messages d'un Ange

Messages d’un Ange – Abécédaire J: Journalisme

journalisme-300x162Ils ne sont pas les premiers à vouloir dénoncer
Mais ils ne veulent pas non plus être les derniers
À dénoncer un monde à côté de la plaque,
Car le sang n’est pas fait pour se répandre en flaques
Les Hommes ne sont pas nés pour finir en morceaux
Ni d’ailleurs se réduire à un simple numéro

Cette profession rassemble les meilleurs et les pires des écrivains et intellectuels; les meilleurs, lorsqu’ils mettent leur talent au service des grandes valeurs humanistes telles que la vérité, la justice, le témoignage d’atrocités afin d’alerter l’opinion mondiale, le relais pour exposer des bonnes idées et des bonnes propositions pour continuer l’évolution humaine; cette presse-là est un contrepoids formidable contre les agissements sournois des politiciens véreux et des truands de toutes natures, comme l’affaire Zola-Dreyfus le démontra définitivement et, pour en revenir à l’époque présente, la dernière chose à faire serait d’abandonner de les soutenir en n’achetant plus leur travail.

Les pires, lorsqu’ils emploient leur cerveau à diffuser des thèmes lucifériens, fascistes, intégristes, pseudo-communistes et autres ordures mentales. Je ne parle même pas des paparazzi et autres fouilleurs de poubelles qui ne peuvent être mis sur le même pied d’égalité avec les grands correspondants de guerre antimilitaristes, par exemple.

Etant donné son efficacité gênante pour certains gros poissons appartenant à telle ou telle phalange mafieuse, cette profession doit essuyer les attaques incessantes de l’oligarchie secrète qui se traduit toujours par leur arme favorite pour arriver à leurs fins : l’argent, encore et toujours !

Ainsi, la presse audiovisuelle et écrite est de plus en plus muselée par les annonceurs publicitaires, l’augmentation du prix du papier et des taxes, que les mafieux politicards gênés aux entournures inventent pour les mettre en difficulté économique, ce qui de plus en plus souvent poussent ces professionnels de la vérité au dépôt de bilan. Seul un large support populaire peut leur permettre de subsister; comme ils sont souvent au service de ce même peuple, tout va bien, du moment que la situation reste en l’état. Mais soyez vigilants, car les lucifériens ne renoncent jamais, leur ego définitivement hors de contrôle du coeur les en empêche.

Dans certains pays presqu’entièrement aux mains des lucifériens, comme la Colombie ou la Russie, les journalistes sont d’autant plus assassinés qu’ils sont nobles et courageux, ce qui est, sommes toutes, dans la logique des choses.

Mais, chers lucifériens, ne vous donnez pas la peine de bâillonner la presse, car quand l’un d’entre eux disparaît dans un bain d’acide, renversé par un camion ou coulé dans du béton, un autre ramassera l’étendard-symbole de liberté, car l’amour de la Vérité est notre domaine et nous disposons d’un réservoir toujours renouvelé de gens réactifs à l’Esprit de Vérité répandu par Jésus-Michael, lors de son magistral passage sur l’ingrate planète qu’il vous a confié avec tout son amour et sa confiance en votre nature profonde, qui est globalement bonne et obéissante aux directives de la voix intérieure. Sans la traîtrise galactique que vous connaissez maintenant, cette bonne nature se serait manifestée de façon encore plus apparente…

En Amérique, le journalisme a eu son heure de gloire, le pic étant lorsqu’ils arrivèrent à déboulonner le Richard Nixon et son équipe nauséabonde de leur piédestal doré. Depuis, cette liberté d’expression a été souvent attaquée dans le monde des éditions pornographiques et ces attaques ont donné lieu à de très médiatiques débats où un certain Larry Flynt, l’un des principaux propriétaires de ces revues, se fit une renommée de défenseur de cette liberté et alla à ce titre en prison, un comble ! Mais les voies du Seigneur étant impénétrables, il reçut à ce titre un ange gardien, ce qui provoqua en lui une crise mystique, dont la soeur du Président Carter put tirer un temps profit. Son ange lui sauva la vie lorsqu’un luciférien raciste et sexiste décida de faire un carton sur lui avec sa 22 long rifle. Malheureusement, la balle le fit quand même condamner à la chaise roulante. Mais cela ne l’empêcha pas, mieux, cela l’aida à vaincre ses procès contre les faux dévots et obtenir pour lui et ses congénères cette fameuse liberté d’expression. Depuis, bien sûr, cette profession fut d’autant plus attaquée qu’elle avait montré sa toute-puissance et les médias furent plus que jamais achetés par la grande finance à coups de budgets publicitaires.

« Tout le monde a un prix », telle est leur devise et leur credo. Ils ont, hélas, souvent raison. Et là encore, Larry s’illustra récemment en prenant la défense du Président Clinton, lorsqu’il fut si vigoureusement attaqué par le très conservateur procureur Starr pour ses activités sexuelles dans la chambre ovale, en utilisant les propres armes de ses ennemis liberticides : le dollar. Ainsi, il offra d’incroyables récompenses à toutes personnes ayant quelque chose de croustillant à révéler sur les vies privées des plus virulents donneurs de leçons de morale. Les têtes honorables commencèrent à tomber et Clinton put sauver sa tête et finir tranquillement son deuxième mandat. Sans Flynt, l’amateur de havanes le plus célèbre du monde était cuit. Un nombre sans doute bien plus élevé de dossiers que vous ne le supposez, sont enterrées avant même d’avoir eu le temps de circuler, grâce à ce contrôle toujours croissant de la finance et les services secrets sur la presse multimédia.

C’est pourtant dans ce pays que le journalisme a réussi à établir et maintenir le devoir d’impertinence face aux politiciens. Une lutte d’influence est toujours en cours à l’heure actuelle, mais sous la pression du gang Bush et de son scélérat « Patriot Act », la liberté d’expression a pris là-bas un vieux coup derrière la cravate, comme vous dites.

La presse essayant toujours de déboulonner les présidents ou leurs proches de toutes les façons possibles, y compris par l’achat fort cher de témoignages, croustillants mais peu significatifs politiquement, à la limite de la déontologie, donc. Ceux-ci doivent être de plus en plus prudents et sournois pour perpétrer leurs magouilles, souvent financières, et nous attendons tous le moment où ce sera tellement compliqué et dangereux d’être malhonnête, qu’ils n’essaieront même plus.

En attendant, Clinton, le gouverneur-trafiquant d’influence de l’Arkansas, voire plus, selon certains témoignages figurant sur une cassette vidéo qui circula, sans effets notoires sur sa réélection, dans le pays, fut sur la sellette, mais pour une simple affaire de chantage sexuel avec une stagiaire arriviste, alors que Bush, Rumsfield, Cheney et toute la clique se sont rendus coupables de méfaits et de mensonges infiniment plus graves et même fatals pour des centaines de milliers de pauvres gens. Étranges américains…

Ce même président, alors gouverneur du Texas, s’illustra également en refusant la grâce d’une pauvre victime de la drogue condamnée à mort, mais si repentie que même le pasteur de la prison avait décidé de l’épouser !

Le Pape, ainsi que des centaines de milliers de braves gens, supplièrent cet arrogant imbécile de lui accorder la vie, mais il refusa dédaigneusement, ce qui ne lui portera pas chance pour son avenir, tout Bush qu’il est. Son ex-directeur de la CIA de père pendant la dictature Pinochet et Videla ne devrait pas non plus être déçu du karma qu’il va bientôt rencontrer lorsqu’il aura quitté son vieux corps…

Tous les morts irakiens passés et présents sont comptabilisés autant sur son karma personnel que sur celui, déjà très, très lourd, de Saddam, le satan mésopotamien, et ce nombre dépasse largement les deux millions d’âmes. Juste un peu moins bien qu’Eichmann ou Polpot. Pourquoi Bush père est-il si responsable ?

– Parce qu’il a utilisé Hussein à un moment où sa cote de popularité était en baisse, les élections se profilant à l’horizon. Il demanda donc à son ambassadrice en Irak de faire comprendre à demi-mot à Saddam, que s’il décidait de récupérer le Koweït comme province irakienne, les Etats-Unis, alliés et gros fournisseurs d’armes, n’y verraient aucun inconvénient. Il pensait qu’une guerre avec l’Irak le remettrait en selle pour un deuxième mandat, puisque Saddam, par son attitude de plus en plus belliqueuse avec ses voisins, notamment Israël, attirait l’attention du monde avec sa rodomontade mystico-militaire. De ce fait, le Koweït fut envahi, reconquis, les superstructures civiles irakiennes détruites, plusieurs centaines de milliers de pauvres bougres enrôlés de force et de population civile tués, la révolte des Kurdes et des populations de Bassorah, réprimées dans le sang sans que l’Armée de l’ONU ne les protège, et depuis l’embargo, (qui donne un bon prétexte à Saddam pour continuer à jouer au chat et à la souris avec l’ONU, tout en se faisant une fortune au marché noir), un million et demi d’hommes, de femmes et d’enfants sont morts prématurément. Les milliards de dollars dépensés si machiavéliquement à ce semblant de guerre mondiale appelé « desert Storm », manquèrent pourtant bel et bien lorsqu’il fut question d’aider les laissés pour compte de l’Amérique à redresser un peu leur situation matérielle et repartir d’un meilleur pied.

Pour tout cela et encore bien d’autres méfaits, ils comprendront mieux que d’autre ce que signifie “Burning bush”. Pas un journaliste n’osa accuser Bush père d’une telle infamie, mais moi, je n’hésite pas à le faire, connaissant les faits indéniables de ce cas d’une part, et la mentalité de gros magouilleurs que démontre la famille Bush dans son ensemble et qui s’est encore manifestée de 2004 jusqu’à nos jours, d’autre part, avec l’opération cousue de fil blanc appelé faussement « restore freedom ». A part la terreur, la mort et la destruction, cette opération n’a rien restaurée du tout.

Mais il ne faut pas oublier que si la presse est en théorie libre, les journalistes ne le sont pas; l’autocensure est une réalité bien concrète et ce ne sont pas vos journalistes à l’approche très moderne et déontologiquement correcte comme Karl Zéro ou John-Pol Le Perce qui me contrediront, eux qui furent plus que beaucoup d’autres journalistes français confrontés hebdomadairement au filtre CSA, du fait de leur extrême rigueur morale qui les poussa à s’intéresser à des dossiers dangereux, à dénoncer vigoureusement et avec humour, dans leur “vrai journal”, les pratiques qui leur semblait inacceptables.

Et je ne parle pas de la presse tunisienne, dont Taoufik Ben Brik et sa famille sont les porte-drapeaux éloquents, malgré la censure de plomb qui règne actuellement sous le boisseau de l’indéracinable Ben Ali, petit tyran local, mal apparemment inévitable dans ces contrées. Je crois qu’eux aussi ont un jour découvert qu’il y a quelque chose de pourri dans le royaume des politiciens et qu’ils peuvent peut-être faire quelque chose pour en informer les citoyens-électeurs…

Si l’argent arrive dans ce domaine à prendre la place de l’Homme comme il y a réussi dans bien d’autres domaines, vous serez perdus. Il n’existerait alors pratiquement plus de contre-pouvoir ni de remparts humains contre les attaques de la World Company. Pour l’instant, les journalistes se battent. C’est une guerre, car 750 d’entre eux ont été éliminés de la surface de la Terre en 10 ans.

750 héros morts, mais des milliers vivants et qui se battent. Ayons une pensée particulière pour ceux d’entre eux qui oeuvrent dans les pays ou se commettent le plus d’attentats contre la Presse, les journalistes birmans, algériens, colombiens, syriens, chinois, russes, etc., etc..

Les médias, spécialement à travers internet, possèdent actuellement du pouvoir car elles peuvent mettre en contact des millions de gens entre eux, comme le téléthon, ou les resto du coeur, le prouvent. Tant que vous serez de nombreux enfants de Dieu connectés ensembles, les lucifériens seront sans possibilité de vous nuire à grande échelle. Votre seule arme, mais non la moindre, de citoyen, est de boycotter les produits des annonceurs dont vous n’appréciez pas les tentatives de censure et de contrôle. Cette arme est loin d’être négligeable, comme Greenpeace ou Ralph Nader l’ont démontré et je trouve, à la limite, que vous ne l’utilisez pas assez systématiquement. Pour le naufrage de l’Erika, Total-Fina mériterait un bon boycott d’avertissement, pour les autres…

Contre-pouvoir contre le Pouvoir

Il n’y a qu’à voir, dans l’affaire de la vache folle, l’affaire Dutroux ou du sang contaminé, affaires entièrement venues à la connaissance du public grâce à la presse, quelle panique la vérité peut déclencher chez les personnes n’ayant pas la conscience tranquille, ou ayant quelque chose de frelaté à vendre. Vous pouvez être sûr que la qualité de la viande bovine va maintenant être plus surveillée, ainsi que les comportements pédophiliques, pendant quelques années… Jusqu’au prochain scandale. La filière du sang transfusable également, ce sang impur dont le « docteur » Garetta abreuva les sillons de vos pauvres hémophiles…

Il faut, face à tout pouvoir un contre-pouvoir à opposer, de manière à respecter les grands équilibres. L’une de leur plus grande sinon première victoire se produisit en 1898 avec le « J’accuse » de Zola dans L’Aurore, maintenant disparu. Il arrive que des journalistes, lassés d’avoir un rôle de contre-pouvoir, profitent de leur notoriété pour passer de l’autre côté de la barrière, en devenant député ou maire, par exemple.

En règle générale (ce qui veut dire qu’il existe toutefois des exceptions à cette règle), ils sont plus intègres et plus prudents que les politiciens n’ayant aucune expérience du contre-pouvoir. Ce serait donc une bonne habitude à prendre que de stimuler les vrais journalistes proches de la retraite professionnelle à se recycler dans une carrière politique. Le monde traditionnel des politiciens, comme celui des militaires est de moins en moins compétent pour administrer correctement les citoyens. Il faut donc que les vrais artistes, les vrais médecins, les travailleurs sociaux, les vraies femmes (qui n’imitent pas les hommes), les vrais intellectuels intègres, et toutes les autres corporations qui aiment le genre humain, qui forment donc l’élite de fait de la société civile, songent à accéder à la fonction publique. L’ENA a montré ses limites, mais la corruption pas encore.

Honnêtes gens et surtout vous, n’hésitez pas à briguer des fonctions de service politique public et électeurs, arrêtez de voter pour n’importe quel aspergeur de poudre de perlimpinpin, fut-il doué.

C’est la survie de votre démocratie qui est en jeu et par voie de conséquence la qualité de votre vie quotidienne.

————————————

Autres Messages de l’Ange : Sommaire
À suivre… Juif

Source : http://terrenouvelle.ca/Messages

Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Suivez nous sur les réseaux sociaux

ISOLATION + CHAUFFAGE pour 1 euro. Nouveau dispositif 2020

Vérifiez votre éligibilité !

Articles Phares