Le Couple Cosmique Le secret de la réincarnation des âmes

Le Secret de la réincarnation des âmes: « Un même être dans plusieurs corps »

Nous avons vu dans les premiers cours sur les secrets de la réincarnation des âmes, comment notre âme est composée de 5 parties… Ce que nous pensions être un et indivisible est en fait morcelé. Mais ce morcellement va encore plus loin, nous sommes réellement composés de petits morceaux d’âmes et nos actions peuvent nous amener à en perdre ou en récupérer une ou plusieurs parties…

Explication :

1-  « Un même être dans 2 corps »

par Rav Dynovisz

Le « FAIRE » pour tendre vers la Perfection

Pour le perfectionnement de notre âme, et arriver à sa shlémout (intégrité), la Torah nous donne à la fois des commandements de faire et des interdictions.

Chacune des 248 mitsvot positives est en rapport avec l’une des 248 parties du corps, et a pour but de révéler l’âme et qu’elle s’imprègne un peu plus dans cette partie du corps. A mesure que l’on répète la mitsva, la partie de l’âme correspondante entre dans cette partie du corps.

L’âme vit, ainsi, sa vie terrestre en ressentant de plus en plus sa connexion avec D. C’est le « sod du makif » (le secret du Féminin, la trace que D.ieu laisse en se contactant tsimtsoum).

Notre âme plane au-dessus de nous et tout le travail est de la faire descendre, au point que, même dans notre vie professionnelle, etc… nous soyons connectés à elle.

David, lui, avait la même puissance de connexion quand il priait, mangeait ou faisait la guerre : « j’ai placé Hachem devant moi tout le temps ».

Pour ce qui est des interdictions « lo taassé », le Ari explique que, lorsque nous les transgressons, cela n’empêche pas l’entrée de notre âme dans notre corps, mais cela voile cette entrée. Nous n’avons plus accès à ce que nous avons, et nous devons d’abord le libérer.

Il révèle aussi qu’il peut avoir 2 types de guilgoulim :

D’abord, le cas où, dans la 1ère vie, on a accompli très peu de commandements positifs, et l’on a donc très peu fait entrer son âme dans son corps ; on revient en guilgoul dans le but de faire le maximum de mitsvot positives, pour faire descendre l’âme dans le corps ; ce 1er type d’homme est, par exemple, un philosophe, un penseur, qui vit simplement au niveau des idées, et n’a pas les actions correspondantes.

Le 2ème type est celui qui a accompli les commandements, mais a aussi entaché son âme, ce qui l’empêche d’avoir accès à la présence de l’âme dans son corps ; il revient en guilgoul pour se nettoyer ; une telle personne se bat pour réussir, mais elle a constamment des blocages, dans son couple, son travail, ses relations, et surtout avec Hachem.

Le 1er type est loin de son tikoun, car il n’est même pas conscient qu’il y a un problème, et il est très peu engagé dans l’accomplissement des mitsvot.

Le 2nd, au contraire, a son âme en lui ; certes, il commet des transgressions, mais il agit, et il est plus prêt du perfectionnement.

« Il y a deux types de guilgoulim.

  • Pour faire entrer l’âme
  • Pour nettoyer l’âme

Quelqu’un est descendu avec son nefesh, mais il n’a pas fait suffisamment de mitsvot, et il a fait entrer seulement une toute petite partie de son nefesh dans son corps. Puis il est mort. Quand il y aura la résurrection, ce corps n’aura que la partie du nefesh qu’il a fait entrer en lui de son vivant.

Il faut donc un guilgoul, car le reste du nefesh veut réussir.

Hachem le met dans un autre corps….

Deux êtres humains partagent la même partie d’âme

La situation des personnes en couple sur le marché du travail diffère de celle des personnes sans conjoint.

S’il réussit avant d’avoir terminé sa vie, il reçoit le rua’h et, s’il le fait aussi entrer, il reçoit aussi la neshama, qu’il fait également entrer.

Au moment de la résurrection, le rua’h, la neshama et les trois quarts du nefesh seront dans ce 2ème corps, car celui qui mérite de terminer le travail recevra pour l’éternité le rua’h et la neshama, et ils se partageront le nefesh, selon le travail réalisé par chacun.

 » Ces deux hommes seront donc, en réalité, la séparation d’un même être.

Hachem les fera se rencontrer et l’un va consacrer sa vie à aider l’autre ; ils vont dépendre l’un de l’autre, comme les tribus de Issa’har et Zabulon, où l’une se consacrait entièrement à l’étude, et l’autre travaillait et subvenait aux besoins des deux tribus.

Le maasser et les troumot aux cohanim ont été institués dans ce même but : les cohanim se consacraient à la diffusion de la lumière spirituelle, et les 11 tribus subvenaient à leurs besoins. De la même façon, ici, il va régner entre ces deux hommes une union, car c’est le même être, dans deux corps. De là, on comprend que celui qui a le matériel et n’en fait pas profiter ceux qui étudient, se prive pour l’éternité de sa connexion ! Car, quand on apporte cette aide, en réalité, on se construit soi-même !

C’est pourquoi D. met les hommes spirituels dans une situation où ils ne pourront pas être indépendants sur le plan matériel : une partie de leur nefesh se trouve chez d’autres qui, eux, ne peuvent s’assumer sur le plan spirituel. D. fait se rencontrer ceux qui se partagent une même âme, pour qu’elle puisse se reconstruire. Ainsi, ils se donnent l’un à l’autre ce qui leur manque.

Dans la résurrection, ils seront ensemble, et chacun d’eux pourra ressentir qu’ils ne sont qu’une même âme. Bien sûr, ce principe de la séparation d’une âme existe d’abord dans le couple. Mais il se retrouve aussi dans d’autres types de relations. C’est pourquoi chacun de nous a intérêt à trouver un projet ru’hani à aider, car c’est peut-être celui qui contient la partie d’être qui lui manque, et c’est alors se construire soi-même et retrouver sa part d’âme.

On voit donc que celui qui a arrêté son travail, et n’a pas fait entrer en lui tout son nefesh, ne pourra le retrouver. Il devra se coller à quelqu’un d’autre qui a l’autre part de lui-même. Par contre, le bénéfice restera toujours pour celui qui a travaillé et qui a toujours été dans une dynamique de progrès.

2- Cette situation se produit aussi avec les animaux…

chien consciencepar Miléna

Votre chien peut être un morceaux du nefesh de votre grand-mère, venu pour terminer un tikkun… par votre mérite, il peut arriver jusqu’à vous …

Cette situation particulière était bien connu de rabbi Nach’man de Breslev qui prédit un jour à un homme qu’il allait recevoir un poisson qui était une part du nefesh de son grand-père … l’homme devait manger ce poisson le soir du shabbat en conscience afin d’élever cette partie d’âme pour aider son grand-père à finir ce tikkun…

Ainsi si votre chien est une partie du nefesh de votre grand-mère, cela n’empêche pas qu’elle puisse être en même temps réincarnée dans le corps d’un enfant de la famille que vous n’avez pu reconnaître …

Sachez que l’aide que vous apporterez au tikkun du petit morceau de nefesh qui est incarné dans votre chien, va aussitôt rejaillir sur cet enfant … A la mort de ce chien, complètement réparé, l’enfant récupérera cette partie de nefesh dont il fut privé à la naissance…

Cette situation est bien peu comprise par la majorité des gens, mais elle est la base de la compréhension de la multidimensionalité.

Cette division des parties de l’âme pour aller habiter d’autres êtres en vue de réparation est un sujet qui devrait faire partie de notre conscience quotidienne, mais il faudrait pour cela oublier tous les discours falsifiés liés à la réincarnation. Que ce soit la tradition hindouiste qui présente la réincarnation d’une âme comme celle d’un tout indivisible qui revient dans son intégralité… ou le christianisme qui refuse la réincarnation, aucune autre tradition n’explique réellement les secrets voilés de la nature réelle de l’âme.

Il y a effectivement des âmes qui sont des guilgoul complets et reviennent dans leur intégralité, alors ce sont des âmes réparées qui ont une mission particulière, c’est le cas du guilgoul complet du prophète Shmouel venu dans le corps d’un enfant handicapé…, mais jamais cela ne sera une situation généralisée.

Pour la grande majorité des êtres, l’âme nefesh, est multi-morcellée dans plusieurs corps selon une répartition fractionnelle qui implique qu’un être est l’âme principale et les autres, des âmes intermédiaires… ce qui en sommes est dur à avaler !

Les âmes intermédiaires sont souvent des êtres de ce que nous appelons la seconde humanité (behemoth) mais des morceaux de nefesh de l’âme principale peuvent aussi se trouver chez les animaux, les végétaux ou les minéraux.

Mais la même âme peut également se trouver dans deux humains adamiques de très haut niveau prophétique, c’était le cas de Moïse et Bilham qui étaient tous les deux des guilgoul de Abel, malgré leur totale opposition. Cela se produit le plus souvent au niveau de ce que nous appelons les âmes soeurs, des couples réunis ou mis l’un en face de l’autre, pour terminer un tikkun.

Ainsi nous constatons encore une fois que seule l’humilité peut nous aider à réparer….puisque nous pouvons être démultipliés au sein de diverses entités…

Miléna

Copyright © 2014 ELISHEAN

Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares