A la Une Mayas

L’effondrement de la civilisation maya bientôt expliqué grâce à des tombes

Laurent Sacco, Futura-Sciences

Bien que l’on ait fini par percer beaucoup de secrets des hiéroglyphes mayas, on sait peu de chose sur cette remarquable civilisation qui comptait des astronomes et des mathématiciens de première force ayant fait la découverte du zéro.

Beaucoup de textes mayas ont disparu avec la colonisation européenne et, surtout, quand les Européens sont arrivés, la culture maya n’était plus celle qui avait construit les édifices de Palenque et Tikal. Elle s’était effondrée et ses membres s’étaient dispersés dans la jungle.

On ne comprend toujours pas les raisons de cet effondrement, bien qu’une conjonction de catastrophes climatiques et de guerres civiles, peut-être attisées par ces catastrophes (un avant-goût de ce qui nous attend à la fin du XXIe siècle à l’échelle planétaire ?), ait été avancée pour en rendre compte.

On n’est donc pas surpris de l’importance donnée à la découverte récente de deux tombes (qui ont échappé au pillage), dans l’un des départements du Guatemala, le bassin du Petén. Elles se trouvent à Holmul, l’un des sites qui se trouvent en bordure de la rivière éponyme et qui sont célèbres, tels Tikal et Nakum.

Une vidéo de présentation des découvertes des tombes du site d’Holmul, au Guatemala, en pays maya. © All About AMAZING

Situées à environ 500 km de la ville de Guatemala (la capitale), les tombes découvertes à Holmul sont datées de 650 à 700 après J.-C., c’est-à-dire vers le pic de la période maya classique, avant l’énigmatique effondrement de cette civilisation vers 900 après J.-C. On peut donc penser que l’étude de ces deux tombes intactes va peut-être nous donner des éléments de réponse quant à ce phénomène. C’est en tout cas ce qu’espèrent les archéologues qui, depuis l’année 2000, explorent et protègent le site dans le cadre de l’Holmul Archaeological Project mené par l’université de Boston, aux États-Unis.

Des relations entre royaumes mayas encore mystérieuses

Dans chacune des deux tombes découvertes, on a trouvé le corps d’une personne dont l’âge semble compris entre 40 et 60 ans environ. Le premier corps possède une dent incrustée de jade, un signe distinctif de la royauté. Détail curieux, son squelette est accompagné d’un tibia gravé d’une inscription qui reste à déchiffrer. Il pourrait avoir appartenu à un ancêtre ou à un captif de guerre, comme cela s’est déjà vu dans le cas d’un tombeau à Tikal.

tombes-mayas2L’une des tombes retrouvées dans les ruines de Holmul

Le second corps est notamment accompagné d’un collier de jade portant une inscription qui fait référence à un roi de la dynastie des rois serpents ayant régné sur une ville à plus de 150 km de Holmul. Cette dynastie était plus puissante que celle régissant Holmul mais il semble maintenant que l’influence des rois serpents s’étendait jusqu’à cette cité, qui était elle-même l’objet de l’attention d’une autre dynastie puissante, celle à la tête de Tikal.

maya-tombs-768x566Reconstitution du site archéologique de Holmul à l’époque classique. Credit: J Gonzalez, PACUNAM

Les relations entre les royaumes mayas étant complexes. On ne sait pas encore très bien ce que cette découverte signifie : témoignage d’une guerre civile ou d’une alliance par mariage ? Il est encore trop tôt pour le dire mais elle devrait aider à précise notre connaissance des liens entre ces différentes puissances régionales du pays maya.

http://www.futura-sciences.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2016/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Les + vus cette semaine

Articles Phares