A la Une Conspirationisme Enjeux technologiques

Les animaux génétiquement modifiés attendent l’heure du « contrôle total »

Un expert de Monsanto déclare que des fourmis génétiquement modifiées pourront remplacer les abeilles

Un équipe de chercheurs à Monsanto croit qu’ils pourraient être sur le point de trouver une solution quant à la mystérieuse chute de la population des abeilles partout sur la planète, une menace qui met en danger l’approvisionnement alimentaire de la planète dans son ensemble. (voir plus bas)

Les essais de modification génétiques sur les animaux

Né en août 2012, Pig 26 est porcinet génétiquement modifié par le Roslin Institute d'Edimbourg, pour résister à la peste porcine africaine. | NORMAN RUSSELL/THE ROSLIN INSTITUTE
Né en août 2012, Pig 26 est porcinet génétiquement modifié par le Roslin Institute d’Edimbourg, pour résister à la peste porcine africaine. | NORMAN RUSSELL/THE ROSLIN INSTITUTE

Il porte un nom moins séduisant que Dolly, mais son avenir est peut-être plus prometteur.

Créé par le Roslin Institute d’Edimbourg (Ecosse), où était née en 1996 la célèbre brebis clonée, Pig 26 est un porc génétiquement modifié pour résister à la peste porcine africaine. Il est venu au monde en août 2012, mais son existence n’a été révélée qu’en avril 2013. Le temps de s’assurer que l’espoir placé en lui était viable.

Car Pig 26 n’est pas un animal transgénique ordinaire. La technique mise en oeuvre pour le rendre résistant à la maladie diffère de celle habituellement employée sur un point essentiel : elle ne nécessite aucun gène de résistance aux antibiotiques.


Utilisés comme marqueurs pour vérifier que les cellules ont bien été modifiées, ces gènes sont la bête noire des opposants aux organismes génétiquement modifiés (OGM), qui craignent que leur dissémination vienne aggraver la résistance des agents bactériens à ces médicaments essentiels à la santé publique.

Pour les tenants de la transgénèse, pouvoir s’affranchir des gènes de résistance aux antibiotiques constitue donc un réel avantage.

A l’heure où la Food and Drug Administration américaine s’apprête à donner son feu vert à la commercialisation du premier animal transgénique destiné à la consommation – un saumon de l’Atlantique modifié de façon à grossir deux fois plus vite que la normale –, cette avancée est un signe supplémentaire de la montée en puissance des animaux génétiquement modifiés (AGM).

UN CONTRÔLE DES NAISSANCES DES MOUSTIQUES AFFRANCHI DES INSECTICIDES

Moins médiatisés que leurs homologues végétaux – maïs, pommes de terre et autres plantes transgéniques dont la culture fait l’objet de polémiques récurrentes en Europe –, ces AGM, derrière les portes des laboratoires, n’en attendent pas moins leur heure. Aucun pays n’en a encore autorisé l’utilisation autrement que de façon expérimentale. Mais beaucoup l’envisagent.

Depuis plusieurs années, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) élabore ainsi, à la demande de la Commission européenne, un document d’orientation relatif à l’évaluation des risques environnementaux des animaux transgéniques.

Mammifères, oiseaux, poissons ou insectes : pour toutes les espèces susceptibles d’être concernées, ce document détaille les données et la méthodologie qui permettront d’évaluer leur impact sur la santé humaine et animale en cas de futures demandes d’autorisation de mise sur le marché européen.

Les grandes lignes de ce texte d’orientation ont été adoptées le 18 avril, à Parme (Italie), lors d’une réunion du groupe scientifique en charge des OGM. Au grand dam de l’association britannique GeneWatch, pour qui l’EFSA, en adoptant ces règles, ouvre la voie à la production commerciale d’AGM « que nous retrouverons dans nos champs, nos rivières, nos mers et dans les airs ».

Un mouton phosphorescent né en Uruguay dont l'ADN a été génétiquement modifié, pour briller sous une lumière ultraviolet. L'image, prise le 5 avril 2013, a été publiée par l'Institut de reproduction animale d'Uruguay le 24 avril. | REUTERS
Un mouton phosphorescent né en Uruguay dont l’ADN a été génétiquement modifié, pour briller sous une lumière ultraviolet. L’image, prise le 5 avril 2013, a été publiée par l’Institut de reproduction animale d’Uruguay le 24 avril. | REUTERS

Pour ces détracteurs, le principal sujet d’inquiétude ne porte pas actuellement sur des animaux destinés à la consommation, mais sur des insectes. Appliquée à des moustiques mâles vecteurs de graves maladies (fièvre jaune, dengue), la transgénèse permet en effet de rendre leur descendance non viable, et de pratiquer ainsi un contrôle des naissances en s’affranchissant des insecticides.

Depuis 2010, plusieurs lâchers expérimentaux de ces mâles transgéniques ont été effectués, aux îles Caïmans et en Malaisie, par l’entreprise de biotechnologie britannique Oxitec. Avec des résultats assez encourageants pour intéresser le Brésil, où plusieurs millions de moustiques ont également été lâchés à titre expérimental.

Selon le même principe, la firme Oxitec peaufine actuellement la modification génétique de la mouche de l’olivier, de la mineuse de la tomate et de la teigne du chou, afin que ces ravageurs des cultures produisent une descendance non viable.

Si ces lignées venaient à être commercialisées, « des milliards de chenilles et d’oeufs de papillons et d’insectes génétiquement modifiés pourraient se retrouver dans les fruits et légumes, s’inquiète Christian Berdot, membre de l’association Les Amis de la Terre. L’agriculture intensive est dans une impasse que les compagnies de biotechnologies essayent de prolonger, mais à quel prix ? Et quelles seront les conséquences pour l’ensemble des écosystèmes touchés ? Personne ne le sait. »

NOUVEAU PROCÉDÉ D’INTERVENTION MOLÉCULAIRE


Dans ce contexte polémique, les AGM destinés à la consommation paraissent encore, en Europe, relever de la science-fiction. Mais la situation pourrait évoluer plus vite qu’il n’y paraît. Notamment grâce à l’avancée technique qui a donné naissance à Pig 26.

La manipulation génétique réalisée par les chercheurs écossais est en effet d’une précision inédite. Menée sur l’œuf fécondé qui lui a donné naissance, elle consiste à pratiquer sur le génome de Pig 26 une minuscule modification – portant sur une seule base nucléique –, en un lieu déterminé d’un seul gène. Lequel devient ainsi identique à celui des porcs africains, naturellement immunisés contre le virus de la peste porcine.

Dix à quinze fois plus efficace qu’auparavant, ce nouveau procédé d’intervention moléculaire pourrait donner un essor inédit à la transformation du patrimoine héréditaire des animaux domestiques. Au Roslin Institute, les biologistes travaillent actuellement à créer des poulets génétiquement résistants à la grippe aviaire.

En Chine, d’autres tentent de faire produire à des vaches un lait riche en acides gras oméga 3, normalement présents dans certains poissons. Alors qu’il faudra nourrir plus de 9 milliards de personnes en 2050, l’enjeu de ces recherches est évidemment considérable.

Lire : Saumon transgénique : Il y a une réelle opposition des consommateurs américains

Catherine Vincent

Conflits d’intérêts autour des insectes transgéniques

Le 18 février, l’association britannique GeneWatch a déposé auprès de Nikiforos Diamandouros, le médiateur européen, une plainte contre l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). Le motif : les conflits d’intérêts qui concerneraient certains membres de son groupe d’experts sur les insectes génétiquement modifiés. Quatre chercheurs auraient notamment travaillé sur des projets communs ou cosigné des articles avec la société britannique Oxitec, qui a récemment procédé à des lâchers de moustiques transgéniques en milieu naturel. Deux autres membres de ce groupe collaboreraient avec l’Agence internationale de l’énergie atomique sur la stérilisation par irradiation d’insectes mâles. Le médiateur européen a demandé à l’EFSA de répondre à ces allégations d’ici au 30 juin.

La recherche sur les fourmis au sein de Monsanto

monsanto rechercheLa subvention de 3 millions de dollars accordée par l’Environmental Protection Agency (EPA) a permis à l’équipe de chercheurs de Monsanto de développer des stratégies alternatives pour « survivre » au syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles (CCD), un phénomène qui a pris de l’ampleur ces dernières décennies et qui se produit lorsque la majorité des abeilles ouvrières d’une colonie disparaissent, une situation qui pourrait « considérablement influer sur l’approvisionnement alimentaire dans le monde », admettent les experts.


« Les dernières études ont trouvé un lien entre les pesticides néonicotinoïdes qui sont largement utilisés dans les cultures de maïs génétiquement modifié. L’ingénierie génétique agricole est devenue un élément essentiel de l’agriculture dans le monde moderne d’aujourd’hui, nous avons dû développer des moyens afin de promouvoir à la fois la continuité de l’ingénierie génétique agricole et la survie des abeilles, un défi passionnant », admet John Leere, le chef biochimiste du projet.

John Leere, le chef biochimiste de Monsanto, croit qu’une fourmi génétiquement modifiée pourrait éventuellement remplacer les abeilles, en cas d’effondrement des colonies de l’espèce.

L’équipe de chercheurs a développé une fourmi génétiquement modifiée qui pourrait « potentiellement sauver l’approvisionnement alimentaire mondial ».

« Du fait que l’ingénierie génétique agricole et que les pesticides néonicotinoïdes sont là pour rester, nous avons tout d’abord essayé de modifier les abeilles pour accroître leur système immunitaire quant aux pesticides, en ayant très peu de succès voire aucun, » a admis le spécialiste.

« Cependant, nous ne désespérerions pas et avions finalement conduit des batteries de tests sur les reines vierges et les mâles d’une espèce de fourmis. Bien que les fourmis perdent généralement leurs ailes après l’insémination de la reine et qu’elle donne naissance à une nouvelle colonie, la manipulation génétique a produit une espèce de fourmis volantes qui sont très similaires à nos abeilles si familières et 50 fois plus résistantes à certains pesticides, » dit-il, visiblement très enthousiasmé par la découverte.

« Grâce aux manipulations génétiques, nous pourrons éventuellement créer une espèce hybride qui possédera à la fois les caractéristiques de pollinisation propres aux abeilles, aussi bien que les propriétés d’immunisation aux pesticides de certaines espèces de fourmis. Un mariage somptueux qui aurait mis des milliers d’années à se former tout seul dans la nature, » explique t-il.


Selon une récente étude de Greenpeace, 70% des cultures humaines, qui fournissent environ 90 pour cent de l’apport alimentaire dans le monde, sont pollinisées par des abeilles. La National Statistics Agriculture des États-Unis présentent un déclin des abeilles d’environ 3,2 millions de ruches en 1947 pour atteindre 2,400,000 de ruches en 2008, soit une réduction de 25%.

Sources
http://www.lemonde.fr/
http://www.nouvelordremondial.cc/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Annonces

Articles similaires

Recevez la Newslettter

Vous souhaitez être informés des bons plans, découvrir les meilleurs articles du réseau Elishean et recevoir des conseils pour optimiser l'Ascension. C’est très simple, inscrivez-vous...

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Articles Phares

Suggestion Amazon – Direct Clic