Guérison Causale Nouveau Monde Nouveau Paradigme

Maladie et spiritualité

Il est une évidence pour beaucoup de personnes que nous sommes entrés dans une phase de transition. « Le grand passage » a commencé. Certains le reconnaissent par les bouleversements qu’ils observent dans l’actualité. D’autres le ressentent dans leur for intérieur. D’autres enfin l’expriment par la maladie. Mais vers où nous mène ce passage ? Vers quelles nouvelles réalités ?
Serge Fitz

S’il est facile de se poser toutes ces questions, il est plus difficile de trouver des réponses. Pourtant elles sont là. Paradoxalement elles arrivent souvent dans les situations où cela va mal.

Avez-vous remarqué que les individus n’ont tendance à rentrer en communication profonde avec eux même qu’en période de crise ? Pourtant le divin nous « parle » tous les jours.

Alors qu’est-ce qui fait qu’en temps normal nous ne l’entendons pas?

Voilà une première question à laquelle nous allons essayer de répondre. Savez vous ce qui se passe lorsque nous sommes dans le désarroi, la peine ou le deuil : nous nous « relâchons ». Nous sortons de notre routine habituelle pour nous mettre à l’écoute. Nous essayons de comprendre le pourquoi de la situation. Alors quelque chose se met à nous répondre. Cela répond parce que nous nous effaçons. En nous effaçant cela jaillit. Nous sommes face à une présence invisible mais réelle. Certains vont jusqu’à lui donner des noms : Ange gardien, petite voix, flamme dans la tourmente de neige, intuition etc. Cette voix devient présente lorsque nous prenons conscience qu’en fait nous ne savons pas grand chose d’essentiel.

Notre savoir est superficiel. Nous sommes vide d’essentiel. Lorsque nous en prenons conscience ce vide se remplit. Nous passons alors d’une forme de projection de notre savoir sur « l’écran de la réalité » à une forme de réceptivité au cours de laquelle la réalité se projette vers nous. De projectionniste nous devenons réceptionniste !

Les plans s’inversent. Nous « passons à travers le miroir » et d’un seul coup nous nous trouvons, comme Alice au Pays des Merveilles, joyeux et plein de malice. L’impossible y est possible. Nous voilà comme l’enfant qui réalise ses rêves, questionne et reçoit les réponses qu’il désire. La clé de ce passage est dans le : « je ne sais pas ». Car précisément c’est parce que je ne sais pas, qu’il me sera donné d’obtenir une réponse, par la Co naissance retrouvée.

Réfléchissons un peu.

Tout notre corps, le métabolisme qui nous maintient en vie, fonctionne en dehors de notre volonté. Nous sommes donc journellement en présence de quelque chose qui nous maintient en vie, organise, planifie, restaure, cicatrise sans que nous ayons à intervenir. Nous sommes tellement habitués à cette magie que nous avons cessé de la voir. Pourtant nous avons le choix, soit de la comprendre et de l’accompagner et d’agir de concert avec elle ou bien de nous estimer plus intelligent qu’elle et d’introduire, par méconnaissance, toute une série de perturbations dont la « facture » finit tôt ou tard par nous arriver sous forme de maladie.

Les pathologies résultent d’une « fracture » d’harmonie avec l’univers. Nous demandons au médecin de « réparer » notre corps tel un garagiste que nous chargeons de réparer notre voiture. Dans les deux situations nous restons à l’extérieur alors que nous pourrions dans le cas de notre corps adopter une attitude participative. Si nous arrivons à perturber cette merveilleuse mécanique qu’est le corps, l’inverse peut être vrai. Nous pouvons influencer positivement notre corps.

Les technologies bio informatives

De telles actions se sont développées en Russie et prennent le nom de technologies bio informatives. Elles vont chercher ce que les russes appellent « la norme du créateur », puis en se branchant sur cette norme, ils la relie au corps physique par l’intermédiaire de l’hypophyse. Bien entendu cette procédure n’est possible que si le malade comprend en quoi il a introduit une perturbation dans « l’orchestration » de son corps et accepte de changer de comportement.

La ré harmonisation passe par la reliance à l’ensemble de l’univers. Nous savons que toutes nos cellules communiquent entre elles. Chacune d’entre elles envoie des informations la concernant à l’organisme central qui lui renvoie à son tour les informations nécessaires pour lui permettre de s’adapter à la situation. Il en est de mêmes pour notre rapport à l’univers. Si nous le négligeons, si nous ne pensons qu’à nous-mêmes, nous déclenchons à terme une perturbation psychologique, organique et spirituelle car nous créons l’univers.

En effet, notre conscience fonctionne non seulement comme une spectatrice de l’univers, mais également comme une actrice. En d’autres termes, elle façonne cette réalité que nous pensions immuable. Nous créons la réalité, puis la percevons comme si elle était extérieure à nous. Le monde, l’univers sont aussi le produit de notre conscience. Nous sommes dans un Univers, miroir de notre manière de penser. Mais notre conscience crée essentiellement à travers les filtres de la conscience collective. En se libérant de ces filtres, nous ouvrons la porte à d’immenses possibilités. Quel énorme enjeu ! Quelle responsabilité !

Nous nous sommes voilés la face et déresponsabilisés

Mais nous avons abandonné notre capacité divine d’agir et de créer. Pourtant, chacun le sait, nous sommes faits à l’image de Dieu. Nous le savions, mais nous avons préféré endosser les habits d’esclaves, plier sous les pouvoirs, y compris les pouvoirs religieux. Nous avons relégué Dieu au Ciel : « Notre père qui êtes aux cieux » nous nous sommes voilés la face et déresponsabilisés.

Or en Russie, un homme exceptionnel, Grégori Petrovich Grabovoï, est venu nous rappeler les paroles de Saint Jean : En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père (chapitre 14, verset 12). Nous avons fait de Jésus un Dieu alors qu’il est venu nous dire que nous étions des Dieux et des Magiciens !

Dans « la magie » il y a l’âme agit. Grabovoï et l’ensemble de ses disciples expliquent le fonctionnement de l’âme, de la conscience et de l’esprit et donnent les technologies assurant les passerelles entre le subtil et le corps. Elles sont opératives. L’âme construit le corps à partir de son point d’assemblage. Lorsqu’elle s’écarte de sa source les maladies arrivent pour nous le signaler.. Que l’on soit croyant ou pas, une chose est certaine, nous recevons à la naissance un corps parfait.

Les imperfections qui surviennent nous sont imputables. Les restaurer nous conduit à revenir à l’harmonie première. La guérison est spirituelle. Si on compare le corps à un orchestre, on peut dire qu’à un moment donné l’un des musiciens s’est mis à jouer faux. Il appartient alors au chef d’orchestre de redonner la note juste, de reprendre les musiciens en main, d’insuffler le tempo. Rassembler les musiciens autour d’une seule et même partition musicale ressemble aux procédures de résurrection de Grabovoï. Elles permettent de combiner les particules élémentaires présentes dans l’univers autour de l’image du défunt qui joue alors un rôle fédérateur.

La résurrection était le « grand œuvre » de Jésus. Mais là encore, Il ne s’est pas approprié cette possibilité. « Je suis la résurrection et la vie; celui qui croit en moi, fût-il mort, vivra. Et quiconque vit et croit en moi, ne mourra point pour toujours »

Quel est cet acte de foi que réclame Jésus ?

Il demande l’ouverture à la possibilité de réaliser ce qu’il réalise. La croyance en lui est une croyance en la divinité qui existe en chacun de nous. Le temps des magiciens créateurs est donc arrivé. Les technologies bio informatives sont publiées sur Internet russe. Nous nous efforçons quant à nous de servir de relais et apporter les éléments techniques nécessaires pour rendre « la spiritualité » opérative.

D’après les disciples de Grabovoï l’Esprit Saint est en train de s’incarner sur terre. Cette incarnation se manifeste parfois par des douleurs dans la colonne vertébrale. Nous sommes dans le courant du souffle opérant des petits et des grands miracles et une démarche d’abandon des prières au profit d’actions « miraculeuses ». Nous sommes dans la rencontre, l’acceptation et l’expérimentation de notre propre divinité. Nous sommes dans la rencontre, l’acceptation et l’expérimentation de notre propre divinité. Le christianisme a privé l’homme d’un contact direct avec le divin en se constituant en intermédiaire grâce à la présence du double en l’homme.

Qu’est ce que ce double ?

En physique, toutes les particules sont dédoublées. Ce dédoublement relève d’une loi quantique. Jean-Pierre Garnier Malet donne de ce double une explication talentueuse et explique comment l’exploiter dans notre vie quotidienne en programmant notre futur par nos pensées. Le radiesthésiste reçoit la réponse par l’intermédiaire de ce double. L’artiste y puise son inspiration. Notre corps fonctionne à merveille par l’intermédiaire de ce double. Grâce à ce double nos rêves nous parlent du futur et nos réflexes nous protègent en situation de danger.

Toujours ce double assure une communication directe avec notre âme. On sait qu’elle contient la mémoire akashique. D’une certaine manière on pourrait dire que ce double nous permet de nous entendre, de nous voir de nous comprendre. Chacun a pu observer que lorsqu’on s’acharne sur un problème compliqué à résoudre, il ne se passe rien. Il suffit de se lâcher pour obtenir la réponse. Il était donc facile pour l’église de faire croire aux hommes qu’elle était ce double qui fournissait les réponses. Mais les réponses ont toujours été en nous et nulle part ailleurs. Pour cela il importe d’apprendre à écouter, entrer en contemplation silencieuse et se laisser porter vers la source numineuse.

Serge Fitz

serguei.fitz@gmail.comwww.lequadrant.com www.sante-info-russie.com/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Ajouter un commentaire

Envoyer un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

MilenaVous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares