A la Une Néonazisme Responsabilité face au Pouvoir Société - doc

Le fascisme est partout…, même au sein du mouvement vegan

La nécessité d’une lutte antifasciste au sein du mouvement vegan

Il nous paraît essentiel de poser la question de l’antifascisme au sein du mouvement vegan et de la lutte pour la libération animale.

Nous ne pouvons pas ignorer ce qu’est le fascisme et en quoi il est un danger pour notre mouvement et pourquoi nous devons le combattre. Il ne faut pas avoir peur de dire et de prouver en quoi la lutte antispéciste est une lutte contre le fascisme et que nous ne ferons jamais de compromis.

Le fascisme, on ne le définit presque jamais et pourtant c’est un élément central de nombreux textes d’analyses politiques.

Les définitions du fascisme sont nombreuses, c’est pour cela qu’il est de rigueur de préciser ce qu’il en est, et ce dont nous parlons dans cet article.

D’un point de vue historique, on définit le fascisme comme étant un mouvement politique fondé par Mussolini et s’appliquant en Italie de 1922 à 1945. Cette définition stricte laisse penser que le fascisme est un mouvement politique qui a duré 23 ans et s’est éteint avec la chute de Mussolini. Ce n’est pas le cas, de plus, il est également accepté que le nazisme est une variante du fascisme italien.

Quoi qu’il en soit, le fascisme est une idéologie, elle est donc transposée, adaptée en fonction des contextes locaux.

Le fascisme n’est pas mort fin 1945, il est toujours présent, attendant des « crises » politiques, sociales, pour s’imposer.

Nous prendrons pour cet article une définition large du fascisme ; comme étant tout système politique & social totalitaire. Nous considérons donc comme fasciste des systèmes partant du fascisme italien, nazisme, dictature militaire et certains fascismes religieux et totalitarismes politiques « Fasicsme rouge » stalinisme.

Le spécisme c’est le fascisme appliqué aux animaux, plus qu’un slogan, c’est une véritable question sur la place des animaux non humains dans la société. Notre attitude totalitaire vis à vis d’eux est l’incarnation de ce que peut être le fascisme, la volonté de décider, de régir la naissance (eugénisme), la vie (reproduction forcée etc) et la mort tout cela pour servir une idéologie (le spécisme) et une classe dominante (les humains).

Le livre de Charles Patterson «Eternal Treblinka » actuellement traduit en français, est un grand livre historique pour comprendre en profondeur en quoi nous avons une attitude fasciste envers les animaux.

Il est souvent reproché aux vegans de comparer les mangeurs de viande aux nazis, « pour les animaux tous les humains sont des nazis » (cité de Issaac Singer). C’est une formule choc, visant à interpeller les esprits, qui est développé dans le livre de Charles Patterson, je pense qu’en le lisant, vous comprendrez en quoi l’animal sert de modèle à l’exploitation de l’être humain et en quoi cette citation est en soi antifasciste.

Les historiens considèrent que l’émergence du fascisme vient de profonds troubles sociaux, des historiens y voient la faute de l’extrême gauche et son agitation qui forcerait le citoyen à se réfugier dans les bras du fascisme. D’autres y voient la faute du capitalisme créant le fascisme comme idéologie de secours face aux différentes crises.

Nous, en tant que vegan antispéciste, nous l’avons toujours dit, nous voulons une révolution et donc créer l’agitation nécessaire à révolutionner les mentalités. Malheureusement à chaque agitation, le fascisme tente de se frayer un chemin et de s’imposer. Face à cela, nous devons, savoir combattre toutes les racines de cette idéologie avant qu’elle ne puisse représenter une force au sein du mouvement vegan.

La première erreur serait de céder à l’idée qu’être contre l’humanisme est se battre pour l’extermination de l’être humain en faveur des animaux. Cette idée presque loufoque est pourtant défendue par quelques personnes, heureusement, c’est plus une provocation, une tentation suicidaire et une grande blague qu’une réelle idéologie du mouvement vegan.

En revanche le « je préfère défendre les animaux, les humains n’ont qu’a se débrouiller » est issu d’une vague de pensée qu’on rapproche des mouvements de protection animale (et non de libération animale), parfois assimilée au personnage de Brigitte Bardot. C’est pour cela qu’il est nécessaire de préciser qu’être contre l’humanisme est pour nous, être pour l’égalitarisme antispéciste.

La propagande d’extrême droite s’est toujours servie de la défense des animaux pour servir ses fins.

Ainsi dans l’Allemagne nazi, le film de propagande « Der ewige Jude », le juif éternel, sorti en 1940 se termine sur une longue scène de plusieurs minutes montrant une vache se faisant assassinée selon l’abattage rituel juif.

La condamnation d’un type d’abattage en particulier est un thème récurent dans la protection animale, améliorer la mort des animaux, c’est un combat sordide, nous voulons la libération animale et non des aménagements et de longs débats sur ; la meilleur méthode d’assassiner.

Second point bien connu de la propagande nazi; la pseudo interdiction de la vivisection au profit de l’expérimentation humaine, les expérimentations sur humains étaient préalablement effectuées sur des animaux, la pseudo loi antivivisection n’était que de la propagande du régime nazi.

Ces éléments historiques prouvent que l’extrême droite a toujours voulu utiliser le thème de la protection animale pour sa propagande et bien sur non dans les faits.

S’il y a tentation chez les mouvements de protection animale d’aller vers l’extrême droite, elle n’est que le fruit d’esprits simples facilement corruptible par sa propagande.

Le Front National a lui aussi une politique de protection animale, tout comme le parti la « France en Action » qui promeut l’environnement et le végétarisme pour cacher sa structure sectaire et fasciste.

Ne laissons pas l’extrême droite conquérir la protection animale avec sa propagande. L’extrême droite soutient des thèses parfois écologistes pour pouvoir assoir son idéologie sur des preuves dites « naturels », le darwinisme social, c’est une notion du Fort le prédateur qui devrait détruire le plus faible, « races inférieures », handicapés etc …

Un ouvrage de référence des fascistes est « Might is Right » de Ragnar Redbeard, certains voient même ce livre comme une satyre du darwinisme social, dans tous les cas, ce livre est très apprécié de l’extrême droite, et il contient un chapitre « man the carnivore » montrant à quel point l’homme est un prédateur et doit chasser les faibles (races et handicapés), les principes moraux étant pour les esclaves. Voilà ce qu’est l’idéologie fasciste à l’opposé de notre combat.

Il serait faux de dire que le mouvement vegan est composé de nombreux fascistes, mais les fascistes veulent de plus en plus infiltrer ce mouvement, ils ont notamment publié des communiqués de l’ALF sur le site fasciste d’information très connu « novo press » nous répondons donc à cette provocation de notre coté par cet article, et appelons les différentes organisations pro libération animale à faire de même.

Nous devons dès maintenant inclure la lutte antifasciste dans le mouvement vegan.

Les Furieuses Carottes

Source : http://actionantispeciste.free.fr

Pourquoi je ne suis pas « vegan » (ni « crudivore » ou fasciste d’ailleurs…)

Vidéo en haut de l’article

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2017/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Ajouter un commentaire

Envoyer un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ISOLATION + CHAUFFAGE pour 1 euro. Nouveau dispositif 2020

Vérifiez votre éligibilité !

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares