A la Une Le DOUBLE Légendes Psychologie Cosmique

Hercule, fils de Dieu et fils de l’homme

Hercule – sa vie jusqu’à 18 ans

Le Fils de Dieu

Ceci est le début de l’histoire d’un fils de l’homme qui a choisi de marcher sur le Sentier. Tandis qu’il marche sur le Sentier, comme tout fils de l’homme, il se rencontre lui-même dans chaque travail. Il les accomplit avec succès sous la guidance subtile d’un Enseignant.

Nous allons survoler sa vie à vol d’oiseau. Les événements importants de sa vie montrent aussi leur signification spirituelle.

Il est dit qu’il est un fils de l’homme, néanmoins Fils de Dieu.

Nous aussi, nous ne sommes pas moins que cela. Nous sommes tous des fils des hommes et néanmoins des Fils de Dieu. Chacun de nous est un Fils de Dieu et néanmoins un fils de l’homme. Il n’y a rien d’extraordinaire à propos d’Hercule. Au départ, il était également comme nous, mais il a travaillé sur lui-même et s’est transformé. C’est ainsi que nous voyons la vie de tout Initié.

Nous sommes aussi des Fils de Dieu, mais nous avons choisi d’être des fils des hommes. C’est par choix que nous sommes restés des fils des hommes. Nous avons aussi l’autre possibilité.

C’est ce qui doit être expérimenté.

Le jumeau

Nous sommes simultanément Fils de Dieu et fils de l’homme.

C’est pourquoi il était dit qu’Hercule avait un frère jumeau.

Nous aussi, nous avons notre jumeau. En fait, notre jumeau est plus actif que nous-même.

Dans le cas d’Hercule, déjà dans son enfance, il avait tué son jumeau, mais en opposition, dans notre cas, notre jumeau nous dit : « Regarde ici, reste ici, sinon je vais devoir prendre soin de toi. », et nous restons silencieux. Le jumeau est actif en nous ; tandis qu’en Hercule, même depuis l’enfance, lui-même est actif et son jumeau demeure silencieux. Ceci est symboliquement exprimé par le fait d’avoir tué son jumeau.

Hercule pourrait sembler être un homme très cruel. Après tout, pourquoi devrions-nous lire son histoire alors que c’est un individu si cruel ? Toutes les femmes devraient protester contre ce séminaire, parce qu’Hercule a tué sa femme et ses enfants

Si, au nom du discipulat du monde, chaque homme tentait de tuer sa femme et ses enfants, qu’arriverait-il ? Même avant que nous tuions, nous sommes tués. Les histoires sont toujours symboliques. A moins que nous connaissions le symbolisme, nous nous rendons ridicules.

Donc, Hercule a un frère jumeau, et nous avons aussi notre frère jumeau, la personnalité. Nos amis ont mis une pancarte à l’entrée : « Laissez votre personnalité, et entrez dans la salle de prières » ; ainsi nous nous rencontrons dans cette salle, en tant qu’Ames et nous expérimentons la Conscience de l’Ame, par l’étude de l’histoire d’Hercule.

Nous sommes des personnes et nos personnalités sont nos jumeaux qu’il nous faut tuer ! Ce qui signifie que nous devons dépasser notre personnalité et fonctionner en tant qu’Ame, chevauchant la personnalité. La personnalité devrait s’accorder à l’Ame et être dirigée par l’Ame, et non l’inverse. La personnalité est constituée de schémas de comportements produits par le mental et les sens, qui ont besoin d’être régularisés, afin de travailler en coopération avec la personne.

Il est dit que lorsqu’ Hercule naquit, il naquit avec un jumeau. C’est le premier aspect, ce qui est aussi le cas pour nous.

Il y a ce que l’on nomme l’aspect soli-lunaire qui forme le corps humain : l’aspect lunaire qui développe le corps, et l’aspect solaire qui y réside. Il y a deux parties qui sont entrelacées dans la constitution humaine. L’une est reliée au corps, l’autre est reliée à celui qui y réside. C’est pour cette raison, que chaque être humain est essentiellement de nature double ou de nature gémellaire.

En tant qu’Ame, nous descendons avec les trois pouvoirs de l’Ame ; celle-ci fonctionne en nous comme Amour, Lumière et Volonté.

Ce sont les aspects de l’Ame, que nous sommes. Le corps est préparé par l’énergie lunaire, afin que l’Ame puisse s’exprimer à travers lui. Nous sommes l’Ange Solaire avec les trois qualités. Nous avons un corps, qui a également un aspect triple en lui, et qui est développé par l’énergie lunaire. L’aspect triple du corps est le mental, les sens et le corps physique que nous voyons. L’Ame fonctionne à travers ce corps triple par réflexion. Donc, il y a le principe solaire qui fonctionne par réflexion. L’homme, dans son ensemble, est constitué de deux en un.

Amour Pensée Sens Ame

Lumiere Volonté Corps physique

Aspect solaire Aspect lunaire

L’Ange Solaire tisse le corps et vit en lui. C’est pourquoi l’Ange Solaire est appelé un tisserand. Le terme tisserand en Sanskrit est Vivasvata. Nous avons ensuite le produit qui en émerge, le mental de l’Ame ou Vaivasvata. Essentiellement, nous sommes entrelacés comme un système d’énergie soli-lunaire. C’est pourquoi, dans nos vies, nous sommes parfois orientés vers l’esprit et parfois vers la matière. Le corps triple a ses propres besoins.

Il est constitué du mental, des sens et du corps physique, et est appelé le jumeau de l’Ange Solaire ou le Fils de Dieu. Cela signifie que l’aspect Ame en chacun de nous, se rapporte au Fils de Dieu ou Hercule.

On se réfère au mental, aux sens et au corps physique développés, comme à un jumeau. Le corps humain est donc constitué de deux en un, entrelacés et liés inextricablement. C’est la nature gémellaire qui produit la dualité en nous.

C’est essentiellement l’aspect solaire, l’Habitant, qui se destine à s’exprimer lui-même, par l’intermédiaire du véhicule, qui est l’aspect lunaire. Mais, l’aspect lunaire a son propre programme. C’est le corps qui réclame ses propres besoins. Il est affairé à travailler pour acquérir les objets destinés à rassasier les sens.

Il a ainsi son propre programme, et ne permet pas à l’Ame de réaliser le sien à travers le véhicule.

Dans le cas d’un être humain ordinaire, c’est l’aspect lunaire qui est prédominant. Il voit le mental comme l’ultime chose avec lui et autour de lui. Il ne veut rien accepter d’autre au-delà du mental. Seuls le mental, les sens et le corps sont une réalité.

Cela signifie qu’il devient de plus en plus conscient et actif au niveau de l’aspect lunaire de son propre être. La vie entière est dédiée aux demandes de son corps. Il n’est pas encore donné à l’Habitant la possibilité de manifester son rayon d’expression.

C’est le véhicule qui décide du sort du propriétaire. Il ne s’agit plus pour le conducteur de piloter le véhicule. Il n’est plus question que l’homme chevauche le véhicule, appelé l’animal. Le véhicule conditionne le cavalier. Le cavalier, au lieu de monter le cheval, est coincé dans le cheval. Le cheval conditionne le cavalier. C’est ce qui est exprimé symboliquement par l’état du centaure. La partie antérieure est humaine, et la partie postérieure est celle d’un cheval. La partie postérieure décide du sort de la partie antérieure.

Quand notre partie inférieure est très lourde, nous ne savons pas décider que faire avec notre partie supérieure. Le diaphragme est le point de démarcation. Si nous vivons en dessous du diaphragme, cela signifie que nous vivons davantage pour des objectifs lunaires. Quand nous vivons au-dessus du diaphragme, cela signifie que nous sommes capables d’utiliser l’aspect lunaire comme véhicule, et de le conduire.

La plupart des personnes vivent en dessous du diaphragme ; elles assouvissent leurs propres désirs, courent derrière les objets des sens. Et, elles nourrissent leurs corps à tout moment, nourrissent leurs propres pensées, nourrissent leurs propres concepts, et nourrissent leurs propres sens. C’est tout le programme que l’on a alors, quand le jumeau, l’animal, est puissant. Nous qualifions un tel homme d’indulgent. C’est une indulgence animale, glorifiée par de nombreux termes et concepts, ayant leur propre philosophie.

Dans le cas d’Hercule, il a abattu le jumeau dès les premières années de sa vie. Cela signifie que le cheval sauvage, qui est le corps, est bien dompté et soumis aux buts de l’Ame. C’est ainsi que l’on dit symboliquement qu’Hercule a tué son jumeau. Il a subjugué et dompté le mental, les sens et le corps, pour s’accorder aux programmes de l’Ame.

Le but est bien réalisé avec le corps comme moyen. Chacun de nous a un but lorsqu’il descend. L’astrologie détient la clé pour vérifier de tels buts. Chacun de nous peut jauger son but de vie par son ascendant natal. Pour autant que le corps soit bien dompté et cultivé, il permet à l’Ame de réaliser le programme.

Dans notre cas également, le même aspect gémellaire demeure. La nécessité d’en finir avec le jumeau, afin qu’il nous suive comme notre ombre, est un aspect très important, qui est couvert par les trois premières étapes du Yoga de Patanjali.

Ces trois étapes vont permettre de dompter les corps physique, émotionnel et mental. Nous ne pouvons pas aspirer au fonctionnement de la Lumière, à moins que les trois corps soient bien domptés et coordonnés.

C’est un aspect qui est très bien décrit dans l’histoire d’Hercule.

Le fils de la veuve

Il y a un autre aspect qui est également vrai chez la plupart des Initiés. Lorsque l’Initié naît, le père meurt ou le père disparaît ou le père n’a plus de rôle à jouer. Nous pouvons observer ce fait dans la vie de presque tous les Initiés. Soit, le père est inconnu, soit il est mort ou il a disparu de la scène où il joue un rôle très effacé. Au tout début, la vie d’un Initié est celle d’un fils de veuve.

Il est plus conscient de la mère que du père. Ceci est très symbolique, et nous le trouvons dans les histoires de la Ramayana et de la Mahabharata, de Moïse et de Jésus. Nommez n’importe quel Initié, et vous trouverez cela.

Au départ, nous commençons comme les enfants de la veuve, ce qui est un aspect fort bien connu de la maçonnerie. Quand nous passons le portail du Temple de la Sagesse, nous connaissons seulement la mère, mais nous ne connaissons pas le père.

Cela signifie que nous connaissons l’aspect lunaire de notre être, mais que nous ne connaissons pas l’aspect solaire de notre être. Le Père est inconnu, et l’entièreté du travail ou l’histoire de la vie, consiste à retrouver le Père, à retrouver le Père en tant que notre propre Soi, et à réaliser que « le Père et moi sommes un et le même ».

Lorsqu’on demanda à Hercule qui était son père, il dit : « Je connais ma mère ; Je ne connais pas mon père ». C’est le cas pour chacun quand il entame le sentier de la réalisation de soi.

Il y a une affirmation sanskrite occulte qui dit : « En vérité, le père est né comme un fils, et le fils est véritablement le représentant du père ou la réplique du père ».

Quand nous nous connaissons nous-mêmes, nous connaissons le Père. Tant que nous ne nous connaissons pas nous-mêmes, nous ne connaissons pas le Père. C’est ainsi que le Père n’a pas de rôle au début de l’histoire de tout Fils de Dieu, parce que toute la thématique consiste à LE trouver comme quelqu’un qui n’est pas différent de notre propre Soi. Dès lors, le deuxième aspect que nous trouvons dans l’histoire d’Hercule est qu’il ne connaissait pas son père.

Lorsque quelqu’un se connaît lui-même, il se connaît lui-même comme la vague, et le Père comme l’Océan. Le Père (Océan) et le fils (la vague) ne sont pas différents sur le plan du contenu, mais sont différents au niveau de l’état. La vague est un état de l’océan tandis que l’océan est son état éternel. Lorsque se manifeste ce qui est éternel, on nomme ce dernier le fils tandis que le premier est appelé le Père. Initialement, l’homme se connaît lui-même par le nom qui lui a été donné, par sa forme physique, par ses désirs et ses aspirations. C’est son côté féminin, le côté Mère. Lorsqu’il remonte à la Source de son être, il trouve le Père ; jusqu’à ce moment là, il est le fils de la veuve.

Les deux Serpents

Voici le troisième événement dans la vie d’Hercule. Lorsque son jumeau et lui-même étaient dans le berceau, deux serpents approchèrent des deux côtés du berceau. Le jumeau prit peur, se mit à crier et à pleurer. Il se sentit incapable de manipuler les deux serpents alors qu’Hercule le fit très efficacement.

Les deux serpents représentent les deux énergies présentes en nous en tant qu’énergies de droite et de gauche. Notre propre énergie a sa triplicité en nous en tant que colonne centrale.

Nous avons les énergies de droite et les énergies de gauche, appelées Pingala et Ida. Ida est l’énergie de gauche, Pingala est l’énergie de droite, et nous sommes la colonne centrale appelée Sushumna.

Lorsque nous sommes conscients de nous-mêmes en tant qu’Ame, nous sommes capables de manier ces deux énergies efficacement. Les énergies de la gauche représentent l’énergie du matériel, et les énergies de la droite représentent les énergies de l’esprit. En tant qu’Ame nous sommes le fils qui mène la Mère et le Père efficacement. Lorsque nous ne sommes pas dans cette énergie de l’Ame nous ne pouvons pas les manier efficacement.

Avec le mental nous ne pouvons pas les mener parce que le mental est un produit provenant de la triple action de ces énergies, mais nous pouvons les manier avec la sagesse.

Le jumeau, dont l’aspect le plus élevé est le mental se trouva même incapable de regarder les deux serpents tandis qu’Hercule, c’est-à-dire l’Ame, a été capable de manier efficacement les deux serpents véritablement comme dans un jeu. Ceux d’entre vous qui ont lu les livres de yoga, voient clairement que les énergies de Ida et Pingala sont décrites comme des serpents entrelacés au milieu desquels nous existons.

Même aux premiers stades de sa vie Hercule démontra qu’en lui l’aspect de l’Ame prédominait sur l’aspect du corps.

Education

Alors Hercule commença son éducation. Il est dit qu’Hercule fit la sourde oreille à ses enseignants. Il tua même ses enseignants ! Normalement l’éducation qui est donnée par les enseignants est l’éducation de l’objectivité. Ceci est le cas pour chaque être. Notre éducation consiste à savoir comment utiliser les mains, les jambes, les cinq sens…La majeure partie de l’éducation que nous recevons concerne le côté objectif de l’être, ce qui sert un but limité, à savoir bien fonctionner dans l’objectivité. Mais il n’y a rien qui soit donné ou enseigné à propos de la subjectivité dans l’éducation que nous recevons. C’est seulement dans les Ashrams ou les familles des Initiés que les deux côtés de l’éducation sont donnés.

On n’enseigne pas le côté subjectif de l’être depuis l’enfance.

Ainsi l’homme sait uniquement comment entrer dans l’objectivité et amasser des choses autour de lui. On ne lui montre qu’un côté de la pièce et pas l’autre.

Le mental a deux faces, l’une est objective, l’autre est subjective. On n’enseigne que les phases ascendantes de la lune et non les phases descendantes. Seule la pleine lune est montrée et il n’est pas enseigné qu’il y a également une nouvelle lune. Seule la vision est donnée et la sagesse n’est pas donnée. La vision sans sagesse ne permettra pas une compréhension complète.

Un seul aspect de la vie est donc enseigné mais si quelqu’un suit le Sentier de l’Initiation il n’est plus tellement intéressé à poursuivre de telles études indéfiniment. Il voit l’importance de l’éducation relative à l’objectivité mais il en voit aussi clairement les limitations. Il continue donc seulement jusqu’à un certain point puis s’en détourne pour apprendre ce qui est relatif à la subjectivité.

Hercule fit la sourde oreille à ses enseignants après les avoir écoutés. L’éducation relative à l’objectivité est l’éducation du mental, des sens et du corps, et elle ne comporte rien qui soit relatif à l’aspect subjectif de l’être.

Elle ne parle pas de l’homme dans sa totalité et seulement 50% de l’homme sont enseignés. On enseigne bien l’aspect lunaire ou animal mais l’aspect plus subtil et plus sublime de l’homme n’est pas enseigné.

Aujourd’hui nous en sommes à un stade où nous restons les enfants de la veuve. C’est parce que depuis l’enfance le côté subjectif n’est pas enseigné. C’était déjà le cas à cette époque.

L’histoire de l’homme est éternellement la même.

Dès lors Hercule mit de côté tous ses enseignants, ce qui est symboliquement exprimé ainsi : « il tua les enseignants », et sentit qu’il n’y avait aucun intérêt à continuer indéfiniment avec ce type d’enseignants. C’est un aspect de plus que nous trouvons dans les premières étapes de sa vie.

Mariage

Lorsqu’Hercule devint adulte, il épousa une femme et eut trois enfants.

Mais, déjà avant de se marier, il tua un lion qui faisait du bruit dans le village.

Le lion était une nuisance dans les villages. Hercule le tua et obtint la main de la belle princesse.

Chaque fois que nous rencontrons un lion dans les Ecritures, nous devrions immédiatement nous tourner vers le signe du Lion. Tout Initié tue immanquablement un lion dans sa vie. Samson tua aussi un lion. Nous constatons que « tuer les lions » est un hobby important pour un Initié. Dans l’histoire d’un Initié, nous avons des cobras, des lions, des éléphants, des chevaux, et les fruits de l’ambroisie, qui sont appelés des pommes en Occident.

Ils sont tous symboliques et leurs racines sont dans le symbolisme Védique.

Hercule est un héro spécial qui a tué le lion à deux reprises. Il a tué un lion pour obtenir la main de sa dame et il a tué un autre lion quand il travailla sous la guidance de son Maître.

Actuellement nous sommes concernés par le premier lion.

Ce lion est celui qui souhaiterait diriger les autres. C’est un aspect léonin qui voudrait mener, guider, protéger et diriger les autres. L’étreinte du lion est très forte ; il tient très fermement ceux qui tombent entre ses griffes. L’aspect le plus bas du Lion fait qu’un homme veut maintenir les gens sous sa coupe. Cela parle également d’un sens d’agression et d’expansion et d’un sens de réalisation. Ce sont tous des obstacles qui empêchent d’expérimenter le sens d’Etre. Un homme qui est pris par le sensde la réalisation est toujours tendu ; il est chargé de l’énergie du dynamisme et n’a qu’un seul mot dans la tête : « conquérir ».

Un lion ne permet pas qu’il y ait un autre chef dans sa propre juridiction, et ne peut dormir lorsqu’il y en a un autre. Il faudra que ce soit très clair pour lui qu’il est le chef. C’est ainsi que ceux qui portent les énergies les plus basses du Lion continuent à conquérir et à posséder.

C’est cette qualité de domination qu’Hercule conquiert. Il ne connaît plus l’enchantement d’agresser, de conquérir et d’acquérir. Cela signifie qu’il substitue progressivement le sens de l’action par le sens d’Etre. Le sentier de la réalisation de soi devient possible et source de progrès, lorsque nous nous tournons vers le sens d’Etre plutôt que vers le sens de l’accomplissement.

La réalisation parle de qualités Rajasiques. Nous voudrions nous épanouir comme personnalité et nous faisons davantage attention au nom et à la réputation. Hercule a mis à terre ces instincts dans son être.

Ce sont toutes les qualités préliminaires requises pour que nous puissions rencontrer le juste Maître, Jupiter. Si nous souhaitons rencontrer Jupiter, nous devrions remplacer le sens de l’accomplissement par le sens d’Etre.

Ainsi, Hercule conquiert le lion et gagne la main de la dame qui est une belle princesse. La femme dans chaque être est représentée par la nature de son propre comportement, qui a ses exigences mentales, émotionnelles et physiques, comme ses propres effets. Hercule vécut avec sa femme et fut capable d’engendrer les trois enfants, représentant la fructification des aspects mental, émotionnel et physique en lui. C’était devenu facile pour lui parce que, même dans les stades initiaux, l’aspect de l’Ame était prédominant.

Normalement un homme se marie et se soumet aux besoins de sa femme et de ses enfants. La femme et les enfants ne sont pas la cause de sa soumission mais celle-ci désigne uniquement la nature de son comportement prédominant. Même cet aspect, Hercule a été capable de bien le réaliser puisque la femme et les enfants se sont soumis à lui. Ils existent plus comme des ombres que comme des réalités. Cela signifie qu’il a acquis une façon parfaite de s’exprimer à travers ces trois aspects du corps. En tant qu’Ame, il a atteint le stade d’imprégner le mental, les sens et le corps. L’imprégnation de l’Ame est le commencement. Cela signifie également que la personnalité est de plus en plus infusée par l’Ame.

A ce stade on dit qu’Hercule tua sa femme et ses trois enfants ce qui veut dire qu’il a été capable de faire la synthèse, que le corps est aussi un aspect de l’Ame et que la matière est issue de l’Esprit. Il n’a pas besoin de le nier mais il peut fonctionner par son intermédiaire. Il substitue chaque aspect par l’aspect de l’Ame.

Pour un Initié chaque unité est vue comme un aspect de l’Ame. Il cesse de voir femme et enfants comme d’autres unités de Conscience. Pour lui, ils sont divins de manière égale.

L’idée ou le concept de femme ou d’enfants meurt en lui et seul un concept subsiste : expérimenter et observer l’Ame dans toutes les formes. L’observation de l’Ame dans toutes les formes est l’étape à atteindre pour rencontrer le véritable Enseignant en son Propre Etre.

L’histoire continue et il est dit qu’étant donné qu’Hercule tua sa femme et ses enfants, les gens le considérèrent comme un écervelé. C’est aussi un aspect de la vie de l’Initié d’être considéré comme une personne bizarre par la société de ses contemporains. Sa manière de comprendre est différente de celle de l’être humain moyen et on le regarde comme quelqu’un d’étrange, comme une personne peu commune parmi le commun des mortels. Il n’est pas considéré comme normal par la société. Il est celui qui est normal et les autres sont ‘sous normaux’, mais le regardent comme celui qui est anormal. C’est ainsi que cela se passe !

Les frères de Jésus lui ont dit à de multiples reprises : « Pourquoi t’adonnes-tu à tout cela ? Pourquoi ne vis-tu pas comme nous tous ? ». Beaucoup d’êtres rationalistes essayèrent de raisonner Jésus et de le ramener à une vie normale ; mais comme il était véritablement normal et considérait les autres comme ‘sous normaux’ il resta silencieux.

A cette étape de sa vie on considéra qu’Hercule était un fou parce que son approche par le mental, par les sens et par le corps était différente de l’approche des autres. Ses buts étaient distinctement différents de ceux des autres et ceux-ci ne pouvaient pas voir pourquoi c’était ainsi.

La plupart d’entre vous doit avoir lu le livre : « Jonathan Livingston, le goéland », écrit par Richard Bach. Dans l’histoire tous les goélands sur le rivage pensent qu’ils vivent pour manger tandis que Jonathan pense qu’il vit pour voler et qu’il ne doit pas être trop occupé ni accaparé par la nourriture. Pour tous les siens manger est le programme principal : « Vivre pour manger » ; ce qui signifie vivre dans le but de nourrir le corps.

Tel n’est pas l’objectif de Jonathan !

Les autres goélands essayent de le raisonner : « Pourquoi voles-tu autant ? Pourquoi ne manges-tu pas comme nous tous ? » et Jonathan réplique : « Lorsque vous expérimentez la beauté de voler, vous n’êtes plus tellement accaparés par le fait de manger ». Mais les autres ne comprennent pas parce qu’ils vivent en fonction du corps tandis que Jonathan vit en fonction de l’Ame.

Tel est le cas de tout Initié ! Un Initié apparaît souvent comme quelqu’un d’étrange au sein de la société et souvent il est excommunié à cause de ses attitudes bizarres. Telle était la situation d’Hercule.

Un ami sur le sentier

Hercule avait un ami, un Initié appelé Theseus qui était le gouverneur d’Athènes. Il attira Hercule plus près de lui parce qu’il comprit son stade d’évolution.

Lorsque nous nous tenons seul dans la Lumière nos amis qui sont déjà dans la Lumière, se rassemblent autour de nous. La condition requise est d’avoir le courage de se tenir seul dans la Lumière sans chercher aucun support extérieur mais uniquement en cherchant le support de la Lumière en Soi. Alors les Etres Illuminés viennent à nous pour nous donner un traitement apaisant.

Theseus était considéré comme le plus grand des héros grecs.

Il attira Hercule auprès de lui mais Hercule n’était pas encore un Fils de Dieu complet et dès lors, il poursuivit le sentier de la réalisation de soi. Déterminé comme il l’était Hercule alla à Delphes pour trouver quel devrait être exactement son programme.

Encore aujourd’hui Delphes est un endroit serein, sublime et sacré ; c’est un endroit chargé d’énergie spirituelle. Hercule alla à Delphes et chercha une guidance à travers l’oracle de la prêtresse. La prêtresse se manifestait d’habitude sur un trépied et prononçait des oracles. Quand Hercule invoqua la prêtresse, elle ne se manifesta pas mais son aspiration ardente persista et il dit à l’espace autour de lui : « Si vous ne me guidez pas, je prendrai ce trépied et guiderai les gens dorénavant ».

Réalisant la détermination de l’Initié, l’oracle de la prêtresse se fit entendre et l’ange dit alors: « Tu es maintenant prêt à être guidé par Jupiter. C’est par la volonté de Jupiter que tu vas monter sur le Sentier du discipulat et dès lors il est nécessaire que tu te diriges vers l’Enseignant appelé Eurystheus. Travaille avec lui pendant douze ans, et en fonction de l’accomplissement des travaux qui te seront confiés, tu réaliseras ton propre Etre ».

Dix-huit

C’est ainsi qu’Hercule fut conduit à l’Enseignant. Quand il atteignit l’Enseignant, il est dit qu’il s’était passé 18 étés. C’est aussi très symbolique. Je vous ai parlé à de multiples reprises de l’importance du nombre 18. Il est dit qu’un homme est arrivé à sa 18ème année lorsqu’il est prêt à se sacrifier lui-même.

Il existe un mot appelé Yaja, qui est le son clé pour le nombre 18. Nous trouvons ces deux sons YA et JA dans tous les noms sacrés.

Yaja signifie sacrifice ; c’est le processus de se sacrifier soi-même, ce n’est pas sacrifier ce que nous avons, ce n’est pas faire quelques dons ou quelques contributions, mais c’est faire la contribution de nous-mêmes et c’est appelé « Sacrifice de l’Homme ». Nous devons nous sacrifier nous-mêmes sur la Croix Fixe, et tout ce qui n’est pas nécessaire autour de nous est taillé aux ciseaux.

C’était le stade dans lequel Hercule était prêt à entrer. Il était volontaire pour se brûler lui-même dans la poursuite de la Vérité. Nous poursuivons la Vérité quand nous sommes en vacances et quand nous n’avons rien d’autre à faire. Pour un homme ordinaire poursuivre la Vérité est un passe-temps, mais pour l’aspirant ardent poursuivre la Vérité c’est tout. Même lui-même est secondaire par rapport à la Vérité. Il est volontaire pour se soumettre lui-même à n’importe quel sacrifice afin de réaliser la Vérité. C’est à ce point que nous sommes pris.

Jusque là nous pouvons prétendre que nous sommes guidés par les Maîtres, mais c’est notre inclination à nous sacrifier nousmêmes qui est regardée par le Maître.

Le nombre 18 signifie une telle situation dans laquelle nous sommes volontaires pour nous sacrifier nous-mêmes.

Lorsque nous réalisons YAJA ou le sacrifice, le fruit en est appelé JAYA, ce qui est ‘l’accomplissement’. Jaya est le nom originel de la Mahabharata. La guerre de la Mahabharata fut menée pendant 18 jours ; 18 grands guerriers et 18 escadrons y participèrent. La véritable épopée de la Mahabharata est écrite en 18 chapitres, la Bhagavad Gita est aussi composée de 18 chapitres, et les Puranas de l’Est sont aussi 18 en nombre.

Parler ainsi est symbolique, parce que 18 symbolise les secrets imperceptibles de l’Univers perceptible. Ce qui est perceptible pour nous est le produit de 18 principes. Il est dit également qu’un quart est perceptible et que les trois quarts sont imperceptibles. Un quart est mortel et trois quarts sont immortels et divins. Depuis son côté mortel l’homme se tourne vers son côté immortel.

Lorsqu’il est dit qu’Hercule a 18 ans, cela signifie deux choses : qu’il est totalement enclin à progresser dans les secrets imperceptibles de l’Univers perceptible, et que dans cet effort il est totalement volontaire de se sacrifier lui-même. C’est pourquoi, quand Hercule rencontra son Enseignant, et que l’Enseignant lui demanda son âge, il dit : « J’ai 18 étés ».

Dans la pièce de théâtre « La Flûte Enchantée » il y a une personne appelée Papaguena. Elle est sensée avoir 81 ans. Au début de la pièce il est dit qu’elle est une vieille dame de 81 ans, mais en vérité, elle a 18 ans parce que les deux termes ‘Yaja’ et ‘Jaya’ sont interchangeables. Le sacrifice mène à l’accomplissement et l’accomplissement mène à un sacrifice plus grand ; 18 se convertit en 81 et 81 se convertit en 18. C’est seulement le changement de direction qui fait de 18, 81 et de 81, 18. Ce n’est que quand le disciple a l’âge de 18 ans, et qu’il est prêt à se sacrifier lui-même dans la poursuite de la Vérité, qu’il rencontre l’Enseignant. C’est ainsi qu’Hercule a rencontré son Enseignant et que les anges l’ont béni.

Uni et équipé

Il est dit qu’Hercule avait un corps fort, mais était faible d’esprit. On dit également qu’il avait un cou de taureau, ce qui signifie qu’il débuta avec l’énergie du taureau, ce qui est le cas sur la Croix Fixe.

Quand nous montons sur la Croix Fixe, nous sommes fixés sur notre but et il n’y a pas d’indécision. Le voyage commence donc à partir du Taureau pour atteindre le Scorpion. L’aspirant devient un disciple, et le Scorpion s’élève jusqu’aux énergies du Lion où le disciple se réalise lui-même en tant qu’Ame. Il continue à s’élever du Lion au Verseau où il réalise l’Ame Universelle.

Les étapes vont de la Lumière de l’Aspiration à la Lumière du Discipulat, de la Lumière du Discipulat à la Lumière de l’Ame, et ensuite de la Lumière de l’Ame à la Lumière de l’Ame Universelle.

Ceci est la croix qu’Hercule a prise. Lorsque nous nous attelons à une tâche aussi sublime, nous sommes aidés par les anges. Minerve lui accorda une robe. Tout cela se passe parce qu’il est déjà accepté par le Guru ou Jupiter. Mercure lui fit cadeau d’une épée très tranchante, Neptune lui fit cadeau de deux chevaux agiles, alertes et brillants, Vulcain lui donna une cuirasse d’or, et par sa propre intelligence, il se fabriqua lui-même une massue.

Ceci est également très symbolique, et cela arrive à tout disciple en présence du Maître.

La présence du Maître permet et offre la synthèse

Lorsque nous sommes d’humeur à tout inclure, nous sommes dans la synthèse ; ce qui signifie que nous sommes dans la présence du Maître. S’il y a, en nous, une tendance à exclure quelque chose, cela veut dire que nous ne sommes pas dans la présence du Maître. C’est ainsi que la synthèse est comprise.

Si, à l’intérieur de notre propre être, nous ressentons des réserves par rapport à certaines choses, personnes, lieux, ou par rapport à certains noms ou formes, nous ne sommes pas dans la synthèse ; ce qui signifie que nous ne sommes pas dans la présence du Maître. Tous les noms, toutes les formes, toutes les personnes, tous les lieux, toutes les situations, tous sont dans la Conscience Universelle. Il n’y a rien en dehors de la Conscience Universelle.

Si nous désirons grandir dans la synthèse, ce qui est acceptable par la Conscience Universelle ne peut pas ne pas être acceptable par les unités de Conscience.

La Synthèse est un état de conscience dans lequel on comprend la justesse de toute chose dans la Création. La justesse de ce que nous appelons bon ou mauvais y est également comprise.

Le rôle du mal et son importance sont également très bien compris. Le rôle de la guerre, la justesse d’un tremblement de terre et celle d’une éruption volcanique y sont compris. Tout ce qui arrive sur l’espace du globe est rempli de Conscience Universelle.

Lorsque c’est acceptable pour la Conscience Universelle, pourquoi ne serait-ce pas acceptable pour nous ?

Dans la même mesure, si nous avons, au sein de notre propre être, certaines choses non acceptées, nous ne sommes pas dans la synthèse. Si quelqu’un est réellement dans la présence d’un grand Maître, il est nécessairement dans la synthèse. Il n’y a pas de barrière et pas de tendance à la séparativité. Il est comme la Conscience Océanique qui peut atteindre tout rivage comme une vague, et il considère que tout est dans la Conscience Océanique. Il considère que c’est cet océan ou Conscience Océanique qui fonctionne à travers lui et à travers les autres.

Nous entendons souvent deux affirmations ; l’une dit : «

JE SUIS CELA », et l’autre dit : « CELA JE SUIS ». Quand nous disons : « JE SUIS CELA », il existe la possibilité de devenir de plus en plus orgueilleux. Mais, si nous prenons l’autre partie de l’affirmation : « CELA JE SUIS », cela nous fait réaliser que nous sommes une petite particule d’un grand océan dont nous ne réalisons pas la dimension. Lorsque nous en venons à l’affirmation : « CELA JE SUIS », cela nous rend humbles. C’est ce que l’on appelle en Sanskrit «SOHAM ASMI ». SAHA signifie CELA, AHAM ASMI signifie JE SUIS.

SOHAM ASMI signifie CELA JE SUIS. Au lieu de ressentir « Je suis tout », ressentons que, tout ce qui est, est le UN complet, duquel nous sommes une partie.

Tout d’abord, il nous faut réaliser CELA JE SUIS ou SOHAM ASMI. La Conscience Océanique existe en nous comme la vague de conscience. Nous sommes tous les vagues de l’océan, nous faisons partie de l’océan, et quiconque est dans la Création, fait partie de l’océan. Aussi, nous ne pouvons rien avoir d’autre que l’appartenance de toute chose à la Création. C’est considéré comme la clé maîtresse de la sagesse.

L’océan existe dans les vagues ; la vague n’a pas d’existence séparée ; la vague est véritablement l’océan sous forme d’une vague. Chacun d’entre nous est l’aspect ‘vague’ de l’Océan Unique. La vague est inséparable de l’océan ; chacun de nous est, dès lors lié inextricablement à la Conscience Universelle. C’est par des illusions autosuggérées que nous construisons nos propres murs de séparativité.

Cette compréhension est très importante. Parmi ceux qui sont présents ici, cette information n’est neuve pour personne, mais cette information n’est d’aucune utilité tant qu’elle n’est pas réalisée et vécue. Si nous nous sommes tous rassemblés ici, il y a quelque chose de commun en nous : l’impulsion vers la synthèse. L’impulsion vers la synthèse, nous a rassemblés ici. Cela signifie que la semence de la synthèse est très présente, mais, lorsque nous essayons de la manifester à travers notre mental, nos sens et nos corps, nous voyons clairement certains blocages à l’intérieur de notre propre être. Ne regardons pas les blocages chez les autres. Que chacun de nous regarde les blocages qu’il porte à l’intérieur de son être, lorsqu’il manifeste la synthèse, à travers le mental, les sens et le corps.

La présence du Maître

Nous pouvons appeler le Maître et avoir Sa présence. Si nous vivons dans Sa présence, les séparativités tombent d’elles mêmes, et si un jour la séparativité existe, c’est synonyme d’absence du Maître, plutôt que de présence du Maître. Ainsi, chacun de nous peut appeler le Maître et vivre dans la présence de la synthèse. C’est cette synthèse que tout Maître essaye de présenter au disciple. La force du disciple est sept fois plus grande lorsqu’il est dans la présence du Maître ; autrement, il est 1/7 de ce qu’il est. Cela signifie que, sans la présence du Maître, nous sommes 1/7 de ce que nous sommes. En la présence du Maître, nous sommes sept fois plus que ce que nous sommes. Si nous faisons un calcul mathématique, notre expansion est 49 fois plus grande en présence du Maître. C’est grâce à Sa présence ; et, le seul fait d’y penser, rassemble autour de nous sept variétés d’anges.

S’il vous plaît, souvenez-vous que « le Maître » signifie la Conscience Universelle, qui fonctionne à travers un Maître.

C’est ce que nous voyons dans l’histoire d’Hercule. La présence du Maître lui amena les bénédictions des Deva, et il fut équipé. Quand nous sommes dans la présence du Maître, les anges des six plans coopèrent avec nous. C’est ainsi que tout Initié fonctionne. Il vit dans la présence du Maître, et alors, les anges et le Maître fonctionnent à travers lui et accomplissent les tâches. C’est pourquoi, il est fortement recommandé de vivre en la Présence. Nous pouvons trouver cela dans le 9ème chapitre de la Bhagavad Gita et, également, dans les enseignements de Jésus le Christ, quand il dit : «

Nous vivons, nous nous mouvons et nous avons notre être en LUI ». C’était une réalité pour lui de vivre, de se mouvoir et d’avoir continuellement son être en LUI ; en conséquence, beaucoup d’anges fonctionnaient à travers lui et accomplissaient les tâches qui lui étaient confiées. Cela souligne la grande différence entre la présence et l’absence de la Conscience du Maître.

Par le simple fait de se rappeler, nous sommes reliés à la Conscience Océanique ; et par le simple fait d’oublier, nous sommes déconnectés ou déliés. Les Initiés sont ceux qui sont, la plupart du temps, liés à la Conscience Océanique. Nous ne trouvons que peu de moments dans leurs vies où ils sont déconnectés. Dans nos vies, nous trouvons peu de moments où nous sommes connectés. Se rappeler est le mot-clé pour continuer à vivre dans la présence du Maître, et c’est ainsi qu’Hercule entra dans la présence du Maître.

Le nom

Le Maître lui demanda : « Quel est ton nom, mon cher fils ? ». Hercule répondit : « Je suis Hercule ». Le Maître comprit où il était placé en termes de conscience. La réponse aurait pu être « JE SUIS » ou aurait pu être au mieux : « JE SUIS appelé Hercule », signifiant : « Je sais que CELA JE SUIS, et JE SUIS appelé Hercule par les autres ». C’est très naturel que chaque aspirant ait l’impression d’être son nom, mais pour un Initié, les noms ne signifient rien ; il n’est pas attaché au nom et, cependant, fonctionne à travers un nom. Mais Hercule dit : « Je suis Hercule ».

Alors l’Enseignant lui demanda : « Qui sont tes parents, mon cher fils ? ». Hercule répondit : « Je connais ma mère, mais je ne connais pas mon père ». L’Enseignant demanda : « Qu’as-tu appris, mon cher fils ? ». Hercule répliqua : « Je sais beaucoup de choses ». C’est ce qu’affirme généralement celui qui entre juste de l’objectivité dans la subjectivité. Il est surtout intéressé de parler de lui-même à l’Enseignant ; il se met à parler alors qu’il est sensé se mettre à écouter. Pourquoi l’étudiant va-t-il vers un Enseignant ? Pour être illuminé en écoutant l’Enseignant. Mais, un étudiant qui est dans l’enfance {infancy}, dans l’imagination {fancy} à propos de lui-même, (ceci est la juste compréhension du mot ‘enfance’), il est dans son imagination et donc, il parle tout le temps de lui-même. L’Enseignant voit dans quel stade de l’enfance se situe l’étudiant, parce qu’il a appris, il y a bien, bien, bien longtemps, comment écouter. Il sait comment écouter, tandis que celui qui ne sait pas, sait comment parler. C’est pourquoi Hercule dit : « Je sais beaucoup de choses ».

L’Enseignant lui demanda : « Qui t’a appris toutes ces choses ? ». Alors Hercule ne tint pas compte des enseignants qui lui avaient appris toutes ces choses, et dit : « Vous savez, je les ai tous tués. J’ai aussi tué le lion ». Ainsi, il essaye de faire grandir de plus en plus l’ignorance qui est en lui. Ne voyons-nous pas de telles situations dans notre propre vie ? Quand nous rencontrons une personnes plus illuminée, nous sommes sensés l’écouter, mais généralement, nous sommes anxieux de lui parler de nous-mêmes, de crainte qu’elle puisse ne pas savoir. Nous sommes très anxieux de parler de tout ce que nous savons, parce qu’autrement, elle pourrait ne pas avoir la juste reconnaissance de notre être.

Un Enseignant a de la compassion et a également la capacité de suspendre ce type d’attitude chez le disciple. L’Enseignant dit donc à Hercule : « Ne te vante pas trop, mon fils. Tu vas rencontrer tous ces enseignants une fois de plus. Laisse-moi voir comment tu fonctionneras ».

Lentement, l’activité change, par le fait même que l’étudiant écoute et que l’Enseignant parle. Au départ, c’est l’étudiant qui parle le plus, mais quand il vit de plus en plus en la présence du Maître, il apprend à rester silencieux et à écouter le Maître. Il réalise, qu’en écoutant, il gagne plus en compréhension, qu’en parlant.

Etre silencieux, en la présence d’Etres Illuminés, est une qualité que l’on apprend sur le Chemin du Discipulat.

Hercule commença donc à rester silencieux en présence du Maître, et le Maître fut content de la quiétude du disciple. Alors, le Maître fit un signe aux anges : « Maintenant, ce garçon est un peu calme. Vous pouvez coopérer avec lui ».

Un Maître est un canal de Conscience Océanique. Il peut parfois paraître très mince ou très petit ou très peu impressionnant, mais cette forme est un voile. Souvent, il revêt une forme très bizarre pour tromper les gens, et cependant il reste un canal pour la Conscience Océanique. Dès lors, lorsque le Maître donne une impulsion, tous les anges des sept plans commencent à coopérer avec le disciple. C’est la présence du Maître qui fait autant la différence. Il y a autant de différences que celles que vous trouvez entre un aimant et un morceau de fer. Pour qu’un morceau de fer soit magnétisé, cela dure des éons, mais en présence d’un autre aimant, en une courte période de temps, le morceau de fer se transforme en un aimant. La présence d’un Etre Illuminé est importante pour être illuminé soi-même.

Hercule entra dans la présence du Maître en se rappelant, et en conséquence, les anges commencèrent à lui rendre visite.

S’il vous plait, souvenez-vous que les anges lui rendirent visite sur l’ordre de l’Enseignant, et non à cause de l’éligibilité du disciple. Souvent, le disciple pense : « Je l’ai mérité, donc je l’ai obtenu ». Une telle attitude le rend orgueilleux et le fait chuter. La chute est très rapide quand nous pensons que tout ce qui vient à nous comme coopération, vient grâce à nous. Lorsque nous faisons quelques petits travaux de bonne volonté, les anges sont si contents, qu’ils coopèrent, la Nature coopère et les autres, autour de nous, coopèrent. Nous ne pouvons pas voir tout cela parce que nous ne pouvons pas voir ce qui se passe derrière le rideau, et nous commençons à croire : « C’est grâce à moi ».

Cela arriva à Hercule également, parce que l’histoire d’Hercule est véritablement l’histoire de vous et moi.

Source :  » Hercule, L’homme et le symbole  » de K. Parvathi Kumar

Extrait : Chapitre 4 : Hercule – sa vie jusqu’à 18 ans

http://soleildelumiere.canalblog.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2014/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Recevez la Newslettter

Vous souhaitez être informés des bons plans, découvrir les meilleurs articles du réseau Elishean et recevoir des conseils pour optimiser l'Ascension. C’est très simple, inscrivez-vous...

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Articles Phares