messages d'un Ange

Messages d’un Ange – Abécédaire F: Famille

Famille-300x200Moi qui ne peux penser qu’en terme d’affection
Où que mes yeux se posent, ils voient la division
Arrêtez d’engendrer ces montagnes d’affliction
Est-ce vraiment l’amour, cette malveillante passion?

Il y a dans votre pays sept millions d’hommes et de femmes célibataires qui vivent seuls. Ces chiffres (qui ne sont pas spécialement différents des autres pays occidentaux (ou Sud américains) indiquent clairement qu’une polémique majeure tourne autour du degré d’importance de la famille dans votre vie individuelle. Selon les statistiques actuelles, il est clair que leurs chiffres indiquent une sidaïsation du corps social constitué appelé « famille », dans la mesure où les cellules familiales sont attaquées par le virus du divorce comme les globules blancs T4 le sont par le virus du sida.

Chaque pays moderne voit donc une attaque de son système immunitaire, symbolisé par la famille, dont les membres ont de tous temps défendu le sol national, tout comme les lymphocytes défendent l’organisme qu’ils sont chargés de protéger des envahisseurs. De même que le sida favorise le développement de maladies dites « opportunistes », le divorce favorise ses propres maladies opportunistes que sont l’égoïsme, la violence, l’intolérance, la mesquinerie, l’indiscipline, la concupiscence incestueuse, les sectes, la délinquance juvénile et d’autres encore, tout aussi dévastatrices. En France, cinq dates sont à l’origine de cet affaiblissement du système immunitaire de la famille dans sa version patriarcale :

1915 : Entrée en masse de toutes les catégories de femmes dans le monde du travail industrialomilitaire et montée en importance de leur rôle national ;

1945 : Accession au droit de vote politique pour la femme ;

1964 : Accession au monde du travail sans désormais avoir besoin de la permission écrite du mari et libre disposition de ses propres biens pour la femme ;

1967 : Droit à la contraception pour la femme ;

1975 : Droit à l’avortement légal et acquisition de l’autorité parentale légale. Le résultat paradoxal et quelque peu inattendu de ce rééquilibrage des droits de l’homme et de la femme en trente ans, du fait de l’entrée en masse des femmes dans tous les rouages économiques (donc une accession à une forme supérieure d’égalité sexuelle), tout un chacun est à même de l’observer avec :

– Le triste spectacle de la violence urbaine perpétrée par des jeunes en âge de scolarisation mais totalement démotivés à cause de parents divorcés et chômeurs et de leurs propres perspectives de chômage ;

– La recrudescence des incestes et du nombre d’enfant martyrs de toutes sortes;

– La montée des drogues dures chez les jeunes pour cause de solitude et d’absence de dialogue intelligent avec les parents ;

– La montée d’influence des programmes de télévision en partie lucifériens du fait de l’infiltration d’inspirateurs d’obédience luciférienne dans les sociétés de production audiovisuelles qui fournissent et décident des scenarii à produire. Enfin, comme résultante de l’ensemble :
l’indifférence de plus en plus marquée des femmes envers les hommes…

La liste des maladies honteuses ne s’arrête, hélas, pas là; vous n’avez qu’à lire les journaux pour vous forger une opinion sur la décadence du monde occidental. La source principale de tous ces maux familiaux en augmentation permanente et qui met en jeu beaucoup de jeunes adultes, c’est l’incroyable légèreté avec laquelle les gens se choisissent, font des enfants, décident de se quitter à la moindre difficulté et mettent les enfants dans une situation déstabilisante et préjudiciable à leur développement spirituel. Car les enfants sont ceux qui payent le plus lourd tribut à cette crise des couples…

Veritas odium parit
(la vérité engendre la haine)

J’espère néanmoins que personne ne me haïra de dire que la régression va bientôt rejoindre le moment où l’amour familial n’existait pas encore comme allant de soi, c’est à dire la période prérousseauiste, avec cette différence que maintenant la mortalité infantile n’est plus de 50 % comme au temps de Rousseau. À l’origine, la famille a été intégrée au Plan de Création de votre espèce afin d’y être le lieu où l’être humain évoluant va trouver la dose d’affection de droit dont il a besoin pour se structurer convenablement. L’amour familial est né du fait que l’Homme découvrit les bienfaits de la charrue munie d’un soc de fer en lieu et place du socle en bois. Le rapport entre ces deux faits apparemment étrangers, le voici : le fait d’avoir un soc en bois forçait le paysan à peser de tout son poids sur la charrue pour labourer la terre. La femme était habituellement derrière, semant. Pendant ce temps, les enfants étaient livrés à eux-mêmes et tombaient comme des mouches par accident ou par maladie non soignée, interdisant tout attachement des parents, la vie étant par trop cruelle et aléatoire.

Mais quand le soc fut en fer et brisa la terre aisément, le paysan put libérer une de ses mains pour effectuer le célèbre geste auguste, ce qui eut pour conséquence de permettre à la femme de rester davantage au foyer, ce qui fit reculer la mortalité infantile et permit le développement de l’attachement familial et la solidification de la cellule familiale qui aboutit finalement à cette nation forte et structurée où vous vivez, enviée de bien des habitants de la planète. A petite cause, grands effets.

Les parents sont par nature les premiers exemples qui serviront aux enfants de modèle pour programmer leur propre cerveau. Si ce qu’ils voient est une situation conflictuelle égotiste et incontrôlée où les deux parents sont vus sous leurs mauvais côtés au sein d’un mariage bancal se terminant plus d’une fois sur deux par un divorce ou une séparation pour ceux qui ne croient même plus au mariage et ses hautes valeurs éducatives, comment s’étonner de ce malaise croissant de la jeunesse vis-à-vis de la notion d’avenir ? De quoi est composé leur programme mental, sinon du pire des éléments : l’échec, le manque d’amour, la mesquinerie et la violence haineuse, soit l’exact contraire de ce que des cerveaux non encore programmés ont besoin comme valeurs pour évoluer favorablement !

Ce n’est que bien plus tard en âge que l’individu est capable de desserrer le carcan mental de toutes les hérédités de ses ancêtres et géniteurs. Ce qui veut hélas dire en l’occurrence que le mal a eu tout loisir de faire son office dans ces cerveaux sous-alimentés en exemple d’amour; les sectes et les partis extrémistes et disciplinaires paraîtront des refuges d’autant plus attirants qu’ils semblent offrir au néophyte des éléments de cohésion familiale qu’il n’a pas pu trouver au sein de sa famille pour cause d’éclatement et qui lui manque instinctivement; le gourou tenant le rôle de père et les disciples de frères et soeurs. De même que le virus du sida ne connaît encore pas de panacée universelle pour l’éradiquer mais seulement une trithérapie pour bloquer son action, le virus du divorce a aussi sa trithérapie bloquante : un tiers d’amour altruiste, un tiers de responsabilité envers les enfants créés et un tiers de tolérance fraternelle envers le conjoint. Voilà qui devrait permettre de juguler cette épidémie désastreuse. Mais où l’apprendre, sinon à l’école, dans les émissions audiovisuelles et partout où l’information circule ?

Pour fonctionner correctement et prendre les meilleures décisions possibles, le cerveau a besoin d’être au préalable informé. Cela devrait être une priorité gouvernementale, aussi importante que la campagne pour l’utilisation du préservatif. Il n’est plus tolérable de voir, à cause de la démission des parents, des jeunes de douze ans tirer au pistolet sur d’autres adolescents, de se ronger le cerveau en cours d’élaboration par des poisons violents par faute de communication parentale, de voir le potentiel magnifique de millions de cerveaux s’en aller dans le caniveau de la vie, inutiles et dérisoires. Certains se retrouvent en prison pour délinquance légère (85 % des jeunes délinquant sont des enfants de famille monoparentales) et donc traités en coupables alors qu’ils sont à l’origine victimes de l’irresponsabilité de leurs parents.

Traités en coupables alors qu’ils sont victimes ? Il ne faut dès lors pas s’étonner que la prison ne tienne pas un rôle de réadaptation mais plutôt un rôle d’accélérateur de révolte et de violente revanche face à tant d’injustice et d’incompréhension. L’injustice est un facteur important de violence. Or la Justice française, puisque je m’occupe plus spécialement de ce pays, distribue de l’injustice à haute dose : justice à double, voire triple vitesse (si l’on peut appeler « vitesse » la cadence actuelle), absence de compassion et de compréhension, châtiments disproportionnés avec le délit, refus de considérer la prison comme étant un remède pire que le mal, peines préventives systématiques. Sachez que, dans ce domaine également, cette apparente incompétence pour trouver les bonnes solutions aux problèmes n’est pas innocente mais faite exprès pour perturber votre évolution. Ne pensez-vous pas que quelqu’un a visiblement intérêt à ce que la cellule familiale soit attaquée dans les mondes à influence chrétienne ?

Famille, je vous aime

Exemple pratique : deux êtres se rencontrent, se séduisent, s’unissent sexuellement, trouvent le fait agréable et au bout de quelques mois de bons moments extatiques partagés, décident de se marier. Ils sont jeunes et passablement ignorants, parce qu’ils croient que l’harmonisation de leurs deuxièmes chakras signifie qu’ils s’aiment pour toujours. Mais au fur et à mesure qu’ils montent en conscience, les difficultés de rester harmonisés augmentent parce que la vitesse d’évolution est rarement identique entre les êtres. Seuls les couples réussissant à harmoniser un par un tous leurs chakras et non le seul second deviendront de vrais couples inséparables, car ils se retrouveront ensemble dans le quotidien routinier et néanmoins vital (chakra 1), le plaisir sexuel mutuel (chakra 2), ils auront réglé les rapports d’antagonisme égotiques (chakra 3), ils partageront le même amour pour les mêmes choses (chakra 4), ils auront les mêmes vues philosophiques et spirituelles (chakra 5), ils auront leurs propres expériences mystiques qu’ils pourront comparer et le cas échéant additionner (chakra 6) et enfin devenir un couple mystique et mythique tel qu’il n’en existe pas encore assez sur votre planète (chakra 7).

Pour revenir au couple moyen de mon exemple, ils se sont mariés parce qu’ils aimaient bien faire l’amour, ce qui est absurde et sans plus de sens qu’aller en prison parce qu’on aime courir. Le mariage monogamique et l’éducation des enfants qui suit en général assez rapidement n’amènent que rarement les satisfactions sexuelles escomptées au moment du mariage. Lorsque la routine inévitable et les tracas ménagers de toute nature commencent à pointer le bout du nez, le deuxième chakra ralentit sa rotation ainsi que le désir sexuel qui en dépend, surtout chez la femme.

Si à ce moment précis la connexion des époux ne s’est pas réalisée dans les chakras supérieurs, le couple, ou l’un des deux membres, va réaliser qu’il n’y avait pas de véritable amour mais seulement une attraction sexuelle qui s’estompe, rendant caduc le projet de vivre toute sa vie avec cette personne. Et voilà un nouveau divorce prononcé, de nouveaux enfants déstabilisés à qui il manquera un schéma clair pour eux-mêmes un jour fonder une famille, et l’erreur se lègue ainsi d’une génération à l’autre, affaiblissant les fondements de votre Société.

Chacun peut le constater autour de lui. C’est ce qui se passe actuellement partout. On cache aux jeunes que le mariage est tout sauf une partie de plaisir. Le devoir, l’altruisme, la tolérance, l’amour inconditionnel et la patience sont des qualités indispensables pour réussir un mariage et la famille qui en est issue. Toutes ces qualités étant contrôlées par les chakras supérieurs et le sexe étant situé dans un chakra inférieur, vous aurez compris pourquoi les candidats au mariage seront mieux armés par une solide connexion entre leurs chakras supérieurs qu’inférieurs.

Comme ce n’est qu’entre vingt et un et vingt-cinq ans que la conscience commence à émerger dans les sphères mentales supérieures, se marier trop jeune équivaut à un coup de poker. Jeunes, ne vous mariez pas avant d’avoir consolidé vos chakras supérieurs avec ceux de l’être aimé ! Ce détail peut conditionner votre bonheur de vivre pour pas mal d’années. Le temps n’est plus où il fallait coûte que coûte faire des enfants pour peupler la planète. Elle est surpeuplée, maintenant, ce qui vous donne toute latitude pour ne faire que des enfants désirés une fois votre vraie âme soeur trouvée entre toutes. Les nations ont besoin de familles fortes, soudées et honnêtes pour prospérer. C’est à l’école qu’il faut faire entendre ces vérités aux enfants. Les belles illusions ne feront jamais de bonnes réalités. La famille est un bien précieux car elle est potentiellement la meilleure structure pour transformer dans les meilleures conditions un bébé impotent en adulte créatif bourré de qualités émergées et opérationnelles, alors de grâce ne faites plus n’importe quoi en matière conjugale! Ne vous mariez et ne faites des enfants que lorsque vous êtes sûrs d’aimer profondément la personne avec qui vous vous engagez et que les promesses que vous ferez relatives à votre ménage ne seront pas oubliées ou reniées à la première difficulté.

« Pour le meilleur et pour le pire » veut dire quelque chose de très précis. Ne vous engagez dans la voie de la famille que si vous êtes sûr de pouvoir tenir vos engagements. Les enfants ont besoin d’avoir des parents qui font face à leurs responsabilités et qui ont le sens du devoir, car c’est la meilleure qualité transmissible d’une génération à l’autre pour améliorer la situation globale d’un pays. Si la famille redevient dans son ensemble la machine à produire des individus respectueux des valeurs supérieures de survie éternelle, les habitants de votre planète pourront d’autant mieux résister à l’action nuisible des lucifériens et finalement s’en débarrasser comme ils le firent avec le virus de la variole.

La tentation de la fausse liberté

L’analogie philosophique entre le virus du sida et le divorce n’étant pas innocente, je continue la démonstration. Une des raisons principales pour laquelle les mariages se transforment en divorce, c’est qu’il est devenu bien trop facile de divorcer. D’exceptionnel, cet évènement s’est peu à peu transformé en évènement banal. Il y a seulement cinquante ans, une femme voulant divorcer avait un véritable parcours du combattant à franchir, sans compter le coût de l’opération. Seuls les hommes avaient quelques facilités pour cela et le divorce restait néanmoins rare et presque honteux; en effet, les statistiques montrent que les hommes demandent maintenant bien moins le divorce que les femmes et on peut supposer que cela aurait été également le cas il y a seulement cinquante ans dans les mêmes conditions. Mais à cette époque, l’homme dominait la femme de manière quasi absolue. En éliminant les brutes profitant lâchement de cette situation à des fins personnelles (environ 20 %), le fait que les familles restaient en grande majorité soudées fournissait à la République française des générations saines et entreprenantes, courageuses et intègres, capables de survivre spirituellement à plusieurs années de guerres épouvantables. C’est d’ailleurs l’élite de ces générations masculines qui vota plusieurs lois successives qui firent peu à peu de la femme l’égale de l’homme vis-à-vis de la loi dans tous les rouages majeurs de la société. Pour les salaires, ce n’est en revanche pas encore paritaire. Mais les femmes, n’ayant plus de barrières infranchissables pour quitter un mari qui ne leur plaît plus, contrairement à leur mère et grand-mère, peuvent sincèrement et sans peur montrer leurs vrais sentiments conjugaux. Elles le peuvent d’autant plus facilement que le fait d’abandonner le serment conjugal pour 80 % d’entre elles ne leur fait en rien perdre la garde de leurs enfants, qu’elles obtiennent dans 92 % des cas. Si les maris veulent s’opposer au sabordement de leur foyer, elles disposent de l’aide de dizaines d’associations, de juges, d’avocats d’office et de policiers, tous chargés de les assister et de les protéger dans leurs démarches.

Il n’y a donc rien de plus facile pour une femme moderne que de se marier, si possible avec un homme possédant des revenus intéressants, de faire un ou deux enfants et de décider de divorcer pour telle ou telle confuse ou légitime raison. Non seulement la femme gardera sa progéniture, mais elle pourra en outre bénéficier d’une substantielle pension alimentaire que l’homme devra obligatoirement payer sous peine d’incarcération en cas de manquement! Difficile, parfois, de résister à la tentation !

Voici donc notre pauvre mari éconduit condamné par la justice humaine à aider financièrement une femme (qui lui a sans doute menti et l’a trahi pendant des années), à élever ses enfants sans lui, le père, celui-ci devant en général se contenter de quelques jours par mois pour profiter quelque peu de la présence de la chair de sa chair. Cette situation, inique dans l’autre sens par rapport à la première moitié de siècle, est en fait pire que la précédente dans la mesure où les familles et tout ce qu’elles contiennent de positif pour la civilisation se désagrègent maintenant, alors qu’avant les enfants avaient au moins des références plus claires pour se construire une personnalité. Le mariage servait réellement à aider les femmes et les hommes à acquérir des valeurs importantes telles que la loyauté, le courage, l’abnégation, la solidarité, l’amitié, la générosité et bien d’autres encore. Ce sont avec ces valeurs que les immigrants américains bâtirent leur nation. Malgré d’incroyables difficultés de tout ordre, les couples ne se dissolvaient pas et les enfants étaient éduqués de façon correcte, ce qui fit d’eux des citoyens remarquablement croyants, qui nous aidèrent bien dans notre lutte d’influence permanente que nous devons livrer aux suppôts de Satan par l’intermédiaire des humains gagnés à la cause de la Justice et de la Liberté. Avoir un enfant pour une femme, sans s’en occuper totalement les sept premières années, n’a plus de sens réaliste. Ce ne devrait plus être présentement un caprice ou un fantasme, mais un sacerdoce; la gravité de la situation est à ce point. La qualité doit maintenant plus que jamais prendre le pas sur la quantité, la surpopulation guettant la réalité planétaire de plus en plus sérieusement.

Or une femme qui travaille comme un homme ne peut pas s’occuper vraiment correctement de l’éducation de son ou ses enfants. Si la femme veut absolument travailler et le peut, alors ce sera à l’homme d’être là pour le temps nécessaire à l’enfant de se construire. Ce qui est désastreux c’est d’avoir les deux parents, divorcés ou non, travaillant et les enfants ballottés d’un endroit à un autre et plutôt pris en charge par des groupes scolaires que par leurs parents. Le désastre, je ne l’invente pas, je le constate et je l’analyse : tous les signaux s’occupant de la bonne cohésion des pays industrialisés sont au rouge.

Paradoxalement, les pays où la tradition donne aux parents la prérogative de trouver le partenaire conjugal qui leur paraît le mieux pour leurs enfants sont ceux où le divorce est le plus rare. En Inde, par exemple, où l’autorité des parents pour arranger les mariages est encore très vivace, y compris pour les Indiens qui vivent en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis, le divorce est maintenant bien admis, mais sa courbe ne grimpe pas, loin s’en faut, aussi haut que les courbes de divorces dans les sociétés occidentales. Cela vient du fait qu’à peu près n’importe quel homme et n’importe quelle femme peuvent s’aimer à n’importe quel âge. Sans parler des homosexuels. C’est la volonté individuelle qui compte. En éliminant les êtres tellement pourris de défauts majeurs qu’ils feraient fuir toute personne saine d’esprits (et ils sont, heureusement, relativement rares), tous les êtres ont été créés potentiellement compatibles, aussi bien sexuellement qu’intellectuellement.

C’est ce qui explique qu’en Inde, où l’autorité parentale est encore très bien acceptée et respectée, les mariages se passent plutôt bien en dépit du fait que les mariés n’ont que peu d’occasions de s’exprimer, étant fiancés alors qu’ils ne sont en majorité pas encore pubères. La sagesse contraignante née de l’expérience de la vie semble donc avoir de meilleurs résultats que la liberté sans expérience. Je suis sûr que cette constatation ne plaira pas à bon nombre de féministes, spécialement celles qui se reconnaîtront dans mon évocation de la femme moderne et quelque peu opportuniste. Comprenez que je ne suis pas venu ici pour juger quiconque ni pour éluder les sujets portant à polémique, mais au contraire pour les porter à une catharsis, de manière à ne pas continuer plus avant l’auto-sabordement de la civilisation dont vous dépendez tous pour vous assurer paix, sécurité et respect.

Il faut simplement apprendre à voir les faits en face et avoir le courage de changer d’avis quand les résultats d’une situation le suggèrent. Pour remédier à ce péril social qui vous guette, je ne vois qu’une seule série de solutions : celles qui stopperont ces nuées de couples qui se séparent pour une peccadille; celles qui empêcheront les enfants d’être prématurément livrés à eux-mêmes dans un monde fourmillant de tentations dangereuses et de dépravés sexuels; enfin celles qui permettront aux hommes et aux femmes de faire la paix en tirant un trait sur toutes leurs erreurs passées, même récentes et commises autant par un sexe que par l’autre. Ne pensez qu’à l’intérêt supérieur des enfants, cela devrait aider ceux qui veulent être de bons parents à surmonter, au moins, les plus faciles épreuves. Ce sera toujours çà, la situation étant sérieusement préoccupante.

Ne négligez pas vos enfants, car ce seront les adultes de demain et il est temps de renverser les processus engendrant ce début de décadence actuelle qui désespère tant vos sociologues.

————————————

Autres Messages de l’Ange : Sommaire
À suivre… Femme

Source : http://terrenouvelle.ca/Messages

Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Les + vus cette semaine

Articles Phares