messages d'un Ange

Messages d’un Ange – Abécédaire J: Juif

etoile-de-david-symbole-juif-300x200Tous les Juifs durent rester dans l’ombre
Ne sortir que dans les rues sombres
ballotés, chassés, humiliés,
Exclus de l’hospitalité
Ils doivent expier leurs péchés
Mais de quoi sont-ils accusés ?

Cette ethnie de quelques dizaines de millions d’âmes a sans doute l’histoire la plus riche et la plus tragique parmi toutes. Beaucoup de choses ont été dites sur Israël et le peuple juif, mais peu venues des anges.

Je vais ici tâcher de combler cette lacune. En ce qui concerne la fameuse histoire du Peuple élu, il est exact que Melchizedek, le Sage de Salem et envoyé officiel des Administrateurs paradisiaques, pour que soit révélée sur cette planète l’unicité de la nature du Créateur de la Terre et des Cieux, passa une alliance avec Abraham, son disciple le plus doué et par ailleurs chef d’une petite tribu de bergers sémites. Grâce à cette alliance, Abraham put conquérir et convertir au monothéisme onze autres tribus et former une ethnie distincte, puissante et redoutée alentours. Ils reçurent, entre autres et en tant que Peuple élu, le privilège d’accueillir ultérieurement en leur sein l’Oint de Dieu. La spécificité juive ne s’arrêta qu’avec la mise à mort de Jésus. En effet, la génération juive contemporaine de Jésus faillit gravement à sa mission de protection et d’obéissance au Messie, à la venue pourtant maintes fois annoncée par vos prophètes ascendeurs et nos envoyés descendeurs, les derniers en date ayant été respectivement Jean-le-Baptiste et l’ange Gabriel.

De ce fait, l’Alliance sacrée les reliant aux forces cosmiques s’arrêta automatiquement et il n’y eut plus personne pour les protéger, lorsque la révolte des Zélotes et la résistance de Massada firent se déchaîner la colère de Rome. Le temple qui abrita les conspirateurs de la mort de Jésus fut rasé et la population du pays, dispersée et privée de patrie. Dieu serait-il français? Ou juif ? Ou américain ? En réalité, il n’y a pas, et il n’y aura jamais de peuples élus, à vie et inconditionnellement. Etre les favoris de l’Etre suprême se mérite, jour après jour et ne souffre aucune exception. Sinon, où serait la justice divine?

Il y eut, certes, alliance avec les Hébreux il y a quelques millénaires car à l’époque, les administrateurs angéliques cherchaient le moyen de révéler aux Terriens l’existence d’un Dieu unique, facteur important de développement chez les peuples qui l’adoptent de par les forces cosmiques que la Vérité appliquée peut libérer.

C’est pourquoi l’un d’entre eux, un Melchizedek comme moi, descendit dans votre dimension, muni d’un corps physique modifié, comme celui que j’ai depuis plus de vingt-cinq ans, pour amener la bonne parole sur votre monde confus. L’ange humanisé Melchizedek, établi à Salem, en Palestine, trouva en la personne d’Abraham une oreille favorable pour diffuser ces nouveaux concepts spirituels révolutionnaires qu’étaient le monothéisme et la priorité aux valeurs de l’Esprit plutôt que des richesses matérielles, message qui n’était pas évident à faire passer en ces temps antiques, comme Moïse l’expérimenta également plus tard, lorsqu’il eut la charge de sauver les Hébreux de leur funeste sort d’esclaves. Il n’y serait certainement pas arrivé si les Hébreux n’avaient pas bénéficié de ce statut spécial d’élus de Dieu.

La région était peuplée de tribus toutes plus guerrières les unes que les autres (ça n’a guère changé depuis, d’ailleurs) et sans une protection angélique spéciale, ils auraient eu du mal à s’extraire de leur destinée d’esclave, car leurs multiples talents en faisaient, à leur corps défendant, des esclaves précieux dont leurs maîtres rechignaient à se séparer. Après bien des hauts et des bas, le monothéisme amena une certaine stabilité, considérablement améliorée par la vie et l’oeuvre de Jésus. Aucune des Populations ayant choisi ce dernier comme Maître à penser n’a jamais eu à le regretter à long terme, grâce à l’important réseau d’anges que cette prise en charge des enseignements de Jésus par ces populations mit en place sur votre planète. Ils sont en effet tous actuellement dans le peloton de tête des Pays au PNB (Produit National Brut) confortable.

Ce fut, certes, long à se dessiner, toujours à cause de l’énorme interférence luciférienne qui contrecarre efficacement encore maintenant l’établissement de la Paix fraternelle entre vous tous.

Le mieux, pour les contrecarrer à leur tour, c’est de ne pas oublier la pratique des enseignements compassionnels de Jésus. L’égoïsme lié à la manipulation de l’argent et tout ce qui en découle, notamment sexuellement, étant l’un des principaux facteurs de déchéance spirituelle, puisque c’est l’arme favorite des lucifériens pour dévoyer les créatures de Dieu, y compris les Juifs, c’est donc par là avant tout qu’il vous faut être vigilent.

Jésus était aussi un Juif

L’incarnation messianique du chef de l’univers local était un projet de longue date, eu égard à la façon dont le temps passe dans votre réalité, ce qui donna amplement le temps aux prophètes Enoch, Isaïe, Elie, Elijah, Daniel, Jean le Baptiste et tous les autres de l’annoncer en tant que Messie libérateur, mais libérateur d’âmes et non de situation politico-militaire pénible. Lors du baptême mouvementé de Son fils paradisiaque dans les eaux du Jourdain, alors momentanément homme de chair (à ne pas confondre, comme le credo catholique le fait, hélas, avec la deuxième personne de la Trinité), la voix de Dieu s’était fait entendre auprès de moult témoins pour officialiser l’entrée en lice du Messie annoncé depuis des siècles. La dramatique destruction de son corps au bout de trente-trois ans par le peuple même qui était censé être « son » peuple, interrompit instantanément la protection angélique, la conséquence indirecte en étant le saccage de Jérusalem, ville sacrée et mythique qui fut pourtant bel et bien rayée provisoirement de la carte quelques années après et surtout le peuple juif dispersé, non pas parce que les anges le voulurent (les Romains le firent), mais parce qu’ils n’avaient plus la mission de protéger l’ethnie juive ni son symbole religieux principal (le temple), désormais sans valeur spirituelle ni symbolique, puisque les Juifs venaient de décider non seulement de ne pas faire la volonté de Dieu, mais encore de tuer son Fils direct, le chef de tous les ordres angéliques de notre Univers.

Certains savaient ce qu’ils faisaient, d’autres étaient trompés par le poids de leurs traditions et leurs croyances incomplètes en Lucifer, et ils étaient trop limités intellectuellement pour résister au piège qu’il leur tendit par l’intermédiaire de Judas. Ce dernier, une fois son forfait accompli et la pression télépathique du diable qui le manipulait mentalement, envolée, réalisa enfin ce à quoi il avait participé, et ne le supportant pas, se suicida, aggravant d’autant son karma, car il compromit définitivement l’occasion qui lui était donnée de se repentir et de racheter sa traîtrise par un comportement impeccable d’évangéliste jusqu’à la fin de sa vie normale, comme sut admirablement le faire Simon-Pierre après son comportement critiquable, lors de la mise à mort de son Maître. S’il lui était resté fidèle, Judas aurait probablement fini crucifié, lapidé, transpercé, mangé par les fauves, brûlé, ou écartelé comme les autres chrétiens des origines, mais il se serait évité quelques siècles de recyclage dans une planète-purgatoire.

Enfin, c’est lui qui a décidé. Son sincère repentir l’a sauvé d’un sort encore plus regrettable (pour lui). De toute manière, avec ou sans lui, le Sanhédrin aurait eu la peau de Jésus. Ce n’était qu’une question de jours ou de semaines. Au bout de quelques mois, les Romains l’auraient également déclaré dangereux, probablement. Encore maintenant, cette pauvre ville de Jérusalem et son fameux temple maintes fois détruit et reconstruit est toujours au centre de controverses majeures et violentes. Pourquoi ?

– Parce que le peuple juif n’a toujours pas admis que le Messie, qu’ils attendent encore maintenant, était en fait, Jésus. S’ils l’avaient admis, ils ne seraient plus aussi hystériquement attachés à la symbolique de cette construction tant de fois déjà mise à mal. Ils pourraient en outre montrer un meilleur exemple que la loi du Talion, encore utilisée actuellement avec l’efficacité que l’on sait, contre les Palestiniens. Comme les musulmans sont tout aussi hystériques quant au sort de leur mosquée voisine d’Al-Aqsa, l’avenir de Jérusalem est toujours trouble .

Pourtant les indices prouvant que Jésus était le Messie planétaire dûment annoncé ne manquent pas; en voici l’une d’elle, qui ne souffre aucune polémique : vous vivez, le monde vit sous l’égide d’un calendrier qui se base, à quelques années près, sur la date de la naissance de Jésus, et pourtant toutes les instances décisionnaires de ce monde sont officiellement laïques! Comment un Messie cosmo-planétaire pourrait-il mieux prouver ses pouvoirs post-mortem, que par le biais d’un tel phénomène? Et lui qui n’avait pas pour l’argent et les matérialistes une admiration sans borne nous a, à son corps défendant toutefois, provoqué le premier incident électronique chrétien : le bug de l’An 2000 qui handicapa plus d’un banquier et plus d’un commerçant et qui n’exista que parce que les computers sont précisément programmés sur la date présumée de la naissance de Jésus qui va bientôt changer ses 4 chiffres alors que les principaux ordinateurs qui gèrent la vie des Pays développés n’ont été bêtement programmés pour changer seulement leurs 2 derniers chiffres !

Néanmoins, tout cela n’a pas convaincu les dépositaires successifs de la Torah. Bonne chance quand même avec leurs frères palestiniens, que peut-on leur dire d’autre ? De toute manière, ils n’écoutent pas ! D’autres alliances ethnico-divines ont eu lieu durant votre histoire. Sans remonter loin, les anges ont, au nom de Dieu, proposé une alliance aux Pères fondateurs de la nation américaine. En donnant à Franklin l’idée de faire imprimer « In God we trust » sur la nouvelle monnaie américaine en signe d’allégeance, les anges pensaient et en tout cas espéraient que cela suffirait pour préserver les Américains de la fascination étrange que la richesse matérielle suscite. Les démons se rattrapèrent en tentant d’envahir la pensée des chefs du Sud et du Sud-Est de ce continent, c’est pourquoi l’esclavage et le racisme résistèrent plus longtemps que dans le Nord.

Cela donna cette terrible guerre civile, dite de Sécession, aux enjeux autant spirituels qu’économiques. Il a fallu sérieusement aider Lincoln pour que notre cause triomphe des sudistes esclavagistes. Il le paya évidemment de sa vie, comme tous les autres ! Puis, la dernière fois que l’alliance anges-États-Unis eut lieu, ce fut à l’occasion du terrible combat contre les forces fascistes exterminatrices de Juifs, appelées  » forces de l’Axe ».

Depuis, nous avons rompu l’alliance collective avec le pouvoir américain pour des raisons évidentes de trahison, là aussi. Cependant, beaucoup d’anges gardiens vivent individuellement en bonne entente avec de bons citoyens américains, la palme revenant aux populations de Californie, mais il y a aussi beaucoup d’enfants de Dieu en Oregon, au Nouveau-Mexique, en Arizona, en Utah et partout ailleurs…

Conséquences de la crucifixion

Cet évènement tragique eut deux conséquences pour l’ethnie juive : ils furent, d’une part, persécutés par les chrétiens qui les rendaient responsables de la mort de leur Dieu bien-aimé et persécutés, d’autre part, par les lucifériens parce qu’ils étaient le Peuple élu de Dieu et que Jésus était juif. Cela dure, de pogrom en pogrom, depuis deux mille ans…

Depuis que Rome a ruiné leur pays et les en a chassé, les Juifs essayèrent de s’installer dans tous les pays possibles, surtout en Europe, qui tomba vite sous l’influence de l’Église Chrétienne qui, elle-même, tomba bientôt sous l’influence des lucifériens. Ainsi, pendant tous ces siècles, les Juifs furent tués, dépouillés, brûlés, chassés, périodiquement, mais comme ils étaient les meilleurs en tout, on les rappelait et ils revenaient, surtout parce qu’ils n’avaient aucun pays à eux et aucune armée pour les défendre. Ils apprirent ainsi à faire le gros dos quand les pogroms se déclenchaient, en général sous l’impulsion des Papes, grands antisémites pendant presque deux millénaires et à faire repartir leur commerce quand les Papes se calmaient. L’Espagne fut longtemps leur havre, mais l’Inquisition espagnole se déchaîna contre eux. Ils eurent aussi beaucoup d’ennui en Angleterre, en Italie, en France et chez les Germains.

Cette haine générale de l’ethnie juive ne s’arrêta jamais, culmina au début de votre XXe siècle et voici pourquoi : les Juifs, de par leurs gènes relativement bien adamisés, d’une part et leur structure familiale stable et pédagogique, où leurs jeunes peuvent s’épanouir favorablement, d’autre part, sont en général doués dans n’importe lequel des domaines socialement stratégiques.

De ce fait, malgré des dizaines de générations d’apatrides, ils étaient arrivés à une position assez dominante dans tous les pays d’Europe et d’Amérique, grâce à leur diaspora très performante.

Quand ces rapports furent montrés à Lucifer, on raconte qu’ils déclenchèrent chez lui une soudaine crise de rage, car il réalisa soudain que malgré la volonté multiséculaire qu’il avait développée pour l’abattre, cette ethnie rebondissait et parvenait à se développer et enrichir l’humanité de son savoir, de son humour, de son don artistique, scientifique, intellectuel, financier, etc., conformément, d’ailleurs, au plan de Dieu, ce plan qu’il combattait justement depuis des lustres et qu’il n’arrivait pas à contrecarrer définitivement malgré tous ses efforts et ceux de ses subordonnés. Ce jour-là, son monstrueux ego se sentit intolérablement bravé et il prit hélas la terrible décision de mobiliser toutes ses légions basées sur Terre afin d’en finir une bonne fois avec cette ethnie qui avait, suprême soufflet, abrité Michael et presque tous ses premiers apôtres terrestres. Vos historiens les plus chevronnés pourront toujours chercher une explication rationnelle pour expliquer l’invraisemblable acharnement que Lénine, Staline, Hitler et sa bande de S.S. développèrent pour éradiquer les Juifs de cette planète ! Je doute qu’ils en trouvent une. Quel bizarre but de guerre, tout de même, que de s’attaquer à des femmes, des enfants et des vieillards innocents de tout fait répréhensible…

Bizarre que leur première et principale préoccupation, dès qu’ils prenaient le contrôle d’un pays, était de savoir où étaient les Juifs, de demander aux autorités vaincues de ces pays de les leur livrer jusqu’au dernier, hommes, femmes et enfants pour les transformer rapidement et industriellement en savon, abats jours, perruques, fumée et, ce qu’on ne sait pas trop chez vous, en conserves alimentaires pour leurs animaux et leurs soldats se battant sur le front russe. Cet acharnement était clairement d’ordre obsessionnel, sinon comment expliquer qu’en 1944, en pleine débâcle militaire, donc, Adolf Eichmann, responsable général de l’organisation de la solution finale, n’hésitait pas à user de toute son autorité pour obtenir l’ensemble des wagons qu’il demandait pour envoyer en priorité absolue tous les Juifs possibles à la mort avant la défaite finale, que tout le monde savait inévitable, dans la mesure où Von Braun n’arrivait pas à finaliser la bombe atomique, seul espoir, désormais, de victoire totale du Reich sur les Alliés. Pourtant, ces wagons étaient aussi réclamés à cor et à cri par les généraux de la Wehrmacht, plus préoccupés, eux, à défendre leur pays menacé de toutes parts, que d’exterminer les Juifs jusqu’au dernier et à la dernière. Mais Eichmann avait encore de gros stocks de Juifs vivants et il se souciait plus de ne pas pouvoir les faire tous tuer avant la capitulation de plus en plus imminente, que de son propre avenir, car il fut l’un des rares chefs nazis en fuite à n’avoir préparé aucun trésor de guerre.

Lorsque l’équipe israélienne du Mossad le trouva “par hasard”, c’est-à-dire, en fait, avec l’aide angélique, dans le quartier de San Fernando à Buenos-Aires, rue Garibaldi, (ce qui ne lui porta pas chance, car Giuseppe aurait sûrement été un bon anti-nazi s’il était né un peu plus tard, aide télépathique d’une grande utilité inspirationnelle dans la collaboration qui eut lieu entre le service des archanges de Justice et Simon Wiesenthal, Serge Klarfield et tous les autres traqueurs anonymes, lancés sur les traces des bouchers nazis), Adolph Eichmann n’était qu’un modeste travailleur, vivant dans une modeste maison avec sa famille et prenait même le bus, n’ayant pas de véhicule personnel. Il y rencontra même Joseph Mengele, le soi-disant scientifique qui brûla ses fusibles cérébraux (je ne vois pas d’autres mots pour qualifier ses actes pendant cinq ans), en se servant des stocks de prisonniers pourrissant dans les camps d’extermination bourrés jusqu’à la gueule grâce à l’efficacité des deux Adolph, comme cobayes pour expérimenter les idées les plus folles qu’un cerveau formé scientifiquement puisse avoir, notamment sur les jumeaux et les enfants.

Je n’ai même pas la capacité de décrire la plupart des expériences que cet homme, ne méritant certes pas de porter le nom du saint homme qui fut choisi pour être le père humain du Sauveur, osait concevoir avec son cerveau malade, grâce au soutien opportun que les lois nazies lui apportait. Néanmoins, pour sauver l’un de nos protégé trop important pour mourir si jeune, un ange réussit quand même une fois à lui faire ouvrir une porte de chambre à gaz avant que le zyklon B ait achevé de faire son oeuvre de mort, sauvant ainsi une cinquantaine de gamins, dont celui qui devait vivre une longue et utile vie.

Pour situer quand même le personnage, pour l’édification de ceux qui n’en auraient encore jamais entendu parler, je vous livre l’une de ses expériences d’un haut intérêt scientifique, comme tout le monde peut le voir : il s’amusait à enfermer dans une pièce, une par une, des mères et leur enfant de différentes ethnies, chronométrait et comparait le temps que mettaient ces mères à tuer leur petit enfant, sur lequel on avait, au préalable, effectué une amputation si douloureuse qu’il ne pouvait que hurler sans espoir de rémission, forçant sa mère, à un moment m dont l’étude passionnait Mengele, à prendre l’atroce décision d’étouffer à mort la chair de sa chair pour mettre un terme à ses souffrances.

Beaucoup de femmes se suicidèrent après être passées par les mains expertes du Herr Doktor.
Les anges prirent très vite soin d’elles. C’est la moindre des choses, pauvres innocentes !

Dans ce type de situation, ni le suicide ni l’infanticide ne sont évidemment considérés comme tels, et nul karma négatif ne viendra ternir la carrière cosmique de l’intéressée. Le karma fut, en l’occurrence, directement affecté au dossier de Mengele qui, de toute manière, a été dissous depuis, pour cause de retour au néant sans avis de retour. Il avait dépassé le point de non-retour et ne s’en était, en effet, jamais ni repenti, ni n’avait ressenti le besoin de soulager sa conscience en confessant ses inimaginables crimes.

Il s’enfuit comme bien d’autres nazis, utilisant des faux papiers de réfugiés, erra de camps en camps pour finalement, après quatre années de clandestinité espagnole, s’embarquer pour Buenos Aires et rejoindre les essaims d’anciens SS que l’accueillant Peron remettait sur les rails grâce à d’officiels papiers d’identité, moyennant quelques dédommagements pour les aider à échapper aux chasseurs de prime de l’OSS et du Mossad, les premiers, car ils voulaient les recruter pour leurs propres services, les deuxièmes voulant, pour leur part, les amener à Tel-Aviv et les juger de leurs crimes.

Le Paraguay aussi absorba, pour les mêmes raisons, une partie du trésor de guerre nazi. L’argent n’a décidément pas d’odeur…

Puis le médecin fou vécut le reste de sa vie en crevant de peur d’être débusqué, spécialement après la capture d’Eichmann qui se fit à quelques blocs de son propre domicile, pour finalement mourir noyé, lors d’une partie de nage en mer, le 7 février 1979. Tous ces antisémites acharnés de tous pays et au-delà de toute raison, ne réagissaient en fait qu’à l’ordre télépathique de fatwa ethnique que leur terrible maître leur avait, un funeste jour, lancé et qu’il n’a toujours pas levé, comme cette fatwa lancée contre le courageux Salman Rushdie, qui avait osé lever le voile sur certains aspects sataniques dont il voulait qu’ils demeurassent secrets. Il n’y a ni rien d’autre à savoir, ni à comprendre sur ce qui tomba soudain sur le dos des Juifs de 1910 à 1980. Malgré tout, le fort pourcentage de qualités adamiques répandu dans leur sang, se traduisant par une prédisposition supérieure pour les voyages, le commerce, l’expression artistique et l’humour, leur permirent de ne pas disparaître et finalement de reconquérir Israël. Leur leader charismatique Ben Gourion et leur armée « Tsahal », angéliquement soutenue au début de leur installation en Israël (il n’était pas acceptable que recommence un nouveau génocide d’adamiques déjà survivants des camps de la mort nazis !) arrivèrent à arracher l’Administration de leur pays des mains des Britanniques et des Arabes.

Tout irait pour le mieux, s’il ne se passait pas maintenant entre les Palestiniens et les Israéliens des conflits d’ordre raciste que ces derniers gèrent de moins en moins dans le bon sens. Non seulement leur meilleur Premier ministre depuis longtemps, ancien faucon militaire reconverti colombe, est assassiné par un Juif « croyant », mais encore les élections suivantes amènent au pouvoir un anti-palestinien notoire qui s’empresse d’ignorer les accords récemment signés avec les Palestiniens chargés d’amener enfin la paix et le respect intercommunautaire dans la région. C’est maintenant au tour des Palestiniens de Gaza, Ramallah, etc., d’être martyrisés, traqués, ballottés, humiliés, emprisonnés, comme un Juif d’antan mais par les Juifs de maintenant. C’est vraiment désolant. La grande majorité des Palestiniens ne sont pas des terroristes incontrôlables mais de potentiels braves pères et des mères de familles qui ne demandent qu’un travail honnête leur apportant de quoi vivre et nourrir leur famille. Mais à cause de quelques centaines d’enragés kamikazes shootés au Coran dur, prêts, grâce à un lavage de cerveau exécuté à base de sophisme et de désinformation religieuse, à se faire sauter avec de la dynamite, pour peu qu’ils arrivent en même temps à déchiqueter quelques passants Israéliens, plusieurs millions de braves Palestiniens pacifiques et pacifistes sont obligés de subir le joug de l’armée d’occupation sioniste et de vivre dans des circonstances précaires et de continuelles humiliations traumatisantes et génératrices de haine pour plusieurs générations, à l’instar des balkans.

Mais quand allez-vous donc apprendre à vivre ensemble en bonne harmonie ? Vous êtes tous frères et soeurs ! Pourquoi n’arrivez-vous pas à saisir ce concept, pourtant si simple pour des croyants en Dieu ? La chaîne ADN d’un Palestinien est rigoureusement identique à celle d’un Israélien. La Mosquée El Aqsar est édifiée justement là où elle est, c’est-à-dire sur les fondations de l’ancien temple de Jérusalem détruit par les Romains et dont le Mur dit « des lamentations » est l’un des derniers vestiges debout, parce qu’une « prophétie » arabe dit que Mohamet est parti exactement de là pour lancer sa grande campagne de conquête des esprits. Malheureusement, une autre prophétie, juive, cette fois, dit qu’un jour le troisième Temple de Jérusalem sera reconstruit à la même place que l’ancien, c’est-à-dire là où se trouve maintenant la Mosquée signalant un des plus Hauts Lieux Saints, après la Mecque, de l’Islam.

Ceci dit, il est clair que les Palestiniens ne font rien pour alléger leur sort ou établir un climat de paix négociable. On dirait même qu’un virus de masochisme pur coule dans leurs veines. Voter en masse pour le Hamas à Gaza, était-ce bien raisonnable ? Apprendre aux enfants dès la maternelle que les Israéliens sont des ogres sanguinaires et que le mieux est de les tuer tous, est-ce raisonnable ? Pour l’instant, cela ne saute pas aux yeux, contrairement aux rockettes et aux kamikazes…

C’est à cause de cette surface de moins d’un kilomètre carré que des accords de paix, péniblement organisés depuis vingt ans par la communauté internationale et qui ont coûté la vie à ce brave Rabin, ont de nouveau capotés, déclenchant une nouvelle interminable intifada. Il a suffi qu’un ancien général connu pour sa palestinophobie veuille fouler les pavés de l’Esplanade des Mosquées, la raison invoquée étant que pour lui, sioniste, cette place appartenait au Peuple d’Israël, pour que des centaines d’adolescents palestiniens, envoyés au front par des parents ivres de haine, perdent la vie et des milliers d’autres en soient indélébilement marqués dans leur chair.

Pourtant, les 2 frères ennemis en étaient presqu’arrivés à trouver un terrain d’entente et de reconnaissance mutuelle grâce aux efforts de Clinton. Quel gâchis…

Sacrées religions, pourtant toutes deux monothéistes et toutes deux disant à peu près les mêmes choses sur la fraternité, la haine, l’injonction de ne pas tuer, etc…

Les solutions, les voilà : favoriser les écoles communes, les mariages interethniques, l’intégration culturelle et sportive, les rassemblements interethniques de jeunes, afin que tout un chacun puisse voir que les différences réelles entre les deux communautés ne sont pas si profondes que cela, telles sont les seules solutions qui feraient qu’un jour les Palestiniens et les Israéliens pourraient vivre normalement sur une terre qui appartient historiquement aux deux communautés. L’Afrique du Sud l’a finalement fait. Il n’y a pas d’autres solutions. Sinon, l’une des ethnies devra un jour ou l’autre disparaître dans une sorte d’holocauste tellement la haine ambiante réciproque aura atteint un niveau de pathologie mentale chronique généralisée…

Et cela ne se fera pas sans déclencher des évènements encore plus graves. Il faut donc absolument raison garder, au besoin internationalement.

La sécurité de la Terre entière ne va pas encore une fois être menacée parce que deux ethnies bornées et sectaires n’arrivent pas à se partager un pays entouré de milliers de kilomètres carrés de terres fertilisables mais actuellement désertiques ! Il ne faut plus que les actions d’un petit nombre de haineux puissent avoir tant d’influence sur le grand nombre, car c’est automatiquement la porte ouverte à toutes les manipulations et à tous les chantages possibles des extrémistes de tous bords. Il faut développer le Grand Pardon tous les jours et non lui consacrer seulement un jour par an. Il faut donc augmenter la cadence. Les rapports angéliques disent que la volonté de la population entre la paix négociée et le contrôle autoritaire des territoires est pratiquement à quarante/soixante à l’avantage des vrais faucons. Il y a quelques années, le rapport était à cinquante-cinquante. Il faut donc que les pacifistes généreux reprennent de la voix et des idées.
Branchez-vous sur le canal 888 et vous les recevrez. Amen.

————————————

Autres Messages de l’Ange : Sommaire
À suivre… Justice

Source : http://terrenouvelle.ca/Messages

Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Vérifiez votre éligibilité 

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares