A la Une Âme et Conscience Les égrégores Miléna@OR PLasma Retrouver tous nos Dons

L’Imagination pourrait nous servir à générer une Aura Universelle

La connaissance simultanée des Archétypes de Jung, de la puissance de la mémoire collective et de la réalité agissante de l’inconscient collectif nous mène invariablement vers le phénomène des égrégores. Nous générons une conscience partagée qui, elle aussi, a le pouvoir d’agir sur nous.

L’égrégore est le produit d’un puissant courant de croyance collective.

« Lorsque plusieurs personnes se focalisent ensemble sur un même objet, avec une même intensité, ils développent une énergie commune. »

Cette énergie prend vie indépendamment de son créateur et devient une entité à part entière.

L’activité concentrée d’une intention au sein de la conscience collective, éveille un processus qui va se dérouler entre nous et en dépit de nous. L’égrégore va manifester un instinct de survie.

Toute émotion active la structure atomique de nos cellules, transformant le corps en une « batterie » capable de fabriquer sa propre énergie. Ainsi, par la seule force d’une émotion mutuellement ressentie, nous connectons ensemble, nos sources d’énergie et en créons une plus grande, globale. Branchés au même générateur d’énergie nous vibrons alors sur une même longueur d’onde, c’est ainsi que se forment les « esprits de groupe ».

« Le biochimiste Rupert Sheldrake parle de champ morphogénétique. Le ressenti d’un individu exerce une force sur celui de l’autre. Ce mouvement, par résonance, va influencer leurs comportements et leurs pensées », explique Rosa Claire Detève, formatrice en psychologie quantique.

L’esprit de groupe n’est qu’une résultante passive de l’instinct animal de tout être humain, qui va, malheureusement, engendrer un comportement grégaire où les individus du groupe vont agir ensemble sans direction prévue…. L’égrégore va manifester sa présence à l’insu de ces personnes, car il possède une personnalité différente de celles des individus qui le forment.

L’égrégore est une entité vitalisée par des croyances, il va agir comme un accumulateur d’énergies et se nourrir de sentiments, de désirs, de peurs, générées par un certain nombre et se renforcer en fonction de ce nombre.

Un héritage cognitif

« Dès lors qu’au moins deux personnes partagent une vision, elles forment un égrégore.

Certains égrégores sont éphémères, d’autres traversent le temps. Les égrégores religieux font partie de ces entités qui perdurent jusqu’au moment où plus personne ne croient en eux.

Alain Brêthes a répertorié les égrégores en trois catégories :

Les égrégores neutres qui sont les plus nombreux. Ce sont les amicales de quartiers, les cercles professionnels ou les groupes d’amis de longue date. Ces égrégores ne sont pas très inductifs sur le plan de la pensée. Les gens partagent des choses mais vivent leur quotidien sans que cela n’ait de réelle incidence sur leur psyché.

Ensuite, les égrégores dits « limitatifs » ; ce sont les égrégores de l’égo. L’individu se doit d’adopter les croyances et schémas comportementaux du groupe. C’est le cas des partis politiques, des religions. Ces dernières sont sans doute les égrégores les plus puissants car les plus longuement et largement partagés. L’égrégore s’appuie souvent sur une représentation.

Et, de tous temps, les sociétés ont associé leur conviction à une symbolique forte. Or, le symbole c’est justement l’être humain qui projette sa pensée. Il est la manifestation formelle d’une énergie latente dirigée vers son accomplissement. Typiquement, l’étoile de David, la croix latine ou le yin et le yang servent de support de visualisation et de point de contact entre les membres, qui, célébrant leur foi, cultivent ainsi leur égrégore. A l’extrémité de cette catégorie, on trouve les radicaux, les gangs et les sectes.

Enfin, les égrégores « féconds » sont ceux qui élèvent la conscience, qui s’efforcent d’unir et de rassembler, qui expriment des valeurs de justice, d’équité et de bienveillance. Ce sont des énergies utiles à la communauté mondiale, qui prennent la forme de courants de psychologie humaniste, d’associations humanitaires ou de mouvements spirituels contemporains.

En réalité, tout est égrégore

« Observez un dîner entre amis, il y a toujours celui qui fait rire, celui qui râle etc. Chacun joue un rôle qu’il quitte une fois rentré chez lui. Ils entretiennent leur égrégore. Un match de foot avec son équipe préférée, la rentrée des classes de son enfant ou un déjeuner dans la maison de famille… »

Nous évoluons en permanence au sein de zones de conditionnement qui façonnent une empreinte sur nos existence. Lorsque l’empreinte est trop puissante, la personnalité individuelle se dilue dans l’égrégore qui vit en lui par procuration. Ceci n’est pas une possession, il suffit de quitter la zone de conditionnement pour en être libéré. C’est un choix de la conscience qui s’éveille et refuse de participer au pillage énergétique qu’exerce l’égrégore sur sa personnalité.

En général, lorsque nous quittons un égrégore, c’est pour en intégrer un autre.

Tout est égrégore, c’est l’archétype universel, ce qui vient conditionner nos représentations ».

« Lorsque l’enfant qui naît prend son premier inspire, il se relie déjà à l’égrégore de la famille dans laquelle il arrive, mais également à l’égrégore de son pays et de l’histoire de son pays. Il inhale une quantité d’énergie collective qui ne lui appartient pas en propre et qu’il va faire sienn « 

L’égrégore est la contre-partie psychique du groupe humain, il vit sur les plans: physique, astral, mental et causal. Les plans supérieurs sont tout aussi attachés à ces zones de conditionnement. C’est la raison pour laquelle nous parlons de guérison causale, lorsqu’il s’agit de transmuter des mémoires cellulaires ou d’autres vies. Egrégores et mémoires sont intimement liés. L’égrégore est comme l’image en négatif des expériences vêcues par l’âme au cours des transmigrations.

L’égrégore porte en lui un caractère sacré comme support de tous les rituels occultes ou religieux. Les écoles ésotériques utilisaient l’égrégore comme un puissant outil divinatoire. Le chamanisme également, fait de la transe et des cérémonies collectives une porte d’accès vers l’énergie universelle. Même la science moderne tend, elle aussi, à s’emparer du phénomène.

L’Aura Universelle

Depuis un peu plus de quinze ans, une théorie discrète est en train de révolutionner toutes nos connaissances sur la conscience humaine. Le Global Consciousness Project (Projet de Conscience Globale) est une expérience parapsychologique débutée en 1998 au sein de la prestigieuse université de Princeton, aux États-Unis.

L’initiative, qui réunit scientifiques et ingénieurs, cherche à établir l’existence d’une activité énergétique universelle, grâce à un générateur aléatoire de nombres

Tout commence par le constat (Helmut Schmidt) que les individus peuvent influencer par l’intention un GNA (générateur de nombres aléatoires), mais aussi, sans le savoir, un GNA caché. C’est ainsi que Roger Nelson, un psychologue du PEAR (Princeton Engineering Anomalies Research), décide de placer un tel appareil dans un groupe de respiration holotropique (Stan Grof) : il remarque que les résultats ont un profil particulier lors de moments émotionnels. C’est ainsi qu’est né le Projet CG, un programme de recherche dont l’objectif est d’enregistrer l’encéphalogramme d’une hypothétique conscience globale lors de moments d’émotion collective à l’aide d’ordinateurs baptisés EGG.

La découverte fait l’effet d’une bombe dans la communauté scientifique. Bientôt, des dizaines d’autres boîtiers Egg sont envoyés aux quatre coins du globe, de l’Alaska aux Fidji, avec une question précise : est-il possible de détecter un émoi collectif à l’échelle planétaire ? Les premiers résultats sont étonnants : lors des funérailles de Lady Di, les boîtiers enregistrent jusqu’en Chine une variation du champ psychique.

A ce jour, 65 générateurs sont positionnés dans presque autant de pays, dont deux en France.
Tous reliés en réseau, ils archivent en continu l’encéphalogramme terrestre.
Chaque fois qu’un événement mondial se produit, des fluctuations sont enregistrées. Plus il est fort et médiatisé, plus elles sont importantes.

Les résultats montrent à l’évidence que le monde physique et le monde de l’esprit humain sont liés d’une relation encore inconnue ».

L’imagination canalisée devient une réalité

Tout le monde a la faculté d’imaginer. Quand cette faculté se déclenche, c’est toute une série d’images qui se succèdent, l’une entraînant l’autre par association. Mais peut-on canaliser notre imagination pour la transformer en réalité ?

La véritable imagination doit être perçue comme une interface située à la limite du visible, où peut venir se refléter des objets, des entités qui échappent habituellement à notre conscience de veille. L’magination de l’Inimaginable est en fait une science des miracles.

Ceux qui savent orienter leur imagination, reçoivent des informations qui s’impriment plus tard dans la réalité, on s’aperçoit alors qu’ils avaient canalisé une réalité potentielle non encore manifestée.

Par la purification des pensées, des sentiments et de l’intention, il est possible d’arriver à un degré où imagination et vision de font qu’un, puisqu’elles s’inscrivent dans un plan parfait au sein de la matrice divine.

La question sur l’imagination est en quelque sorte, le nouvel espace de travail sur lequel nous devrions tous réfléchir.
Comment se fait-il que l’imagination a des capacités pour capter, pour saisir, pour refléter des choses qui existent dans le monde invisible ?
De quoi sommes-nous capable ? Et jusqu’où pouvons créer ?

Nous sommes des entités comparables à un soleil dont les rayons invisibles émanent et émettent vibrations et radiations. Ces rayons sont notre force de vie. Malheureusement, la plupart d’entre nous n’en sommes pas conscients, et travailler consciemment avec l’imagination, la diriger, l’orienter, semble impossible tant nous sommes ignorant de cette force qui émane de nous.

Pourtant, si nous acceptons de réajuster notre vision en incluant ce paradigme nous pourrions éviter la destruction à laquelle nous prenons part un petit peu chaque jour, compte tenu des idées chaotiques qui nous traversent sans arrêt l’esprit. L’homme a tendance à croire que ses pensées lui appartiennent et il s’identifie alors à des égrégores qui ne sont en rien conformes à ses propres aspirations. Les êtres humains sont porteurs de scénarios potentiels extrêmement dangereux souvent alimentés par des films ou autres divertissements jugés anodins comme les jeux vidéo. Or, pour se servir efficacement du pouvoir de l’imaginaire, nous devons abandonner tout scénario que nous ne voulons pas voir se réaliser.

En tant qu’êtres humains sommes-nous une force opposée ou une force complémentaire à l’imagination ?

L’homme épouse l’âme, avant d’épouser l’esprit. Cela est la substitution de l’imaginaire. C’est au travers de l’âme que se nourrissent les égrégores, l’âme malade demande à être réparée. L’homme inconscient de cet état de fait navigue au gré de formations spirites, qui telles des boucles de temps l’emmène sur des rivages qu’il n’avait jamais pensé explorer. Ainsi transbahuté de ci de là, il renforce la substitution de son accord tacite et participe à la multiplication des étincelles d’âmes, sans jamais se douter qu’il suffirait de se relier à l’esprit vivant pour stopper ce déferlement. Même lorsqu’il meure l’homme ne cesse jamais de voyager dans les univers qu’il a créé, comme autant de substituts à l’esprit Unique.

Ainsi il se trouve être le plus grand adversaire de l’imagination… Mais il existe un remède et c’est la Volonté. Rayon d’harmonisation entre l’âme et l’esprit, la Volonté va obéir à la vision consciente si celle-ci se laisse apprivoiser par son impeccabilité.

Lorsque l’homme cultive une intention pure qui le relie à l’esprit non encore entaché, il devient le complément idéal de sa propre imagination débridée. Et, bien que ce cheval fougueux ne conçoive aucune limite, l’imagination, telle une princesse qui attend son prince charmant. rêve de rencontrer son cavalier. C’est au sein de ce rêve que se trouve le potentiel de l’être réalisé. Un potentiel quantique qui génère une énergie infinie.

Nous sommes ainsi à la fois force opposée et force complémentaire selon le choix de notre Volonté soumise ou libérée du joug des « boucles de temsps ».

Miléna

Lire aussi : Physique des Plasmas : « Nous pouvons agir à distance les uns sur les autres »

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2014/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Suivez nous sur les réseaux sociaux

ISOLATION + CHAUFFAGE pour 1 euro. Nouveau dispositif 2020

Vérifiez votre éligibilité !

Articles Phares