A la Une Amérindiens

L’ADN prouve qu’à l’origine, il y avait des amérindiens blancs…

Une nouvelle découverte de l’ADN ancien pourrait renverser l’idée que les Amérindiens étaient les premiers à avoir peuplé le continent américain.

Au lieu de cela, un nouveau groupe connu sous le nom d’anciens Béringiens, qui sont plus proches des Européens blancs modernes, a été découvert par des chercheurs.

L’analyse génétique d’une petite fille décédée à la fin de la dernière période glaciaire montre qu’elle appartenait à cet ancien groupe de Béringiens jusqu’alors inconnu.

Une petite fille qui vivait et mourait dans ce qui est aujourd’hui l’Alaska, à la fin de la dernière période glaciaire appartenait à un groupe d’anciens peuples jusqu’alors inconnu qui dérivait des ancêtres des Européens modernes, selon l’ADN récupéré de ses os.

L’enfant, âgée de six semaines à peine, a été retrouvée dans un cimetière à côté des restes d’un bébé mort-né, peut-être cousin germain, lors des fouilles d’un camp résidentiel de 11 500 ans dans la vallée de la rivière Tanana en Alaska central. . Les restes ont été découverts en 2013, mais une analyse génétique complète n’a pas été possible jusqu’à présent.

Les chercheurs ont essayé de récupérer l’ADN ancien des deux nourrissons, mais ont réussi seulement dans le cas de l’individu plus grand.

Ils s’attendaient à ce que son matériel génétique ressemble aux lignées modernes des Amérindiens du nord ou du sud, mais ils ont découvert qu’elle avait une composition génétique distincte qui faisait d’elle un membre d’une population distincte.

Un nouveau génome d’une sépulture pléistocène en Alaska confirme une croyance de longue date que les ancêtres européens sont arrivés en Amérique.

Le groupe nouvellement découvert, appelé « anciens Béringiens », semble s’être séparé des Européens il y a environ 20 000 ans et a fait son chemin vers l’Amérique du Nord via l’Alaska, quand un pont terrestre gelé a rendu possible la traversée d’Europe et d’Asie en Amérique du Nord.

Les anciens Béringiens se sont ensuite déplacés vers le sud lorsque les calottes glaciaires ont fondu et se sont mélangées à d’autres populations amérindiennes, ce qui explique pourquoi de nombreux Amérindiens présentent aujourd’hui des caractéristiques physiques plus souvent associées aux Blancs.

Selon Eske Willerslev, un généticien évolutionniste à l’Université de Copenhague, dont l’équipe a récupéré l’ADN de la fille à partir d’une partie dense de son crâne connu sous le nom de l’os pétreux.

Les résultats qui ont été publiés dans la revue scientifique Nature sont controversés et représentent un nombre croissant de preuves découvertes à travers le monde qui suggère que les origines de la race humaine ont pu être l’Europe et non l’Afrique comme on le croyait autrefois.

En collaboration avec des scientifiques de l’Université d’Alaska et d’ailleurs, Willerslev a comparé la composition génétique du bébé, nommée Xach’itee’aanenh t’eede gaay ou «sunrise child-girl» par la communauté locale, avec des génomes d’autres peuples anciens et modernes.

Ils ont découvert que près de la moitié de l’ADN de la fille provenait des anciens Européens du Nord qui vivaient dans ce qui est maintenant la Scandinavie.

Le reste de sa composition génétique était un mélange à peu près égal d’ADN maintenant porté par les Amérindiens du Nord et du Sud.

En utilisant des modèles évolutionnistes, les chercheurs ont montré que les ancêtres des premiers Amérindiens ont commencé à émerger en tant que population distincte il y a environ 35 000 ans.

Il y a environ 25 000 ans, ce groupe s’est mélangé et s’est reproduit avec les anciens Asiatiques du Nord de la région, dont les descendants sont devenus les premiers Européens blancs à s’installer dans le Nouveau Monde.

Au cours de la dernière période glaciaire, il y avait tellement d’eau enfermée dans les calottes glaciaires qu’un pont terrestre atteignait l’Europe et l’Asie en direction de l’Amérique du Nord à travers ce qui est maintenant le détroit de Béring.

Willerslev croit que les ancêtres de ces premiers Européens blancs ont voyagé sur le continent en une seule vague de migration il y a plus de 20 000 ans.

Ceux qui se sont installés dans le nord sont devenus les anciens Béringiens, a-t-il dit, tandis que ceux qui se déplaçaient vers le sud, autour ou à travers les calottes glaciaires se divisaient en Amérindiens du nord et du sud il y a environ 15 700 ans.

Mais il y a une autre possibilité. Ben Potter, un archéologue de l’Université de l’Alaska à Fairbanks, soupçonne que les Béringiens se sont séparés des ancêtres d’autres Amérindiens en Europe avant que les deux groupes ne traversent le pont terrestre vers l’Amérique du Nord dans des migrations séparées,

« Le support pour ce scénario est assez fort. Nous n’avons aucune preuve de personnes dans la région de Béringie il y a 20 000 ans. « 

Potter suggère que, alternativement, ces premiers colons européens se sont mélangés avec les Asiatiques avant de traverser en Amérique du Nord et ont été responsables de la création du peuple amérindien original.

Les familles qui vivaient dans l’ancien camp ont peut-être passé des mois là-bas, a dit Potter. Les fouilles sur le site, connues sous le nom de Upward Sun River, ont révélé au moins trois structures de tente qui auraient servi d’abris. Les deux bébés ont été trouvés dans une fosse d’enterrement sous un foyer où les familles cuisinaient le saumon pêché dans la rivière locale. Les restes incinérés d’un troisième enfant, décédé à l’âge de trois ans, ont été retrouvés sur le foyer du camp abandonné.

Connie Mulligan, anthropologue à l’Université de Floride, a déclaré que les résultats indiquaient une migration unique de personnes de l’Europe vers le Nouveau Monde via l’Asie, mais que d’autres questions subsistaient.

« Comment les gens se sont-ils déplacés si rapidement vers le point le plus au sud de l’Amérique du Sud et s’installent-ils sur deux continents qui couvrent une vaste étendue climatique et géographique? »

Mais cela peut aussi témoigner de la robustesse des gènes européens blancs et de leur désir de meilleures conditions de vie.

Le pont terrestre entre l’Asie et l’Amérique du Nord disparaissant rapidement et à la recherche de meilleure nourriture et d’eau, les premiers Européens se seraient régalés du saumon qu’ils capturaient dans la nature, ce qui aurait sans doute amélioré leurs facultés cognitives et leur capacité à anticiper. évaluer la situation en évolution rapide.

David Reich, un généticien à l’université de Harvard, a déclaré que le travail a renforcé les arguments en faveur d’une migration unique en Alaska puis en Amérique du Nord et du Sud, mais il n’a pas exclu les alternatives impliquant plusieurs vagues de migration.

Il a ajouté qu’il n’était pas convaincu que l’ancien groupe béringien se soit séparé des ancêtres d’autres Amérindiens il y a 20 000 ans, parce que même de minuscules erreurs dans les données des scientifiques peuvent conduire à des temps intermédiaires radicalement différents pour les lignées évolutionnaires.

« Bien que la date de 19 000 à 21 000 ans aurait d’importantes implications si elle est vraie et peut très bien être bonne, je ne suis pas convaincu qu’il existe des preuves convaincantes que la date de scission initiale est si vieille. »

« Il est tout à fait possible qu’ils aient été d’anciens Européens. »

Source:  rawstreetjournal.com

http://en.protothema.gr/scientists-discover-dna-proving-original-native-americans-were-white/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires