Nouveau Paradigme

Les humains pourraient vivre indéfiniment selon des chercheurs

Au fur et à mesure que la technologie progresse, les perspectives de prolonger la durée de vie humaine sont apparemment partout.

Mais y a-t-il une limite à la durée de vie des humains ? Selon une nouvelle étude, publiée aujourd’hui (28 juin) dans la revue Science, la réponse à cette question est non. De plus, les chercheurs soutiennent qu’après 105 ans, le risque de mourir chaque année demeure le même.

En 1825, l’actuaire britannique Benjamin Gompertz a proposé que le risque de mourir augmente de façon exponentielle selon l’âge, de sorte qu’une personne âgée de 70 ans serait beaucoup plus susceptible de mourir qu’une personne âgée de 30 ans.

Depuis lors, d’autres ont affirmé que si le risque relatif de mourir augmente avec l’âge, le risque diminue après un certain âge. (Par exemple, la probabilité de mourir est différente entre une personne de 45 ans et une personne de 35 ans, mais elle est identique pour une personne de 100 ans et une personne de 110 ans.)

Cependant “il a été difficile de déterminer si cette apparence de nivellement est due à de mauvaises données ou à un véritable phénomène de mortalité”, a déclaré Kenneth Wachter, professeur émérite de démographie et de statistiques à l’Université de Californie, Berkeley, et auteur principal de la nouvelle étude. Maintenant, “nous obtenons de meilleures données que tout le monde.”

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont examiné des données receuillies entre 2009 et 2015 sur les taux de survie de plus de 3 800 Italiens, tous âgés de plus de 105 ans. En Italie, les données sur les populations municipales sont enregistrées chaque année en janvier.

Les chercheurs ont constaté que le risque de mourir à chaque âge augmente de façon exponentielle jusqu’à ce qu’une personne atteigne 80 ans, puis le processus commence à ralentir, atteignant finalement un palier après l’âge de 105 ans. À ce moment-là, le risque de mourir à chaque âge est le même pour une personne de 105 ans, 110 ans, 112 ans, etc. Au-delà de 105, que vous surviviez l’année prochaine ou non, c’est comme jouer à pile ou face… C’est à peu 50-50″, a dit M. Wachter à Live Science.

Pour s’assurer que leurs données ne sont pas dues à une déclaration erronée de l’âge, l’équipe a recueilli les certificats de décès de chaque personne décédée. Ils ont également recueilli des certificats de naissance pour les supercentenaires, ou ceux qui ont vécu plus de 110 ans et qui sont les plus problématiques lorsqu’il s’agit de déclarer leur âge exact.

L’une des limites, ont fait remarquer les chercheurs, était que leurs données provenaient surtout de femmes ; seulement 463 des participants à l’étude étaient des hommes. Cependant, on sait que “les femmes survivent beaucoup plus longtemps que les hommes”, a dit M. Wachter. Bien que leurs données ne puissent l’étayer, il pense que ce palier serait également visible chez les hommes.

Les chercheurs ont également constaté que le palier était légèrement plus bas pour les personnes nées dans les années ultérieures. En d’autres termes, le risque de mourir à l’âge de 105 ans et au-delà était légèrement inférieur.

La limite n’existe pas – ou existe-t-elle?

Cependant, tous les chercheurs ne sont pas d’accord avec les conclusions du nouveau rapport. Brandon Milholland, par exemple, est le coauteur d’un article publié dans Nature en 2016 qui soutient qu’il existe une limite à la durée de vie humaine et qu’elle est liée aux processus naturels.

“Je ne considère pas que les preuves du palier présentées dans ce document sont particulièrement probantes”, a déclaré M. Milholland à Live Science. Mais même si nous supposons que ce rapport est correct et que les risques de mortalité sont stable après 105 ans, le fait que les chances de mourir n’augmentent pas ne signifie pas qu’il n’y a pas de limite à la durée de vie.

En effet, les chances de mourir à chaque âge au-dessus de 105 ans sont encore assez élevées, a-t-il dit. “Il n’y a que très peu de personnes qui vivent jusqu’à 105 ans à la base, et seule une fraction d’entre elles vivra jusqu’à 106 ans. Et seule une fraction de ces survivants atteindra l’âge de 107 ans, et ainsi de suite”, a-t-il dit. “Bientôt, nous atteindrons un âge où il n’y aura presque aucun survivant, ou un survivant seulement une fois tous les 1 000 ou 10 000 ans.” (La personne vivante la plus âgée connue était Jeanne Calment, une femme française décédée à l’âge de 122 ans.)

Mais Holger Rootzen, statisticien à l’Université de technologie de Chalmers en Suède, a déclaré à Live Science qu’il pensait que la nouvelle étude avait été “réalisée avec compétence et correctement” et qu’elle “analyse un nouvel ensemble de données extrêmement intéressant”. Rootzen, qui n’a pas participé à la nouvelle étude, a publié en décembre dans la revue Extremes des travaux de recherche qui s’opposent également à la limitation de la durée de vie humaine.

Pourquoi ce palier pourrait-il exister?

Selon Wachter, deux facteurs peuvent contribuer à l’existence de ces paliers : la génétique et la sélection dite “fragile”.

Pour expliquer la fragilité de la sélection, imaginez que vous vous rendez à une réunion d’anciens universitaires qui ont dans la cinquantaine, a dit M. Wachter.

“Certaines personnes ont l’air en bonne santé et se vantent de pouvoir gravir des montagnes et d’autres ne vont pas si bien, ils sont frêles”, a-t-il dit. Mais 25 ans plus tard, la plupart des personnes fragiles ne se présentent pas à leur réunion de 75 ans parce qu’elles seront mortes. “Les gens qui se présentent 25 ans plus tard…. sont ceux qui étaient plus forts et plus robustes plus tôt.”

Watcher a noté que des informations similaires sur l’âge et le risque de décès sont recueillies dans 15 autres pays européens et pourraient éventuellement étayer les conclusions de l’étude.

Milholland, d’autre part, a dit qu’il pense qu’il serait peut-être exagéré de généraliser les résultats à toutes les personnes âgées et à d’autres pays.

Source: Live Science, le 29 juin 2018 – Traduction Nouvelordremondial.cc

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires