Contrôle mental Eugénisme

Le Livre d’Urantia révélation channeling et eugénisme

urantia2Le Livre d’Urantia est un ouvrage spirituel de 2097 pages qui fut élaboré à l’aide d’une forme de channeling vers 1912 par l’intermédiaire d’un homme endormi selon la fondation Urantia.

Il fut publié en 1955 par deux anciens protestants issus de l’Adventisme du septième jour et habitant Chicago aux États-Unis.

Cette étrange cosmogonie très complexe décrit l’histoire de notre univers et prétend être la Cinquième Révélation d’Époque donnée à l’humanité sur notre planète Terre dont le nom spirituel est Urantia. Supposé contact avec un Au-delà, le texte se présente comme une nouvelle bible aux accents parfois adventistes, gnostiques et New Age. Il faut noter que la bible d’Urantia plagie de nombreux écrits dont les sources sont identifiées. Et l’ouvrage est imprégné de conceptions faisant référence à l’eugénisme, une idéologie dont les deux fondateurs du mouvement étaient d’ardents défenseurs.

Le livre passe en revue de très nombreux sujets comme la cosmologie, l’anthropologie, l’histoire de l’humanité, l’apparition de la vie sur Terre, les méthodes de gouvernement, etc. Ces sujets s’insèrent dans de grands développements bibliques corrigés. Le livre se compose de 4 parties réparties en 196 fascicules au total où l’on nous décrit l’univers central et les superunivers, l’univers local de Nébadon, l’histoire d’Urantia notre planète, et la vie et les enseignements de Jésus.

Le livre développe et synthétise donc des données philosophiques, religieuses et scientifiques. Ces éléments sont agencés dans un ensemble de descriptions spirituelles et de croyances proches d’un polythéisme très bureaucratique. Le livre décrit en effet l’existence d’un dédale de hiérarchies d’êtres célestes ayant créé et administrant spirituellement notre univers sous l’autorité d’un Dieu unique. L’univers qui y est décrit ressemble à celui de Platon avec un univers matériel ombre d’un monde spirituel encore plus vaste. Comme un pays divisé en régions et en départements, notre Univers est découpé en zones d’administration.

Dans un ensemble de 7 Superunivers, nous vivons, selon le livre, dans le Superunivers appelé Orvonton contenant 1000 milliards de mondes habités. Chaque Superunivers est divisé en secteurs majeurs, secteurs mineurs, univers locaux, constellations et systèmes. L’Univers Local de Nébadon, dont Jésus est le créateur, contient 10 millions de mondes habités évoluant vers un monde utopique parfait. Ces zones comportent des capitales célestes où les êtres humains se rendent après leur mort telles Uversa, Edentia, Jérusem, etc. Le tout est supervisé par un Paradis, univers central sans temps ni espace.

Les nombreux êtres célestes décrits dans ce livre portent d’étranges appellations comme les Lanonandeks, Vorondadeks, Chronoldeks, Frandalanks, Midsonites, Sponargias, etc. Le livre contient un grand nombre de ces mots nouveaux. Étrangement, le Dr William Sadler, l’un des fondateurs du mouvement, utilisait assez fréquemment des néologismes selon un sceptique américain, Martin Gardner.

urantia

Selon le livre, l’humanité a connu 5 grandes révélations :

Il y a 500 000 ans, un être céleste dénommé Caligastia arriva sur Terre pour y entreprendre l’accélération de l’évolution de l’humanité à l’aide, entre autres, d’une réglementation de la natalité favorable aux individus considérés comme « supérieurs »… Sur proposition de Lucifer (dont le bras droit est Satan), ce Caligastia se rebella contre le gouvernement divin en déclarant l’affirmation de soi et la liberté.

Il y a 38 000 ans, Adam et Ève, êtres célestes appelés aussi « Fils Matériels », vinrent sur Terre pour rehausser biologiquement l’humanité (de nouveau référence à l’eugénisme) mais le couple fauta et donna naissance dans la Bible au mythe du jardin d’Eden.

Il y a 4000 ans, Melchisédech se matérialisa sur Terre et enseigna entre autres Abraham.

Il y a 2000 ans, Jésus, un Fils Créateur, s’incarna sur Terre pour rehausser la connaissance de Dieu et effectuer sa septième et dernière effusion.

La cinquième révélation est le Livre d’Urantia de Chicago en 1934.

Dans le Livre d’Urantia, Jésus est né de l’union de Joseph et de Marie mais il est l’incarnation d’un Fils de Dieu, il est plus exactement un « Fils Créateur » de l’ordre des « Micaëls » (de l’hébreux Qui est comme Dieu ? ) au nombre de près de 700 000. Un être dit duel, issu du 611 121e concept de l’association de Dieu le Père et Dieu le Fils, les deux personnes de la Trinité selon le livre (LU page 366). Jésus n’est pas directement la deuxième personne de la Trinité composée quant à elle du Père Universel, du Fils Éternel et de l’Esprit Infini. Cette Trinité est symbolisée par trois cercles concentriques bleus azur sur fond blanc. Un Fils Créateur doit s’incarner dans différents ordres d’êtres avant d’acquérir l’autorité et la juridiction suprêmes dans son univers. Urantia reprend probablement l’épître aux Hébreux chap.1 v.1: « Tu l’as abaissé pour un peu de temps au-dessous des anges, Tu l’as couronné de gloire et d’honneur,… » . Jésus accomplissait sur Terre sa septième et dernière effusion.

Dans la quatrième partie du livre composée de plus de 700 pages, on découvre, année par année, la vie de Jésus, son enfance, son voyage avec deux Hindous autour de la Méditerranée avant son ministère. Son enseignement fut la paternité de Dieu et la fraternité des Hommes.

Jésus a bien opéré certains miracles des Évangiles comme le changement de l’eau en vin, la résurrection de Lazare, des guérisons diverses mais il n’a pas marché sur l’eau, c’est Pierre qui a fait un cauchemar et qui a cru que Jésus avait réellement marché sur l’eau (LU page 1703).

Comme dans le libéralisme théologique, Jésus ne fut pas crucifié pour les péchés du monde, la doctrine du péché originel est niée et celle consistant à croire que Dieu aurait besoin de sacrifices pour apaiser une colère fictive considérée comme répugnante. La doctrine du rachat est aussi considérée comme un outrage philosophique à l’unité et au libre-arbitre de Dieu (LU page 41). Le péché est redéfini comme la révolte consciente et délibérée envers la loi divine de la volonté du Père.

Jésus est ressuscité mais sous une forme spirituelle et non physique. Selon le livre, son corps fut en fait désagrégé instantanément par des êtres célestes afin que l’on ne le retrouve pas (LU page 2020). Selon la doctrine d’Urantia, Jésus promet aussi de revenir sur Terre, enseignement biblique proéminent de l’Adventisme protestant.

Ce livre expose des développements qui se rapprochent parfois d’un moderne libéralisme théologique. La Sainte Bible des chrétiens n’est pas la « Parole de Dieu sans erreur », il n’existe pas de péché originel, Marie n’était pas vierge, Jésus n’est pas mort sur la croix pour les péchés du monde, il n’a pas fait certains miracles, Paul a influencé le christianisme considéré comme une religion à propos de Jésus et non la religion de Jésus, etc.

Certaines personnes voient ce livre comme plus cohérent qu’une autre bible « canalisée » de l’époque fin XIXe (parue en 1882) ressemblant beaucoup à Urantia: Oahspe : A New Bible in the Words of Jehovih and his angels Ambassadors.

Les fondateurs

Les deux fondateurs du mouvement sont William S. Sadler (1875-1969), un psychiatre, et Wilfred Custer Kellogg (1876-1956), un homme d’affaire de la famille des Kellogg Corn Flakes, beau-frère de W. Sadler. Tous deux étaient chrétiens originaires de l’Adventisme protestant. W. Sadler fut marié avec la nièce de Kellogg, Lena Celestia Kellogg. Selon Martin Gardner, dans son livre Urantia: The Great Cult Mystery, W.C. Kellogg serait la personne par qui le message fut prétendument « canalisé », même si la fondation ne veut pas parler pas de channeling et qu’elle veut garder secrète la véritable identité de la « Personnalité de Contact » comme elle préfère l’appeler.
Pour information, et selon Le Lien Urantien n°28, Hiver 2004-2005, le Dr Sadler fut vendeur de céréales à Battle Creek dans le Michigan, ordonné pasteur, spécialiste de la Bible, détective, chirurgien, grand orateur de la tournée de Chautauqua, professeur de psychologie dans un séminaire de théologie, vulgarisateur des problèmes de santé dans des périodiques et auteur de 42 livres. Il fut à la tête de l’exécutif de l’ancêtre de l’agence de police judiciaire fédérale : Federal Bureau of Investigation (FBI).

Il dirigeait aussi la Society of Mental Hygiene, thème né de l’eugénisme.

Cette société naquit à Yale en 1908 et c’est aussi à Yale que fut fondée l’American Eugenics Society.

Même sa femme, Lena Sadler(droite), était engagée dans l’eugénisme et participa au Troisième Congrès International de l’Eugénisme en 1932 où elle défendit la protection contre la « dégénérescence raciale » aux Etats-Unis. Avant d’être impliqué dans la mouvance Urantia, W. Sadler avait déjà écrit un petit livre intitulé Soul Winning Texts comportant des similitudes avec les enseignements d’Ellen Gould White, la prophétesse des adventistes du septième jour, et le Livre d’Urantia. Selon Tom Kendall, William S. Sadler avait un « complexe de grand homme ».

L’origine du livre : le channeling et l’homme endormi

Channeling est un terme américain moderne de la littérature New Age qui désigne un prétendu procédé de communication entre un humain et une entité appartenant à une autre dimension (une personne décédée, un « maître ascensionné », une entité du plan astral, un extra-terrestre etc.). Source : Wikipédia

Dans son livre Urantia : The Great Cult Mystery (Editions Prometheus Books, 1995), Martin Gardner pense que le Livre d’Urantia est purement humain. Il suppose que c’est W.C. Kellogg qui eut la nuit, dans son sommeil, aux alentours de 1912, d’étranges manifestations où il se mettait à parler. Ce phénomène, qui ressemble au channeling, aurait duré une dizaine d’années. Il aurait ensuite écrit près de 500 pages en prétendue transe (la fondation Urantia ne parle pourtant pas d’écriture automatique). Ce texte de base aurait été ensuite complété et édité par le Dr Sadler. Les membres d’un forum créé en 1923 auraient aussi participé à la constitution du livre par l’intermédiaire de questions posées au sujet endormi. Le livre ne fut publié ensuite qu’en 1955.

Le fait que, M. Kellogg soit le médium et que le Dr Sadler soit intervenu directement dans la constitution du livre, expliquerait les dérapages racistes et eugénistes qui seront développés un peu plus loin.

Lire la présentation très complète de Donna Kossy sur : http://www.nthposition.com/bibleofeugenics.php

La fondation Urantia ne veut d’abord pas parler de channeling, le Dr Sadler avait d’ailleurs vivement critiqué les médiums dans Mind at Mischief (1929). Selon la fondation, dans un premier temps, des êtres célestes se seraient exprimés, oralement par l’intermédiaire de « l’ajusteur de pensée » (sorte de parcelle divine habitant tout être humain selon le livre) d’une personnalité de contact endormie.

Ensuite, ces êtres se seraient révélés par l’intermédiaire, cette fois-ci, d’écrits directs, c’est à dire sans la main du médium mais de façon complètement surnaturelle… Donc pas de plagiat selon le livre (cf. page 17) et la fondation Urantia, mais une révélation céleste s’inspirant de plus 1000 concepts humains pour rendre ladite révélation compréhensible à l’Homme.

Des concepts dont on ne sait à aucun moment dans le livre qui en sont leurs auteurs. Il aura fallu attendre l’étude d’un adepte américain, Matthew Block, pour en connaître l’origine.

Pour le fils de W. Sadler, Bill Sadler, un stylo écrivait sur une feuille de papier en tenant en l’air de façon surnaturelle. Pourtant, dans un enregistrement audio du 18 février 1962 à Oklahoma, Bill Sadler affirme qu’ils n’ont jamais vu cet homme écrire mais que l’écriture ressemblait furieusement à celle de cette « personnalité de contact ».

Dans son livre Mind at Mischief, le Dr Sadler voyait dans le spiritisme des débordements émotionnels et des manifestations du subconscient. Et il est paradoxal que le Dr Sadler ait accordé de l’importance aux manifestations de cet homme qui donna naissance au Livre d’Urantia.

Ici, deux passages du livre qui peuvent trahir l’influence du Dr W. Sadler :

P.865 – §6 […] Mais il y a lieu de préciser clairement que les créatures médianes ne sont pas impliquées dans les spectacles lamentables qui sont donnés sous le qualificatif général de “ spiritisme ”.

P.2062 – §10 Beaucoup d’enseignements bizarres et étranges furent associés aux récits initiaux du jour de la Pentecôte. Dans les temps qui suivirent les évènements de ce jour, où l’Esprit de Vérité, le nouvel instructeur, vint habiter parmi les hommes, ont été confondus avec les stupides débordements d’un sentimentalisme exacerbé.

Ces supposées manifestations mystiques sont probablement bien issues des conceptions personnelles du médium en passant par son subconscient et son imagination. Cependant, le Livre d’Urantia ne peut se résumer qu’à ce travail inconscient de Wilfred C. Kellogg. Le texte contient aussi des rajouts mûrement choisis par le Dr Sadler qui devait s’en référer au médium pour s’assurer de la validité des connaissances insérées ensuite dans le livre.

Lena Celestia (Kellogg) Sadler avec son fils Bill vers 1914 qui reprendra la fondation après la disparition de son père

Les liens avec le christianisme protestant adventiste

Urantia est une mouvance liée à l’enseignement chrétien adventiste dont étaient originaires les deux fondateurs du mouvement.

En effet, on observe de nombreux parallèles entre les deux mouvances. Jésus est par exemple appelé Micaël mais n’est pas un archange. Le Livre d’Urantia parle lui aussi des âmes endormies, nie la notion d’enfer et affirme la notion d’annihilation des âmes.

La mouvance Urantia de M. Sadler et de M. Kellogg reprend à son compte certains questionnements suscités par les croyances bibliques et apporte ses propres réponses.

Selon les auteurs de la Bible, dans le livre du prophète Daniel de l’Ancien Testament, au chapitre 10 et 12, il est mentionné l’existence d’un être appelé Micaël, de l’hébreux « Qui est comme Dieu? », « un des principaux chefs », « qui se lèvera à la fin des temps ». Le livre de l’Apocalypse mentionne aussi Micaël sans jamais préciser son statut.

Pour le Livre d’Urantia, Jésus est donc un « Micaël », un Fils Créateur représentant de Dieu dans notre Univers. Il s’est incarné sur Terre le 21 août de l’an -7 (LU page 1351) dans le personne de Joshua Ben Joseph ultérieurement appelé Jésus par les Grecs.

Micaël reviendra bien sur Terre comme l’ont aussi mis en avant les adventistes dans leur doctrine (LU page 1914). Il y a, selon le livre, une erreur dans Jude verset 9, il s’agirait de « l’archange de Micaël », l’archange de le résurrection et non « l’archange Micaël ». Et dans Apocalypse au chapitre 12 v.1, le Livre d’Urantia précise qu’il s’agit en fait du « lieutenant de Micaël », un autre archange.

Les adventistes insistent sur les « âmes endormies » qui attendent le jugement en se référant au livre de Daniel 12:2 et Thessaloniciens 4:13. Urantia parle aussi des âmes endormies (par exemple LU page 1247-§7).

Le livre de l’Apocalypse parle de la seconde mort. Le Livre d’Urantia fait mention d’une cessation d’existence (LU page 569 – §2) et d’une annihilation des rebelles (LU fascicule 53.9, page 610 -§6).

L’Adventisme reprend aussi cette théorie dite de l’annihilationisme qui affirme que les âmes ne sont pas immortelles et qu’elles peuvent être complètement annihilées au jugement dernier.

On peut voir aussi, dans un livre écrit par W. Sadler avant l’élaboration du Livre d’Urantia, Soul Winning Texts (1909), un curieux parallèle entre les dires d’Ellen Gould White, la prophétesse des adventistes du septième jour, et Urantia.

Matthew Block développe ces liens entre la doctrine Urantia et l’Adventisme :

http://www.squarecircles.com/scbooks/onlinebooks/soulwinningtexts/00foreword.pdf

Dans ce document, on y apprend qu’Ellen Gould White conseillait à ceux qui prêchent de faire sortir les gens de leur réserve (to draw out en anglais) en leur posant des questions. W. Sadler enseignait la même chose dans son livre Soul Winning Texts, et le Livre d’Urantia reprendra le même principe dans la bouche de Jésus :

Ou encore de ne pas chercher à convaincre à tout prix les gens de l’authenticité d’un argument religieux par la logique :

Sadler: “15. Be persuasive; beseech men to be reconciled to God. Don’t depend too much on logic, facts, and arguments to win souls” (3).

Urantia : une mouvance de type néo-gnostique

La gnose s’entend comme des spéculations métaphysiques visant à combler les lacunes des spéculations des écrits judéo-chrétiens comme cela a été pratiqué dès le IIe siècle de notre ère.

W. Sadler avait vivement réfuté le gnosticisme du Livre d’Urantia mais des parallèles peuvent exister entre les deux enseignements.

Le gnosticisme vient du grec gnosis « connaissance parfaite » ou « connaissance révélée ».

Cette doctrine chrétienne se développa au IIe et IIIe siècle de notre ère et fut jugée comme une hérésie par l’église chrétienne primitive. Le gnosticisme promettait une connaissance secrète du royaume divin. Des étincelles (ou graines de l’Être divin), emprisonnées dans le corps humain, tombaient de ce royaume transcendant dans l’univers matériel qui est tout entier la proie du mal. Réveillé par la connaissance, cet élément divin pouvait retourner vers les sphères célestes de Dieu. Les gnostiques chrétiens s’opposaient à une lecture littérale des évangiles, ils refusaient la notion du sacrifice expiatoire de Jésus sur la croix ainsi que la résurrection du corps comme dans l’enseignement du Livre d’Urantia.

Une connaissance secrète du royaume divin, c’est bien ce que propose le Livre d’Urantia, c’est à dire une révélation de l’existence des royaumes dits célestes. S’agissant des « étincelles ou graines de l’Être divin », cet élément divin qui retourne dans le royaume céleste transcendant, le Livre d’Urantia parle lui des « ajusteurs de pensée », fragments de l’esprit divin qui habitent tout être humain et qui remontent vers le Père Universel par paliers composés de milliards de sphères.

Pour le Livre d’Urantia, le Père Universel engendre des représentations de lui-même afin de créer des univers. Les Fils Créateurs et les Esprits Créatifs (appelés aussi les Divines Ministres) sont chargés de cette tâche de création. Et l’on retrouve ces couples masculin/féminin du gnosticisme et ces hiérarchies, les éons qui créent des univers infinis, éternels et reproduisent le schéma général du Plérôme tout entier de l’Inengendré Suprême.

Le Livre d’Urantia parle aussi de personnalités qui pourront expérimenter un concept pareil au gnosticisme qui fait mention des éons comme des personnifications de concepts :

Les gnostiques sont les auteurs d’autres évangiles comme l’Évangile de Thomas et l’Évangile de Marie.

Le Livre d’Urantia rejoint aussi l’arianisme du IVe siècle qui réfutait le concept de Jésus comme étant Dieu lui-même.

Une œuvre plagiaire

C’est donc un adepte américain, Matthew Block, qui a découvert que le Livre d’Urantia est bien issu d’un plagiat d’au moins 150 ouvrages. Ses recherches viennent aussi conforter le fait que W. Sadler a bien écrit lui-même certains fascicules comme le fascicule 88 par exemple. Matthew Block a en effet découvert des similitudes dans le style d’écriture entre les ouvrages de M. Sadler et Urantia. Cet adepte défend pourtant l’idée que les auteurs du livre sont bien des êtres célestes qui se sont servis de concepts humains pour annoncer à l’humanité la cinquième révélation d’époque.

Les recherches de Matthew Block sont disponibles sur le site squarecircles.com

Pour ses découvertes concernant l’origine du fascicule 88, consultez son article à l’adresse suivante : http://www.squarecircles.com/matarticles/paper088/sadlerpaper88.htm

Urantia: The Great Cult MysteryUn exemple de plagiat avec un livre d’un philosophe publié en 1941 découvert par Matthew Block sur http://www.urantiabook.org/sources/

HARTSHORNE, CHARLES. Man’s Vision of God Willett, Clark and Co., Chicago, 1941 :

« Absolute perfection in all respects. Absolute perfection in some respects, relative perfection in all others. Absolute perfection, relative perfection, and ‘imperfection’ (neither absolute nor relative perfection) each in some respects. Absolute perfection in some respects, imperfection in all others. Absolute perfection in no respects, relative in all. Absolute perfection in no respects, relative in some, imperfection in the others. Absolute perfection in no respects, imperfection in all. » (p. 8).

Livre d’Urantia page 3 :

En essayant de concevoir la perfection dans toutes les phases et formes de relativité, on rencontre sept niveaux concevables :

1. Perfection absolue sous tous les aspects.

2. Perfection absolue dans certaines phases et perfection relative dans tous les autres aspects.

3. Des aspects absolus, relatifs, et imparfaits en associations variées.

4. Perfection absolue sous certains aspects et imperfection sous tous les autres.

5. Perfection absolue dans aucune direction, perfection relative dans toutes les manifestations.

6. Perfection absolue dans aucune phase, perfection relative dans certaines, imperfection dans les autres.

7. Perfection absolue dans aucun attribut. Imperfection dans tous.

L’eugénisme dans le Livre d’Urantia

Eugénisme signifie « mieux naître ». Un de ses promoteurs et initiateurs fut Francis Galton au XIXe siècle. Cette idéologie se rapporte à l’idée « d’améliorer » l’humanité en y éliminant par sélection des individus considérés comme « inférieurs ». Cette pratique de l’eugénisme repose en fait sur la confiance totale en une caste s’autoproclamant « supérieure » et détentrice d’une vérité absolue qui s’arrogerait le droit de déterminer ce qui serait meilleur pour tous.

De même, l’eugénisme repose sur la croyance en un tout puissant déterminisme génétique alors que l’acquis joue une grand rôle dans le développement d’un individu. Par ailleurs, de récentes découvertes montrent que les gènes ne sont qu’une composante façonnant le vivant parmi une multitude d’événements soumis au hasard.

Enfin, l’eugénisme s’est développé à une époque où l’on croyait qu’il existait des races différentes et inégales (racisme) et que l’on devait prévenir une prétendue « dégénérescence raciale ».

Le Dr Sadler, Lena Sadler et W.C. Kellogg défendaient ardemment l’eugénisme. Voici les livres du Dr Sadler consacrés à cette matière:

· Long Heads and Round Heads, or, What’s the Matter with Germany? (1918)
· Race Decadence: An Examination of the Causes of Racial Degeneration in the United States (1922).
· The Truth About Heredity (1927).

Quant à la famille Kellogg, elle était aussi très engagée dans l’eugénisme et créa la Race Betterment Foundation, la Fondation de l’Amélioration Raciale.

Le Livre d’Urantia reprend à son compte toutes ces théories courantes à l’époque de son élaboration en les insérant dans une perspective religieuse de type judéo-chrétien.

Des races anciennes inégales

Urantia reprend la théorie des pré-adamites d’Isaak de la Peyrère (1596-1676) qui, s’appuyant sur la conception des inégalités raciales, présuppose l’existence de races antérieures à Adam et Ève.

Le livre reprend en effet à son compte la théorie de l’évolution des espèces mais ici une évolution placée sous la tutelle d’êtres célestes. L’Homme à l’état de conscience apparut en tant que tel il y a près d’un million d’années avec un couple baptisé Andon et Fonta (LU page 711).

Le livre parle ensuite de 6 étranges « races » inégales dans leurs potentiels et de teintes de peau aux couleurs de l’ arc-en-ciel. Ces races apparurent, selon le texte, il y a 500 000 ans : des hommes rouges, oranges, jaunes, verts, bleus et indigo. Selon le livre, l’apparition de ces races, comme de la vie sur une planète, est programmée par le gouvernement céleste.

P.584 – §5 Sur les mondes qui contiennent les six races évolutionnaires, les peuples supérieurs sont la première, la troisième et la cinquième race — la rouge, la jaune et la bleue. Les races évolutionnaires alternent ainsi dans leur aptitude à la croissance intellectuelle et au développement spirituel, la deuxième, la quatrième et la sixième étant un peu moins bien douées. Ces races secondaires sont celles qui manquent sur certains mondes; elles sont celles qui ont été exterminées sur beaucoup d’autres. Il est malheureux que sur Urantia vous ayez si largement perdu vos hommes bleus supérieurs, sauf dans la mesure où ils persistent dans votre  » race blanche  » amalgamée. La perte de vos races orangées et vertes n’a pas autant d’importance.

Une tutelle céleste eugénique

Le Prince Planétaire

Selon le livre, l’humanité doit être « épurée » des individus « défectueux » (voir par exemple LU page 592-§2) par l’immixtion d’un « Prince Planétaire ». Selon le Livre d’Urantia, la Terre est ainsi régulièrement visitée par des êtres célestes qui améliorent l’être humain en pratiquant notamment l’eugénisme au nom de « Soyez parfaits comme le Père est parfait ». Exemple de la première révélation selon le livre, celle d’un être appelé Caligastia, venu sur Terre il y a 500 000 ans :

P.585 – §4 Ces six races évolutionnaires sont destinées à être mélangées et élevées par amalgamation avec la progéniture des élévateurs adamiques. Mais, avant la fusion de ces peuples, les inférieurs et les inadaptés sont largement éliminés. Le Prince Planétaire et le Fils Matériel ainsi que d’autres autorités planétaires qualifiées jugent les aptitudes des lignées reproductrices.

P.592 – §3 L’un des grands accomplissements de l’âge du prince consiste à restreindre la multiplication des individus mentalement débiles et socialement inadaptés. Bien avant l’époque de l’arrivée des seconds Fils — les Adams — la plupart des mondes se mettent sérieusement à la tâche de purifier la race, chose que les peuples d’Urantia n’ont pas encore sérieusement entreprise aujourd’hui.

P.592 – §4 Ce problème d’améliorer la race n’est pas une entreprise si considérable quand on l’attaque de bonne heure dans l’évolution humaine. La période antérieure des luttes de tribus et des sévères compétitions dans la survivance de la race a éliminé la plupart des lignées anormales ou défectueuses. Un idiot n’a pas beaucoup de chances de survivre dans l’organisation sociale d’une tribu primitive et guerroyante. C’est la fausse sentimentalité de vos civilisations partiellement perfectionnées qui entretient, protège et perpétue les lignées irrémédiablement défectueuses des races évolutionnaires humaines.

P.592 – §5 Il n’y a ni tendresse ni altruisme à offrir une sympathie futile à des êtres dégénérés, à des mortels irrémédiablement anormaux et inférieurs. Même sur les mondes évolutionnaires les plus normaux, il existe entre individus et entre de nombreux groupes sociaux des différences suffisantes pour permettre à tous les nobles traits de sentiments altruistes et de ministère humain désintéressé de se manifester, sans perpétuer les lignées socialement inadaptables et moralement dégénérées de l’humanité en évolution. D’abondantes occasions s’offrent pour pratiquer la tolérance et l’altruisme en faveur des individus malheureux et besogneux qui n’ont ni irréparablement perdu leur héritage moral ni définitivement détruit leur patrimoine spirituel.

P.770 – §8 L’homme inférieur à la normale devrait être gardé sous le contrôle de la société; il ne devrait pas en être produit plus qu’il n’en faut pour travailler aux niveaux inférieurs de l’industrie, aux tâches qui demandent une intelligence dépassant le niveau animal, mais qui exigent des activités d’un niveau tellement inférieur qu’elles deviennent véritablement un esclavage et un asservissement pour les types supérieurs de l’humanité.

Une réglementation de la natalité

Le livre prône donc la réglementation de la natalité dans laquelle certains individus qualifiés « d’inférieurs » feraient moins d’enfants. Pour cela, le livre rejette la notion d’égalité des Droits de l’Homme pages 793 et 794:

« La société ne peut offrir des droits égaux à tous, mais elle peut promettre d’administrer loyalement et équitablement les droits variables de chacun. La société a la responsabilité et le devoir de fournir aux enfants de la nature une occasion équitable et paisible de pourvoir à leurs besoins, de participer à la reproduction et de jouir en même temps de certaines satisfactions égoïstes, la somme de ces trois facteurs constituant le bonheur humain. »

Cela rejoint un fameux eugéniste du siècle dernier, Georges Vacher de Lapouge (1854-1936), auteur de l’Aryen et son rôle social. Il procéda au classement et à la hiérarchisation des races et disait en 1905 dans la préface de sa traduction:

« …à la formule célèbre qui résume le christianisme laïcisé de la Révolution: Liberté, Égalité, Fraternité nous répondrons; Déterminisme, Inégalité, Sélection. ».

Vacher de Lapouge était raciste et défendait l’idée que la race blanche, aryenne et dolichocéphale était « porteuse de grandeur » et les brachycéphales étaient « inertes et médiocres ».

P.920 – §5 Tant que les races actuelles resteront pareillement surchargées de lignées inférieures et dégénérées, les mélanges raciaux, sur une grande échelle, seront fort préjudiciables, mais la plupart des objections à cette expérience sont fondées sur des préjugés sociaux et culturels plutôt que sur des considérations biologiques.

P.921 – §1 Après tout, le véritable péril, pour l’espèce humaine, réside dans la prolifération désordonnée des lignées inférieures et dégénérées des divers peuples civilisés plutôt que dans le danger supposé de leur entrecroisement racial.

Ces arguments ne sont que la réaffirmation à l’identique des opinions défendues par des eugénistes comme Francis Galton qui craignait une « évolution rétrograde » de l’humanité du fait, selon lui, que les classes dites supérieures avaient tendance à faire moins d’enfants que le prolétariat.

Le peuple noir est « inférieur » selon le Livre d’Urantia

Le livre affirme que les hommes de couleur de peau noire, les « indigo », sont retardataires comme cela pouvait s’envisager dans une certaine Amérique du siècle dernier.

Pour Arthur Gobineau (1816-1882), un autre promoteur de l’eugénisme, auteur de l’Essai sur l’inégalité des races humaines, la race dite noire est « la plus humble et gît au bas de l’échelle ».

Pour le Livre d’Urantia :

P.872 – §3 La race indigo se dirigeait vers le sud de l’Afrique pour y commencer sa lente et longue dégénérescence raciale, qui se poursuivit longtemps.

P.725 – §8 En dépit de leur retard, les peuples indigo ont exactement le même statut devant les pouvoirs célestes que n’importe quelle autre race terrestre.

Et ces passages ne sont pas sans rappeler le discours des églises américaines « blanches » racistes qui voyaient le peuple noir « inférieur » mais qui affirmaient que les hommes noirs avaient tout de même droit à la vie éternelle…

Des « Adams » et des « Èves » eugénistes

La légende biblique d’Adam et Ève est revisitée par le Livre d’Urantia. Elle est aussi imprégnée d’idées eugénistes. Ce couple d’êtres célestes appartient à la catégorie dites des « Fils Matériels ». Chaque couple doit se déplacer sur les mondes habités. Appelés aussi la « race violette », ils sont des « élévateurs biologiques » qui doivent s’amalgamer avec les représentants « supérieurs » d’êtres humains. Ils arrivèrent sur Terre il y a 38 000 ans pour y entreprendre leur mission d’amélioration biologique dans le jardin d’Eden. Selon Urantia, le mot Eden de la Bible provient du nom de la capitale céleste appelée Edentia, ville natale d’Adam et Eve. L’arbre de la vie est quant à lui un arbre céleste que le couple prit avec lui pour leur permettre de se régénérer sur Terre. Adam et Eve mesuraient plus de 2m50 et avaient une peau qui irradiait une lueur diffuse qui aurait donné naissance aux représentations de l’auréole au dessus de la tête des saints des religions (LU page 834).

P.585 – §5 Lorsqu’un Adam et une Ève Planétaires arrivent sur un monde habité, ils ont été pleinement instruits par leurs supérieurs sur la meilleure manière d’améliorer les races existantes d’êtres intelligents.

Il y a ici, la promotion d’une théorie pseudo-scientifique d’évolution théiste eugénique, un dessein intelligent, avec l’intervention d’entités surnaturelles qui font un tri biologique.

P.630 – §6 L’améliorations constante d’une race aussi magnifique durant toute l’ère de lumière et de vie est largement une affaire de reproduction sélective chez les lignées raciales qui font montre de qualités supérieures de nature sociale, philosophique, cosmique et spirituelle.

Quelques ouvrages pour aborder le caractère erroné et dangereux de l’eugénisme :

L’Avenir n’est pas écrit, Albert Jacquard et Axel Kahn, Editions Pocket, 2001.

Selon le généticien Albert Jacquard : « Pour qu’une hiérarchie existe, il faut juger le patrimoine génétique humain en fonction d’un seul critère, ou du moins selon un critère offrant la synthèse de beaucoup de facteurs. Mais il s’agit toujours d’une synthèse unidimensionnelle. » (page 208).

Au delà d’une caractéristique, une hiérarchie ne peut plus exister. Il ne peut donc y avoir d’individus « inférieurs » et « supérieurs » puisqu’un individu ne peut se résumer qu’à une seule caractéristique. Et surtout sur quels critères reposeraient cette hiérarchisation ? Des critères purement subjectifs car idéologiques et philosophiques.

Pour ce qui est des gènes, il faut insister sur la notion de prédisposition. Selon une étude à laquelle Albert Jacquard a participé, les gènes responsables de la schizophrénie ne s’expriment pas forcément même si le sujet a hérité des gènes en question.

Sur une étude portant sur 1300 personnes chaque individu avait été classé en trois phénotypes : sains, schizoïdes (c’est à dire présentant des troubles mais non réellement schizophrènes) et schizophrènes.

La transmission de ces traits repose sur deux gènes hypothétiques n et x. Chaque personne avait donc trois génotypes : (nn), (nx) et (xx).

Les premiers (nn) étaient tous sains mais dans le cas des deux autres, il fallait faire intervenir une probabilité : les (nx) étaient soit sains, soit schizoïdes avec la probabilité 90% et 10% ; quant aux (xx), ils pouvaient avoir l’un des trois phénotypes avec les probabilités suivantes: 35% sains; 40% schizoïdes et 25% schizophrènes.

Ni Dieu ni Gène : Pour une autre théorie de l’hérédité, Jean-Jacques Kupiec et Pierre Sonigo, Editions du Seuil, 2000.

Jean-Jacques Kupiec et Pierre Sonigo affirment que les gènes ne sont pas les seuls acteurs dans le développement d’un individu. Ils ne peuvent pas totalement déterminer ce que sera l’individu. Selon eux, nous ne pouvons pas faire un lien direct entre les molécules produites par l’ADN de nos cellules et leurs effets sur l’organisation, la localisation et le fonctionnement des cellules d’un individu. Un individu n’est pas exclusivement le résultat d’un plan de l’ADN mais le résultat de multiples interactions soumises au hasard. Les conceptions sur l’ADN viennent souvent remplacer l’idée d’un Dieu imposant des normes qui façonneraient le vivant.

“Le gène semble ramené au rang d’un simple élément situé au même niveau que tous les autres facteurs intervenant dans la composition d’un organisme.” . J.J. Kupiec

L’eugénisme repose donc sur des réductionnismes propres au début du XXe siècle et sur des préjugés de classes dominantes comme celui de la « dégénérescence raciale ».

« Ce qui différencierait les hommes, leur diversité génétique, deviendrait plus important que ce qui les unit, leur humanité. ». Axel KAHN, généticien, membre du Comité National Consultatif d’Éthique.

« C’est bien au nom de l’idée de race et d’une vision hiérarchique de l’espèce humaine que le Code noir, les lois de Nuremberg, le statut des Juifs sous Vichy ou l’apartheid ont pu être pensés et mis en pratique. ». Jacques Tarnero.

On pourrait imaginer une société à deux vitesses où les individus auraient accès à l’assurance privée qu’en fonction de leurs gènes. Il y aurait ceux qui seraient « génétiquement favorisés » et… les autres. Les Droits de l’Homme seraient ainsi remplacés par le droit des gènes. Ceux qui auraient tiré le mauvais lot à la loterie seraient exclus et ne pourraient pas s’épanouir librement.

Les fondements de l’eugénisme, Jean-Paul Thomas, Que sais-je?, n° 2953, PUF, 1995.

Une révélation bien humaine

Ce livre est aujourd’hui bien dépassé au niveau scientifique et dangereux au niveau de ses développements eugénistes.

Au niveau cosmologique, il développe une genèse de notre univers avec les connaissances du siècle dernier. On y voit par exemple la galaxie d’Andromède à 1 Million d’années-lumière comme l’affirmait le scientifique Hubble à l’époque. Or, cette galaxie est en réalité à 2,2 Millions d’années-lumière. Le Livre d’Urantia ne parle pas de Big-bang, il date l’origine de notre galaxie à 987 milliards d’années. Or, notre univers est né voilà 13,7 milliards d’années. On a d’ailleurs décelé les traces de cette explosion originelle. Par ailleurs, le nombre d’étoiles ne coïncide pas avec les données de la science d’aujourd’hui. En effet, on nous dit que le superunivers d’Orvonton est éclairé et chauffé par 10 000 milliards de soleils flamboyants. Sur un nombre de 7 superunivers assez uniformes nous dit-on, on obtiendrait 70 000 milliards d’étoiles. Or notre univers contient au moins de 10 000 à 100 000 milliards de milliards d’étoiles observables. Le Livre d’Urantia reflète encore les données incomplètes de la science de l’époque.

Au niveau biologique, le Livre Urantia affirme, par exemple, que nos chromosomes sont au nombre de 48 comme le voyaient aussi les scientifiques de l’époque. Or, il sont au nombre de 46…

Et bien d’autres exemples qui montrent que ces supposés êtres célestes étaient bien mal renseignés.

Les exemples d’erreurs scientifiques sont nombreux et les apparentes prophéties ne sont en fait que des connaissances bien connues à l’époque où le livre fut élaboré.

L’ensemble de l’ouvrage ne développe rien de fondamentalement nouveau. Le livre rassemble simplement des doctrines bibliques, gnostiques, des enseignements protestants des adventistes du septième jour, des vues théologiques libérales, des conceptions inspirées par le darwinisme de l’époque insérées dans une théorie d’évolution théiste, etc. Les plus contestables sont les vues racistes du début du siècle dernier avec ces races de couleurs inégales et cette croyance en une dégénérescence de l’humanité, ainsi que de la nécessité de pratiquer l’eugénisme en favorisant génétiquement des individus qui seraient supérieurs.

Le Livre d’Urantia exprime de façon évidente les conceptions personnelles de deux hommes imbus de l’idée de créer une nouvelle religion dite révélée. Ce livre a au moins le mérite de faire réfléchir sur la portée d’idéologies qui proposent un monde idéal au nom de croyances religieuses en un être divin.


http://enfant-prodigue.com/spip/html/urantia-eugenisme.htm

Vu sur http://rustyjames.canalblog.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2014/ Elishean mag



Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2014/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

ISOLATION + CHAUFFAGE pour 1 euro. Nouveau dispositif 2020

Vérifiez votre éligibilité !

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares