Prophéties

Prophéties hébraïques, Machia’h, chute de Damas, 23 septembre 2015

Un petit point sur divers éléments qui sont apparus accessoirement dans le sujet sur le mois de septembre 2015 mais qui méritent d’être mis davantage en avant.

Si nous avions vu et analysé les prophéties islamiques traitant du Sufyani alias DAECH, de la venue du Mahdi et du retour d’Isà (Jesus), il serait aussi très opportun d’avoir à l’esprit les prophéties judaïques.

Les sages juifs ont abondamment analysé les écrits, et complété ceux-ci par des ouvrages (voir le Ramdam de Maimonide entre autres), sur ce qu’on appelle la venue du Machia’h, en français le Messie. Or depuis quelques années, de plus en plus de grands rabbins orthodoxes n’ont de cesse de rappeler que selon eux, cette venue d’un Roi Messie est très proche, voire imminente !

Plusieurs choses font que ces rabbins pensent que le temps de cette venue est proche, et leur attention est notamment focalisée sur l’année 2015 :

1 – L’année 2015 est marquée par différentes particularités astronomiques et calendaires, comme la lune bleue (une lune pleine lune de plus dans l’année) mais aussi la tétrade des lunes de sang (liée aux éclipses).


De plus, et si tous ne sont pas d’accord sur ce point, c’est aussi une année shabbatique concluant un cycle de 7 ans, mais aussi d’un cycle plus long de 7 fois 7 ans (le Jubilé).

Selon certains éxégètes, la nouvelle année juive (dont les fêtes de fin d’année débutent autour du 12 septembre 2015) pourrait être un moment propice à l’apparition du Machia’h. Cela rappelle les psychographies de l’argentin Solari Parravicini qui disent que « Le pape s’éloignera du Vatican lors de voyages qui l’amèneront en Amérique, c’est alors qu’arrivera la chute de l’humanité. ». Or le pape François (qui est le dernier selon la prophétie de saint Malachie) se rendra à Washington le 23 septembre 2015, soit peu de temps après les fêtes juives qui marque la fin de l’année précédente (https://fr.wikipedia.org/wiki/Roch_Hachana) et exactement sur la date du Yom Kippour (https://fr.wikipedia.org/wiki/Yom_Kippour).

Ne pas oublier les 500 jours de décompte annoncés par Laurent Fabius (de confession juive), tombant le lendemain / le jour du Yom Kippour 2015, date qui marque le point de non retour d’un éventuel chaos climatique (ou un événement catastrophique ?).

2 – L’actualité internationale ajoute également du grain au moulin de ces savants juifs orthodoxes, notamment avec l’arrivée de DAECH et la menace que l’organisation islamiste ultra radicale / violente fait peser sur Israel. Dans le même cadre, on retrouve aussi un lien étroit entre la Syrie, notamment Damas, et la venue du Machia’h.

Par exemple, on peut trouver les points suivant, qui ont été soulignés par certains observateurs, notamment une prophétie du Rabbin Shimon Bar Yochai :

« Et il est un signe pour vous, quand vous verrez le Néron de l’Orient à Damas, le salut viendra à Israël, et Mashiah Ben David viendra… »


Au IIème siècle, le sage juif Rabbi Shimon Bar Yochai prédisait effectivement que, quand un souverain diabolique à Damas, qu’on appelle parfois Néron de l’Est ou de l’Orient, tombera du trône /pouvoir, le Messie ou machia’h, fils de David, apparaîtra.

De même, le Zohar, le texte mystique juive fondamental, dit que lorsque le roi de Damas tombera, le Messie viendra. Puisque Damas est la capitale de la Syrie, l’actuel roi de Damas pourrait être effectivement comparé à Bachar al-Assad, amis cela pourrait aussi être une référence au nouveau et prochain maître des lieux (Al baghdadi, le faux calife auto-proclamé ou Sufyani selon les prophéties islamiques).

Or, selon les ET mais aussi les prophéties islamiques, la chute de Damas sera un tournant clé dans la situation au proche-Orient.

Si au début de la rébellion syrienne et l’arrivée d’ISIS, nul commentateur géopolitique ne pouvait envisager la chute de Damas (bien que les ET dès le début disent qu’elle sera inévitable), aujourd’hui tout va dans ce sens. La prise de Palmyre en est d’ailleurs un signe annonciateur confirmé par les experts. L’armée de Bachar El-Assad est en déroute, manque de matériel et d’hommes et ne tient que grâce à son aviation. Déjà des soucis se présentent et un dilemme apparait dans les options qui se présentent au chef d’Etat syrien, en l’occurrence qu’il ne pourra pas protéger à la fois Damas et son fief alaouite autour de Lattakié.

A terme, il est fort probable (et les derniers mouvements de troupes semblent le confirmer), que la protection de Damas va être affaiblie au profit de Lattakié où les milices Chiites du Hezbollah libanais sont bien plus présentent. Damas est en plus bien plus difficile à protéger car elle est attaquée sur plusieurs fronts, alors que Lattakié est un port.

3 – La prophétie du révéré Rabbin Kaduri, mort en 2006, qui expliqua avoir rencontré à plusieurs occasions (en songe ?) le Machia’h et ce pour la première fois en 2003. Le Messie lui aurait confirmé son arrivée prochaine et que cette venue interviendrait peu de temps après la mort d’Ariel Sharon. Or celui-ci, dans le coma artificiel depuis 2006, est décédé au mois de janvier 2014.

Le rabbin Kaduri a laissé avant son décés une note manuscrite à ouvrir après un certain délai suivant sa mort. La note disait : « « Yarim Ha’Am Veyokhiakh Shedvaro (ou Shedvari) Vetorato Omdim », soit en français : « il va soulever le peuple et confirmer que sa (ou ma) parole et sa loi sont valides ».

En acrostiche, cette phrase donne le nom de יהושועYehoshua qui signifie « Yahvé sauve », soit en français Josué ou Jésus (il s’agit du même prénom, le premier dérivant de l’hébreu ancien et le second de l’hébreu plus tardif et de l’araméen) – source wikipédia. On comprend que cette note ait assez remué ses disciples, ce qui explique qu’elle soit remise en cause aujourd’hui.

4 – Le Machia’h attendu renouvèlerait la royauté hébraïque telle qu’elle était au temps du Roi David, puis de son fils Salomon. Ce machia’h doit être de la descendance de David, « un bourgeon sur une racine ».

Cette expression semble indiquer que cette filiation est cachée puisque le bourgeon apparait sur une racine et non une branche (de l’arbre généalogique).


Etonnament, on retrouve un parallèle assez remarquable avec les Prophéties de la mystique chrétienne Marie Julie Jahenny mais aussi de l’Abbé Souffrant et des visites mariales de la Salette (entre autres) sur un éventuel Grand Monarque.

Selon ces prophètes chrétiens, à la fin des temps, en une période de grands troubles, de catastrophes et de révolutions (dont la France serait la première victime), doit apparaitre un Grand Monarque de la lignée de David qui règnera sur la France (ou le Monde ?) et rétablira l’Eglise (ou la Puissance divine sur Terre).

Selon Marie Julie Jahenny, ce descendant serait d’une branche cachée des rois de France, eux mêmes des descendants de David, pauvre mais noble (Saint François de Paul) et devrait apparaitre après la destruction de Paris. Il n’est pas à exclure, dans ce cas particulier, que les mystiques français aient été influencés par des concepts juifs du moyen age (voir influence du rabbi Rachi de Troyes), cette éventualité n’est pas à exclure. http://www.marie-julie-jahenny.fr/grand-monarque.htm pour ceux qui veulent compléter ce sujet.

5 – De nombreux juifs orthodoxes sont aujourd’hui persuadés de l’imminence de la reconstruction du temple de Jérusalem, le Beth Hamikdach. Il existe des fonds dédiés à financer ce Temple, des architectes pour en retracer les plans en conformité avec ce que les écritures en disent, notamment tirées des visions d’Ezechiel qui décrivent explicitement ce 3ème Temple.

Pour beaucoup de rabbins et de juifs orthodoxes (à prendre au sens large) ce n’est plus une éventualité, c’est une certitude. Or la construction du Temple est étroitement liée à l’apparition du Machia’h.

Or, pour inaugurer ce nouveau Temple, un rituel spécifique appelé Para Adouma, doit être pratiqué pour purifier le peuple d’Israel et notamment les grands prêtres qui auront seuls le droit d’entrer dans les zones les plus sacrées du Temple reconstruit.

Ce rituel, qui est de l’aveu même des savants juifs non explicable par la logique, nécessite de trouver une vache entièrement rousse et répondant à des critères très stricts. Sans cette vache, son sacrifice et sa crémation rituelle, le Temple ne pourra pas être utilisé. Cela pousse donc de nombreux juifs orthodoxes à rechercher une vache rousse correspondant aux critères.

Selon certains, l’apparition (miraculeuse) d’une telle vache serait un signe majeur de l’imminence de la reconstruction du Temple et donc de l’arrivée du machia’h. Ce rituel ayant été historiquement réalisé seulement 9 fois, cette prophétie est appelée prophétie de la 10ème vache rousse et sa recherche est suffisamment active pour être sérieusement prise en considération.


http://harmonyum.over-blog.com

Le venue de Mashia’h par le rav Ron Chaya

La Torah écrit que lors de Brit Ben Habétarim (l’alliance des morceaux), le soleil se coucha soudainement, Avraham s’endormit, puis : « Une épouvante, une obscurité grande tomba sur lui » (Béréchit, chap. 15 verset 12).

Le Pirké Dérabbi Eliezer, vraisemblablement le plus vieux des Midrachim (dont l’auteur est Rabbi Eliezer Ben Horkenous. ‘Hazal le surnomment « Rabbi Eliezer Hagadol », le grand rabbin Eliezer ; c’est le seul rabbin qui a reçu le qualificatif de « Gadol », grand, et il est aussi le premier rabbin cité dans la Michna) explique au chapitre 27 que les 5 termes de la fin de ce verset font allusion aux 5 royautés auxquelles le peuple d’Israël sera confronté durant ses exils.

« Ema » (une épouvante) correspond à la royauté d’Edom (l’occident) car lorsque Daniel voit 4 bêtes dans son rêve, celle qui est épouvantable fait référence à Edom.

« Une obscurité » correspond à la Grèce qui a obscurci les yeux d’Israël à cause de leurs décrets (d’ailleurs, c’est la raison pour laquelle nous allumons des bougies à ‘Hanouka : afin que leur lumière repousse cette obscurité).

« Grande » fait allusion à la royauté de Perse, car elle a fait une grande chose que de vouloir vendre le peuple d’Israël pour de l’argent (Assuérus vend à Haman le droit d’exterminer un peuple entier, contre de l’argent).

« Tomba » fait référence à la royauté de Babylonie qui a détruit le temple de Jérusalem. Et depuis, le peuple d’Israël est en train de tomber.

Communément, nous savons qu’il y a 4 royautés auxquelles le peuple d’Israël a été confronté durant l’exil. Mais ici, le Pirké Dérabbi Eliezer nous dévoile qu’il en existe une 5ème : le mot « Alav » (sur lui), à la fin du verset, correspond à Ichmaël : car, comme il l’explique, c’est sur Ichmaël que grandira le fils de David, comme il est écrit : « Alav Yatsits Nizro », sur lui brillera sa couronne (Téhilim chap. 132 verset 18).


De quelle couronne s’agit-il ? Celle du Machia’h.

Sur Ichmaël, brillera la couronne du Machia’h, c’est-à-dire que Machia’h arrivera par l’intermédiaire d’Ichmaël. Il grandira par Ichmaël, et lorsqu’à la fin ce dernier tombera, le Machia’h sera déjà en haut et se dévoilera. Nous serons donc confrontés à la royauté d’Ichmaël juste avant que Machia’h se dévoile.

Il existe aussi un commentaire du Baal Hatourim très connu à la fin de la Paracha ‘Hayé Sarah exprimant cette idée. Le dernier verset de cette Paracha finit par les mots : « Al Péné Kol E’hav Nafal », il s’étendit à la face de ses frères.

D’après le sens simple, il s’agit des peuplades d’Ichmaël qui s’étendirent dans les régions précitées ; mais le Baal Hatourim explique il y a 700 ans que juste après ce texte, commence la Paracha Tolédot : « Voici la descendance de Its’hak fils d’Avraham ». Cela nous enseigne qu’à la fin des temps, lorsque s’étendra (c’est-à-dire tombera) Ichmaël, le Machia’h, qui provient de la descendance de Its’hak fils d’Avraham, se dévoilera.

Nous voyons encore une allusion à Ichmaël à la fin de la prophétie faite par Bil’am concernant la fin des temps. Le verset dit (Bamidbar, chap. 24 verset 23) : « Oye ! Mi Yi’hyé Missoumo El » (littéralement : « Malheur ! Qui pourra survivre aux décrets que D.ieu va instaurer ? »).

Le mot « Soumo » (instaurer) devrait s’écrire ainsi : Sin, Vav, Mem, Vav ; or, il est écrit Sin, Mem, Vav, sans le premier Vav. On peut donc lire ce mot « Chémo » (dont le nom est).

C’est-à-dire : « Malheur ! Qui pourra survivre par rapport à Celui dont le nom est El ? » (El signifiant le nom de D.ieu).

De qui s’agit-il ? Le Pirké Dérabbi Eliezer, chapitre 29, écrit que parmi tous les peuples, seulement deux ont dans leur nom le nom de D.ieu : Ichmaël et Israël. Il en résulte : « Oye », malheur, qui survivra à son époque ? Car Ichmaël a un mérite plus grand que les autres peuples. C’est la raison pour laquelle nous serons confrontés à lui en dernier, avant la venue de Machia’h.

Comme l’explique Rabbi ‘Haïm Vittal dans son livre « Ets Hadaat Tov » chap. 124, Ichmaël est le fils d’Avraham, il est béni par D.ieu à la demande d’Avraham, il est circoncis, et il s’agit du seul peuple au monde avec Israël servant un D.ieu unique n’ayant ni forme ni image, un D.ieu Eternel, comme le D.ieu d’Israël. Il a donc un certain mérite.

Nous apprenons donc de tous ces versets et du Midrach qu’avant que Machia’h ne se dévoile, Ichmaël causera le plus de malheurs au peuple d’Israël, et lorsqu’Ichmaël tombera, le Machia’h se dévoilera.

A mon humble avis, nous y sommes. Toutes les prophéties de Yoël parlent de la fin des temps, et le dernier verset de ces prophéties est le suivant (Yoël chap. 4 verset 21) : « Je vengerai le sang que Je n’avais pas encore vengé, et Moi, l’Eternel, Je résiderai à Sion ».

Les commentateurs expliquent le rapport qu’il y a entre le début et la fin du verset : D.ieu, à la fin des temps, vengera le sang des juifs qui n’a pas encore été vengé, et les ennemis d’Israël, voyant cela, se diront qu’ils ne mourront pas tout seul et essaieront d’anéantir le peuple d’Israël résidant à Sion. Mais l’Eternel leur dit alors qu’Il résidera à Sion, c’est-à-dire que Sa Chékhina (la présence divine) demeurera sur nous et les empêchera de réaliser leur dessein.

Les projections géopolitiques et stratégiques d’il y a une quarantaine d’années ne donnaient aucune chance de survie à l’Etat d’Israël. Même si ce dernier est supérieur à ses ennemis technologiquement et intellectuellement, néanmoins un petit état de 5 millions de personnes, à long terme, ne peut pas survivre face à 300 millions d’ennemis qui, peu à peu, arrivent à une certaine maturité intellectuelle et technologique. Ainsi estimaient les stratèges et géopoliticiens, mais D.ieu en a décidé autrement : « Vous dites que Mon peuple disparaîtra, mais Moi Je dis le contraire ».

Ainsi, nous avons vu arriver le printemps arabe, qui est rapidement devenu un été puis un hiver, et les uns après les autres, nos plus grands ennemis disparaissent. L’Irak était une superpuissance qui a été attaquée par Bush, et Saddam Hussein a été pendu. L’Egypte, qui était à la tête de la ligue arabe sous Nasser, n’a aujourd’hui plus la force de tenir un combat plus de quelques heures. Kadhafi, ce grand ennemi d’Israël, a été tué et son pays est en crise. Idem pour la Tunisie. La Syrie est détruite par les guerres entre Assad, les rebelles et le Daech.

« Je vengerai le sang que Je n’avais pas encore vengé, et Moi, l’Eternel, Je résiderai à Sion ».

Nos ennemis essaient de détruire l’Etat d’Israël, mais nous voyons à quel point D.ieu nous protège. Ne serait-ce que lors de la dernière guerre, Bordure Protectrice.

Entre le 15 juillet et le 8 août, période durant laquelle l’armée israélienne a pénétré dans Gaza (et donc où tout le monde a redoublé de ferveur dans ses prières pour que D.ieu nous protège), 3 360 missiles ont été tirés. Parmi eux, 485 ont explosé dans Gaza ; d’ailleurs, ils ont souvent causé des blessés et des morts. 204 n’ont pas explosés. Seulement 584 ont été interceptés par le dôme de fer. Les 2 077 restant ont atteint Israël et y ont explosé. Combien de morts doit-on déplorer par ces missiles ? Aucun ! Si ce n’est un thaïlandais qui n’a pas voulu écouter les consignes de sécurité.

A titre comparatif, un seul de ces missiles est tombé en Egypte et a fait 22 morts !

Comment se fait-il qu’environ 50 000 kilos d’explosif tombent en Israël sans y faire aucun mort ? Certains sont tombés dans des terrains vagues, mais la majorité a atterri dans des bâtiments. La réponse est simple et évidente : Nous avons vécu miracle après miracle. Il ne s’agit pas d’un dôme de fer mais d’un dôme de lumière, un dôme de présence divine : « … et Moi, l’Eternel, Je résiderai à Sion ».

Que nous réserve l’avenir ?

La Guémara (traité Méguila page 17b) explique l’ordre chronologique des Brakhot de la Amida. A propos de la 7ème Brakha, qui est celle de la Guéoula (Baroukh Ata Hachem Goël Israël), la Guémara explique qu’elle se trouve en 7ème position car la Guéoula aura lieu lors d’une 7ème année, une année de Chémita.

La Guémara objecte et affirme qu’un enseignement stipule que durant la 7ème année, il y aura une guerre, et que ce n’est qu’à la fin de la 7ème année, c’est-à-dire au début de la 8ème, que le Machia’h se dévoilera ; cette Brakha aurait dû donc se trouver en 8ème position !?

La Guémara répond que la guerre constitue déjà le début de la Guéoula.

Toutefois, cela ne signifie pas que le Machia’h ne peut venir qu’à la fin de la 7ème année, il est clair qu’il peut venir à tout moment. Simplement, il s’agit d’un moment propice à sa venue. Nous sommes actuellement en 7ème année, et bien sûr il est possible que le Machia’h ne vienne pas en cette fin d’année, ‘Has Véchalom. Cependant, beaucoup de choses montrent que si nous le méritons, nous pourrons peut-être vivre la Guéoula dans un peu plus de 3 mois environ.

Si une guerre éclate avant le 13 septembre 2015, nous pouvons être quasiment certains que nous y sommes.

Le ‘Hafèts ‘Haïm, décédé en 1933, a dit que le monde a vécu une première guerre mondiale, mais qu’il y en aura une deuxième par rapport à laquelle la première n’aura été qu’un jeu d’enfant. Il ajouta qu’il y aura une troisième guerre mondiale, et que par rapport à celle-ci, la deuxième aussi n’aura été qu’un jeu d’enfant.

Les deux Rabbanim ayant rapporté ses paroles ont dit qu’il s’agissait vraisemblablement d’une guerre spirituelle entre le bien et le mal, mais il semblerait que si les deux premières guerres étaient physiques et que le ‘Hafèts ‘Haïm n’a pas clairement exprimé le fait que la troisième serait une guerre spirituelle, il est bien possible que celle-ci soit aussi une guerre physique.

Certains géopoliticiens (non-médiatisés) ont déjà écrit qu’actuellement, le monde est au bord d’une crise économique et subit des tensions géopolitiques qui ont généralement pour seul exutoire une guerre mondiale.

Le prophète Zacharie (fin chap. 13 et début chap. 14) parle de cette guerre de fin des temps et écrit (chap. 13 verset 8) : « Il arrivera que, dans tout le pays, dit l’Eternel, deux tiers seront retranchés et périront, et qu’un tiers seulement y restera en vie ».

Le terme traduit par pays est « Haarèts », mais de quel Erets s’agit-il ? Il existe une divergence d’opinions chez les commentateurs à ce propos. Certains disent qu’il s’agit de la terre d’Israël, d’autres affirment qu’il s’agit du monde entier.

Le texte continue : « Et ce tiers, Je le ferai passer au feu, Je l’affinerai comme on affine l’argent, et Je l’éprouverai comme on éprouve l’or ». Autrement dit, le tiers restant sera de qualité, car il est comparé à l’or et à l’argent, mais il contient aussi des scories, des impuretés. Comment peut-on l’affiner ? En le passant au feu.

Il existe trois grandes communautés juives dans le monde : la communauté israélienne, américaine et française. Dans les deux premières, les choses sont très compartimentées : d’un côté il y a les orthodoxes, et de l’autre les athées complets ; très peu de gens sont entre les deux. En revanche, en France, il existe beaucoup de juifs qui sont d’un côté très croyants car ils croient aux Tsadikim, ne mangent pas de porc, font les fêtes principales du calendrier juif etc., mais d’un autre côté ils sont aussi très laxistes : ils peuvent aller manger du poisson dans un Macdonald, faire le Kiddouch de Chabbat tout en baissant le son du téléviseur, aller en boîte après Chabbat, aller à la plage durant l’après-midi de Chabbat etc.

Il se peut que le texte parle de ce type de personnes : ce sont des pépites d’or et d’argent par leurs qualités, mais il faut les affiner car ils contiennent des impuretés. D’ailleurs, il est intéressant de constater que dans le texte, le mot affiner est la traduction du mot « Outséraftim », qu’on peut lire ainsi : « et les français » !

Le Machia’h doit venir, mais pour cela il faut que nous fassions Téchouva. Si nous sommes intelligents, faisons-la maintenant de gré, sinon nous la ferons de force.


Le Pirké Dérabbi Eliezer écrit (chapitre 31) : Pourquoi est-il appelé Ichmaël ? (C’est-à-dire : nous savons que le nom évoque toujours l’essence d’un individu ou d’un peuple ; dès lors, la question se pose : quelle est l’essence du peuple d’Ichmaël ? Pourquoi D.ieu l’a-t-il créé ?) Le Midrach répond : Ichmaël signifie « D.ieu écoutera » ; Car D.ieu écoutera la plainte du peuple d’Israël vis-à-vis des souffrances que lui feront endurer Ichmaël à la fin des temps. C’est pourquoi il est appelé Ichmaël, comme il est écrit (Téhilim chap. 55) : « Ichma’ El Véya’anèm », D.ieu écoutera et nous répondra.

La finalité d’Ichmaël est de nous réveiller afin que nous implorions D.ieu de nous sauver.

Le moment est venu de faire Téchouva. Je peux me tromper, mais j’ai peut-être raison. Le Rav ‘Haïm Kanievsky Chalita annonce sans cesse que Machia’h est à la porte. Dernièrement, certains disent que le Rav a même affirmé que le Machia’h était déjà présent.

Il y a une tradition orale du Gaon de Vilna que le Rav Sternbuch Chalita, président du Badats de la Eda ‘Harédit de Jérusalem, cite souvent (je me souviens avoir moi-même entendu cette tradition il y a quelques dizaines d’années lorsque j’étais à la Yéchiva) : Lorsque les russes conquerront la Crimée, Machia’h sera proche, et lorsque les navires de guerre russe passeront le détroit du Bosphore, c’est-à-dire Istanbul, alors les Bné Israël revêtiront leurs habits de fête pour recevoir Machia’h.

Cela peut arriver à tout moment. Poutine est imprévisible, s’il constate par exemple que le seul endroit où il a une présence au Moyen-Orient se trouve menacé, c’est-à-dire dans la Syrie de Bachar El Assad, il risque d’intervenir (je peux bien sûr me tromper, je ne suis pas géopoliticien, ce ne sont que des spéculations ; néanmoins, il est clair que d’une façon ou d’une autre, cela peut arriver à n’importe quel moment).

Il est écrit (Yé’hezkel chap. 38) que le roi Gog viendra du fond du nord attaquer Israël. Il est intéressant de noter que le texte écrit qu’il est le roi de Méchèkh et Toubal ; or, il se peut que ces deux noms fassent allusion à Moscou et Tbilissi (la capitale de la Géorgie).

Dernièrement, nous avons vu un évènement qui annonce peut-être la venue très prochaine du Machia’h. Lors de la Akédat Its’hak (la ligature d’Its’hak), D.ieu bénit Avraham et lui dit : « Véyirach Zar’akha ète Cha’ar Oyévav », ta descendance héritera du portail de tes ennemis.

De quel portail s’agit-il ? Le Midrach Rabba, chapitre 56 alinéa 11, écrit qu’il s’agit de la ville de Tadmor, le portail des ennemis, car il est le portail de deux déserts : celui d’Arabie et celui d’Edom, qui sont nos deux grands ennemis. 80 000 archers en sont sortis pour détruire le premier temple, et 8 000 autres pour détruire le second.


Le Midrach conclut : « Heureux celui qui verra la chute de Tadmor ». Or, cette ville, appelée Tadmor en hébreu et en arabe mais Palmyre en français, est tombée entre les mains du Daech le 21 mai 2015. « Heureux celui qui verra la chute de Tadmor ! » Pourquoi ? Car vraisemblablement, elle annonce la chute prochaine d’Ichmaël et donc le dévoilement du Machia’h, Bimhéra Véyaménou Amen.

Le Midrach Rabbi Chimon Bar Yo’haï (Otsar Hamidrachim Eisenstein p. 556) écrit : Voici le signe annonciateur de la Guéoula : lorsque tombera le César-Néron oriental se trouvant à Damas.

César-Néron était un tyran, et Damas a aussi connu le sien : Bachar El Assad. Peut-être que lorsqu’il tombera, ce sera le signe de l’imminence de la Guéoula.

Il est intéressant de noter que la valeur numérique de Néron Hamizra’hi (le Néron oriental) est égale à celle de Bachar Assad (571 avec les collelim).

A son époque, le Rav Chakh Zatsal a écrit qu’il est faux de penser qu’il n’y aura pas de deuxième Shoa car il y en a déjà eu une, que c’était une pensée puérile, et qu’une deuxième Shoa se préparait à cause des péchés d’Israël.


Le Rav Ben Tsion Aba Chaoul Zatsal m’a dit qu’à son avis, bien que Gog Oumagog aura lieu, néanmoins cette guerre se passera sans douleur car toute la souffrance que devait endurer le peuple d’Israël dans Gog Oumagog a déjà été « payée » durant la Shoa. Je pense que ces deux grands ont raison : si on fait Téchouva, il y aura Gog Oumagog sans douleur, sinon…

Rav Ron Chaya

http://www.leava.fr/

Nouveauté

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer l’auteur, la source et le site : http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email

Articles similaires

Recevez la Newslettter

Vous souhaitez être informés des bons plans, découvrir les meilleurs articles du réseau Elishean et recevoir des conseils pour optimiser l'Ascension. C’est très simple, inscrivez-vous...

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Ma dernière vidéo

Articles Phares

Suggestion Amazon