Histoire - doc La Grèce Antique Les Anciens Religion et Tradition

Que se cache-t-il derrière le mythe de Sparte?

sparteIl y a de cela 2500 ans, Sparte était une cité indépendante appartenant à la Grèce. Celle-ci, ainsi que son roi Léonidas, se firent principalement connaître de l’Histoire grâce à un affrontement célèbre contre la Perse et qui a d’ailleurs inspiré le film « 300 », la bataille des Thermopyles. Pourtant, nous savons au final que très peu de choses sur ce peuple et sur ce qui s’est réellement passé à ce moment clé de l’Histoire, puisque tout ceci a été recueilli par Hérodote, 40 ans après les faits.

Malgré cela, nous allons tenter, avec l’aide de différents spécialistes, d’en apprendre davantage sur cette civilisation guerrière et voir ce qui se cache réellement derrière le mythe de Sparte…

Partie 1/4

Les Spartiates – 1/4 by prophecy-come-sometimes

Partie 2/4

Les Spartiates – 2/4 by prophecy-come-sometimes

Partie 3/4

Les Spartiates – 3/4 by prophecy-come-sometimes

Partie 4/4

Les Spartiates – 4/4 by prophecy-come-sometimes

Alors que cette société était basée sur l’égalitarisme, la vie à Sparte était loin d’être une chose facile. En effet, en plus d’une éducation particulièrement rigoureuse et sans pitié qui aboutissait à la formation de guerriers parfaitement entraînés et craints par la majorité des autres peuples, les spartiates ont également donné naissance à l’une des premières formes d’eugénisme de l’Histoire. Et pour cause, les citoyens de cette cité se considérant comme un peuple élu n’hésitaient pas à tuer tout nouveau-né présentant des signes d’infirmité ou de faiblesse.

Par ailleurs, afin de conserver la discipline, chaque habitant de la ville était sous surveillance et les rois ne dérogeaient pas à la règle. Effectivement, Sparte était une dyarchie, c’est-à-dire qu’elle était représentée par deux rois rivaux qui veillaient chacun à ce que l’autre ne s’éloigne pas du droit chemin. Ces derniers étaient eux-mêmes chaperonnés par un conseil appelé les éphores.

Quant à la réputation d’invincibilité que ce peuple guerrier acquit, elle trouve notamment son origine dans la conquête de deux royaumes limitrophes, la Laconie et la Messénie. Les spartiates réduisirent ensuite les habitants de ces deux pays en esclaves, appelés Hilotes. Ces derniers avaient pour rôle de fournir Sparte en nourriture afin que les habitants de la cité puissent se consacrer uniquement à la pratique de la guerre. Pour éviter toute révolte, les spartiates n’hésitaient pas à avoir recours à la politique de la terreur auprès de ces peuples soumis.

Pourtant, ces préoccupations allaient vite passer au second plan face à la menace Perse. Bien qu’ils n’y prêtèrent pas immédiatement attention, la demande ultérieure d’aide de leur cité rivale, Athènes, les poussa à rentrer en guerre, du moins après la célébration de leur fête religieuse. Finalement, ils arrivèrent trop tard sur le champ de bataille et purent constater que les athéniens avaient été victorieux sans leur recours.
Peu de temps plus tard, le couronnement du nouveau roi de Perse, Xerxès, allait cette fois laisser nulle place au choix puisque ses vocations de conquêtes menaçaient l’Europe toute entière.

Pour contrer l’envahisseur Perse, le roi de Sparte, Léonidas, dut convaincre son peuple de se battre aux côtés des grecques afin de pallier à leur flotte maritime quasi inexistante. Néanmoins, avant d’entreprendre toute action militaire, Léonidas voulut consulter les oracles qui lui firent alors une révélation pour le moins funeste. En effet, ces derniers l’avertirent que si le roi de Sparte ne mourrait pas en combattant, tout son royaume serait vaincu.

Face à ces révélations, les spartiates partirent en guerre avec le soutien d’Athènes. Léonidas voulut, pour contrer l’armée perse, faire front sur le chemin côtier des thermopyles avec le soutien de la flotte athénienne. Pour ce faire et pour montrer l’exemple, le roi choisit 300 hommes parmi les plus valeureux de ses guerriers afin de mener bataille avec lui. Pour autant, ces derniers étaient bien évidemment voués à une mort certaine, puisque l’armée perse comptait plus de 200 000 soldats. C’est probablement pour cette raison que Léonidas décida de ne choisir que des pères de famille pour mener cette mission, considérant probablement qu’ils avaient fait leur devoir pour la société et qu’ils étaient donc « sacrifiables ».

C’est ainsi, qu’en 480 avant Jésus-Christ, 300 hoplites ainsi qu’un nombre indéterminé d’Hilotes partirent faire front contre l’envahisseur dans les thermopyles.
Sur le chemin, les spartiates furent rejoints par des alliés issus de différentes cités grecs qui suivirent l’exemple donné par Léonidas. Pour autant, leur nombre s’élevant à seulement 4000 hommes, les chances de vaincre l’imposante armée perse restait toujours très faibles. Néanmoins, les spartiates et leurs alliés comptaient bien utiliser le terrain en leur faveur, puisque les thermopyles offraient un véritable goulot d’étranglement qui pourrait bien servir à neutraliser la supériorité numérique de leurs adversaires. Par ailleurs, un sentier secret connu uniquement par les spartiates permettait de prendre à revers l’envahisseur.

Xerxès attendit 5 jours avant de mener son offensive, ne comprenant pas l’attitude du camp adverse face à son imposante armée. Néanmoins, le roi perse comprit très vite pourquoi les grecs avaient autant de zèle, puisque les premiers assauts furent repoussés sans aucun problème.
Furieux, Xerxès envoya des milliers de ses hommes, parmi lesquelles figuraient des membres de sa propre famille. Mais, cette nouvelle offensive se solda de nouveau par un échec.
En parallèle, comme le suggère un historien du Ve siècle, il est tout à fait possible que Léonidas ait tenté de faire assassiner directement Xerxès en envoyant quelques uns de ses hommes la nuit tombée.

Comprenant que sa supériorité numérique ne le mènerait à rien, le roi des perses décida d’utiliser sa richesse pour soudoyer un homme du camp adverse, nommé Ephialtès, et de lui soutirer ainsi des informations précieuses. Ce dernier lui révéla le chemin qui permettrait aux perses d’arriver directement à l’arrière des troupes spartiates.

C’est ainsi, qu’un millier de soldats perses s’engouffra dans ce chemin pour prendre à revers l’armée de Léonidas. Lorsque ce dernier apprit cette nouvelle, il autorisa certains athéniens à battre en retraite, tandis que les 300 spartiates et une minorité d’alliés décidèrent de rester pour mourir en héros.

Bien qu’aucun spartiate ne survécut à l’assaut et que Léonidas mourut comme l’avaient prédit les oracles, leur sacrifice servit à encourager les troupes restées à l’arrière et en seulement une année, l’armée perse fut boutée de la Grèce.
Par ailleurs, cette victoire eut une grande influence sur la société telle que nous la connaissons, car elle permit à la démocratie, au théâtre et à la philosophie de se développer en Grèce.

Finalement, le mythe de sparte dura moins d’un siècle et pourtant leur histoire est encore relatée des milliers d’années après. Pour conclure, la bataille des Thermopyles mit fin à un peuple valeureux dont la notion de liberté importait peu pour finalement permettre à cette dernière de se prospérer à travers l’Histoire…

http://www.mystere-tv.com/

Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

ISOLATION + CHAUFFAGE pour 1 euro. Nouveau dispositif 2020

Vérifiez votre éligibilité !

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares