A la Une Lecture Inspiration

Le Baphomet, Figure de l’ésotérisme templier & de la franc-maçonnerie

 » Depuis leur disparition tragique au 14e siècle, les templiers n’ont cessé d’alimenter ce qu’il est convenu d’appeler l’Histoire mystérieuse : empilement d’énigmes et d’extrapolations, serpentant dans les failles de l’Histoire officielle et dans lequel il est malaisé de distinguer le vrai du faux. Aux templiers, on a tout supposé : la possession du Saint-Suaire, celle du Graal, la découverte de l’Amérique, la jouissance d’un trésor fabuleux (matériel ou spirituel), des secrets alchimiques, la perpétuation de l’ordre dans des confréries occultes, des mœurs indécentes, des initiations clandestines, jusqu’à l’adoration du Diable.

Mystère des mystères, le Baphomet trône tout en haut de ce labyrinthe de conjectures. À l’origine, pièce parmi d’autres dans le procès, l’idole gagna le devant de la scène avec la naissance du templarisme maçonnique, vers le milieu du 18e siècle, alimentant à la fois le corpus mythique de la franc-maçonnerie et les thèses anti-maçonniques. Mais c’est à Éliphas Levi que reviendra l’honneur de lui donner la silhouette plutôt inquiétante d’un androgyne à tête de bouc, un flambeau planté entre les cornes, le front orné d’un pentagramme.

Tantôt diabolisé, tantôt réhabilité au gré des interprétations, Baphomet portera finalement toutes les couleurs du manteau bigarré que ses biographes lui ont tricoté au fil des siècles, en conservant toujours des bûchers templiers comme une odeur de roussi.

S’efforçant de faire la part du mythe et de la réalité, cet ouvrage retrace la lente émergence du mythe. Remarquablement documenté, il fascinera les amateurs de mystère, mais également tous ceux que captivent les mythes jalonnant l’aventure humaine ».



Sommaire :
INTRODUCTION
I. L’ORDRE DU TEMPLE
1. Les années de formation
2. Le concile de Troyes
3. La consécration
4. Organisation et vie du Temple
5. La perte de la Terre sainte
6. La chute
7. La fin tragique de l’ordre du Temple
8. Jacques de Molay, le dernier Grand-Maître
9. La postérité

II. HISTOIRE OCCULTE
1. Du trésor au Saint Graal
2. Le sceau de l’ordre
3. La règle secrète
4. La malédiction
5. Le templarisme
6. Autres légendes de la survivance du Temple

III. LE BAPHOMET
1. L’idole mystérieuse
2. Les Clercs templiers
3. Naissance d’une légende
4. Les Coffrets du Duc de Blacas
5. Un festival étymologique
6. Du Saint Suaire à Saint Jean le Baptiste
7. Le Baphomet de Chinon
8. Du bouc de Mendès à la Pierre Philosophale
9. Partout, des Baphomets
10. Lucifer chez les francs-maçons
11. Aleister Crowley
12. L’Église de Satan : retour à la case départ
13. La magie moderne

CONCLUSION : AU DIABLE !

ANNEXE : La culpabilité des templiers, par le Dr Baron Hammer-Purgstall,
traduction française inédite par Lionel Duvoy

BIBLIOGRAPHIE


ILLUSTRATION : Le Baphomet d’Eliphas Levi, par Tristan Dubois.

Auteurs d’articles et de livres depuis plus d’une dizaine d’années, dans le milieu ésotérique français. Spartakus FreeMann & Soror D.S sont connus pour la qualité remarquable de leurs écrits, de leurs recherches, ne se contentant pas de gratter la surface.
Ayant exploré les sentiers de la kabbale, des ordres occidentaux, comme la Golden Dawn, la franc-maçonnerie et associés, ils se sont aussi penchés sur la chaos magic devenant des pionners français de ce domaine.


Co-signé par Spartakus FreeMann et Melmothia, sous le pseudonyme de Soror D.S., l’ouvrage Le Baphomet, Figure de l’ésotérisme templier & de la franc­ maçonnerie, retraçant la lente élaboration du mythe de Baphomet, est désormais en vente

Broché 15 x 21 – Illustrations N&B – 250 pages

→ Acheter ce livre sur Amazon

Extrait de l’introduction :

« […] Aux templiers, on a supposé la possession du Graal ou de l’Arche d’Alliance, on les a présumés alchimistes, magiciens, convertis à l’Islam ou adorateurs du Diable. Durant les siècles qui suivirent le procès, les voix se divisèrent entre partisans de l’innocence, de la culpabilité et ceux qui attribuaient aux templiers la possession de secrets ésotériques. Dans la liste des crimes qui leur furent imputés, le reniement du Christ et l’idolâtrie occupèrent une place importante, tandis que la nature même de l’idole que les templiers étaient supposés adorer restait sujette à variations : les accusés furent alternativement soupçonnés de rendre hommage à un chat, un démon, un portrait et une tête, occasionnellement gratifiée d’un nom : Baphomet.

À l’origine, pièce parmi d’autres dans un dossier à charge, il faudra attendre plusieurs siècles pour que Baphomet acquière l’aura légendaire qui est aujourd’hui la sienne. Vers le milieu du 18e siècle, le mythe templier est réinvesti par la Franc­maçonnerie. Cette société, apparue sous sa forme moderne, à la toute fin du 16e siècle, s’est rapidement rêvé des origines fabuleuses, faisant remonter ses rites à la construction du Temple de Salomon, puis à la chevalerie médiévale. En 1750, le premier grade templier fait son apparition. La même année, le baron von Hund fonde la Stricte Observance Templière. D’autres organisations suivront. L’interdiction prononcée par le pape en 1312, sous risque d’excommunication, d’utiliser le nom ou les symboles templiers, n’empêchera nullement la fondation d’une pléthore d’ordres néo­templiers qui foisonnent encore de nos jours. Dans la foulée du Templarisme, l’idole revient sur le devant de la scène, donnant lieu à toutes sortes de spéculations et faisant la joie des amateurs de complots, depuis l’orientaliste Friedrich Nicolaï qui suppose aux chevaliers un culte gnostique, jusqu’aux occultistes modernes, en passant par le mystificateur Léo Taxil qui le recyclera dans ses brûlots antimaçonniques à la fin du 19e siècle.

Mais c’est au célèbre occultiste Éliphas Lévi que revient l’honneur de lui fournir, en 1854, la silhouette qu’on lui connaît : une créature dotée d’une tête de bouc, d’un corps écailleux, de seins de femmes et de sabots fourchus. Une représentation désormais ancrée dans l’esprit du public. Tantôt diabolisée, tantôt réhabilitée, l’idole supposée du Temple aimante toutes les ambiguïtés. Car si l’ésotérisme contribue à adoucir la figure de Baphomet en le pourvoyant en symboles notamment alchimiques, l’effigie va retourner au Diable en 1968, lorsque le fondateur de l’Église de Satan choisit comme emblème un symbole qu’il intitule le Sceau de Baphomet.


Notre modernité héritera de cet empilement d’interprétations, gloses et réécritures et ajouts successifs, au point de ne plus savoir par quel bout attraper le mythe. Icône chérie des adeptes de la voie de la « main gauche », comme des disciples d’Aleister Crowley, des alchimistes comme des conspirationnistes, etc., la figure de Baphomet porte toutes les couleurs du manteau bigarré que ses historiens lui ont tricoté au fil des siècles, mais toujours conservant des bûchers templiers comme une odeur de roussi. »

 

11989146_10207052301083-9QCBv2Z4

logo-allianceLe Baphomet, Figure de l’ésotérisme templier & de la franc-maçonnerie, Spartakus FreeMann & Soror D.S, éditions Hermésia (du groupe Alliance Magique). 250 pages, Prix :​ 24 euros.

http://www.chaosophie.net



Nouveauté

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer l’auteur, la source et le site : http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email

Articles similaires

Recevez la Newslettter

Vous souhaitez être informés des bons plans, découvrir les meilleurs articles du réseau Elishean et recevoir des conseils pour optimiser l'Ascension. C’est très simple, inscrivez-vous...

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Ma dernière vidéo

Articles Phares

Suggestion Amazon