A la Une Surveillance

Humanité 2026

Par Ganji Anankea

L’Homme a donné naissance à un principe supérieur, aveugle et vorace. Ce principe prend racine dans le désir de toute puissance si spécifique à l’espèce humaine. Les dernières grandes guerres en sont une éloquente illustration.

Selon les théories raciales nazies, il existerait nécessairement une « race supérieure » et c’est à elle que reviendrait la tâche de guider l’humanité et de l’éclairer de sa puissance.

Depuis la défaite hitlérienne, ces théories ont été réinterprétées afin de gouverner d’une main de fer un monde fondamentalement inégal. Ainsi donc, exploités et exploitants se partagent les précieuses ressources depuis la nuit des temps. Certes, mais où en est-on réellement aujourd’hui?

L’économie victorieuse, le profit à tout va, le confort omniprésent, en tant que fin en soi et acquis indétrônable, dopent nos esprits mais réduisent simultanément l’humain au statut de docile fantassin. L’humanité prétendument « supérieure » des pays hyper industrialisés est au service d’une utopie exigeante et extrêmement déterminée. L’écrasant « toujours plus » est le diktat unique, la gangrène qui gère, motive, dirige chacun de nos pas dès notre plus jeune âge.


Plus qu’un mode de vie, nous rendons hommage chaque jour à une pieuvre géante dont nous ne percevons que l’extrémité frénétique de ses multiples pattes.

Nous avançons en file indienne vers un drame auquel nous finirons par nous adapter, tel le veut l’instinct de survie de notre espèce qui accepte continuellement de revoir sa vie au rabais, pourvue que survive son confort.

Les Hommes auraient-ils définitivement déposé les armes ?

Il y a en effet de quoi se poser la question. Nous avons grossièrement été jetés sur le trottoir à notre insu par la vaste mascarade politique et peu importe le mécontentement général. Nous sommes si crédules. Le sabotage social s’est méticuleusement érigé sous nos yeux ahuris. Au risque de vous déplaire, j’affirme que l’élection des chefs d’état n’a jamais été révélée par l’acte « sacré » du vote car le pouvoir ne se remet pas entre n’importe quelles mains.

En effet, l’élite ne peut laisser la populace décider de l’avenir du pays. En revanche, les élections départementales leur ont été sacrifiées. Là où le risque est moindre, l’honnêteté prévaut. Aujourd’hui les citoyens se sentent abattus et vaincus. Toutes les révolutions n’ont servi qu’à renforcer l’illusion de liberté. Seuls quelques radicaux gémissent encore (notamment grâce à internet) mais ils ne se risquent plus à l’attentat comme avec les brigades rouges et la bande à Baader dans les années 70.

Toujours plus de gens sur Terre, et toujours moins de ressources, voilà où nous en sommes.

Les exigences domestiques actuelles, autrement dit les besoins en produits de consommation ainsi qu’en sources d’énergie (pétrole, électricité, gaz, nucléaire, charbon …) et la quantité croissante de consommateurs sont telles aujourd’hui, que l’on ne peut que présupposer le pire à venir ces dix prochaines années.


L’économie, devenue principe religieux ultime, déverse ses directives, sa violence et son autorité absolue sur toute la surface de la planète. Par manque d’humanisme et de bon-sens cette dynamique mondiale se mord la queue, son objectif suprême n’est autre qu’elle-même ! Voilà donc le fameux principe aveugle et vorace annoncé en introduction.
Nous assistons résignés au naufrage de l’espèce humaine.

Il est vrai que l’empire du « bénéfice » s’est si amplement installé à la surface du globe qu’il nous ôte finalement tout espoir réel de liberté intérieure, tout accès véritable au « choix », adieu donc au libre-arbitre.

Ce Principe universel conditionne les institutions, les constitutions, les codes sociaux, la nouvelle « morale », et bien entendu tout cela est largement dédramatisé par la mass-média.

A l’avenir, même le rebelle échouera dans ses tentatives de fuite car les utopies les plus singulières, les plus exubérantes seront digérées par ce fameux Principe omnipotent, hautement dynamique, incontrôlable et foncièrement pervers.

En Europe, comme dans tous les autres pays occidentaux, le niveau de vie continuera d’augmenter, ainsi les produits de luxe se démocratiseront considérablement. En revanche, la qualité cognitive humaine (intellectuelle donc) va se résorber. La pertinence, le sens critique finiront par nous faire totalement défaut. Comme il ne sera plus alimenté par sa propre individualité, l’Homme s’appauvrira énergétiquement et sa précieuse personnalité dépérira.

Nous vivrons dans un monde fade et inconsistant, constitué de clones passifs. Ainsi absentéismes, désistements, suicides et abstentionnismes se généraliseront car l’humanité castrée n’aura plus rien à dire et à défendre. Le Principe va soumettre et uniformiser l’humain jusqu’à le réduire à une matière compacte parfaitement digeste et assimilable.

Le Principe instaurera une nouvelle ordonnance planétaire: le chaos sera le courant régulateur de la Forme (événements sociaux, géopolitiques et économiques), mais paradoxalement le Fond demeurera étonnamment stable.

En surface donc nous verrons des guerres civiles éclater et se répandre un peu partout à l’extérieur du ghetto hyper industrialisé. Le Principe générera lui-même sa propre cohérence en maintenant une étroite dépendance entre agresseurs et agressés. Ces deux forces si opposées en apparence se compléteront harmonieusement.


La souffrance, le sang et la guerre nourriront donc les tiroirs caisses de cette future scène mondiale. Comme nos besoins colossaux ne seront jamais satisfaits, nous ferons périr inconsciemment des millions d’individus de par le monde.

Ainsi, à l’extérieur des espaces surprotégés des populations privilégiées, le monde connaîtra le désordre absolu. Et puisque ces forces sont parfaitement complémentaires, elles s’attireront fatalement et ce mouvement s’auto-alimentera indéfiniment.


Le Principe récupérera et digérera nos émotions, notre culpabilité, notre objectivité. Il fera semblant de « nous servir », spéculera à notre place, tandis que nous lui rendrons grâce à genoux. Une sorte de quatrième Reich verra le jour, tenu par une force occulte omniprésente dont nul ne verra le visage.

L’humain voue déjà un culte au Principe : ne le voit-on pas s’agenouiller pour s’assurer un confort somme toute excessif. Un confort anesthésiant qui finalement le dessert, le dépouillant de toute virilité. La dite « matière humaine » deviendra la pure expression de cette force globale. Politiques, théories, discussions, manifestations ne seront que des gesticulations sans nul impact au service du néant imposé par le Principe.

Dans 10 ans à peine, l’humain singulier, intègre et curieux aura disparu au profit d’une nouvelle espèce dominante, uniformisée et anthropophage. En effet, comment définir autrement l’Homme qui se nourrit de la violence et du crime qu’il impose (même indirectement) à ses congénères ?

L’inconscience individuelle et collective se développera à vive allure pour répondre aux besoins illimités et dramatiquement avides d’une espèce soumise à un système incroyablement puissant. Le gagnant sera celui qui se soumettra à genoux à ses ordres.

Cette dynamique aliénante s’enclenchera le jour où la population aura totalement perdu le contrôle.

La tâche principale du président sera de demeurer fidèle au message du Principe et de se plier fièrement à ses directives. Il se cantonnera à la tâche bien peu valorisante de porte-parole. Et ses intentions demeureront officieusement indifférentes au bien-être du citoyen.


Tous les vieux idéaux que nous connaissons auront bientôt disparu. On ne pleurera plus, ou peut-être pour des motifs bien superficiels et incongrus. Les normes et valeurs auxquelles nous sommes encore accoutumés auront disparu. La vérité nous sera étrangère, elle demeurera extérieure à nous, elle nous sera quotidiennement dictée, expliquée de façon lamentablement prosaïque et pragmatique. « Fonction » et « Utilité » seront les maîtres-mots qui viendront rythmer notre vie devenue profondément ennuyeuse.

L’idéal démocratique ne sera bientôt plus qu’un lointain souvenir car l’Homme de demain fondamentalement appauvri se révélera finalement satisfait de perdre toute volonté personnelle et authentique. Cet avenir est pour demain.


La pieuvre invisible se définit par son grand appétit. À elle seule, elle cristallisera des milliards de désirs de puissance qui sommeillent en chacun de nous. En nous subtilisant nos consciences, elle planifiera nos tâches quotidiennes et nous assignera des responsabilités auxquelles finalement nous nous identifierons.

Pure création et projection de notre humanité imparfaite, elle nous remplacera sur la scène active des enjeux socio-économiques et politiques.

Nous nous sommes identifiés à des responsables politiques et leur avons ainsi remis les clés de notre quotidien, de notre destin. Leurs intentions se sont elles-mêmes remises aux mains de plus haut, de plus fort : le Principe. Ce dernier est le lien nécessaire entre la source occulte du monde (la dimension noire) et le citoyen lambda, en passant par nos augustes responsables.


Avec les tenailles implacables d’un élan absolutiste, le Principe va déchaîner ses projets universels et dresser non sans une certaine perfection un nouveau paradigme global et anonyme, anonyme car nos identités originelles s’y dissoudront.

Pour échapper à cette fatalité, il ne sera plus question de résister, mais d’Être.
Celui qui sauvegardera son identité authentique et originale, celui-là sera unique et vivant…

Ganji Anankea
www.tarot-ganji-medium.com

Nouveauté

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer l’auteur, la source et le site : http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Elishean mag




Print Friendly, PDF & Email

Articles similaires

Recevez la Newslettter

Vous souhaitez être informés des bons plans, découvrir les meilleurs articles du réseau Elishean et recevoir des conseils pour optimiser l'Ascension. C’est très simple, inscrivez-vous...

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares

Suggestion Amazon