AFRICA Peuples et Nations

Nzinga, la plus grande résistante contre la traite européenne en Afrique

Au 17e siècle a vécu cette reine angolaise à la grandeur infinie, cette légende absolue, qui pendant 40 années, a férocement combattu les Européens.

Nzinga (Illustration d’Achille Deveria en 1830)

A la fin du 15e siècle, c’est envoyés par le Vatican que les Portugais arrivent en Afrique pour débuter la traite négrière européenne.

Par leurs actes terroristes, ils commencent l’anéantissement du prestigieux empire Kongo, permettant à ses royaumes vassaux, dont celui de Ndongo, de prendre son indépendance.

En 1560, c’est avec des missionnaires que les Portugais font voile vers le sud, pénètrent l’embouchure de la rivière Kwanza et arrivent à Ndongo, où règne le Ngola (roi) Kiluanji kia Ndambi. Suspicieux, Kiluanji kia Ndambi leur accorde pourtant l’hospitalité. Les Portugais vont mettre à profit ces années pour étudier le fonctionnement du royaume, recenser ses richesses, pour venir plus tard avec une armée le détruire.

L’île de Luanda, localité de Ndongo d’où étaient collectés les cauris servant de monnaie à l’empire Kongo, devient un important port d’où les Africains sont déportés vers l’univers concentrationnaire des Amériques.

A l’intérieur des terres, les survivants des tueries lors des razzias sont enchaînés, marchent pendant des jours, se suicident avec leurs enfants dès la moindre occasion. Ceux qui arrivent vivants sont balayés par les larmes et la dépression. Ils sont entassés dans les cales de bateau pour aller produire – dans une violence innommable inconnue du monde africain – le sucre, le café et le coton qui enrichiront l’Europe renaissante.

C’est au milieu de cet apocalypse que Nzinga naît en 1581.

Fille du Ngola Mbandi Kiluanji, elle est témoin de la résistance menée par son père et ses armées.

Devant la puissance de feu des Européens, le peuple Mbundu et son royaume de Ndongo recule inexorablement. Mbandi Kiluanji détecte chez sa fille bien aimée les qualités d’un leader et la forme dans la gestion et la défense du royaume. Adolescente, la princesse accompagne déjà son père sur les champs de bataille.

Nzinga et son père Mbandi Kiluanji – Illustration de Pat Masioni pour l’Unesco

A la mort du roi, le prince Mbandi, seul fils des quatre enfants, prend les rênes de Ndongo. Il décide lui aussi de continuer l’offensive, décision que Nzinga trouve précipitée. Jaloux de son influente sœur, Mbandi fait tuer le fils de Nzinga, par peur que celui-ci ne prétende un jour au trône.

Dévastée, la princesse est exilée.

Mbandi se lance dans une série d’attaques contre les Portugais et est systématiquement vaincu. Trois quarts de ses hommes, soit 15 000, trouvent la mort au combat. Les ennemis parviennent même à tuer sa femme.

En 1618, 94 de ses chefs sont exécutés par les Portugais. Le conseil des sages du royaume le convainc donc de sauver ce qui peut l’être et de négocier un traité de paix avec l’ennemi.

Sous la pression des élites, Mbandi s’excuse pour la peine infligée à sa sœur, et mandate Nzinga, connue pour sa force de caractère, pour rencontrer les Portugais. En 1622, à 41 ans, Nzinga fait le voyage pour Luanda et débute ainsi le récit de sa légende.

La brillante historienne africaine-caribéenne Sylvia Serbin, dans son livre Reines d’Afrique et Héroïnes de la diaspora noire, raconte le voyage de la princesse angolaise « Portée en litière par une brigade de serviteurs véloces, Zingha, accompagnée d’une escorte de courtisans et d’un détachement armé, fit le voyage en quelques jours. Luanda ! Que de transformations sur ce territoire arraché au royaume de ses pères ! Avec ses allures de ville européenne et ses églises, dont la première fut construite en 1505, elle était parsemée d’imposantes demeures en bois abritant les nouvelles élites coloniales, et de hangars à esclaves tournés vers l’Atlantique.

Une salve de vingt et un coups de canons tonna enfin, saluant l’arrivée de la délégation aux portes de la capitale. Le cortège apparut, déclenchant des exclamations d’enthousiasme dans la foule africaine contenue par deux colonnes de miliciens portugais.

Zingha était vêtue d’un pagne de fin velours en raphia. Une étole de couleur vive posée en écharpe sur ses épaules lui couvrait à peine la poitrine. Sa couronne d’or massif sertie de pierres précieuses et surmontée d’une touffe de plumes multicolores formait un petit casque sur sa tête. Tout en elle traduisait la fierté des femmes de haute lignée. »

La princesse rencontre le gouverneur portugais.

Pour la rabaisser pendant les négociations, un tapis est posé en face du gouverneur assis sur une chaise, et Nzinga invitée à s’y asseoir. Refusant cette humiliation, elle jette un coup d’œil autoritaire à une de ses servantes, qui se met à 4 pattes et lui présente son dos sur lequel elle s’assoit. Les Portugais sont stupéfaits.

Illustration de la rencontre entre Nzinga et les Portugais en 1622

Nzinga tient tête aux Européens, obtient leur retrait de la localité d’Ambaca, Ndongo est exempté de tributs à verser aux occupants. La Princesse en profite pour étudier les Portugais et leur organisation, et est baptisé Ana.

Quelques mois après, le nouveau gouverneur refuse de respecter les accords et attaque. Le roi Mbandi est défait et s’enfuit. Les hommes de Nzinga le retrouvent et le contraignent de se suicider par empoisonnement. Nzinga n’aura jamais pardonné la mort de son fils.

En l’an 5859 de l’ère africaine – soit 1623 après JC – la fille de Mbandi Kiluanji prend les pleins pouvoirs et devient reine de Ndongo sous le nom de Ngola Mbandi Nzinga Bandi kia Ngola (la reine dont la flèche atteint toujours le but). Elle a 42 ans.

Aguerrie au combat, elle mène elle-même ses troupes et harcèle par des méthodes de guérilla les armées portugaises. Charismatique, elle harangue ses soldats, conquiert le royaume de Matamba et y installe sa capitale. Profitant d’un large réseau de renseignements, elle fait infiltrer l’armée portugaise par ses hommes, qui lui rapportent des armes, des informations et enrichissent son art de la guerre.

Nzinga à la tête de ses armées
Source : The destruction of Black civilizations, Chancelor Williams

Elle va jusqu’à traiter les Africains enrôlés dans l’armée portugaise d’esclaves, et en appelle à leur conscience patriotique pour qu’ils la rejoignent. Elle noue des liens avec des royaumes voisins pour combattre les Européens et en finir avec la mise en esclavage de son peuple. Sa sœur Kifunji est prise et décapitée par les Portugais, son corps jeté dans une rivière.

A 66 ans, Nzinga mène ses troupes et affronte 20 000 portugais à la bataille de Senga.

Les missionnaires, qui pensaient l’avoir convertie au christianisme et rendue docile des années plus tôt, avouent leur échec. Constatant les relations conflictuelles entre les Hollandais et les Portugais pour le contrôle de la traite, la Ngola s’allie stratégiquement avec les premiers, l’objectif étant après de s’en prendre à eux aussi.

Des bataillons de Hollandais passent sous son commandement. Sa coalition s’empare du port de Luanda, repris plus tard par les Portugais du Brésil.

A 67 ans, elle bat les Portugais à bataille d’Ilamba.

A 73 ans, fusil à la main, Nzinga continue à parcourir les forêts et les savanes et retourne les soldats africains de l’armée portugaise, en leur offrant des terres.

Elle choisit d’attaquer lors des saisons porteuses de paludisme, auxquelles les Portugais ne sont pas habitués.

Lassés par des décennies de guerre contre la Ngola, les Portugais choisissent finalement de négocier et reconnaissent l’indépendance de Matamba et de la partie de Ndongo sous contrôle de Nzinga. La reine a 76 ans.

Ngola Mbandi Nzinga Bandi kia Ngola s’éteint en 1663 à 82 ans, après une vie dédiée à la lutte pour la libération des peuples d’Angola. Ndongo sera entièrement conquis 8 années après sa mort. La mise en esclavage des Angolais par les Portugais se poursuivra jusqu’en 1975, année de l’indépendance du pays après une très longue lutte. La reine est considérée en Angola comme la mère du pays.

Statue colossale de Nzinga Mbandi à Luanda, capitale de l’Angola

Les résistances en Afrique contre la traite ont été très nombreuses et ont commencé dès l’arrivée des Européens.

Pendant les 16e et 17e siècles surtout, partout des guerres de résistances ont été menées par les rois, avec un courage invraisemblable. Que ce soit Mamvuru ou Mutapa Mukombwe au Zimbabwe, les Mfalme de la civilisation Swahili dont un est mort décapité, Les rois du Kongo dont Antonio qui est mort décapité, Badu Bonsu du Ghana qui est mort décapité, les rois Igbo, le roi Almamy de Sénégambie, et même le roi Mbandi frère de Nzinga etc…

Mais tous ces glorieux rois ou presque ont plié face à la supériorité technologique de l’ennemi. Ce qui distingue Nzinga, c’est non seulement la longévité extraordinaire de son combat mais aussi le fait qu’elle ait réussi à contenir l’apocalypse qui s’est abattu sur le continent.

Tout ceci nous fait dire que Nzinga est la plus grande figure de la résistance en Afrique contre la traite négrière européenne, elle est la deuxième femme africaine la plus grande de tous les temps après Kandake Amanirenas, et est tout simplement un des plus grands personnages africains de l’histoire.

Hotep !

Par : Lisapo ya Kama

Notes :

Njinga Mbandi, reine du Ndongo et du Matamba, par Sylvia Servin, Edouard Joubeau, Pat Masioni, Adriana Balducci, Sylvao Souindoula ; Œuvre réalisée dans le cadre des programmes de l’Unesco.

Great Black Leaders, édité par Ivan Van Sertima (Chapitre de John Henrik Clarke)

Reines d’Afrique et Héroïnes de la diaspora noire, Sylvia Serbin

Histoire de l’Afrique noire, Joseph Ki-Zerbo
Histoire générale de l’Afrique, Unesco, volume 5
Black Past

http://www.lisapoyakama.org/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares