A la Une Peuples et Nations Société - doc

Qu’est-ce qui manque à ces pays en paix qui envoient des migrants en Europe?

Les migrants souffrent sous la neige en Europe ….!

Ces gens quittent l’Afrique – continent au sous-sol plus que riche, continent qui, grâce à son climat, permet dans nombre de pays des récoltes pratiquement toute l’année – pour venir, sans y être invités, en trichant, en cachant leur nom, en mentant sur leur âge, en laissant leur famille dans des pays où eux, prétendument, souffriraient. Et ils campent sous la neige ….

Certains diraient qu’ils retournent chez eux, qu’ils envoient des SMS avec leurs Iphone dernier cri pour dire que la France n’est pas l’Eldorado promis. Qu’on cesse de les aider, qu’ils se prennent par la main pour changer les choses chez eux, pour chasser les politiques corrompus, pour faire des puits, irriguer le désert s’il le faut…

Les Israéliens l’ont bien fait.

Le cas de l’Algérie

Les Français qui ont fait de la Mitidja un jardin d’Eden l’ont bien fait, eux.

La Mitidja en 1950 ci-dessous :

C’est que dès 1830 les Français avaient eu à coeur de planter, lutter contre le désert, ils pensaient même attacher les Arabes à leur pays, attacher les Nomades à une terre, comme le Général Bugeaud, qui, en 1841, disait à son Ministre de la guerre : « Tâchons de donner aux Arabes le goût de la culture des arbres, parce que rien ne rend sédentaire et n’attache à la réalité comme cela ».

Les Français ont travaillé comme des fous, planté, reboisé…

Qu’attendent-ils pour faire pareil, les Algériens de 2018, les Somaliens, Erythréens et autres « migrants » ?

L’Algérie n’est jamais parvenue à atteindre l’autosuffisance alimentaire en raison de choix économiques catastrophiques au lendemain de l’indépendance, qui ont sacrifié son agriculture, au profit d’une politique du développement des hydrocarbures.

Ces mauvais choix ont contraint ce pays à tout importer, y compris des fruits et légumes, pour une facture alimentaire totale, évaluée à plus de 10 milliards de dollars.

L’Algérie avait pourtant à la fin des années 40 une agriculture florissante, comme le démontre le reportage ci-dessous de la télévision française.

La voix-off de ce reportage rappelle avec enthousiasme que “L’Algérie récolte à profusion pommes de terre, carottes, artichauts, pois, haricots verts, tomates lorsqu’en France les vergers fleurissent à peine. Les courriers d’Algérie transportent des cerises, des abricots que le soleil a fait mûrir en avance et qui sont en Europe les annonciateurs du printemps. Et quand le verglas et la neige recouvrent les campagnes européennes, les clémentines, les citrons, les oranges, dates au goût de miel mettent sur les tables par leur couleur un rayon de soleil. Citons quelques chiffre: au cours de l’automne et de l’hiver 47 et 48, l’Algérie a exporté 900 000 quintaux d’agrumes, 200 000 quintaux de dattes, 350 000 quintaux de figues sèches. Au cours de l’année tout entière plus de deux millions de quintaux de fruits et de légumes frais, pendant le seul printemps de 1948, 700 000 quintaux de pommes de terre nouvelles ont été importées d’Algérie”.

https://oumma.com/quand-lalgerie-etait-une-grande-puissance-agricole-exportatrice-video/

Personne ne choisit ses parents, sa couleur de peau, le pays qui l’a vu naître, ses points forts et handicaps. Cela fait partie des hasards de la vie.

La grandeur de l’homme c’est de faire avec, de tirer parti de ce qu’il est ou a, de ce qu’il n’a pas ou n’est pas, pour vivre la meilleure vie possible, pour apporter à la terre qui l’a vu naître ses talents, ses efforts, son amour… et transmettre à ses descendants un pays meilleur.

On a accueilli, dans les années 90, nombre d’Algériens qui risquaient effectivement leur vie avec le FIS et on a bien fait.

Chacun sait – même les politiques le reconnaissent – qu’il y a très peu de migrants qui risquent vraiment leur vie dans leur pays et qu’ils sont essentiellement des « réfugiés économiques », traduisez des gens qui ont envie de changer d’air, de vivre en Occident.

Et d’y apporter leurs coutumes et mode de vie qu’ils nous imposent, tant qu’à faire.

On fuit le pays mais on veut transformer l’Eldorado en un double de ce pays….

http://resistancerepublicaine.eu/2018/02/08/les-migrants-sous-la-neige-a-paris-bien-fait-zavaient-qua-rester-chez-eux/

L’Algérie en 1961

Présentation en couleur de l’Algérie moderne à travers les activités de l’EGA (électricité et gaz d’Algérie) avec un texte écrit par Geneviève Baïlac, créatrice de La Famille Hernandez.

L’Algérie, huit ans après (1970)

Alger – Annaba – Hassi Messaoud – Ghardaïa – Sahara

Un reportage de la Télévision Suisse !

L’Algérie aujourd’hui

Pauvre Algérie (vidéo en haut de l’article)

L’Algérie est le pays qui a connu à la fois une guerre civile de dix années et le plus grand nombre de révoltes sociales entre 2011 et 2013, c’est-à-dire au moment des révolutions dites « du monde arabophone ».

Beaucoup de personnes, que ce soit à l’intérieur et l’extérieur du pays, se posent la question sur l’immobilisme politique des Algériens. Pourquoi ne « bougent »-ils pas ? Si cette question ne peut être traité avec légère et mérite qu’on lui consacre une grande étude à la fois sociologique, économique et politique et cultuelle, il est néanmoins possible de dire, d’une façon très générale, que plusieurs facteurs empêchent l’émergence d’une société organisée « dite démocratique » et un État de droit.

Dossier réalisé à partir de plusieurs sources

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

ISOLATION + CHAUFFAGE pour 1 euro. Nouveau dispositif 2020

Vérifiez votre éligibilité !

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares