A la Une Enjeux technologiques Vivre dans l'espace

Course au nucléaire et hégémonie sur le gaz ? Un seul objectif : « MISSION to MARS » 2030 !

Mars à seulement 39 jours de la Terre: Un mode de propulsion spatiale révolutionnaire

La Nasa finance un projet révolutionnaire

par David Jarry un nouveau paradigme

Mars, c’est loin. Prochaine étape de la conquête spatiale, la planète rouge peut se situer entre 55 et 400 millions de kilomètres de la Terre, une variable qui aura son importance pour fixer la date du premier vol qui y emportera des humains.

En l’état actuel, le voyage devrait durer au moins six mois, sans compter le retour au moins aussi long en fonction de la distance entre les deux planètes. Sauf si les avancées technologiques permettent d’aller (beaucoup) plus vite.

Comme le rapporte le HuffPost américain, la Nasa a bien l’intention d’avancer dans ce domaine. L’agence spatiale américaine a récemment choisi de financer le développement du projet VASIMR, acronyme anglais qui désigne une fusée à propulsion magnéto-plasmique à impulsion spécifique variable. Derrière cette succession de termes barbares, on retrouve un mode de propulsion spatiale qui permettrait d’atteindre Mars en seulement 39 jours.

Un moteur révolutionnaire

Comme l’expliquait Le Figaro en 2010, ce mode de propulsion « consiste à chauffer du gaz argon jusqu’à plusieurs millions de degrés Celsius », ce qui permet d’obtenir un « faisceau de plasma » qui va être ensuite « accéléré puis éjecté à travers une bobine électromagnétique de diamètre variable permettant d’obtenir une poussée plus ou moins forte selon son degré d’ouverture ».

Un moteur révolutionnaire qui pourrait être alimenté grâce à un réacteur nucléaire.

Dans le cadre de son programme Next Space Technologies for Exploration Partnerships (« partenariats pour les futures technologies d’exploration spatiale »), la Nasa a décidé d’apporter son financement à une douzaine de technologies avant-gardistes, parmi lesquelles VASIMR, développé par la société AARC (Ad Astra Rocket Company) sort véritablement du lot.

Ce contrat s’élève à 10 millions de dollars sur trois ans, explique nos confrères, et devrait permettre de construire un prototype pouvant fonctionner à une forte puissance pendant au moins 100 heures. L’objectif? Que ce prototype atteigne 5 sur l’échelle de « niveau de préparation » de la Nasa, qui en compte 9.

« La fusée VASIMR ne sert pas à lancer des choses dans l’espace ou à les faire revenir sur Terre, mais plutôt à propulser des choses qui y sont déjà », explique de son côté le physicien et astronaute Franklin R. Chang-Diaz, concepteur du projet, que certains critiquent en estimant que son invention n’est pas vraiment réaliste et nécessiterait une énergie littéralement phénoménale pour pouvoir fonctionner.

http://www.huffingtonpost.fr

Mars : pour certains, une mission habitée serait possible dès les années 2030

Partir sur Mars a toujours été l’objectif des États-Unis depuis qu’ils ont marché sur la Lune. Mais depuis l’épopée Apollo, les programmes martiens coûteux de la Nasa n’ont jamais pu être financés. Avec la fin annoncée de l’ISS, la Nasa devrait retrouver une certaine aisance financière qui pourrait bien lui ouvrir la porte de Mars. Un rapport de la Planetray Society fait le point sur cette question.

Par Rémy Decourt, Futura-Sciences

mission to mars 2Pour atteindre Mars, les projets de systèmes de transports spatiaux ne manquent pas, comme celui de 1994 du Bureau des projets planétaires du Centre Johnson de la Nasa. © Nasa, Johnson Space Center

Dans son dernier rapport sur l’opportunité et la faisabilité technique et financière d’envoyer des humains à destination de Mars, la Planetary Society se dit convaincue qu’une mission habitée est du domaine du possible à l’horizon de la décennie 2030.

Ce rapport sera rendu public dans le courant de l’année.

Pour cette association américaine de soutien à la recherche spatiale, avec la fin annoncée de l’exploitation de la Station spatiale internationale (ISS) vers 2024, la Nasa devrait retrouver une certaine aisance financière qui lui permettra d’envoyer des Hommes à destination de la Planète rouge et de mener à bien sa mission de capture d’un astéroïde.

Les précédents projets, notamment la Space Exploration Initiative (en 1992) et la Vision for Space Exploration (en 2004), se sont heurtés à des difficultés financières inattendues et considérables.

En effet, en 1992, Georges Bush père fut confronté à la première guerre du Golfe, et près de 10 ans plus tard, son fils Georges W. mena les guerres post-11 septembre en Irak et en Afghanistan. Quant à son successeur, Barack Obama, ses ambitions spatiales furent freinées par la plus grande crise économique et financière depuis celle de 1929.

Aujourd’hui, l’horizon américain se dégage et le patron de la Nasa, Charles Bolden, ne cesse de répéter qu’une mission habitée vers Mars est une priorité pour l’agence spatiale.

Cela dit, souligne ce rapport, les obstacles sont nombreux. Si la crise financière s’estompe aux États-Unis, les difficultés techniques et d’ingénierie sont bien présentes. Les trois points durs sont la phase de la rentrée atmosphérique martienne, le décollage depuis Mars pour le voyage du retour et les effets biologiques et psychologiques qui affecteront les astronautes lors de leur voyage aller-retour.

C’est pourquoi la Planetary Society recommande une première mission qui se contentera de seulement tourner autour de la planète et de ses lunes sans y atterrir. L’idée est de limiter les risques technologiques d’une mission sur Mars en acquérant une certaine expérience d’un voyage interplanétaire afin de préparer au mieux celle prévue en 2039 qui atterrira sur la Planète rouge avec un autre équipage. À ce besoin technique indispensable, la Nasa greffera un important programme scientifique d’étude de Mars et de ses deux satellites, Phobos et Deimos. Un retour d’échantillons sera possible étant donné qu’à cette époque les technologies nécessaires auront été mises au point pour la mission de capture d’un morceau d’astéroïde.

mission to mars 1Si l’exploitation de la Station spatiale internationale empêche le financement d’une mission humaine à destination de Mars, sans ce complexe orbital la Planète rouge serait toutefois difficilement atteignable. C’est pourquoi jusqu’à la fin de sa vie, l’ISS sera notamment utilisée pour tester des technologies nécessaires aux voyages martiens et comprendre les effets sur la santé des astronautes. © Nasa

Un centre d’intérêt commun à d’autres pays

Étant donné l’intérêt que cette destination suscite chez d’autres nations et que Mars n’est ni un enjeu militaire, ni un enjeu économique, mais un formidable objectif scientifique et un moyen à bon compte de rapprocher les peuples, ce programme devra être réalisé dans le cadre d’un partenariat ouvert à un très grand nombre de pays étrangers.

Il sera évidemment réalisé sous le leadership des États-Unis qui, sans surprise, supporteront la plus grande partie des coûts et apporteront l’essentiel des technologies nécessaires.

Ce programme devrait également s’ouvrir au secteur privé bien plus qu’aucun autre de cette envergure ne l’a fait auparavant. Dans le cadre de partenariats publics-privés, des entreprises seront amenées à prendre des risques financiers sans garantie de retour sur investissement à très court terme.

Certes, un voyage humain vers Mars nécessite de nombreuses technologies non encore maîtrisées et des données sur la santé des astronautes que l’on ne possède pas encore et 2030 peut paraître un objectif trop court (c’est dans seulement quinze ans), mais les milliards de dollars dépensés lors des précédents programmes martiens ne l’ont pas été inutilement.

Les innovations et les avancées technologiques qui en ont découlé sont éparpillées un peu partout aux États-Unis, dans des universités, des laboratoires privés et publics et jusque dans des centres de la Nasa. Le jour où l’agence spatiale américaine décidera de rassembler et d’organiser ces briques technologiques autour d’un même but, le développement du programme devrait être bien plus rapide qu’on ne le pense.

Enfin, si la Planetary Society pourrait se réjouir de la fin annoncée de la Station spatiale internationale, elle souligne que ce complexe orbital est également une des pièces maîtresses du programme pour atteindre Mars. Au cours des dix prochaines années, l’ISS sera notamment utilisée pour tester et évaluer de nombreuses technologies nécessaires aux voyages humains vers Mars et étudier les effets biologiques et psychologiques des voyages spatiaux dans le cadre de séjours de longues durées, à l’instar de celui d’un an qui vient tout juste de débuter.

http://www.futura-sciences.com/

Dossier réalisé à partir de plusieurs sources

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares