ASIE

Mélanésie: les membres de cette tribu ont de l’ADN totalement unique sur Terre

La population mélanésienne vit dans une région au nord de l’Australie, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Et l’analyse de leur ADN a réservé de belles surprises à la communauté scientifique, révélant des traces génétiques d’une espèce d’hominidé non identifiée à ce jour.

Des généticiens de l’université du Texas ont récemment annoncé leur découverte de traces singulières dans l’ADN des Mélanésiens actuels.

Selon les chercheurs, cette population peuplant une partie des îles du Pacifique Sud, au nord-est de l’Australie, possède dans son génome du matériel relatif à une espèce d’hominidé non identifiée et désormais éteinte.

Ces résultats ont fait l’objet d’une présentation lors du Congrès annuel de la Société américaine de génétique humaine. Pour en arriver à de tels résultats, les chercheurs ont analysé scrupuleusement l’ADN de ces habitants de Vanuatu, des Îles Salomon, des Fidji et de la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

L’archipel des îles Salomon est constituée de 12 îles principales et de 900 autres disséminées dans le sud-ouest de l’océan Pacifique, au sud-est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Cet archipel a des habitants qui ont la peau la plus foncée après celle des Africains, et la plus grande proportion de cheveux blonds (5 à 10 %) en dehors de l’Europe. «C’est à peu près la même fréquence qu’en Irlande, où je suis née», explique Eimear Kenny, co-auteur des travaux.

Quantifier la proportion d’ADN de Neandertal et Denisova

L’objectif de l’étude était celui de quantifier dans ce matériel génétique la proportion de traces laissées au cours de l’évolution par deux hominidés, Neandertal et Denisova, dont l’extinction remonte à au moins 30.000 ans.

Si le premier est bien connu des paléontologues grâce aux nombreux fossiles retrouvés en Europe et Asie, on ne peut en dire de même du second. Son existence n’est connue que par l’intermédiaire d’une phalange et de quelques dents retrouvées en Sibérie. Par chance, les restes recelaient encore un peu d’ADN de Denisova que les scientifiques ont pu récupérer et analyser.

Les humains actuels que nous sommes conservent encore au sein de leur propre ADN un certain pourcentage de traces génétiques remontant à ces hominidés. Pour les Européens et les Asiatiques, le taux « néandertalien » s’élève par exemple entre 1,5 et 4%.

Chez les Mélanésiens cette proportion est supérieure à 2,74 %. Les traces d’une troisième espèce inconnue ?

Quant à la quantité de gènes de Denisova, cette population est la seule étudiée à présenter un taux significatif. Des études antérieures ont montré que celui-ci s’élevait entre 1,9 et 3,4%. Toutefois, les nouveaux résultats indiquent une proportion bien en-dessous, estimée à 1,1%.

Cet écart pourrait s’expliquer par la présence de traces d’un troisième ancêtre, pour le moment inconnu. Les chercheurs supposent qu’il s’agit là d’un groupe d’hominidés appartenant probablement au même groupe qui rassemble Neandertal et Denisova.

« L’histoire de l’humanité est beaucoup plus compliquée que nous ne le pensions », a relevé pour Science News Ryan Bohlender, membre de l’équipe de recherche.

La théorie du chercheur et de ses collègue est actuellement en attente d’examen par les pairs. De plus amples études sur les hominidés seront nécessaires pour confirmer cette découverte.

Suite à ces découvertes, Bohlender croit que la vraie histoire des Néandertaliens est probablement très différente de l’histoire que beaucoup de gens croient aujourd’hui.

Il est convaincu qu’il y a des événements qui se sont produits le long de la barre temporelle du Néanderthal que nous n’avons pas connaissance; Nous manquons une partie du puzzle.

Sa thèse est que cette troisième espèce est l’un des chainons manquants qui permettent d’expliquer pourquoi ces tribus spécifiques en Mélanésie possèdent l’ADN qui n’existe actuellement nulle part ailleurs dans le monde. Bien sûr, il ne s’agit là que d’une théorie, car il n’existe aucune preuve concrète suggérant qu’une troisième espèce humaine existe.

Jusqu’à présent, ils n’ont trouvé que quelques os et des dents qui pourraient être liés à un chaînon manquant potentiel, donc jusqu’à ce qu’une énorme découverte ait lieu, cet ADN humain inconnu restera un mystère.

Sources :

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2016/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares