A la Une Eugénisme

Eugénisme et contrôle de la population


Le Dr Rusell Blaylock (neurochirurgien) a fait référence, de façon très objective, à ce projet d’eugénisme. Il s’agit d’un neurochirurgien à la retraite, auteur de plusieurs livres et dont les recherches ont donné des informations sur l’existence d’une épidémie de troubles neurologiques, créée au moyen de puissantes toxines de notre environnement qui ont des liens avec le programme d’eugénisme et de réduction de la population. 

La chose intéressante dans tout cela, dès que j’ai commencé à l’analyser, en constatant le financement de la Fondation Rockefeller et de bien d’autres fondations, comme la Fondation Ford, Carnegie, et étudiant leur histoire, je suis tombé accidentellement sur un livre du Docteur Lily Kay.

À ma grande surprise une bonne partie du livre parlait de ce que l’on a appelé le Projet de la Science de l’Homme par la Fondation Rockefeller et curieusement, dans cette période des années 1910, son intérêt portait dans sa structure de base, sur l’ingénierie sociale.

Ils s’inquiétaient du fait que la société était composée de beaucoup trop d’individus indésirables à leurs yeux.

Pour eux, les indésirables étaient des personnes avec un faible QI, avec des défauts physiques ou d’autres anomalies ou des personnes qui se comportaient différemment de ce que ce groupe d’élite estimaient être un comportement normal en société, ainsi ils pensaient utiliser l’eugénisme très en vogue à cette époque, pour faire évoluer l’homme, créer un nouveau type de personne, alors ils ont inventé le terme ‘Ingénierie sociale’.


Bien entendu, on ne connaissait pas encore le terme ADN, ils se sont donc servis de la génétique, tout court, pour concrétiser leurs objectifs. Ce que l’auteur nous montre c’est que la Fondation Rockefeller y a investit d’immenses sommes d’argent. Ce qui comprenait l’aide financière pour des universités importantes considérées comme des lieux névralgiques pour redéfinir l’homme nouveau tel qu’ils prétendaient qu’il devait être.

Au fur et à mesure, la science devenait plus sophistiquée et l’eugénisme commençait à avoir une mauvaise réputation aux prémices de la période hitlérienne, que les eugénistes de Rockefeller, avant même qu’Hitler accède au pouvoir, voyageaient déjà en Allemagne pour des échanges scientifiques dans le domaine de l’eugénisme. Preuve qu’une bonne partie de ces données scientifiques venait de la Fondation Rockefeller.

Bien sûr, après la 2ème Guerre Mondiale, le monde entier a appris avec stupeur tout sur ce qui c’était passé autour de l’eugénisme et de toutes ses horreurs. La plus part des projets ont été abandonnés et la Fondation Rockefeller a immédiatement demandé à tous ses membres : « n’utilisons plus le terme eugénisme. Nous ne parlerons plus que d’ingénierie sociale, la nouvelle science de l’homme, le comportementalisme. » c’est ainsi qu’ils ont adopté ces nouveaux mots-clés mais toujours subjugués à leur objectif fondamental redessiner l’homme et son comportement et le formater selon leurs idées élitistes.

L’origine de l’eugénisme

L’eugénisme peut être défini comme étant toute méthode ou pratique ayant pour but l’amélioration du patrimoine génétique de l’espèce humaine. Dans sa pratique, la controverse ne peut-être que de mise, puisque l’interprétation de cette définition se fait dans un sens très large et très subjectif. Depuis l’origine des royautés, les membres des familles royales ont été obnubilés par ce qu’ils percevaient comme la dégénérescence de leur sang et ont toujours cherché à garder le “lignage” de leur caste. L’obsession du “sang pur” a toujours été une priorité pour la caste exploiteuse et dominante des sociétés humaines.

Dans la seconde moitié du 18ème siècle, un pasteur économiste anglais Thomas Malthus (1766-1834) énonça une théorie qui voulait que les êtres vivants se reproduisaient naturellement au-delà de la quantité de nourriture pouvant être à leur disposition et qu’ainsi l’augmentation des populations se feraient bien au-delà de notre capacité à produire de la nourriture, ce qui conduirait immanquablement à une catastrophe socio-économique globale, nécessitant donc un programme de limitation des populations au vu de la rareté chronique des moyens de subsistances (concept erroné s’il en est, puisque nous savons aujourd’hui que la “rareté” potentielle des denrées alimentaires est induite et contrôlée à des fins spéculatives pour générer plus de profits, mais également pour utiliser la nourriture comme moyen de contrôle des populations comme nous le verrons ultérieurement).

L’eugénisme moderne

Renforcée de ces doctrines, la British Eugenics Society fut créée en 1908 et est maintenant connue sous le nom de Galton Institute à Londres, tandis qu’aux Etats-Unis, l’American Eugenics Society voyait le jour en 1922; en 1972, sous l’égide des Fondations Rockefeller et Carnégie, elle changea de nom pour devenir la Society for the Study of Social Biology. Des 1913, la Fondation Rockefeller finança les programmes eugénistes américains ainsi que la Société Eugénique Française en 1912. Cette même Fondation Rockefeller finança également les programmes eugénistes de l’Allemagne nazie en aidant à la création et en finançant le Kaiser Wilhem Institute et ce jusqu’en 1939. Des scientifiques américains travaillaient dans cet institut et ont aidé au développement des programmes de stérilisation des populations jugées inaptes à reproduire, ainsi qu’à l’euthanasie des enfants atteints de déficience mentale.


La Fondation Rockefeller a également financé dès 1913, par sponsoring des universités et des écoles de médecine qui avaient un interdit dans la recherche pharmaceutique, mettant ainsi les pieds dans le domaine du chimique médical.

En 1939, la Fondation Rockefeller fonde avec le géant du chimique allemand I.G. Farben (restructuré en un cartel de compagnies après la guerre dont Bayer, BASF et Hoechst (Aventis), aujourd’hui de grands noms de la chimie, pharmacologie et de la production de vaccins… Hazard ?) le “trust des médicaments”. Il est également à noter que la famille Rockefeller par le truchement de sa compagnie pétrolière Standard Oil, délivra des additifs chimiques à I.G. Farben sans lesquels les Allemands étaient incapables de faire tourner les moteurs de leur machine de guerre. Elle aida également à l’élaboration d’essence synthétique pour l’Allemagne nazie. I.G Farben était 100% en contrôle de camps de concentration, notamment l’abominable Auschwitz. Il a été établi à la fin de la guerre qu’I.G. Farben produisait également le gaz Zyklon B pour les camps d’extermination. La fondation Rockefeller était en partenariat direct avec la firme allemande. La famille Rockefeller avec sa Standard Oil Company (aujourd’hui connue sous le nom de Exxon, Mobil), et sa banque JP Morgan Chase (ex Chase Manhattan Bank) possède plus de 50% des intérêts pharmaceutiques aux Etats-Unis. Cinquante responsables de la firme allemande ont été traduits devant le tribunal de Nuremberg… La plupart était en liberté des 1951. Certains allèrent aux Etats-Unis, d’autres restèrent en Allemagne et redevinrent cadres des compagnies du cartel résultant du démantèlement d’I.G Farben en plusieurs entreprises. Le financement du Kaiser Wilhem Institute se faisait depuis les Etats-Unis par l’intermédiaire d’une banque sous-traitante privée membre d’un cartel banquier dont Prescott Bush (père de George H. W. Bush) était un des fondés de pouvoir.

Après la seconde guerre mondiale et dû à l’embarras de l’horreur des excès des programmes eugénistes allemands, la Fondation Rockefeller décida de changer le nom “d’eugénisme” pour celui “d’étude de biologie sociale” qu’elle intégra dans la nouvellement créée Society for the Study of Social Biology. Dès ce moment les programmes de contrôle des populations si chers à ces “élites”, passeront sous couvert d’une nouvelle science émergente : la génétique. Gary Allen, auteur d’une étude très documentée sur la famille Rockefeller “The Rockefeller File”, publiée en 1976 et réédité en 1994, écrit : « Le plan Rockefeller est d’utiliser le contrôle de la population, de la nourriture, des énergies et du contrôle de la finance, pour optimiser la dépendance et le contrôle absolu des peuples, ce qui amènera inéluctablement à une grande fusion, un gouvernement mondial et un fascisme global. Comprenez que ceci n’est pas planifié pour l’Inde ou le Sénégal, mais pour les Etats-Unis ou la croissance démographique zéro est déjà quasiment un fait accompli. »

En 1946, Julian Huxley (frère de l’écrivain Aldous Huxley, auteur du célèbre roman “Le Meilleur des Mondes”), biologiste de renom et adepte des théories galtoniennes du darwinisme-social, prit part à la création de l’UNESCO (United Nations Educational Scientific and Cultural Organization) et publia dans un texte : “L’UNESCO, ses buts et philosophie”, la ligne de conduite eugéniste de l’organisation, ligne de conduite qu’elle n’a jamais quittée depuis. Julian Huxley est considéré aujourd’hui comme le “père fondateur” du mouvement environnementaliste moderne. Il fut aussi un des créateurs du World Wide Fund for Life, qui deviendra en 1961, sous l’égide de deux autres eugénistes notoires les princes Bernhard de Hollande (ancien officier SS) et le prince Philip d’Angleterre le World Wide Fund ou WWF. Ce même prince Philippe qui déclarait vouloir revenir sur terre après sa mort réincarné en un virus mortel pour pouvoir participer à la réduction de population massive qui s’impose au monde moderne pour sa survie.

En 1947, John D. Rockefeller III donna à l’ONU un des terrains familiaux pour y établir le quartier général de l’organisation à New York (valeur de l’époque : 8,5 Millions de dollars), scellant ainsi le destin de la famille Rockefeller au devenir de l’ONU et au projet de l’élite pour le monde du futur. En parallèle, l’UNICEF fut également créé en 1947 et devint en peu de temps la couverture onusienne pour les programmes eugénistes de contrôle familial dans les pays en voie de développement. Plus tard en 1967, fut créé l’UNFPA (United Nations Fund for Population Activities), qui reçut des fonds de l’UNICEF pour ses programmes de contrôle des populations par stérilisation volontaire puis à l’insu des populations par voie de campagnes de vaccination massives, vaccins qui étaient intoxiqués aux hormones pour stériliser de manière permanente les femmes de 12 à 45 ans qui se faisaient inoculer en toute confiance (les cas les plus connus étant ceux du Nicaragua, de la Thaïlande, du Nigeria et des Philippines que nous verrons plus loin).

Ainsi, comme nous pouvons le constater, l’après seconde guerre mondiale a vu une métamorphose des associations eugénistes en un mouvement environnementaliste qui embrasse toutes les thèses importantes des organisations eugénistes précédentes : contrôle des populations dans la plus pure tradition malthusienne, purification de l’espèce humaine, et autres mesures qui dorénavant seront adoptées sous couvert d’écologie et d’intérêt général global.Bien évidemment, ceci ne veut pas dire qu’il n’y ait pas de problèmes environnementaux en ce monde. Ils sont nombreux et doivent être adressés par les peuples.

Mais à l’ensemble des problèmes réels posés à l’humanité par la surconsommation des pays développés et les pollutions en tout genre qui se sont répandues dans les pays en voie de développement par le truchement de la délocalisation de la production des pays industrialisés pour augmenter toujours et encore les profits des multinationales et de l’élite dominante, vient se greffer des problèmes induits dont les conséquences immédiates et futures pour le monde seront catastrophiques dans un cadre rappelant une triste époque de notre histoire contemporaine ou le génocide planifié était de mise. Des exemples ?…

Que penser des campagnes de stérilisation massive menées par l’ONU dans les pays en voie de développement, spécifiquement après l’adoption par le département d’état américain des concepts proposés dans le fameux “Rapport Kissinger” de Décembre 1974, connu officiellement sous le vocable de NSSM 200, déclassifié par la Maison Blanche en Juillet 1989. Ce rapport, financé par la Fondation Rockefeller est le document qui a fait endosser le schéma de dépopulation globale comme top priorité pour le département d’état (Ministère des Affaires Etrangères) Etats-uniens. Les raisons étaient également d’ordre stratégique, puisqu’il s’agissait également de :

– Sécuriser pour les Etats-Unis les ressources minérales et énergétiques en Afrique et autres nations en voie de développement.

– Maintenir la stabilité politique pour continuer l’exploitation.


– Contrôler la croissance démographique mondiale pour s’assurer du résultat.

Des recommandations spécifiques y étaient faites pour parvenir aux buts de contrôle et reconnaissait implicitement la nécessité d’utiliser guerres et famines par voie de contrôle des ressources alimentaires contre les pays qui seraient réticents à appliquer une politique de contrôle de leur population :

  • Urgence d’appliquer des mesures pour réduire la fertilité globale avant la fin des années 1970 et des années 80.
  • Le plan demandera des efforts vigoureux pour les pays impliqués, les leaderships états-uniens étant en cela primordial.
  • Des fonds seront mis à disposition des pays reconnaissant les intérêts à long terme des Etats-Unis.

La croissance de la population mondiale, dans ce schéma erroné malthusien, y est vue comme une atteinte à la sécurité des Etats-Unis et de fait, au cartel des compagnies pétrolières, chimiques et pharmaceutiques. Depuis lors, des programmes nationaux de stérilisation ont été menés dans différents pays sous les auspices des organismes de l’ONU, tels l’UNICEF et sa comparse de l’OMS, une autre reconversion à succès de l’intention eugéniste. Trouvons ici quelques exemples de ces programmes de stérilisation massive dans les pays en voie de développement sous l’égide d’organismes de l’ONU et des gouvernements locaux pour qui les subventions pleuvaient (entretenant bien sûr la corruption endémique des oligarchies locales) pour accueillir ces mesures draconiennes imposées le plus souvent, à l’insu des populations :

  • Dès les années 1920 et jusqu’à la seconde guerre mondiale, une loi fédérale concernant la stérilisation obligatoire des “citoyens inaptes à se reproduire” fut adoptée par 33 États des Etats-Unis, générant la stérilisation forcée de 60 000 citoyens américains. Les mesures eugénistes appliquées aux USA furent louées et appliquées par la suite par l’Allemagne nazie.

– Dès le début des années 1970, l’UNICEF développa des programmes de stérilisation volontaire, qui n’eurent pas le succès attendu même moyennant finance.(http://www.lifesitenews.com/ldn/2002/oct/021030a.html ).

– Programmes de vaccination de l’OMS contre le tétanos au Nicaragua en 1993 et au Mexique en 1994 ont été des couvertures pour la stérilisation de masse des populations, de la même manière que cela s’est également produit aux Philippines et en Thaïlande dans la même période.

– L’UNICEF fut impliquée dans les années 1990 aux Philippines, dans un programme de stérilisation des populations par l’intermédiaire d’un vaccin anti-tétanique “contaminé” avec l’hormone B-hCG, qui administrée en vaccin, stérilise de manière permanente les femmes inoculées. Une cour de justice des Philippines ordonna l’arrêt de la campagne de vaccination en 1995 mais après que 3 millions de femmes philippines de 12 à 45 ans aient été vaccinées et donc stérilisées à leur total insu.

  • L’UNICEF fut de nouveau impliquée dans une campagne de vaccination (orale cette fois ci) contre la polio au Nigéria en 2004 ayant bizarrement les mêmes caractéristiques que celle des Philippines… (http://contraception.fr/f-b0501hf.htm )

Il est à noter également que dans l’entourage immédiat de ces grandes “associations philanthropiques”, se trouvent depuis quelques décennies d’autres grands philanthropes aux relents frelatés eugénistes : la clique du club des milliardaires sans l’argent desquels rien ne serait possible, bien sur les inamovibles Rockefeller, rejoints depuis par les Ted TurnerBill & Melinda GatesGeorge SorosWarren Buffet et autres sous-fifres tel Al Gorel’homme de Monsanto (roi de l’OGM) et de l’escroquerie du réchauffement climatique anthropique, autre dogme érigé en arme de destruction massive pour les générations futures et les pays en voie de développement.

Ted Turner le milliardaire “philanthrope” déclara en 1991 dans une interview : « Idéalement, la population mondiale devrait être réduite à 500 millions d’individus. » Ted Turner est un des financiers de l’ONU et de ses programmes. Coïncidence ?… Quant à Bill Gates, autre milliardaire “humaniste”, il est devenu avec sa Fondation Bill& Melinda Gatesle gourou de la vaccination pour les enfants des pays en voie de développement.

Altruisme authentique ou agenda caché ? Pour ce faire il a déclaré au dernier meeting de Davos en Janvier 2010 que sa fondation donnerait 10 milliards de dollars sur 10 ans pour la vaccination de tous les enfants du tiers monde, sachant également que sa fondation est le financier principal du GAVI (Global Alliance for Vaccinations and Immunization) en partenariat avec l’OMS, la Banque Mondiale et les grands pontes de l’industrie pharmaceutique, qui sont connus globalement pour leur dumping vers le tiers monde de vaccins et de médicaments non testés et “contaminés” qu’ils ne peuvent pas ou plus écouler dans les pays occidentaux. La fondation Gates est également impliquée dans le développement de programmes pour l’implantation des OGM dans les pays émergents et le contrôle des semences bio et originelles.(http://www.engdahl.oilgeopolitics.net/Swine_Flu/Gates_Vaccines/gates_vaccines.html), la question de l’innocence d’un tel mécénat peut légitimement se poser. Ceci n’étant qu’une petite partie immergée de l’iceberg.

Nous venons de voir que les campagnes de vaccination officiellement organisées par des organismes supposés altruistes et au-dessus de tous soupçons tels que l’OMS, L’UNICEF et toutes les ONG gravitant dans leur giron, sont largement sujettes à caution. Comment pourrait-il en être autrement de la dernière-née de ces campagnes : celle du vaccin de la “pandémie” de grippe porcine, H1N1 de 2009-2010.

Nous sommes tous en droit de nous le demander, spécifiquement avec toute l’omerta faite sur la commande des vaccins, les conditions de production de ces vaccins, la contamination avérée d’un stock de vaccins de chez Baxter par des virus non atténués H5N1 (dite grippe aviaire) à destination de 18 pays et dont le test inopiné dans un laboratoire de transit en République Tchèque a révélé l’existence, ainsi que la suspicion d’intention criminelle (une enquête est toujours en cours en Autriche ou une plainte a été déposée); ainsi que de l’insuffisance des tests qui ont été effectués sur ces vaccins avant leur commercialisation et leur diffusion au grand public, pour ce qui s’est depuis avéré être une supercherie plus que probable à la pandémie.

La collusion économique et idéologique entre l’industrie chimique et pharmaceutique et la haute finance élitiste et eugéniste n’est pas nouvelle, nous en avons vu une des origines remontant aux années 1920-30, lorsque les fondations Carnegie et Rockefeller se sont impliquées plus avant avec la science dans le but précis de réaliser leur vision délirante d’un monde biologiquement, génétiquement purifié.

Suite aux abus génocidaires nazis qu’ils ont aidé à perpétrer, les eugénistes ont trouvé refuge dans une nouvelle science émergente : la génétique, et y ont vu une excellente opportunité de dissimuler les intentions de “nettoyage” biologique derrière le paravent d’une nouvelle doctrine naissante dans le sillage du biologiste Julian Huxley : l’environnementaliste.

Ceci ne veut bien entendu pas dire que tous les écologistes sont des psychopathes ne rêvant que de purification ethnique, bien au contraire, la vaste majorité des militants écologistes sont convaincus du bienfondé de leurs convictions et les problèmes environnementaux qu’ils adressent sont le plus souvent des problèmes réels. La perversion vient du système, de l’idéologie eugéniste larvée dans le mouvement écologiste et ce depuis son origine avec Julian Huxley. Les militants écologistes sont le plus souvent endoctrinés, manipulés et exploités par les ONG paravents de l’eugénisme moderne, à des fins de réalisation future du grand schéma global d’obédience fasciste de nos élites.


Source : https://resistance71.wordpress.com/2010/06/26/elite-globaliste-eugenisme-et-controle-des-populations/

J’engage les lecteurs à ne rien croire de ce qui a été dit dans ces lignes, et de faire leurs propres recherches. 


Que dire du richissime Bill Gates, propriétaire de Microsoft, qui, par l’intermédiaire de sa fondation philanthropique, a mis au point des vaccins qui ont tué des milliers d’enfants en Afrique ? Quelle est la cause de ce cruel acharnement exterminateur ?

Dans un discours de 2010 à TED de Longbeach en Californie, en rapport avec le débat sur l’augmentation du volume de C02, voilà ce que Bill Gates a eu à dire : « Il y a 6,8 milliards de gens sur la Terre… Si on fait un bon boulot sur les nouveaux vaccins, services de santé, la santé reproductive, on pourrait réduire ça de 10 à 15%. »

« Les très riches philanthropes utilisent les organisations comme les fondations Gates et Rockefeller pour influencer la prise de décision à travers le monde. »


La structure même de la Fondation des Gates est soumise aux invectives, du fait d’une administration assurée par seulement trois têtes : Bill Gates, Melinda Gates et Warren Buffett. Qui plus est, la liste des entreprises dans lesquelles la Fondation a investi parle d’elle-même : Wal-Mart, Coca-Cola, Pfizer et BAE Systems, à hauteur de 29 milliards de dollars en actions et obligations.

Si nous ajoutons à cela un soutien aux semences génétiquement modifiées ou encore une sélection particulière des maladies et vaccins qui fragilise les services de santé publique en Afrique, le tableau ne paraît guère idyllique.

Fondation Bill & Melinda Gates : un outil au service des multinationales

Partagé par http://www.eveilhomme.com

A lire absolument

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: https://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email


Articles similaires

Recevez la Newslettter

Vous souhaitez être informés des bons plans, découvrir les meilleurs articles du réseau Elishean et recevoir des conseils pour optimiser l'Ascension. C’est très simple, inscrivez-vous...

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Ma dernière vidéo

Articles Phares

Covid19: Comment Trump déjoue les plans de l'Etat Profond
Rudolf Steiner : Virus et électrification de la Terre
Pourquoi Soros a investi discrètement dans un laboratoire de biotechnologie à Wuhan AU 666 Gaoxin Road?
COVID-19 : Les chiffres des décès en Italie sont trafiqués
Opération Corona Faux Virus ... 5G + Vaccin
Eugénisme et contrôle de la population

Suggestion Amazon