A la Une Prophéties

La prophétie d’Isaac Newton sur l’an 2060 et les hypothèses qui en découlent

HYPOTHESE SUR LA VENUE DE NIBIRU

Dans ses écrits, Sir Isaac Newton a prédit quand la fin du monde se produirait. Étrangement, la date qu’il a donnée correspond exactement à celle déterminée par certains théoriciens pour l’arrivée dévastateur de la planète Nibiru.

Le père de la physique a écrit, dans ses conclusions de 1704, que le monde devrait se terminer en 2060 – exactement 1 260 ans après la fondation du Saint Empire romain germanique.

Or, il s’avère que 2060 est aussi l’année avancée par de nombreux théoriciens affirmant que la planète X passera devant la Terre, provoquant des tremblements de terre et des éruptions apocalyptiques de volcans sur notre planète.

Jim Marrs, un ancien théoricien du complot vivant aux États-Unis, a évoqué le passage de Nibiru en 2060 dans un documentaire avant de mourir en août 2017.

Newton a atteint sa conclusion apocalyptique en analysant le Livre de Daniel de la Bible. Toutefois, la manière dont il est arrivé à cette conclusion exacte est toujours un mystère plus de 300 ans plus tard.

Son travail sur le sujet, qui a été conservé dans une malle dans la maison du comte de Portsmouth pendant 250 ans, nous indique :

« Il [le monde] pourrait finir plus tard, mais je ne vois pas de raison pour qu’il finisse plus tôt. »

« Ce que je veux dire n’est pas d’affirmer quand le monde devrait prendre fin, mais de mettre un terme aux conjectures imprudentes des hommes fantaisistes qui prédisent souvent le temps de la fin, et ce faisant, discréditent les prophéties sacrées puisque leurs prédictions échouent continuellement. »

Cela a conduit à la spéculation que Newton aurait pu faire référence à Nibiru.

La chaîne YouTube de Misteriocity a tweeté :

« Donc, feu Jim Marrs a prédit que #Nibiru est censé nous dépasser en 2060. »

« Bizarre, parce que c’est la même année que Sir Isaac Newton a donné pour la fin du monde. »

Les notes de Newton sont exposées à l’Université hébraïque de Jérusalem et le conservateur de l’exposition, Yemima Ben-Menahem, a déclaré que le célèbre physicien avait été guidé par la religion, et non par la science.

Sir Isaac avait une fascination morbide pour la fin du monde, et le sujet a même fait l’objet d’un documentaire de 2003 et intitulé « Newton: The Dark Heretic ».

Le producteur de ce documentaire, Malcolm Neaum, a déclaré :

« Ce qui a été révélé au cours des 10 dernières années est que Newton était un penseur apocalyptique. »

« Il a passé quelque chose comme 50 ans de sa vie et a écrit 4500 pages en essayant de prédire quand la fin du monde allait arriver. »

« Mais jusqu’à présent, on ne savait pas qu’il avait préciser une date aussi exacte. Il était très réticent à le faire. »

Ceux qui croient à Nibiru sont convaincus que cette énorme planète fait son chemin de l’extérieur de notre système solaire et se dirige vers l’intérieur, où elle fera des ravages sur Terre quand elle passera à environ 4 millions de kilomètres de nous.

Ils disent que la planète fera basculer les pôles, provoquant de grands tremblements de terre et des éruptions volcaniques, menaçant ainsi des milliards de vies.

La théorie de Nibiru a émergé en 1976, lorsque l’écrivain Zecharia Sitchin a expliqué que deux anciennes cultures du Moyen-Orient, les Babyloniens et les Sumériens, parlaient d’une planète géante appelée Nibiru qui orbitait autour du Soleil.

Ces derniers temps, beaucoup ont prophétisé l’arrivée de Nibiru et, à chaque fois, cela a été un échec.

Des fondamentalistes chrétiens pensent que le passage de Nibiru déclencherait le début de la fin du monde et que peu avant le grand ravissement se produirait.

Au cours d’un épisode de l’émission « Ancient Aliens New World Order », M. Marrs a déclaré que Nibiru n’arriverait pas jusqu’à la Terre avant 2060, nous donnant plus de 40 ans pour nous préparer. M. Marrs est décédé d’une crise cardiaque en août 2017. Il explique :

« Nibiru est destiné à revenir aux environs de la Terre en 2060, donc elle pourrait être en route vers notre système solaire dès maintenant. »

« Certaines personnes croient que c’est la raison pour laquelle nous connaissons des changements météorologiques et environnementaux très erratiques que nous observons sur Terre. »

« Bien sûr, le gouvernement agit comme si rien ne se passait, mais quoi de nouveau à part cela ? »

M. Sitchin a prétendu avoir déchiffré l’écriture cunéiforme sur d’anciennes tablettes sumériennes. Ce spécialiste des langues anciennes a déclaré que les archives montraient que les Sumériens connaissaient une planète supplémentaire se trouvant au-delà de Pluton et appelée Nibiru.

Les théoriciens disent que, selon les enseignements de M. Sitchin, le prochain passage de Nibiru aura lieu vers 2060.

Tout le monde n’est pas d’accord avec l’interprétation des textes de M. Sitchin. La NASA, et une foule d’autres scientifiques ont démystifié Nibiru. Pour l’agence spatiale Américaine, Nibiru est un mythe et un canular.

Le Dr David Morrison, scientifique de la NASA, a déclaré :

« Il n’existe aucune preuve crédible de l’existence de Nibiru. »

« Il n’y a pas de photos, pas de suivis, pas d’observations astronomiques. »

Le savant Brian Cox a également insisté sur le fait que Planète X n’existe pas.

Isaac Newton a prophétisé la fin du monde ou la fin des temps?

Sir Isaac Newton, l’un des plus grands scientifiques de l’histoire, mort en 1727, était-il versé dans la théologie et le mysticisme?

Aux yeux de tous, Newton est celui qui a révolutionné la physique, les mathématiques et l’astronomie aux XVIIe et XVIIIe siècles, définissant notamment la loi de la gravité universelle et les trois lois du mouvement auxquelles il a donné son nom. Et pour beaucoup de nos contemporains, science et religion ne peuvent faire bon ménage.

« Contrairement à son image publique, la plupart des travaux de Newton n’étaient pas consacrés à la science mais davantage à la théologie, au mysticisme et à l’alchimie », avance pourtant Haaretz.

Le quotidien israélien en veut pour preuve les archives que vient de rendre publiques la Bibliothèque nationale d’Israël. Quelque sept mille cinq cents pages manuscrites d’archives, numérisées et mises en ligne en libre consultation dans le cadre du Projet Newton de l’université de Cambridge, qui dévoilent l’autre facette du grand scientifique britannique. Celle d’un influent théologien qui appliquait son approche scientifique à l’étude des textes sacrés, et notamment du mysticisme juif.

« De notre point de vue, il y a une contradiction entre les sciences naturelles et le rationalisme d’un côté, la théologie, le mysticisme et la foi de l’autre. Mais, dans son esprit, en tant que produit de son temps, comprendre les lois de la nature impliquait de comprendre comment le monde fonctionne », explique Milka Levy-Rubin, commissaire de la collection de sciences humaines de la Bibliothèque nationale d’Israël.

Parmi les pages vieillies, une incroyable prédiction : la fin du monde aura lieu en 2060. Mais, quelle pomme a bien pu lui tomber sur la tête ? Cette conclusion, le physicien l’a tirée non pas au terme de savants calculs mathématiques, mais en lisant entre les lignes de la Bible et du Livre de Daniel de l’Ancien Testament. Newton est parti de la date symbolique du sacre de Charlemagne, en 800 ap. J.-C. Se référant au Livre de Daniel, qui selon lui prévoyait la fin du monde mille deux cent soixante ans plus tard, il a établi que la fin des temps serait 2060

Les archives témoignent des heures passées par sir Isaac Newton dans les textes sacrés et les écrits mystiques. Tout aussi intéressantes sont les nombreuses tentatives qu’il a esquissées pour imaginer ce à quoi la fin des temps pourrait bien ressembler et les cartes qu’il a dessinées pour l’assister dans son calcul de l’apocalypse.

LES TRAVAUX DE NEWTON CONDUIRAIENT A LA MEME CONCLUSION QUE LES CALCULS PROPHETIQUES DE JUDAH BEN SAMUEL

Judah Ben Samuel était un rabbin légendaire et prolifique du 12ème siècle qui annonça que lors d’un jubilé Jérusalem redeviendra la possession de la nation juive, ce qui signifiera le commencement des temps messianiques de la fin. Ses calculs et ses conclusions semblent indiquer que le dernier jubilé commencerait après la guerre des six jours en 1967 et prendrait fin en 2017.

Étonnantes prédictions d’un rabbin du 12e siècle : Judah Ben Samuel

LA THEORIE D’ISAAC NEWTON SUR LES 70 SEMAINES DU LIVRE DE DANIEL

Daniel 9:25

David Martin « Sache donc et comprends : depuis la sortie d’une parole ordonnant de rebâtir Jérusalem jusqu’à un oint, un chef (H5057), il y a sept semaines, et soixante-deux semaines ; elle sera rebâtie, places et enceinte, dans la détresse des temps. »

Segond 21 « Sache-le donc et sois attentif ! Depuis le moment où la parole a annoncé que Jérusalem serait restaurée et reconstruite jusqu’au Messie, au conducteur, il y a 7 semaines et 62 semaines. Les places et les fossés seront restaurés et reconstruits, mais ce sera une période de détresse.»

Segond 1910 « Sache-le donc, et comprends ! Depuis le moment où la parole a annoncé que Jérusalem sera rebâtie jusqu’à l’Oint, au Conducteur, il y a sept semaines et soixante-deux semaines, les places et les fossés seront rétablis, mais en des temps fâcheux.»

Segond 1978 (Colombe) © « Prends donc connaissance et comprends ! Depuis la promulgation de la parole Disant de rétablir et de reconstruire Jérusalem Jusqu’au prince-messie, Il y a sept semaines ; Et (dans) soixante-deux semaines, Les places et les fossés seront rétablis et reconstruits, Mais en des temps d’angoisse.»

Semeur « Voici donc ce que tu dois savoir et comprendre : Depuis le moment où le décret ordonnant de restaurer et de rebâtir Jérusalem a été promulgué jusqu’à l’avènement d’un chef ayant reçu l’onction, il s’écoulera sept septaines et soixante-deux septaines. La ville sera rebâtie et rétablie avec ses places et ses remparts, en des temps de détresse.»

World English Bible « Know therefore and discern, that from the going forth of the commandment to restore and to build Jerusalem to the Anointed One, the prince, shall be seven weeks, and sixty-two weeks: it shall be built again, with street and moat, even in troubled times.»

(*) Strong H5057 : un dirigeant militaire ou religieux; un capitaine, un chef, un gouverneur, un leader, un prince, un souverain.

Dans le passage en Daniel 9:24-27 (« la prophétie des soixante-dix semaines (shémitas en hébreu) »), L’Éternel enregistre des données, qui nous éclairent sur les temps à venir.

Ces données sont des multiples de semaines, qui se réfèrent à des événements en relation avec la restauration de Jérusalem.

Elles nous révèlent le timing, à l’année près, des principaux événements concernant le Messie.

D’après Isaac Newton (savant exceptionnel et érudit biblique), la quasi-totalité des événements prophétisés en Daniel 9:24-27 avaient déjà eu lieu, à l’exception de la période des « sept semaines », qui fait référence à la Seconde Venue du Messie.

L’interprétation de Newton était unique en son genre. La plupart des interprétations passent complètement à côté de cette interprétation. La grande majorité des érudits ne voient pas la seconde venue dans ce passage, car ils ajoutent les « 62 semaines » et les « 7 semaines », au lieu de considérer ces périodes comme distinctes.

Pour Newton, la plupart des prophéties concernent le Messie dans Sa première et dans Sa seconde venue. Selon lui, Dieu avait séparé ces deux périodes d’une semaine pour une raison bien particulière. La raison était d’identifier le timing de la Première et de la Seconde venue.

Je cite l’extrait d’une étude de Tramm, T.W. – 16/09/2013 (1) :

« Des études eschatologiques du génie Isaac Newton ont été mises à jour. Newton, qui a longtemps étudié les prophéties bibliques, croyait que le chapitre 9 de Daniel indiquait non seulement l’année précise de la première venue du Messie (comme c’est largement reconnu), mais aussi l’année de sa seconde venue.

La première partie du verset 25, si Newton a raison, pourrait contenir des informations essentielles pour connaitre le timing de la seconde venue du Messie. Ces informations confirmeraient l’année de son retour sans toutefois préciser ni le jour ni l’heure. « Voici donc ce que tu dois savoir et comprendre : Depuis le moment où le décret ordonnant de restaurer et de rebâtir Jérusalem a été promulgué jusqu’à l’avènement d’un chef ayant reçu l’onction, il s’écoulera sept semaines » -Daniel 9:25

La première chose que nous notons au verset 25 est la mention d’un marqueur temporel, le «décret pour restaurer et reconstruire Jérusalem».

La seconde chose à noter est le fait que la prophétie ne parle plus de la période de soixante-dix semaines, ou 490 ans, mentionnée au verset 24, mais d’une période beaucoup plus courte de «sept semaines (shémitas)». Gabriel dit à Daniel «Voici donc ce que tu dois savoir et comprendre », il existe aussi une période de « sept semaines ».

Nous remarquons également que l’accent mis sur cette période de sept semaines annonce la venue d’un « Oint » qui vient comme « un Chef », comme un « Souverain ».

Selon Gabriel, ce dirigeant viendra « sept semaines » ou quarante-neuf ans (la période d’un Jubilé) après « l’émission d’un décret» ordonnant «la restauration et la reconstruction» de Jérusalem. De toute évidence, l’«Oint», ou le «Souverain», mentionné ici fait référence au Messie.

Concrètement Gabriel dit à Daniel que « l’Oint » (« Le Mashiah ») viendra quarante-neuf ans après l’émission d’un décret ordonnant la restauration et la reconstruction de Jérusalem.

Mais de quelle restauration et reconstruction de Jérusalem s’agit-il ?

De toute évidence, il ne peut être question de la reconstruction de Jérusalem en 457-458 av. J.-C. qui fut le point de départ de l’horloge prophétique des « soixante-dix semaines ».

Cette prophétie des « sept semaines » ne correspond pas non plus à la reconstruction des murailles autour de Jérusalem, enregistrée dans le chapitre 2 de Néhémie. Ces deux prophéties se sont accomplies plusieurs siècles avant l’arrivée du Messie, bien au-delà de la période temporelle de « quarante-neuf ans ».

Face à cela, Newton a conclu, tout à fait logiquement, que les quarante-neuf ans devaient pointer en direction d’une prophétie future, probablement pour la fin des temps, indiquant la dernière reconstruction de Jérusalem et la seconde venue du Messie. Comme nous l’avons appris plus tôt, la double nature de la prophétie biblique était un concept qui n’est pas passé à côté de Newton. En fait, il a admis que pratiquement toutes les prophéties de l’Ancien Testament relatives au premier avènement du Messie, d’une manière ou d’une autre, étaient également liées au second avènement.

Newton avait un autre argument intéressant pour justifier que ce verset indique la seconde venue messianique :

Dans ses écrits, il observe qu’il y a une distinction évidente entre le Sauveur que nous trouvons ici au verset 25, que l’on appelle « le Souverain » ou « le Prince » et le Sauveur, qui est décrit dans d’autres passages comme un simple « Oint », ou, comme le dit Newton, un « Prophète ».

Selon les propres mots de Newton: La première partie de la prophétie évoque la première venue du Messie, en tant que « Oint » et « Prophète ». Les autres textes prophétiques faisant référence au « Souverain » ou au « Prince », selon la concordance Strong H5057, semblent se rapporter à sa seconde venue messianique. « L’Oint » deviendra alors « le Souverain », « le Prince ».

Ici, Newton entre dans un aspect souvent négligé du verset 25 et conclut que la période de « sept semaines », doit se rapporter à la seconde venue messianique parce qu’elle se réfère spécifiquement au Messie apparaissant cette fois-ci comme un « Souverain » ou comme un « Prince ». De toute évidence, à la première apparition du Messie, le Seigneur est venu non pas pour régner ou diriger, mais pour offrir sa vie en tant qu’« Agneau Pascal » sans défauts et sans tâches. Le Seigneur n’assumerait son rôle de « Souverain » (Strong H5057) qu’à partir de sa seconde venue.

Pour résumer, puisque le Messie est ici désigné comme un « Souverain » et compte tenu que la période de quarante-neuf ans ne correspond pas à la chronologie de la première venue messianique, Newton a conclu que cette partie du verset 25 doit se référer à la deuxième venue messianique. Selon lui, cet événement se déroulera exactement quarante-neuf ans après la future « restauration et reconstruction » de Jérusalem.

Encore une fois, l’intuition de Newton est étonnante. Il y a environ trois cents ans, l’idée qu’Israël pourrait renaître en tant que nation souveraine était jugée absurde.

Newton avait prédit – sur la base du verset 25 – qu’après une future libération, restauration et reconstruction de Jérusalem, un dernier cycle jubilaire de quarante-neuf ans marquerait le retour tant attendu du Messie !

En outre, compte tenu de son désir ardent de desceller les secrets des prophéties, Newton aurait probablement donné n’importe quoi pour voir la pièce manquante du puzzle prophétique, qui était, bien sûr, la date de la fameuse restauration finale de Jérusalem.

Pour ceux qui ne connaissent pas bien l’histoire juive contemporaine, un événement important a eu lieu il y a un peu plus de quatre décennies à la fin de la Guerre des Six jours de 1967: la récupération et la restauration de la Ville sainte de Jérusalem !

En effet, l’histoire raconte que le 7 juin 1967, le peuple juif a repris Jérusalem-Est, libérant celle-ci des jordaniens.

Pour la première fois en environ deux mille ans la ville sainte est sous la domination du peuple juif. Peu de temps après, le 28 juin, le parlement israélien (La Knesset) a promulgué et adopté une loi qui a déclaré ceci :

« Le gouvernement est à présent habilité par un décret pour faire appliquer la loi, la juridiction et l’administration de l’Etat à toute partie de l’Eretz Israël (Terre d’Israël-Palestine) »

Selon l’entreprise « The Company for the Reconstruction and Development of the Jewish Quarter in the Old City of Jerusalem »,

Conformément au verset Daniel 9:25, le décret ordonnant la reconstruction de Jérusalem-Est, le quartier juif annexé avant Juin 1967 par les jordaniens, a été promulgué le 1er Avril 1969.

D’après Newton, la restauration et la reconstruction de Jérusalem allait précéder le retour du « Messie-Prince, de 49 ans hébraïques ». depuis la réunification, la restauration et la reconstruction de Jérusalem jusqu’au retour du Messie-Prince, il doit donc s’écouler 7 semaines (49 années hébraïques), c’est à dire la période d’un jubilé.

Sous l’hypothèse que la théorie d’Isaac Newton soit correcte et que l’émission du décret ordonnant la restauration et la reconstruction de Jérusalem ait commencé le 1er Avril 1969, notre Messie reviendrait vers la fin de l’an 2017 ou fin de l’an 2018 (Selon le calcul exact des 7 semaines).

Mais si nous prenons comme hypothèse la date du transfert de l’ambassade US à Jérusalem le 14 mai 2018, notre messie ne serait là qu’en 2067, ce qui nous rapproche un peu du calcul qui nous emmène à 2060…

Mais il est interdit de calculer la venue du messie…

Nibiru, et les autres scénarios négatifs

Le Rabbi Alon Anava, qui enseigne partout dans le monde les préparations du peuple juif pour le Moshiach (Messie), a été interrogé par le diffuseur Tamar Yonah d’Israël News Talk Radio sur les différents scénarios sur la façon dont Dieu pourrait apporter la rédemption finale. Il a parlé de ce que les Juifs et les non-Juifs devraient être en train de faire en ce moment pour éviter les conséquences les plus difficiles.

Le Rabbi Anava a mentionné trois scénarios particulièrement sombres.

Il a parlé longuement de l’étoile naine controversée, Nibiru.

Si Nibiru est le scénario par lequel Dieu nous amènera à la rédemption finale, le Rabbi Anava a dit : « Les deux tiers du monde pourraient être sous l’eau ».

Il a également dit, « Il y a des prophéties qu’il y aura une troisième guerre ». Cela ne peut être qu’une guerre nucléaire ».

En nommant la Chine, l’Iran, la Russie et la Corée comme les quatre grands ennemis des États-Unis, il a parlé de la possibilité qu’un de ces pays pourraient attaquer en faisant détoner une EMP (impulsion électromagnétique) au-dessus de l’Amérique du Nord, la plongeant ainsi « dans le 18ème siècle en brûlant totalement tout ce qui a de l’électronique à l’intérieur ».

Il y a un enseignement juif qui dit que les prophéties positives se réaliseront, mais, que les prophéties négatives peuvent être changées.

Comment le Rabbi Anava suggère-t-il que les gens puissent annuler ces scénarios sombres ?

« Si suffisamment de gens se tournent vers Dieu, « nous avons la possibilité d’adoucir le jugement et de recevoir la rédemption en un clin d’œil, d’une manière douce, sans guerre, sans aucun problème, sans haine. C’est entre nos mains, et au plus tôt nous le faisons, au mieux ce sera, parce que le temps est compté ».

Dossier réalisé à partir de plusieurs sources

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires