A la Une Néonazisme Sociétés secrètes

Hitler et les aliens de la Golden Dawn, convulsions et langage inconnu…

Hitler et le surhomme de la Golden Dawn

Dans l’histoire de l’hitlérisme, ou plutôt dans certains aspects de cette histoire, tout se passe comme si toute la conception sur laquelle elle était fondée avait déconcerté l’historien ordinaire de sorte que, si nous voulons comprendre, nous devrons abandonner notre manière positive de voir les choses et essayer d’entrer dans un Univers où la raison et la réalité cartésiennes ne sont plus valables.

Nous avons eu le souci de décrire ces aspects de l’Hitlerisme parce que, comme l’a souligné M. Marcel Ray en 1939, la guerre qu’Hitler a imposée au monde était une « guerre manichéenne », ou comme dit la Bible, « une lutte entre les dieux ».

Il ne s’agit pas, bien sûr, d’une lutte entre le fascisme et la démocratie, ou entre une conception libérale et autoritaire de la société. C’est le côté exotérique du conflit, mais il y a aussi un côté ésotérique.

Cette lutte entre les dieux, qui s’est déroulée derrière des événements visibles, n’est pas encore terminée sur cette planète, mais les formidables progrès de la connaissance humaine réalisés au cours des dernières années sont sur le point de lui donner une autre forme.

Maintenant que les portes de la connaissance commencent à s’ouvrir à l’infini, il est important de comprendre en quoi consiste cette lutte. Si nous voulons consciemment être des hommes d’aujourd’hui, c’est-à-dire des contemporains de demain, nous devons avoir une image exacte et claire du moment où le fantastique a envahi le royaume de la réalité. C’est ce que nous allons maintenant examiner.

Socialisme magique

« Au fond, dit Rauschning, chaque Allemand a un pied dans l’Atlantide, où il cherche une meilleure patrie et un meilleur patrimoine. Cette double nature des Allemands, cette faculté qu’ils ont de partager leur personnalité qui leur permet de vivre dans le monde réel et en même temps de se projeter dans un monde imaginaire, est particulièrement remarquable chez Hitler et donne la clé de son socialisme magique. »

Et Rauschning, pour tenter d’expliquer la montée au pouvoir de ce « grand prêtre d’une religion secrète », tenta de se convaincre que plusieurs fois dans l’histoire « des nations entières sont tombées dans un état d’agitation inexplicable. Ils suivent la procession des flagellants, ou sont saisis par la Danse de Saint Vitus…… Le national-socialisme est la danse de Saint Vitus du XXe siècle. »

Mais d’où vient cette étrange maladie ? A cette question, il n’a pas trouvé de réponse satisfaisante. « Ses racines les plus profondes sont cachées dans des endroits secrets. »

Ce sont ces endroits secrets que nous pensons devoir explorer. Et ce n’est pas un historien, mais un poète qui sera notre guide.

P.J. Toulet et Arthur Machen

« Deux hommes qui ont lu Paul-Jean Toulet et qui se rencontrent (probablement dans un bar) imaginent qu’ils appartiennent à une aristocratie. »

Toulet lui-même l’a écrit. Il arrive parfois que des objets importants soient suspendus à la tête d’une épingle. C’est grâce à un écrivain mineur mais charmant, inconnu malgré les efforts de quelques admirateurs, que j’ai entendu pour la première fois le nom d’Arthur Machen, pratiquement inconnu en France.

Après quelques études, nous avons découvert que les œuvres de Machen (une trentaine de volumes en tout) sont, d’un point de vue « spirituel », plus importantes que celles de H.G. Wells.

Poursuivant nos recherches sur Machen, nous avons découvert une société anglaise d’initiés avec une composition très distinguée. Cette société, à laquelle Machen était redevable pour une expérience qui a eu une influence décisive sur son développement intérieur et qui a été une grande source d’inspiration, est inconnue même des spécialistes.

Enfin, certains écrits de Machen, en particulier le texte que nous allons citer, mettent en évidence une notion peu commune de la nature du Mal, qui est tout à fait indispensable pour comprendre les aspects de l’histoire contemporaine que nous examinons dans cette partie de notre livre.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, nous voudrions donc dire quelques mots sur cet homme curieux, en commençant par une petite digression littéraire concernant un auteur parisien mineur, P.J. Toulet, et en terminant par une vision d’une grande porte souterraine derrière laquelle reposent, encore fumantes, les restes des martyrs et les ruines de la tragédie nazie qui a perturbé le monde entier.

Les chemins du « réalisme fantastique », comme nous le verrons encore une fois, ne ressemblent pas aux chemins ordinaires de la connaissance.

Un grand génie négligé

En novembre 1897, un ami,  » quelque peu donné aux sciences occultes « , porte à l’attention de Paul-Jean Toulet un roman d’un auteur inconnu de trente-quatre ans intitulé The Great God Pan. Ce livre, qui évoque un monde païen primitif, pas entièrement submergé, mais qui survit prudemment et libère parfois parmi nous son Dieu du Mal et ses anges aux sabots bioniques, a profondément marqué Toulet et l’a lancé dans sa carrière littéraire.

Il a commencé à traduire Le Grand Dieu Pan et, empruntant à Machen son décor cauchemardesque avec le Grand Pan qui se cache dans les fourrés de notre campagne, il a écrit son premier roman : Monsieur du Paur, homme public.

Monsieur du Paur a été publié vers la fin de 1898, mais sans succès. Il ne s’agit pas d’un ouvrage important, dont on n’aurait peut-être jamais entendu parler si M. Henri Martineau, grand Stendhalien et ami de Toulet, ne s’était pas chargé, vingt ans plus tard, de le rééditer à ses propres frais aux Editions du Divan. M. Martineau était déterminé à montrer que Monsieur du Paur s’inspirait du livre de Machen, mais qu’il s’agissait néanmoins d’une œuvre originale, de sorte que c’est à travers lui que l’attention de quelques lettrés fut attirée sur Arthur Machen et son Grand Dieu Pan et que l’on mit à jour une correspondance entre Toulet et Machen.

[…]

Pour Machen, comme on le voit dans toutes ses œuvres, « l’homme est fait de mystère et existe pour les mystères et les visions. »

La réalité est le surnaturel.

Le monde extérieur ne peut pas nous apprendre grand-chose, à moins que nous ne le considérions comme un réservoir de symboles et de significations cachées.

Les seules œuvres qui ont une chance d’être réelles et de servir un but utile sont des œuvres d’imagination produites par un esprit en quête de vérités éternelles. Comme l’a souligné le critique Philip van Doren Stern : « Les histoires fantastiques d’Arthur Machen contiennent peut-être plus de vérités essentielles que tous les graphiques et statistiques du monde. »

Ce fut une étrange aventure qui ramena Machen à la littérature. En quelques semaines, son nom est devenu célèbre, et le choc que cela lui a causé l’a poussé à consacrer le reste de sa vie à l’écriture.

Il trouvait le journalisme ennuyeux et ne voulait plus écrire pour sa propre satisfaction. La guerre venait d’éclater. Il y avait une demande de littérature « héroïque ». Ce n’était pas sa réplique. Le Evening News, cependant, lui a demandé une histoire. Il l’a écrit tout de suite, mais dans son propre style, en l’appelant The Bowmen. Le journal a publié cet article le 29 septembre 1914, le lendemain de la retraite de Mgr. Machen avait imaginé un incident dans cette bataille : Saint Georges en armure brillante, à la tête de ses anges en guise des vieux archers de la bataille d’Agincourt, vient à la rescousse de l’armée britannique.

Ensuite, des dizaines de soldats ont écrit dans le journal pour dire que ce M. Machen n’avait rien inventé. Ils avaient vu de leurs propres yeux sur le front de Mons les anges de Saint-Georges se mêler dans leurs rangs. Ils pourraient le jurer sur leur honneur.

Bon nombre de ces lettres ont été publiées. L’Angleterre, anxieuse d’un miracle à son heure de péril, était profondément émue. Machen avait été blessé alors qu’on ne le remarquait pas quand il avait essayé de révéler les secrets de la réalité. Maintenant, avec une sorte de fantaisie bon marché, il avait réveillé tout le pays.

Ou se pourrait-il que des forces cachées se soient levées, d’une manière ou d’une autre, appelées par son imagination qui s’était si souvent préoccupée de vérités essentielles et qui était maintenant, peut-être inconsciemment, à l’œuvre au fond de lui? Des douzaines de fois Machen a insisté dans la presse sur le fait que son histoire était une pure invention. Personne n’y a jamais cru. Jusqu’à sa mort, trente ans plus tard, Machen, aujourd’hui vieil homme, revenait souvent dans ses conversations sur cette histoire fantastique des Anges de Mons.

Comment nous avons découvert une société secrète anglaise

Vers 1880, en France, en Angleterre et en Allemagne, des sociétés secrètes d’initiés et de membres d’ordres hermétiques furent fondées, auxquelles appartenaient un certain nombre de personnes très influentes.

L’histoire de cette crise mystique post-romantique n’est pas encore écrite. Elle mérite de l’être, car elle pourrait mettre en lumière l’origine de plusieurs courants de pensée importants qui ont déterminé certaines tendances politiques.

Dans deux lettres écrites par Arthur Machen à Toulet, nous trouvons les passages remarquables suivants. Dans le premier, écrit en 1899, il dit : « Quand j’écrivais Pan et La Poudre Blanche, je ne croyais pas que de telles choses étranges s’étaient déjà produites dans la vie réelle, ou auraient pu se produire. Depuis lors, et tout récemment, j’ai eu certaines expériences dans ma propre vie qui ont complètement changé mon point de vue sur ces questions….

Je suis désormais convaincu que rien n’est impossible sur cette Terre. Je n’ai guère besoin d’ajouter, je suppose, qu’aucune des expériences que j’ai vécues n’a aucun rapport avec des impostures telles que le spiritisme ou la théosophie. Mais je crois que nous vivons dans un monde du plus grand mystère plein de choses insoupçonnées et tout à fait étonnantes. »

En 1900, il a écrit ce qui suit : Cela peut vous amuser de savoir que j’ai envoyé une copie de mon Grand Dieu Pan à un adepte, un « occultiste » avancé que j’ai rencontré en secret, et voici ce qu’il m’a écrit : « Le livre prouve amplement que par la pensée et la méditation plutôt que par la lecture, vous avez atteint un certain degré d’initiation indépendamment des ordres ou organisations. » »

Qui était cet « adepte » ? Et quelles ont été les « expériences » de Machen?

Dans une autre lettre, après que Toulet eut été à Londres, il écrivit : « M. Waite, qui vous aime beaucoup, me demande de vous envoyer ses meilleurs salutations. »

Nous avons été intéressés d’apprendre le nom de cet ami de Machen et de découvrir qu’il était l’une des meilleures autorités en alchimie et un spécialiste rosicrucien.

Nous en étions arrivés à ce point dans nos recherches sur les intérêts intellectuels d’Arthur Machen, lorsqu’un ami nous a révélé l’existence en Angleterre, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, d’une société secrète « initiatique » d’inspiration rosicrucienne. [Voir les numéros 2 et 3 de la revue La Tour Saint-Jacques, 1956:’L’ordre hermétique de la Golden Dawn’ de Pierre Victor.]

La Golden Dawn

Cette société s’appelait l’Auge dorée et comptait parmi ses membres certains des esprits les plus brillants du pays. Arthur Machen était lui-même membre.

L’aube dorée, fondée en 1887, était une ramification de la Société Rose-Croix anglaise créée vingt ans plus tôt par Robert Wentworth Little, et se composait principalement de francs-maçons de premier plan. Cette dernière société comptait environ 144 membres, dont Bulwer Lytton, auteur de The Last Days of Pompeii.

L’Aube dorée, avec un plus petit nombre de membres, a été formée pour la pratique de la magie cérémonielle et l’acquisition de la connaissance et des pouvoirs initiatiques.

Ses dirigeants étaient Woodman, Mathers et Wynn Westcott (l' »occultiste » mentionné par Toulet dans sa lettre de 1900).

Elle était en contact avec des sociétés allemandes similaires, dont certains membres furent plus tard associés au célèbre mouvement anthroposophique de Rudolf Steiner et à d’autres sectes influentes pendant la période prénazie.

Plus tard, elle fut dirigée par Aleister Crowley, un homme tout à fait extraordinaire qui fut certainement l’un des plus grands représentants du néo-paganisme dont nous avons observé le développement en Allemagne.

S.L. Mathers, après la mort de Woodman et la démission de Westcott, fut le Grand Maître de l’Aube dorée, qu’il dirigea pendant quelque temps de Paris, où il venait d’épouser la fille de Henri Bergson.

Un lauréat du prix Nobel dans un masque noir

Le célèbre poète W.B. Yeats, qui allait plus tard recevoir le prix Nobel, lui succéda dans son bureau. Yeats a pris le nom de « Frere Demon est Deus Inversus. » Il présidait les réunions habillé d’un kilt, portant un masque noir et une dague d’or à la ceinture.

Arthur Machen a pris le nom de « Filus Aquarti. »

Le Golden Dawn avait une femme membre [aucune mention de Fraulien Sprengel… ? -B :.B :.] : Florence Farr, directrice du Théâtre de l’Abbaye et amie intime de Bernard Shaw.

Autres membres inclus : Algernon Blackwood, Bram Stoker (l’auteur de Dracula), Sax Rohmer, Peck, l’astronome royal d’Écosse, le célèbre ingénieur Allan Bennett, et Sir Gerald Kelly, président de la Royal Academy. Il semble que l’Aube dorée ait exercé une influence durable sur ces personnes exceptionnelles et qu’elles aient elles-mêmes admis que leur vision du monde avait changé, alors que les activités auxquelles elles se sont adonnées n’ont jamais manqué d’être à la fois efficaces et édifiantes.

Une terre creuse, un monde glacé, un homme nouveau

La Terre est creuse. Nous vivons à l’intérieur. Les étoiles sont des blocs de glace. Plusieurs lunes sont déjà tombées sur la Terre.

Toute l’histoire de l’humanité est contenue dans la lutte entre la glace et le feu.

L’homme n’a pas fini. Il est au bord d’une formidable mutation (« hybridation extraterrestre » -B :.B :.) qui lui conférera les pouvoirs que les anciens attribuaient aux dieux.

Quelques spécimens de l’Homme Nouveau existent dans le monde, qui sont peut-être venus d’au-delà des frontières du temps et de l’espace.

Des alliances pourraient être formées avec le Maître du Monde ou le Roi de la Peur qui règne sur une ville cachée quelque part en Orient.

Ceux qui concluent un pacte changeront la surface de la Terre et donneront à l’aventure humaine un sens nouveau pour plusieurs milliers d’années.

Telles sont les théories « scientifiques » et les conceptions « religieuses » sur lesquelles le nazisme était à l’origine basé et dans lesquelles Hitler et les membres de son groupe croyaient – des théories qui, dans une large mesure, ont dominé les tendances sociales et politiques dans l’histoire récente.

Cela peut paraître extravagant. Toute explication, même partielle, de l’histoire contemporaine fondée sur des idées et des croyances de ce genre peut sembler répugnante.

À notre avis, rien n’est répugnant qui soit dans l’intérêt de la vérité.

Contre la nature et contre Dieu

Il est bien connu que le parti nazi était ouvertement, et même flamboyamment anti-intellectuel ; qu’il brûlait des livres et reléguait les physiciens théoriques parmi ses ennemis « judéo-marxistes ».

On en sait moins sur les raisons qui l’ont conduit à rejeter la science occidentale officielle, et encore moins sur la conception fondamentale de la nature de l’homme sur laquelle le nazisme a été fondé, du moins dans l’esprit de certains de ses dirigeants.

Si nous le savions, il serait plus facile de placer la dernière guerre mondiale dans la catégorie des grands conflits spirituels : une histoire à nouveau animée par l’esprit de La Legende des Siecles.

Hitler disait : « On nous maltraite souvent parce que nous sommes les ennemis de l’esprit et de l’âme. C’est ce que nous sommes, mais dans un sens bien plus profond que la science bourgeoise, dans son orgueil idiot, ne pourrait l’imaginer. »

Cela ressemble beaucoup à ce que Gurdjieff a dit à son disciple Ouspensky après avoir condamné la science : « Ma voie est de développer les potentialités cachées de l’homme ; une voie qui est contre la nature et contre Dieu. »

Cette idée des potentialités cachées de l’homme est fondamentale.

Elle conduit souvent au rejet de la science et au mépris de l’être humain ordinaire. A ce niveau, très peu d’hommes existent vraiment. Être, c’est être quelque chose de différent.

L’homme ordinaire, l’homme « naturel » n’est rien d’autre qu’un ver, et le Dieu des chrétiens n’est qu’un gardien des vers.

Willy Ley, l’un des plus grands spécialistes mondiaux des fusées, a fui l’Allemagne en 1933. C’est de lui que nous avons appris l’existence à Berlin, peu avant l’arrivée au pouvoir des nazis, d’une petite communauté spirituelle qui nous intéresse beaucoup.

Haushofer et le Vril

Cette communauté secrète a été fondée, littéralement, sur le roman de Bulwer Lytton, The Coming Race. Le livre décrit une race d’hommes psychiquement bien en avance sur la nôtre. Ils ont acquis des pouvoirs sur eux-mêmes et sur des choses qui les rendent presque divins. Pour le moment, ils se cachent. Ils vivent dans des grottes au centre de la Terre. Bientôt, ils émergeront pour régner sur nous.

C’est tout ce que le Dr Ley a pu nous dire.

Il ajouta en souriant que les disciples croyaient avoir des connaissances secrètes qui leur permettraient de changer leur race et de devenir les égaux des hommes cachés dans les entrailles de la Terre.

Les méthodes de concentration, tout un système de gymnastique interne par lequel elles seraient transformées. Ils ont commencé leurs exercices en regardant fixement une pomme coupée en deux…… Nous avons poursuivi nos recherches.

Ce groupe berlinois s’appelait The Luminous Lodge, ou The Vril Society.

Le vril, la notion de’vril’, est mentionnée pour la première fois dans les travaux de l’écrivain français Jacolliot, consul de France à Calcutta sous le Second Empire. L’énergie énorme dont nous n’utilisons qu’une infime proportion dans notre vie quotidienne, le centre nerveux de notre divinité potentielle, est […]. Celui qui devient maître du vril sera maître de lui-même, des autres autour de lui et du monde. [Reich’s « orgone »… ? -B :.B :.]

Ce devrait être le seul objet de nos désirs, et tous nos efforts devraient être orientés dans ce sens. Tout le reste appartient à la psychologie officielle, à la morale et aux religions et ne vaut rien.

Le monde changera : les Seigneurs sortiront du centre de la Terre.

Si nous n’avons pas fait alliance avec eux et si nous ne devenons pas nous-mêmes des Seigneurs, nous nous retrouverons parmi les esclaves, sur le tas de fumier qui nourrira les racines des Nouvelles Cités qui surgiront. [Shades of Crowley’s Liber AL ? -B :.B :.]

La Loge Lumineuse [Silver Star, Argon Astron, L.V.X. et les derniers « Artisans de Lumière » tissés ensemble dans cette tapisserie luciférienne ? -B :.B :.] avait des liens avec les groupes théosophiques et rosicruciens.

Selon Jack Fishman, auteur d’un livre curieux intitulé The Seven Men of Spandau, Karl Haushofer était membre de cette loge. Nous aurons plus à dire sur lui plus tard, quand on verra que son association avec cette Société Vril aide à expliquer certaines choses.

L’idée de la mutation de l’homme

Le lecteur se souviendra que l’écrivain, Arthur Machen, que nous avons découvert était lié à une société anglaise d’initiés, l’aube dorée. Cette société néo-païenne, dont les membres se sont distingués, était une ramification de la Société Rose-Croix anglaise, fondée par Wentworth Little en 1867. Peu de choses étaient en contact avec les Rose-Croix allemands. Il a recruté ses disciples, au nombre de 144, parmi les rangs des francs-maçons de haut rang. Un de ses disciples était Bulwer Lytton.

Bulwer Lytton, était un homme de génie érudit, célébré dans le monde entier pour son roman Les derniers jours de Pompéi, peu de gens pensaient qu’un de ses livres, dans une dizaine d’années, inspirerait un groupe mystique prénazi en Allemagne.

Pourtant, dans des œuvres comme The Coming Race ou Zanoni, il a voulu mettre l’accent sur les réalités du monde spirituel, et plus particulièrement du monde infernal. Il se considérait lui-même comme un initié. Par ses romans romantiques, il exprime la conviction qu’il existe des êtres dotés de pouvoirs surhumains. Ces êtres vont nous supplanter et provoquer une formidable mutation chez les élus de la race humaine.

Nous devons nous méfier de cette notion de mutation. Elle réapparaît avec Hitler, et n’est pas encore éteinte aujourd’hui.

Le but d’Hitler n’était ni la fondation d’une race de surhommes, ni la conquête du monde ; ce n’était que le moyen de réaliser la grande œuvre dont il rêvait.

Son but réel était d’accomplir un acte de création, une opération divine, le but d’une mutation biologique qui aboutirait à une exaltation sans précédent de la race humaine et à « l’apparition d’une nouvelle race de héros et de demi-dieux et d’hommes dieux ». (Dr Achille Delmas.)[

Ces mêmes « ubermen » nazis néo-néphilim sont peut-être aujourd’hui vêtus de l’habit de science-fiction « alien »/humain « hybride » à la Whit Strieber, du Dr John Mack de Harvard, et d’une véritable corne d’abondance de métaprogrammeurs socio-culturels associés – souvent financés par Rockefeller – et adaptés au temps et aux cultures. -B :.B :.]

Il faut aussi se méfier de la notion de « Supérieurs Inconnus ».

On la retrouve dans tous les écrits mystiques « noirs », tant en Occident qu’en Orient. Qu’ils vivent sous terre ou qu’ils viennent d’autres planètes, qu’il s’agisse de géants comme ceux que l’on dit enfermés dans un tissu d’or dans les cryptes des monastères Tibétains, ou d’êtres sans forme et terrifiants comme le décrit Lovecraft, ces  » Supérieurs Inconnus « , évoqués dans les rites païens et sataniques, existent-ils réellement?

Quand Machen parle du Monde du Mal, « plein de cavernes et d’êtres crépusculaires qui y habitent », il se réfère, en tant qu’adepte de l’Aube dorée à cet autre monde dans lequel l’homme entre en contact avec les « Supérieurs Inconnus ».

Il semble certain qu’Hitler partageait cette croyance, et prétendait même avoir été en contact avec ces « Supérieurs ».

G.’. D.’. Mathers rencontre les « Grands Terroristes »

Nous avons déjà mentionné l’aube dorée et la Société allemande du Vril. Nous aurons quelque chose à dire plus tard sur le Groupe Thulé. Nous ne sommes pas assez stupides pour essayer d’expliquer l’histoire à la lumière des sociétés secrètes.

Ce que nous verrons, curieusement, c’est que tout cela « s’enchaîne » et qu’avec l’avènement du nazisme, c’est « l’autre monde » qui a régné sur nous pendant un certain nombre d’années.

Ce monde a été vaincu, mais il n’est pas mort, ni sur le Rhin, ni ailleurs. Et il n’y a rien d’alarmant à cela : seule notre ignorance est alarmante. [En effet, ceux qui oublient l’histoire, etc. -B :.B :.]

Nous avons fait remarquer que Samuel Mathers était le fondateur de l’Aube dorée. Mathers prétendait être en communication avec ces « Supérieurs Inconnus » et avoir établi le contact avec eux en compagnie de son épouse, la sœur d’Henri Bergson.

Voici une page du manifeste adressé aux « Membres du Second Ordre » en 1896 :

« Quant aux chefs secrets avec lesquels je suis en contact et de qui j’ai reçu la sagesse du Second Ordre que je vous ai communiquée, je ne peux rien vous dire. Je ne connais même pas leurs noms terrestres, et je les ai très rarement vus dans leurs corps physiques….

Ils avaient l’habitude de me rencontrer physiquement à un moment et à un endroit fixés à l’avance. Pour ma part, je crois que ce sont des êtres humains vivant sur cette Terre, mais possédant des pouvoirs terribles et surhumains… Mes rencontres physiques avec eux m’ont montré combien il est difficile pour un mortel, aussi « avancé » soit-il, de soutenir leur présence….

Je ne veux pas dire que durant mes rares rencontres avec eux, j’ai ressenti la même dépression physique intense qui accompagne la perte du magnétisme. Au contraire, je me sentais en contact avec une force si terrible que je ne peux que la comparer au choc qu’on recevrait en étant près d’un éclair lors d’un grand orage, en éprouvant en même temps de grandes difficultés à respirer….La prostration nerveuse dont je parlais était accompagnée de sueurs froides et de saignement au nez, dans la bouche et parfois aux oreilles.

Hitler prétend les avoir rencontrés aussi

Hitler parlait un jour à Rauschning, le gouverneur de Dantzig, du problème d’une mutation de la race humaine.

Rauschning, n’ayant pas la clé de ces étranges préoccupations, interpréta les remarques d’Hitler en termes d’un éleveur intéressé par l’amélioration du sang allemand.

« Mais tout ce que vous pouvez faire, répondit-il, c’est d’aider la nature et de raccourcir le chemin à suivre ! C’est la Nature elle-même qui doit créer pour vous une nouvelle espèce. Jusqu’à présent, l’éleveur n’a que rarement réussi à développer des mutations chez l’animal, c’est-à-dire à se créer de nouvelles caractéristiques. »

« Le nouvel homme vit parmi nous maintenant ! Il est ici ! s’exclama Hitler, triomphant. « Ce n’est pas assez pour toi ? Je vais te dire un secret. J’ai vu le nouvel homme. Il est intrépide et cruel. J’avais peur de lui. »

« En prononçant ces mots, ajouta Rauschning, Hitler tremblait dans une sorte d’extase. »

C’est aussi Rauschning qui a raconté l’étrange épisode suivant, sur lequel le Dr Achille Delmas, spécialiste en psychologie appliquée, l’a interrogé en vain : Il est vrai que dans un cas comme celui-ci la psychologie ne s’applique pas :

« Un proche d’Hitler m’a dit qu’il se réveille dans la nuit en hurlant et en convulsions.

Il appelle à l’aide et semble à moitié paralysé. Il est saisi d’une panique qui le fait trembler jusqu’à ce que le lit tremble.

Il émet des sons confus et inintelligibles, haletants, comme s’il était sur le point de suffoquer. La même personne m’a décrit une de ces correspondances, avec des détails que je refuserais de croire si je ne faisais pas entièrement confiance à mon informateur.

« Hitler se tenait debout dans sa chambre, se balançant et le regardant tout autour de lui comme s’il était perdu. C’est lui, c’est lui, gémit-il, il est venu pour moi ! Ses lèvres étaient blanches, il transpirait abondamment. Soudain, il prononça une série de chiffres insignifiants, puis des mots et des bouts de phrases. C’était terrifiant. Il utilisait des expressions étranges, liées entre elles dans un désordre bizarre.

Puis il redescendit dans le silence, mais ses lèvres continuèrent à bouger. On lui a ensuite donné une friction et quelque chose à boire. Soudain, il s’est mis à crier : « Là ! là ! là ! Par ici, dans le coin! « Il est là ! » — tout le temps à taper du pied et à crier. Pour le calmer, on lui assura qu’il ne s’était rien passé d’extraordinaire, et finalement il se calma peu à peu. Après cela, il a dormi longtemps et est redevenu normal… »

[Hermann Rauschning : Hitler m’a dit. Ed. Coopération, Paris, 1939. Dr Achille Delmas : Hitler, essai de biographie psycho- pathologique. Lib. Marcel Rivimere, Paris, 1946.]

Cette description correspond tout à fait à celle de John Kerry emprisonné à Guantanamo.

Voir l’article :

L’Alliance terrestre a maintenant le contrôle militaire et financier mondial

Nous laissons au lecteur le soin de comparer la déclaration de Mathers, chef d’une petite société néo-païenne à la fin du XIXe siècle, et les propos d’un homme qui, au moment où Rauschning les a enregistrés, se préparait à lancer le monde dans une aventure qui a causé la mort de vingt millions de personnes.

Nous le supplions de ne pas ignorer cette comparaison et la leçon à en tirer au motif que l’Aube dorée et le nazisme, aux yeux d’un historien « raisonnable », n’ont rien en commun. L’historien est peut-être raisonnable, mais l’histoire ne l’est pas. Ces deux hommes partageaient les mêmes croyances : leurs expériences fondamentales étaient les mêmes, et ils étaient guidés par la même force.

Ils appartiennent à la même tendance de pensée et à la même religion.

Cette religion n’a jamais été sérieusement étudiée jusqu’à présent. Ni l’Église ni les rationalistes — cette autre Église — ne l’ont jamais permis.

Nous entrons maintenant dans une époque de l’histoire de la connaissance où de telles études deviendront possibles parce que maintenant que la réalité révèle son côté fantastique, les idées et les techniques qui semblent anormales, méprisables ou répugnantes seront utiles dans la mesure où elles nous permettent de comprendre une « réalité » qui devient de plus en plus inquiétante.

Nous ne suggérons pas que le lecteur étudie une affiliation Rosy Cross-Bulwer Lytton-Little-Mathers-Crowley- Hitler, ou toute association similaire qui inclurait également Mme Blavatsky et Gurdjieff.

Chercher des affiliations est un jeu, comme chercher des « influences » dans la littérature ; quand le jeu est terminé, le problème est toujours là. Dans la littérature, c’est une question de génie ; dans l’histoire, de pouvoir.

L’Aube dorée ne suffit pas à expliquer le Groupe de Thulé, ou la Loge Lumineuse, l’Ahnenherbe.

Naturellement, il existe des courants croisés et des liens secrets ou apparents entre les différents groupes, ce que nous ne manquerons pas de souligner. Comme toute « petite » histoire, c’est un passe-temps passionnant. Mais ce qui nous préoccupe, c’est la « grande » histoire.

Le texte est extrait de :  Le matin des magiciens par Louis Pauwells & Jacques Bergier
1960 par les Editions Gallimard, Paris

Livre en pdf :  le-matin-des-magiciens-louis-pauwels-jacques-bergier (1)

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

MilenaVous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares