messages d'un Ange

Messages d’un Ange – Abécédaire P: Prison

prison-300x227Dignité écrasée, nus à la queue leu leu
Le purgatoire n’est rien comparé à ce lieu
Sans cesse rabaissés, les hommes incarcérés
Sont privés d’amitié et c’est le coeur serré
Qu’ils suivent avec leurs yeux tous les petits oiseaux
Qui d’un coup d’aile facile s’envolent du préau
Franchissent les barbelés limitant leur destin
Face à ces volatiles, qui peut se croire malin
D’être enfermé en cage, et du soir au matin ?

Le scandaleux, car si abusif, système carcéral à la mode humaine concerne des centaines de millions de personnes tout autour du globe; c’est un problème grave et important, aussi la position angélique sur ce sujet pourra sûrement inspirer qui de droit dans l’optique d’une mise en oeuvre de réformes profondes dans les pays où l’ouverture d’esprit est possible et je crois que la France veut en faire partie, en tout cas d’après de récentes déclarations de sa Gardienne des Sceaux.

Toutefois, le fait que vous soyez prisonniers de la notion latino-judéo-chrétienne ancestrale de la culpabilité suivie d’une sévère répression, vous met actuellement encore en retard vis-à-vis de la version anglo-saxonne, plus respectueuse, en principe, des droits de la défense, bien qu’aux Etats-Unis, notamment, des dérapages de plus en plus nombreux et de plus en plus délirants ont pu être recensés non sans inquiétude par les anges s’occupant des destinées de ce grand pays. Cette différence se retrouve aussi dans le système intrinsèquement carcéral des différents systèmes, sauf aux États-Unis, encore, puisque le système carcéral américain, totalement débordé par le nombre et l’extrême violence de beaucoup de détenus, voit chaque année la qualité de l’hébergement se détériorer, exacerbant la haine des détenus et rendant d’autant plus improbable leur réinsertion dans le monde civilisé et officiellement légaliste. Les pays nordiques européens sont incontestablement en tête des États qui ne transforment pas leurs prisonniers provisoires en bêtes assoiffées de vengeance et de violence dès qu’ils mettent les pieds hors de l’établissement pénitentiaire. Ce qui explique cet aberrant taux de récidive (80 %) chez les justiciables latins qu’on ne retrouve pas aussi important chez les anglo-nordiques. Ce taux de récidive démontre d’ailleurs par lui-même à quel point la prison n’amène aucune solution de réinsertion et de compréhension de ses fautes chez la grande majorité des détenus.

Le taux de mortalité par suicide est un autre paramètre significatif. En France, le taux de suicide réussi par un détenu, même préventif, c’est-à-dire présumé innocent, est de 10 fois supérieur à celui du Pays. La prison française détruit mais ne remplace rien, laissant un vide mental vite recomblé par les mauvaises habitudes ayant déjà conduit ces êtres derrière les barreaux. Il est vrai que de temps en temps, un détenu arrive à passer son Bac, voire achever un cycle universitaire, mais ces gens représentent une telle infime partie de l’ensemble des détenus, qu’on voit bien que c’est grâce à une exceptionnelle volonté et non grâce à l’Institution pénitentiaire, que ce détenu pourra bénéficier d’une certaine réinsertion sociale une fois dehors. Quant aux Pays ou États pratiquant la peine de mort, soi-disant pour terroriser les potentiels criminels, leurs statistiques de crimes commis restent supérieures aux Pays ou États qui ne la pratiquent pas ou plus et qui ont une approche de plus en plus humaniste et pédagogique face à leurs délinquants. Cette approche ne se fait d’ailleurs pas par volonté populaire, puisque même dans les Pays où la peine de mort a été abolie, la majorité des citoyens était contre cette abolition, France comprise.

Peine de mort = peine perdue

En vérité, la plupart des criminels sont avant tout malades dans leur tête, car leur cerveau dysfonctionne gravement, souvent, il ne faut pas l’oublier, sous l’action télépathique et cruelle de nos anciens frères passés dans les troupes rebelles et toujours en recherche d’un être humain à punir en le précipitant dans le malheur. Car ces anges déchus haïssent tous les humains sans exception, sont de fait ses pires ennemis (ne le perdez jamais de vue), trouvent un réel bien qu’incompréhensible plaisir à les faire chuter et peuvent relativement facilement pénétrer télépathiquement leur ego. Si l’âme de la personne attaquée n’est pas déjà assez évoluée pour repérer, contrôler et déjouer ces attaques télépathiques sur son intégrité, son ego sous influence va soudain avoir l’idée d’un mauvais coup et aura la force de passer à l’acte et de transgresser les tabous, quels qu’ils soient. Ce qui arrive à tous ces tireurs fous, massacrant famille, amis ou inconnus et retournant l’arme contre eux une fois le massacre achevé, n’a souvent pas d’autre explication, même si la plupart des psychiatres et criminologues cherchent (vainement) une autre explication, de nature rationnelle.

Hélas, qu’ils réalisent une fois pour toutes que la menace d’une peine de mort pour ces possédés ne leur effleurera même pas l’esprit lorsqu’ils commettront leurs actes insensés, puisqu’ils sont aveuglés spirituellement durant leur possession démoniaque provisoire. Et qu’il soit clair que personne n’est à priori à l’abri ! Tout homme et toute femme, quelle que soit sa condition, aura, a, ou a eu un jour à subir une attaque de son esprit par les “Forces du Mal”. Derrière ce vocabulaire moyenâgeux, se cache malheureusement des personnalités angéliques déviantes bien concrètes et incontrôlables sans un minimum de Foi en son Créateur Paradisiaque et en Ses Lois.

Chaque esprit d’homme, chaque esprit de femme, est un champ de bataille permanent entre les forces du Bien et celles du Mal, les représentants des premières ayant le handicap de ne pas avoir le droit d’intervenir contre le libre-arbitre humain, alors que les secondes transgressent cet interdit allègrement, c’est même une des raisons pour lesquelles elles ont été déchues en premier lieu de leurs responsabilités cosmiques, il y a plus de cent mille de vos années. Depuis, elles ne font donc qu’usurper leurs pouvoirs auprès de vous en poussant mentalement, hélas, beaucoup trop d’entre vous à transgresser les Lois Divines et ainsi provoquer ruine et désolation autour d’eux, ce qui semble être l’essentiel de leurs distractions depuis le début de leur rébellion. Le Syndicat Mondial du Crime regroupe un certain nombre de ces humains sous contrôle démoniaque, incluant la Mafia, l’Armée, la Finance et la Politique (il y a d’ailleurs souvent collusion officieuse entre ces quatre familles) mais il y a aussi beaucoup, beaucoup de “free-lance” non syndiqués. L’abolition de la peine de mort est donc toujours décidée par un leadership progressiste et courageux, chose rare parmi les politiciens de votre Planète et doit donc être encouragée. Un groupe d’anges de Progrès spécialisé dans ce genre d’inspiration est en action depuis longtemps (plusieurs millénaires) et ne chôme toujours pas. Que de progrès ont d’ailleurs été réalisés grâce à leur travail télépathique depuis la crucifixion à la romaine.

La prison actuelle, même encore horrible dans certains Pays, est en vérité un doux système comparé à la répression que les Terriens subissaient il n’y a encore pas si longtemps. Il a fallu attendre le Siècle des Lumières pour que la notion de prison se substitue à la liquidation définitive des gêneurs par torture, par bûcher, par pendaison, par envoie aux Galères, coupage de tête et autres atroces traitements, spécialement lorsqu’ils étaient innocents ou coupables de peccadilles. L’Église Chrétienne n’était pas la dernière à pratiquer toutes ces horreurs et c’est un bon point pour Jean Paul II d’enfin présenter quelques excuses au Monde pour toutes ces sauvageries antichrétiennes perpétrées par l’Église dont il est le représentant provisoire. Et il a fallu attendre la Déclaration des Droits de l’Homme de 1948 et l’adoption de son Article 5 pour que les prisons commencent à respecter un tant soit peu les prisonniers pendant leur séjour carcéral. Pourtant, en 1999, pratiquement tout reste à améliorer depuis les premières heures de garde à vue par la Police jusqu’à la remise en liberté des détenus et bien sûr le dédommagement dû aux victimes injustement accusées et emprisonnées, sans oublier le contrôle et éventuellement les sanctions sur les Juges à la gâchette pénale un peu trop sensible, comme s’ils touchaient une prime à chaque nouveau lit de prison occupé ! Ces juges-là peuvent trembler, car la Justice cosmique les jugera à leur tour et les mettra face aux résultats de leur sens de la justice…

Le système carcéral n’amène aucune vraie solution de correction de la sociabilité de tel ou tel citoyen à court, moyen ou long terme, car ce système ne sert à rien d’autre qu’à faire souffrir gratuitement et cruellement des gens qui, pour la plupart, n’ont pas exécuté d’actes méritant un tel châtiment comme réponse et, de ce fait, provoque chez eux un sentiment d’injustice et de révolte automatique, car ainsi est fait le caractère humain standard : programmé pour réagir contre l’injustice et cet instinct peut aller jusqu’au sacrifice de sa vie; c’est donc un programme génétique fort et incontournable, renaissant avec chaque nouvelle génération. C’était pour vos créateurs le seul moyen de garantir pour l’Humanité une évolution positive et permanente dans la conquête de la liberté et de la connaissance : ne jamais accepter facilement le joug d’autrui. À L’aube du XXIe Siècle, la France et encore plus les États-Unis, offrent un spectacle navrant et indigne de nations affirmant leur prétention à êtres considérées comme des civilisations « supérieures ». Pour l’instant, il est permis de se poser la question : supérieure en quoi ? Vis-à-vis de qui ? Des Chinois et des Pakistanais ? C’est trop facile. Aux royaumes des aveugles, les borgnes sont Rois.

La privation de liberté est souvent bien suffisante pour faire comprendre aux gens qu’ils se sont égarés. Rajouter l’humiliation permanente et gratuite ne fait souvent qu’annuler le message clair et suffisant de la simple détention, d’autant plus quand elle est prononcée pour un acte bénin (c’est-à-dire sans réel danger pour autrui) tout en gardant sa dignité et ses Droits élémentaires, familiaux et autres. Si cette fameuse supériorité civilisée consiste à voir les élites de la Nation faire en catimini de l’opinion publique les pires turpitudes illégales, allant de la corruption simple à des détournements de milliards de francs d’argent public en passant par des ventes secrètes d’armes hyper dangereuses à des dictateurs sous embargo officiel et les inévitables trafiquants de drogues, intouchables tellement ils sont haut placés et protégés par tous les “Secret défense” et toutes les “raison d’État” imaginables, cette supériorité n’est qu’un miroir aux alouettes, et se terminera, comme la chanson, en plumage généralisé de tous les canards sauvages-enfants du Bon Dieu. Il est donc temps, grand temps, d’entamer une nouvelle fois des réformes. Voici un florilège d’angéliques suggestions :

7 conseils pour Gardes des Sceaux :

Nous sommes loin des 10 Commandements, puisqu’en France, par exemple, il y a plus de 8000 possibilités d’infractions faisant l’objet de réprimandes impliquant une peine de prison. Donc,

1°) Ne réserver l’incarcération stricto sensu, c’est-à-dire permanente, qu’aux seuls violents, obsédés sexuels et autres fous furieux qui compromettent physiquement ou moralement leur entourage immédiat qui a droit, comme tout un chacun, à la paix et à la sécurité domestique.

Cette mesure seule suffira à vider les prisons de ceux qui ne sont pas objectivement dangereux pour la communauté (à part dans les visions paranoïaques, cruelles et méprisantes de certains membres du monde politique et judiciaire).

2°) Un système de caution assorti, une fois la chose jugée, de peines de travaux d’intérêt général et/ou de surveillance électronique au domicile de l’intéressé, système moderne laissant le condamné maintenir une certaine unité et solidarité avec sa vie de famille. Ce sera bien plus efficace pour faire sentir chez ce dernier un authentique sentiment de justice et de respect envers cette Société juste et respectable, que la haine actuelle que ressentent tous les prisonniers ayant, pour la plupart, été jugés sans l’ombre de la moindre compassion ou compréhension venant des magistrats, sans parler des emprisonnements d’office avant jugement; cette nouvelle approche facilitera de ce fait chez le condamné une insertion sociale conduisant à la paix de son âme, au lieu de la voie de garage proposée actuellement par les différents organismes pénitentiaires.

Actuellement, voilà ce qu’on peut constater en lisant les rapports des anges gardiens de prisonniers français : on met d’abord trop de présumés innocents en prison préventive, c’est-à-dire avant jugement (tout en déclarant que la présomption d’innocence est la priorité des priorités) puis on condamne pour des mois et des mois des jeunes auteurs de petits délits, souvent insignifiants et aisément solvable par les assurances. De plus, la plupart de vos magistrats instructeurs font preuve d’une absence de compassion hallucinante et très dommageable pour leur propre jugement, lorsqu’il aura lieu.

Tous les anges travaillant autour de votre sphère d’accueil sont unanimes pour trouver que, pour le pays voulant être le phare de l’application des Droits de l’Homme dans le Monde, son système d’application de châtiments et de traitement des locataires de ses propres prisons est proprement scandaleux. Combien de mères et de pères de famille sont-ils aujourd’hui arrachés brusquement à l’affection des leurs par une incarcération préventive, à cause de soupçons d’actes délinquants qui pourraient aisément être considérés comme des peccadilles sans réel danger pour autrui ? Parfois des mères sont mises en détention par d’autres mères de famille, ce qui nous laisse vraiment songeurs devant tant de manque d’amour universel venant de Juges-femmes, sensées avoir plus d’humanité que les hommes.

Qu’ont-ils compris de la signification profonde du mot “Justice”, tous autant qu’ils sont ? Qu’ils sachent, ces juges mais aussi tous les juges de tous les pays de cette portion de l’Univers comme de toutes les autres, que chaque juge professionnel sera jugé à l’aune de ses propres méthodes de délivrance de la Justice. Car le résultat automatique et donc prévisible de ce traitement consistant à traiter des êtres humains comme des morceaux de viande ayant perdu d’un coup tout droit élémentaire, c’est la haine, le mépris et l’irrespect pour cette Société qui les traite sans pitié et qui pratique une justice à plusieurs vitesses selon qu’on est riche, modeste ou misérable. Les dénonciations de La Fontaine ne sont toujours pas obsolètes. Le mal s’étend donc au lieu de logiquement régresser et la seule solution trouvée par vos brillants technocrates est de construire plus de prisons ! L’époque actuelle et ses avancées en psychologie méritent mieux que cela…

3°) Pour ceux dont la prison est nécessaire à cause de leur violence non ou mal contrôlée, un programme éducatif progressif est facile à mettre sur pied : initiation à l’Art, à la poésie, à la culture générale, à l’Histoire, au yoga, à l’ordinateur, à Internet et finalement à la philosophie transcendantale. Tous les cerveaux, sauf rares exceptions d’ordre génétique, sont dotés des mêmes potentiels d’intelligence avec le même nombre de neurones (environ cinq milliards); il faut simplement les aider à se connecter entre elles grâce à des disciplines d’éveil, ce qui a pour automatique effet de fabriquer de l’intelligence, de la même façon qu’on fabrique des muscles en les stimulant souvent. La plupart des gens emprisonnés n’ont jamais encore eu accès à ce genre de disciplines favorisant des stimuli intellectuels, artistiques et philosophiques. Les délinquants étant, en grande majorité, des êtres frustres par manque d’opportunité éducative décente plutôt que par imbécillité congénitale, il suffit de profiter de leurs séjour imposé en milieu fermé pour leur apprendre à se servir correctement de cette merveilleuse machine potentielle qu’est leur cerveau.

Ils ont bien plus besoin de pédagogie intelligente que de brimades et d’humiliations supplémentaires pour reprogrammer leur cerveau sous-employé. Pour en avoir le coeur net, pourquoi ne pas prendre deux ou trois établissements pénitentiaires modèles pour appliquer ce programme angélique et étudier ce qui se passerait pour ces cobayes, en termes de pourcentage de récidive ?

4°) En permettant le maintien d’un lien sexuel entre un détenu et sa femme ou sa concubine favorite, cette mesure fera baisser d’un bon cran tous les viols homosexuels qui ont hélas trop souvent lieu entre les quatre murs des cellules ou des douches, avec tous les risques de contaminations, sida ou autres, liés à ce phénomène. La Scandinavie l’a déjà adoptée, il y a longtemps, avec un certain succès. Qu’attend la France ? Les syndicats de “matons” ne veulent pas en entendre parler ! Mais sont-ce eux qui sont chargés de faire les lois ?

5°) De même, pour le maintien de liens familiaux non sexuels tels que mère ou père-enfant, frères et soeurs, une augmentation sensible des heures de parloir et d’une certaine intimité ne serait pas non plus du luxe. Les enfants ne peuvent voir leur mère incarcérée que deux heures par semaine en moyenne. Pourquoi ?

– Parce que les prisons sont bondées de gens et qu’il n’est pas possible d’accorder plus de temps à chaque détenu. Évidemment, puisqu’au moins une personne sur trois ne devrait pas se trouver là par rapport à ce qu’il ou elle a fait !

6°) Les jeunes délinquants d’aujourd’hui étant les futurs grands truands de demain, il serait judicieux de prendre ces problèmes plutôt en amont qu’en aval, quand le mal est déjà fait et que le cerveau du multirécidiviste est irrémédiablement gangrené par la révolte due à des années d’injustice.

7°) Enfin, qu’on ne traite plus comme des personnes normales des gens qui ont, en toute justice, plus besoin de soins et de traitements psychiatriques que de séjours prolongés derrière des barreaux. Cela augmenterait éventuellement leurs chances de connaître l’expérience d’une vie qualifiable de « normale », une fois guéris. Il est un point dans la violence où l’on tombe dans la folie, qui n’est souvent qu’un dysfonctionnement parfois provisoire des chakras, donc soluble sans avoir à connaître dix ans d’emprisonnement, qui à lui seul pourrait rendre fou n’importe quel être bien portant. Est-il normal également que les prisons pour femmes soient remplies à 85 % par des délinquantes dont les actes répréhensibles sont uniquement provoqués par leur maladie consistant à manquer de drogue dure, fournie gracieusement, mais de façon occulte, évidemment, par la même nomenclatura que celle qui les envoie en prison ?

Dans une Société « avancée », il faut que toutes ses institutions reflètent sa déclaration de principe « Liberté, Égalité, Fraternité ». La prison ne le fait pas actuellement : des innocents et des victimes sont en prison, des coupables paradent dans des voitures de grand luxe, les prisonniers ne sont pas tous logés à la même enseigne et le climat, même entre détenus (qui devraient être solidaires) est détestable, sans que rien ne soit fait pour y remédier. Il n’y a décidément plus rien de bon à attendre de ce système, bien au contraire; c’est pourquoi il serait judicieux d’en changer, dans la direction compatissante et compréhensive et non aveugle et bornée. Quand je pense qu’actuellement il n’y a pas moyen, dans votre juridiction, de faire appel à une décision de jugement de jurés d’Assises s’étant trompés ou ayant été manipulés par telle ou telle enquête bâclée de police ou de gendarmerie, comme le cas d’Omar Radad le montre à qui a des yeux pour voir et des oreilles pour entendre cet innocent ! Je trouve ce système indigne d’une vraie justice et je prie pour qu’il évolue vite. Car actuellement, qu’apprend-on en prison ?

– À se fier à personne !

Ton voisin t’espionne, pour une clope il te donne
On partage sa cellule souvent avec un fou
Faisant du quotidien un enfer plutôt flou
Le temps devient épais à cause de l’inaction
Pour t’évader un peu : drogue ou télévision
Ceux qui volaient dehors et se retrouvent ici
Continuent de plus belle leur racket sans merci
Ile repèrent les plus faibles, cela allant de soi
Les taxant sans répit, sous les regards narquois
Des matons au cerveau aussi petit qu’un pois
La jungle ? elle n’est rien comparée à ces lois.
(Poème écrit par un prisonnier avant de se suicider)

Beaucoup trop de prières et de lamentations de ces pauvres victimes d’erreurs judiciaires s’élèvent jusqu’aux oreilles virtuelles et quasi impuissantes de leurs anges gardiens. Même une serait encore une de trop. La perfection est à ce prix, puisqu’elle n’a pas de limite.

————————————

Autres Messages de l’Ange : Sommaire
À suivre… Quakers

Source : http://terrenouvelle.ca/Messages

Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares