A la Une Prophéties Spiritualité

Le Cycle du Phénix, le destin du monde et l’accélération de la Fin des Temps

Ce qui suit est une traduction d’une série de Manly P Hall sur le Cycle du Phénix qui apparemment se renouvelle tous les 600 ans. 

Ce que nous tentons de faire dans cette série de cours est de donner à l’étudiant en religion comparative et en philosophie une base de travail à un niveau historique. Nous réalisons actuellement que l’histoire n’est pas seulement un résumé des circonstances misent en place par les idées humaines, c’est aussi l’enregistrement continu des causes et des effets et le travail acharné inévitable de lois dont certaines furent établies il y a bien longtemps.

Au 6ème siècle, la naissance de l’Islam

Nous allons nous occuper de cette phase du cycle du Phénix qui commence au sixième siècle de l’ère chrétienne et parce que c’est une période importante et critique et parce qu’elle est enveloppée par cette obscurité que nous appelons plus généralement l’Âge Sombre, il y a certains points que nous allons traiter avec un peu de temps.

Nous avons un terme commun : L’âge Sombre…

Et sémantiquement parlant, de temps en temps nous ne comprenons pas la signification de ce terme.

L’âge Sombre n’était pas fait que de siècles dans lesquels rien ne se passa. Pendant ces générations longues et difficiles une grande partie de l’histoire fut construite et plein de fondations furent établies pour les choses à venir plus tard.

L’âge Sombre a deux significations en tant que terme employé quotidiennement. Premièrement pour l’historien, il signifie une période historique durant laquelle les enregistrements étaient inadéquates, dans laquelle des circonstances variées conspiraient soit contre la préservation des enregistrements ou soit la confusion de l’esprit humain semble ne pas avoir laissé beaucoup d’enregistrements concis ou consécutifs. La deuxième signification du terme vient des comparaisons entre l’enseignement classique et la condition d’un peuple durant le sixième siècle après JC.

Le monde classique s’était effondré, les arts et les sciences ne s’épanouissaient certainement pas, la littérature ne progressait pas, la science était comparativement immobile, donc le terme Âge Sombre peut aussi vouloir dire des années qui sont non productives.

Pas des années dans lesquelles rien ne s’est passé, mais des années dans lesquelles l’individu et le collectif étaient tous deux si concernés par l’immédiat qu’aucune chose ressemblant à une perspective sur le long terme, une politique large et générale ne peut être dit s’être révélée.

L’âge Sombre d’après un historien anglais devrait être perçu comme ponctué par quelques individus remarquables qui ont été rappelés en tant que personnes.

Nous les mentionnerons alors que nous avancerons, ou quelques uns d’entre eux.

Mais en général nous pouvons dire que la littérature déclina, que l’esprit humain devint peut être trop absorbé dans le simple problème de survivre, que la survie physique de l’individu, au milieu d’une période excessivement impliquée de ce que nous pourrions pratiquement appeler du matérialisme. Pas le genre de matérialisme que nous connaissons, mais un matérialisme dû à la focalisation de l’attention sur certaines valeurs en ignorant d’autres valeurs d’une signification plus grande et peut être plus permanente. Donc essayons de nous orienter dans cette période particulière en étant un peu plus clair dans nos esprits.

L’Empire Romain de l’ouest s’est effondré, c’était une considération très importante. Car un peu plus tôt le Christianisme s’était aligné avec l’Empire Romain par la conversion de Constantin le Grand et plus tard par les puissantes activités de Justinien Premier. A la suite de ces hommes, le Christianisme s’identifia tellement avec Rome que le destin de Rome influença lourdement le destin de la jeune religion.

Avec la chute de l’empire de l’ouest, Rome fit place forte dans l’est créant une cour splendide à Byzance, et nous avons la naissance des empereurs Byzantins. Le plus important de ces empereurs pour l’instant est peut être Justinien Premier. Ce largage de l’Empire Romain Européen fit place à un vide très triste et très lamentable. L’entrée des tribus Teutoniques, les Goths, les Huns, les Ostrogoths, ces tribus ont conquis Rome, pillé Rome, et ont fait tout ce qui était possible pour réduire le statut économique de Rome.

Curieusement cependant, ces étrangers ont fait très peu d’efforts pour diriger Rome. De tout ce que nous pouvons dire, ce que les invasions teutoniques accomplirent dans la vie culturelle de Rome étaient de créer une très fine couche de concepts et philosophies teutons qui furent imposés à l’esprit latino-romain.

Le citoyen lambda de Rome elle-même reconnaissait à peine que les teutons avaient pris possession de l’Empire de l’Ouest. Ils vivaient comme avant, leur gouvernement interne était comme avant, mais bien sur ils avaient reçus quelque chose dont très peu de gens fiers s’en sont jamais remis, une défaite écrasante. Une défaite qui bien sur ne pourrait jamais être vengée car les circonstances ne permirent jamais la restauration de l’empire de l’ouest.

Ainsi nous avons un facteur psychologique important, Rome était la fondation de la civilisation de l’ouest, les procédures romaines, les pensées romaines, le gouvernement romain s’étaient prolongés dans la plupart de l’Europe et sous la pression et la force de la position Romaine, un code/crédo vint au monde que l’on pourrait appeler le code Romain, c’était la manière Romaine de faire les choses et bien sur quand qui que ce soit réussissait par sa manière de faire les choses il devint important.

Donc presque tout le monde suivait Rome tout comme de nos jours ou jusqu’à récemment la plupart des nations du monde ont été influencées par notre manière américaine de vivre et particulièrement par nos films et elles essayent de copier nos styles et modes, nous sommes un succès parce que nous copions ce qui a du succès.

Rome était un succès et la plupart des zones colonisées devinrent plus ou moins compétitives dans leurs efforts de devenir comme Rome. Puis Rome s’effondra. Et le grand modèle, la manière de vivre fut perdue et détruite.

Certaines circonstances avaient aussi leurs rôles dans cette affaire.

Justinien qui était arrivé juste avant que le Phénix n’ouvre ses ailes à nouveau sur l’Europe, Justinien fit fermer les écoles Grecques, en d’autres termes il s’empara du prestige de l’empire de l’est et jusqu’à un certain degré ce prestige s’est étendu sur ce que nous appellerons les restes de l’empire de l’ouest. Il fit disparaître le prestige pour l’apprentissage. Il fit fermer les académies, il interdit les professeurs grecs de continués d’enseigner. De cette manière plutôt forte d’après les forts préjugés du jour tout cela contribua à l’avènement du Christianisme. Justinien était sans aucun doute sous une grande pression et le Code de Justinien qu’il créa eu d’autres conséquences importantes. En premier lieu il supprima certaines influences militaires sur la loi civile, qui devint assez importante.

Mais bien plus que cela, il donna une influence supplémentaire à l’Église dans l’administration de la loi civile. Ainsi il démarra quelque chose qui a établit un président et plaça un coin qui plus tard serait élargi et serait forcé dans une situation plus large par le pape Grégoire le Grand.

Justinien a rendu possible l’apparition du Pape Héros.

Il a établit une situation dans laquelle il était possible pour l’Empire Romain et l’Empire de l’Ouest de s’échapper graduellement de l’influence teutonique et de devenir un vassal de l’Église.

Ainsi à ce point critique nous voyons le début de ce que nous pouvons appeler le Saint-Empire Romain.

L’Empire Romain sous le contrôle d’une série de papes puissants et brillants qui intervinrent et prirent la place de César et qui devinrent comme César le Pontifex Maximus ou le grand gardien du pont, et graduellement l’empire de l’ouest devint le Saint-Empire Romain. Ceci accompagné par de vastes programmes Évangéliques et Missionnaires envoyés dans les zones européennes distantes, résultèrent graduellement à la conversion des peuples teutons. Et eux à leur tour, plus tard jouèrent un rôle dans le Saint-Empire Romain. Mais avec la conversion des Teutons et Francs et plein d’autres groupes, les Britanniques, nous avons la voie préparée pour l’élévation de Charlemagne, roi des Francs et Empereur du Saint-Empire Romain. Cette combinaison de circonstances constitua aussi un changement majeur dans la vie politique européenne, la vie sociale de l’Europe.

Alors que toutes ces choses eurent lieu dans cette zone, nous pouvons mentionner quelque chose d’autre. A savoir que le Saint-Empire Romain hérita d’une querelle la plus piquante de tous les temps et c’était la querelle entre les Romains et les Perses.

Pendant des siècles Rome épuisa ses trésors et épuisa ses ressources humaines en essayant de protéger les provinces de l’est des Perses. Les Perses remportèrent progressivement les victoires et amenèrent certainement l’Empire Romain dans une situation plus qu’humiliante et embarrassante.

Mais cette situation particulière aura de plus en plus d’importance par la naissance de l’Islam. Car l’Islam prit place soi disant dans la zone de l’ancien empire Perse. Et ce que les Romains et Perses avaient combattus pendant des siècles devint plus tard le fardeau du Saint-Empire Romain en combat avec l’Islam. Les territoires régionaux généraux n’étaient pas spécialement différents.

En même temps le reste du monde n’était pas simplement mort, dans notre pensée nous nous projetons rarement en dehors de l’Europe et du Moyen Orient dans ces périodes ou ères que nous appelons le début l’âge Sombre.

Actuellement plein de choses se passaient à d’autres endroits et nous pouvons dire que grosso modo la civilisation bougea de l’Europe. C’est un des faits majeurs que nous devons affronter.

Nous disons que la civilisation se déplaça de l’Europe pour plusieurs raisons : Quand Justinien fit fermer les académies et rendit impossible pour les étudiants non chrétiens de fonctionner dans l’Empire Romain, ils bougèrent immédiatement en Arabie, s’attachèrent directement à la cour du Calife de Bagdad et trouvèrent là bas un nouvel épanouissement de littérature et d’art et d’apprentissage et de libéralisme. Ils trouvèrent à leur contentement qu’ils étaient tombés sur un groupe de gens qui voulaient vraiment apprendre. Ainsi un gros paquet de la connaissance classique bougea du Christianisme et bougea de l’Europe, vers ces zones éloignées sans que l’Église Chrétienne n’ait le pouvoir d’empêcher cela.

A cette période l’Église était en elle-même dans une sorte de confusion, une série de conseils démarrant par le premier conseil de Nicée et finissant par Constantinople, brisèrent l’Église en plusieurs groupes schismatiques.

L’Église de l’est s’en alla complètement et ne s’associa plus jamais avec l’Église de l’ouest. Au même moment les hérésies de différents types, les hérétiques qui étaient pour la plupart des gens brillants, ces hérésies étaient anathématisées, les hérétiques étaient excommuniés et s’ils n’étaient pas partis le plus rapidement possible ils auraient affronté la peine suprême pour hérésie et c’était la mort.

Un des groupes qui partit durant ces jeunes temps était bien sur les Nestoriens qui apportèrent certaines des philosophies les plus fines du Christianisme au Proche Orient et finalement en Extrême Orient, aussi loin que la Chine et l’Inde. Ce départ de libéraux, cette division graduelle au sein de l’Église entre le libéralisme et le groupe conservateur, avait aussi ses effets sur cette période critique.

Un grand changement était en préparation, et les circonstances ont été construites dans cette direction avec une incroyable intensité.

A cette même période, peut-être un petit peu plus tôt mais poursuivant le même modèle était l’incroyable expansion du Bouddhisme en Asie.

Le Bouddhisme d’une manière étrange ne s’est pas si étendu que ça dans les frontières de ses régions natales de l’Inde comme il l’a fait dans les régions environnantes. Mais du quatrième au cinquième siècles après JC, nous trouvons la grande migration de pensées bouddhistes, s’étendant et atteignant graduellement une position d’autorité puissante qui domina la pensée asiatique. Ce n’était pas une autorité suprême mais c’était une influence modificatrice très puissante.

Premièrement, ils apportèrent un centre d’apprentissage à l’est car les bouddhistes étaient à l’Asie ce que les Grecs étaient à la civilisation classique de l’Europe et du Proche Orient. Le bouddhiste était principalement un éducateur, il n’était pas seulement un missionnaire mais il était un étudiant, il ne désirait pas seulement apporter sa doctrine mais qu’elle soit utilisée dans les arts et les sciences.

Peu importe où il allait il amenait non seulement avec lui les textes, le Tipitaka, le livre de la Loi, mais il amenait aussi avec lui des informations sur le tissage, la médecine, l’agriculture, il était concerné par pratiquement tous les problèmes pratiques des gens. Cela impliqua une amélioration rapide de la manière de vivre dans plein de nations asiatiques.

Il est intéressant de réaliser qu’entre 400 et 500 AD (après J.C.), nous sommes de plus en plus proches à notre période, le Bouddhisme fit sa déclaration scientifique la plus profonde car à cette période les étudiants bouddhistes déclarèrent que la Terre était ronde, déclarèrent qu’elle était un corps solide dans l’espace et déclarèrent que l’espace autour de nous contient un nombre infini d’autres corps d’un genre similaire qui sont aussi habités par des personnes vivantes. C’était quelque chose d’absolument incroyable à cette période et cela nous donne une petite idée du niveau de réflexion de ces gens.

A cette période nous voyons aussi le Bouddhisme rentrer dans l’éducation et avons la naissance des grandes universités à Nalanda, une des écoles la plus importante en Asie. Une université qui avait un corps étudiant de 25,000 moines. La plus grande université du monde à cette période, bien plus grande que tout ce qui avait été créé en Grèce ou à Rome à cette période. Parmi plein d’autres choses cette université enseignait le Christianisme en religion comparative. Quelque chose qui est aussi très difficile à imaginer pour nous. Les étudiants diplômés de Nalanda causèrent de grands remous en Asie et accomplirent pour la première fois quelque chose qui ne sera pas accomplit en Europe avant plusieurs siècles et c’est ce qui pourrait être appelé un Clergé lettré. C’était quelque chose dont la Chrétienté était tracassé, car il a fallut attendre quelques temps avant que Charlemagne et les autres Chefs ne créèrent des monastères en Europe.

Mais le prêtre éducateur Indien, avec ses livres, avec ses instruments scientifiques et avec sa perspective générale tolérante envers l’apprentissage devint une sacrée force. Et bien sur un des diplômés d’une des universités de Nalanda, Padmasambhava, ouvrit plus tard le Tibet.

Cette ère était plutôt importante dans la pensée asiatique, elle a conduit à la montée d’un pouvoir en Asie. Et cette influence bouddhiste continuera jusqu’au douzième siècle lorsqu’elle sera presque complètement détrônée par les régions autour de l’Inde à cause de la montée de l’Islamisme.

Maintenant prenons un autre endroit, que se passait-il dans l’hémisphère ouest à ce moment là ?

Nous savons que le vieil empire des Mayas du centre de l’Amérique était au VIè siècle peut être une des zones la plus cultivée/culturelle du monde. Nous savons qu’à cette période ces gens dans l’hémisphère ouest étaient accomplis dans leur capacité architecturale, ce qui les mirent presque au même niveau des grandes académies étruviennes de Rome et des grands batisseurs de pyramides Égyptiens.

Nous savons aussi qu’ils maitrisaient en astronomie et avaient le calendrier le plus parfait jamais inventé par l’homme, si parfait que les conquistadors le copièrent quand ils ont conquis la région car il était plus précis que le calendrier Julien ou le Grégorien.

Le calendrier Maya est probablement le seul du genre où vous pouvez prendre n’importe quelle date il y a des millions d’années et trouver le jour de la semaine presque instantanément.

Ce calendrier qui était une chose très perfectionnée dépendait d’une connaissance avancée en astronomie et ces gens possédaient cela aussi. Ils possédaient une capacité scientifique inhabituelle dans plein de domaines et départements d’apprentissage, ils maitrisaient plein de matériaux et substances que plus tard nous utiliserions grâce à eux.

Ils avaient aussi un état social très développé où la pauvreté était pratiquement impossible et alors que l’Europe était engagée dans cette terrible confusion dans cette période entre le cinquième et dixième siècles, ces gens ont maintenu le record mondial de la paix car chez les Mayas il n’y a pas eu de guerre pendant plus de 500 ans. Le plus long record de paix jamais tenu par l’homme.

Toutes ces choses nous indiquent que quelque chose est entrain de se passer partout dans le monde et c’est une section critique et importante dans nos réflexions.

Donc permettons-nous de sonder juste pendant un moment, mettre à jour, l’état général des choses quand un évènement très important a lieu.

Nous savons que l’Europe était en pleine déprime et c’est le mieux qu’on puisse dire pour elle. La communication était pratiquement inexistante, le transport et moyens de transport comparativement inconnus, l’Europe était à cette période dirigée par une bande de dirigeants qui ne pouvaient pas signer leurs propres noms ou lire des documents officiels.

Nous savons aussi qu’à cette période, les vieilles écoles qui avaient jusqu’à un certain degré dominé la pensée, étaient les faiseurs d’opinions, ont disparues et que l’Empire Byzantin était loin de l’Europe, trop loin pour être d’une assistance vitale et que Byzance elle aussi se battait avec l’inévitable et essayait de s’extirper de la confusion avec l’Empire Perse.

A cette même période aussi loin que nous sommes capables d’apprendre, il n’y a seulement que quelques forces opérationnelles qui nous donnent une quelconque fondation d’optimisme, une de ces forces était Grégoire le Grand. Il essaya de lier sans cesse les pouvoirs politiques de la jeune Église.

C’était peut être une circonstance inévitable, parfois nous nous disons que ce pouvoir du pape Grégoire reposait violemment sur un autre groupe puissant, ce n’est pas vrai, il rassembla les restes d’un pouvoir qui n’existait plus. Il n’a pas détrôné qui que ce soit, il chercha dans la poussière pour ce qu’il restait. Et ayant reconnu un grand besoin, il s’interposa et commença à unir la Chrétienté.

Il commença à reconnaitre l’importance d’avoir un dirigeant en Europe, personne d’autre ne dirigeait. Ils n’étaient pas capables de s’unir sur n’importe quel problème ou sujet. Ils étaient jusqu’à un degré entrain de se battre violemment afin de maintenir des positions isolées qui étaient précédemment protégées pour eux par Rome. Cette protection avait disparue, et les petits rois et princes se trouvèrent constamment en conflit dans leurs propres régions.

Cependant une chose s’est graduellement passée et c’était la conversion de ces gens au Christianisme. Ainsi cette masse d’humains éparpillés qui avaient perdu le pouvoir d’adorer l’aigle et les standards de César n’avaient qu’un seul dénominateur commun et c’était le pouvoir naissant de la Chrétienté. Et Grégoire s’empara de ce pouvoir naissant, et il avait trouvé qu’il avait découvert un point de cohésion et il bâtit sur ce point de cohésion. Il bâtit avec vigueur et force, il balança ses grands pouvoirs ecclésiastiques de grande liberté mais il a accomplit une chose. Il a prit un peuple sans chefs et sans têtes et les lia ensemble autour du pouvoir des archevêques à Rome.

Ainsi, de cette situation s’est élevé ce s’est appelé plus tard l’Empire Romain. Un empire qui gagna une cohésion centrale de ne plus jamais tenté de conquérir par les armes mais de tenté de conquérir par la croix, en envoyant des missionnaires pratiquement chez tous les gens belligérants, se battant pour leur conversion et utilisant n’importes quelles tactiques nécessaires dont la plupart n’étaient pas entièrement éthiques.

Mais le problème apparaissait être le grand besoin pour la force, pour d’une manière empêcher tout le modèle entier Européen de s’effondrer totalement ou bien rien du tout. Et cette urgence particulière produisit certainement un individu fort et plutôt ingénieux, quelqu’un qui pourrait être comparé aux grands organisateurs de l’histoire même si nous ne lui donnons pas toujours une telle importance.

Toutes ces choses se passaient mais la jeune Eglise n’avait pas seulement des problèmes en son sein mais avait développé une attitude particulière, et cette attitude était si théologiquement agressive qu’elle énerva et irrita plein de chefs dans différents groupes à différents niveaux de penser. Donc jusqu’à une certaine mesure l’Église émergea en tant qu’agent persécuteur. Un agent qui soit convertirait soit détruirait.

Et dans le processus de lier ensemble le futur Empire Romain beaucoup fut détruit. Il y a probablement eu autant de morts chez les Païens et Chrétiens qui avaient tentés de lier l’Empire Romain que chez les Chrétiens dans le précédent Empire Romain Païen. C’était une condition difficile et tout le monde se positionna sur le terrain que la fin justifie les moyens. Plein de gens n’étaient pas d’accord avec cela cependant et il y avait une forte division de sentiments et opinions.

La plupart de cette division se trouvait dans le désert d’Arabie où les intellectuels observant à distance et eux-mêmes étant peut-être éduqués dans des écoles Greco-Romaines, étudiants de Platon et d’Aristote, mathématiciens, ces hommes observèrent la bataille pour le contrôle de l’Europe de la jeune Eglise. Et leurs voix furent levées contre elle. et leurs voix ont également fait écho chez les chrétiens hérétiques qui avaient trouvé refuge dans ces régions égarées.

Et au milieu de tout cela nous notons la naissance de l’Islam […]

Nous avons la naissance de l’Islam, qui correspond presque exactement aux années critiques de notre cycle du phénix.

Durant cette période, à nouveau, la Nature remplit un vide.

La faillite générale des valeurs essentielles produisit à partir de ses propres urgences le genre d’individu qui s’élève si souvent sous de telles conditions, et dans ce cas, Mahomet.

La vie de Mahomet a été écrite par probablement 300-400 auteurs différents, l’un des comptes rendus le plus intéressant est donné par Carlyle (?).

Mahomet était un homme dont le passé est inconnu, ayant des opportunités très limitées et vivant dans une zone comparativement peu importante du point de vue de la pensée mondiale. L’élévation de Mahomet en Arabie était aussi phénoménale que l’élévation de Jésus à Jérusalem. Ce n’était pas quelque chose qui était prévu. Ce n’était pas quelque chose qui semblait être raisonnable. Cependant les circonstances l’entourant l’ont presque rendu inévitable mais à l’époque personne ne réalisait que cela était vrai.

Mahomet lui-même en tant que personnage et personne a probablement été sujet à plus d’abus que n’importe quel autre dirigeant mondial reconnu. Je suppose qu’il n’y a pas eu d’autre chef religieux d’une grande foi survivante qui a été autant insulté et attaqué ou dont la mémoire a été tant ridiculisée et condamnée. Nous nous attendons à ce que ces choses se passent quand une grande foi ne fonctionne pas ou quand le chef est inadéquat. Mais nous avons ici la situation presque incroyable d’une grande religion, d’une grande foi, qui n’a pas failli mais continua et devint l’une des forces moralisatrices la plus puissante de l’histoire de l’humanité.

Et le monde a peut être maintenu son approbation par rapport au problème de Mahomet plus que n’importe quel autre grand chef dont la direction amena vers une fin réussie.

Actuellement cependant ces mêmes condamnateurs et critiques avaient si peu à offrir sous la forme d’évidences solides, qu’ils ont été incapable de faire de Mahomet une mauvaise personne peu importe combien ils essayèrent. Ce qu’ils ont été capable de faire dans la plupart des cas est de l’avoir dépeint d’une perspective religieuse et d’avoir déclaré qu’il était l’antéchrist. Et bien sur ce genre de pensée de la part de l’Ouest n’a rien fait pour améliorer les relations Est-Ouest dans la situation christiano-islamique.

En fait cela posa une fondation si misérable qu’elle mena inévitablement aux croisades dans le prochain grand cycle du phénix 600 ans plus tard.

Actuellement, de tout ce que nous pouvons apprendre de Mahomet à la fois de ceux qui le percevaient respectueusement et ceux qui auraient aimé l’avoir condamné, si ce sont des gens justes nous avons l’image d’une personne intensément humaine et intensément réelle. Nous savons par exemple qu’il est né et a été élevé au centre d’un pays ou d’une culture que nous appelons le Sabéisme.

Le Sabéisme était la religion préislamique de la région, c’était essentiellement un culte stellaire, c’était la vénération des forces naturelles qui contenait un stratum considérable de mysticisme et qui pourrait être généralement comparée au shintoïsme du Japon. C’était une foi qui se centrait dans une ancienne maison d’idoles et de vieilles croyances et c’était la Kaaba à la Mecque.

C’était un bâtiment très ancien dédié à plein de dieux et servit par une prêtrise dont Mahomet entretenait une suspicion intense. Mahomet ayant grandi dans cette zone réalisa une chose qui peut être influença sa jeune vie plus que toute autre chose, à savoir qu’il était forcé chaque jour de voir des prêtres exploiter des hommes. C’était un des facteurs les plus importants. La Mecque était le centre du pèlerinage d’un ancien peuple vers l’autel de leurs dieux.

Aussi à cette période la Mecque était la ville d’un banditisme organisé. Les pèlerins qui allèrent là-bas étaient battus, volés et tués pour peu importe ce qu’ils avaient dans leurs poches. Alors qu’il n’est pas vrai que tous les prêtres Sabéens étaient corrompus ils n’étaient certainement pas capables de contrôler leurs gens. Et la Mecque devint une ville qui se nourrissait de la foi des hommes. Les vieux, les faibles, les handicapés et les mourants allèrent là-bas pour la bénédiction de leurs dieux et ici ils étaient profondément exploités. Là-bas ils étaient presque détruits par des gens qui déclaraient avoir les mêmes croyances qu’eux.

Et Mahomet, apparemment un homme très consciencieux et pensant, se tint et observa cela. Il devint convaincu tel qu’il le raconte lui-même qu’un grand morceau de la religion existe simplement pour exploiter l’ignorance, la superstition et la bonté essentielle de la nature humaine. Maintenant il aurait probablement rencontré différentes fois où il aurait pu dire la même chose, s’il avait vécu plus longtemps. Mais dans tous les cas, tout ce problème était réellement important dans la vie de cet homme. Après avoir été souvent laissé, il s’attacha à la maison de son oncle et devint un leader de caravanes.

Il était le gardien ou le gérant de caravanes. Et il voyagea avec ces institutions merveilleuses et étranges partout dans le désert. Il alla dans plein d’endroits distants et étranges et sur ces longues routes qu’il fit, il s’arrêta souvent du côté d’un oasis ou d’un petit village où les chrétiens Nestoriens s’étaient réfugiés.

Il découvrit ces ermites dans le désert. Il découvrit que c’était des hommes qui ont été persécuté par les leurs et qui n’étant pas prêts à compromettre leurs principes s’engagèrent dans une existence précaire dans la nature sauvage. Il découvrit le long de la route les os de ceux qui n’avaient pas accomplis la journée. Il découvrit des petites tombes marquées par des croix brutes de ceux qui n’avaient pas survécus longtemps et de ces Nestoriens et de ces lieux de marché où les caravanes troquaient leurs biens il entendit l’histoire de la tragédie de l’Ouest.

Il nous rapporta définitivement les choses qu’il avait entendues. Maintenant soyons juste à propos de cela, ne soyons pas trop rapides dans nos conclusions. Nous devons nous rappeler que ceux qu’il avait écoutés étaient remplis de préjugés. Qu’ils étaient ceux qui étaient les hérétiques. Ils étaient ceux qui furent bannis, ils étaient remplis d’amertume et étaient probablement ceux qui ne trouvaient aucun bien dans n’importe quoi qu’ils avaient laissés derrière eux, donc soyons honnêtes à propos de tout cela, il n’y a aucun doute que certaines histoires étaient exagérées, comme pratiquement toutes les histoires sont colorées si l’individu lui-même a personnellement souffert en tant que résultat d’une circonstance.

Cependant dans tous les cas, colorés ou non, certains faits devinrent généralement connus le long de la route des caravanes qui était le grand lieu de bavardage de l’ancien monde.

Les gens vinrent de tous les endroits pour vendre des biens et beaucoup parler. Être caravanier était un travail solitaire, difficile et dangereux et la seule récompense était une conversation plaisante à la fin. Donc Mahomet s’arrêta avec ces prêtres et ces moines, il étudia ce qu’ils savaient et croyaient et une des choses qu’il découvrit est qu’il y avait des fois différentes de celles de la Mecque.

Il découvrit que les hommes à différents endroits du monde avaient cherché la religion, il apprit quelque chose de la vieille religion juive, il apprit quelque chose de la figure héroïque de Moïse se tenant contre l’origine de cette lutte.

Plus tard grâce aux Nestoriens il apprit beaucoup de chose de la vie de Jésus. Et plus tard par les écrits dans le Coran il est possible qu’il fut capable de sécuriser des copies des jeunes écrits chrétiens. Dans tous les cas il entendit les histoires. Il entendit aussi les histoires des Grands Conseils, il apprit aussi la querelle qui divisa l’Eglise d’Orient de l’Eglise d’Occident. Il apprit l’étrange pression tyrannique par laquelle l’Eglise d’Occident força son intégration. Il n’apprit probablement pas la lutte, la tristesse, la misère et la malchance que l’Eglise devait aussi affronter. Il ne réalisait pas que dans une urgence l’homme peut uniquement faire ce qu’il peut ou ce qu’il croit être juste. Ces choses il ne les a probablement jamais sues. Mais il avait au moins la perspective historique d’un dilemme, d’un désastre, et il arriva à la conclusion dans son propre esprit que les enseignements que Jésus avait laissés ont pratiquement été effacés en moins de 600 ans. Que ça soit juste ou pas nous ne le dirons pas mais c’était ce qu’il croyait.

Il croyait que la Chrétienté qui alors luttait pour dominer l’empire de l’Ouest n’avait rien en commun avec les enseignements originaux de Jésus. Il arriva à une autre conclusion nous dirons plus prosaïque mais assez pratique, à savoir que Jésus lui-même avait utilisé les mauvais moyens. Après tout il y a des choses à considérer, que Jésus n’avait pas suffisamment utilisé de force en son temps pour créer une situation qui ne pourrait pas si facilement sortir du rang. Il croyait donc que les apôtres et les jeunes disciples auraient dû eux-mêmes intégrer la foi et non pas la laisser aux siècles à venir pour mettre ensemble ce modèle brisé et essayer de lui bâtir une consistance. Qu’il y avait trop de faiblesses dans la structure elle-même. Que ces faiblesses auraient dû être initialement comblées philosophiquement, scientifiquement, religieusement, psychologiquement, historiquement dans tous ses morceaux ; le Christianisme aurait dû être intégré dés le début. Il ne savait pas qu’il pouvait le faire mais il pensait que cela aurait dû être fait.

Il revint à la Mecque et il n’a pas été convertit à la Chrétienté tout comme il n’a pas été convertit au Judaïsme.

Il revint et à travers le temps, toujours en regardant, en observant, et en méditant à propos de tout cela il suivit un modèle qui n’est pas inhabituel dans ce genre de direction. Il prit pour lui-même la tâche de réformer la Mecque et il découvrit que cela était une procédure très difficile. Tout allait bien jusqu’à ce qu’il commence à se mêler des privilèges économiques des marchands et d’autres personnes. Et quand il commença à leur dire qu’ils ne devraient pas performer ces différentes actions maléfiques qui étaient si profitables ils se mirent alors contre lui.

Entre temps cependant l’homme avait incroyablement renforcé ses propres positions. Il maria une riche veuve, une femme considérablement plus vieille que lui. Et par ce simple coup de la chance il devint un citoyen dirigeant, il devint un grand homme à la Mecque. Le genre d’individu dont les autres s’agenouilleraient. Il devint aussi un homme riche et devint le maître de plusieurs caravanes. Il s’éleva presque immédiatement au niveau d’un aristocrate.

On peut penser que c’est une des tentations la plus sérieuse que le jeune homme devait affronter. Si c’est le cas il ne tomba certainement pas dans la tentation car il continua de tenter ses réformes bien qu’elles mettaient en danger sa propre stabilité économique.

Un épisode nous est préservé pour indiquer l’esprit assez astucieux de cet homme qui était un chamelier. A une occasion il était nécessaire d’enlever, pour restaurer le bâtiment, la lumière aérienne d’Ibrahim du coin de la Kaaba à la Mecque. Maintenant la « lumière aérienne » de la Kaaba était une pierre noire qui est supposée être tombée du ciel et est dit avoir été le pilier sur lequel Jacob se reposa la tête du temps de la vision de l’échelle. Elle était très connectée par les pensées du proche Orient et par les légendes Judaïques proches qui sont rentrées et sorties.

A la Mecque se trouvait plusieurs familles grandes et puissantes et la plupart devenaient riches grâce aux pèlerins. Mais chacune de ces familles disaient que c’était le droit de leur famille de bouger la pierre dans le but que cet objet sacré ne soit pas abimé. La pierre fait à peu près un pied carré et il était pratiquement impossible pour tous ces individus dans leur retenu de faire bouger la pierre. Il n’était pas possible pour certains de la bouger en premier et d’autres de la bouger plus tard à cause de la grande importance de la présidence. N’importe qui qui était en deuxième ligne perdit le vote et cela ne pouvait pas être fait. Donc dans leur dilemme pour certaines raisons ils allèrent à Mahomet le nouvel aristocrate, qui avait lui aussi désormais le droit de mettre ses mains sur la pierre s’il le pouvait.

Mahomet contempla le problème pendant un moment et dit voilà comment nous allons le faire, nous allons prendre un merveilleux drap enrichi par une magnifique tapisserie, ou quelque chose du genre, une grosse, nous placerons la pierre au centre de la tapisserie et la plupart des participants pourront prendre un morceau ou un coin de la tapisserie et pourront le faire tous ensemble en même temps. Cela a été fait et une sérieuse situation fut évitée ce qui indique que Mahomet était un homme très astucieux pour avoir trouvé à sa manière la solution à une énigme très difficile.

Alors que le temps passa cela devint évident pour cet homme qu’il ne pourrait pas espérer accomplir une réforme d’un seul homme en attaquant les vices dans leur noyau et ici nous devons nous mettre en pause à nouveau et mentionner quelque chose d’autre. Quelque chose que les critiques avaient utilisé contre lui et ce que les autres ne savaient pas commenter l’orienter, à savoir que Mahomet n’était pas un homme ayant une bonne santé.

Très tôt durant sa vie il développa une forme de maladie, peut être une maladie nerveuse, ses ennemis ont dit qu’il était épileptique. Nous ne sommes pas certains que cela était vrai mais il était sujet à une forme aigue de désordre nerveux qui le prenait presque comme une attaque cardiaque et lui causait fréquemment de tomber inconscient. C’était un homme qui souffrait apparemment d’une forme de problème interne sérieux que nous n’avons jamais été capables de diagnostiquer naturellement après tout ce temps.

Mais entre ses inquiétudes, ses peurs, ses anxiétés, ses scrupules et ses intégrités spirituelles basiques car l’homme en avait définitivement il arriva dans une situation de plus en plus difficile jusqu’à ce que sa femme devienne de plus en plus concernée par son mari. Elle voyait qu’il se brisait graduellement à cause d’une forme de poids interne énorme. Qu’une grande frustration envahissait de plus en plus son caractère. Et il est dit qu’elle était celle qui l’avait inspiré et amené à chercher une forme de consolation spirituelle pour ses problèmes. Elle lui recommandait de prier. Elle lui recommandait la manière des anciens pour ceux qui avaient des âmes remplies de problèmes pour qu’ils cherchent la vérité au fond d’eux-mêmes.

Et plus ou moins en accord avec ses sentiments par rapport à tout cela, qui peut être coïncidaient très fortement avec les siens, Mahomet décida de performer des veillées religieuses. Et pendant plusieurs années il alla à une montagne à l’extérieur de la Mecque appelé le Mont Hira, la montagne de la lumière. Et là-bas, dans une cave il pria que la foi originelle de l’humanité soit restaurée.

La religion des patriarches, la religion qui vint avant que l’homme ne brise la religion. La religion qui servirait tous les hommes. La religion qui était née de l’appétit spirituel original de l’humanité elle-même. Et ses prières devinrent de plus en plus fréquentes. La tristesse dans son cœur devint plus grande, et sa femme lui laissait du pain et de l’eau pour qu’il puisse continuer d’être jour après jour dans ces transes dans une cave le long du Mont Hira. Et finalement d’après Mahomet lui-même car quand nous arrivons à ce niveau nous n’avons aucune autre autorité que lui-même, et c’est le cas pour plein d’autres grands professeurs, Mahomet déclara qu’au milieu de ces veillées, dans le grand voyage de son esprit et de son cœur on lui donna une réponse.

Qu’au milieu d’une de ces longues nuits de prières et d’agonie, une figure radiante apparue dans la cave et se tint devant lui. Et c’était la figure de l’ange Jibril ou que nous appelons Gabriel. Et cette figure étrange et lumineuse tenait dans ses mains une écharpe, une longue écharpe qui était étendue et présentée devant Mahomet et sur cette écharpe se trouvait les premiers Versets ou Sourates du Coran écrits en lettres de feu.

Mahomet s’agenouilla au sol par peur, ne sachant pas ce qu’il s’était passé, puis regardant pathétiquement en l’air, nous pouvons à peine imaginer le pathos dans l’homme à ce moment, il dirigea son regard vers la figure radieuse et il dit « Oh Grand Être, je ne peux pas lire. Je ne sais pas ce que les symboles veulent dire. » Puis il est dit que l’ange le lui dit, les lisant pour lui mot par mot et plus tard il lui procura le pouvoir de lire ces figures bien qu’il ne pouvait pas en lire d’autres. Incidemment plus tard Mahomet apprit à lire et écrire. Mais à cette période il ne savait pas. Il était seulement capable de prendre les mots de l’Être et les mots qu’il lut, pour lui devinrent les choses les plus importantes du monde.

Après la fin de cette vision, le jeune homme, maintenant pas si jeune mais toujours en avance sur son temps, se dépêcha de descendre la colline pour rentrer chez lui et tomba à genoux devant sa femme et lui raconta toute l’histoire et la supplia de l’aider. Il la supplia de lui répondre à une question, était-il induit en erreur ? Cela voulait-il dire que dans la maladie de son esprit il avait juste créé cela lui-même. Etait-il possible qu’un esprit maléfique était descendu pour le décevoir. Pourrait-il croire ces choses ; Etait-il fou ? Et il est dit qu’il est resté là devant sa femme pendant des heures à pleurer. Elle ne savait pas quoi faire, la seule chose qu’elle pouvait faire c’était le consoler du mieux qu’elle le peut et elle lui dit : « Tu es une bonne personne, tu as toujours été honnête, tu as essayés pendant longtemps de faire de la ville de ta vie un meilleur endroit, tu n’as jamais été égoïste, tu n’as jamais arnaqué qui que ce soit, tu n’as jamais brisés les lois entre les hommes et Dieu aussi loin que je peux l’observer, pourquoi un mauvais esprit viendrait à toi ? Pourquoi cela devrait-il t’arriver ? Si tu n’es pas toi-même égoïste, si tu n’as aucune fierté, si tu n’as aucune vanité, et si tu viens là en pleurant pour me demander ; Pourquoi devrais-tu être déçu ? Qu’est-ce que cela veut dire ? Pourquoi cela devrait-il se passer ? ».

Mahomet regagna un peu de courage par cela, mais il était toujours dans une terrible incertitude. Et il est dit qu’une forme de folie l’affecta. Il s’égara, et un jour il se dit à lui-même, « la décision est trop lourde, je ne sais pas. Je suis un homme ignorant, je ne sais pas si cela est de Dieu ou du Malin, je ne sais pas si j’ai le droit d’y croire ; supposons que j’ai le droit, et ensuite j’ai été déçu et toute une génération d’hommes viendra après moi et ces hommes me croiront et seront tous déçus. Suis-je sur le point de créer quelque chose qui va détruire d’autres gens. Vais-je fonder une fausse doctrine. Comment puis-je savoir cela je n’ai aucun moyen de le savoir. »

Donc finalement il est dit qu’il alla au sommet d’une colline et il dit : « Je ne suis pas assez fort pour prendre une telle décision, je ne peux continuer de vivre car je ne sais pas quoi faire. », et il sauta dans le vide le long d’une falaise. Puis cette image radieuse lui apparut à nouveau, et l’arrêta. Et elle lui dit de ne pas avoir peur, de ne pas s’inquiéter, d’être patient et de tout simplement satisfaire sa propre âme que ce qu’il était en train de faire est juste. Qu’il ne fallait pas le passer aux autres à moins qu’il ne soit sûr en lui-même. Mais qu’il ne sera pas affecté par des esprits maléfiques ou qu’il n’était pas fou. Et qu’il devait s’armer de courage et de patience.

Mahomet revint chez lui, et il resta chez lui pendant un certain temps en ne faisant rien, il ne savait pas à quoi s’attendre ensuite. Puis cette chose grandie en lui par degrés, et au lieu de retourner à la montagne il découvrit qu’à certain moment cet esprit vint à lui. Et que quand il vint à lui il était dans une grande souffrance physique. Qu’il serait forcé de s’assoir, ou tomberait et ses serviteurs devaient le porter et le mettre sur un lit. Il est dit que son corps était couvert de sueur et parfois il suait du sang.

Que quand il se réveillait de ces expériences terribles il ne réalisait pas ce qu’il s’était passé. Mais selon plein d’exemples il ramena avec lui plein de morceaux, de ces étranges versets qu’il avait vus en premier sur l’écharpe aux mains de Jibril. Ceux-ci sont les éléments basiques de la fondation de la foi de l’Islam. C’est plus ou moins de la manière dont elle vint au monde. Elle n’est pas venue au monde en tant que chose splendide ou une grande chose, mais par la douleur et la tribulation d’un homme luttant pour quelque chose et apparemment appelé par une destinée.

Et alors que la foi prie forme et ses versets vinrent à apparaitre de plus en plus fréquemment, ils semblaient très beaux et merveilleux pour lui, il commença à les réciter à quelques-uns de ses amis.

Et l’un des deux hommes qu’il connaissait commença à les mettre sur papier. Et parfois il se tenait derrière un rideau, et quand ces étranges attaques le prenaient ils l’enveloppaient avec des attaches et ceux qui étaient secrétaires s’asseyaient et écoutaient ses mots. Et il parlerait et donnerait ses étranges discours, et de cette manière par degré il attira l’attention d’un petit groupe. Il est dit qu’en sa faveur sa femme était son premier soutien, et à côté de cela était les membres de sa propre famille. Donc il ne cherchait pas loin pour être soutenu, cela vint à lui naturellement.

Nous ne pouvons pas réciter toute la vie de Mahomet car cela ne servirait pas notre but, mais nous savons qu’à travers sa vie il y a des expositions brillantes de sincérité. (…)

Le Cycle du Phénix dans l’Histoire du Monde

L’étude de l’histoire est plutôt un sujet décourageant mais d’un côté il y a beaucoup de valeurs constructives à apprendre d’après les attitudes des historiens. La plupart des gens, en lisant, pensant ou dans n’importe quelle autre activité travaillent à partir d’une conviction basique qui leur est propre et si ils sont pessimistes ils trouveront du pessimisme partout, s’ils croient que l’histoire n’a aucun sens alors elle n’en a pas, mais s’ils croient que l’histoire pourrait être très similaire à la mémoire humaine elle-même, l’histoire de ce que l’on avait avant, d’où nous venons, et pourquoi sommes-nous ici, alors l’histoire se révèle petit à petit.

D’une certaine façon mystérieuse l’histoire nous donne au moins un indice des intentions de l’Existence.

Donc nous essayons de comprendre le genre de gens qui sont venus avant nous, et comment ils ont contribué à notre existence, comme cela quand nous deviendrons de l’histoire ancienne en temps et en heure les gens apprécieront ce que nous avons essayé de faire ou bien essayeront de nous comprendre, et pourront un jour peut être corriger un grand nombre d’erreurs que nous avons faites. L’histoire est une chose intéressante et Durand je crois a démontré beaucoup de ces aspects assez stimulants du sujet.

Si nous jetons un oeil sur les pages de l’histoire nous découvrons que le plus nous remontons le temps le moins de personnalités émergent. Pas à pas l’histoire devient de plus en plus floue où il semble que plein de gens ont fait des tas de choses et personne ne s’est intéressé à retranscrire leurs activités. Nous avons juste l’impression de disparaitre quelque part dans l’Antiquité. Il n’y a que quelques noms qui brillent jusqu’à la fin, et puis disparaissent à leur tour.

Donc il semble y avoir une division dans la société.

Il y a toujours eu une minorité qui a tenté d’être juste. Il y a toujours eu un groupe plus large qui a toujours empêché quiconque de faire quoi que ce soit de juste. Et il y avait un troisième groupe plus large qui se tapait de tout ça. Et ces trois là ensemble contribuent à ou détruisent la descente de la Connaissance.

Nous avons aussi un autre problème qui est, que le progrès a toujours été dépendant d’une forme de savoir, et alors que nous avançons les fondations du savoir sont désormais questionnées. Nous sommes persuadés que les choses que nous croyions savoir, nous croyions les savoir. Et il est très vrai que ce qui nous est venu de l’Antiquité peut maintenant être questionné et selon plein d’exemples ce que nous savions, était en fait invalide. Pourquoi ? Comment c’est possible ?

Pourquoi est-il si facile de réduire la sagesse que nous avons portée avec nous du passé ?

Eh bien je pense que nous devons réaliser que pratiquement toute l’Ancienne Sagesse est quelque part associée à la Religion.

Nos aïeux croyaient en un être divin ou un plan divin qui régulait toutes choses. Et ce plan divin a été interprété et ré interprété dans tous les endroits du monde et dans tous les Âges qui ont précédés. Donc maintenant la question que l’on se pose est de savoir si ces fondations étaient vraies. Ces fondations représentent en gros des choses partagées par plein de groupes ayant tous des passés différents, et grâce à ces fondations la survie de notre civilisation a été possible.

Du passé nous vient le vieux concept de la règle d’or, que nous devrions faire aux autres ce que l’on aimerait que les autres nous fassent. Pendant des siècles cela a été considéré comme une contribution valide, et elle apparait dans plus de 50 religions et philosophies dans des termes presque identiques.

Partout dans le monde les gens croyaient cela. Mais en ces jours peu de gens ont essayé de vivre avec, et il y a encore très peu de gens qui essayent de le faire de nos jours. Et alors que cela devient de plus en plus difficile de vivre non égoïstement nous voyons des livres sortir nous raconter que la règle n’a jamais été vraie en premier lieu ! Nous n’étions pas supposés traiter les autres comme nous espérions qu’ils nous traitent, nous étions supposés les racketter, leur prendre tout ce que nous pouvions et de les jeter. C’était la nouvelle règle ! La seule difficulté avec elle est qu’elle n’a jamais fonctionnée. Et amenait un désastre après l’autre.

Mais si l’on remonte à l’horizon des temps il y avait des individus, des personnes gentilles et sages qui ont essayé de faire les choses correctement. Dans les temps très primitifs l’être humain n’était pas éduqué comme maintenant. Il dépendait presque entièrement d’une interprétation intuitive de la Nature et du Monde autour de lui. Il a commencé à devenir très sage dans la sagesse du bien commun. Il est devenu conscient de certaines règles. Il est devenu conscient des désastres qui vinrent du fait de la violation de ces règles. Et quelque part dans tout ça on a le début de l’établissement de la moralité. Et à travers les Âges elle a été interprétée, élaborée, acceptée, reniée et certaines personnes se sont avancées et ont tenté de servir les besoins de la Famille Humaine.

Nous avons un héritage. Un héritage de Connaissance. Et cette connaissance n’est pas juste de la superstition, que cette connaissance n’est pas que des fausses doctrines, mais qu’elle a été abusée.

Quelqu’un pourrait dire et si elle était si bonne que ça pourquoi avons-nous des problèmes maintenant ? Eh bien ! Il suffit de regarder à droite à gauche pour voir la réponse à cela, et réfléchir pendant un moment, et réalisons que nous avons des problèmes maintenant pas parce qu’elles étaient bonnes, mais parce que nous ne les avons jamais utilisées.

Nous n’avons jamais été capable de séparer les principes de nos propres appétits et désirs personnels. Ce que nous Voulons passe en Premier. Si nous pouvons avoir ce que nous voulons éthiquement alors c’est merveilleux, mais Rare. Si nous voulons ce que nous désirons et si nous ne pouvons pas l’avoir éthiquement alors nous l’obtenons d’une manière ou d’une autre. C’est de cette manière que le monde a toujours fonctionné. Mais ça ne veut pas dire que les éthiques étaient mauvaises. Ca veut juste dire que nous ne pouvions pas vivre selon quelque chose qui n’était pas harmonieux avec nos propres ambitions et égoïsme.

Donc nous nous intéressons à ces choses et essayons de les comprendre un peu plus. Et essayons de voir la fin de vie de ceux qui ont tenté d’apporter de bonnes choses ! Et avec très peu d’exceptions, pratiquement tous ceux qui ont essayé de vivre au delà du mondain de leurs temps ont été sérieusement et atrocement punis. Nous savons que les uns après les autres les grands chefs de la culture humaine payèrent de leurs vies ou de leurs réputations à cause de leurs efforts d’avoir voulu aider l’humanité.

Presque 1200 ans avant le début de l’ère chrétienne nous avons Akhenaton le pharaon Egyptien.

Parfois on se réfère à lui en tant que le Premier Être Humain dont nous avons des enregistrements. Et Humain dans le sens d’un Homo Sapiens intelligent. Nous savons qu’il est mort le cœur brisé et quelque part sa mort a été accélérée par du poison.

Des années plus tard est venu Pythagore brûlé à mort lui et son école par un fanatique. Nous voyons aussi Confucius, ses derniers mots ont été « j’ai failli ». Nous avons Lao Tseu complètement désabusé qui s’est aventuré dans le désert de Gobi en quête de ce monde où les êtres humains et les sages vivent ensemble en paix. Zoroastre s’agenouillant face à l’autel de l’esprit de feu du Père tué par une lance plantée dans son dos. Le Christ crucifié. Mahomet empoisonné. Etc…

Ces grands professeurs enseignaient quelque chose que l’humanité ne voulait pas accepter. Quelque chose qui était contraire aux désirs et jusqu’à une certaine mesure contraire aux pressions environnementales qui existaient. L’idéaliste était toujours une personne isolée, et une très petite minorité de personnes entourée par l’égoïsme et la cupidité, la guerre et la haine. Et petit à petit les vieux vices les enferment et ceux qui essayent d’apprendre aux autres de bonnes choses sont brûlés au bûcher. Nous avons une histoire très triste de ceux qui ont tenté, de leur souffrance et de ce qu’ils nous ont donné. Ce sont les héritages les plus précieux qui nous avons dans cette génération présente.

Il y a bien longtemps quand la Philosophie et la Religion n’étaient pas divisées, les deux étaient aux mains des anciens sacerdoces, il y a eu l’établissement de merveilleux symboles qui nous sont venus en tant que Mythologies, Légendes et emblèmes héraldiques et toutes sortes de représentations pictographiques de la vérité universelle.

Et dans ce grand cycle les symboles étaient perpétués et préservés simplement parce qu’ils n’étaient pas compris et ainsi personne ne cherchaient à les détruire. Ou peut être que de la lecture simple, qu’une signification basique a été donnée, mais ça ne rentrait pas du tout dans l’image globale de ceux qui ne voulaient pas être instruits au delà de leurs satisfactions personnelles. Il y avait plein de manières différentes de perpétuer ces croyances qui nous sont si importantes.

L’un des symboles les plus intéressants est celui du Phénix.

Cet emblème semble avoir deux origines distinctes: l’une en Asie et l’autre en Egypte.

Le phénix asiatique était plutôt domestiqué, il pouvait y en avoir plusieurs dans le monde en même temps, les phénix mâles et femelles apparaissent fréquemment dans l’art Chinois. Ils étaient les protecteurs et douaniers des mystères de l’Immortalité. Ils étaient aussi associés aux secrets des drogues et potions mystérieuses par lesquelles les sages perpétuaient leur jeunesse. Le phénix était un oiseau de famille très sympa en Chine. Et il est pratiquement tout le temps représenté sublimement dans l’art. Aucun oiseau réel ne pourrait ressembler à cela. Le paon était un pauvre oiseau en comparaison.

Du côté des Egyptiens le phénix a été quelque chose de très difficile à analyser. Il a tout de l’apparence d’un oiseau qui ressemble beaucoup à un aigle mais ce n’est pas un aigle, et a un très beau plumage sur sa crête et a une très belle radiance dorée autour de lui et il n’y en a qu’un seul. Il n’y avait aucune manière de se reproduire pour le phénix. C’est un point très important. Car tous les 600 ans le phénix vole vers l’autel solaire, Héliopolis en Egypte, et mourait dans les flammes là-bas sur l’autel, brûlé et incinéré. Et par sa mort il donna naissance au Phénix, son corps sort des flammes pour donner naissance à un nouvel oiseau. Né des cendres de l’ancien.

Je suppose que vous voyez désormais que tout cela ne parle pas vraiment d’un gentil oiseau réel honnête. Il y a une autre signification à tout cela ici. Et le fait qu’il nous est donné en tant que symbole de la résurrection est pratiquement tout le temps une représentation du nouveau qui s’élève des cendres de l’ancien.

Tout comme la vérité s’élève des cendres de l’ignorance. Le courage s’élève des cendres de la peur. Et tout comme l’intelligence s’élève des cendres de l’ignorance. Le Phénix devint le symbole de la résurrection il devint le bon symbole pour représenter la croissance éternelle ayant lieu pour toujours dans une univers créé.

Il y a plein de dessins et types de Phénix et l’un des plus intéressants est celui du dessin original du sceau inversé des Etats-Unis.

Ce sceau n’est pas le sceau d’un aigle mais graduellement avec des modifications il a prit l’apparence d’un aigle mais cela s’est passé par le copiage de l’aigle de Napoléon, l’aigle d’Alexandrie et l’aigle de César. Ceux là représentent autre chose cependant, mais pas le mystérieux oiseau phénix.

L’Alchimie a probablement été le premier système à reconnaitre le mystère du Phénix.

Et dans la plupart des livres et manuscrits alchimiques il y a des illustrations de cet oiseau. L’histoire du phénix fait parti de l’histoire de la rédemption et régénération de toutes choses vivantes. Il est aussi un symbole de la pression perpétuelle de principes invisibles et leur victoire sur des erreurs visibles.

Commençons à étudier le cycle du Phénix.

Nous ne pouvons étudier cela que d’après les informations qui nous viennent du passé, si nous voulons croire à l’histoire du phénix il faut savoir que cela remonte au début. Et si nous considérons son ancienne signification elle continuera dans le futur lointain. Car le phénix marque un cycle de 600 ans.

Un cycle très étrange et merveilleux. Et si nous étudions l’histoire nous constaterons que ce cycle est clairement présenté, et d’une certaine manière il y a la présence d’une force mystique qui elle seule peut expliquer les changements qui se sont déroulés dans chacune de ces périodes de 600 ans.

Donc commençons avec celle qui parait être la plus intelligente du lointain passé et c’est 1200 ans avant Jésus Christ.

Cette période de 1200-600 avant JC a donné naissance à deux grands professeurs, Akhenaton en Egypte, et Moïse en Israël.

Ils arrivèrent au début de l’année du phénix, ou du cycle du phénix. Moïse n’est jamais entré en terre promise. Akhenaton est mort sur l’autel de sa déité, l’Aton. Ces deux personnes là étaient une source phénoménale de tradition. Moïse est descendu en tant que force vivante dans la religion moderne et est l’un des liens les plus puissants qui uni la Chrétienté et le Judaïsme. Il y a plein de grandes représentations de Moïse en Europe. Et de ce fait il faut percevoir les 10 commandements qu’il apporta avec lui du mont Sinaï flamboyant comme faisant parti de l’héritage moral de l’humanité.

Les 10 commandements n’ont jusqu’à ce jour pas été brisés avec impunité. Nous ne savons pas d’où viennent les principes des 10 commandements. Moïse ne les a certainement pas inventés. Ils sont soit venus d’une mystérieuse révélation interne de l’Eternel, ou bien ils proviennent de milliers d’années d’histoire écrite alors que les êtres humains devaient apprendre à vivre ensemble. Peu importe comment nous souhaitons approcher la chose le décalogue est l’un des documents les plus précieux de tous les temps.

A cette période nous avons aussi Akhenaton en Egypte, un type bien chétif dés sa naissance. Un mystique. Un psychique. Un étrange croyant en des choses qui en son temps étaient inconnues. Il est le premier à se tenir debout comme un être complètement humain. Et il a révélé au monde une forme de sagesse dont le monde n’est pas encore prêt. Toutes les sagesses viennent à ceux qui n’y sont pas préparés, donc elles doivent lutter pour leur propre survie. Akhenaton était un pionnier dans plein de choses. Il était un roi qui n’a jamais assumé les pouvoirs de l’Empire. C’était un roi qui marchait le long du Nil avec les fermiers et qui mettait la main à la pâte et labourait. Il est celui représenté dans l’art entrain de serrer sa femme dans ses bras, la Seule représentation que nous avons en Egypte ou un pharaon est dans cette position, et il est entouré par ses enfants dans d’autres, c’était un Père. Et quand il s’adressait à sa reine Néfertiti il disait « Ma Reine qui est Moi ».

Il est tout le temps représenté comme une âme incroyablement bonne. Il a été aussi l’un des premiers à dénoncer la souffrance des femmes, et a déclaré l’égalité absolue des sexes. Il est aussi le premier à déclarer cette espèce de sagesse étrange et divine, la sagesse de l’Aton. Au lieu d’adorer Amon-Rê Akhenaton vénérait l’Aton, et a changé le nom du Dieu comme cela il contiendrait le symbole du cercle solaire. Et il a représenté Dieu en tant que le Disque Solaire dont les rayons se terminent en mains humaines pour soigner les malades, toujours le pouvoir de la lumière pour apporter du bonheur, de la paix, et de la libération de l’ignorance et de la tristesse et de la peur. Aton émerge et émergera toujours de l’Egypte en tant que Déité d’Amour Eternel dans laquelle la haine ne pourrait pas exister.

Akhenaton était le premier Pacifiste. Il a préféré donner son pays et sa vie plutôt que partir en guerre. Il a dit nous sommes tous créés Frères, nous sommes tous égaux à l’oeil de l’Aton. Il n’y a pas d’étrangers, il n’y a qu’une population mondiale. Tous les gens sont les enfants du même pouvoir et sont donc nos frères. Il est évident que cet homme était bien en avance sur son temps. Il était tellement en avance que dans le but d’accomplir ses visions il devait rester sur place et voir son Empire s’effondrer. Il ne se battrait pas contre ses ennemis donc ils ont envahi ses terres. Son amour de la paix était considéré comme une faiblesse et il est mort comme une personne qui n’a pas été assez brave pour se battre. Le fait qu’il était un peu mieux que cela n’a jamais été mémorisé et ceux qui vinrent après lui se chargèrent de supprimer son nom sur tous les monuments d’Egypte comme ça l’Homme pourrait honorer sa mémoire. Il avait tous les déphasages possibles.

Et cependant de nos jours à cause de circonstances presque incroyables Akhenaton se tient devant comme le Premier parmi les gens connus et il appartenait à une dynastie Sémitique en Egypte.

Peu importe cela, il se tient comme l’un des pharaons Egyptiens qui mérite Vraiment le respect. Et il est écrit au bas de son sarcophage ces mots en glyphes Egyptiens en rapport à Aton et il dit, « Dieu peut faire appel à moi à travers toutes les éternités et je ne le trahirai pas. » Tout cela 1200 ans avant Jésus Christ.

Maintenant on avance à l’autre cycle de 600 à 0 BC, et nous arrivons dans la glorieuse Grèce.

Et il n’y a jamais eu un tel flot de sagesse dans toute l’histoire de l’humanité car dans cette période de 600 à 0 BC toutes les religions du monde ont reçu une impulsion phénoménale. C’est à cette période que Pythagore de Samos est devenu la gloire de l’apprentissage Grec. Il est celui à qui nous devons les secrets des Mathématiques et sa 47ème proposition est l’un des formulaires mathématiques les plus importants du monde. C’était un grand philosophe, un grand mystique, et un grand chef communal.

Il est l’un des fondateurs des systèmes politiques que nous considérerions aujourd’hui comme communaux. Dans son école qu’il a fondé à Crotone tous les membres étaient égaux. Personne n’était plus que quelqu’un d’autre. Tout le monde partageait ses biens en commun. Tous partageaient leurs croyances en commun. Tous se levaient à l’aube pour chanter leur hymne du soleil naissant.

Voila ici un grand Mathématicien, un des fondateurs de la Musique, le créateur de la théorie harmonique en Musique, l’un des plus grands physiciens de tous les temps, un grand leader dans les réformes politiques, qui était un chef dans pratiquement tous les domaines de la cosmogonie et théologie, jusqu’à la diététique et la botanique. Cette personne merveilleuse s’est évidemment attirée l’animosité de ceux autour de lui. Il a refusé d’accepter le fils d’un homme riche car la personne n’était pas moralement adéquate. Et pour se venger, cet homme riche a acheté un groupe pour aller détruire l’institution à Crotone, et ils ont brulé le maitre et plusieurs de ses disciples et il ne resta que des ruines. C’était la récompense pour le progrès, de vouloir faire quelque chose qui vaille la peine.

C’était aussi la période du dernier des Zoroastres, celui qui a apporté plein d’écrits mystiques au monde, et qui a beaucoup influencé les théologies hindoues à tous les niveaux. Il était le fils du Feu, il croyait en l’adoration du Feu, le feu était le symbole visible du pouvoir purificateur de la vie, qui prenait tout d’elle, et qui gardait le monde propre à cause de sa vigilance éternelle. Et alors qu’il s’agenouillait devant l’autel du temple de sa foi, une lance a été lancée dans son dos et il est mort au pied de l’autel qu’il avait adoré pendant plein d’années. C’était un grand conseiller de Rois, un grand ingénieur, et l’esprit faible n’a rien trouvé de mieux que de l’éliminer.

De l’autre côté du Monde nous avons Gautama Bouddha, l’un des grands professeurs qui n’a pas été pénalisé lourdement à cause de ses enseignements, Bouddha a été un petit peu pénalisé mais pas beaucoup. Il n’était pas un martyr, il est mort entouré et honoré par ses disciples, mais d’une certaine manière mystérieuse il est aussi mort empoisonné, pas parce que c’était intentionnel, mais à cause de circonstances qu’il savait allaient arriver. Les derniers mots de Bouddha à ses disciples ont été « Travaillez votre propre rédemption avec diligence il n’y a aucune autre manière ».

Ses effets ont été presque aussi importants que ceux du Christianisme et avec les nombres il était incroyablement puissant. Mais il a enseigné la paix, il a enseigné à servir le bien et à corriger le mal en nous et à purifier l’esprit. Ce n’était pas un enseignement inacceptable à cette période, et nous ne pouvons pas dire que nous l’avons surpassé, nous pouvons juste dire que nous n’avons pas été capable de le vivre pour l’instant.

Bouddha a été honoré et les écoles qu’il a fondées dans différents endroits de l’Asie sont ravivées ces temps-ci, et l’espoir des nations de l’Est est fondé sur les idéaux qu’il a enseignés.

De l’autre côté des eaux dans les îles Chinoises et Coréennes il y a eu un autre grand professeur du nom de Confucius. S’il y a vraiment eu un socialiste c’était Confucius.

Et toutes les discussions que nous avons de nos jours pour l’égalité sociale dans nos divers groupes modernes, sachez que Confucius l’enseignait 600 ans avant Jésus Christ.

Il était l’un des leaders les plus importants dans les réformes sociales. Et les analectes de Confucius (ses écrits) nous décrivent réellement toute la théorie de la Vie. Il a été le premier à dire que la structure entière d’une Nation est basée sur une seule chose : Un foyer illuminé. Le Foyer est la fondation de la civilisation mondiale. C’est la relation entre parents et enfants, qui doit s’étendre à tous les niveaux de l’existence. Car dans ce monde dans lequel nous vivons le vieux est toujours le parent du jeune, et le jeune à son tour devient le parent d’une nouvelle génération.

Il n’y a qu’un seul grand archétype pour les Nations, pour les Pays, Continents, la Terre, et les Planètes elles-mêmes, et c’est que ce sont de vastes compositions de Foyers. Et ceux qui vivent bien dans une petite famille grandissent. Et ceux qui préservent et gardent la paix du foyer ont une lumière à l’intérieur d’eux qui ne peut pas être obscurcie par n’importe quoi. Donc Confucius a beaucoup contribué à l’élaboration de l’idée d’un gouvernement constructif basée sur le fait que nous faisons tous partis d’Une Famille Eternelle.

Nous ne sommes pas des frères ni des amis en définitive ; Nous sommes les Enfants de l’Eternel.

Nous sommes les enfants d’une seule force et pouvoir divins. Donc notre bonne destinée est de cohabiter ensemble dans l’égalité. Gouverner est le droit juste de servir l’humanité, il est du pouvoir du dirigeant de faire plus pour le bien commun. Et le dirigeant ne disculpe pas l’individu pour la mauvaise utilisation ou l’abus de ses pouvoirs. Et comme nous pouvons nous y attendre, Confucius n’était donc pas très populaire. Il était populaire à ceux qui le connaissaient mais d’une certaine manière il se tenait au milieu de la voie des ambitions personnelles.

Ses derniers mots avant sa mort ont été : « J’ai failli. Aucun prince n’a fait de moi son conseiller. » Donc il est partit, et de nos jours partout en Chine il y a des temples et sanctuaires en sa mémoire. Mais dans ces bâtiments il n’y a aucun portrait du professeur, uniquement son nom. Le Taoïsme est la seule chose que Confucius n’a pas été capable de comprendre. Il n’a jamais été capable de comprendre Lao Tseu qui était plus jeune que lui.

Pour Confucius, Lao Tseu était comme un Dragon débarquant du ciel, il était quelqu’un d’incroyablement mystérieux. Un homme étrange qui était né esclave sous un arbre dans le domaine de son seigneur. C’était une personne autodidacte, il n’est pas allé à l’école. Il s’asseyait le long d’une colline pour observer la brume de la Chine et là-bas il a vu en lui-même, ou sur les montagnes, ou dans le ciel le mystère du Tao Eternel, la Réalité, ce qui est pour toujours le même.

Et il a dit « Le Tao est comme la Vie même », le Tao c’est vivant, c’est l’humanité, c’est le monde, c’est la formation des choses. C’est comme la pluie. Car la pluie tombe sur les montagnes. Se rassemble en ruisseaux. Descend dans les rivières. Et finalement revient aux mers et océans. Voilà l’aventure de tout ce qui vit. Mais le Soleil le rattrape dans les mers et océans, et le porte jusqu’aux sommets des Montagnes où il tombe en tant que pluie à nouveau. C’est le cycle de l’Existence.

C’est ce qui ne pourra jamais être changé. C’est le ruissellement éternel, c’est ce mouvement de la vie, cette danse étrange de la vie qui est le véritable mystère de l’existence humaine. Toutes choses devront en temps et en heure réaliser que l’instruction est un mystère interne, par lequel en temps et en heure l’individu devient conscient et uni avec les grands Mouvements de l’infinité.

Lao Tseu n’était pas très content non plus car vers la fin de sa vie il a été découragé par les guerres et luttes entre ses peuples. Lao Tseu s’est assis sur le dos d’un buffle et se dirigea vers la porte du Nord de la Chine pour aller dans le désert de Gobi. Et il s’en alla d’après ses propres mots vers la terre des Immortels, là où les êtres humains coexistent en paix, sont utiles les uns les autres, et sont mutuellement consciencieux. Il ne revint jamais. Voilà donc un autre de ces professeurs et par qui les mystères de la vie continuent encore et encore.

Nous en avons d’autres, car c’est à cette période entre 600 BC et 100 AD que nous avons les grandes écoles d’Athènes.

Nous avons Platon et Aristote et Socrate. Platon parlait un langage que très peu de gens pouvaient comprendre et même ceux qui ne le comprenaient pas étaient quand même inspirés et mouvementés par ses mots. Nous avons un type d’esprit plus cynique chez Aristote, qui démarre son grand essai sur la Métaphysique par ces simples mots « Tous les êtres humains veulent savoir. » Ils veulent comprendre, ils veulent avoir une forme de sécurité basée sur de grandes croyances plutôt que les fantaisies du jour. Aristote lui-même a eu une fin triste car il ne pouvait pas prouver certaines de ses propres idées. Mais c’était un grand producteur de matériaux pour la pensée. Platon et Aristote et Socrate le grand prolo Athénien sont 3 des grands professeurs classiques qui ont été généralement acceptés par les pères de la jeune Eglise Chrétienne. Ils n’ont jamais été déclaré comme hérétiques ou non vrais. Ils ont été acceptés et devinrent la base de l’éducation du Christianisme pendant les 10 premiers siècles de son existence.

D’autres endroits du monde ont produit aussi d’autres personnes, des gens qui étaient capables de réfléchir aux choses.

Et dans ce cycle du phénix nous avons peut-être la fondation de pratiquement de toutes les structures morales qui continuent de fonctionner dans notre monde moderne. Nous sommes en la présence d’une minorité qui a changé le cours de l’histoire, qui a propulsé le monde dans une nouvelle manière d’exister. Une manière étant plus ou moins un arbitrage social. Un monde dans lequel l’homme a commencé à réaliser les responsabilités qu’il a envers son monde et envers lui-même. Il a commencé à réaliser grâce aux grands philosophes que nous ne sommes pas ici pour faire ce que nous voulons faire, nous sommes ici pour faire ce qui doit être fait. Si nous nous rebellons contre ça, notre vie entière est en danger. L’égoïsme est la racine de tous les maux de notre ère. Et ces maux sont ceux qui ont été particulièrement accentués dans les écoles Platoniciennes, Socratiques et Aristotéliciennes.

Puis vint le début de l’Ère Chrétienne où le Phénix se lève à nouveau à Bethléem.

Une personne est née dans ce monde et changea l’histoire pour l’éternité. La personne la plus puissante qui aie jamais vécue. Probablement la personne la plus importante qui vint en ce monde pauvre sans posséder aucune des valeurs que nous considérons comme du succès. Quelqu’un qui n’a jamais été comprit à son époque et qui a depuis été très largement mal comprit. Quelqu’un qui a enseigné la leçon la plus importante de toute et c’est la Paix. La paix démarre dans le coeur.

Tout le système du Christianisme était basé sur la paix.

Aimez vous les uns les autres. Heureux sont les faiseurs de paix. Ne juge pas si tu ne veux pas être jugé. Toutes ces pensées avaient pour objectif de fournir la fondation pour un Nouvel Ordre Mondial. Dans lequel les anciennes erreurs seraient arrachées de la terre. Et de nos jours nous avons probablement 2 milliards de chrétiens dans ce monde, sous différentes dénominations, appartenant à différentes sectes et ayant différents degrés de sincérité. Mais une chose est certaine, ils ont un texte qu’ils ont tous accepté, le Nouveau Testament. Ils ont tous accepté la divinité ou l’inspiration divine de Jésus. Ils ont accepté le fait que la manière de vivre Chrétienne était adéquate pour le déploiement et l’accomplissement de l’occidental. Donc essayons de nous rappeler maintenant, « Heureux soit ceux qui font la paix », « Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront rassasiés », « Heureux ceux dont le cœur est pur, car ils verront Dieu ».

Voila le message, de l’homme qui a été cloué sur une croix en guise de remerciement. C’était donc un autre grand cycle de l’oiseau phénix. Mais comme toujours, la vérité n’est pas morte. Le phénix retourna à Héliopolis pour être carbonisé sur l’autel du soleil. Mais de son corps est né le nouveau phénix.

Et curieusement il nous amène au 6ème siècle après JC, dans lequel d’une manière mystérieuse et curieuse le nouveau cycle du phénix est associé à l’avènement de l’Islam. La datation est presque Exacte et aussi curieux que cela puisse paraitre, Mahomet a largement été influencé par le Christianisme. Et l’Islamisme est le Christianisme en sa forme la plus basique.

Le prophète Mahomet est l’un qui a déclaré dans l’une des premières lignes des Sourates du Coran, que le livre était dédié à Dieu le miséricordieux et le bienveillant. L’idée originale était de réformer une foi corrompue. Elle est graduellement devenue la base d’une grande corruption en son propre droit. Petit à petit le fait que Mahomet n’a jamais tenu une épée dans sa vie a été négligé. Peu importe ce qu’il a fait, puis vint l’élévation des grands Califes à la conquête du Monde. Et nous avons donc un autre problème qui s’élève du prosélytisme religieux et c’est la détermination de conquérir d’autres religions. Et dans ce processus même, ils se déshéritent de leur propre héritage spirituel. Et nous voyons que cela est à nouveau un grand changement.

Le plan de la conquête du monde de l’Islam était d’aller aussi loin qu’en Asie et l’Hémisphère Ouest et il continue encore de nos jours.

Donc comment l’Islam a-t-il contribué d’une manière aux relations basiques de la vie ? Je pense qu’il a graduellement ouvert le monde. C’est pour la première fois que l’Europe bloquée dans l’autosatisfaction de sa propre isolation a été forcée de devenir consciente d’un autre monde. C’était aussi pour la sécurité des Califes musulmans de Bagdad que les physiciens, les faiseurs de lois, les éducateurs, les religionnaires, les mystiques de la Chrétienté s’en aillent pour éviter les persécutions.

Les écrits de Platon et d’Aristote arrivèrent en premier en latin par des traductions de la langue arabe.

Les grands Califes libéraux de Bagdad étaient de grands inventeurs et créateurs. Ils nous ont donné beaucoup de sagesse en optique, en astronomie, et ils étaient en aucun cas des gens inférieurs. Puis nous avons cette pensée très étrange car à cette période jusqu’à la période de Mahomet il n’y a eu aucun conflit d’importance avec le Christianisme. Mais avec le Christianisme confronté à l’Islamisme, de grands changements commencèrent à avoir lieu dans les deux groupes.

Et de tout ça nous pourrions dire que le premier monde Post-Chrétien est né tel que nous le connaissons. Un monde de culture, le retour de l’éducation, la fin graduelle du Moyen Âge en Europe. La guérison de l’isolation. L’établissement de grandes universités en Espagne.

Et cette grande ouverture aux choses a graduellement amené vers une quête Mondiale pour la connaissance. Une seule reconnaissance mondiale des interdépendances. Et peut être la position musulmane a été plus importante que nous le réalisons. Et eux aussi doivent finalement arriver à la paix avec leur propre professeur. Ils doivent graduellement restaurer les intégrités du prophète lui-même. Un homme qui était suffisamment sage et bon pour s’accrocher à une vérité unique dans sa vie. Et dans le cas de Mahomet son premier converti était sa propre femme. Et ça en dit long !

Le prochain cycle du phénix a commencé au début du 12ème siècle, et au 12ème siècle nous avons Richard Coeur de Lion qui lance les croisades pour la libération de la terre sainte.

Les croisades ont été un grand fiasco historique. Un échec total en ce qui concerne prendre le contrôle de la terre sainte. Les croisés ont finalement du faire la paix avec l’Islam car ils ont été complètement vaincus. Et ce sont les musulmans eux-mêmes, qui à leur tour ont ouvert les routes vers Jérusalem pour la Chrétienté et ils ont garanti, et l’ont vraiment garanti, que les pèlerins pourraient voyager en sécurité à n’importe quel moment. Donc sans guerre a été accomplit ce que la guerre n’a pas pu accomplir.

Avec les Croisades nous avons le début d’un effondrement complet du féodalisme en Europe.

L’Europe à cette période a clairement bougé dans l’environnement, qui se construisait lentement, jusqu’à ce qu’elle rende possible notre monde moderne. Nous voyons que dans le cas des croisades que 17 rois et princes, et tous les hommes, et parfois des enfants, partirent en croisade. Amenant avec eux leur entourage, leur richesse, et les femmes étaient les seules laissées derrière. Et quand les femmes ont été seules elles ont commencé à faire quelques rénovations d’elles-mêmes. Je soupçonne qu’elles ont donné un sérieux coup de balais dans les Châteaux et ont ramené plus ou moins tout en ordre.

Nous commençons à voir de l’Art apparaitre dans les palaces des riches. Les tapisseries vinrent, et les peintres, et sculpteurs. Et des jardiniers vinrent avec des fleurs. Et alors que les Princes étaient là-bas entrain de mourir sur le sable sanglant d’Arabie, ces femmes au foyer faisaient appel aux troubadours et aux poètes, aux génies littéraires. Et elles développèrent un monde plutôt sensible et doux. Un monde qui n’a jamais été connu auparavant.

Et quand ceux qui ont survécu rentrèrent chez eux, ils ont découvert qu’ils rentrèrent dans un environnement différent que celui qu’ils avaient laissé. Ils ne faisaient plus partis d’une structure militaire amère. Ils rentrèrent dans des situations douces et environnements doux. Et ils trouvèrent tout cela très plaisant jusqu’à ce que ça soit la fin. Nous avons la naissance des marchants, des artisans, des professions en musique, des arts. Les gens littéraires commencèrent à se multiplier et à augmenter en nombre. Et inévitablement ce raffinement a amené des opportunités et le début de l’Éducation comme les écoles ecclésiastiques de Charlemagne. Les troubadours vinrent, les développeurs des concepts des droits humains à être heureux.

Graduellement vers la fin de ce cycle de conditions, nous voyons le monde arrivé dans le nouveau cycle du phénix. ; Et c’est le cycle qui a commencé au 18ème siècle, 600 ans plus tard.

Et dans ce cycle du phénix il y a beaucoup de choses inhabituelles. Nous nous rappelons par exemple que l’Aigle, ou un oiseau similaire comme le Faucon, était le symbole d’Akhenaton. Nous savons que les aigles étaient les oiseaux de César. Nous savons que les aigles étaient sur les étendards des croisés. Et maintenant les aigles se déploient à nouveau et tout d’abord par Napoléon.

Ici nous avons la descente d’une seule lignée du niveau d’aigle du phénix, qui n’a pas toujours été très plaisant.

Nous avons la révolution Française et l’élévation de Napoléon. Nous pourrions dire que c’est la fin complète du féodalisme. A partir de tout cela des Nations commencèrent à émerger et à se libérer des pressions de seigneurs misérables et des aristocraties.

Petit à petit après la chute de Napoléon, le système d’un gouvernement démocratique émergea.

Il s’est développé en Suisse Il s’est développé dans différents endroits de l’Europe avec les réformes du Seigneur Bacon et toutes ces choses. Nous avons maintenant dans les années 1800 une explosion de Progrès. Nous avons le grand progrès en économie, dans les sciences, dans la philosophie, dans l’humanitarisme, dans les lois, dans les professions ; Toutes ces choses changèrent.

L’accentuation sur la liberté vint comme la foudre. La naissance d’un système basé sur un peuple illuminé. L’égalité des opportunités. Être bien employé au lieu d’être un esclave. L’esclavage a été abolit à la fois en Angleterre et aux Etats-Unis et dans beaucoup d’autres pays. Et graduellement ce commencement démarrant dans les années 1700 ou 1800, a complètement changé nos points de vue sur pratiquement tout. Avec l’avènement de l’industrialisme, et la naissance d’un vaste assortiment de produits.

Nous avons aussi la naissance des loisirs, de la luxure, le droit des gens de s’apprécier. La transportation est arrivée. Les communications, le divertissement ont été hautement spécialisés. Le monde entier s’est déplacé d’une vieille base à une nouvelle base. Napoléon a été indirectement responsable, pas vraiment parce qu’il avait aucune intention de créer quelque chose comme cela, mais il a bel et bien établit une nouvelle perspective qui a fait la voie à la naissance de la République Française. Sa petite période empirique se dissipa très rapidement, le pouvoir du modèle infernal dans tous ses membres commença à mourir.

Donc au début des années 1800, le Nouveau Monde est né.

A travers cette période temporelle nous découvrons la naissance de nos propres gouvernements, nos propres manières de vivre, et graduellement l’amélioration de la société en tant que tout. Donc nous avons nos problèmes et faisons nos erreurs, mais ce modèle mystérieux d’années a été établit et prédit dans l’ancienne Egypte et probablement plus tôt. C’était quelque chose que la Nature produit d’elle-même. C’est très intéressant et je suppose qu’il y a bien plus à ce modèle des choses car nous avons le transite de Pluton dans le Scorpion (même si désormais pluton n’est plus une ‘planète’), cela change considérablement toute la donne.

Nous savons que la constellation du Scorpion dans l’ancien symbolisme avait 4 créatures différentes qui lui étaient assignée.

Voila les 4 symboles qui lui étaient assigné :

Le Scorpion, le Serpent, l’Aigle et le Phénix : les 4 âges du Cycle

C’était un ordre ascendant de qualités. Ils étaient tous très importants. Et ils ont tous quelque chose à voir avec ce qui se passe de nos jours ! Plein d’efforts ont été accompli dans le but de déterminer les changements que ce transite va causer. Notre opinion du moment complètement soutenue par l’Antiquité est que le Scorpion est soutenu par la planète Pluton. Pluton parce que le Scorpion était l’ancienne constellation de la mort associée avec l’après vie. Et bien sûr Pluton ou Hades était la divinité de l’après vie. Et ainsi le pouvoir de transmutation et de changement, tel qu’il se déploie au moment présent, nous dit quelque chose.

Si Pluton est le leader du Scorpion est essentiellement digne dans le Taureau, et ces deux signes (Taureau et Scorpion) ont été le début des recherches astronomiques, et sont très associés à la richesse. Ils étaient les signes de l’argent. Ils étaient les signes des ploutocrates, de la ploutocratie et de toutes les accumulations de ces choses que vous ne pouvez pas garder très longtemps. Mais vous pouvez les laisser derrière vous pour ruiner la vie de vos descendants.

Nous devons aussi nous rappeler que Platon a démontré très clairement que le royaume d’Hades, le monde souterrain n’est pas l’endroit où vous allez quand vous mourez, mais c’est l’endroit où vous allez quand vous naissez ! Bienvenu dans le royaume d’Hades ! C’est l’enfer ! Le monde matériel est le royaume d’Hades et sommes tous ici pour payer certaines dettes purgatoriales. Et la plupart des gens sont d’accord avec cela de nos jours. Que nous sommes ici pour certains buts rédempteurs et il n’y a aucun autre moyen d’expliquer la manière dont nous avons les problèmes que nous avons.

Mais si nous sommes correctes en assumant généralement que le prochain signe du cycle dans laquelle Pluton va rentrer veut dire qu’il y aura un changement total.

Un déplacement de l’idolâtrie de la richesse.

Nous ne le ferons pas si on ne nous aide pas il n’y a aucun doute la dessus. Nous sommes probablement les seuls gens dans le monde qui souhaitent disparaitre pour l’éternité avec le chéquier dans une poche et le compte en banque dans l’autre. Mais comme du temps des montgolfières, si vous voulez grimper il faut jeter du lest. Et dans ce cas notre théorie économique est l’ennemie du Progrès.

Nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir qu’il soit impossible pour nous d’être heureux. Il nous est aussi impossible d’être vraiment fier de nous-même et de surmonter l’humiliation de la réalisation de nos méfaits.

Dans ce cycle particulier dans lequel nous sommes qui va de 1800 à 2400, la grande rénovation doit avoir lieu.

Cela doit être le prochain grand cycle de la maturation des valeurs humaines. Le prochain grand Pas en avant, dans le cycle évolutionniste.

Et nous commençons à le voir de plus en plus clairement.

Nous avons déjà passé les 200 premières années de ce cycle et cela a été plutôt douloureux. Nous en sortons à peine, et rentrons dans la prochaine phase, et avons de nouveaux problèmes. Nous avons des problèmes parce que nous nous battons désespérément parce que nous nous accrochons aux erreurs. Nous luttons pour créer un monde que nous pouvons contrôler avec nos propres richesses, ou force matérielle, ou perpétuer par l’armement.

Tout le concept de l’âge des libérateurs est contre cela.

Tout le but de la civilisation moderne en son essence est d’appliquer la sagesse de tous les temps aux problèmes du moment. Et de faire cela le plus vite possible. D’obtenir une réalisation plus complète des solutions aux problèmes. Nous avons plein de solutions potentielles, nous avons de nouvelles élections, législations et ainsi de suite, mais le problème n’est pas du tout à ce niveau. Il est dans le concept de Récompenses et de Punitions. La pauvreté est la punition, la richesse est la récompense. Et aussi longtemps que ce standard existera il n’y aura jamais de paix dans la famille humaine. Car nous ne sommes pas ici pour ce but-là.

Alors que nous avançons et nous observons, nous constatons toute une série de situations naitre qui sont des réminiscences des dires de la visite de Dante dans l’inferno, dont Virgile est son guide. Il passe par le purgatoire, et il voit tout le monde souffrir à cause des choses qu’ils ont faites alors qu’ils vivaient dans le monde, en découvrant qu’ils sont inutiles. Qu’ils n’ont jamais rien pris avec eux pour se préparer à une meilleure manière de vivre. Qu’ils sont tous morts ruinés, avec très peu d’exceptions. Et dans cette banqueroute l’après vie est tristesse, regrets, et la réalisation d’erreurs. Mais au fil du temps Dante est élevé au paradis où il est uni par la vision de la cité sainte des pétales de la rose cosmique. Il trouva la bas la voie de la vertu et est finalement réuni avec sa propre Âme.

Donc la période dans laquelle nous travaillons en ce moment a quelque chose à voir avec tout ça.

Il y a bien longtemps Paracelse a inventé des processus en rapport à cela, et Nostradamus aussi.

Ces deux-là ont plus ou moins correctement assumés qu’après la fin de ce siècle présent il y aurait l’émergence de grandes valeurs. Une grande sagesse viendrait.

Une bonne sagesse. Une sagesse qui serait suffisamment simple pour les enfants et suffisamment profonde pour les sages. Et il y aurait un bon gouvernement.

Et le Paraclet, le prince de la paix, dirigerait un monde amené aux intégrités et vertus.

Nous pouvons très certainement espérer et souhaiter que tout cela va se passer, et pouvons espérer que tout ce que nous faisons dans nos affaires quotidiennes aideront à leur manière, à apporter celle nouvelle façon de voir les choses.

La Nature représentée par le cycle du phénix est très connectée à tout cela. Je pense que les gens raisonnablement conscients des conditions mondiales vont réaliser que nous avançons vers un changement inévitable. Peu importe ce que nous faisons nous allons devoir surpasser certaines de nos erreurs.

Nous détruisons graduellement notre propre planète. Nous détruisons les valeurs, et les qualités et les convictions qui rendent la survie possible. Donc pour la première fois peut être nous allons être contents pour la bombe, contents pour toutes ces choses terribles car un jour nous allons réaliser combien elles contribuent à forcer le besoin de changer nos vies si nous souhaitons survivre. De nos jours c’est un choix entre l’annihilation et la survie.

Et nous savons du plus profond de nous-même que la Nature ne souhaite pas que nous périssions. Si elle avait pour but de nous détruire elle ne nous aurait jamais créés en premier lieu. La Nature ne fait pas d’erreurs. Ce qu’elle essaye de faire c’est de nous aider à grandir. Afin de sortir de cette adolescence éternelle qui nous afflige.

Si nous revenons à nouveau à ce signe du phénix, nous savons que dans chaque cycle il a été un symbole de la rénovation, de la régénération universelle. Il nous a donné les organisations sociétales et groupes qui ont travaillé pendant des Âges pour la réformation du caractère humain.

L’alchimiste, l’hermétiste, le kabbaliste, tous ces gens essayaient de nous enseigner quelque chose.

Et cet enseignement était de savoir, que dans nos propres natures il y a la réponse à tous les problèmes. Et qu’à partir de nos métaux basiques doit être construite la clef, qui révèlera tout le mystère de l’existence.

Chaque individu doit devenir conscient du pouvoir en lui-même de résoudre les problèmes, de corriger les erreurs et de perfectionner ses qualités.

Cette réalisation arrive très très rapidement, il n’y a aucun moyen d’y échapper.

Toutes ces choses terribles qui se répètent se répèteront à jamais jusqu’à ce que l’individu ne change.

Et bien sur en alchimie le phénix était le symbole de la transmutation des substances basiques en or spirituel. L’or spirituel représente les vertus de toutes choses. L’or spirituel est le seul trésor qui peut être sauvé, et c’est le trésor de nos propres âmes. L’or spirituel est ce qui transmute les métaux basiques de l’ignorance en la pure substance de l’illumination.

L’alchimie n’est pas juste un formulaire mystique c’est aussi un formulaire métaphysique. Car elle a lieu tous les jours dans le corps humain. N’importe quelle nourriture que nous ingurgitons passe à travers une transformation alchimique avant qu’elle ne puisse nous nourrir. N’importe quelle loi, n’importe quel modèle, peu importe ce que nous faisons doit quelque part être transformé de la substance basique qu’elle est en une vertu potentielle.

La réformation de l’éducation n’est pas sa destruction mais sa rédemption.

Tout cela est vrai à tous les niveaux de la vie. Et bien sur plein de gens aimeraient voir toutes ces choses se passer aussi vite que possible mais nous devons garder à l’esprit que la seule créature dont nous pouvons totalement contrôler la destinée est la nôtre. L’homme lui-même, l’être humain a le droit de faire n’importe quels changements qu’il ressent nécessaire pour sa propre croissance et son propre développement. Personne ne peut grandir à sa place tout comme personne ne peut manger à sa place. Même si on lui présente une nourriture sympathique, il doit la manger, et la digérer lui-même.

La nourriture de l’expérience doit être mangée par la personne qui expérimente, et doit transmutée la sagesse d’une meilleure manière de vivre. C’est pour cela que le phénix continu encore et encore. Pour régénérer chaque niveau de la société.

Les 4 âges ou 4 niveaux du cycle du Phénix

Le scorpion

Le scorpion est le niveau dans lequel plein de gens se trouvent, celui du diffamateur, celui qui frappe avec sa queue. C’est aussi le symbole de toutes les choses désagréables, les jalousies et infirmités de nos attitudes. Et particulièrement la haine, l’impitoyabilité, la volonté de cultiver une rancune pour toujours, veut dire conserver le poison dans la queue du scorpion.

Pour être libre de ce niveau nous devons cesser de détester quoi que ce soit. C’est le domaine de la régénération de la nature matérielle de l’individu. Ici ses habitudes, ses manières de vivre, ses perspectives physiques doivent être régénérées, car elles sont là à le tourmenter parce qu’il n’a pas résolu le mystère de la queue du scorpion.

Le serpent

Le prochain niveau est celui du serpent.

Soyez aussi sage qu’un serpent. Le serpent est le symbole de la sagesse, et la sagesse est quelque chose qui nous est tous très importante. Elle se trouve dans les écrits de tous les gens dans toutes les nations. Dans l’ancien monde le serpent était le symbole de l’illumination. Il était aussi la réalisation que le secret auquel il était le symbole, s’il était abusé alors le serpent devenait toxique. Le serpent peut détruire ceux qui ne l’utilisent pas correctement.

Mais la sagesse utilisée proprement devient la base du future. Et si la sagesse est abusée alors elle détruit la personne qui la détient. Nous avons le problème de surmonter les aspects négatifs de la connaissance, et de corriger les faiblesses en nous qui sont maintenues par les préjudices, et d’être de plus en plus proche à la réalisation que c’est notre droit d’avoir, de garder et d’utiliser la sagesse accumulée par nos soins.

Et pour que la sagesse soit de la sagesse elle doit être bienveillante. La sagesse n’a jamais été un moyen d’échapper à quelque chose. C’est la manière par laquelle on espère et on fait notre voie dans le mystère. La sagesse ne peut pas être égoïste. L’égoïsme peut la détruire.

L’aigle

Le prochain niveau est celui de l’Aigle.

L’Aigle est le symbole de quelque chose d’autre, et d’une certaine manière mystérieuse il est le symbole de la vanité. C’est le symbole du pouvoir temporel en tant qu’objectif. C’est ce qui rend la popularité désespérément importante. C’est ce qui va faire que l’individu va compromettre son caractère pendant quelques temps pour la notoriété.

L’Aigle est un chasseur lui aussi. C’est un oiseau qui se bat et qui lutte, c’est un oiseau qui vole et triche. Benjamin Franklin n’aimait pas du tout que l’Aigle soit le symbole du grand sceau des Etats-Unis. Il pensait qu’il fallait plutôt choisir un bon symbole gai sympathique, une Dinde. Qui n’était pas seulement un oiseau domestique mais qui déteste beaucoup la couleur rouge, mais ça n’était pas très populaire à cette période.

L’Aigle est un oiseau chasseur carnivore. L’aigle peut être la cause du militantisme. Il peut être la cause du contrôle, de l’esclavagisme.

C’est l’attaque du fort sur le faible, il vit dans les hautes atmosphères mais plonge pour attaquer ce qui est plus bas, un peu comme un bombardier qui largue des bombes. Donc l’aigle n’est pas la forme la plus raffinée du phénix. Il en fait partie parce qu’il est fort et parce qu’il est vigilant et parce qu’il a certains attributs mais l’Aigle ne fait pas parti d’une approche mystique et ésotérique aux choses.

Le phénix

Le dernier est donc le Phénix dans lequel toutes ces qualités inférieures, transmutées, deviennent le symbole de la personne réincarnée.

Dans laquelle toutes les fautes, faiblesses et erreurs ont été expérimentées. L’individu est passé par les rituels de l’auto amélioration, l’individu s’est finalement dédié à servir et à continuer de faire ce qui est juste.

Donc le phénix est ce symbole dans lequel tous les niveaux inférieurs ont donné le meilleur d’eux-mêmes, et ont ensuite attendu pour la grande transformation ou la grande transmutation. Le phénix est donc le symbole de l’illumination car il s’élève dans la conscience de l’être humain qui a surpassé sa propre petitesse. Il est donc le symbole de la victoire de la pitié sur le temps, la victoire de la vie sur la mort, la victoire de la vérité sur l’erreur.

Ce sont des termes symboliques, mais nous ne savons réellement pas la signification de quoi que ce soit, mais nous savons, que chaque jour alors que nous essayons de grandir, que quelque chose à l’extérieur devient meilleur, et quelque chose à l’intérieur reçoit un étrange bénéfice. L’interne récompense l’externe. L’individu qui a un meilleur contrôle sur lui-même devient meilleur sur le long terme. Toutes les vertus que nous cultivons nous aident à accomplir la réalisation de la Vertu suprême qui est le dévouement total de l’individu à ce pourquoi il a été créé.

Nous pouvons nous dire par exemple qu’un tel dévouement peut être très ennuyeux et difficile et la plupart des gens croient que les vertus emportent tous les plaisirs de la vie. Que l’individu essayant constamment d’être bon est comme quelqu’un de très misérable en plein régime avec une diététique très spécifique à suivre. Le fait est qu’à un niveau mystique et alchimique, accomplir la transformation ou la transmutation n’est pas une procédure ennuyeuse. Ce n’est pas quelque chose qui retire tous les plaisirs de la vie, elle transforme et soulève simplement le plaisir. Elle fait du bonheur une grande chose plutôt qu’une humeur passive qui doit être détruite par les malheurs du lendemain. Elle donne un grand sens d’Accomplissement, à toutes choses, elle nous rend modeste. Elle n’aide pas uniquement l’individu à être plus grand dans sa propre réalisation mais aussi à être plus patient dans ses relations avec les autres.

Partout, la véritable transformation fait de la vie une expérience plus aventureuse, plus heureuse, brillante, complète, plus gratifiante. Mais toujours en terme d’accomplir vertueusement un bon niveau de valeurs.

Comme cela les cycles du phénix continueront, il y aura un autre 600 ans après 2400 tout comme il y en a eu d’autres par le passé. Mais dans tous les cas les cycles apportent avec eux un Pas en Avant Majeur dans le développement de l’être humain et du monde dans lequel il vit.

Ce cycle nous rappelle que nous ne sommes pas réellement seuls, qu’alors que tout parait comme si on nous laissait tout seul à devoir corriger ces problèmes et être le plus misérable possible, la loi continue de fonctionner.

Les règles de la vie sont inchangeables. Et toutes formes de vie alors qu’elles évoluent, passent par les 4 âges du phénix.

N’importe quelles formes de vie doivent grandir de la même manière, elles commencent par une graine, ou un début pour se déployer totalement. Et en ce sens chacun d’entre nous avons le droit d’avoir la même attitude.

Nous pouvons prendre une erreur comme une animosité, nous pouvons être jaloux, c’est du niveau du scorpion. La sagesse nous dit que c’est bon, c’est du niveau du serpent. L’aigle nous dit de faire quelque chose à propos de tout ça, peut être que nous allons nous énerver à expliquer les choses ou bien allons être très en colère, mais quelque chose doit être fait à propos de ça. Et finalement dans l’ordre du Phénix, tous ces antagonismes sont finalement prouvés être des incompréhensions, et dans la réalité des choses, l’amour, la paix, la bonté et l’amitié sont éternels.

Que le cycle du phénix soit une invention ingénieuse de l’intellect ou bien une vérité historique, je ne vois pas pourquoi nous ne devrions pas penser de cette manière !

Note de Miléna :

Si le cycle du phénix est de 600 ans, il va de soi qu’il est composé de 4 âges qui sont donc de 150 ans chacun. Ce qui donne :  Le 1er âge du scorpion de 1800 à 1950 – Le 2ème âge du serpent de 1950 à 2100 – Le 3ème âge de l’aigle ide 2100 à 2250 – Le 4ème âge du phénix de 2250 à 2400… Or, ce n’est pas possible ….!

Nous devons donc considérer que nous sommes à la Fin des temps et qu’il y a accélération.

Pourquoi ? Tout simplement le calendrier hébraïque…

Nous sommes bientôt en 5778 (Rosh Hashana 22/09/2017), et le cycle complet est de 6000 ans pile…. Si nous comptons le nombre d’années qui nous séparent de l’an 6000, nous avons : 6000 – 5778 = 222 ans…  Si nous partons de 2018 et rajoutons ces 222 années nous arrivons à l’an 2240, qui est le début de l’âge d’or…

Donc, le cycle du phénix ne s’applique plus à notre époque, en terme de longueur de temps… Je pense que nous sommes déjà en plein dans l’âge de l’aigle…, et que nous rentrons dans l’âge du phénix…

Cette accélération du temps que nous vivons réellement correspond certainement à l’image des 4 cavaliers de l’Apocalypse…

Source : http://www.nouvelordremondial.cc/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2017/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

ISOLATION + CHAUFFAGE pour 1 euro. Nouveau dispositif 2020

Vérifiez votre éligibilité !

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares