnique-templier à Saint-Pétersbourg, en Russie impériale. Il avait également établi des liens indépendants avec une tradition templière encore vivante du sud de la France, liée à l’hérésie cathare médiévale.

Starck pensait que les premiers Templiers avaient appris les traditions occultes grâce à des contacts en Perse, en Syrie et en Égypte, ainsi qu’à une société secrète qu’ils avaient rencontrée lors des combats dans les croisades.

En 1807, un membre portugais des anciens chevaliers de la Compagnie de Jésus-Christ, nom qui aurait été adopté par les templiers au Portugal et en Italie après l’interdiction de l’Ordre, se rendit à Paris. Là, il est supposé avoir fondé une nouvelle loge maçonnique combinant franc-maçonnerie et templarisme. Une loge rivale maçonnique-templière existait déjà dans la ville et prétendait descendre d’un chevalier oint par Jacques de Molay en tant que nouveau grand maître de l’Ordre avant d’être incendié par l’Inquisition. Il aurait possédé une charte de fondation datée du 13 février 1324.

Il est difficile d’établir ou de prouver définitivement un lien historique entre les Templiers et la franc-maçonnerie. Cependant, certains historiens maçonniques ont établi des comparaisons entre les trois chevaliers qui ont trahi l’ordre au roi Philippe de France et les trois meurtriers de Hiram Abiff dans le mythe maçonnique.

Il est également fait référence à l’assassinat d’un important commandant des Templiers, Charles de Monte Carmel. Il a été assassiné peu de temps avant la suppression des Templiers et ses assassins ont dissimulé son corps en l’enterrant sous un arbre à épines, où il a été retrouvé par ses compagnons chevaliers.

Bibliographie

Michael Baigent et Richard Leigh, Le temple et la loge , Jonathan Cape, 1989
A. Bothwell-Gosse, Les Templiers , Le co-maçon et
Simon Brightman, À la recherche des Templiers: Guide des sites en Grande – Bretagne , Weidenfeld & Nicolson, 2006
Michael Haag, Les Templiers: Histoire et Mythe , Livres de profils, 2008
Alexander Horne, Le temple du roi Salomon dans la tradition maçonnique , La Presse Aquarienne, 1972
Alain Demurger, Le Dernier Templier , Livres de profils 2009
Helen. J. Nicholson, Les Templiers en procès: Le procès des Templiers dans les îles Britanniques 1308-1311, The History Press, 2009.

https://www.newdawnmagazine.com/articles/truth-about-the-knights-templar

VOIR AUSSI : 

Secrets : L’Ordre du temple et le Prieuré de Sion

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

ISOLATION + CHAUFFAGE pour 1 euro. Nouveau dispositif 2020

Vérifiez votre éligibilité !

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares