A la Une Mondes intérieurs Sirius

LE SENTIER DE SIRIUS – 1

L’énergie du « Trône Divin » Merkavah, n’est-elle pas l’énergie de Sirius ?
L’oeuvre du char : maassé MERKABAH …

ECOLE DE SAGESSE H.P. BLAVATSKY
INITIATION A LA PHILOSOPHIE ESOTERIQUE

LE SENTIER DE SIRIUS

On ne peut communiquer que très peu de chose au sujet de ce sentier, seule l’étroite et curieuse relation qui existe entre lui et les Pléiades peut être mentionnée, mais toute spéculation ultérieure est impossible. La majorité de l’humanité libérée prend cette voie qui offre de glorieuses perspectives. Les sept étoiles des Pléiades sont le but des sept types, ce à quoi il est fait allusion dans le Livre de Job en ces mots : « Noues-tu les liens des Pléiades ? »

Dans le mystère de cette influence et dans le secret du soleil de Sirius se trouvent cachés les faits de notre évolution cosmique, et par conséquent, de notre système solaire.

D’après les enseignements des Maîtres de Sagesse

EXTRAIT:
Précédemment nous avons montré la structure de la Hiérarchie planétaire et une courte biographie de quelques Maîtres de Sagesse. Nous voulons à présent donner quelques informations sur l’une des Voies qui s’ouvrent devant le nouvel Initié, qui vient de prendre (ou de recevoir) la cinquième Initiation, qui fait de lui un Maître de Sagesse. A cet effet, nous donnerons des extraits de divers livres de A.A.Bailey, inspirés par le Maître D.K..

Extraits du livre: « LE TRAITE SUR LE FEU COSMIQUE » de A.A.Bailey

I. Le Sentier de Sirius.
(739). Lorsque l’homme a atteint la Libération finale (Kaivalya), il devient totalement libre jusqu’à ce que, dans une autre ronde (1), consciemment et volontairement, il revienne comme membre de la Hiérarchie Se mettre à nouveau au service de l’humanité peu évoluée de ces temps lointains.

(1) NDLR: par une « autre ronde », il faut comprendre un nouveau cycle de manifestation de notre Globe Terrestre, après un Pralaya (une dissolution). Chaque « Globe » (qu’on peut traduire par Planète) doit accomplir 7 Rondes, pour une évolution complète de son système. (739)

Il est utile de savoir que le nouveau Maître de Sagesse a le choix entre sept Sentiers, qui sont:

Sentier 1 : le Sentier du Service Terrestre.
Sentier 2 : Le Sentier du Travail Magnétique.
Sentier 3 : Le Sentier des Logoï planétaires.
Sentier 4 : Le Sentier vers Sirius.
Sentier 5 : Le Sentier de Rayon.
Sentier 6 : Le Sentier de Logos solaire.
Sentier 7 : Le Sentier de l’état absolu de Fils.

(1243). Ces sept sentiers, à un certain stade qu’on n’est pas autorisé à définir, deviennent les quatre sentiers, du fait que notre système est du quatrième ordre. Cette union s’effectue de la façon suivante:

Les initiés du Sentier I « luttent » pour rejoindre le Sentier VI.
Les initiés de Sentier II « se transmuent » et rejoignent le Sentier VII.
Les initiés du Sentier III, en perçant le voile, se trouvent sur le Sentier V.
Il reste le Sentier IV dont il n’a pas été rendu compte.

Sur ce chemin passent tous ceux qui, par une combinaison d’activité et de dévotion, atteignent le but (NDLR. la Libération
finale, stade ultime de notre évolution terrestre), mais à qui manque encore le plein développement du principe manasique (*). Ce système étant celui de l’Amour-Sagesse, ou du développement astral-bouddhique, le quatrième Sentier comprend la majorité des fils des hommes. Dans la Hiérarchie de notre planète, les « Seigneurs de Compassion » sont en plus grand nombre que les « Maîtres de Sagesse ». Les premiers doivent donc passer sur le soleil Sirius où ils subissent une formidable stimulation manasique, car Sirius est la source d’émanation de Manas (*). Le mystique doit y aller pour devenir ce qu’on appelle « une étincelle d’électricité mahatique ».

(*) NDLR: « Le principe manasique » est le principe qui donne naissance au mental et aux activités de la pensée. Manas peut être approximativement traduit par « Mental ».

( note perso : principe manasique ou conscience Elfique : CHRIST/ALtérité – selon l’Ordre de Melkisedek) (1241).

LA NATURE DES SEPT SENTIERS COSMIQUES.

N’oublions pas que lorsque le terme SENTIER est utilisé, c’est simplement un terme d’énergie, – sept courants qui se mêlent et s’unissent pour former un seul Sentier.

Concernant l’énumération de ces sept Sentiers, il faut éviter toute confusion de pensée et se souvenir que ces termes sont des noms génériques donnés dans le langage mystique de la Loge des Maîtres aux sept méthodes de travail, d’effort et d’aspiration, par lesquelles les fils parfaits de l’humanité Terrestre passent sur des Sentiers cosmiques spécifiques, ou courants d’énergie, qui dans leur totalité forment la grande VOIE cosmique. (1258).

LE SENTIER VERS SIRIUS.

Ce Sentier est de tous les Sentiers, celui qui est le plus voilé dans les nuages du mystère. La raison de ce mystère n’apparaîtra qu’à l’initié consacré, bien qu’une clé à ce mystère puisse être acquise si l’on comprend que, dans un sens particulier et ésotérique, le soleil Sirius et les Pléiades ont une étroite relation réciproque. C’est une relation analogue à celle du mental inférieur par rapport au mental supérieur.

Sirius est le siège du mental supérieur et mahat (ainsi qu’on l’appelle ou mental universel) entre en manifestation dans notre système solaire par le canal des Pléiades.

C’est presque comme si un grand triangle d’énergie mahatique était ainsi formé. Sirius transmet l’énergie à notre système solaire via cette:

« … septuple Mère qui couve, la constellation d’argent, dont la voix est comme le tintement d’une cloche et dont les pieds légers effleurent le sentier radiant entre nos mondes et les siens. »

A l’intérieur du système solaire, il existe une intéressante correspondance à cet échange cosmique dans la relation entre le schéma de Vénus, notre Terre et la chaîne Vénusienne de notre schéma. Assez curieusement, ce sera en comprenant l’antahkarana humain, ou sentier qui relie le mental inférieur au supérieur, et qui est construit par le Penseur au cours du processus d’évolution, que la lumière se fera sur ce sujet abstrus.

Le Sentier vers Sirius est celui que les « Seigneurs de Compassion » suivent le plus fréquemment; actuellement le Maître Egyptien et le Maître Jésus Se préparent à le fouler. Les mystiques de l’Occident qui se sont incarnés pendant le dernier millénaire forment un groupe particulier d’Egos que leur impulsion pousse vers ce type d’énergie cosmique. Dans ce système, ils sont parvenus à reconnaître certains facteurs de base, et l' »extase » du mystique occidental est le germe, latent chez lui, qui un jour fleurira et deviendra ce ravissement cosmique pour lequel nous n’avons pas encore de nom.

Extase cosmique et béatitude rythmique sont les attributs de ce Sentier.

C’est une forme d’identification totalement séparée de la conscience. La raison pour laquelle la majorité des fils des hommes suivent ce Sentier tient au fait de sa position numérique (le quatrième Sentier parmi les sept).

Ces unités du quatrième règne (le règne humain), la masse de notre quatrième Hiérarchie Créatrice sur ce quatrième Globe (NDLR: la Terre) du quatrième schéma, dans un système solaire du quatrième ordre sont, de manière innée, obligées de
rechercher ce quatrième Chemin afin de se perfectionner. On les appelle « les points dansants de béatitude et de dévotion fanatique ». On les a aussi désignées comme étant « des roues en révolution, tournant sur elles- mêmes, trouvant la porte ouverte vers la béatitude parfaite. ».

L’énergie du Sentier IV (le Sentier de Sirius) nous atteint à partir de Sirius, via le Soleil. Il faut comprendre que ceci est un voile derrière lequel se cache un des signes du Zodiaque.

Les Hiérarchies que concerne ce type spécifique de force cosmique se cachent derrière les nombres 14 et 17. Ces chiffres masqueront complètement la vérité pour le lecteur moyen, mais donneront au chéla (disciple) consacré l’indice nécessaire pour susciter l’illumination.

La méthode par laquelle l’adepte se rend apte à passer sur ce sentier est appelé mouvement rotatoire double et « danse rythmique sur le carré ».

Le symbole, qui est d’abord donné au disciple consacré pour qu’il étudie, mais qui peut néanmoins être décrit, est une dualité de roues entrelacées, tournant à une grande vitesse dans des directions opposées et produisant un tout unifié.

Ces roues sont représentées comme manifestant une flamme électrique bleue, tournant avec une grande rapidité autour d’une Croix au bras égaux. Cette Croix est représentée en feu orange avec un cercle vert émeraude foncé enflammé au point central où les quatre bras de la Croix se rencontrent.

Le symbolisme de ces couleurs relie ce quatrième Sentier au système solaire précédant le nôtre. Dans ce système, l’influence de Sirius était plus puissante que dans le système actuel. On ne peut rien ajouter de plus, sinon signaler que la qualité acquise par l’adepte qui foule ce sentier ne peut être révélée.

Extrait du livre : LES RAYONS ET LES INITIATIONS de A.A.Bailey

LE SENTIER DE SIRIUS

413/SS. J’ai souvent indiqué, dans mes différents livres, que le Soleil, Sirius, est étroitement relié à notre Vie planétaire. La Hiérarchie sait beaucoup de choses concernant cette rela tion, et la relation particulière de ce quatrième Sentier avec l’humanité, le quatrième règne de la nature, mais il est peu de choses qui puisse être communiqué au grand public.

Je peux néanmoins vous dire certaines choses qui rendront peut-être les vagabondages de votre imagination créativement profitables pour vous.

Ce grand Soleil, qui est pour notre Logos solaire ce que la Monade est pour l’homme spirituel, a un rôle particulier à jouer en ce qui concerne notre Terre. Ceux qui ont un sens des proportions occultes rigoureux pourraient considérer que notre minuscule planète, avec son Logos planétaire (l’un des « Dieux imparfaits » de la Doctrine Secrète de H.P.B.) est trop petite pour intervenir, même de la manière la plus insignifiante, dans la conscience de cette Suprême Entité Illuminée qui est plus grande même que notre Logos solaire.

Cependant, c’est bien le cas. Il existe une relation très ancienne entre notre Seigneur du Monde, Sanat Kumara, et le Seigneur Sirius, et ceci en dépit de ce que notre planète n’est pas une planète sacrée. On pourrait ajouter que notre planète, dans le cycle immédiat, est rapidement en train de passer dans cette catégorie (de planète sacrée) et que, sur les plans intérieurs et subjectivement, elle est considérée comme une planète sacrée; les effets de cette transition, du non-sacré au sacré, ne se sont pas encore pleinement manifestés objectivement. Le mystère de cette relation est partiellement révélé à l’une des Initiations les plus élevées, et les initiés s’aperçoivent alors qu’il existe, à cette relation, une raison bonne et adéquate et que les relations et événements ésotériques suivants sont simplement des conséquences :

1. La majorité des hommes libérés, et donc un grand nombre des initiés qui doivent prendre une décision, choisissent cette voie vers le centre cosmique.
2. La relation existe entre la Hiérarchie et Sirius et non entre Shamballa et ce Soleil prodigieux. L’énergie qui est invoquée en réponse à cette relation pénètre dans la Hiérarchie via le Coeur du Soleil, créant ainsi un triangle d’énergie spirituelle, de puissance énorme. Vous avez donc:
3. A mesure qu’il progresse, en prenant les Initiations supérieures, l’initié s’aperçoit que deux courants majeurs d’énergie pénètrent dans notre vie planétaire:
– a. Un courant venant du plan mental cosmique et du point focal qui est à Sanat Kumara ce que le lotus égoïque, l’âme ou ego, est à l’homme spirituel; il porte le principe de vie de notre planète et se centre à Shamballa. De là il est dispersé dans toutes les formes existant sur la planète, et nous l’appelons VIE. Il faut se souvenir que ce principe de vie incarne ou est imprégné de la volonté et du dessein de CE qui adombre Sanat Kumara, comme l’âme adombre la personnalité.
– b. Un courant d’énergie venant du Soleil, Sirius; celui-ci pénètre directement dans la Hiérarchie et apporte avec lui le principe de buddhi, d’amour cosmique. C’est, de manière mystérieuse, le principe que l’on trouve au sein de tout atome.

L’énergie de Sirius court-circuite Shamballa (pour employer un terme moderne) et se focalise dans la Hiérarchie.

Son effet n’est ressenti qu’après la troisième Initiation, bien que les Maîtres utilisent cette énergie lorsqu’Ils entraînent des disciples pour la seconde, quatrième et sixième Initiation.

SIRIUS, LA HIERARCHIE,  LE COEUR DU SOLEIL

4. Tout le travail de la Grande Loge Blanche est gouverné à partir de Sirius; les ashrams sont soumis à son influx cyclique; les initiations supérieures sont prises sous l’effet de sa stimulation, car le principe buddhi, d’amour pur (c’est-à-dire d’amour-sagesse) doit être actif dans le coeur de chaque initié avant l’initiation de la grande décision; ce sont donc seulement les Initiés de la cinquième, sixième initiations et des initiations supérieures qui peuvent travailler consciemment avec la puissante « vitalité » bouddhique qui pénètre tous les ashrams, bien qu’elle ne soit pas reconnue par le disciple moyen.

5. L’influence de Sirius n’était pas reconnue, et seule une faible partie en était nettement focalisée dans la Hiérarchie, avant la venue de Christ et Sa révélation de l’amour de Dieu à l’humanité. Il est, par excellence, l’expression d’une initiation de Sirius et c’est vers ce haut-lieu qu’Il se dirigera finalement – où que puissent l’entraîner les devoirs et les obligations hiérarchiques entre aujourd’hui et ce moment- là. A l’origine, le Bouddha devait choisir ce quatrième Sentier (celui de Sirius) mais Il se trouve maintenant devant d’autres plans qui emporteront probablement Son choix.

6. Sanat Kumara n’est pas sur la ligne de Sirius, mais – pour parler en symboles pas trop voilés – Lucifer, le Fils du Matin, lui est étroitement relié d’où le grand nombre d’êtres humains qui deviendront disciples de la Loge de Sirius. C’est la vraie « Loge Bleue » et, pour devenir candidat à cette Loge, l’initié du troisième degré doit devenir un aspirant humble, toutes les initiations vraies et complètes l’attendant « dans le rayonnement de ce Soleil majeur ».

7. Aucun des faits ci-dessus n’indique une divergence de vue entre Shamballa et la Hiérarchie, ils ne signifient pas davantage clivage ou objectifs différents. Toute cette question se reflète sur Terre dans des relations aussi mineures que celles existant entre:
– a. La Triade spirituelle et la personnalité.
– b. L’unité mentale et l’atome permanent manasique.
– c. Atma-Bouddhi.
– d. Le Christ et Bouddha.

Ces éléments d’information, quelque peu hétéroclites, vous donneront une idée générale du rapport significatif existant entre notre petite planète sans importance et cette vaste expression de la divinité, la Vie se manifestant par Sirius. C’est une expression organisée et vitale au-delà de tout ce que l’homme peut imaginer, qui est libre de façon complètement illimitée, au-delà du pouvoir de compréhension de l’homme.

Le principe de liberté est une énergie dynamique qui peut pénétrer la substance de matière unique; ce principe divin est un aspect de l’influence que Sirius exerce sur notre système solaire et particulièrement sur notre planète.

Ce principe de la liberté est un des attributs de la divinité (comme la volonté, l’amour et le mental) dont l’humanité sait encore fort peu de chose.

La liberté pour laquelle les hommes se battent est l’un des aspects les plus bas de cette liberté cosmique, qui est liée à certains grands développements dans l’évolution permettant à la vie, ou aspect esprit, de se libérer de l’impact, du contact et de l’influence de la substance.

C’est ce principe de libération qui permet à Sanat Kumara de résider sur terre et cependant de se tenir à l’écart de tous contacts, sauf du contact de Ceux qui ont foulé le Sentier de la Libération et sont maintenant libres sur le plan physique cosmique. C’est ce principe qui permet à l’initié de parvenir à l’état « d’unité isolée »; c’est lui qui sous-tend l’Esprit de la Mort et constitue le pouvoir motivant de ce grand Agent de libération; c’est lui qui fournit le « Sentier de Pouvoir » entre notre Hiérarchie et le Soleil, Sirius, en encourage la « culture de la liberté » ou de la libération qui est le motif du travail des Maîtres de Sagesse.

C’est lui qui produisit le ferment et le tourbillon de conflit en des temps très lointains, lui qui est reconnu actuellement par les résultats de la loi d’Evolution, dans tous les règnes de la nature. C’est lui qui sous-tend tout progrès, lui qui est sous-jacent et le soutient. Cette « influence exercée mystérieusement », ce détachement de la forme, émane de Sirius et nous ne lui avons pas donné de nom; c’est la loi dont les trois lois cosmiques – de Synthèse, d’Attraction et d’Economie – ne sont que des aspects.

Aucune de ces trois lois subsidiaires n’impose de règle ou de limitation au Seigneur du Monde. La loi de Liberté, néanmoins, impose certaines restrictions, si l’on peut adopter une expression aussi paradoxale. C’est à cause d’elle qu’Il est connu comme le « Grand Sacrifice », car (selon cette loi) Il a créé notre vie planétaire, tout ce qui est en elle ou sur elle, afin d’apprendre à manier cette loi en toute compréhension, en pleine conscience, et en même temps en vue de libérer les myriades de formes de sa création.

Les origines du New Age : le futur de la franc-maçonnerie

« Initiation humaine et solaire » – Page 21

Extraits de « L’Esprit de la Maçonnerie », de Foster Bailey.

L’intérêt pour l’initiation se répand de plus en plus dans le public. Avant que beaucoup de siècles ne s’écoulent, les anciens mystères seront rétablis et il existera dans l’Eglise, l’Eglise future, dont le noyau est déjà en formation, un groupe intérieur dans lequel la première initiation deviendra exotérique ; nous voulons dire par là que la réception de la première initiation sera, avant longtemps, la cérémonie la plus sacrée de l’Eglise, célébrée exotériquement, comme l’un des mystères donnés à certaines périodes déterminées, et suivie par ceux qui seront prêts. Elle fera également partie du rituel des Maçons. (Francs-maçons)

Durant cette cérémonie, ceux qui seront prêts pour la première initiation seront publiquement admis dans la Loge par l’un de ses membres, autorisé à agir ainsi par le grand Hiérophante lui-même.[…]

Le mot « Initiation » vient de deux mots latins : in, dans, et ite, aller, d’où son sens de : commençant, ou d’entrée dans quelque chose. Il indique, dans son sens le plus large comme dans le cas que nous étudions, une entrée dans la vie spirituelle, ou dans une nouvelle étape de cette vie. C’est le premier pas, et les pas suivants, sur le Sentier de Sainteté. Ainsi donc, littéralement, un homme qui a reçu la première initiation est celui qui a fait son entrée dans le règne spirituel ayant définitivement passé du règne humain au règne suprahumain. De même qu’il a passé du règne animal au règne humain à l’individualisation, de même il est entré dans la vie de l’esprit, et pour la première fois il a droit d’être appelé « un homme spirituel » au sens technique du terme.

Il entre dans la cinquième et dernière phase de notre quintuple évolution. Après avoir parcouru son chemin à tâtons à travers la Salle d’Ignorance pendant des siècles, après avoir été à l’école dans la Salle de l’Enseignement, il entre maintenant à l’université ou dans la Salle de la Sagesse.

La Sagesse est le produit de la Salle de la Sagesse. Elle se rapporte au développement de la vie dans la forme, au progrès de l’Esprit à travers les véhicules toujours changeants, et aux expansions de conscience qui se succèdent de vie en vie.

Elle se rapporte à l’aspect vie de l’évolution. Vu qu’elle se rapporte à l’essence des choses et non aux choses elles-mêmes, elle est la conception intuitive de la vérité indépendamment de la faculté de raisonnement, et la perception innée qui sait distinguer le vrai du faux, le réel de l’irréel. Plus que cela, elle est aussi la capacité croissante du Penseur de pénétrer toujours plus profondément dans l’Intelligence du Logos, de réaliser la véritable essence du grand spectacle de l’univers, de visualiser le but et de s’harmoniser de plus en plus avec ce qu’il y a de supérieur. Elle pourrait aussi être exprimée comme étant la fusion graduelle des sentiers du mystique et de l’occultiste, la construction du Temple de la Sagesse sur les fondements de la connaissance.

La connaissance divise, la sagesse unit.

http://www.clefsdufutur.org/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2014/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Ajouter un commentaire

Envoyer un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares