A la Une Le SON Nouveau Paradigme Univers fractal holographique

D’une simple résistance à l’énergie pure

Jusqu’à présent, les physiciens nous ont appris à croire que l’énergie se calcule en joules, selon la formule E = M v² / 2 pour les objets en déplacement classique, ou E = M c² pour l’énergie totale d’un objet, en déplacement relativiste.

Le but n’est pas ici de relever la contradiction entre les 2 formules, mais de se demander comment l’énergie d’un photon peut-elle se transmettre, alors que, dans ce cas particulier, celui-ci n’a pas de masse !!?

Car, d’une formule à l’autre, si la masse du photon vaut zéro, ni E = M v² / 2 , ni E = M c² ne fonctionnent.

C’est pourquoi il nous faut relever un défi de taille: expliquer l’effet photoélectrique avec une troisième formulation :

la résonance de dimension E = 1 / sec², quelle que soit pour l’instant la nature de l’électron ou du photon.

Sur l’image ci-dessus, nous voyons un photon incident frapper une plaque de métal et enlever un électron; c’est l’effet photoélectrique.

Nous savons que lorsque l’effet photoélectrique se manifeste, toute l’énergie du photon incident se transmet à l’électron des couches profondes.

Une quantité d’énergie minimale est nécessaire pour extraire l’électron d’un atome, l’énergie excédentaire étant transmise à l’électron sous forme d’énergie cinétique.

La seule explication possible, pour qu’un électron soit arraché, c’est que le potentiel énergétique de l’un des électrons (de l’atome ainsi frappé) « s’est accordée » le plus parfaitement possible avec le potentiel du photon incident : ils sont entrés en résonance.

Au départ, l’énergie cinétique du photon n’a pas d’importance: il n’y a que sa dimension d’une vibration hertzienne en 1 / sec (ou T-1); elle s’accorde avec la vibration de l’électron qui n’est pas en M.L². T1 (la fameuse « action » ou potentiel de Planck): son « pic de présence » alternatif possède lui aussi sa vibration hertzienne en 1 / sec (ou T-1).

L’image ci-dessus est désormais caduque, car le potentiel d’action de h est simplement en T-1

Dès lors, l’énergie pure ou énergie de résonance se décline en une multiplication des 2 vibrations, dans le potentiel des T-2, aussi appelé 1 / sec², qui est aussi celle de la permittivité électrique.

E = h. nu, en T-2 est une valeur d’ énergie pure

Lorsque l’on s’interroge sur la nature d’une résistance, on sait au départ qu’elle se décline toujours en ohms, dans les domaines aussi différents des pressions sanguines, que des tensions électriques.

Les ohms expriment aussi les impédances.. ( to impede signifiant « retenir », « faire obstacle à »)

Les résistances ont cours dans les grandes structures atomiques et moléculaires entre elles

Or un ohm, en analyse dimensionnelle, est en mètre-1.sec-1 ou encore en 1 / mètre.sec; l’on voit très bien que la frontière du 1 / (mètre.sec) est très peu éloignée du 1 / (sec.sec) de l’énergie pure de résonance (autre façon d’écrire cette dernière : 1 / sec² ou T-2)

R en ohm ou (T-1. L-1) est une valeur de résistance pure

Mais le titre de cet article parle de transformer aussi une résistance en énergie pure…

Comment ?

Il semble que seule l’impaction puisse agir sur la nature du spin de toutes les particules des atomes, des molécules, de la même façon et en même temps.

La non-résistance est du domaine de l’invisiblité et de l’antigravité.

Article trouvé sur : http://antigravity.over-blog.com/

Illustrations Elishean

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email

ISOLATION + CHAUFFAGE pour 1 euro. Nouveau dispositif 2020

Vérifiez votre éligibilité !

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares