Les Lettes Hébraïques

Le Secret de la lettre Same’h 3 – Cours de Zohar 6 ter

Les Secrets de la Torah, piliers et soutien du monde

Hachem dit au same’h qu’Il ne peut créer le monde avec lui, car il faut qu’il reste caché.

Le same’h représente la présence d’Hachem voilée dans le monde, et « si Je te laisse te propager dans le monde, et dévoiler que tu lui donnes vie, quand les hommes vont fauter, leurs fautes vont t’atteindre aussi et, quand le Yessod et la Mal’hout vont s’écrouler, qui va soutenir ceux qui tombent ? »

C’est pourquoi Hachem a décidé que la lumière du same’h (Bina) ne peut se dévoiler dans le monde.

Les fondations ne peuvent être révélées pour maintenir le libre-arbitre.

Seule la lumière du mem satoum (Tvouna) se dévoile car, même lorsque les créatures fauteront et atteindront la lumière du mem, il restera encore un pilier du monde, la lumière du same’h, complètement cachée dans la ‘Ho’hma, et les fautes ne peuvent atteindre cet endroit.

Là où il se trouve, le same’h aura pitié de nous….

Le cours nous explique d’abord qui est le Matok MiDvash et nous parle des grands tsadikim nistarim, justes qui doivent rester cachés, afin de recevoir la lumière du same’h qui ne peut être révélée qu’à des réceptacles acceptant de rester dans l’ombre, jusqu’au moment où Hachem décide qu’ils doivent être dévoilés (comme Rashbi ou le Ari HaKadosh, qui ont passé leur vie pratiquement méconnus).

Un Midrash explique que la lumière créée par Hachem le 1er jour, alors qu’il n’y avait pas encore d’astres, fait allusion à une lumière spirituelle très élevée.

Elle est la racine en haut de toutes les lumières qui en sont dérivées en bas.

Elle était tellement forte que le 1er jour se termine par « Jour UN », « yom e’had », car tout était encore UN, et rien ne voilait Dieu.

Mais le midrash dit qu’« Hachem vit que les méchants qui allaient venir dans l’histoire ne mériteraient pas cette lumière, et Il l’a cachée, en attendant qu’elle se puisse se dévoiler à la Délivrance. » C’était la lumière du same’h.

Cette lumière peut se dévoiler et les rechaim (méchants) peuvent l’utiliser, c’est la raison pour laquelle elle doit rester occulte…

On remarquera que, dans notre tradition, « le same’h mem » désigne aussi les forces du mal (l’ange de la mort, le Satan).

On ne prononce pas leur nom, mais on l’abrège dans ces mêmes 2 lettres, pour montrer que le mal est celui qui veut copier le bien, puis prétend être mieux que celui dont il usurpe l’identité.

Le choix de ces deux lettres nous fait comprendre que là où il y a le bien, il y a aussi le mal, qui ne s’oppose pas puisqu’il n’est qu’une falsification.

Dans la « Hassidout », on explique qu’il y a 2 niveaux dans la Torah de Lumière:

– Le mem représente le niglé, la partie visible, dévoilée, qui nous apporte la sagesse et la connaissance, afin de savoir comment nous devons vivre.
– Le same’h évoque le nistar, la partie cachée de la Torah, qui nous donne les forces nécessaires et nous soutient.

Le nom ISRAEL donné à Yaakov après son combat avec l’ange de la mort, fait allusion au chiffre 60 dont nous avons parlé au premier cours. Ce qui implique que 60, étant plénitude, si une seule lettre manque ou est abimée dans un livre de la Torah, il n’est pas viable.

60 le same’h représente l’Essence.

Plus le monde est en difficulté, et plus il est nécessaire d’étudier les secrets de la Torah, car l’homme est beaucoup plus en danger moral et spirituel qu’auparavant.

Les secrets de la Torah apportent force et soutien, dans ce monde malade. Mais la partie cachée, si elle est déviée de sa vraie mission, fait chuter ceux qui l’étudient. Le same’h ne peut être utilisé qu’en tant que soutien, sinon il mène à la débauche.

On remarquera que le mot « Kabbala » a la même valeur numérique que le mot  » noef », celui qui se débauche sexuellement.

Il y a donc un lien entre la destruction morale de l’homme, la débauche sexuelle, et une approche malsaine des secrets de la Torah.

Le same’h ne doit pas se dévoiler dans le monde car, s’il se dévoile, non seulement cela n’empêchera pas les méchants d’exister, mais au contraire, cela va les faire tomber encore plus. Il ne peut donc se dévoiler qu’en tant que some’h, qui signifie en hébreu « soutien ».

Rashbi nous donne ici une clé fondamentale pour comprendre l’histoire du dévoilement des secrets de la Torah : c’est au summum des persécutions romaines que Rashbi dévoile le Zohar ; c’est au moment de l’Inquisition que le Ari HaKadosh dévoile la Kabbala ; et c’est après les massacres des cosaques que se dévoile la ‘Hassidout.

Le Baal Shem Tov dit que « le Am Israel était tombé dans un coma tel que plus rien ne pouvait le réveiller» et il fallait une nouvelle lumière. Cette lumière des secrets est donc révélée dans des moments particuliers où, sans elle, Israël s’écroulerait.

http://www.ravdynovisz.tv

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

ISOLATION + CHAUFFAGE pour 1 euro. Nouveau dispositif 2020

Vérifiez votre éligibilité !

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares