messages d'un Ange

Messages d’un Ange – Abécédaire R: Race

races-300x193Ballotés, humiliés, chassées, emprisonnés,
La France n’a plus besoin de tous ses immigrés
Alors ils ne sortent plus que dans les rues trop sombres
La police parfois met ces bronzés à l’ombre
Si le beur est trop noir, elle trouve que cela l’encombre
Alors hop! dans l’avion avec les compliments
de leurs anciens colons pour parler franchement

La polémique est à son comble depuis longtemps sur votre planète en ce qui concerne cet épineux problème que vous posent les différences physiques et culturelles existant entre les races-ethnies colorées peuplant votre sphère d’accueil.

L’ego humain porte toujours son propriétaire à penser que lui et ses semblables sont les meilleurs et que, par conséquent, tous les autres sont inférieurs.

Comme les autres pensent pareillement, des guerres sans fin d’essais de domination en résultent, avec leur affreux cortège de souffrances indicibles et de monstruosités dommageables, d’un point de vue karmique, toutes les formes d’esclavage en étant leur plus scandaleux fleuron et le génocide le sommet absolu du péché, puisque c’est une tentative d’opposition définitive à la volonté créatrice des devas (mot sanskrit correspondant à « ange ») de la Nature.

Le patrimoine génétique de chaque race étant le fruit de centaines de millions d’années de travail et d’ajustement adamique, il est compréhensible que la lutte contre les génocideurs soit la priorité absolue des archanges et des séraphins, les premiers s’occupant de l’aspect stratégique et militaire, les seconds se chargeant de la diffusion télépathique des aspects philosophiques et doctrinaux chargés de donner aux hommes les outils mentaux nécessaires pour lutter contre les doctrines lucifériennes d’auto-contentement qui conduisent leurs partisans à satisfaire leurs pires délires, dont la xénophobie.

Lucifer étant à l’origine de la divulgation des raisonnements pseudo-philosophiques qu’on appelle « sophismes », dont l’utilisation conduit l’Homme à ce désastreux culte de l’ego et à ses engeances inévitables, vous comprendrez pourquoi je dénonce avec la plus grande vigueur, amicale mais sans faiblesse, cette propension humaine à l’égoïsme et l’égocentrisme, qui rendent si difficile la vie sur votre planète et un contact entre nos deux espèces. Le nombre de portraits d’un chef d’État dans les rues d’un pays est souvent proportionnel au degré de tyrannie luciférienne dont il fait preuve.

Lenine, Staline, Mao, Hitler, Polpot, Khomeiny, Hussein et le petit dernier, Milosevic, furent les plus célèbres quant à l’omniprésence de la célébration de leur ego, pourtant mis au service de la mort et de la barbarie, à l’inverse du comportement de Gandhi ou de Martin Luther King, qui avaient mis leur notoriété au service de l’Amour et du Pardon et qui n’eurent d’affiches à leur effigie qu’après leur mort, sans qu’ils y soient, d’ailleurs, pour quelque chose dans cette affaire. Ce racisme instinctif, qui pollue tant vos relations interethniques depuis des lustres, n’est pas entièrement de la faute des hommes; c’est en effet le résidu d’un ancien programme génétique qui devait s’autodétruire au bout de cent mille ans mais qui, visiblement, trouva le moyen de se perpétuer dans 10 % des cas, incidents typiques de ce qui peut hélas se passer sur une planète décimale sujette à expérimentations aveugles, puisque nouvelles, des ange Porteurs de Vie…

Pourquoi le racisme n’a plus lieu d’être

À l’origine, ces derniers ne voulaient pas que des souches hybrides trop agressivement animales, donc non désirées ni prévues par le Plan pour régner en maitre, pullulent et en définitive, gênent l’évolution chromosomique de l’Homo erectus vers l’Homo sapiens par d’incessantes batailles; en d’autres termes, ils ne voulaient pas menacer le programme d’hybridation entre les souches préhumaines australopithèques inférieures et les nouvelles souches de couleur humaines arrivées à émergence évolutionnaire il y a cinq cent mille de vos années, dont les archétypes respectifs furent partiellement prédéterminés dans les laboratoires célestes, (comme le fut, par la suite, le plasma germinatif adamique, avec un système immunitaire modifié en fonction du fait que les précédents archétypes colorés étaient alors menacés d’extinction par certains bacilles et virus que leur système immunitaire n’arrivait pas à maîtriser). C’est pourquoi ce programme psychique de rejet des espèces différentes fut, en son temps, élaboré, afin d’enlever à l’Homo erectus l’idée de copuler avec ses descendants des maillons inférieurs précédents.

Mais l’effet pervers de la conservation imprévue de ce programme de rejet, est qu’il est également actif pour quiconque n’est pas spécifiquement identique au propriétaire dudit programme. Or, l’Homo sapiens sapiens était alors divisé en six races majeures de couleurs et d’aspects différents, elles-mêmes réparties en nombreux lignages métissés qui excitaient le programme psychique de rejet. Vous avez ici la raison principale de l’origine de votre racisme moderne. Ce programme est en fait le pendant mental d’un des éléments de celui qu’applique votre système immunitaire, à chaque fois qu’il se « sent envahi » par un organe greffé, pourtant mis là pour aider à la survivance du propriétaire du système immunitaire. Mais ce but de survivance globale, le système immunitaire (comme l’instinct de racisme) est incapable de le comprendre, par manque de discernement, ce qui provoque sa réaction aveugle de rejet, qu’il croit pourtant bénéfique pour l’organisme qu’il est chargé de défendre contre tous les types de corps étrangers, mais qui, en fait, s’avère désastreux pour le greffé.

La situation ne put changer pour eux que lorsqu’un génie découvrit que certains leurres chimiques pouvaient servir à tromper le système immunitaire démuni de discernement. La solution aux problèmes de racisme se trouve donc là : pour se débarrasser de la maladie du racisme rejet, il faut employer la même technique de leurre, mais en version intellectuelle, cette fois. Le leurre, c’est évidemment l’argent, à ce niveau.

Il suffirait donc simplement de faire une campagne mondiale de promotion du métissage, en mettant l’accent sur le côté intéressant et positif du melting pot. Les exemples réels ne manquent pas, puisque ce n’est que la stricte vérité, les récents évènements en Afrique du Sud l’illustrent de façon suffisamment éloquente, surtout pour ceux qui se servent de leurs yeux pour voir et de leur cerveau pour penser et déduire ce que leurs yeux voient.

En attendant ce jour, le programme original fut donc un partiel fiasco, car d’une part des hommes à la libido particulièrement puissante créèrent quand même ces lignées hybrides indésirables dont certains des gènes réussirent à s’intégrer à la chaîne ADN de l’Homo sapiens sapiens et d’autre part, les programmes provisoires ne s’autodétruisirent pas tous : 10 % des gènes porteurs du rejet de la différence trouvèrent le biais pour passer dans le patrimoine génétique de certains sapiens sapiens; de ce fait, ces gènes non désirés accentuèrent cette disparité de qualités et de défauts entre les êtres que tout un chacun peut constater ou déplorer, selon, à chaque instant; les humains actuels ne sont pas tous porteurs de ce gène, ce qui fait que tous les humains ne sont pas fondamentalement racistes. Dans ce cas, ils sont naturellement réceptifs à l’effet des extrêmes se rejoignant et n’hésitent pas à former des couples mixtes. De la bonne partie de ceux qui sont racistes, on peut les considérer à juste titre comme les victimes d’une maladie génétique appelée : « rejet irrationnel pour ses semblables dissemblables ».

Le sentiment d’amour universel et de respect pour la différence est en fait le seul vaccin efficace contre cette maladie génétique qu’est le racisme, sans oublier le sexisme, un de ses dérivés, car votre niveau scientifique ne vous permet pas encore de déceler l’élément du gène coupable. Il vous faudra au préalable découvrir comment aller contrôler ou modifier l’intérieur des centaines de programmes que contiennent chaque gène. Et vous avez trente mille gènes par individu…

La race violette, dite Adamique

Lorsque les six races de couleur d’une planète appartenant à la dimension spatio-temporelle arrivent à un degré d’évolution donné, entre en lice la septième race de couleur : la race violette. Ils sont connus sous le nom de « Fils Adam et Fille Eve », êtres mi-divins et mi-matériels de la quatrième dimension ayant le même statut d’immortalité spirituelle de naissance que les anges. L’Homme, lui, doit la gagner. Les adamiques sont des enfants directs de Michael et de son associée créatrice céleste et leur glorieuse arrivée sur la planète bleue est restée gravée dans les diverses légendes de l’ancien temps comme l’arrivée de « Deus ex machina ». Votre premier groupe de six couples de colons adamiques sous la direction du septième, un couple de vétérans choisis pour être les officiels Adam et Ève de la Planète, arriva approximativement il y a trente cinq mille de vos années.

Ces êtres ont été créés pour être capables de vivre dans la troisième autant que dans la quatrième dimension, sans connaître de vieillissement cellulaire, à condition que lorsque leur organisme biologique se trouve dans la troisième, ils alimentent quotidiennement leur organisme avec une substance tirée d’une plante n’existant pas dans votre troisième dimension mais dont la graine amenée par les adamiques peut croître en milieu oxygéné et dont la propriété est de permettre aux cellules de reproduire entièrement leurs rubans d’ADN grâce à la fameuse enzyme télomère déjà évoquée au chapitre “mort”.

Cette plante fut confisquée par les anges, lorsqu’il devint patent que l’erreur d’Eve allait annuler son statut cosmique conditionnellement éternel pour le ramener au statut d’humain mortel potentiellement éternel, sort qu’Adam partagea avec sa femme par solidarité amoureuse et non par culpabilité, comme il est suggéré dans la Genèse. Ni la jalousie, ni l’inceste n’existent chez les purs adamiques. Ces sentiments furent partiellement dilués lors du brassage avec les races de couleur et leurs tabous instinctifs, ce qui fait qu’il existe maintenant une grande disparité de comportements entre les êtres concernant ces deux comportements diamétralement opposés. Physiquement, le peuple adamique de pure souche était grand (environ deux mètres cinquante), les hommes harmonieux et musclés, les femmes d’une beauté à couper le souffle de n’importe quel indigène; ils avaient les cheveux blonds, paille ou “vénitien”, les yeux bleus ou verts et dernier signe distinctif, la peau émettait des reflets rose-violacés. Leur crâne était dolichocéphale, leur nez aquilin, les attaches de leurs membres étaient fines. Ils étaient porteurs d’un patrimoine génétique fabuleux, permettant d’être complémentaire avec celui des six autres races. Ils avaient, par nature, un système immunitaire héréditairement transmissible, adaptable à la plupart des difficultés moléculaires constatées par vos concepteurs au fur et à mesure du développement de la vie terrestre, données communiquées aux experts chimiques galactiques chargés d’élaborer le code génétique de l’enveloppe respective de votre premier couple d’adamiques. Ces difficultés, dues à des régressions pré-chlorophylliennes que les porteurs de Vie avaient involontairement engendrées lors de certaines expérimentations moléculaires autorisées pour raison de décimalité planétaire, et qui, de ce fait, donnèrent naissance à des millions de variétés de bactéries et d’animaux venimeux divers aux moeurs bizarres et cruels, araignées, scorpions et serpents notamment, dont la composition des fluides ne figurait pas dans le système immunitaire standard qui équipe habituellement les humains primitifs de l’espace-temps. Ces sortes d’enzymes-gloutons de toutes sortes se nourrissant de cellules humaines provoquèrent des ravages dans les organismes de vos lointains ancêtres et nécessitèrent une rectification en catastrophe des créateurs sous peine d’éradication de votre espèce, ruinant ainsi des millions d’années de travail déjà fournis. Les bacilles de Koch, de la peste et du choléra ne sont toujours pas inoffensifs pour vous et je compatis, croyez-le. Au moins maintenant, pouvez-vous vous en prémunir plus facilement, grâce à “l’inspiration” de vos savants. Depuis, ceux qui ne bénéficiaient pas d’un apport adamique immunisant suffisant furent vaccinés en compensation et votre population put enfin croître et se multiplier au sens propre; mais à tel point qu’il va maintenant falloir vous pencher très sérieusement sur les problèmes que pose la surpopulation… Rien n’est simple, surtout lorsque les dirigeants d’une planète n’ont aucun discernement spirituel ou pire, sont des conspirateurs travaillant sciemment pour la destruction de l’Humanité. Les adamiques, même privés de leur substance antivieillissement, (ce qui leur arriva après l’échec partiel de la mission adamique racontée plus loin), gardèrent néanmoins des gènes de longévité physique qui furent mis en évidence à travers l’histoire de Mathusalem, fils d’Enoch, réputé être resté quasiment mille ans sur cette planète décimale d’accueil. L’un des volets de la mission adamique était traditionnel et précis : créer une nouvelle race qui soit le fruit hybride issu du croisement entre les six races de couleur et le patrimoine adamique.

La dilution progressive des gènes spécifiquement adamiques, du fait du métissage intensif auquel se livrait tout adamique digne de ce nom, stabilisa en trente-cinq mille ans, (date de l’arrivée de vos premiers colons adamiques), la moyenne de vie d’un humain de trente à cent ans et créa la sextuple race blanche; mais du fait de la lente mais régulière adamisation de votre espèce, dont j’explique le processus plus loin, l’Humanité, elle, est en constante remontée, grâce aux appétits sexuels légués par les extra-terrestres surhumains de vos légendes. Il y a, en outre, dans leur patrimoine génétique, un sens plus aigu que leurs cousins terrestres (issus de l’évolution naturelle partiellement mise en épigraphe par Darwin) dans les domaines du voyage, de l’humour, du commerce, de l’expression artistique, de l’agriculture et du raffinement sexuel. Ajoutons à cela un trait de caractère qui n’existait pas avant leur arrivée : l’individualisme extrême.

En effet, les adamiques mi-célestes, mi-humains, sont tous conçus pour instruire et dominer fraternellement les peuples colorés jusqu’à ce que l’essaimage de leur patrimoine génétique ait été suffisamment répandu pour qu’une égalité de fait se dégage entre tous les métis adamisés. Leurs descendants en gardent, même dilués, une tendance à l’individualisme qui est une qualité à double tranchant, comme la situation planétaire actuelle le montre; il est clair que cette tendance à l’individualisme entre facilement en résonance avec le manifeste de fausse liberté répandu par le prince de ses propres ténèbres sur les planètes administrativement gérées par son équipe et luimême, bien avant l’arrivée des adamiques sur votre planète, ce qui expliqua son succès parmi les hommes. Sur une planète normale, c’est-à-dire non décimale, un esprit adamique renâcle à se soumettre à une autorité extérieure et non supérieurement divine et c’est un bien. Il a toutes les qualités requises pour diriger et est en général rapidement considéré comme un dieu et accepté facilement comme guide sur les planètes où il arrive, grâce à sa technologie et sa connaissance des lois physiques, mentales et spirituelles, très supérieure à celle des populations locales du moment.

Mais sur une planète où la loi de fraternité, de respect et de paix a été échangée depuis des millénaires par la loi de l’ego-roi instituée par Lucifer alors qu’il était chef de son secteur universel, cette qualité d’entêtement individualiste devient un défaut et se transforme en handicap. Tout est ainsi à double tranchant dans l’Univers. Il faut apprendre à s’adapter à cette demande divine de perfection en arrêtant les erreurs. Ce n’est pas en pensant à la perfection qu’on devient éventuellement parfait, mais en concentrant toute son attention sur le fait de ne pas faire d’erreurs.
La perfection se manifestera alors ipso facto…

Gandhi et Franco sont deux des figures modernes qui illustrent le mieux ce que des qualités adamiques identiques peuvent avoir comme effets totalement inverses, selon le contexte : Gandhi utilisa son caractère insoumis pour la cause de l’égalité et de la fraternité. Rien ni personne ne le fit plier et il obtint finalement ce qu’il voulait : le départ des Anglais (qu’il trouvait trop arrogants et pilleurs), et l’indépendance pour son vieux pays. Par contre, il ne put rien pour enrayer la dérive mal placée séparatiste et individualiste des musulmans qui construisirent le Pakistan cher à leur coeur dans le sang et les larmes, ce que Gandhi voulait, précisément, éviter.

Il fut tué parce que les nationalistes hindous savaient que le voyage au Pakistan qu’il était sur le point de faire avait des chances d’arrêter les massacres programmés de type génocide entre les musulmans pakistanais et les hindous indiens, que la tension, provoquée par la stupide décision des leaders musulmans de faire la partition, dressait les uns contre les autres depuis plusieurs semaines, ravivant les vielles rancunes des massacres précédents et en ajoutant de fraîches avec ces nouvelles centaines de milliers de victimes tuées sauvagement devant des enfants qui, une fois adultes, n’auront de cesse de venger leurs parents assassinés, et ainsi de suite. C’est à cette vendetta sans fin apparente que Gandhi avait décidé de s’attaquer, malgré son âge et sa santé précaire, en partie due aux multiples privations qu’il s’était imposées pour faire triompher sa cause (que les anges, évidemment, soutenaient à 100 %).

N’étant cependant pas habilité à arrêter une balle de pistolet tirée à bout portant, son ange gardien eut la douleur de voir le vieux mahatma tirer sa révérence plus tôt que prévu, tué non pas par un pakistanais, dont aucun, paradoxalement, n’eût osé porter la main sur lui, mais par un membre de sa propre ethnie, comme l’israélien Rabin en 1996; si le sort même du monde en avait dépendu, son ange ou d’autres auraient alors reçu la mission de s’occuper du futur assassin avant qu’il ne commette son acte barbare, doublement barbare lorsqu’il s’agit d’un grand saint honoré de son vivant par des centaines de millions de gens, des harrijan intouchables aux musulmans pakistanais, en passant par les Anglais.

COCO-RICO

L’Homme métis adamisé étant plutôt individualiste et têtu il n’est donc pas facile de le soumettre. Il se trouve que la France, fille aînée de l’Eglise de Saint-Pierre, (ce qui créa fatalement des liens privilégiés avec l’Univers où les anges règnent et qui se traduisit, entre autres par les aventures de Clotilde, de Geneviève, de Jeanne, de Thérèse, de Bernadette et bien d’autres jeunes femmes), est l’un des pays dont la population métis a été dans le passé la plus adamisée du fait de sa position géographique stratégique. Ce pays a bénéficié, d’invasions en invasions, des meilleurs apports génétiques d’à peu près toutes les races. Ce n’est donc pas, à mes yeux d’ange, un hasard si c’est aussi le pays le plus connu pour abriter la plus grande bande de râleurs et de résistants impossible à soumettre existant sur terre, comme la bande dessinée « Astérix » le souligne avec humour et fierté. “Quand un Français ne râle plus, c’est qu’il est mort”, dit le dicton.

Ce n’est pas par hasard si c’est le coq, celui qui réveille tout le monde, qui fut choisi comme emblème de votre ethnie et qui vous vaut ma présente mission de réveil des consciences. C’est aussi parmi ces adamisés francophones que s’est trouvé le plus grand nombre d’intellectuels, de révolutionnaires et de théoriciens prônant l’individualisme ou le collectivisme, selon leur niveau de conscience. Plusieurs grands stratèges militaires ou politiques portèrent également la marque de l’héritage adamique, ainsi que d’innombrables sportifs (merci à vos ex-colonies d’ethnies orange, verte et indigo) toutes disciplines confondues. Sans parler de tous les inventeurs et savants qui, encore maintenant, sont à la pointe de la recherche et des découvertes dont le monde entier profite. Ceci explique aussi pourquoi les artistes issus de tous les pays fortement adamisés (puisque le développement rapide du sens artistique est un de leur signe distinctif), font preuve d’une si grande indépendance d’esprit et une force de caractère d’autant plus développée qu’ils sont souvent, du fait de leurs visions avancées, en butte avec leurs contemporains, qui ne comprennent, en général, que des années après leur mort le degré de génie qu’ils possédaient.
Molière, Paganini, ou Van Gogh ne me contrediraient pas; ni Jean Sébastien…

Individus supérieurs : oui, races supérieures : non

Je sais que depuis Hitler et ses scandaleuses et fausses théories sur les races, la notion de « race supérieure » vous est très pénible à accepter et même à écouter calmement, et ce que je vous révèle sur les adamiques y ressemble fortement en apparence. Le fait qu’Hitler ait voulu détourner sans scrupule (mais est-ce si étrange ?) les précieux codes génétiques dits « aryens » pour ses « grands desseins » n’a pas à remettre en cause la réalité de l’existence de gènes supérieurs, qu’ils soient aryens ou autres. Néanmoins, s’il est toujours préférable de connaître la Vérité, il ne faut pas qu’elle ne soit qu’à moitié connue : elle doit être entièrement connue, car c’est la seule façon d’apprendre et comprendre ce qu’il y a vraiment derrière cette notion de gène adamique supérieur qu’Hitler a probablement sciemment dénaturé avec ses scandaleuses et fumeuses théories raciales de la soi-disant supériorité aryenne, justifiant la vaporisation des autres races.

À cause de ce suppôt de Satan, même la constatation neutre et anodine d’un état de fait patent comme les différences physiques et mentales existant entre les divers métis terriens déclenche des levées de boucliers injustifiées venant de quantité d’associations contre le racisme.

Nier une évidence physique au nom de principes moraux, c’est donner des munitions aux partisans du racisme qui utilisent ces contradictions pour clamer leur innocence et leur bonne foi. Pourtant, quoi de plus légitime que de constater que les peuples descendant des indigos africains courent en moyenne plus vite et frappent plus fort que leurs frères différemment colorés : il suffit de consulter les palmarès sportifs correspondant, entre autres, à l’athlétisme, au basket et à la boxe !

Pourquoi certains en arrivent à être accusés de racisme à cause d’une observation aussi neutre et vérifiable ? Le racisme, c’est dire que parce qu’un homme est de telle couleur, de telle religion, de tel pays ou de telle opinion, ses Droits constitutionnels lui sont rognés ou reniés. Confondre les deux est ridicule et n’aidera pas à la résolution du malaise interethnique. À la lumière de cet exposé, il est d’ailleurs facile de vérifier mes dires, en relisant l’Histoire de l’Humanité, des Hittites à maintenant, et en étudiant les comportements des races métis adamisées conducteurs de Jumbo 747, comparées aux races colorées pures qui lèvent la tête pour le regarder passer, comme les Bushman, les Papous, les Inouits, les Amazoniens, les Massaïs, les Dogons, etc., se demandant de quelle origine divine est cet énorme oiseau bruyant passant à toute vitesse au-dessus de leurs têtes en réfléchissant le soleil et en laissant un panache de fumée blanche dans le ciel !

Il est intéressant de noter que les Dogons, petite tribu du Mali, ont une cosmogonie beaucoup plus proche de la vérité que celles des autres ethnies indigo. Leurs traditions orales sont arrivées à garder, à peu de détails près, tous les éléments principaux de l’histoire de l’Humanité, puisqu’elles disent que la race humaine est née de quatre couples de jumeaux de différentes couleurs et que la race adamique est, par la suite, venue des étoiles, que les Dogons estiment être l’un des satellites de Sirius, invisible à l’oeil nu.

Sirius elle-même ne devint visible à l’oeil nu que cent ans avant J-C, bien que leur cosmogonie soit transmise de générations en générations depuis plus longtemps que cette période. Leur connaissance paléo-astrologique est donc particulièrement mystérieuse, sauf si l’on considère qu’ils ont été initiés par des adamiques qui, eux, avaient des cartes du ciel encore plus élaborées que celles qui sont à votre disposition maintenant, cartes dont d’autres ethnies bénéficièrent également il y a plusieurs millénaires, de l’Amérique du Sud au continent Chinois.

Leur version de la faute d’Eve, racontée par ailleurs dans sa véridique exposition au prochain paragraphe, est également bien plus proche de la réalité que la version qu’en a gardée la Bible. La marque adamique se retrouve aussi dans leur amour de l’agriculture, qu’ils démarrèrent bien avant les autres tribus-chasseresses. Leur cérémonie du Sigui, démarrant tous les soixante ans pour une durée de sept ans, est unique en son genre et mérite votre attention…

D’autre part, si l’on se réfère à la Bible, aucune de vos théories raciales ne tient debout, ni logiquement, ni scientifiquement, ni spirituellement. Donc, la seule solution que je trouve raisonnable de vous suggérer est de partir, sans passions et idées préconçues, des paramètres que je vous révèle ici et d’enquêter dans cette direction.

Vous verrez alors que mes explications cadrent parfaitement avec votre histoire et même expliquent sous un nouvel angle de vue la vraie histoire d’Adam, d’Eve et des races de couleur.

Ainsi, ces mammifères qui avaient si lentement évolués durant des millions d’années, gravissant phase par phase les échelons conduisant à l’humanité, se voient « soudain » en l’espace de quelques milliers d’années devenir des sapiens sapiens, experts dans l’art de cultiver des milliers de plantes, construire des villes immenses, pousser la musique, la peinture, la sculpture et la danse vers des sommets enchanteurs, faire de l’amour un art ou les partenaires se regardaient enfin en face, se lancer dans l’exploration intrépide des continents en s’adaptant à tous les modes de transport et toutes les conditions climatiques grâce à la découverte de centaines de technologies enfin adaptées aux dures variations terrestres…

Les prochains buts de ces supposés mammifères supérieurs descendant du singe : la conquête du grand Espace, Mars, Jupiter, d’autres systèmes solaires. Il est grand temps de vous poser certaines questions, comme :

1°)- N’ y a-t-il pas dans cette constatation comme un chaînon manquant ignoré de l’Histoire officielle?

2°)- Comment un tel phénomène et une si soudaine accélération évolutive sont-ils honnêtement explicables rationnellement et scientifiquement, alors qu’à l’heure actuelle, des individus continuent à vivre comme au temps de la préhistoire humaine, y compris les pratiques anthropophages ?

3°)- Bien que les adamiques n’aient fait leur apparition qu’il y a environ 36.000 ans, pourquoi leurs descendants métissés sont-ils en mesure d’explorer le cosmos avec des navettes spatiales, alors que toutes les tribus isolées non métissées, parce qu’à l’écart des migrations adamiques, en sont toujours aux arcs, aux flèches, aux sarbacanes ou aux tomahawks, alors qu’ils ont une origine plus ancienne de plus de 450.000 années ?

4°)- Pourquoi existe-t-il à l’heure actuelle des décalages évolutifs de modes de vie, d’expression politique, philosophique et artistique énormes, courant sur des millénaires selon que les populations habitent en France, en Chine ou dans la forêt de Bornéo ?

5°)- Comment expliquer scientifiquement qu’Adam et Eve, blonds aux yeux bleus, puissent avoir été les ancêtres des rouges aux cheveux lisses, des indigos aux cheveux crépus, des jaunes imberbes aux paupières plissées, des bleus et des verts velus à la tignasse brune et des oranges rouquins ?

6°)-Pourquoi certains mouraient-ils de la peste ou du choléra lors des grandes épidémies ravageuses et d’autres pas ?

Les réponses à ces questions comme à des dizaines d’autres de ce type, qui à ma connaissance ne figurent dans aucune oeuvre de Darwin ni aucune édition de votre « Quid » et que le présent livre est chargé de vous révéler, résident dans la connaissance de la véritable histoire d’Adam et d’Eve qui n’a pas grand-chose à voir avec la comptine pour enfants en bas âge relatée dans la Bible. En voici les principales lignes, juste assez pour mettre sur la voie vos éminents chercheurs de toutes obédiences qui, puisqu’ils aiment tant chercher la vérité des choses, auront ici de la matière pour continuer leur puzzle historico-scientifique inachevé.

Entre Légende et Histoire

Lorsque des adamiques débarquent sur une planète évolutionnaire avec leur apparence si différente et flatteuse (comparés à la plupart des ethnies locales contemporaines de leur arrivée), leur technologie avancée et leur culture religieuse monothéiste, ils sont systématiquement pris pour des deus ex machina par les frustes populations tribales; comme la mission des adamiques est de faire le plus d’enfants possible avec les autochtones terrestres, cette race superbe, maîtrisant parfaitement l’énergie tantrique, fit sur votre sphère beaucoup d’heureux parmi les membres des autres races. Ces évènements figurent dans toutes les légendes de toutes les ethnies visitées et fertilisées par ces enfants matériels de l’espace sous la rubrique : « Quand les dieux venus des étoiles vinrent s’unir avec les humains ».

Le rôle de ce Corps mi-matériel et mi-céleste est justement, et spécialement dans le cadre d’une planète décimale et expérimentale comme la vôtre, d’élever biologiquement les six races de couleur locales et de rectifier les erreurs préjudiciables au développement harmonieux de l’espèce humaine, une fois que les millions d’années d’évolution ont révélés les points faibles de son adaptation à l’écosystème expérimental qui s’est développé; ce plan est le moyen choisi par vos créateurs pour aider votre espèce à acquérir progressivement toutes les défenses immunitaires et tous les talents indispensables pour coloniser une planète, jusque dans l’apprivoisement de toutes les molécules en circulation, et finalement atteindre le niveau spirituel permettant d’ancrer cette planète et ses habitants au niveau ultime d’évolution spatio-temporelle. Pour qu’il puisse y avoir une véritable évolution continue et efficace, les chromosomes adamiques furent donc conçus prioritaires par rapport aux chromosomes terriens. Cela veut dire que si une femme a deux chromosomes adamiques dans ses gènes, ils se retrouveront, quoiqu’ils soient mélangés à des milliers d’autres, dans les vingt-trois chromosomes présents dans son ovule lors de sa fécondation; même remarque en ce qui concerne les chromosomes contenus dans le sperme.

L’enfant d’un tel couple se retrouverait donc avec quatre chromosomes adamiques prioritaires, deux de chacun de ses parents et ainsi de suite. Ce qui fait que les gens caractérisés par des cheveux blonds et des yeux bleus, les plus proches descendants de la race violette et extrêmement minoritaires pendant les premiers millénaires de leur développement, se retrouvèrent répandus sur toute la surface de la Terre, malgré moult guerres exterminatrices, (dont la plus connue se déroula il y a cinq mille ans autour de Troie), et catastrophes naturelles (dont les plus connue furent les engloutissements d’Atlantis et du territoire de Mu, dans le pacifique) et dominent maintenant le monde grâce à leur technologie toujours plus avancée. Ils savent aussi mieux réguler instinctivement leurs populations par la contraception, grâce à l’évolution des consciences. Mais les caractéristiques physiques ayant été extrêmement diluées dans les chromosomes normaux, toutes les races de couleur ont reçu le legs adamique de leurs chromosomes rectifiés, que cela leur ait donné les yeux bleus et les cheveux blonds ou non; le pourcentage de sang adamique chez un individu ne se jauge pas aux seules caractéristiques physiques apparentes, comme le croyait ce pauvre fou de Hitler; il est également reconnaissable par l’émergence des talents relatifs au voyage, au commerce, à l’art, à l’humour, à la bonne santé, à une longue vie et au raffinement sexuel. Il n’y a donc aucune différence qualitative supérieure de legs adamique entre les Aryens et les Juifs; ces derniers, loin d’être « inférieurs » aux Allemands aryens, sont en fait égaux, voire supérieurs, dans ces sept domaines, spécifiquement révélateurs de la présence des chromosomes adamiques.

N’excellent-ils pas, en effet, dans tous ces domaines ?

Ne sont-ils pas de merveilleux musiciens, d’admirables savants, des explorateurs hors pair, des commerçants suscitant la jalousie des autres ethnies, des grands intellectuels, possédant une haute idée des vertus de la famille ?

Quoi qu’aient fait les Juifs pour subir cette longue persécution, ce n’est pas parce qu’ils étaient « inférieurs » qu’ils furent traqués, cela doit être clair dans tous les esprits. Malgré leur adamisation avancée, ils sont loin d’avoir tous les cheveux blonds ou les yeux bleus. D’ailleurs, pour clore ce sujet si sensible sur votre monde, du fait des multiples contrevérités émises et transmises depuis des centaines d’années, la notion de retour à une race pure appartient au mythe car il est tout à fait irréalisable. Il y a trop longtemps que les gènes adamiques ont été dilués chez toutes les races colorées. Il faudrait attendre des dizaines, des centaines de milliers d’années pour que la sélection des gènes prioritaires se retrouve de façon naturelle et en totalité dans les cent mille gènes prévus pour chaque organisme humain.

Et de toute façon, ce n’est pas ce que le plan d’évolution a défini, puisque c’est au contraire un métissage général et continu, total et définitif de toutes vos races colorées et complémentairement dotées de toutes les qualités à parfaire et de tous les défauts à corriger qui est prévu, avec comme base relationnelle l’amour et le respect de toutes les différences. Une fois ces éléments d’appréciation objective fournis, je continue mon explication au sujet des différences raciales : chacun en a une part, équitablement distribuée à l’origine. Une foule d’erreurs et d’actions volontairement maléfiques sont venues compliquer votre situation, mais tout n’est pas encore perdu, tellement le pouvoir de la Vérité et de la Connaissance peut vite remettre dans le « droit chemin » n’importe quel individu, pays, race ou espèce.

Comme la vocation génétique et donc instinctive des purs adamiques est de conquérir (pacifiquement quand c’est possible), d’inventer et d’éduquer, ils éduquent, inventent et conquièrent, comme des robots fous, programmés pour exécuter un programme, quoi qu’il arrive.

Car les équipes lucifériennes étant passées par là, rien de ce qui était originellement voulu (et qui se passe effectivement sans difficulté sur une planète normale, donc non dominée par les anges déchus et non expérimentale), ne se passa sur votre planète dans la mesure où plusieurs chefs adamiques passèrent dans le camp des anges rebelles, déclenchant des conflits entre adamiques loyalistes et rebelles, ce que la Bible traduisit très symboliquement par l’histoire de Caïn et d’Abel et de la tour de Babel.

Pour être complet, il me faut vous expliquer les étapes chronologiques que doivent obligatoirement suivre des adamiques en mission de conquête pédagogique planétaire; à leur arrivée, ils établissent leur base dans un lieu fertile où ils pourront commencer à planter les différentes graines qu’ils amènent avec eux, spécialement élaborées pour les conditions climatiques qu’offrent votre planète, d’une part, et leurs qualités nutritives et médicinales, d’autre part. En quelques années, ces jardiniers et ces herboristes extraordinaires transforment leur camp de base en un jardin d’une luxuriance fascinante pour les autochtones, encore au stade sapiens dans leur évolution préadamique.

La légende du Paradis terrestre n’est en fait que le jardin et le potager de la première tribu adamique, car, au fil des ans, les adamiques se sont multipliés entre eux pour former une puissante tribu, conformément à ce qui est généralement prévu par le Plan. Il me faut préciser qu’il n’y a pas d’inceste chez les adamiques, car vos tabous relatifs à l’inceste sont liés à la constatation de la dégénérescence provoquée par la fertilisation d’individus non ou peu adamiques par des parents proches. C’est pourquoi les tribus se sont régulièrement échangé ou volé des jeunes femmes et des jeunes hommes pour garder un sang vigoureux et métissé dans leurs ethnies respectives.

Mais cette dégénérescence n’existant pas chez les adamiques purs, la notion même d’inceste n’existait pas non plus et les frères, les soeurs, les cousins, les pères et les mères s’aimaient d’un amour tendre et non réfréné sexuellement, d’autant moins que le sexe et ses multiples raffinements ont une grande importance chez les adamiques. C’est d’ailleurs une des principales différences entre mon ordre de créature et le leur. Toutes ces agapes sexuelles et familiales, comme le comportement de Lot avec ses filles, furent également relatées déformées, le temps et l’imperfection du bouche à oreille aidant, et figurent dans la Bible au chapitre consacré à Sodome et Gomorrhe, bien que les adamiques aient répandu leur pratiques sexuelles chez les autochtones bien avant cette époque; les Grecs et les Romains, eux, ont une mythologie qui ne laisse aucun doute sur le caractère à la fois surnaturel et humain qu’ils attribuent aux premiers adamiques, la légende d’Hercule en étant un bon exemple. Si vous savez faire la part des choses entre les récits légendaires et la véritable histoire de l’humanité décrite à travers le présent récit, et si vous considérez Jupiter comme étant Adam, Minerve, comme étant Eve, Apollon un conducteur de vaisseau spatial (toutes notions à votre portée de lecteurs de Jules Verne) et ainsi de suite, vous pourrez mieux comprendre ce qu’il y avait véritablement derrière tous ces récits légendaires concordants, d’un bout de la planète à l’autre.

Vous avez l’habitude de les appeler : « les grandes énigmes ». Cherchez et vous trouverez.

Donc, les adamiques créent leur territoire à l’intérieur duquel ils doivent « croître et se multiplier » sans se mélanger aux autres tribus tant que leur nombre n’a pas atteint un million d’unités. Cette précaution réglementaire vient du fait que des conflits peuvent exister entre tribus dès lors que des aventures sexuelles se créent entre deux membres de deux ethnies colorées différentes. Encore maintenant…

Pendant le laps de temps où la tribu adamique est en grande infériorité numérique par rapport à ses voisins généralement agressifs et méfiants, (même si les premiers temps de voisinage avec ce superbe peuple les impressionnent vivement), ils sont en permanent danger d’éradication à cause de leur prestance et de leur culture qui a toujours eu l’effet à long terme de rendre les autres ethnies jalouses. Au moindre signe de faiblesse, on ne les ratait pas !

Dans la faute dite originelle, l’erreur fut effectivement produite par Êve qui, machiavéliquement conseillée par un des anges déchus, détail qu’elle ignorait, n’attendit pas que le peuple violet atteigne le nombre prévu d’un million pour se laisser aller aux charmes d’un bel étalon de race bleue, chef d’une tribu voisine du jardin d’Eden. Le rejeton qui naquit de cette faiblesse libidineuse fut le premier « blanc » de l’espèce humaine. Énoch et Mathusalem furent deux de ses lointains descendants.

Origine de la race blanche

Paradoxalement, quand les humains sont porteurs de gènes de plusieurs couleurs à la fois, dont l’adamique prioritaire, ils tendent à se blanchir; la race blanche est donc le résultat de la « violettisation » d’éléments des six races de couleur qui se poursuit ici-bas depuis plus de trois dizaines de milliers d’années. La race blanche dans sa catégorie blonde-aux-yeux-bleus, dite « aryenne » est majoritairement issue de la fusion des adamiques et des bleus, la race blanche-brune dite « latine » étant plutôt issue de la fusion des adamiques avec les verts et les oranges.

Les Africains marrons aux yeux clairs et au nez aquilin (Ethiopiens) et les races dites « sémites » dans laquelle figure les fameux « Juifs » et les Afghans furent le fruit d’un métissage violet-vertorange-indigo. Les rouges, du fait de leur rapide isolement vers l’Ouest provoqué par la rapide dérive des continents d’antan, ne virent les premiers adamiques que plusieurs siècles après le passage de Jésus et ce fut dans les pires conditions, car les cow boys aryens ou latins qu’ils connurent n’avaient pas reçu une éducation susceptible de faire émerger leur vrai potentiel. Jusqu’à une époque très récente, la seule façon connue de régler un différent, quel qu’il soit, était la violence, sous toutes ses formes…

Maintenant, grâce au travail incessant des anges sur la conscience humaine, des Etats de Droit commencent timidement à émerger de ci de là de la barbarie gouvernementale habituelle. Mais la conséquence de ce manquement d’Eve au règlement que les adamiques sont tenus de suivre, à savoir ne commencer la fertilisation avec les membres des ethnies voisines qu’une fois la population adamique forte d’un million d’âmes, se traduisit par une guerre, relatée par la suite comme « la guerre entre les dieux et les hommes » dont la guerre de Troie n’est qu’un des nombreux épisodes, conflit violent où les adamiques, trop inférieurs en nombre pour espérer gagner une bataille rangée, durent quitter leur jardin-territoire. Ces conflits firent disparaître un bon nombre de superbes adamiques et leur organisme porteur de précieux anticorps pour les générations humaines à venir. Votre avenir fut de ce fait très sévèrement compliqué, ainsi que le la carrière cosmique d’Eve, et d’Adam par solidarité amoureuse. Depuis, ils ont évidemment réintégré le Corps cosmique d’où ils sont issus et continuent, lavés de toute faute, leur chemin vers le Paradis, comme tout un chacun dans l’Univers.

Mais cette interférence majeure dans le plan de fusion des races humaines et adamiques et la mortalité imprévue qui en résulta firent que rien ne put empêcher les grandes épidémies de dévaster longtemps vos rangs : seuls les porteurs de gènes adamiques avaient un système immunitaire capable de résister aux bacilles mortifères tels que ceux amenant peste et choléra.

Cette première guerre entre « les dieux et les hommes » est donc directement responsable du retard pris pour immuniser tous les humains contre ces maladies génétiques qui frappent encore les millions de ceux qui sont les moins génétiquement adamisés. Tout cela a été injustement mis sur le seul dos d’Eve, avec cette ridicule histoire du serpent et de la pomme et les femmes tirent depuis ce boulet, consistant à appartenir au même sexe que leur première ancêtre femme, cataloguée d’entrée comme rebelle et archi-pécheresse.

Pour la petite histoire, Eve se repentit par la suite, reconnut et comprit sa faute et réintégra les rangs des loyalistes et de sa famille personnelle, dont le brave Adam était le patriarche. Leur premier jardin ayant été construit dans le Nord-Est du continent africain, entre la Mésopotamie et la côte méditerranéenne, ce sont donc surtout les bleus, les verts et les oranges que les adamiques fertilisèrent en priorité, créant les premiers spécimen qui allaient par la suite donner les Juifs, les Egyptiens et les Andalous aux yeux de braise (orange-violet), les Européens châtains, les Slaves (jaune-bleu-violet), les Afghans et les Indiens au teint clair (indigo-violet).

Quelques purs adamiques poussèrent à travers l’Atlantique jusqu’en Amérique, et à travers le Pacifique atteignirent l’Australie, où ils figurent à jamais sous forme de récits légendaires. C’est bien indirectement à cause de certains d’entre eux que les Incas furent si imprudents et confiants lorsque Cortès et sa soldatesque mirent les pieds sur leur territoire. Ils étaient attendus comme le Messie, leur visite ayant été évoquée et le rapport à son sujet conservé, il y a des milliers d’années, par ces premiers visiteurs adamiques. D’autres pénétrèrent jusqu’en Afrique centrale et contribuèrent à créer les Ethiopiens et tous les indigos clairs à nez long, mais en trop petit nombre pour faire réellement évoluer le patrimoine génétique des ethnies locales aussi rapidement qu’autour de leur base principale.

S’ils ne se trouvèrent pas en assez grand nombre pour accomplir cette mission biologique, c’est que l’existence de ce premier blanc, fils non prévu d’Eve et du chef bleu, donna lieu à une grave crise de succession entre les fils légitimes bleus et ce blanc-rosé étrange, ce qui provoqua à terme un grave conflit entre la tribu et ses alliés, d’une part, et les adamiques d’autre part. Étant inférieurs en nombre, puisque cet incident arriva bien avant qu’ils aient atteint le chiffre requis d’un million d’âmes et ayant une nature nettement moins agressive que les pugnaces sapiens sapiens, les adamiques durent fuir ce premier jardin pour se réfugier plus au Nord, non sans avoir subi de lourdes pertes, particulièrement regrettables, si l’on tient compte de leur mission d’élévation biologique des six ethnies de couleur.

Après avoir reconstruit un deuxième jardin, plus fortifié, cette fois, sur les côtes méditerranéennes, ils se développèrent de nouveau et ouvrirent leurs portes aux échanges culturels et commerciaux avec leurs nouveaux voisins. Une grande culture commença à se développer autour d’eux, jusqu’à ce que, malheureusement, un tremblement de terre d’une grande amplitude, ayant eu lieu dans la mer, provoqua un raz-de-marée qui engloutit en quelques minutes la ville principale du jardin, Atlantis, provoquant de nouvelles pertes dommageables pour votre avenir génétique. Après ce nouveau coup du sort, ils débarquèrent en Grèce et, s’y plaisant, s’y installèrent, repoussèrent cent fois la vindicative mésopotamienne et se répandirent peu à peu en Italie, en Espagne, en France et dans les pays scandinaves, créant au fur et à mesure la race blanche contemporaine qui, maintenant, domine largement le monde, rebelles compris (mafia, Haute finance, armes…)

Les personnes les mieux “renseignées” sur l’essaimage de la race adamique dans ces contrés sudeuropéennes furent Homère, puis Virgile; leurs récits sur l’Iliade, l’Odyssée, l’Éneïde, Jason et les Argonautes, la guerre de Troie, les dieux grecs, la création des codes de l’esthétisme, de la politique et de la philosophie, les trouvailles d’Archimède, d’Hippocrate et de Pythagore, les secrets militaires d’Alexandre, sont quelques-uns des fleurons de l’héritage adamique dans cette région centrale.

A petite cause, grands effets

Un autre handicap majeur vint compliquer et accabler la pauvre Eve, du fait de son erreur libidineuse : le droit pour elle, son mari et tous ses enfants de consommer le fruit des arbres de jouvence qu’ils avaient emmenés dans leurs bagages, fruits dont le suc fut élaboré pour maintenir en permanence, grâce à un activateur spécial d’enzyme, le même nombre de cellules jeunes chez ses consommateurs et empêcher leur dégradation ce qui, en d’autres termes, leur garantissait l’immortalité physique. Ce privilège leur fut retiré car il ne fallait à aucun prix que les humains évolutionnaires du Temps tombent sur ces arbres, sous peine de provoquer un chaos encore plus grand que celui que l’Humanité connaît. Le vieillissement et la perte du corps physique sont en effet des phases incontournables de l’expérience humaine, phases sans lesquelles l’expérience humaine perdrait une bonne partie de son sens.

Seul un Etat-major adamique originel et loyal a le droit de prolonger ad vitam eternam son existence terrestre pour cause de mission. Les métis n’y ont pas droit, mais seraient passés outre lors de leur invasion réussie du premier Jardin, car ils étaient instruits illégalement de la propriété de ces fruits par les anges rebelles et voulaient aussi y avoir accès, irrésistiblement et compréhensivement attirés par la magique propriété de ce fruit.

Les jardiniers célestes reçurent donc l’ordre des Anciens des Jours de déraciner touts les arbres, plus par sécurité que par punition, ce qui transforma tous les adamiques en mortels de l’espacetemps, comme leurs pupilles, à cette exception près qu’ils avaient naturellement des gènes de grande longévité, surtout les premières générations. L’enveloppe charnelle de l’être humain a été, dès l’origine, conçue pour être biodégradable, car leur destinée et leur mission n’est pas de rester au même endroit pendant des lustres, comme les premiers adamiques en mission, mais au contraire de traverser les différentes dimensions jusqu’au Paradis. Leur corps est donc élaboré de façon à se développer et mourir sur un cycle approximatif d’un siècle, laps de temps standard décidé en Haut Lieu comme suffisant pour assimiler le programme qu’il a été prévu d’apprendre dans la troisième dimension. Il va sans dire que votre durée de vie prochaine sera sans commune mesure avec celle de la troisième dimension où vous êtes actuellement, puisque vous n’aurez plus de corps, au sens où vous le comprenez ici-bas.

Nous avons déjà vu que la particularité du mode reproductif des cellules des adamiques de votre planète par rapport à l’homo sapiens réside en la présence d’une enzyme spéciale, appelée “télomère”, dont le rôle est essentiellement d’aider la cellule à recopier plus complètement, lors de sa division, son code génétique. Les arbres utilisés par les premiers adamiques et confisqués par les Porteurs de Vie ont la vertu de faire des fruits ayant la vertu de grandement stimuler ces enzymes, grâce à qui les codes génétiques des cellules étaient parfaitement, car complètement, copiés à chaque division, annulant toute dégénérescence cellulaire et maintenant linéairement la vie, une fois la croissance de l’organisme ayant atteint son apogée, tant que cette enzyme était stimulée de la sorte, bien évidemment.

Les enzymes télomères non aidées par la composition moléculaire magique de cette plante font quand même un certain travail, mais ne font que retarder de quelques années la mort physique par vieillissement. On dit de ces vieillards quasi-centenaires qu’ils possèdent le “gène de longévité”, et puisque les humains n’ont pas tous été en mesure de recevoir ce leg adamique, certains meurent plus jeunes que d’autres, malgré une vie sans abus, alors que certains fêtards impénitents porteurs de cette enzyme meurent centenaires. Seul le temps ramènera un peu plus de justice et d’égalité en ce qui concerne ces différences de vieillissement entre les êtres. Mais l’immortalité physique étant désormais de la science-fiction, puisqu’il n’est pas possible de revenir en arrière, il n’est pas non plus nécessaire de trop y consacrer d’énergie. Résoudre les problèmes de surpopulation et de pauvreté extrême me paraît, par contre, beaucoup plus urgente.

Réalité génétique et illusion hitlérienne

Les générations successives étant de plus en plus hybrides, il y eut de moins en moins de purs adamiques et de plus en plus de métis, blancs ou autres, ce qui fit diminuer fortement les qualités intrinsèques de longévité et de santé contenues dans le sang adamique pur, mais releva au moins en partie les défauts violemment primaires des races primitives.

Il est facile pour vous de voir la différence entre une population qui a hérité de quelques bribes du sang adamique et une autre qui, du fait de son isolement géographique, n’a jamais bénéficiée du moindre apport génétique de la race galactique : ces ethnies isolées vivent comme au temps de l’âge des cavernes, leur art stagne depuis des millénaires autour de la même routine simpliste, ils ne bougent jamais de là où ils sont nés, sauf si on les y contraint. Alors ils disparaissent peu à peu ou sont forcés, une fois repérés par la “civilisation”, de s’adapter à leur nouvelle réalité; le problème est qu’au-delà de quelques changements limités, il leur est difficile de s’adapter et de supporter la promiscuité des civilisés, puisqu’aucun gène adamique n’a pu les aider à développer le sens du voyage, du commerce, de l’art, de l’invention complexe et fortifier leur système immunitaire. Il se crée donc vite un décalage entre des descendants, même éloignés, d’adamiques et des autochtones uniquement primitives. Il ne faudrait pas que les théories fumeuses et racistes d’Hitler vous empêchent de rationnellement étudier pourquoi il y a des crânes dolichocéphales (venant des Adams) et brachycéphales (celui des six races primitives de couleur), preuve qu’il n’y a pas qu’un ancêtre commun à tous vos différents archétypes humains en activité, mais au moins deux archétypes distincts.

Hitler et ses conseillers es races n’avaient de toute façon rien compris avec leur théorie sur la supériorité aryenne (ou adamique), puisque la mission des aryens-adamiques n’a jamais été d’exterminer tout ce qui est « inférieur » à eux ou « différent » d’eux, mais au contraire d’effectuer un métissage le plus général possible de tous leurs membres avec la communauté autochtone colorée originelle, afin de leur transmettre les codes génétiques permettant à l’humanité de continuer à se perfectionner, malgré les tentatives incessantes des anges déchus pour l’éliminer de l’Espace.

Hitler avait tout faux également, parce qu’il croyait que seule la race aryenne était détentrice de ces gènes supérieurs, et que yeux bleus et les cheveux blonds en étaient les signes distinctifs les plus représentatifs.

Or, c’est faux; il peut se trouver des juifs et des métis noirs américains autant équipés en chromosomes adamiques que des Allemands blonds et donc possédant des talents adamiques égaux ou supérieurs aux “purs” aryens. Les qualités adamiques, après plus de 34.OOO ans de métissage et de soumission à des lois génétiques complexes, ne se retrouvent plus tant dans les caractéristiques physiques apparentes que dans les talents et les dons divers manifestés par les êtres, quelle que soit la couleur de leur peau ou de leurs yeux.

Tendances instinctives et constatables des différentes races

La loi d’Harmonie, valable aussi bien en musique que lorsqu’elle s’exprime dans les autres domaines, s’applique donc au sujet des différences ethniques, encore plus qu’ailleurs, même, vu les enjeux; il n’y a donc que par le biais d’un métissage général naturel (et non sous manipulation génétique de type nazi) de la race humaine, que celle-ci sera en mesure d’engendrer des êtres complets, doués de tous les talents cumulés et unifiés des sept ethnies colorées. Chaque race a, de façon voulue, des points forts et des points faibles, jamais les mêmes d’une ethnie colorée à l’autre. Ainsi, les indigos ont des possibilités de résistance et de force physique supérieures aux autres races (ce qui ne les rend pas incapables d’autre chose, n’en déplaise aux marchands d’esclaves). C’est pourquoi on les retrouve toujours en bonne place dans tous les sports, qu’ils soient individuels ou collectifs. Du judo au basket, de l’athlétisme à la boxe, du football à l’escrime, partout ils caracolent !

La France sportive sans ses « Français » indigos colonisés serait la dernière des nations européennes en terme de résultat sportif et de motif de fierté nationale, toujours bon pour le moral tant que cette fierté reste à un niveau pacifique. Dommage que ces Français descendants des colonies ne soient pas aussi bien considérés dans la population, dès lors qu’ils ont quitté le maillot national pour réintégrer l’anonymat du citoyen lambda. Ce sont aussi des musiciens extraordinaires, tant dans les rythmes dont ils poussent la science vers des sommets hors d’atteinte pour les autres couleurs, que dans le travail vocal. Ils sont, grâce à ces qualités spécifiques de très bons danseurs, puisqu’ils peuvent fusionner leurs qualités physiques avec leur don instinctif pour l’art musical. Ils n’ont pas leur pareil non plus pour chanter les louanges à Dieu. Quel plaisir toujours renouvelé de les écouter chanter le gospel avec leur style inimitable…

Les blancs ont une force de caractère et une intelligence inventive qui en font les meilleurs bricoleurs, mécaniciens et électroniciens. Ayant plus bénéficié que d’autres races colorées de l’apport de leg adamique, grâce à la migration adamique vers le Nord consécutive à leur fuite du premier jardin, les Européens bénéficient d’une certaine supériorité dans les domaines du voyage, de l’expression artistique évoluante en général et de la musique symphonique en particulier. Leur sens du commerce n’est plus non plus à démontrer mais plutôt à freiner, au point de développement exponentiel où ils en sont arrivés. Les raffinements sexuels et, hélas, toutes les déviances qui en découlent, sont aussi un de leur point fort, ainsi que cette fâcheuse manie qu’ils ont de vouloir à tout prix conquérir le monde et séduire toutes les femmes. De César à Napoléon en passant par Alexandre le Grand, les Vikings, les Tsars russes et les tyrans totalitaires de la dernière guerre mondiale, toujours la même obsession absurde commune : conquérir le monde, dominer et/ou asservir toutes les autres ethnies. Ces tendances guerrières ne sont pas adamiques mais seulement le résultat de la fusion entre l’intelligence cosmique analytique de ces derniers et la pugnacité naturelle des peuples terrestres en général et du bleu en particulier, grands guerriers à l’instar du peuple rouge (qui se livrèrent d’ailleurs une guerre sans merci sur le continent américain).

Ils livrent toujours un combat contre les Jaunes (Russes contre Japonais, Russes contre Chinois, Américains contre Japonais, Américains contre Vietnamiens) et leur lutte contre le peuple Indigo se déroule sur le territoire américain lui-même ou en Afrique du Sud. Avec les verts et les oranges, cela ne va pas fort non plus : Juifs blancs contre Arabes oranges (Egypte) et verts (Irak, Iran), France contre Algérie, France contre Libye, Algériens oranges (arabes) contre Algériens verts (Berbères, Kabyles), etc.. La litanie pourrait durer longtemps, surtout si je remonte dans le temps.

Les Jaunes ont aussi leurs points forts : une grande patience, qui les aide à trouver d’extrêmes raffinements dans toutes les expressions de la vie, y compris la torture, hélas, où ils sont passés maîtres depuis longtemps, qu’elle soit physique ou morale. Mais il y a d’autres domaines, comme le philosophique, où leur aptitude à de longues méditations et contemplations les aidèrent à pousser l’introspection vers de nouvelles limites spirituelles dont les Occidentaux profitent de plus en plus.

Une de leur autre qualité supérieure est cette aptitude qu’ils ont à oublier leur ego pour s’unir à leurs congénères pour telle ou telle grande oeuvre, rappelant par là une certaine similitude avec l’organisation altruiste des fourmis. Ainsi les Vietnamiens, grâce à ces facultés exceptionnelles leur permettant de transcender leur ego pour une tâche collective, demeurent les représentants d’un peuple qui n’a jamais pu être vaincu militairement par aucune armée ou absorbé par une autre ethnie. La longue marche du « camarade » Mao, parti d’un bon sentiment, mais progressivement pollué par le pouvoir et la sacralisation impériale de son moi, est une autre illustration de ce que le peuple asiatique est capable d’accomplir. Ils ont aussi un autre point fort : leur capacité à copier une idée de base et peu à peu la perfectionner jusqu’à même parfois dépasser le modèle original.

Du jazz aux industries les plus poussées, ils ont tout copié et, à force de travail et de persévérance propre à leurs gènes, les Japonais, les Coréens et les Chinois sont en route pour détrôner les Blancs de leur suprématie technologique, ce qui ne va pas sans aller poser de nouveaux problèmes de pollution massive dans peu de temps. Alors que les pays industrialisés devraient s’inspirer du mode de vie rustique des citoyens du Tiers-Monde et apprendre l’économie d’énergie, le recyclage systématique et la production organique de produits naturels, c’est au contraire le Tiers-Monde qui ne rêve que de consommation, de facilité et d’abondance. Je suis vraiment inquiet pour vos lendemains si une rapide prise de conscience générale ne vient pas tempérer vos ardeurs matérialistes effrénées.

Les Rouges étaient les meilleurs pour la chasse et les épreuves viriles de courage et de vaillance face à la douleur, ainsi que leur relation d’amour avec la mère-planète et de respect pour ce qui vit dessus. Cette ethnie colorée fière et indomptable, droite et profondément familiale, ne mérita pas l’extermination majeure qu’ils subirent principalement à la fin du XIXe siècle par les Blancs. Il est un fait certain : la plupart des conflits Blancs-Rouges ont été provoqués par des manquements des « visages pâles » aux termes des traités signés avec des Indiens au départ pleins de bonne volonté.

Mais la traîtrise systématique des colons envers les Indiens, leur racisme et leur machiavélisme pour se débarrasser d’eux en introduisant l’alcool dans leurs campements eut finalement raison de la fierté indienne et ils prirent le sentier de la guerre qui les mena hélas au « trail of tears », « le sentier des larmes », épisode honteux de l’Histoire américaine, qui agit exactement avec les hommes rouges comme Hitler un demi-siècle plus tard agit avec les Juifs : ils planifièrent en l’occurrence l’éradication totale des citoyens de la Nation Cherokee, pourtant la plus évoluée et la plus pacifique, peut-être, de toutes les tribus, avec les Cheyennes, en les envoyant, vieillards, femmes et enfants, dans des réserves invivables, au bout de chemins très éprouvants en pleine saison des grands froids. Résultat : plus des deux tiers de ces milliers d’Indiens Cherokees déplacés périrent dans l’aventure. Or les Cherokees, avec les Cheyennes et les Sioux, eux aussi exterminés, étaient parmi les plus évoluées et les plus humanistes des tribus d’hommes rouges.

C’est une grande perte pour l’humanité que les Blancs ne les aient pas laissés continuer leur évolution naturelle. Ils manquent dans le paysage américain. Maintenant, l’alcool a encore aggravé la situation des rares survivants de souche pure et gardiens des traditions, dont certaines aideraient beaucoup les hommes blancs, s’ils daignaient s’y intéresser d’un peu plus près, au lieu de vouloir toujours donner des leçons aux autres.

Les Oranges se distinguèrent par leur science de la construction. Que ce soit en tant qu’Egyptien ou Aztèque, leurs pyramides et leurs magnifiques palais sont toujours en place. Les Cambodgiens, qui sont les descendants d’une lignée Orange-Adamique sécessionniste s’illustra doublement (puisque chez les adamiques également existe un don pour bâtir), notamment à Angkor.

Quant aux descendants des Verts, majoritairement islamiques de religion, leur agressivité et leur dogmatisme figé en font actuellement l’ethnie certainement la moins prête à vivre en harmonie avec leurs voisins, tant modernes que traditionnels. Les lignées possédant le plus de chromosomes de leurs ancêtres olivâtres Hittites se trouvent en effet entre l’Algérie et l’Iran en passant par l’Irak. Le Maroc et la Libye voisins étant plutôt à prédominance orange, comme vos yeux peuvent aisément le constater, d’ailleurs, mis à part les daltoniens. Trop occupés à s’entr’égorger entre factions rivales, les Arabes voient les pays évoluer sans ceux d’entre eux qui continuent leur absurde Jihad contre les « infidèles », manipulés par les diaboliques, d’autant plus que maintenant, les régimes communistes agonisants ne les intéressent plus.

En conclusion

Pour augmenter ses chances de progrès et que sa progression matérielle ne se retourne pas contre lui de manière fatale, l’Homme idéal de demain devra donc être composé génétiquement des meilleurs chromosomes de chaque peuple de couleur, en laissant de côté autant que faire se peut tous les héritages maudits venus de la sélection naturelle sans pitié effectuée dans la chaîne animale évolutive, où seuls les plus musculeux et les plus rusés survivaient au sein d’un monde hyper hostile et mystérieux. Quand Dieu inventa, dans la nuit des Temps, ce concept des sept races de couleur, chacune était porteuse de qualités propres et complémentaires avec les six autres, Son idée était et demeure qu’elles servent de creuset génétique pour aboutir à une espèce humaine quasiment semblable dans ses caractéristiques de perfection, ni violette, ni indigo, ni jaune, ni rouge, ni verte, ni bleue, ni orange, mais équipée de l’ensemble optimal de chaque qualité, puisque cette personne serait porteuse, comme je le disais plus haut, des meilleurs gènes prioritaires des sept races. Un être non-adamisé a néanmoins les mêmes potentiels qu’un autre : il rit, il pleure, il souffre, il est capable d’apprendre à lire si l’occasion lui est donnée, bref, son cerveau peut s’adapter à son milieu naturel, quel qu’il soit et trouver en lui la meilleure méthode pour survivre. Par contre, son cerveau-ordinateur ne pourra pas fonctionner au-delà de ce que le programme qu’il aura reçu le lui permettra, d’où ces apparents retards intellectuels que les explorateurs constataient lors de leurs premiers contacts avec des indigènes, primitifs parce que géographiquement isolés. Il est donc indéniable que ce n’est pas par une limitation héréditaire de leur intelligence, comme on l’a trop souvent cru par chez vous, que les primitifs montraient une certaine stagnation culturelle et spirituelle dans leur évolution, comparée à d’autres, mais simplement pour des raisons d’isolement avec ces autres. Preuve supplémentaire que le métissage des corps et des pensées est un important, voire incontournable facteur de progrès. Que le Klu-Klux-Klan et autres partisans de la domination de la race aryenne se recyclent donc et lisent plus attentivement le Nouveau Testament, puisqu’ils disent en général s’inspirer du Christ, les fous incultes !

————————————

Autres Messages de l’Ange : Sommaire
À suivre… Réalité

Source : http://terrenouvelle.ca/Messages

Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

ISOLATION + CHAUFFAGE pour 1 euro. Nouveau dispositif 2020

Vérifiez votre éligibilité !

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares