Messianisme Religion et Tradition

Jacques, le frère de Jésus et Nazaréen

jacquesJacques le Jeune, appelé aussi Ya’akov haTsadik (יַעֲקֹב הַצַּדִּיק), «Jacob le Juste», est mentionné comme l’un des quatre frères de Jésus.

Cette fraternité de chair et de sang est naturellement reconnue par les Juifs de son époque, qui le citent au même titre que Joseph, Simon et Jude (Mat. 13, 55). [Jésus] «N’est-ce pas le charpentier, le fils de Marie, le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon? Et ses sœurs ne sont-elles pas ici parmi nous?» (Marc 6, 3). Paul lui-même l’appelle le «frère du Seigneur» (Gal. 1, 19).

Eusèbe décrit Jacques (Yaacov) comme un Nazir (absthème) et un Cohen (prêtre):

«Il fut saint dès le ventre de sa mère. Il ne but ni vin ni boisson forte, et il ne mangea point de viande; nul rasoir ne passa sur sa tête; il ne s’oignit pas avec de l’huile, et n’alla pas aux bains.

Il lui était à lui seul permis d’entrer dans le sanctuaire, car il ne se vêtait pas de laine mais de lin, et il avait coutume d’entrer seul dans le temple où on le trouvait s’agenouillant et priant pour le pardon du peuple, de telle manière que ses genoux étaient devenus cagneux comme ceux d’un chameau à cause de son incessante adoration de Dieu, de ses génuflexions et de ses prières de demande de pardon pour le peuple.

Donc à cause de sa droiture exagérée, on l’appelait le Juste et Oblias, ce qui veut dire en grec, «rempart du peuple et de droiture»[1]. Ωβλιας (Oblias) peut être une autre forme de Ωβδιας (Obdias) ou Ovadiah, «serviteur de Dieu».

La source biblique établit une étroite relation entre Naziréat («consécration à Dieu») (Nb. 6, 1-21) et Prêtrise.

En effet, le Naziréen fait vœu durant une période de trente jours de ne point tailler ses cheveux, de s’abstenir de consommer totalement de tout produit d’origine vinicole (vin, vinaigre, raisin, pépins et enveloppe des raisins) et de s’écarter de tout contact avec la mort afin d’éviter toute impureté rituelle susceptible de l’atteindre. Il est alors égal au Grand Prêtre (Lev. 21, 10-11; Mishna 7, a), ), car les injonctions divines (mitsvoth) qu’il lui incombe d’observer sont semblables.

Le TaNa’Kh (Bible) fait mention de trois nazirs: Joseph, Samuel et Samson.

Le Naziréat est celui qui est séparé (מִתְנַזֵּר) d’entre ses frères (de par son naziréat) ou couronné (נֵזֶר) d’entre ses frères.

Le terme: «nezer»  (נֵזֶר)signifie aussi bien «élection» que «couronne, diadème». Samuel et Samson, tous deux nazirs de naissance, à la différence de Joseph, trouvent leur force spirituelle dans cette séparation (הִתְנַזְּרוּת), les préparant à l’exigence de leur mission, celle de sauver Israël par le droit et la justice. Samuel et Samson sont les seuls personnages de Bible à cumuler à la fois le statut de naziréat et de juges en Israël.

Jacques, après la crucifixion de Jésus accède au rang de premier chef de la communauté judéo-chrétienne de Jérusalem. Il devient de fait le premier évêque de Jérusalem.

L’article du mois prochain: «Jésus, Jacques et le joug des mitsvot».

[1] Eusebius, «Ecclesiastical History», II, xxiii, 4-7, p. 171.

Haïm Ouizemann

Haimo@eteachergroup.com


[1] Eusebius, «Ecclesiastical History», II, xxiii, 4-7, p. 171.

http://blog-fr.eteacherbiblical.com

Copyright © 2014 ELISHEAN

Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires