A la Une Spiritualité

Premier message de la Lignée des Rois Sacrés

Les évènements actuels sont porteurs de tous les espoirs du monde si l’on peut dire, au sens propre comme au figuré, mais de toutes les craintes ainsi, ne sachant, moins que jamais, de quoi « demain » sera fait.

Dans cet état d’incertitude, et compte tenu de ce fait, ce lieu d’édition se fait ici et maintenant, avec une semaine d’avance sur le calendrier habituel, le porte-voix du premier message émanant du tout premier « Hiérégal[1] », première incarnation de la lignée des « Rois Sacrés » de l’Âge de Diamant, tel qu’évoqué au sein de notre article du 31 décembre 2011 (déjà) et intitulé « La lignée des Hiérégals, 2012, et l’application des lois ».

Nous n’entrerons dans aucun détail le concernant ni en rapport avec son actuelle condition, le but n’étant pas là.

L’objectif est quelque part de pouvoir signifier au plus grand nombre que tout est sous contrôle malgré les apparences qui s’y opposent parfois violemment, c’est le cas de le dire, ainsi qu’aux ennemis de l’Humanité que quoi qu’ils fassent ou ne fassent pas, à quoi qu’ils renoncent ou ne renoncent pas, malgré l’immensité incommensurable des pièges qu’ils nous auront tendus pour éviter à tout prix le retour de l’Absolu, tant dans sa polarité masculine que, surtout, féminine, la ligne de temps sur laquelle ils se trouvent ne leur appartient plus et que nulle issue autre que celle prévue par « Le Plan » ne pourra plus se réaliser, toute ou en partie, quoi qu’il arrive.

Même leur baroud d’honneur se retournera contre eux, en faisant le facteur déclenchant de leur perte finale. Quoi qu’ils fassent aujourd’hui ou ne fassent pas, ça se retournera contre eux.

Les médias alternatifs parlent de leur arrestation prochaine et de leur jugement équitable face à un « Tribunal de l’Humanité » (nous appellerons cela comme ça). Mais les choses ne pourront se passer ainsi car la logique-même et le paradigme entourant ce possible évènement seront tellement différents de l’idée que nous nous faisons de la réalité aujourd’hui, qu’un tel jugement sur base des référents connus à ce jour ne pourrait avoir lieu ainsi, ni de cette manière.

En réalité, ce jugement a déjà eu lieu, et rien au monde ni en dehors de lui ne pourrait en rien remettre en question le verdict en rapport.

Il est important de comprendre que nous ne pouvons à l’heure actuelle que fantasmer sur ce à quoi pourrait probablement ressembler cet « après » l’arrêt du Système actuel, après l’atteinte du « Point-0 », et l’après du basculement qui s’ensuivra. Nul ne peut envisager ce qu’il en sera réellement. Nul ne peut même l’imaginer.

Il faut être conscient que l’Ennemi distille à longueur de temps vérités et contre-vérités, espoirs et désespoirs, chaos et cohérence, tour à tour d’une manière ou d’une autre, utilisant des âmes corrompues à l’extrême ou simplement ralliées à la cause de leurs intérêts personnels au détriment de celui de quiconque d’autre, mais aussi utilisant des gens pensant sincèrement servir la cause de la libération de l’Humanité et pourtant esclaves totalement inconscients et contrôlés par l’Ennemi pour représenter envers l’Humanité attentive à tout signe de libération, une alternative en rapport mais contrôlée par l’Ennemi lui-même.

Ainsi les fausses « âmes de lumière », les faux messies, potentiels ou déclarés sont légion, clamant à gorge déployée ce que les gens ont envie d’entendre, distillant l’illusion et la séduction, ou alternativement aussi la vérité la plus pure, mais à 99% seulement, tendant dans le seul pourcent restant leurs invisibles chausse-trappes dans l’attente que ces pièges imperceptibles aient insensiblement capturé l’Humanité confiante et réjouie, rendue insouciante dans sa liesse, pour le faire se refermer sur elle des années, des siècles, voire, pourquoi pas, des millénaires plus tard, afin que tout puisse recommencer, d’une manière ou d’une autre, connue ou encore inconnue.

Le travail de la lignée des Hiérégals consiste, aujourd’hui déjà et depuis des années, à faire échec à ce travail de sape de l’espoir de tous, afin de conserver infiniment pérennes les chances de la libre évolution de tous sans exception, hors des terrains minés savamment architecturés par l’Ennemi sur fond de « paradis terrestre ».

Combattre une telle perspective ne peut que susciter potentiellement peu d’enthousiasme de la part des peuples qui espèrent en l’idée d’une issue conforme à leurs attentes et dont l’Ennemi, paré du masque messianique, saura avec brio entretenir l’illusion dans les esprits et dans les coeurs, mettant en garde tout un chacun contre le briseur d’espoirs en la personne de l’incarnation-même de l’Absolu, du moins jusqu’à ce que les yeux se décillent enfin face à la réalité de cette aussi agréable qu’ultime manipulation sans avenir.

L’Absolu n’est pas séducteur. Il n’est pas « bon » non plus. Il est juste. Infiniment.

Ce qui est juste n’est pas forcément agréable à la conscience mentale avide d’illusions, mais la Justesse est là, garante de la perpétuation de la vie, sans peau de banane sur la route, sans piège, sans illusion mortifère, sans mort à l’arrivée!

L’Ennemi est resté jusqu’à ce jour dans l’attente de la confrontation finale, dans le combat se voulant décisif des deux véritables superpuissances que sont le bien et le mal, ce qui est connu sous le nom d’Armageddon. Ce combat-là n’aura pas lieu (Cf. notre article du 3 avril 2016 : L’Armaggedon n’aura pas lieu).

L’Ennemi le veut pourtant plus que tout car il souhaite ramener sa relation avec l’Absolu à une confrontation typiquement manichéenne sur laquelle il aura obligatoirement l’avantage, même en cas d’échec de sa part dans son combat.

Cela est dû au simple fait que l’opposition, la contradiction, la confrontation, et la division sont ses terrains de jeu les plus favorables. Mais ce combat n’aura pas lieu, malgré toutes les prophéties l’ayant annoncé sur sa propre initiative, car l’Absolu a réabsorbé en sa propre nature ce qu’est l’Ennemi et que l’Absolu ne saurait dès lors engager le combat contre lui-même.

Il doit simplement, dès lors, se guérir lui-même de la présence pathogène en lui de l’Ennemi, comme sa présence est toxique au sein de ce monde comme au sein de la Création toute entière.

L’enjeu est donc le rétablissement de l’équilibre interne de cette création, tout comme au sein de l’Humanité elle-même, tout comme au sein du corps occupé par la Conscience du tout; l’équilibre, l’harmonie, et globalement la santé du Tout se reflétant par analogie holographique sur le corps occupé qui comme tous les corps et systèmes complexes, contient le tout qui les contient.

Si vous essayez d’absorber un poison à très haute valeur toxique vous en mourrez, sauf si, durant des années, vous vous y êtes habitués en en prenant des doses croissantes, d’homéopathiques d’abord à pondérales pour finir, auquel cas vous pourrez absorber sans dommages notables une dose qui serait mortelle à n’importe qui d’autre.

La valeur toxique ne change pas pour autant (le monde connaît encore des soubresauts douloureux dus à la nuisance du pouvoir en place) mais la résistance du corps est bien présente, lequel est suffisamment entraîné pour résister à l’assaut qui devait être mortel (l’issue des incessantes tentatives de semer le chaos sera la cause même de la victoire de l’Humanité sur l’Ennemi, ou plus exactement de la victoire de l’Absolu sur l’Ennemi au bénéfice de l’Humanité partiellement organisée en résistance contre lui). Nous en sommes à peu près là, même si la situation est beaucoup plus complexe que ça vous l’imaginez sans doute.

Les faux messies ont commencé à être mis en place par l’Ennemi, fidèlement à son plan auquel il ne déroge sous aucun prétexte, ne sachant d’ailleurs comment faire autrement.

Son habitude des victoires absolues et inconditionnelles durant des millénaires l’aura rendu inapte à l’adaptation réelle face à une autre alternative, même l’ayant prévue au delà de l’imaginable.

Il y eu le « flop » de Raj Patel, prétendument Maitreya (bien que non-officiellement) par Benjamin Creme qui n’en démord pas.

Il y a Grigori Petrovitch Grabovoi qui ressuscite les morts (et vend le moyen de le faire soi-même) en se prétendant être la réincarnation de Jésus (Cf. les articles en rapport dessites StopMensonges.com et DeriveSectaire.fr -quoique, la France voit des dérives sectaires dans tout ce qui échappe à la dictature gouvernementale).

Et il y en aura encore d’autres, destinés à fasciner les foules, parlant d’amour et de compassion, de merveilles et de pardon, approuvés par les instances gouvernementales en place, peut-être jusqu’à ce que ces dernières finissent par prendre conscience qu’elles représentent une garantie de probité pour de moins en moins de gens.

Il nous est souvent demandé comment il est possible de savoir ce qu’il en est vraiment.

C’est une question à laquelle il ne nous est pas possible de répondre, du moins nous ne nous en accordons pas le droit.

Chacun doit pouvoir être capable de sinon discerner au maximum de ses possibilités ce qui est vrai de ce qui est faux, sans avoir peur de se tromper, même en se trompant, du moins être capable de faire ses propres choix dont celui de ce qui est juste ou non en fonction de ce qui résonne en lui, en apprenant à mettre ses envies de côté au profit de la vérité s’il souhaite réellement la trouver.

En cela, vous, que voulez-vous vraiment?!

En somme, l’essentiel n’est pas d’avoir raison. L’essentiel est d’entrer dans l’expérience du choix et donc aussi, dans l’expérience de l’erreur malgré le souhait sincère d’être dans le vrai, afin d’apprendre à discerner entre l’un et l’autre en sachant que l’un ne va jamais sans l’autre mais toujours en proportion différentes… et changeantes!

En admettant que nous détenions la vérité en la plus forte proportion possible et que nous vous l’indiquions clairement, et qu’enfin vous adhériez inconditionnellement à cette vérité qui serait effectivement belle et bien réelle, eh bien vous ne feriez qu’adhérer à quelque chose de simplement plus réel que les autres alternatives possibles, mais surtout pour de mauvaises raisons, ce qui serait totalement contre-productif pour vous.

Ainsi il vaut bien mieux se tromper pour de bonnes raisons et en apprendre ce qui doit en être appris, qu’avoir simplement raison pour de mauvais raisons, car c’est la seule alternative qui soit évolutive pour vous, dans la force du détachement, et donc de la non-culpabilisation; chaque âme sincère souhaitant plus que tout correspondre à une forme affirmée de perfection, laquelle ne peut exister en l’état, et dont l’échec en rapport, inévitable de fait, va confondre l’âme dans les tréfonds de cette culpabilité destructrice.

En cela, et pour répondre à la question propre à ce qu’il convient de croire ou non, ne croyez simplement en rien.

Sentez en vous ce qu’il en est et faîtes-vous confiance, même si vous vous trompez.

Ne vous fiez qu’à vous-même, sans aller non plus consulter Pierre, Paul, ou Jacques dans l’espoir de recueillir l’argument qui vous conviendra le mieux afin d’y adhérer dans le confort de l’avis partagé.

Soyez forts et ne faîtes confiance qu’à vous.

Ne vous fiez à personne d’autre qu’à vous, pas même à moi qui vous le recommande, car si ce n’est pas parce que vous le ressentez comme résonant en vous, vous le feriez alors, là aussi, pour de mauvaises raisons, quelle que soit la confiance que vous nous témoigniez, à tort ou à raison.

Ne nous croyez jamais, mais expérimentez autant que vous le pourrez.

Et dans l’incertitude, fiez-vous à votre intuition, à la voix de l’Absolu en vous.

Faîtes résonner en vous la réalité à tester, et estimez-en le degré de véracité selon votre propre possibilité de compréhension du moment. Soyez honnêtes avec vous-mêmes, et même en ayant tort, vous aurez raison, sinon par les résultats, du moins par les moyens. Soyez créateurs: créez votre réalité, et accordez-y foi!

Ceci étant dit, voici le texte de ce premier message tel qu’annoncé par le titre de cet article. Si vous l’estimez pertinent selon votre cœur, alors faites-vous en, vous-même, le relai.

Avec notre gratitude infinie et nos bénédictions sincères.

Peuples du Royaume de Terremère-Gaïa,

peuple du royaume terre mereNous connaissons votre impatience quant à l’issue enfin favorable de cette période de transition entre la mort de la dernière civilisation globale de l’ancien paradigme et la naissance de la première du paradigme suivant.

Nous encourageons instamment chacun de vous, individuellement, à votre propre niveau, à faire baisser son potentiel d’agressivité, ses revendications égotiques, et l’ensemble de ses flux émotionnels forts, liés à cette même impatience et à la sensibilité du climat instauré par les prédateurs de l’Humanité ayant pour objectif la perte de tout espoir de la part du plus grand nombre d’entre vous, et qui contribuent à contaminer insensiblement les chances que le basculement attendu soit opéré avec le plus de douceur possible.

Si l’issue est aujourd’hui irréversible, les conditions-mêmes de cette issue sont perpétuellement fluctuantes et resteront indéterminées jusqu’aux jours-mêmes qui verront naître la nouvelle civilisation attendue.

Vous savez, ou vous sentez à quel point le moment est sensible et quels sont les enjeux finaux.

Vous savez à quel point les prédateurs vous exploitent car vous êtes leur ultime chance de pouvoir survivre!

Si vos ressentiments, vos jalousies, vos désirs d’avoir plus, vos incompréhensions, votre incapacité à vous gérer intérieurement, ou votre envie d’être plus dans le vrai que ceux qui vous contredisent, si tout cela prend le pas sur votre conscience que vous êtes en train de jouer rien de moins que l’avenir de votre monde en tête de file des quelques milliards de vos contemporains, vous les esprits parmi les plus lucides de cette Humanité contaminée, endoctrinée, piégée, ou droguée par la douceur des illusions et du mensonge, alors l’accouchement de cette nouvelle civilisation qui se produira à travers vous tous obligatoirement, sera beaucoup plus douloureuse qu’elle pourrait l’être dans l’idéal.

Notre but, l’objectif de notre travail, a toujours été et sera toujours votre bonheur à tous, même envers et contre vous-mêmes, car outre la prospérité de tous et pour tous, le bonheur vrai, la joie, et leurs conditions de vie dans l’exaltation de la paix et de la sérénité au quotidien, représentent la seule voie possible d’évolution et de perpétuation de la vie pour toutes les Humanités sans exception, ce qui inclut grandement la vôtre.

L’Humanité de ce monde est le facteur déclencheur des meilleures conditions d’évolution de tous les autres mondes, car ce monde ci est le pire que la Création ait connu à ce jour. Si la victoire est gagnée ici, alors elle pourra l’être partout de manière définitive, même si tous les autres mondes ont déjà pour ainsi dire une victoire d’avance.

Comme à l’occasion de tout changement dans la vibration du vaste égrégore de l’Humanité de ce monde, sa part présente en chacun de vous vous fait vaciller, d’une manière ou d’une autre.

Mais compte tenu des circonstances et de votre responsabilité propre en tant que parcelles unitaires de cet égrégore ; parcelles contenant l’ensemble de toutes les parcelles sans exception de l’Humanité elle-même et au complet, donc compte tenu de ce que vous êtes à ce titre : les contenants du Tout qui vous contient vous-mêmes, compte tenu du rôle que vous avez accepté de jouer en ce monde en venant vous y incarner, il est de votre devoir de TENIR!

Tenir votre position, tenir vos engagements, tenir la tête hors de l’eau, tenir davantage à la victoire de l’Humanité qu’à votre vision personnelle de cette victoire ou de l’Humanité, du monde, de l’Absolu, ou de vous-même. TENIR A TOUT EGARD!

Contrairement aux apparences il n’y a pas que votre petit « vous » à vous qui soit important, quoi que la vie vous fasse subir, laquelle n’a de prise sur vous qu’en fonction de l’espace que vous lui laissez de par ce qu’il vous reste encore à apprendre.

Mais c’est bel et bien encore insuffisamment formés que vous avez pourtant juré fidélité aux circonstances-mêmes de cette victoire, que vous en soyez conscients ou non, et ce, par le seul entretien de vos pensées créatrices et votre position intérieure, ferme et volontaire. Si nous, nous vous acceptons tels que vous êtes, sans jugement, sans rejet, sans aucun contentieux malgré même votre inévitable coresponsabilité solidaire envers les conditions de vie en ce monde dont la plupart d’entre vous est aussi victime au quotidien, alors vous-même acceptez de poursuivre envers et contre tout, et de tenir ferme. Il y a aussi tout le reste pour lequel nous nous battons tous ensemble et affrontons ce que nous devons affronter, car que vous le sachiez, le sentiez, ou l’ignoriez, nous sommes envers et contre tout à vos côtés.

Il vous faut vous unir, impérativement, urgemment ; vous unir entre vous, et vous unir à nous, à notre combat qui est le vôtre, à nos efforts qui ne sont fournis que pour votre meilleur avenir possible, que pour votre bonheur, réel et durable, et non plus jamais illusoire et éphémère tel que vous l’ont toujours promis les prédateurs.

Il faut nous battre ensemble, non l’un contre l’autre, en pensées, en actions, ou en émotions.

Il nous faut nous battre ensemble dans la même direction, pour la victoire de tous que vous êtes individuellement, et non plus chacun pour soi.

Votre sauvegarde ne dépend que de celle des autres, comme la leur ne dépend que de la vôtre.

Il n’existe pas de « vous » et des « autres », car vous ne tirerez jamais autant de forces que dans votre engagement solidaire au bénéfice de tous car en tous est aussi votre propre force. Il nous faut tenir ensemble coûte que coûte.

Que valez-vous individuellement face aux chances de rédemption de cette Humanité, si ce n’est la valeur de l’Unité et de l’Amour-Force que vous représentez en tant que seule et unique chance pour que ces chances de rédemption lui soient acquises?

Que valent les raisons de vos vexations, de vos jalousies, de vos conflits, de vos pertes de courage, face aux chances grandissantes alors de l’Ennemi qui s’en accaparent pour nous résister et accroître de ce seul fait la souffrance qu’il peut encore vous causer.

Que les démissionnaires, les lâches, les peureux, les vaniteux, les rancuniers, et les traitres, sous couvert de leur bon droit leur permettant de faire bonne figure, collaborent donc ainsi avec les prédateurs comme ils l’ont toujours fait, leur ayant permis l’accès au trône de ce monde, comme ils tenteront toujours de le faire tant qu’il y en aura pour le faire.

Si vous tenez davantage au monde d’aujourd’hui appartenant à l’Ennemi qu’au monde de demain matin appartenant à l’Humanité et à nos rêves des mondes d’espoirs où tous seront unis, alors nous vous le disons, vous disparaîtrez avec ce monde que vous chérissez tant car vous ferez alors de vous-mêmes la réalité du monde qui meure, faisant de même le choix de ne plus faire de vous notre réalité que nous ne destinons qu’à l’offrande qui revient de droit aux âmes nobles. Si d’aventure vous deviez vous demander sincèrement si vous êtes une telle âme noble, alors cessez de vous en poser la question, car ceux qui servent les prédateurs et leurs intérêts savent pertinemment qu’ils ne le sont pas.

L’aube approche les Amis. Il faut tenir. Tenir dans la joie. Tenir dans le pardon. Tenir dans la tolérance. Tenir dans l’Amour-Force. Tenir dans la Compassion-Force. Tenir dans l’HUMILITE-Force.

Tenir dans la conscience que l’autre n’est nul autre que vous et que si vous nourrissez des griefs à son égard, il vous faudra impérativement vous réconcilier avec vous-même dans cette part que l’autre reflète en vous, bien davantage que vous réconcilier avec lui. Il faut tenir. Tenir à la Vie plus qu’à la vôtre.

Tenir à l’Absolu en vous plutôt qu’à l’idée que vous vous en faîtes ou que l’on vous aura inculqué sous l’inspiration des prédateurs, plutôt qu’à vos personnalités respectives qui exigent d’avoir raison ou d’être reconnues dans toute l’immensité de leur valeur, forcément au détriment de celle d’autrui, ne serait-ce que par défaut. Tenir envers et contre tous, enfin, enfin… la conscience rivée sur l’ESSENTIEL plutôt que sur votre nombril.

Sachez que les prédateurs feront de nous votre plus grand ennemi, nous faisant passer pour eux à vos yeux, afin que vous les aidiez à nous combattre et d’autant réduire à une peau de chagrin nos chances de vous faire gagner votre victoire, essayant à toute force de nous faire entrer dans leur logique du combat final de l’Armageddon qui est désormais sans objet. Alors il va vous falloir à ce titre choisir entre les écouter eux, et écouter votre cœur, alors que jamais, pour notre part, nous ne clamerons avoir raison ou qu’ils auront tort. Nous vous laisserons libres de votre choix, et ce choix-là sera déterminant car il sera le vôtre et vous engagera dans la suite des conditions de votre vie en ce monde ; l’enjeu étant de parvenir à survivre à ce monde qui meure.

Ceux qui souhaitent plus que tout appartenir à ce monde encore actuel disparaîtront avec lui. Ceux qui, ne serait-ce que dans leur cœur, se désolidarisent de lui car ils ne s’y reconnaissent pas ou plus, ceux-là lui survivront envers et contre tout, quoi qu’il puisse advenir, car ils ne seront déjà plus en lui au moment de sa disparition.

Si vous chutez maintenant vous ne vous en relèverez pas!

Si vous tenez maintenant, vous tiendrez toujours.

Et si vous souhaitez ne plus jamais être déçus, alors n’attendez jamais plus rien non plus. Il n’y a pas de miracle.

Seule la perfection selon ses cinq principes fondamentaux[2] vous garantira le bon itinéraire, où que vous alliez, de quoi que vous puissiez être a priori capables ou non, en quoi que vous puissiez croire ou non, que vous croyiez en nous ou absolument pas.

Ce seul postulat de croyance en qui nous sommes et en ce que nous sommes est sans la moindre importance car « croire en ce que nous sommes » ne pourrait se faire que pour de mauvaises raisons, donc si ce devait être le cas, cessez d’y croire maintenant, et partez à notre recherche en vous, même et surtout si vous êtes convaincus de nous avoir déjà trouvé.

Mieux vaut-il ne pas croire en nous et chercher la vérité au fond de vous, sous quelque forme que vous la trouviez, que croire en nous pour de mauvaises raisons. « Croire » est arbitraire et subjectif. Ne vous contentez jamais ni de ce qui est trop arbitraire ni de ce qui est trop subjectif. Allez toujours plus loin.

Sachez ce que vous savez, et sachez ce que vous ignorez, du moins autant que possible, en laissant toujours en vous la porte ouverte sur la possibilité que vous vous soyez trompés, prêts à avancer encore et toujours, quels que soient les détours de votre cheminement sans jamais vous retourner, sans jamais le moindre regard jeté en arrière.

Nous ne sommes rien. Vous êtes tout. Alors ayez d’abord foi en vous, en le meilleur de vous. Pas en ce que vous portez sur vous ou en l’illusion de votre apparence ou de vos modes d’expression, mais en ce qui est immortel en vous.

Ayez foi en la victoire qui vous habite et qui rejaillit sur celle du monde, et alors votre foi sera l’expression d’une saine compréhension au niveau qui sera le vôtre à cet instant-là et qui ne cessera jamais plus d’évoluer vers de toujours plus hautes compréhensions, si du moins vous acceptez de poursuivre votre chemin, inlassablement, car si vous êtes celle ou celui qui chemine sur ce chemin-là, vous êtes aussi le chemin sur lequel vous cheminez. Vous êtes le créateur ou la créatrice de votre propre chemin, offrant cette perspective nouvelle et unique à l’Absolu en vous que vous êtes entièrement aussi et qui redécouvre à votre manière ce que vous découvrez vous-même pour la première fois.

Qui s’engage pour le minimum face à la perspective de cette victoire, quelle que soit la forme qu’elle prendra et qui vous échappe encore aujourd’hui, est tenu à ce minimum, car il n’existe ni minimum ni maximum face au miroir de la Vérité.

Il n’existe que la noblesse de cœur de ceux qui savent où ils sont engagés, qui connaissent leur devoir, et qui envers et contre tout feront ce qui est nécessaire pour faire honneur à leur haut-rang: celui du « haut-engagement », même ne s’agissant que d’essuyer la table, nettoyer sans sourciller ce qu’un autre aura sali, ou être présent à un rendez-vous insignifiant pour s’y être engagé, et cela sans JAMAIS mésestimer non plus quiconque lui semblera faire moins que lui, ou de manière moins incidente que lui.

Vous l’aurez compris, les hauts-faits se comptent d’abord dans les petits gestes du quotidien, les plus insignifiants du monde, comme les cœurs les plus nobles se trouvent parmi les gens les plus insignifiants, au cœur des petits, des sans-grades, et des ignorés. Les grands ralliements héroïques auront l’occasion de se produire sous peu à qui souhaitera les vivre, mais ils commencent maintenant dans la noblesse de l’état d’esprit de chaque instant, même si toute une vie d’homme ou de femme devait ne se résumer qu’à cela.

Le Maître-Mot du moment est celui-ci: IL FAUT TENIR.
Soyez aimants et compatissants comme vous aimeriez qu’on le soit envers vous.

Soyez nous comme nous sommes vous, à la mesure de ce qui vous est possible. Soyez chacun. Soyez tous. Soyez tous le dénominateur commun du Tout, du moins soyez-en conscients, car cela, vous l’êtes déjà.

Ouvrez les yeux et lâchez l’immense importance de ce qui vous empêche de percevoir que vous êtes chacun, toute chose, chaque forme de conscience en vous, ce qui inclut les prédateurs et ce qui implique que vous vous en guérissiez en vous pour contribuer efficacement à les voir disparaître de votre monde, du vôtre propre, intérieur, pour faire cesser leur emprise sur vous, comme sur le monde collectif extérieur de cette Humanité à laquelle vous appartenez et qui vous appartient aussi, en tant que « manifestation personnelle » que vous êtes de ce qu’elle est à travers vous.

Lâchez, car il faut tenir, envers et contre tout! Vous ne pourrez jamais tenir si vous vous agrippez à vos illusions ou à votre importance personnelle.
Lâchez, car l’Humanité doit enfin passer à autre chose, et tout commence, se termine, et recommence d’abord en soi-même, toujours.
Soyez présents et conscients. Soyez là, et occupez cette unique ligne de front où nous sommes aussi, à notre place, soit, mais aussi et surtout, surtout, en chacun de vous que nous sommes et qui êtes ce que nous sommes aussi, un sans second. Vous n’êtes jamais nés pour une autre raison.

Nous vous attendons avec la patience de l’éternité qui nous aura vu naître, vivre et mourir, et renaître à l’infini… tout comme vous en nous.
Dans l’Amour-Force à tout jamais, quoi qu’il nous en coûte, et sans compromission.

I.M.H.N.A.
Premier Hiérégal au Royaume de Terremère

[1] Du Grec « ieros » (ιερός), « sacré », et du Latin « rex », « regis », le roi.
[2] Argument relatif aux « Cinq Piliers de la Perfection » (Cf. le socle de l’équilibre de l’Archimagistère sur la page de présentation de son site Internet).

http://octp-news.blogspot.co.il/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2014/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares