Channeling Contrôle mental Les égrégores Retrouver tous nos Dons

Le chemin de la peur collective

Confusion et contrôle

UN TEXTE DE PHILIPPE ( Nagual)

par Alain Moreau

Le texte suivant a été extrait d’un site qui n’est plus disponible sur le Web.

L’auteur m’avait autorisé à diffuser son texte sur mon blog.

1. LE TEXTE DE PHILIPPE :

« « Le monde se divise en trois catégories de gens : un très petit nombre qui décide des événements, un groupe un peu plus important qui veille à leur exécution et les regarde s’accomplir, et enfin une vaste majorité qui ne sait jamais ce qui s’est produit en réalité. » (Nicholas Murray Butler, Président de la Pilgrim Society, membre de la Carnegie, membre du CFR (Council on Foreign Relations)

Le chemin de l’éveil de conscience est parsemé de nombreux pièges et illusions. Alors qu’ils croient être libres, les êtres humains ne le sont pas. Les compromis permanents qu’ils font avec l’Ombre hameçonnent leur conscience et retardent leur évolution.

Nous vivons une période clé où le contrôle planétaire au service de l’individualisme n’a jamais été aussi puissant, alors qu’une poignée d’hommes commencent à se réveiller grâce aux crises de tout ordre, qu’elles soient climatiques, environnementales, alimentaires, économiques ou sociales.

Les efforts mis en place par le pouvoir pour limiter l’ouverture de conscience sont d’autant plus efficaces qu’ils restent opaques pour la majorité d’une population mise sous anesthésie générale.

Ce dossier spécial a pour objet de mieux comprendre les enjeux de l’ouverture de la conscience face au contrôle mondial représenté par les autoproclamés « maîtres du monde », la zone grise de l’astral, et la peur instillée au niveau individuel.

Alors que des portails énergétiques significatifs se sont ouverts en 1968, 1998 et dans les années 2000, nous sommes entrés dans une guerre silencieuse que certains qualifient de troisième guerre mondiale (Jean Ziegler, « Les nouveaux maîtres du monde », 2002) ; ce terme de « guerre silencieuse » est corroboré par le Maître Ascensionné Saint-Alexandre, guide d’Arabelle.

C’est une guerre de l’Esprit menée sous le contrôle du pouvoir financier et économique, avec la nouvelle vague de conscience qui s’installe peu à peu en dépit de toutes les tentatives pour la freiner.

C’est une guerre au profit de l’intérêt de quelques-uns contre l’intérêt commun.

Sans « morts apparents », cette guerre est pernicieuse pour les consciences. Sous les yeux de 6,8 milliards d’hommes elle étouffe la vie, la créativité et l’amour sur Terre, au profit d’une destruction générale que l’humanité commence à peine à réaliser.

L’objectif de ceux qui contrôlent le monde est de créer un nouvel ordre mondial. Les moyens employés sont multiples : la manipulation, le conditionnement, et l’affaiblissement physique, émotionnel et mental.

Pendant longtemps les outils facilitant l’Eveil ont été associés à des pratiques ésotériques réservées à des initiés à travers des ordres ou des mouvements secrets. L’ésotérisme moderne constitue un vaste marché avec de nombreux courants dont certains se revendiquent, indûment, spirituels.

Loin d’ouvrir les consciences, l’ésotérisme moderne constitue souvent un appât qui ralentit l’Eveil et sert le contrôle mondial destiné à asservir l’Homme au profit du pouvoir et de l’intérêt personnel.

Le contrôle mondial, l’ésotérisme associé à l’occultisme, l’astral et les peurs individuelles ou collectives, tendent à développer les illusions, à nourrir l’ombre et à retarder l’évolution de la conscience planétaire. Les armes et les stratégies d’affaiblissement de la conscience sont loin d’être négligeables. Il est essentiel que nous soyons lucides des mécanismes à l’œuvre pour devenir des acteurs libres et responsables.

La stratégie de contrôle :

Le contrôle mondial fait l’objet de nombreux dossiers et d’études. Des documents vidéos et des sites alternatifs, parfois ‘‘altermondialistes’’ ou simplement neutres, illustrent ce sujet. Le système libéral donne, à lui seul, de nombreux arguments pour comprendre les mécanismes d’asservissement qui ont une emprise sur le libre arbitre individuel. Toutefois, le contrôle mondial est le fruit d’une minorité qui contrôle la planète, notamment sur le plan de ses ressources naturelles, économiques et énergétiques. Une guerre tranquille est à l’œuvre. Elle se cache dans l’ombre à l’abri de tous les regards.

Un document datant de 1979 (« Behold a pale horse », de William Cooper, Light Technology Publishing, 1991) donne le ton en situant la décision de cette guerre tranquille à 1954, en évoquant une arme silencieuse destinée à briser les consciences :

« En conséquence, l’arme silencieuse est un type d’arme biologique. Elle attaque la vitalité, les options et la mobilité des individus d’une société, en connaissant, comprenant, manipulant, et attaquant leurs sources d’énergie sociales et naturelles, ainsi que leur forces et faiblesses physiques, mentales, et émotionnelles. » (Extrait)

Vrai ou faux, la stratégie de contrôle présentée dans ce document a été particulièrement bien reproduite depuis trois décennies dans la société occidentale.

La guerre à l’œuvre atteint des sommets en 2010 avec les mouvements de spéculation sur l’Euro.

L’objectif des spéculateurs est de fondre sur les plus faibles à une vitesse exponentielle rendue possible grâce aux moyens Internet. Les Etats, eux-mêmes instrumentalisés, font pâle figure face aux mouvements financiers orchestrés par quelques-uns.

Avec l’absence de sécurité prise par BP pour l’extraction du pétrole, on a atteint le comble du mépris et de l’inconscience. Le choix d’un profit le plus élevé possible a été préféré au choix collectif, même si l’enfer vient après. Ce profit temporaire et futile justifie des choix, même s’ils aboutissent à une destruction massive de la vie sur Terre.

La stratégie de contrôle est résumée dans le passage suivant, particulièrement évocateur :

« Diversion, la stratégie première : L’expérience a montré que la méthode la plus simple pour rendre efficace une arme silencieuse et gagner le contrôle du public est de maintenir le public ignorant des principes basiques des systèmes, d’un coté, tout en le gardant dans la confusion, désorganisé, et distrait avec des sujets sans importance réelle, de l’autre coté.

Ceci est obtenu en:

1 – Décourageant l’activité de leurs esprits ; sabotant leurs activités mentales ; fournissant des programmes d’éducation de basse qualité en mathématiques, logique, design des systèmes et économie, et en décourageant la créativité.

2 – Encourageant leurs émotions, augmentant leur égocentrisme et leur goût pour les activités émotionnelles et physiques, en :

a) – Multipliant des affronts et attaques émotionnelles (viol mental et émotionnel) au moyen d’un barrage constant de violence, de guerres, de sexe dans les médias – en particulier la TV et les journaux.

b) – Leur donnant ce qu’ils désirent – en excès -, « junk food » pour l’esprit, et en les privant de ce dont ils ont réellement besoin.

3 – Réécrivant l’Histoire et la loi, et soumettant le public à des distractions, en étant ainsi capable de déplacer leurs pensées de leurs besoins personnels, vers des priorités extérieures hautement fabriquées.

Ceci prévient leur intérêt et leur découverte possible des armes silencieuses et de la technologie d’automatisation sociale.

La règle générale est qu’il y a un profit dans la confusion ; plus la confusion est grande, plus le profit est grand. Ainsi, la meilleure approche est de créer des problèmes et ensuite d’offrir des solutions. » (Extrait)

Le marché de la consommation sert le désir plutôt que le besoin, et le désir est toujours remplacé par un autre, sans fin inassouvi.

Le contrôle se produit également dans une société où le matérialisme est la base, avec un intellectualisme qui règne en maître sur l’Esprit.

(…) L’individu, représenté par son ego et son masque, s’exprime à partir de ses désirs, de ses manques et de la programmation qui lui a été inculquée par son environnement. Il se réfugie dans l’intellectualisation nourrie par l’éducation, les médias et la complexité de la société. Influencé par les grandes dynamiques de la société que sont les marchés, les médias, les conflits et la peur qui en résulte, il agit sous cette sombre influence.

Les quatre tendances qui le façonnent sont la confusion et le désordre de la société actuelle, l’activité nécessaire pour survivre qui engendre un stress important, l’ensemble des distractions ou occupations qui nourrissent son égocentrisme, et l’attrait de la matière qui lui permet de s’identifier, à l’extérieur de son être, aux objets qui l’hypnotisent (maison, voiture, technologie, vêtements, marques, nourriture, boissons…).

Par son travail, conduit sous pression et exploitation de ceux qui dominent le monde par le jeu des marchés, il cherche à combler ses désirs ou manques, mais plus rarement ses besoins profonds.

La grande force de ce contrôle est l’utilisation de la confusion dont le seul but est de donner l’illusion à l’individu qu’il est libre. En réalité l’individu est soumis aux caprices de son ego, de ses émotions et de son stress, lui-même sous influence des grandes dynamiques décrites et instaurées par des minorités pour l’unique finalité du jeu de pouvoir, aveugle et destructeur, de la planète Terre.

La figure 2 met l’accent sur les soumissions utilisées pour manipuler et asservir les hommes sans qu’ils aient conscience de ce qui les limite. Cette soumission est influencée par six grandes forces sur cette figure. Ces forces façonnent le comportement et la personnalité en conduisant les individus à se mettre au service de l’Ombre.

La première force est le marché, avec ses logiques financières qui tendent à jouer sur la dette et le crédit pour alimenter les profits d’une minorité, dans une pure logique libérale derrière laquelle se cachent d’autres intérêts tels que le pouvoir. Les spéculateurs tels les fonds de pension anglo-saxons, servant à financer les retraites de ceux qui ont déjà bien profité des trente glorieuses, orientent les bénéfices vers ceux qui ont bien profité de l’humanité la plus pauvre.

La seconde force est l’intellect, relié à la technologie. Cette force, dont l’impact est fondamental en cette période, se substitue au vide laissé par l’absence élevée d’éthique, d’humanisme, de spiritualité et d’ouverture à l’Esprit.

S’alimentant fortement par le cerveau gauche, l’intellect est une force majeure anti-christique qui sert la matière et le mensonge.

La civilisation atlante a connu sa chute avec une influence de l’intellect qui l’a coupé du cœur et des émotions. Alors que les religions se sont embourbées dans le dogmatisme et les abus de toute sortes, l’intellect est devenu pour beaucoup un refuge qui ressemble à s’y méprendre aux logiques des plans gris et noirs de l’astral présentés plus loin.

L’intellect, en se mettant au service des logiques des autres forces (marchés, médias, peurs), crée les conditions nécessaires aux stratégies de contrôle qui asservissent le monde et détruisent la planète.

En se soumettant totalement à l’intellect, l’être humain s’est enchaîné et s’enchaîne à tout ce qui est de l’ordre de la matière dense, donc inerte, car l’intellect prend sa source dans le cerveau, et une fois désincarné, plus de cerveau… ne subsiste que l’Esprit (matière vivante).

L’horizon dominé par l’intellect se rétrécit. L’intellect se développe fortement à cette époque, du fait de la stratégie de confusion, et de l’absence de confiance et de foi au sens spirituel.

L’intellect se nourrit ainsi des misères du monde. La société préfère les idées à la spiritualité.

Les pensées émises par l’intellect sont exclusivement matérialistes, donc liées au mental inférieur et à la Terre. Les humains hyper intellectualisés tombent bas car ils ne voient pas, ne ressentent pas, n’entendent pas le monde subtil et ne peuvent donc goûter aux fruits de la Connaissance.

L’éloge de l’intellect est du ressort des gens de pouvoir et de contrôle, qui n’ont que l’espace (le territoire) et le temps chronologique pour seul terrain d’existence.

L’intellect doit être au service de l’Esprit et non prendre sa place. L’évolution technologique de l’Homme lui a donné la souveraine première place et l’a rétréci. Il voit les choses de bas en haut, alors que si l’Esprit était aux commandes il les verrait de haut en bas.

En 2010 le matérialisme a déjà dépassé son apogée et est sur le point de s’écrouler. Les matérialistes sont désorientés par les conséquences de leurs œuvres et par eux-mêmes. Ils cultivent la méfiance et l’orgueil en suivant de vieilles habitudes.

Ils pensent créer de l’Esprit (vivant), mais créent de la matière inerte et se dirigent vers la décadence. Ils deviennent arrogants, suffisants, mesquins et hypocrites.

La troisième force de soumission est constituée des médias. L’information règne en maître, en servant la désinformation. Elle pollue l’esprit par ses multiples formes et sa présence constante, en jouant sur les principaux sens et en obstruant progressivement les capacités intérieures, les talents et les initiatives. Elle crée un étouffement en volant le temps de vie (télévision), en manipulant les croyances (publicités) et la créativité.

Créant un monde de plus en plus virtuel (jeux vidéos…), elle manipule en profondeur en concevant les conditions d’une stagnation et d’un asservissement progressif de l’Homme.

Les médias sont directement reliés à la peur. Ils projettent des images de violence, de sang, de sexe et de malheurs, qu’alimentent de puissants égrégores négatifs.

La quatrième force de soumission est issue des conflits.

Les conflits sont provoqués afin de créer des conditions favorables au profit des minorités qui gouvernent. Le conflit est source de destruction, et celle-ci est nécessaire au renouvellement du fonctionnement libéral. Le conflit n’est pas seulement présent dans les guerres, les révoltes, les manifestations, mais il diffuse à tous les niveaux de l’être. Il contribue à l’affaiblissement mental et émotionnel des populations.

La cinquième force, en lien avec le marché, est l’exploitation par le travail.

En exploitant les hommes par un travail mal payé et en les enchaînant sur un rythme de travail élevé, ils servent le profit des nantis et subissent un stress considérable qui affaiblit leurs forces mentales et émotionnelles. Le stress génère d’énormes avantages pour l’industrie pharmaceutique, touristique, les dépendances diverses (tabac, alcool, drogues…). Le stress alimente la compétition, la concurrence et les peurs.

La sixième force, en lien avec l’ensemble des forces précédentes et donc omniprésente, est la peur.

La peur favorise l’égocentrisme et coupe de toute spiritualité.

Au final, l’ensemble de ces forces, alliées à l’égocentrisme, formatent et programment les hommes à jouer dans une cour terrestre où l’illusion est la règle.
Pensant sortir des dynamiques précédentes, l’individu se tourne alors vers des portes de sortie pour en finir avec ces logiques de contrôle.

L’une de ces portes, très à la mode en cette fin de cycle, est l’ésotérisme dans ses multiples versions modernes.

Or, loin d’être une occupation anodine, l’ésotérisme constitue une arme redoutable pour le contrôle mondial. Il permet, en effet, de tisser des liens étroits avec la sphère invisible du monde éthérique attaché à la matière, aux émotions et aux conflits : la zone grise ; liens qui servent directement les intérêts du contrôle mondial.

Le piège de l’ésotérisme moderne, associé à l’occultisme, est destiné à mieux asservir l’Homme d’une manière beaucoup plus subtile que les produits de consommation habituels. Cela n’en reste pas moins un exemple de consommation supplémentaire dont le but est d’anesthésier une nouvelle fois les consciences.

Les réactions de la plupart des hommes restent sous le contrôle d’une anesthésie générale provenant d’une consommation qui limite le libre arbitre à un champ censuré et engendre la passivité générale, alors que la planète est en cours de destruction accélérée avec des pertes de ressources naturelles à tous les niveaux.

Le piège de l’ésotérisme moderne :

« Trop de gens se lancent dans la pratique de l’ésotérisme et de l’occultisme sans avoir cherché à purifier leur monde intérieur, leurs pensées, leurs sentiments. Ils ne font que patauger dans les couches inférieures du plan astral, c’est pourquoi ils ne connaîtront jamais la réalité du monde spirituel. Même si, comme c’est parfois le cas, ils possèdent de véritables dons et pouvoirs psychiques, il faut qu’ils sachent que cela ne suffit pas. Car le monde psychique n’est pas le monde spirituel, et il ne suffit pas d’avoir un don psychique pour l’exercer correctement. » (Omraan Mikhaël Aïvanhov, « Pensées quotidiennes », Prosveta, p 170.)

Nous distinguons l’ésotérisme traditionnel de l’ésotérisme moderne. C’est la version moderne, beaucoup plus « fourre tout » et syncrétique, qui constitue le piège tendu à tous ceux qui sont en chemin.

L’ésotérisme traditionnel est une émanation rebelle des dogmes, dans le sens où le dogme était au service du pouvoir de ses « ordonnés » et de leurs intérêts.

L’ésotérisme moderne s’en est quelque peu éloigné, notamment sous l’influence de l’occultisme, de la théosophie et de la « Rose-croix ».

L’ésotérisme occidental moderne a une multitude de visages. C’est une émanation de l’ésotérisme ancien qui a la prétention de s’assimiler à la spiritualité alors qu’elle se base sur un fond davantage païen.

Souvent proposé en complément de la spiritualité, ou même la parodiant grossièrement, ou comme voie de travail sur soi, l’ésotérisme moderne induit de nombreuses confusions dans l’accès au chemin de l’Eveil. Comme nous l’avons déjà indiqué plus haut, la confusion est l’un des moyens essentiels du contrôle mondial pour maintenir les humains dans l’illusion.

La spiritualité constitue une église « œcuménique » qui rassemble toutes les religions en constituant une voie d’unité universelle réunissant tous les hommes. De ce fait, la confusion entre ésotérisme et spiritualité est facile.

L’ésotérisme moderne recrute en s’appuyant sur un désir de ‘‘réenchantement’’. Son ancrage ancien en Occident lui permet d’avoir une crédibilité et un pouvoir d’attraction basés sur le mystère et l’accès à des outils apportant des réponses aux désirs et donc aux frustrations des êtres humains.

L’ésotérisme est la bible des pauvres (légendes, textes apocryphes…) dont le langage n’est connu que de quelques adeptes ; c’est un culte païen anticlérical, fondé sur des textes apocryphes, des légendes, des superstitions, sur un langage artistique (géométrie sacrée) et des liens compliqués entre maths et philo, un système de communication complexe accessible à de rares personnes pour générer un mystère (conspiration ?).

Confondu à tort avec ce qui est tourné vers l’intérieur de soi, l’ésotérisme recouvre en réalité dans sa tradition des approches secrètes réservées à des groupes dont chaque individu est minutieusement sélectionné.

L’ésotérisme provient des écoles antiques grecques, selon le modèle que ces sociétés de mystères véhiculaient un savoir écrit transmis de maître à disciples qualifiés s’intéressant à une discipline.

Du grec « esôteros » qui signifie l’intérieur, l’ésotérisme a toujours favorisé des « élites » ou prétendues telles, et des cercles restreints. L’ésotérisme est donc lié à un savoir secret, intérieur et sectaire.

Il oppose le savoir à la Foi. A l’origine, l’ésotérisme se base sur un enseignement professé dans une organisation élitiste par un maître avec ses élèves.

Ainsi l’ésotérisme découle de toute doctrine et savoir procédant d’une transmission. Vers 1890 l’ésotérisme devient le savoir secret et caché. L’ésotérisme est une branche du savoir qui ne peut être révélée qu’à des disciples soigneusement choisis, avec un caractère secret et voilé qui s’apparente aux mystères réservés à des initiés (le terme d’initiés, souvent repris dans l’ésotérisme, appartient cependant en propre à la spiritualité).

L’ésotérisme dans sa version moderne est à distinguer définitivement de la spiritualité.

Développé pour des instruits (théoriciens avertis), l’ésotérisme a abouti à l’hermétisme et à l’occultisme, domaines qui servent l’Ombre sous prétexte de Lumière, en générant des pouvoirs liés à la magie, à la manipulation de l’autre et au désir de domination du monde.

De nombreuses dérives ont été observées, tant dans la théurgie, chez les francs-maçons ou les rose-croix (et cette liste est non exhaustive). Les loges et les sociétés secrètes ont joué un rôle clé dans la structuration de ceux qui contrôlent le monde et que l’on qualifie parfois d’ »Illuminati ».

Le terme d’« Illuminati » ne présente qu’une petite partie de ce qu’est en réalité le contrôle mondial.

Ne mentionner que les seuls « Illuminati » est également source de désinformation. D’autre part, il a été fréquemment déformé, galvaudé et récupéré à travers des thèses de complot mondial liées à l’ésotérisme d’extrême droite (lire plus loin le paragraphe qui suit la figure 4). Beaucoup de mouvements « New Age » se font prendre au piège de ces manipulations.

Dans l’occultisme les doctrines font intervenir des forces que la science ignore et que la religion rejette. L’occultisme repose aussi sur des croyances à des forces ou des réalités suprasensibles qui deviennent sensibles seulement à l’occultiste. Ce dernier est un opérateur qui, tel un prestidigitateur, utilise des énergies à des fins manipulatoires dont le but primordial est la prise de pouvoir sur l’autre.

A l’occultisme sont souvent assimilés la Kabbale, l’ésotérisme, l’hermétisme, l’illuminisme, le spiritisme et la théosophie. En s’appuyant sur les réseaux de communication moderne, l’ésotérisme et l’occultisme permettent de diffuser des pratiques manipulatoires à plus grande échelle que par le passé.

L’ésotérisme s’appuie fondamentalement sur le cerveau gauche, en s’adressant à l’origine, à ceux qui s’autoproclament « élites intellectuelles ». En comparaison à la spiritualité qui relie le terrestre au céleste, l’ésotérisme s’appuie sur une vision terrestre intellectualisée.

On relie ce mouvement à la gnose, aux initiations et à l’herméneutique (théorie de l’interprétation des textes). Les exégètes ont interprété les Ecritures en fonction du niveau de conscience collectif, donc du cerveau gauche, mais aussi en fonction des intérêts personnels de ces instruits ou de cette « hiérarchie » autoproclamée « éclairée ».

En Occident le mot ésotérisme a été étendu à un nombre considérable de courants, dont, entre autres, la magie, mais l’application de ce terme à ces domaines a été contestée par des auteurs, notamment René Guénon.

Par ailleurs, beaucoup de mouvements sectaires s’appuient sur des textes à teneur ésotérique.

L’ésotérisme moderne satisfait à des intérêts personnels de pouvoir. En s’appuyant sur des outils conçus avec le cerveau gauche, celui qui cherche à évoluer risque de tomber dans des pièges liés à la séduction, à l’argent et au pouvoir. Loin d’avancer en conscience, il est soumis au risque de rester piégé dans l’illusion par des crises d’ego et surtout par un ‘‘autoverrouillage’’ de l’ego (mécanisme d’involution décrit par Arabelle dans son dossier spécial sur le Chemin de l’Eveil).

Depuis l’ouverture de portails énergétiques majeurs pour l’ascension de l’humanité en 1968, 1998, 2003, 2005, 2006, 2008, 2009, les enseignements ésotériques sont devenus exotériques.

L’exotérisme est l’opposé de l’ésotérisme.

Les Connaissances s’adressent indifféremment à tous les membres d’une communauté. Elles ont pour but d’être diffusées à tous dans un enseignement ouvert à l’extérieur. En grec « exôteros » signifie l’extérieur.

L’exotérisme se substitue à l’ésotérisme depuis l’ouverture des portails énergétiques, en offrant à tous ceux qui le souhaitent la possibilité d’accéder à ce qui était autrefois réservé à une autorité clandestine. Les enseignements, qui étaient jusqu’à alors réservés à de rares instruits, peuvent être diffusés à une échelle beaucoup plus large. Tous ceux qui cherchent à maintenir secrets des enseignements servent donc les anciennes énergies « matière ».

L’exotérisme doit permettre d’évoluer vers la spiritualité et non vers l’ésotérisme, au risque d’être détourné au profit du contrôle mondial.

La spiritualité se différencie de l’ésotérisme par son ouverture à l’Univers et à tous, avec des intentions de pureté. Elle se réfère à la Connaissance, et non au savoir comme dans l’ésotérisme. Le savoir est terrestre, alors que la Connaissance est céleste.

Dans l’article « Les pendules à l’heure » (mai 2009, http://www.bulletinsvibratoires-d-arabelle-et-nagual.org/le-grain-de-sel-darabelle/2009/05/17/grain-de-sel-darabelle-les-pendules-a-lheure/ ), Arabelle donne cette définition de la spiritualité :

« La spiritualité, néo-intelligence de l’Age d’Or, est l’évolution même de l’espèce humaine, une alliance ‘‘syntonique’’ de ces 2 polarités, du yang et du yin, de l’intellect et du cœur, de la conscience et de l’Amour (et autrement nommée androgynie), le véritable et seul accès à l’authentique, à la lucidité, et au discernement et à l’Amour Inconditionnel. La connexion à l’âme spirituelle représente en fait ces deux pôles réunis dans l’Unité parfaite. »

Ainsi la spiritualité, présentée dans ce sens, est une science, c’est-à-dire une expression de la vérité et non une quelconque abstraction mystique.

En ce sens la spiritualité est exacte et renferme cette notion d’exactitude si chère à nos guides célestes et à Arabelle.

Elle se différencie fondamentalement de l’ego, relié aux blessures de l’être qui s’expriment par le Yang négatif et le Yin négatif, mais également par les états Yang positif et Yin positif (les états émotionnels de ces quatre polarités sont décrits en détail par Arabelle dans son dossier spécial « Le Chemin de l’Eveil »). Les états émotionnels Yin ou Yang positifs sont extrêmement trompeurs car il nourrissent la ‘‘force séduction’’ des gourous et des enseignants dits spirituels par de la poudre aux yeux, enseignants qui tendent à se multiplier en s’appuyant sur ces atouts illusoires.

Pour Krishnamurti : « Ce que j’appelle spiritualité est la recherche de cet état d’unité. Dans l’état de réalisation spirituelle il n’y a plus de division à l’intérieur de moi, et entre moi et l’extérieur. »

La figure 3 présente les trois aspects de l’enseignement de savoirs et de connaissances d’ordre secret pour certains, et spirituel pour d’autres. Les flèches représentent le lien entre terre et ciel pour la spiritualité. Seule la spiritualité permet de se prémunir des forces d’involution représentées notamment par l’astral.

L’exotérisme se différencie de la spiritualité en se plaçant sur un plan terrestre. Sans spiritualité vécue, l’exotérisme devient isolé du plan céleste et redevient totalement terrestre.

L’ésotérisme est complètement lié à la terre : la spiritualité y est donc absente ou incomplète, car uniquement terrestre. La pollution par l’astral y est générale, et d’autant plus que le lien au céleste est absent. L’ésotérisme donne l’illusion de savoir, d’être relié, d’avoir du pouvoir, et éloigne du véritable être. L’ésotérisme constitue donc un piège de l’ombre en éloignant du chemin spirituel. Il nourrit l’ego.

L’objet du recrutement ésotérique à travers les sociétés secrètes (francs-maçons, rose-croix…), clubs ou cercles fermés, est de sélectionner les individus les plus utiles ou performants, intellectuellement parlant, pour servir le nouvel ordre mondial. Cette sélection se produit sans que la grande majorité d’entre eux n’en comprennent le sens. L’opacité est la règle, y compris au sein des structures qui contrôlent le monde. La compétition y est également implacable au profit d’un pouvoir sans limites.

Les individus qui sont recrutés ont peu d’informations sur les visées réelles de leurs recruteurs. Ils ne constituent que des pions dans un jeu mondial où le pouvoir est roi.

(…) Alors que l’exotérisme permet d’accompagner la spiritualité et le chemin de l’Eveil avec une vision ‘‘pré-quantique’’ (inspiration), les pratiques de l’ésotérisme offrent de nombreux pièges et nourrissent les illusions du fait d’une vision linéaire à prédominance du cerveau gauche.

De nombreux courants sont influencés par l’ésotérisme, comme la gnose (dans sa définition générale), la Kabbale, le néo-chamanisme, et plus globalement le « New Age ». Même s’ils ne sont pas en totalité ésotériques, leurs pratiques ésotériques et occultes créent des ponts avec le monde éthérique par l’astral de transition (appelé également zone grise).

Les entités, issues de l’astral, finissent par influencer et contrôler les praticiens, les loges et les sociétés secrètes.

Il existe un ésotérisme d’extrême droite qui s’est diffusé massivement sur Internet. Cet ésotérisme reprend la thèse du complot avec des accents racistes, antisémites et des rapprochements avec les néonazis (société Thulé…), voire nazis (Adolf Hitler y est présenté comme un initié). Sa théorie repose sur le complot et sur le révisionnisme, en utilisant à son compte les critiques sur le libéralisme. On y fait parfois référence aux extraterrestres qui se seraient associés aux « Illuminati » pour mieux dominer le monde.

Il s’agit bien là d’une approche basée sur une doctrine. Ces thèses, basées sur un fondement de complot où le terme « Illuminati » est relié spécifiquement aux Rothschild, tendent à réinventer une approche elle-même reliée à un parcours initiatique et ésotérique. Cette approche ne fait que servir le contrôle mondial et contribue à une manipulation orchestrée par ceux qui forment l’élite pour éliminer toute révélation. Ainsi la boucle se referme : toute mention au contrôle mondial est classée comme une forme de paranoïa ou de déviance. Cet ésotérisme d’extrême droite sert donc plus que tout autre le contrôle par le biais de la stratégie de diversion, en mentionnant le thème du « complot mondial ».

Le terme « Illuminati » a donc été récupéré pour affaiblir ceux qui tenteraient de développer cette thématique grâce à la diversion ésotérique. Dans l’analyse que nous faisons ici nous nous basons sur un contrôle mondial associé au pouvoir financier et économique de la planète, et formé par des élites recrutées et liées entre elles par des accords secrets. Il ne s’agit donc pas d’un complot, mais d’une logique de pouvoir avec une stratégie et des plans d’action.

Les interférences de la zone grise avec l’ésotérisme :

« Maintenant que l’ésotérisme est à la mode, certaines personnes, après avoir lu quelques bouquins qu’elles ont plus ou moins bien compris, se croient capables d’ouvrir une école et d’avoir des disciples !… Est-ce qu’elles pourront vraiment les éclairer, les aider à se transformer ? Eh non, car pour pouvoir changer les êtres il faut d’abord s’être changé soi-même. » (Omraan Mikhaël Aïvanhov, « Pensées quotidiennes », Prosveta, p. 160)

Les plans gris et noirs de l’astral constituent un monde éthérique appelé zone grise ou astral de transition. Cette zone est peuplée d’âmes errantes ou entités qui restent en interaction forte avec les plans terrestres. Ces entités servent de support à de nombreuses manipulations (magie, occultisme et ésotérisme) qui agissent directement sur le libre arbitre. Au-delà des entités, l’on rencontre dans cette réalité éthérique des égrégores et des formes-pensées qui agissent directement sur la psyché des hommes et de la planète.

Les entités sont nettement ressenties par les énergies négatives et les vibrations qu’elles émettent. Elles ont donné lieu à de nombreux symptômes connus en psychiatrie, psychologie ou chamanisme, comme par exemple la paralysie du sommeil, la possession, les crises d’épilepsie (dans certains cas), des comportements psychotiques, des attaques nocturnes et attaques psychiques en général.

Les entités constituent des sources de pollution énergétique non négligeable et affectent directement l’équilibre psychique, émotionnel et mental des personnes.

L’extraction des âmes errantes est pratiquée couramment par des passeurs d’âmes, des exorcistes et des guérisseurs spécialisés. C’est une pratique quotidienne pour ceux qui deviennent autonomes sur le chemin de la spiritualité.

Les âmes errantes ou entités sont présentes en très grand nombre notamment sur les lieux publics : centres commerciaux, gares, bureaux de postes, et dans la plupart des lits sous une forme d’incrustation que certaines personnes ressentent nettement.

Les personnes qui partent en astral (alcool, drogue, psychotropes, état modifié de conscience sans aucune protection suite à des prises d’iboga ou d’ayahuasca) sont des proies faciles, avec une possession partielle qui se produit par une attaque par le chakra laryngé arrière, ou par une possession intérieure quand l’entité est installée dans les chakras.

Les cas de transes observés lors de rituels, qu’ils soient païens ou religieux, sont la plupart du temps des possessions sur les personnes les plus fragiles. Les entités négatives sont connues des chamans pour avoir manipulé les consciences chez les Aztèques en provoquant des sacrifices humains.

Les entités négatives agissent également au niveau des comportements des pédophiles et de bon nombre d’agressions physiques ou à caractère sexuel (inceste, viol), en intégrant les chakras et en influant sur le libre arbitre par le biais d’une intrusion des canaux énergétiques principaux de la personne.

L’entité prend peu à peu le contrôle psychique de son hôte. Il s’agit d’un contrôle partiel, mais ponctuellement élevé lors des crises de possession.

La connaissance de la zone grise a une importance majeure pour élever les consciences. Cette dernière contribue à abaisser les fréquences vibratoires des lieux et des êtres vivants. (…)

C’est donc un frein réel pour l’Ascension. Son rôle principal est de constituer une sorte de déchetterie énergétique du plan incarné. Dans les religions elle est qualifiée d’enfer ou de purgatoire. On y parle de démons, de djinns et de mauvais esprits, voire d’esprits suivant les croyances de nombreuses traditions. En accumulant de nombreuses négativités présentes sous forme d’amas, d’égrégores et de formes-pensées, la zone grise contribue à freiner l’ouverture de conscience sur Terre en s’appuyant sur les faiblesses des hommes. En nourrissant l’inconscient collectif de négativités, elle est l’alliée du contrôle mondial.

Appelée astral de transition, elle est en interaction constante avec le plan terrestre (figure 5). C’est une zone qui abrite des milliards d’âmes errantes et de nombreuses formes de négativité.

Cette zone a un rôle essentiel pour épurer le karma très lourd, car quand le karma non résolu est trop élevé les fréquences vibratoires sont abaissées et l’âme ne peut accéder au plan d’évolution céleste, lieu d’accueil des âmes décédées pour un parcours d’évolution d’âme sur un plan de vie céleste.

Pour cette raison on y trouve des âmes qui ont accumulé de nombreuses négativités.

C’est aussi une zone d’inconscience où transitent ceux qui n’ont pas intégré la spiritualité.

Elle se structure en trois niveaux d’évolution vibratoire : le bas, le moyen et le haut astral. Lorsqu’une personne ayant une conscience assez élevée décède, elle transite par l’astral de transition (haut astral) plus ou moins rapidement, pour atteindre le portail d’entrée des plans célestes (compris comme porte du paradis dans les traditions religieuses, voir ouvrage d’Arabelle à paraître).

Le monde éthérique (…) est en interaction avec la Terre, avec une proximité marquée du monde astral qui joue un rôle de transition entre les plans terrestre et céleste. Les négativités qui y résident influencent le monde incarné. De même, les liens avec le monde céleste (…) sont en contact avec la matière. (…)

Les fréquences vibratoires de la zone grise évoluent dans une fourchette où le plancher est plus bas que sur Terre, avec un plafond atteint des niveaux intermédiaires de fréquences terrestres. C’est une zone encore très reliée à la matière, mais qui reste non matérialisée et existe donc sous forme éthérique. Elle jour un rôle de filtre entre la matière dense et le monde céleste, dont la fréquence vibratoire est considérablement plus élevée.

Avec des fréquences vibratoires suffisamment proches de la densité, la zone grise interfère avec de nombreux objets (objets de rituels, souvenirs, photos, lits, meubles, cristaux, ordinateurs, circuits électriques, téléphone, télévision…). Les entités de l’astral manquent d’énergie pour réparer leur corps astral. Leur corps astral est fréquemment détérioré, avec des fragmentations élevées qui le rendent fragile. Elles utilisent donc les supports terrestres pour se stabiliser et assimiler des vibrations qui leur manquent. C’est pour cette raison que leur présence dans les lits est particulièrement fréquente.

Il est donc peu aisé de s’affranchir des influences de l’astral, d’autant plus que, comme nous allons le voir, il s’appuie sur les fragilités humaines, et notamment sur les faiblesses de l’ego. Les médiums terrestres (99,9 % des médiums) sont donc inévitablement manipulés s’ils ne pratiquent pas systématiquement le passage des âmes et une protection énergétique minimale. Le niveau de ses protections n’aura de réelle efficacité que si le médium a une fréquence vibratoire suffisante et reflétant son avancement spirituel. Toutefois, en prenant des précautions, il existe encore d’autres failles et fragilités. Pour cette raison l’immense majorité des channels qui ne pratiquent pas le passage des âmes sont des proies idéales pour l’astral.

Les pollutions des channels sont le plus souvent supérieures à 50 % du fait de ces interférences. Très rares sont donc les channels fiables.

Les rituels pratiqués dans l’ésotérisme, le chamanisme terrestre, le néo-chamanisme, toutes les formes de magie y compris la magie blanche, génèrent des interférences importantes avec la zone grise.

Les sociétés secrètes comme par exemple les francs maçons, les rose croix et les « Skull and bones » (traduction : « crânes et os », société où ont été initiés plusieurs Présidents des Etats-Unis), montrent les liens étroits entre ceux qui contrôlent le monde et la zone grise.

Le rituel des « skull and bones » est notamment basé sur deux squelettes, avec le crâne d’une personnalité historique au milieu, et un cadran, tournant comme au casino, qui indique la destinée de la personnalité qui prête serment. Certains crânes de cristal célèbres ont également été utilisés par des sociétés secrètes et notamment en France (Provence).

Ces indications pourraient paraître surréalistes, mais elles n’indiquent que la surface de ce qui est connu. La pyramide du Louvre inversée a, par exemple, été volontairement conçue avec des outils occultes afin de créer un vortex réduisant l’influence de la spiritualité en France.

Les personnes qui pratiquent la magie (nous avons eu l’occasion d’en croiser), ou du moins très reliées à la zone grise par des liens éthériques, ont des capacités de nuisance élevées.

Plus leurs intentions négatives sont élevées et plus leur action est efficace sans aucun rituel, et par simple intention ou émotion non contrôlée elles ont la capacité de générer des attaques et également d’avoir un contrôle psychique élevé sur des personnes faibles.

En se combinant aux basses fréquences de l’astral, la magie constitue une glue pour l’âme qui peut se prolonger sur plusieurs vies incarnées.

L’âme qui choisit la voie de la magie est amenée à connaître des épreuves difficiles par la suite. Elle crée une vulnérabilité de plus en plus élevée dans ses corps subtils, par des fragmentations.

Ainsi, ceux qui pratiquent des rituels de type satanique ou magie noire deviennent, parfois sans le savoir, des instruments au service des entités de l’astral. Ils tendent à renforcer la puissance négative de ces entités et créent une pollution énergétique élevée par leur libre arbitre qui obéit ainsi aux plans gris ou noirs. Certains empires ou civilisations ont succombé face à cela.

Ce contrôle psychique s’établit par des fréquences vibratoires terrestres qui conditionnent la victime suivant son niveau de réceptivité. Ainsi certains chamans, gourous, sorciers ou praticiens de magie, sont étroitement liés consciemment ou inconsciemment à la zone grise. Cette connexion est commune dans les mouvements lucifériens ou satanistes qui prospèrent actuellement un peu partout dans le monde sous la forme d’églises diverses ou de sectes dans une très grande discrétion.

En France certains sites, d’apparence « New age », sont lucifériens.

Cette influence est à chaque fois le fruit de pratiques occultes et ésotériques qui attirent des entités de très basse fréquence à l’insu même de ceux qui croient ou prétendent naviguer en spiritualité. Ces mouvements se caractérisent par de fortes propensions à utiliser l’ésotérisme et des arguments pseudo scientifiques pour avoir pignon sur rue. Quelquefois, certains sont victimes eux-mêmes de la zone grise et donc d’eux-mêmes, en toute ignorance, puisque l’emprise se fait toujours par le biais de leur ego surdimensionné, aveugle par nature à la manipulation.

Les pratiques ésotériques n’ont pas de réelle efficacité sur le mage, et leur protection est bien souvent illusoire. Les solutions de protection sont énergétiques et spirituelles en même temps. Elles ne passent pas par des objets, si ce n’est en jouant un effet placebo par renforcement de la confiance. Un cumul de magie est très difficile à guérir, car il active de manière considérable les basses fréquences. Cela vaut pour des personnes ayant pratiqué de la magie dans leurs vies antérieures. Par retour de karma elles vont jouer le rôle inverse en devenant des victimes.

Ceux qui pratiquent aujourd’hui la magie n’ont pas la plus petite idée des conséquences auxquelles ils feront face dans cette vie ou dans une autre. J’ai personnellement connu des personnes affectées par la magie qui portent ce fardeau. Après avoir tout essayé, j’ai fini par accepter que leur choix d’âme ne permettait pas une guérison spirituelle rapide.

La seule alternative pour se protéger des entités est d’entreprendre un véritable travail sur soi et d’avancer en spiritualité. La difficulté pour celui qui est en chemin est donc de discerner dans les enseignements la fausse spiritualité (ésotérisme et occultisme) de la véritable spiritualité (en connexion permanente avec les plans célestes).

Beaucoup tombent dans le piège de la manipulation au service de l’Ombre en confondant l’Ombre avec la vraie Lumière, et ce malgré tous les avertissements que l’on peut leur faire.

(…)

Tous les domaines de l’humanité ont une influence sur les enseignements. La spiritualité est par exemple reliée à la religion, à la philosophie, à l’art et à la musique. Mais elle devrait être également liée à la science, dont elle a été bien souvent coupée par l’Homme.

En réalité la spiritualité est science car elle est Vérité profonde.

Les matérialistes, dans notre société occidentale, nient farouchement cette vérité en limitant leur réalité à la matière et à quelques croyances qui les éloignent de toute spiritualité et les détournent de leur être. Pour se justifier le matérialisme se raccroche à un intellectualisme forcené qui l’isole dans sa cage d’illusion du monde réel, qu’ils refusent d’accepter.

Les inconscients, qu’ils soient individuels ou collectifs, agissent particulièrement en favorisant de nombreux ponts entre l’ésotérisme et le plan astral. Ils nourrissent de multiples croyances, et une forme de consommation qui répond aux désirs profonds et cachés de l’ego. Ainsi, de nombreuses formes d’enseignement à caractère plus ésotérique que spirituel exploitent ces attentes en proposant des formations en apparence spirituelle, qui rencontrent un succès certain au sein du public, du fait de leur forme consommable.

Au lieu de servir l’Ascension et la Lumière, ces enseignements créent un nouveau voile d’illusion qui tend à retarder l’évolution de conscience sur Terre.

Les médias, en jouant sur les peurs et les fragilités, nourrissent des formes-pensées de la zone grise. Ils influent sur les comportements de manière subliminale et façonnent les modes, les choix, et contrôlent au final la créativité de l’être. A la co-création ils substituent une forme d’illusion en occupant les esprits. Ils nourrissent la pollution psychique et amènent la confusion dans les esprits.

Les pièges et les poisons de l’âme :

Alors que les formes d’enseignement actuelles constituent souvent des pièges ou des impasses, d’autres pièges enferment l’être et son âme dans l’illusion.
(…)

La « fausse spiritualité », ou encore l’occultisme, décrite précédemment, constitue un premier piège très fréquent du fait de l’absence de lien réel avec la spiritualité émanant du cœur, et à l’inverse des liens qu’elle entretient avec le plan astral.

L’exotérisme de bonne foi (exemple : thérapies énergétiques) peut également tomber dans le panneau en raison de sa présentation de type « recettes de cuisine » et d’une absence de spiritualité profonde et véritable.

Cette « fausse spiritualité » est totalement intégrée au contrôle mondial que nous exposerons plus loin. Son action est donc très importante. Egalement présente dans les sociétés traditionnelles, la « fausse spiritualité » est très influente dans l’inconscient collectif (exemples : succès du spiritisme au 19ème siècle, nazisme lié à la croyance de la Terre creuse – ou Agartha – et des forces occultes, Templiers en France, nombreux gourous issus du « New Age »…)

Les forces matérialistes, second piège, actuellement au maximum de leur pouvoir historique, s’exercent à partir du contrôle mondial lié au libéralisme moderne. Ces forces jouent sur la consommation, la dépendance au monde virtuel, et de manière plus occulte avec le plan astral (notamment par les égrégores de peur et de contrôle). Leur action déclenche des conséquences tellement désastreuses sur l’environnement et l’Homme (pollutions) qu’une partie de la population occidentale se réveille depuis quelques années, malgré les fortes pressions mentales et émotionnelles qu’elle subit quotidiennement.

Alors que la croissance mondiale est toujours aussi élevée sur la planète malgré les difficultés européennes (4 % en 2010), les fragilités des populations sont de plus en plus sensibles sur le plan physique (tiers monde) ou mental et émotionnel (ensemble du monde), en raison des tensions générées par la société et le travail. L’affaiblissement de l’être est le troisième piège.

Les dépendances ne faiblissent pas, bien au contraire, que ce soit pour le tabac, l’alcool, le sucre, les psychotropes, anxiolytiques, drogues, alors que le sexe est devenu un marché mondial, qu’il soit virtuel (Internet et médias) ou réel (prostitution).

La souffrance est une voie choisie pour le contrôle, du simple fait que c’est une voie utile, de son point de vue, pour accroître la domination et réduire à terme la population.

La chimie de synthèse (médicaments, pesticides, hygiène et produits courants) pollue de plus en plus la planète et les êtres vivants. Un excellent indicateur est fourni par les abeilles qui meurent par milliards chaque année sous l’effet du stress créé par la pollution.

Le quatrième piège est constitué par les médias et les institutions qui conditionnent l’ensemble de l’humanité, avec une emprise croissante sur les populations. Les piliers qui soutiennent la société sont totalement assujettis à un pouvoir souvent insoupçonné, mais dénoncé par les acteurs les plus lucides de la société, conscients des dérives et des manipulations de tout ordre.

Le cinquième piège s’appuie directement sur l’ego individuel de chaque personne. Chaque fois que l’intérêt personnel est flatté et qu’il apporte pouvoir et argent, la résistance de l’ego devient considérable par rapport à la spiritualité. L’intérêt personnel nourrit l’ego, crée des ponts solides avec l’astral et favorise le contrôle mondial exercé par les forces matérialistes.

Les pièges et poisons de l’âme :

• Fausse spiritualité : ésotérisme, occultisme, « vampirisation » par l’astral, sectes, loges et sociétés secrètes, exotérisme non spirituel.

• Forces matérialistes : destruction de la nature, robotisation de l’humain, pollutions, asservissement et conditionnement par les modèles de consommation (alimentation, technologie, énergies…)

• Fragilités liées aux souffrances et aux failles énergétiques, stress, peur, dépendances (drogue, alcool, sexe, tabac, sucre, chimie de synthèse…).

• Contrôle par les médias, la santé, les institutions, les banques, les religions et leurs dérives, les syndicats, les partis politiques, l’égocentrisme individuel…

• Intérêt personnel, pouvoir, argent, consommation, rébellion.

Les dérives du « New Age » :

Le mouvement « New Age » s’est développé dans les années 70 et 80 sous de multiples influences (occultisme, spiritisme, théosophie, philosophie hindoue, hindouisme, tantra, bouddhisme, taoïsme, chamanisme…). C’est une approche individuelle et éclectique de la spiritualité qui constitue un véritable syncrétisme par accumulation d’influences très variées et très souvent récupérées par des gourous et enseignants autoproclamés.

Certains sociologues le qualifie de « marché de la spiritualité », de « nébuleuse mystique-ésotérique » ou de « religiosité post-moderne ».

Le « New Age » est souvent mis en parallèle avec le néo-libéralisme qu’il dénonce.

En constituant une dérive palliative, qui ne remet pas en cause les fondements de l’économie de marché, le « New Age » est donc au service de ce qu’il prétend dénoncer. Il a contribué au succès du développement personnel ou de la gestion du stress, qui permet à beaucoup de mieux supporter les systèmes et de mieux négocier avec l’Ombre en évitant les vraies questions sur le changement concret dans sa vie.

Certains y voient un remède contre le stress qui fonctionnerait comme un parfait complément idéologique du capitalisme.

Terme peu utilisé en France, le « New Age » a eu une influence certaine sur le mouvement des créatifs culturels.

Les courants religieux ou spirituels dont s’inspire le « New Age » contestent avec force l’utilisation de leurs pratiques dans le mouvement « New Age » (taoïsme, yoga, ayurveda, arts martiaux, chamanisme…). Certains mouvements « New Age » sont répertoriés, notamment en France, comme sectes.

Le « New Age » est également perçu par des chrétiens des Etats-Unis comme lié au nouvel ordre mondial totalitaire.

L’utilisation de pratiques occultes et ésotériques constitue cependant la dérive la plus évidente du « New Age », qui l’éloigne d’une approche spirituelle. Cette approche terrestre, influencée par le cerveau gauche, amène les dérives principales (…).

La première dérive est celle auparavant mentionnée pour les inconvénients de l’ésotérisme et de l’occultisme, à savoir la pollution de l’astral.

La pratique de rituels de magie, même blanche, a pour effet de créer des dépendances et de servir le contrôle des personnes par manipulation du libre arbitre.

La seconde dérive est liée à la priorité donnée aux pratiques énergétiques plutôt qu’à une approche spirituelle et un travail sur soi en psychologie. L’excès de pratiques énergétiques génère rapidement des formes d’illusion et un plafonnement de la fréquence vibratoire. De plus, il comporte des risques similaires à la dérive précédente, par création de ponts avec des énergies de basse fréquence dont le praticien n’a pas toujours conscience.

La troisième dérive est liée aux nombreux savoirs et croyances que véhicule l’ésotérisme, sans véritable cohérence.

Elle entraîne les individus à nourrir leurs propres blessures. Par exemple une personne souffrant de la blessure d’abandon crée des dépendances et sera donc plus sensible qu’une autre aux thèses d’extraterrestres venant au secours de l’humanité (ex. : égrégore d’Ashtar Command fréquemment évoqué dans le « New Age » et ses canalisations).

L’évocation des extraterrestres sert l’Ombre dans les deux cas : d’une part pour ceux qui en font des sauveurs et d’autre part pour ceux qui en font des ennemis. Historiquement, ceux qui en font des ennemis se rattachent généralement à des courants d’extrême droite, néonazis (thèses sur les Aryogermains de Guido Von list, la Société de Thulé…) ou nazis.

En parallèle le « New Age » qui voit des soucoupes volantes au secours des humains (« flotte intergalactique ») ou ceux qui évoquent des contacts extraterrestres, sont souvent victimes de manipulations de l’astral. Certaines entités (âme errantes) n’hésitent pas à se faire passer pour des dits « Gris » ou des « Reptiliens », reflets de conflits de l’inconscient non résolus. L’illusion des mondes éthériques non célestes constitue donc un phénomène réel de pollution.

Les croyances sont si nombreuses dans le « New Age » que finalement elles s’adaptent parfaitement aux désirs générés par les fragilités de l’ego des personnes. Leur inconvénient principal est d’engendrer un évitement dans le travail sur soi, allant jusqu’au déni. Or l’évitement et la fuite caractérisent notamment la blessure fondamentale de rejet.

La quatrième dérive s’appuie sur des dons réels de médiumnité qui se développent lors du Réveil de conscience. Ceux qui découvrent leurs talents médiumniques sont tellement enthousiastes qu’ils deviennent rapidement victimes de leur ego. Ils cherchent à flatter leur reconnaissance ou nourrir leur orgueil.

Praticien de Reiki, j’ai pu observer les risques de gonflement de l’ego de certains stagiaires à la suite de stages, mais également des dérives des enseignants eux-mêmes lors de rassemblements de praticiens (rencontres annuelles francophones d’Evian).

Ce même comportement existe dans le néo-chamanisme occidental, et lors de stages ésotériques de plus en plus nombreux, en lien avec la préparation pour 2012, visant, en un week-end, voire moins, à défaire des blessures originelles, ou encore à vous faire « grimper au 7ème Ciel »… ! (Publicités dans les magazines de supermarchés bios férus de pratiques « New Age », ou dans les revues spécialisées en kiosque…).

La dernière dérive est directement liée aux stages précédemment cités. La spiritualité enseignée y est bien souvent théorique, et l’on serait étonné de l’application réelle de la spiritualité dans la vie courante de l’enseignant en question.

On découvre ici et là que des dits enseignants spirituels pratiquent la vente pyramidale de produits spirituels parfois à leur insu, ou du moins en manquant d’élémentaire conscience. Or ces mécanismes non seulement créent un karma négatif individuel, mais engluent de nombreuses personnes dans un karma collectif par l’illusion qui se dégage de cette soi disant abondance.

Beaucoup y laissent des plumes !

Des systèmes financiers pyramidaux, paradoxalement identiques aux logiques du nouvel ordre mondial (pyramides des sociétés secrètes avec leurs niveaux d’initiation ou de promotion), y font flores en toute impunité, sous prétexte d’une loi d’abondance détournée à leur seul profit égotique.

Le mouvement nommé « Le Groupement » (ou Godzich Marketing International), avec un nom délibérément opaque s’appuyant sur du marketing multiniveaux, s’est illustré en 1995 en finançant une secte chrétienne d’extrême droite aux Etats-Unis, proche du contrôle mondial (secte de Jean Godzich montée de la même façon que la fameuse organisation pyramidale de Bernard Madoff), avec le scandale « Leblanc », célèbre cycliste français. Certains y ont fait des fortunes en France.

Plus récemment les mouvements « New Age » ont été démarchés dans le Sud de la France avec des techniques pyramidales habilement maquillées (utilisation du symbole du cercle, plutôt que la pyramide, dans un but de séduction), venant de Suisse et se présentant sous différents noms (cercles ou roues d’abondance, cercle des dons, randonnées…). Plusieurs personnes que j’ai connues y ont perdu jusqu’à 10.000 €.

Une loi mathématique indique l’absurdité véhiculée par les manipulateurs. Ces systèmes supposent une évolution exponentielle du nombre de participants, qui est rigoureusement impossible. Pour satisfaire chaque participant il faudrait atteindre des niveaux dépassant la population de la Terre.

La chaîne de Ponzi, du nom de l’escroc, et reprise par Bernard Madoff qui a arnaqué pour un montant estimé à 50 milliards de dollars, illustre très bien l’absurdité des systèmes pyramidaux et leur logique de contrôle (lien : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cha%C3%AEne_de_Ponzi).

Les chiffres démontrent de manière rigoureuse l’illusion de ces systèmes basés sur la manipulation émotionnelle des individus, où mathématiquement plus de 87 % d’entre eux sont perdants, sans compter tous les dégâts collatéraux.

Ceux qui sont à la tête de ces pyramides (les gagnants) accumulent un Avoir et un karma correspondant (appât du gain sans travailler, et dans une prétendue abondance obtenue par manipulation émotionnelle), et jouent parfois sans le savoir le même jeu que le contrôle mondial (symbole de la pyramide) en s’affirmant parfois en chemin spirituel (lien : http://fr.wikipedia.org/wiki/Vente_pyramidale). L’ego n’a pas de limites quand il s’agit d’imaginer des systèmes dont l’objet est l’Avoir.

Il existe des analogies fortes au niveau des conséquences de la chaîne de Ponzi, des bulles spéculatives, des « cercles d’abondance » et des nouvelles techniques financières (crise des « subprimes »). Ces systèmes fonctionnent sous l’influence des sociétés secrètes organisées, des Hedge funds (fonds de pension anglo-saxons) qui recherchent les meilleurs rendements financiers en exploitant toutes les failles possibles du système, soit au niveau financier, soit au niveau des fragilités de la population.

Le « New Age » est donc influencé et contrôlé par des systèmes pyramidaux.

Les principales dérives du « New Age » :

• L’influence de l’ésotérisme favorise des ponts importants avec l’astral de transition ou zone grise qui fragilise le corps énergétique et crée un voile d’illusion.

• La priorité donnée aux outils énergétiques par rapport au travail psychologique avec un tiers, amène à un plafonnement rapide dans l’ouverture de conscience.

• L’influence de l’ésotérisme développe un ensemble de croyances qui amènent à un évitement du travail sur soi.

• L’accès rapide à des facultés médiumniques ou énergétiques tend à générer un gonflement de l’ego qui bloque l’évolution de conscience.

• L’accès à la spiritualité se fait de manière théorique, sans être intégrée dans la vie courante. Il existe un marché spirituel où la confusion avec l’occultisme est courante.

Parfois en lien avec le « New Age », une partie du mouvement ‘‘altermondialiste’’ se positionne contre le nouvel ordre mondial dans une posture de rébellion, c’est-à-dire de colère s’appuyant sur des blessures profondes non résolues.

Cette posture l’amène à opposer l’ego à l’ego et finalement à servir l’ego collectif par une nouvelle illusion basée sur la colère et la haine.

Globalement le « New Age » véhicule « un faux optimisme » avec une course aux faux professeurs, dont la capacité à éblouir est empreinte d’un spiritualisme qui se prétend élevé et qui dépasse leurs capacités à enseigner et à l’assumer dans leur propre vie.

On y participe à des « bacchanales », réjouissances où sont enseignées de nombreuses « méthodes en kit » à appliquer et à consommer à « la va vite » sans réfléchir, juste pour se remplir et se disculper de ne rien faire, ce qui incite à la pensée magique.

Ce chemin « d’amour de pacotille » achète « des miroirs aux alouettes » très séduisants pour celui qui ainsi s’économise lui-même et en même temps se déculpabilise en s’agitant dans ces consommations diverses et variées.

Offrant des parcours de type « mats de cocagne », où l’on grimpe pour obtenir son lot et où l’on glisse au retour aussi vite, le « New Age » produit une fausse accélération vibratoire qui ne fait que retarder l’Ascension.

Les illusions au service du contrôle :

L’illusion est entretenue par toutes les influences de l’Ombre. Les voiles de l’illusion s’appuient essentiellement sur l’aveuglement de l’ego, lié à la permanence des souffrances de l’être tant qu’elles n’ont pas été traitées par un travail sur soi et notamment avec l’appui d’un tiers (psychologie, psychothérapie…).

L’ego ne peut pas être séparé des deux autres influences représentées sur la figure 9. Tant que l’ego reste important et marqué par des blessures non résolues, une interaction se crée avec d’une part le monde de l’astral (égrégores, forme-pensées et entités), et d’autre part avec une forme d’ego incarnée représentée par le contrôle mondial ou ceux qui s’autoproclament « maîtres du monde ». Ce lien se fait par la résonance magnétique, la loi d’attraction et la loi de karma.

La résonance magnétique est un phénomène scientifique décrit par Arabelle pour les entités. L’émission vibratoire de blessures crée un champ magnétique qui attire et favorise l’attirance vibratoire d’entités ayant des champs comparables.

La loi de l’attraction et la synchronicité valent autant pour l’âme que pour l’ego. Chaque être s’attire à lui des champs d’expérience spécifiques destinés à le faire progresser. Cette loi d’attraction est particulièrement utilisée par les entités ou par le contrôle mondial. Elle est utilisée pour mieux dominer dans les stratégies du contrôle.

Le contrôle attire à lui le contrôle tant que le karma n’est pas dépassé. Le karma représente toutes les situations négatives qui n’ont pas été résolues. Tant que la conscience est verrouillée et que l’ego reste aveugle à la réalité, le contrôle peut se perpétuer, voire s’amplifier.

La figure 9 exprime donc l’étouffement de l’être par l’ensemble des forces grises représentées par cette triade de l’illusion. En générant par l’ego des compromis permanents avec l’Ombre, les illusions sont un frein au changement et au Réveil de conscience.

Dans la figure 10 (…) nous avons identifié les éléments essentiels de chacune des trois composantes du triangle de l’illusion.

La manifestation des illusions par l’ego s’établit par les 5 masques (dépendance, contrôle, masochisme, fuite, rigidité) liés aux 5 blessures de l’être décrites par Lise Bourbeau (abandon, trahison, humiliation, rejet, injustice), de manière simple ou combinées entre elles.

Le déséquilibre énergétique contribue à accroître l’illusion et le contrôle extérieur. Il est aisément identifiable par des mesures portant sur le corps aural permettant de diagnostiquer un ‘‘désancrage’’, un décentrage, un défaut d’alignement, un mauvais fonctionnement des chakras, et des fragmentations.

Les failles énergétiques créent des portes ouvertes au contrôle par l’astral ou par les forces du contrôle mondial.

Sur un plan énergétique les bilans permettent d’identifier des pollutions agissant sur l’illusion (magie, implants, présence d’entités incrustées, polarisées ou flottantes, fuites énergétiques liées aux liens éthériques de dépendance avec des personnes vivantes ou décédées…).

L’astral est une voie de contrôle très importante, en raison du défaut de discernement de ceux qui en subissent les manipulations.

Les égrégores sur Terre jouent un rôle clé dans le contrôle des populations. Ils expliquent par exemple le succès à grande échelle des dérives nazies, nationalistes ou intégristes. Nourrissant l’inconscient collectif, leur présence agit à la fois sur les humains et sur les entités de l’astral. L’astral crée des ponts permanents entre les diverses négativités qui s’appuient sur l’ego des humains.

Le contrôle mondial, présenté dans la partie suivante, est directement lié aux egos individuels.

Il s’appuie sur les émotions et le mental pour s’insinuer dans l’ensemble des failles susceptibles d’influencer les individus. Basé sur le profit et l’argent, son rôle est particulièrement néfaste puisqu’il est en grande partie à l’origine des pollutions planétaires et de la misère humaine.

« C’est moi, le maître du feu

Le maître des jeux,

Le maître du monde, et vois ce que j’en ai fait,

Une terre glacée, une terre brûlée,

La terre des hommes que les hommes abandonnent. » Zazie

La triade de l’illusion :

• Ego blessures de l’être/Failles énergétiques : humiliation, trahison, injustice, rejet, abandon, « désancrage », décentrage, défaut d’alignement, possession (entités, magie, mauvais sorts), fragmentations, implants, pollutions énergétiques.

• Astral/Zone grise : égrégores de contrôle et de peur, formes-pensées, entités de bas et moyen astral, attaques psychiques, possessions, soutien du contrôle mental, psychique et de l’esprit, liens éthériques, illusion, séduction, influence par le biais de l’ésotérisme et des sociétés secrètes (rituels).

• Autoproclamés « maîtres du Monde » : contrôle, conditionnement, création de dépendances, peur, soumission, droit de vie ou de mort, destruction, corruption, pouvoir, séduction, affaiblissement des individus, argent, marchés, domination, possession, obscurantisme. Contrôle principal : dettes nationales des pays.

Les autoproclamés « maîtres du Monde » :

« Il y a une guerre des classes, c’est un fait. Mais c’est ma classe, la classe des riches, qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner. » (Warren Buffet, milliardaire américain, 1ère fortune mondiale en 2008)

Les oligarchies capitalistes transcontinentales règnent sur l’univers. Quiconque a de l’argent mange et vit. Qui n’en a pas souffre, devient invalide ou meurt.

Leurs rouages sont basés sur le contrôle de la génétique, du secteur de la recherche médicale, des drogues, concrètes ou abstraites, de toutes les armes et des Banques Centrales. Ces hommes sont la matérialisation du subconscient de l’humanité terrestre.

Leurs buts sont de provoquer des conflits, d’infiltrer les partis politiques dominants, les médias.

On les trouve dans :

– La mafia dans les domaines de la drogue, du jeu et du sexe.

– Les finances de la Banque Mondiale.

– Les laboratoires de recherches en technologies de pointe.

– L’Opus Dei.

– Les groupes de décideurs du plus haut niveau.

– Les sociétés secrètes.

La figure 11 représente les principaux domaines où se situent les décideurs du monde. Les sociétés secrètes y jouent un rôle clé. Les francs-maçons y sont devenus très actifs, mais il n’est pas aisé de se retrouver avec le grand nombre de sociétés et groupes associés au contrôle mondial. Parmi eux les Illuminati sont la forme moderne d’une société secrète très ancienne. On retrouve de multiples sociétés secrètes rattachées ou proches, telles les Templiers et leurs nombreuses ramifications : francs-maçons, rose-croix, Prieuré de Sion, Ordre Militaire et Hospitalier de St Jean de Jérusalem, Ordre de Malte….

Il s’agit bien ici de filiations historiques où les Illuminati jouent un rôle au même titre que de nombreuses sociétés secrètes ou groupes, clubs et forums dont l’apparence est plus ou moins moderne.

Le contrôle mondial reste bien l’apanage des oligarchies capitalistes en lien avec des sociétés secrètes et des groupes clés qui incluent des personnalités importantes du monde financier, économique et politique.

Le symbole du contrôle mondial est présent sur les billets de 1 dollar : une pyramide dont le sommet (l’Elite) est éclairé par l’œil de la conscience et domine une base aveugle, faite de briques identiques (la population).

Les deux mentions en latin sont très significatives. « NOVUS ORDO SECLORUM » signifie « nouvel ordre pour les siècles ». En d’autres termes : nouvel ordre mondial. Et « ANNUIT CŒPTIS » signifie : « notre projet sera couronné de succès ».

Aux Etats-Unis les sociétés secrètes comme les « Skulls and bones » (crânes et os) pratiquent des rituels de magie, avec parfois un caractère sexuel, que l’on pourrait qualifier de sataniques. Certains présidents des Etats-Unis s’y sont introduits, y compris les plus connus (http://wwyw.voltairenet.org/article14367.html ).

Les grands domaines de la société qui sont liés au capitalisme et à la société libérale sont sous la domination de ce contrôle dont le moteur est le système financier mondial. Peu d’hommes politiques y échappent. Seules de grandes figures autonomes ont eu la force de se soustraire à leur emprise (Gandhi).

Le contrôle mondial :

• Sociétés secrètes et loges : contrôle de l’information et des décisions, cooptation, initiation ésotérique…

• Organisation économique et politique : banques, gouvernements, organisations mondiales, industries, commerce, assurance, pétrole…

• Organisation militaire : armement, contrôle militaire, police, justice, services secrets.

• Contrôle de la Recherche et des technologies.

• Religions : « Opus Dei », liens avec mafia et terrorisme.

• Mafias : drogue, sexe, jeu…

• Conditionnements : consommation, santé.

• Médias : désinformation, manipulation, peur.

La structuration du contrôle mondial, dont les représentants sont présentés dans la figure 12, tourne autour de quelques centaines de familles en lien avec les Etats-Unis, l’Europe, les Bilderberg, les organisations mondiales (ONU, FMI, Banque Mondiale, OCDE, World Economic Forum, les grandes industries mondiales, les organisations religieuses, les services secrets, le Club de Rome, le trafic de drogue). Les sociétés secrètes y sont communes pour infiltrer la société civile et la politique (francs-maçons, rose-croix, chevaliers de l’Ordre de Malte…). En France la Fondation Saint-Simon a été connue pour infiltrer la gauche française jusqu’en 1999.

Le groupe de Bilderberg est connu pour être l’un des plus influents de la planète. Il a des liens avec des personnalités de droite (UMP) comme de centre (MODEM) ou de gauche (PS en France). Des personnalités françaises de premier rang en font partie. En 2000 ont participé par exemple Dominique Strauss Kahn (nommé Directeur du FMI en 2007), Pascal Lamy (nommé Directeur de l’OMC en 2005) et Jean-Claude Trichet (nommé Directeur de la BCE en 2003). Le Bohemians Club est une organisation ésotérique occulte où l’on trouve de nombreux dirigeants américains et européens, y compris des acteurs connus (http://www.syti.net/Organisations/Bohemians.html).

Le « Siècle » est un club de réflexion français qui regroupe des patrons et des politiciens dont certains font partie du groupe de Bilderberg.

Représentants du contrôle mondial :

• Groupe Bilderberg : se réunit une fois par an.

• Club de Rome, World Economic Forum, CFR : Conseil pour les Relations Etrangères (USA), IFRI (France).

• Institut Tavistock des Relations Humaines.

• Sociétés secrètes des élites : Illuminati, Skull and Bones (USA), Bohemians Club (USA), Club Saint Simon (France, fermé en 1999), Le Siècle (France), francs-maçons, rose-croix, Lions Club, Rotary, Ordre de Malte…

• Renseignement et services secrets.

• Organisations mondiales : FMI, ONU, OMS, OCDE, Banques mondiales, multinationales…

Les leviers du contrôle mondial :

« Je décrirais plutôt la globalisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut pour le délai qu’il veut, de produire ce qu’il veut, de rechercher ses matières premières où il veut et de vendre ses produits où il veut, en s’embarrassant le moins possible des droits des travailleurs et des accords sociaux. » (Percy Barnevik, PDG de ABB, membre du groupe de Bilderberg et de l’European Round Table)

La crise économique que nous vivons est sous contrôle. La stratégie du contrôle est de transférer les dettes privées en dette publiques. Cette méthode permet d’étendre toujours plus le pouvoir des banques et des multinationales, avec une efficacité de plus en plus redoutable comme en témoigne l’épisode de la crise grecque et de la constitution du front monétaire européen, où chaque situation est mise à contribution sans le savoir, par le biais d’un engagement de chaque Etat.

Lors de la crise de 2008, en liquidant Lehman Brothers, l’oligarchie financière a décidé de créer un choc pour conditionner l’opinion, en vue de débloquer ensuite les « plans de sauvetage » bancaires. Or ces mêmes plans de sauvetage ont contribué à creuser les déficits publics et donc à aggraver les dettes des Etats. De ce fait, les prestations sociales et les services publics sont de plus en plus réduits. Les sociétés privées de grande taille prennent ainsi peu à peu le contrôle.

« Le Monde » du 12 mai 2010 titrait : « La commission européenne veut contrôler les budgets nationaux ». L’objectif d’affaiblir les Etats au profit du privé est passé par des instruments tels que les institutions européennes, le FMI, maintenant l’accord européen tenant lieu d’instrument pour affaiblir le citoyen européen.

Un autre instrument de contrôle, plus discret mais efficace, est le rôle des agences de notation qui donnent des notes telles que AAA à un pays à l’origine des mouvements de spéculation, quand la note devient négative. Ce sont trois sociétés internationales qui se partagent le marché. L’indépendance de ces sociétés est rapidement mise en brèche par l’appartenance de certains de ses dirigeants à des clubs précédemment cités.

Ces stratégies financières sont reliées à d’autres buts comme le contrôle du vivant par le biais de la génétique (OGM, clones, alimentation…) et des technologies de pointe. Certains membres du contrôle mondial prônent l’eugénisme et la réduction de la population mondiale à 1 milliard d’humains contre près de 7 aujourd’hui (Warren Buffet, membre du Club des milliardaires). Il est vrai que le mode de vie moyen des Américains consomme l’équivalent de 6 planètes, ce qui est totalement insoutenable à l’échelle mondiale (la France en consomme l’équivalent de 3).

Les leviers du contrôle mondial se structurent en trois grandes forces (…) :

– Le conditionnement cherche par tous les moyens possibles à polluer l’esprit des hommes en les séduisant et en créant des illusions permanentes à tous les niveaux. Ce levier s’appuie sur des émotions émanant des déséquilibres Yang et Yin des individus, telles que la peur.

– La manipulation est largement développée dans la consommation qui nourrit l’Avoir et donc l’ego. Elle s’exprime de la simple alimentation à la santé, à l’argent, au sexe, dans les addictions et dépendances (drogue, alcool, tabac, anxiolytiques, excitants ou stimulants comme le Viagra…). A une plus large échelle le contrôle financier agit et verrouille tous les fluides vitaux de l’économie en jouant sur le profit lié à l’argent (dettes, crédits).

– L’affaiblissement consiste à entretenir la soumission au système à travers l’obéissance à tous les modes de fonctionnement imposés, du simple vaccin (crise du virus de la grippe H1N1) au contrôle par les nanotechnologies, les OGM (auxquels il faut rajouter de nombreux produits manipulés par la technologie génétique : mutations forcées par l’irradiation ou d’autres techniques sur lesquelles la communication est absente), les clones (courants en biologie végétale), les adjuvants de conditionnement (additifs chimiques de dépendance, produits d’appétence rajoutés dans les sucreries comme dans les pet foods, ondes électromagnétiques…). S’appuyant là aussi sur des émotions de peur, l’affaiblissement est acquis par le stress (…), qui agit à son tour sur la dépendance.

Les trois leviers du contrôle mondial façonnent nos vies et nos sociétés en les maintenant dans une logique où le profit et l’argent sont rois.

Les « rois du monde » jouent sur l’emprise individuelle afin de garder le contrôle, sans percevoir qu’une autre conscience est en train de naître :

Comme le dit la chanson, les rois du monde connaissent la peur et se protègent de tout, y compris de l’Amour au sens de l’amour agapè, lié au cœur. Ils sont donc eux-mêmes piégés par l’illusion sans le savoir.

Le choix individuel, principale issue pour sortir du contrôle :

La seule alternative pour sortir du contrôle établi est le libre arbitre individuel.

Le dernier film de Coline Serreau illustre parfaitement cette alternative : « Solutions locales pour un désordre global ». La précision importante que j’y mettrais est que derrière un désordre global apparent se cache un contrôle mondial dont la finalité est implacable. Le terme désordre, quand il se traduit par instabilité et confusion, reprend ici un sens fort.

Nous sommes donc face à nous-mêmes pour faire des choix de vie cohérents et responsables dans un contexte instable qui cherche à faire de nous des citoyens sous surveillance au service d’un pouvoir égotique à la recherche d’un bonheur illusoire car basé sur la consommation, le pouvoir de l’autre et l’hégémonie.

La figure 14 place le libre arbitre au centre de notre pouvoir de l’être qui a la capacité de sortir du contrôle pour aller vers l’Amour.

A l’illusion correspond la spiritualité, et aux systèmes de contrôle externe : zone grise et ‘‘contrôlants’’ du monde, correspondent les sphères célestes et leur hiérarchie (ce terme est à différencier de la définition terrestre et à replacer dans son contexte par la notion d’expérience).

Les forces noires (…) cherchent à entretenir leur propre réalité par le contrôle et le conditionnement de l’humanité. Cette réalité ressemble quelque peu à ceux qui se réclament d’un matérialisme niant ou réduisant considérablement la réalité spirituelle. Le choix, dicté par nos pensées, paroles et actes, nous rend libres de maintenir les barreaux de notre cage mentale ou d’opter pour l’Amour.

Le choix dicté par la peur renforce le karma et alimente la force des égrégores de contrôle mondial, alors que tout choix fait par amour nourrit notre dharma (terme défini par Arabelle comme bagage « vertueux »).

Quand nous apprenons à faire la différence il est possible de sortir enfin de nos dépendances qui nous maintiennent dans le brouillard gris de l’illusion et de la souffrance.

Les conséquences de nos choix (…) alimentent notre karma à partir des souffrances de limitations et des comportements qu’elles entraînent. Nos choix ont un rôle déterminant dont il est difficile de prendre conscience. Notre avenir et celui de l’humanité se jouent dans chacun de nos choix.

Ce sont nos choix qui déterminent notre évolution de conscience vers l’Ombre, dans la stagnation ou vers la Lumière.

Les pièges individuels liés au choix ou au « non-choix » :

Si le libre arbitre offre une porte de sortie, il ouvre la porte également à de nouveaux pièges.

Un piège fréquent dans les fausses spiritualités se traduit par le « non-choix », le « non-agir », le silence ou l’affirmation d’isolement sur son chemin, sous prétexte des risques multiples que représentent les gourous, les enseignements pseudo spirituels pour la plupart ésotériques, et les pièges réels déjà énoncés dans ce dossier. Que dire d’une telle attitude d’isolement ?

L’isolement est souvent associé à la Blessure de rejet caractérisée par un masque de fuite ou par une recherche de sécurité face au risque (blessure d’injustice avec le masque de la rigidité). Que ce soit cette blessure ou une autre cause, l’isolement tend à entretenir ou à gonfler l’ego d’une manière insoupçonnée par ‘‘auto-conviction’’ que le monde étant risqué, mieux vaut agir en sécurité. Cela peut se traduire par une logique d’involution de type « auto-verrouillage de l’ego », comme l’analyse Arabelle dans son dossier spécial.

Ainsi le silence que recherchent certains spiritualistes devient un piège. Autrement dit, l’évolution de conscience se fait dans l’apprentissage grâce aux jeux de miroir qui révèlent ce qu’il reste à travailler. Dans le travail sur soi, clé de libération de l’être, il est essentiel de pouvoir travailler à la fois d’une manière ou d’une autre en spiritualité, en énergies et psychologie. Le fait de travailler un seul de ces axes amène inévitablement à une stagnation dans son évolution ou du moins à une évolution beaucoup plus lente.

Le « non-choix » de celui qui ne veut pas choisir une voie, un enseignant quel qu’il soit, un thérapeute, des outils, des références, est de fait un choix.

Le « non-choix » est le reflet d’un déséquilibre dicté par une énergie Yin négative traduisant des blessures non résolues. En clair si l’autonomie est bien le but, son acquisition passe par un apprentissage, une guidance, une stimulation et des actions. On évolue en sortant des attitudes Yin/Yang négatives, en passant par du Yang/Yin positifs, dans le but d’arriver à la voie du milieu (Yin/Yang neutres), comme l’indiquent les croquis publiés par Arabelle.

Dans le « New Age » il existe une attente passive qui nourrit le Yin négatif. Elle consiste à attendre d’être pris en charge par les évènements extérieurs et donc de ne pas bouger.

L’attitude inverse (Yin positif), qui consisterait à voir les choses en positif (« peace and love »), amène également à l’évitement et tout particulièrement au refus d’admettre que l’Ombre existe. Ce comportement nourrit l’Ombre. La résolution des négativités ne vient pas par l’indifférence du sujet, mais par le discernement et la vigilance.

En définitive, le choix du « non-agir », de l’attente, de l’indifférence et du « non-choix », contribue à favoriser l’Ombre, car la guerre silencieuse ne fait aucun cadeau.

Les arts martiaux enseignent que la passivité conduit à l’autodestruction face aux attaques.

S’il n’est pas utile de répondre à l’attaque par l’attaque, stratégiquement les techniques de défense permettent une résistance et une utilisation de la force aveugle de l’ennemi pour l’immobiliser et le mettre face à l’absurdité de son attitude agressive.

Nous sommes entrés dans une résistance active pour faire triompher la Lumière en agissant en toute responsabilité !

Les cinq clés pour échapper à la triade de l’illusion :

La première clé est d’accéder à la connaissance par des enseignements spirituels et exotériques, afin de sortir des savoirs cachés et de la stratégie de contrôle (confusion, diversion, stress). La guidance est la voie. C’est la clé spirituelle.

La seconde clé réside dans le changement de nos croyances et de nos programmations qui constituent la persona et les masques. Sortir de ces schémas passe par un véritable travail sur soi avec un tiers, au risque de stagner. C’est la clé du travail en psychologie.

La troisième clé est de sortir de la dépendance à l’argent, sans tomber dans les nombreux pièges évoqués (pyramides) qui retardent l’évolution de conscience. Cela suppose une créativité, des initiatives, une responsabilité et une recherche d’autonomie. Les solutions sont locales, et tout ce qui permet une valorisation du travail, un lien social et une réponse aux vrais besoins humains, génère une avancée en ancrant la spiritualité dans la matière. C’est la clé de l’autonomie économique.

La quatrième clé est énergétique. La pollution est généralisée et les corps sont atteints. Se libérer c’est donc trouver des solutions énergétiques à sa vie en recherchant une vie saine. Le sommeil, l’hygiène de vie, l’utilisation de l’eau et le contact à la terre (marcher pieds nus, rester proche de la nature) sont fondamentaux pour garder l’équilibre. Des outils énergétiques plus subtils existent. Leur développement supposerait de les présenter dans un nouveau dossier. Les précautions par rapport à la zone grise constituent l’une des priorités en énergie pour se protéger, car les risques d’attaques sont multiples.

La cinquième clé est physique. Elle est liée à notre consommation d’un ensemble de produits qui sont pollués, nocifs ou agressifs pour notre santé. Le changement d’alimentation accompagne l’évolution de conscience, mais il est propre à chaque personne en fonction de ses besoins liés aux autres clés précédentes qui influent. Le choix dans chaque achat a un impact sur notre corps et sur notre conscience. Il demande donc une vigilance consciente et responsable pour évoluer d’une société de désir à une société d’harmonie qui répond aux besoins essentiels de l’être.

CONCLUSION :

La stratégie de confusion qui règne sur le Monde nourrit l’illusion des hommes pour mieux les dominer et profiter de leurs faiblesses au service d’un pouvoir qui recherche le profit. L’affaiblissement physique, mental et émotionnel, sert les intérêts d’une minorité qui contrôle des ressources planétaires. Le vivant lui-même est en passe d’être privatisé, ou est mis sous scellé pour assurer l’hégémonie de ces groupes qui nient le sens profond de la vie.

En développant à outrance le matérialisme et l’intellectualisme, la société s’est structurée sur des valeurs masculines, fortement influencées par le cerveau gauche, au détriment du cerveau droit et de l’intuition. Ce déséquilibre est devenu source de conflits et de stress à l’échelle planétaire. Appelé progrès, il amène aujourd’hui l’Homme au bord même de son extinction, et le projette dans un nouveau Moyen-Âge si rien n’est changé dans les années qui viennent.

Ces stratégies d’emprise utilisent tous les stratagèmes pour maintenir leur hégémonie. Ainsi, pour contrer la spiritualité, elles ont diffusé de nombreuses approches issues de l’ésotérisme et de l’occultisme dont les adeptes, sans le percevoir, sont soumis à leur tour à l’Ombre.

Au 21ème siècle les soi-disant maîtres et élèves de l’occultisme et praticiens de l’ésotérisme de tout bord sont des fidèles reflets des pharisiens de l’époque de Jésus de Nazareth.

Le secret de la libération et de l’autonomie se situe dans l’espace sacré de notre cœur qui apporte une paix intérieure, préfigurant la vacuité et la maîtrise. En nous amenant vers le « lâcher-prise », cette paix nous libère des tensions génératrices de stress et de souffrances.

Pour la Conscience et au Service de la Conscience,

Dans l’Amour et au Service de l’Amour,

Nagual, mai 2010, avec le concours de mon guide Saint-Emile. »

2. MON COMMENTAIRE :

Cette intéressante analyse comporte de nombreux points valables, mais je voudrais brièvement attirer l’attention sur quelques éléments : les rose-croix, le spiritisme, l’ésotérisme et le « New Age ».

Je ne crois pas que les rose-croix (passons notamment sur les francs-maçons, car ce qui est écrit à leur propos n’est pas faux) font partie de ceux qui « montrent les liens étroits entre ceux qui contrôlent le monde et la zone grise », et qu’ils infiltrent la société civile et politique. J’ai moi-même été longuement membre d’une organisation rosicrucienne bien connue, et si infiltration il y a, il faut plutôt la rechercher chez les francs-maçons (beaucoup plus nombreux, en plus), un fait bien connu ! On ne peut pas sérieusement ranger les rose-croix dans les représentants « du contrôle mondial », ni dire qu’ils font partie des filiations historiques où les Illuminatis jouent un rôle.

Qualifier le spiritisme de « fausse spiritualité » est vrai en un sens (si l’on met notamment l’accent sur les phénomènes physiques associés à cette doctrine), mais cela ne doit cependant pas faire oublier qu’il a eu (et qu’il a toujours pour certaines personnes) une utilité certaine en son temps, celle de contrebalancer l’athéisme.

Quant à l’ésotérisme, son approche « élitiste » (accession aux seules personnes ouvertes aux enseignements délivrés) était, dans le passé, indispensable, compte tenu du poids des institutions religieuses et des répressions (Inquisition, etc.) que celles-ci pouvaient engendrer. A notre époque, effectivement, il se justifie beaucoup moins, la connaissance pouvant être délivrée à plus grande échelle, compte tenu de la liberté d’expression (qui caractérise surtout les sociétés occidentales).

Si les « dérives » du « New Age » sont pointées dans ce texte – une charge que l’on rencontre aussi chez de nombreux auteurs appartenant d’ailleurs à des courants opposés : Eglise, fondamentalistes, ésotéristes, spiritualistes, rationalistes -, je suis pour ma part beaucoup plus nuancé, car ce « réseau » comporte aussi des sources intéressantes. Est-il vrai, par exemple, que des âmes errantes se font passer pour des « Gris » ou des « Reptiliens » ? C’est une simple affirmation, mais pas de preuve pour l’étayer, bien sûr. Ensuite, on peut s’intéresser à la spiritualité, tout en s’intéressant aussi aux mondes habités et aux OVNIs… De plus, les channels fiables sont-ils réellement « très rares » ? Je ne le pense pas du tout.

Alain Moreau

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Suivez nous sur les réseaux sociaux

ISOLATION + CHAUFFAGE pour 1 euro. Nouveau dispositif 2020

Vérifiez votre éligibilité !

Articles Phares