Enseignements Kabbale

Cours de KABBALE N° 21 (suite) : Et Jacob résida – 2ème partie

PARACHAT  » VaYeshev  » (Et Jacob résida)

Par le Rav Michaël Laïtman


51) « Et je te ferai jurer par le Seigneur, le D. du ciel. » « Et je te ferai jurer » vient du mot « sept » [en hébreux le mot jurer et le mot sept s’épelle de la même manière] pour être habillé par les sept lumières supérieures, HGT* NHYM*, qui sont la complétude du Supérieur.

« …que tu ne prendras pas une femme » est le corps sous la poussière, dans le tombeau .Maintenant il est ressuscité pour se relever de la poussière et il est appelé « femme ».

Et tous ceux qui ont été récompensés en étant enterrés dans le pays d’Israël seront ressuscités en premier comme il est écrit « tes morts vivront » qui sont les mort dans le pays d’Israël et après il est écrit « mes corps se lèveront » qui sont les corps à l’extérieur du pays.

Cependant, seul, les corps d’Israël, qui furent enterrés dans le pays d’Israël, se lèveront, pas les corps des autres nations avec lesquels la terre a été souillée.

52) C’est pourquoi « tu ne prendra pas de femme pour mon fils » car toutes les âmes qui émergent de cette rivière qui s’étend en-dehors de l’Eden, qui est Yesod, sont les fils du Créateur. De là, « tu ne prendra pas de femme pour mon fils » est le corps. « …pour mon fils » est l’âme et « … parmi les filles des Cananéens » sont les corps des nations idolâtres, que le Créateur est destiné à secouer hors de la terre sainte comme il est écrit « et qu’en soit secoué les méchants en-dehors d’elle. »

53) « Mais tu devras aller à vers ma terre et vers mon lieu de naissance. » « ma terre » c’est la terre sainte qui précède toutes les autres terres. « …vers ma terre » est la terre sainte et « vers mon lieu de naissance » est Israël*.

54) « Et le serviteur » qui est Métatron « prit dix chameaux » qui sont les dix degrés que ce serviteur gouverne, qui sont comme les degrés d’Atzilout*, « parmi les chameaux de son maître », les degrés de Noukva* de Atzilout, qui est son maître, et que ce serviteur gouverne et est corrigée par eux.

55) « …ayant toutes les bonnes choses de son maître dans sa main », toute cette abondance et ces sublimes saveurs qui émergent de ces lumières et de ces bougies supérieures. « …les bonnes choses de son maître » veut dire la bougie auxiliaire [en hébreux, shamash], Z’’A*, déployé vers la lune, Noukva*, c’est-à-dire que le Zivoug* de ZON* est fait par cela.

56) « …et il se leva et se rendit à Aram-naharaim » C’est le lieu en terre sainte où Rachel pleura quand le Temple fut en ruine. « Et il fit agenouiller les chameaux en-dehors de la ville près du puit d’eau » pour renforcer adéquatement son pouvoir à elle à travers ses gevourot, avant de venir ressusciter les corps.

Les chameaux sont les degrés du serviteur. C’est pourquoi il les arrangea en-dehors de la ville, car il y a un endroit de jugements pour corriger la ligne gauche de Noukva*.

57) « …au temps du soir » est la veille du Shabbath, Yesod, qui est le temps du sixième millénaire. Il en est ainsi parce que les jours de travail sont les six mille ans, et le sixième jour, qui est la veille du Shabbath correspond au sixième millénaire, le temps du renouveau des morts. Le temps du soir est quand les jugements apparaissent, le soir, dans Yesod, que le serviteur corrigea.

58) « …quand les femmes sortent pour aller puiser l’eau » se rapporte aux femmes qui puisent de l’eau de la Torah. Il en est ainsi parce qu’à ce moment ils seront ramenés en premier parmi tous les autres peuples parce qu’ils se sont engagés dans le fait de puiser les eaux de la Torah et se sont fait renforcer par l’arbre de vie.

Et ils seront les premiers à sortir pour la résurrection des morts, car l’arbre de vie leur cause d’être ressuscités.

La ligne du milieu est appelée « Torah ». Elle est aussi appelée « l’arbre de vie » et les eaux de la Torah sont sa générosité. Et ceux qui s’accrochent et reçoivent la générosité de la ligne du milieu sont appelés « les femmes qui puisent » et ils vivront avant tous les autres, qui puisent des deux autres lignes.

59) « …et les filles des hommes de la ville sortent… » La terre est destinée à rejeter tous les corps en elle. Il est écrit « sortir » se référant à ces corps que la terre éjectera d’elle au moment de la résurrection. « …pour puiser de l’eau » veut dire prendre une âme et la recevoir adéquatement ainsi elle adéquatement corrigée à sa place.

60) « Que cela soit qu’à l’adolescente à qui je dirai… » Chacune des âmes du monde, qui a existé dans ce monde et a essayé de connaître leur Créateur avec la sublime sagesse, s’élève et existe dans un degré plus haut que toutes celles qui n’ont pas atteint et qui ne savaient pas. Et elles se lèveront en premier. Et c’est la question que ce serviteur était sur le point de poser et pour savoir, « A quoi cette âme était engagée dans ce monde ? » pour voir si elle est digne d’être ranimée en premier.

61) « Et elle me dira ‘tu bois’ » Tu devrais boire et être abreuvé en premier. Et après toi, « et je puiserai aussi pour tes chameaux » puisque le reste de ces chars, même s’ils sont abreuvés par ce degré, ils sont tous abreuvés essentiellement par le travail des justes, qui connaissent le travail approprié de leur Maître. Il en est ainsi parce que les justes savent comment prodiguer ce qu’il faut pour chaque degré.

De là, si elle dit « et je puiserai aussi pour tes chameaux » elle doit être la femme que le Créateur à destiné au fils de mon maître ; ce doit être le corps qui est destiné à cette sublime âme.

La vie de l’homme est de soixante-dix ans, ce qui correspond aux sept qualités, HGT NHYM, qu’il corrige de haut en bas,de hessed à Malkhout. Et quand il atteint Malkhout, il ne peut pas la corriger à cause de la faute de l’arbre de la connaissance et ensuite il meurt.

Il en est ainsi parce qu’il y avait deux points dans Malkhout : un venant d’elle-même, qui est caché et un de Bina qui est révélé.

Pour elle-même elle n’est pas apte à la lumière. Ainsi son propre point doit être dissimulé. Et si son point est révélé, les lumières se séparent d’elle promptement. C’est « récompensé – il est bon ; pas récompensé – il est mauvais. » de là, quand l’homme atteint soixante-dix ans, le propre point de Malkhout apparaît, ainsi les lumières de la vie quitte la personne et elle meurt.

Pour cette raison dans le futur, pendant le grand Zivoug venant de roch de attik, quand Malkhout reçoit sa correction finale d’une manière qu’elle soit digne de recevoir la lumière supérieure en elle, tous les corps seront ressuscités, car ils sont morts uniquement à cause du défaut dans Malkhout. Et maintenant qu’elle est corrigée pour recevoir la lumière de la vie, ils seront ressuscités.

Cependant, il existe une différence entre les morts dans la terre d’Israël et les morts étrangers : ces justes qui s’accrochent à la ligne du milieu sont appelés « Israël » et leur terre est la terre d’Israël. Ils seront ressuscités instantanément et recevront leurs âmes qui conviennent. Mais ceux qui ne sont pas attachés à la ligne du milieu – les morts étrangers – même si malkhout a déjà été corrigée, auront besoin de beaucoup d’autres corrections jusqu’à ce qu’ils soient ressuscités et reçoivent leurs âmes.

Ces corrections sont appelées « incarnation des pardons » et à travers ces corrections ils arrivent en terre d’Israël et reçoivent leurs âmes.

C’est le sens des mots « Et Abraham » qui est Hokhma, « dit à son serviteur », qui est Métatron.

La lumière de Hokhma qui s’étend depuis le Zivoug ZON de Atsilout à BYA est incluse dans l’ange Métatron, c’est pour cela qu’il est appelé « L’ange de la face » car panim [face] est Hokhma comme il est écrit, « la sagesse de l’homme illuminera sa face ».

Et c’est pour cela qu’il est appelé « l’ancien de sa maison », car qui est l’ancien ? Celui qui a acquis la sagesse. « …qui dominait sur tout ce qu’il avait » veut dire Hokhma et Hassadim ensemble, corrigés dans trois lignes. : droite, gauche et milieu.

« S’il te plait, place ta main sous ma cuisse », c’est-à-dire inclus-toi dans Yesod et reçoit la lumière du grand Zivoug pour la correction finale de Malkhout. Ensuite il sera qualifié pour ramener les morts.

« Et je te ferai jurer par le Seigneur », c’est-à-dire qu’il recevra les sept lumière complètes qui corrigent Noukva, appelée « sept », comme il est écrit « et la lumière de la lune sera comme la lumière du soleil.

« Que tu ne prendras pas de femme » c’est-à-dire un corps, « à mon fils », c’est-à-dire l’âme, « parmi les filles des Cananéens », qui s’accrochent à la ligne gauche et sont impures et inadaptés pour habiller une sainte âme. « Mais…vers ma terre », la terre d’Israël, « et à mon lieu de naissance », Israël, c’est-à-dire ceux qui se sont accrochés à la ligne du milieu pendant leur vie, sont appelés « Israël », et leur terre est la terre d’Israël. Et ils se tiendront en premier pour la résurrection des morts. « Dix chameaux » est la lumière de Hassadim et « toutes les bonnes choses de son maître dans ses mains » est la lumière de Hokhma

Et voici l’hypothèse du serviteur : il dit « si l’adolescente à laquelle je dis…répond, ‘bois et j’abreuverai aussi tes chameaux’ elle est celle que Tu auras assignée à Ton serviteur, à Isaac ».

Il en est ainsi parce qu’il a testé si le corps s’était accroché à la ligne du milieu pendant qu’il vivait dans ce monde, car alors il est considéré « terre d’Israël » et est digne d’être ressuscité.

« Bois » est la lumière de Hokhma, qui est discernée comme le serviteur lui-même et « j’abreuverai tes chameaux, aussi » est considéré comme Hassadim. Et s’il déploie ces deux lumière durant sa vie, c’est un signe qu’il était attaché à la ligne du milieu qui contient ces deux lignes. De là « Tu as assigné à Ton serviteur, à Isaac » qu’il est digne d’être ressuscité et de recevoir son âme, qui est Isaac.

Et il dit « Si l’adolescente à laquelle je dis… » cela veut dire qu’il a étendu la lumière de Hokhma à travers daat, au moment où il a les deux lumières– Hokhma et Hassadim – puisque daat est Hassadim, car ils sont considérés comme les morts de la terre d’Israël, qui seront ramenés en premier. D’où sa question, parce qu’il devait savoir si ce corps était apte à être le premier dans la résurrection des morts.

Il est écrit, « et j’abreuverai aussi tes chameaux ». D’abord, tu dois attirer la lumière de Hokhma et ensuite la lumière de Hassadim. Il en est ainsi parce qu’avant que l’homme attire la lumière de Hokhma, les Hassadim sont considérés comme VAK sans Rosh [tête]. D’où, d’abord la lumière de Hokhma doit être attirée et ensuite Hassadim. Et ensuite ils sont considérés comme GAR complet, pur air, puisqu’ils savent comment s’accrocher à la ligne du milieu et attiré d’abord Hokhma et Hassadim ensuite, c’est-à-dire qu’ils savent comment donner à chaque degré et comment le corriger. Et ensuite Hassadim deviendra aussi GAR.

62) Le très grand désir de l’homme pour la femme, par lequel la lumière de Hokhma est étendue depuis Noukva, crée une âme. Et le grand désir de la femme pour l’homme, par lequel Hassadim sont tirés hors de l’homme, s’élève et se mélange avec l’âme en haut.

Hokhma de Noukva se mélange avec les Hassadim de l’homme et crée une âme, c’est-à-dire l’achève. C’est pourquoi le serviteur émit l’hypothèse que si elle disait « bois » – extension de Hokhma – « et j’abreuverai aussi tes chameaux » – extension de Hassadim – alors elle est la femme puisque cela doit être le corps qui est prêt pour le désire de l’âme qui se déploie depuis l’homme, Z’’A, qui comprend Hokhma et Hassadim.

63) Ces corps sont destinés à être ranimés en premier, et après que ceux-là sont ranimés, tous les autres, qui sont étrangers, seront ranimés. Ils persisteront avec une persistance salutaire et seront renouvelés avec le renouvellement de la lune. A ce moment, la lumière de la lune sera comme la lumière du soleil et le monde recommencera comme au début. Il est écrit à propos de ce temps « le Signeur sera heureux dans Son travail »

64) Le serviteur Métatron, ramènera sagement les âmes, chacune à sa place, dans le corps qui lui va, comme nous l’avons dit exalté et élevé et très haut, en relation avec tous ces degrés élevés.

65) « Juste comme beaucoup furent étonnés à ton sujet… » Nous avons appris que lorsque le temple fut détruit et la Shekhina en exil parmi d’étranges terres, il est écrit « Vois, leur hommes courageux dans les rues ; les ambassadeurs de paix pleurent amèrement » Tout le monde pleurait à propos de cela et associaient les pleurs avec les lamentations. Et tout cela parce que la Shekhina a été exilée de sa place.

Et elle fut changée dans l’exile par rapport à la façon où elle était, son marin, Z’’A, ne brille plus de sa lumière, aussi, car ensuite il n’a plus personne pour laquelle briller. Ainsi il a changé par rapport à ce qu’il était comme il est écrit « Le soleil sera sombre quand il se lève. »

« Alors Son apparence était gâchée plus que tout homme », que son serviteur, Métatron, qui changea sa forme et ses couleurs durant l’exile, et à la différence de ce qu’elles étaient, elles sont vertes, blanches et rouges.

66) Depuis le jour où le temple fut en ruine, le ciel, Z’’A, ne tenait plus dans sa couleur. Les bénédictions ne sont présentes que là où homme et femme se trouvent comme il est écrit « … homme et femme Il les créa. Et D. les bénit… » Mais dans l’exile, quand il n’y a pas de Zivoug de ZON, il est ainsi écrit, « Son apparence était gâchée plus que tout homme. »

Cela veut dire que le manque est dû à l’absence du Zivoug au temps de l’exile. Et le manque est dans Z’’A, aussi, puisque la bénédiction est présente seulement dans le Zivoug de ZON. De plus, la lumière de Z’’A s’est assombrie parce que Noukva s’est assombrie dans l’exile et ne reçoit plus de lui. Il s’ensuit que le manque n’est pas en lui, mais puisqu’il n’a personne à qui donner, il ne reçoit plus de lumière.

67) « Le juste est perdu » c’est-à-dire les bénédictions sont perdues, puisque les bénédictions sont présentes uniquement là où il y a homme et femme ensembles.

68) En conséquence, quand l’homme n’est pas avec elle, toutes les âmes s’en vont d’elle. Elles sont différentes par rapport à la façon dont elles étaient quand le soleil, Z’’A, était connecté à la lune, Noukva. Il en est ainsi parce que ZON aussi ont changé par rapport à ce qu’ils étaient. Il est dit à ce propos « Voici les engendrements de Jacob, Joseph » Et nous avons appris (point 21) que cela s’applique au temps après que Joseph s’installa en Jacob et le soleil se maria avec la lune. De là, à ce moment le mérite des âmes augmente et elles changent en exile.

69) « …et il était encore un jeune homme… » parce que leur Zivoug ne s’arrête jamais, c’est-à-dire le juste – Yesod – et la vertue – Noukva – ensemble.

Il en est ainsi parce que les douze tribus sont parties de la Shekhina. Huit d’entre eux sont les fils de Léa et Rachel, panim [face] de la Shekhina, et quatre sont des fils de servantes, les akhoraim [postérieur] de la Shekhina.

Joseph fut attaché et corrigea les akhoraim de la Shekhina, puisqu’à ce moment le Zivoug était dans la forme de AVI, dont le Zivoug ne sépare jamais. De là, Yesod et malkhout sont ensembles à travers toutes les parties de Noukva, même dans ses akhoraim.

Noukva est appelé par le nom masculin : hakham [sage, homme] et Hokhma [sagesse, femme], gibor [fort, homme] et gevoura [force, femme], melekh [roi, homme] et Malkhout [royaume, femme]. Pareillement, l’homme est appelé par le nom de Noukva – Na’ar [jeune homme] – puisque Noukva est appelée na’arah [jeune fille] et Yesod est appelé par le nom, na’ar.

70) Il est trouvé en chacun d’eux, dans toutes les douze tribus, et même dans les fils des servantes, qui sont akhoraim de la Shekhina, pour les recommencer de façon appropriée et les délecter avec sa joie. Il en est ainsi parce que toutes les branches et les feuilles de la Shekhina sont bénies par sa joie, c’est-à-dire que même les parties postérieures de la Shekhina, qui sont appelées feuilles, sont corrigées par lui.

71) « Voici, les engendrements de Jacob, Joseph. » Toute la forme de Jacob était en Joseph, et tout ce qui arriva à Jacob arriva aussi à Joseph et ils marchent ensembles.

C’est la lettre vav, où le premier vav est Jacob, tifferet, et le remplissage de vav, qui est prononcé avec elle, est Joseph, Yesod, et ils marchent ensembles, c’est-à-dire qu’ils semblent comme un dans l’expression du vav parce qu’il sont un transporteur et une forme.

Comme Jacob est la ligne du milieu du chazeh vers le haut – tifferet – qui détermine entre hessed et gevoura, Joseph est la ligne intermédiaire depuis le chazeh vers le bas, Yesod – qui détermine entre netzah et hod. C’est pourquoi ils sont très similaires entre eux et sont d’une forme.

72) « Et Joseph rapporta un mauvais rapport sur eux. » Il dit à son père à leur propos qu’ils mangeaient des organes d’animaux toujours vivants.

« Et Joseph rapporta un mauvais rapport sur eux » Il demanda « Mais dans le compte des douze tribus, c’étaient les enfants des servantes ; ainsi comment les enfant de Leah furent désobligeants envers eux ?

Et comment ont-ils pu manger un organe d’un animal vivant, violant le commandement de leur Maître, puisque même aux fils de Noah on donna ce commandement comme il est écrit « seulement tu ne mangeras pas de viande avec sa vie. » Ainsi comment ont-ils pu mangé et violer le commandement de leur Maître ? »

Et il répond que Joseph a dit cela de son esprit et il fut puni.

Et Israël aimait Joseph

73) ?

74) « Et Israël aimait Joseph » Oh, comme le Créateur aimait Israël. Et à cause de cet amour qu’Il les aimait plus que les nations idolâtres, Il les avertissait et souhaitait les garder dans toutes leurs actions.

75) Trois fois par jour il y a un jugement dans le monde. Quand ce moment arrive, l’homme devrait être prudent et se méfier que ce jugement ne le blesse pas. Et ils viennent à des moments connus.

76) Quand le matin vint, Abraham était éveillé au monde et s’agrippa au jugement pour se lier à lui. Dans les trois premières heures le jugement partit de son lieu pour éveiller Jacob, jusqu’au moment de la prière de la mi-journée.

A ce moment le jugement retourne en son lieu et le jugement d’en bas s’éveille pour se connecter au jugement d’en haut. Et depuis lors le jugement se connecte au jugement, l’homme doit être vigilant.

Z’’A est appelé « jour ». Les trois fois sont les trois lignes dans Z’’A, chacune contenant son unique jugement. Et ces trois aspects de jugement dans les trois lignes de Z’’A se déploient depuis trois ensemencement, Holam, Shourouk, Hirik, qui sont les racines des trois lignes de Z’’A :

1) Pendant l’ascension de Malkhout à Bina, les trois lettre Eleh [aleph, lamed, hey] d’Elokim tombent d’elle et elle reste avec mi [mem, yod] d’Elokim, VAK sans GAR. Ceci est considéré comme le jugement du point de Holam de la ligne droite de Z’’A, appelé « Abraham ».

2) Durant la Gadlout, Malkhout sort de Bina et les trois lettres Eleh retournent à Bina. A ce moment, elle retourne à Rosh de A’’A et obtient GAR, discerné comme Hokhma sans Hassadim. A ce moment même Hokhma ne brille pas et elle est bloquée.

C’est le discernement du jugement dans le point de Shourouk et dans la ligne gauche de Z’’A, appelée Isaac. Et c’est appelé le « jugement supérieur. »

3) L’ascension de ZON là à travers le Masakh de Hirik, qui décide entre les deux lignes, est VAK, dont la racine vient de la serrure. Après cela il est corrigé par la clef et devient comme un écran au point de Holam. Cela est considéré comme le jugement sur le point de Hirik, et sur la ligne du milieu appelée « Jacob ». C’est aussi appelé le jugement inférieur.

Quand le matin se lève, la ligne droite de Z’’A – appelée « Abraham »- domine. Elle saisit le jugement du point de Holam, qui est Masakh de VAK sans Rosh, à cause de l’Hitkalelut [mélange] de Malkhout dans Bina.

Il en est ainsi parce qu’à travers la révélation de ce jugement du point de Holam, toutes les Mokhin de ZON sortent, et c’est le temps du Zivoug. Et Jacob qui est la ligne du milieu, se lève et condamne entre ces deux lignes, Abraham et Isaac, à travers le Masakh de Hirik en lui.

Après que les deux lignes, droite et gauche, furent incluses l’une dans l’autre, le jugement descend depuis le point de Holam, qui est Abraham, car il acquière de nouveau GAR à travers son Hitkalelut dans la gauche. Et le jugement qui était en lui descend en Jacob, la ligne du milieu, à travers le Masakh de Hirik en lui, qu est le point de VAK.

Dans le Zivoug du matin, le jugement d’Isaac est effacé, c’est-à-dire la domination de la ligne gauche, qui est le blocage sur le point de Shourouk, à cause de la condamnation faite par Jacob par la force du Masakh de Hirik. Et maintenant que la domination d’Isaac est retournée et qu’il n’est pas inclus dans Abraham, le jugement sur point de Shourouk retourne aussi à sa place, parce que les lumières en lui étaient bloquées une fois encore à cause du manque de Hassadim.

Le jugement inférieur, VAK sans Rosh sur le Masakh de Hirik, qui est la ligne du milieu, a maintenant été effacé parce qu’il a été connecté avec le jugement supérieur au point de Shourouk, et GAR est retourné à la ligne du milieu par la force de la domination de la gauche.

Pour cette raison, sa condamnation est révoquée et le jugement domine le monde à cause du blocage des lumières. C’est pourquoi l’homme doit être sur ses gardes à ce moment.

77) De plus, quand le jugement s’éveille dans le monde et que la mort est dans la ville, l’homme ne devrait pas marcher seul au marcher. Au lieu de cela, il devrait se confiner à l’intérieur et ne pas sortir, comme nous l’avons expliqué à propos de Noé, qui se confina dans l’arche afin de ne pas être devant le destructeur.

Avec les trois premiers jugements, qui sont les trois lignes de Z’’A, l’homme devrait prendre garde au fait d’attirer les lumières de la gauche de haut en bas. Si quelqu’un est vigilant à cela il est sauvé d’elles. Cependant, avec ce quatrième jugement, quand la mort est en ville, c’est le jugement de l’éveil de Noukva comme il est écrit « pas récompensé – il est mauvais » Il en est ainsi parce qu’ils sont des jugements dans le Masakh de la première restriction, d’où la mort vient.

Dans ce cas la vigilance et l’attention n’aide en rien parce qu’une fois ce jugement révélé il contrôle aussi la forme de ….de bas en haut et le seul conseil est de se confiner à l’intérieur afin qu’il ne soit pas vu pas le destructeur.

Il ne devrait toucher aucune Mokhin sauf dans la forme VAK, qui est la lumière de Hassadim dans laquelle le Sitra Acha n’a aucune emprise quelle qu’elle soit. Ainsi cela arrive qu’il ne soit pas vu par le destructeur puisqu’il n’a aucune prise sur lui.

Cela est considéré comme se cacher et se confiner dans sa chambre afin de ne pas être vu. Noé aussi se cacha là dans l’aspect de VAK de bas en haut, dans la lumière de Hassadim. Et il fut sauvé, puisqu’il n’y a pas de prise pour le Sitra Acha dans la lumière de Hassadim.

78) Confine toi dans ta chambre et ferme ta porte derrière toi afin que tu ne sois pas vu par le destructeur, alors il attirera uniquement la lumière de VAK de Hassadim, dans laquelle le destructeur n’a pas d’emprise. Il en est ainsi parce qu’après que le jugement soit passé, le destructeur n’a plus autorité pour le blesser.

79) A cause de l’amour du Créateur envers Israël, Il le tire près de Lui. Cela cause le repos des nations, qui fabriquent des idoles, d’haïr Israël qui sont loin du Créateur alors qu’Israël sont proches.

80) Et pour l’amour que Jacob aima plus Joseph que ses frères, même s’ils étaient tous frères, « ils complotèrent contre lui afin de le tuer » C’est la même chose avec les nations idolâtres et Israël : elles aussi haïssent Israël car le Créateur les aime plus que toutes les nations idolâtres.

L’amour avec lequel Jacob aima Joseph plus que ces frères causa la révélation du quatrième jugement, la mort, pour laquelle aucune vigilance ni attention n’aide.

81) Cet amour avec lequel il l’aima plus que tous ses frères, causa à Joseph d’être exilé de son père, et son père fut exilé avec lui et affligea d’exile les tribus, ce qui cause à la Shekhina d’être exilée de leur sein.

Et même si le décret a été donné dans l’alliance des morceaux, la raison pour cela est l’amour avec lequel il l’aimait plus que tous ses frères. Il en est ainsi parce que tout ce qui a été mentionné plus haut arriva à cause de la tunique multicolore qu’il lui avait fait plus que pour ses frères, comme il est écrit « Ses frère virent cela…alors ils le haïrent et ne purent plus lui parler avec des mots amicaux. »  »

Vous pouvez suivre les cours en vidéo du rav laïtman, traduits en français sur ce lien :
http://www.kabbalahmedia.info/index.php?ML[]=FRE

Cours de KABBALE N° 21 : Et Jacob résida – VaYeshev 1ère partie

Liste des abréviations et explications

AA: Arikh Anpin: partsouf de Hokhma, le partsouf originel, central du monde de l’Atsilout d’où émanent tous les autres partsoufim

ABA: père: partsouf de Hokhma

IMA: mère: partsouf de Bina

Z A: Zeir Anpin: fils (par rapport à Aba Ve Ima)

ZON: ZA et Noukva

NOUKVA-MALKHOUT: Sefira ou partsouf qui reçoit ce qui émane de tous les partsoufim précédents. Malkhout du monde de l’Atsilout est la somme de toutes les créations, de toutes les âmes humaines d’où la dénomination de «Knesset Israël», l’Assemblée d’Israël.

ISRAEL: l’attribut du «don sans réserve», de l’altruisme, l’attribut divin, l’attribut de Bina. Israël provient des termes Isra-droit et El-Dieu. C’est ainsi qu’Israël représente l’attribut-aspiration orientée vers le Créateur (le rapprochement au moyen des attributs). Les nations du monde représentent l’aspiration à la satisfaction à des fins personnelles. Il va de soit qu’en tout homme ces deux attributs coexistent, et la Cabale est la méthode permettant à l’homme de développer l’attribut d’Israël dans le but d’acquérir la connaissance du divin tout en vivant dans ce monde.

SEFIROT ATTRIBUTS DIVINS

KETER AHYH = Alef-Heh-Youd-Heh

HOKHMA YA = Youd Heh

BINA AVAY des nekoudim d’Elohim

HESSED EL = Alef-Lamed

GUEVOURA ELOHIM = Alef-Lamed-Hei-Youd-Heh

TIFERET AVAY des nekoud de sheva, holam, kamats

NETSAH ET HOD TSEVAOT

YESSOD SHADAI = Shin-Dalet-Youd- ou EL = alef-lamed

MALKHOUT ADONI = Alef-Dalet-Noun-Youd

KLI: les désirs et aspirations égoïstes, l’égoïsme, ne sont pas désignés par le termekli. Un kli ce sont des désirs réparés, aptes à recevoir la lumière, autrement dit, ils sont débarrassés de l’égoïsme, dotés d’un écran qui transforme l’égoïsme en altruisme.

Le cœur de l’homme qui perçoit le ressenti est appelé kli du ressenti. Le Zohar ne parle que du récipient spirituel qui est le désir de donner sans réserve au Créateur, de faire tendre vers le Créateur tout son cœur, tous ses désirs, d’approuver de tout cœur, de tous ses désirs, de faire abnégation de tout dans une intention orientée vers Lui. Cette intention authentique et absolue est désignée par les termes «Li Chema» «orientée vers le Créateur».

ATTENUATION des limitations de la loi; une limitation correspond à une interdiction de Malkhout de recevoir la lumière. Elle est supprimée quand Malkhout a procédé à sa réparation au moyen des attributs de Bina.

ZIVOUG: se traduit par l’union sexuelle de l’homme et de la femme dans notre monde. Les actions spirituelles n’ayant absolument rien de commun avec nos concepts, je préfère employer le terme hébreu «zivoug» qui se comprend mieux par abstraction par celui qui ne possède pas l’hébreu et qui, de ce fait, fera moins d’erreur par ses associations. Le zivoug spirituel correspond à l’aspiration de l’élément supérieur-ZA- partie masculine à transmettre la lumière-délice à l’élément inférieur-Malkhout- partie féminine. Les deux désirs sont totalement désintéressés, comme dans l’exemple de l’invité et de l’hôte.

PBP-Panim bepanim, face à face. Correspond au Zakhar-sefira masculine, quand Aba donne la lumière de Hokhma à la sefira Ima pour la transmettre aux enfants -Zon. Des relations identiques à celles de ABA, PBP, etc., ont lieu entre les enfants -Zon, le ZA et Malkhout.

ABA: Ahor BeAhor, dos à dos. Si le partsouf ABA-Hokhma possède la lumière «Or Hokhma», mais ne souhaite pas la transmettre au partsouf IMA-Bina, et que IMA ne souhaite pas non plus recevoir cette lumière, cette relation est désignée par le terme dos à dos. Des relations identiques peuvent avoir lieu entre ZA et Malkhout.

HESSED: la miséricorde, la compassion, l’altruisme de la «Or»-lumière de «HASSADIM»-miséricorde, de la compassion, de l’altruisme. N’apparaît, n’est ressenti que dans un kli-désir qui souhaite «donner» sans réserve, être semblable au Créateur. C’est l’attribut de la sefira ou du partsouf Bina. Bina du monde de AK est désignée par le terme SAG. Bina du monde de l’Atsilout est désignée par le terme Ima, la «mère supérieure», Ichessout, AVI, etc. La lumière de Bina correspond au plaisir éprouvé par suite de la similitude, du rapprochement vers le Créateur au moyen des attributs, c’est la raison pour laquelle cette lumière est la protection la plus fiable contre les forces impures, et le kli qui possède les attributs de Bina ne peut pas pécher parce qu’il ne désire que «donner sans réserve».

K-H-B: Keter-Hokhma-Bina (se prononce kahab): ce sont les trois premières sefirot qui forment la Roch- tête du partsouf. La tête décide dans quelle mesure le partsouf peut recevoir le plaisir dans une intention non orientée vers lui mais vers le Créateur, c’est cette lumière qui descend de la tête dans le gouf-corps.

H-B-D: Hokhma-Bina-Daat (se prononce habad), identique à Keter-Hokhma-Bina = la tête du partsouf. La sefira Daat n’est pas une sefira mais la requête de Zon qui est désignée par la manne, c’est leur demande à Bina pour désirer la lumière de Hokhma afin que Bina la leur donne. Cette prière du ZON est désignée par l’abréviation manne; en s’élevant dans Bina, elle suscite dans Bina-ima-mère leur désir de donner ce qui est désiré par les enfants du ZON. La manne dans Bina est la sefira Daat, ce n’est pas une sefira comme les 10 sefirot, mais une demande afin de souligner ce degré, c’est l’abréviation h-b-d au lieu de k-h-b qui le désigne.

H-G-T: Hessed-Gvoura-Tifferet (se prononce hagat), ce sont les sefirot du corps pareilles à celles de la tête: Hessed semblable à Keter, Gvoura-Hokhma, Tifferet-Bina. Elles sont appelées les GE du corps.

N- H-Y-M: Netsah-Hod-Yessod-Malkhout (se prononce Nehim), elles reçoivent des sefirot h-g-t = G E. Comme elles reçoivent et qu’elles sont dotées du désir de recevoir, elles sont appelées les AHAP du corps.

GE: Galgalta – Enaïm (front-yeux), les sefirot keter – Hokhma – Gar de Bina dans lesquelles le désir de recevoir est absent, elles n’ont que le désir de donner sans réserve, elles ne peuvent par conséquent pas devenir égoïstes.

NaRaN: Nefech-Rouah-Nechama, la lumière qui emplit le petit partsouf.

KATNOUT: Petit degré correspond à un partsouf doté de forces, d’un écran ne lui permettant que de donner sans réserve, sans recevoir pour lui. Il lui est impossible de recevoir dans une intention orientée vers le Créateur, malgré son désir. Dans ce cas, il ne s’agit que de la «Or Hassadim», non pas de la «Or Hokhma», la lumière de la sagesse, et c’est pourquoi il est désigné par l’expression «petit partsouf», sans force, sans entendement, à l’image de l’enfant dans notre monde.

AHaP: ozen-hotem-pe (oreille-nez-bouche), sefirot Zat Bina- ZA -Malkhout dans lesquelles le désir de recevoir existe, c’est pourquoi elles ne possèdent pas d’écran, de force d’opposition à ce désir, elles deviennent égoïstes. Le partsouf qui n’a pas d’écran à l’encontre de ses AHAP est qualifié de katan, petit, son degré est appelé petit degré, non évolué, tout comme l’enfant dans notre monde, parce qu’il n’est pas doté de forces, d’un écran et qu’il ne reçoit que la lumière des Hassadim sans Hokhma- lumière de la sagesse.

GADLOUT: grand degré. Partsouf qui est doté d’une force d’opposition, d’un écran à sa nature égoïste afin non seulement de ne pas recevoir à des fins personnelles, mais de recevoir dans une intention dépourvue d’égocentrisme (comme à l’image d’un hôte et d’un maître de maison). Dans ce cas le partsouf emplit tous ses désirs, l’ensemble des 10 sefirot, de la lumière des Hassadim et de Hokhma.

PREMIER GRAND DEGRE: Gadlout Alef, accession à la lumière de Nechama.

SECOND GRAND DEGRE: Gadlout Bet, accession à la lumière de Haya.

OR HOKHMA: lumière de la sagesse, lumière emplissant les désirs qui reçoivent unkli, ne pénétrant que s’il y a un écran pour recevoir avec altruisme.

ATERET YESSOD: «prépuce», point de l’alliance d’Israël avec le Créateur. Après la 2ème restriction, il est interdit, en raison de l’absence d’écran, de procéder à unzivoug sur Malkhout même, il est toutefois possible de le faire sur les attributs qu’elle a reçus du ZA, désignés par l’expression «Ateret Yessod». Tout comme les désirs de Malkhout qui sont coupés, le prépuce est également sectionné, il reste en elle les désirs reçus du ZA appelés «ateret Yessod», désirs sur lesquels elle peut faire un zivoug avec ZA et recevoir ainsi la lumière de Hokhma. Il va de soi qu’il ne s’agit pas de la lumière de Hokhma que la Malkhout recevrait si elle pouvait procéder à un zivoug sur ses propres désirs, autrement dit sur elle-même, sur ses propres attributs: appelés le point central de la création, les désirs véritablement égoïstes. Elle ne peut procéder à un tel zivoug qu’après 6000 ans, au moment de la réparation finale. Avant cela, du fait que le zivoug sur le «Ateret Yessod» la rapproche du Créateur, ce point, ces désirs, sont appelés endroit, signe, de l’alliance avec le Créateur.

NaRaNHaY: Nefesh-Rouah-Nechama-Haya-Yehida, correspond à la lumière emplissant le grand partsouf = GE+ AHAP

LUMIERE: délectation = «Or» = ressenti du Créateur, comprendre partout comme des concepts identiques parce qu’habituellement, c’est le terme lumière qui est employé, mais tous ses synonymes sont sous-entendus.

KLI: désir.

GUEMATRIE: valeur numérique d’une lettre ou d’une combinaison de lettres, de mots. C’est un type particulier d’écriture de l’information spirituelle.

PARSA: firmament, division du monde de Atsilout et des mondes de BYA. Division des 10 sefirot en deux parties, kelim donnant sans réserve, altruistes, Gar, k-h-b, GE et recevant, ZON ou b-Za-m parce que Bina est tombée dans le ZA pour réparer ses AHAP. Malkhout s’élève au-dessus de Bina, Malkhout, qui est en dessous de Hokhma est appelée parsa ou «firmament», et elle sépare les GE de l’AHAP.

ZAT, ZAK: 7 sefirot: h-g-t-n-h-y-m

VAT, VAK: 6 sefirot h-g-t-n-h-y

VETEMENTS: attributs, désirs, kelim. Habituellement, on parle des vêtements que Malkhout reçoit de Bina

HOUPA: baldaquin, dé nuptial sous lequel se déroule la cérémonie du mariage.

NARTIK: enveloppe de ZA, même chose que la HOUPA.

PARURE: lumière des Hassadim, lumière de Bina qu’elle transmet à Malkhout. Ce processus répare la Malkhout et permet de recevoir la lumière de Hokhma dans la lumière des Hassadim

ORLA: prépuce sur la sefira Yessod, à l’endroit du zivoug de ZA et de Malkhout, qu’il faut ôter parce que durant 6000 ans il n’est pas possible de procéder à unzivoug sur Malkhout pour recevoir dans une intention orientée vers le Créateur, mais seulement sur l’union de la Malkhout avec ZA, processus appelé ATERET YESSOD; il correspond à cette partie de la sefira Yessod qui demeure après que le prépuce a été coupé, et sur laquelle il est possible de procéder à un zivoug durant 6000 ans. Le Orla est Malkhout de Malkhout, les forces impures.

ATERET YESSOD: ce qui reste après que l’orla a été circoncis, Malkhout de Malkhout, la partie réparée de Malkhout, son union avec la sefira Yessod sur laquelle il est possible de procéder au zivoug pendant 6000 ans et amener ainsi Malkhout au parachèvement de la réparation.

MERE: Bina par rapport à Malkhout, la fille.

FILLE: Malkhout par rapport à Bina, la mère.

LE SAINT DES SAINTS: lumière de Gar =Nechama-Haya-Yehida.

QUESTION: sensation de manque de la lumière de Hokhma dans Malkhout

SELA: rocher, vérité. Dénomination de Malkhout.

CHEKHINA: Présence Divine : ressenti du divin par celui qui en a la connaissance. Malkhout à l’état de réception de la lumière, le Créateur, est appelée Chekhina. Le ressenti du divin par l’homme, ce en quoi l’homme ressent le Créateur est appeléChekhina.

TKHOUM: distance au-delà de laquelle il est interdit d’aller pendant Shabbat. Le Tkhoum Shabbat, est la distance maximale à laquelle l’homme peut s’éloigner pendant Shabbat.

SIGUIM: désirs impurs se trouvant à l’intérieur des désirs purs. Le travail de l’homme pour séparer les uns des autres et pour réparer progressivement les siguim. Le terme siguim provient de SAG, car ils sont apparus au moment de la brisure deskelim du monde des Nekoudim qui concernent le système des partsoufim du partsouf SAG. Ce terme «siguim» employé en Cabale est entré dans la langue hébraïque courante.

CHAKH: Chin – khaf = 300 + 20 = 320 fragments du récipient brisé.

RAPAH: resh – pe – het = 200 + 80 + 8 = 288 fragments du récipient brisé que l’homme peut et a l’obligation de réparer pendant 6000 ans, autrement dit par sa progression sur les 6000 degrés de l’échelle spirituelle.

LEV HAEVEN: lev = lamed beït = 30 + 2 = 32 éclats de la brisure de Malkhout. Ces fragments de Malkhout ne peuvent pas être réparés pour qu’ils deviennent altruistes, il n’est possible que de refuser d’utiliser ces désirs. Lev HaEven, qui signifie cœur de pierre, se répare seulement après 6000 ans (autrement dit après la réparation, en l’homme, et par le Créateur Lui-même, des 288 fragments). C’est alors que ce cœur devient alors totalement altruiste et peut être désigné par l’expression «Lev Bassar», cœur de chair.

LO LI CHEMA: (Pas en Son nom) non orientée vers le Créateur. Comme il n’existe rien d’autre dans l’univers que le Créateur et l’homme, si l’intention n’est pas orientée vers le Créateur, elle est orientée vers «l’homme même», et il s’agit alors des intentions égoïstes de l’homme.

LI CHEMA: (En Son Nom) orienté vers le Créateur. L’intention de l’homme d’agir uniquement pour le plaisir et la joie du Créateur.

4 ANGES PARTICIPANT A LA CREATION DE L’HOMME: attributs de base de la nature: miséricorde =HESSED, TSEDEK= Justice, vérité= EMET, paix =CHALOM

TERRE D’ISRAEL: création de ce monde. Yerouchalaïm (Jérusalem): ateret Yessodde Malkhout.

NOMS BIBLIQUES ET LEUR CORRESPONDANCE EN FRANÇAIS

Bat Sheva: Bethsabée

Bilam: Balaam

Eden: Eden

Eikha: Lamentations

Elisha: Elysée

Eliyahou: Elie

Essav: Esaü

Esther: Esther

Ezra: Ezra

Haggaï: Aggée

Hanokh: Hénoch

Havakuk: Habacuc

Ismaël: Ismaël

Korah: Coré

Leah: Léa

Mikha: Michée

Moshé: Moïse

Nahoum: Nahoum

Navouhadnetsar: Nabuchodonosor

Nehemyah: Néhémie

Noah: Noé

Ovadiah: Obadia

Pinhas: Pinhas

Rivka: Rébecca

Rut: Ruth

Shet: Sif

Shimon: Simon

Shlomo: Salomon

Tamar: Tamar

Tsfaniya: Cephania

Tsour: Tir

Yaakov: Jacob

Yehezkel: Ezéchiel

Yehoudah: Juda

Yeroushalaym: Jérusalem

Yeshayahou: Isaïe

Yehochoua: Josué

Yirmeyahou: Jérémie

Yitshak: Isaac

Yossef: Joseph

Zaharia: Zacharie

Dénominations bibliques et leur correspondance en français

Berechit: La Genèse

Shemot: L’Exode

Vaykra: Le Lévitique

Bamidbar: Les Nombres

Devarim: Le Deutéronome

Kohelet: l’Ecclésiaste

Shmouel 1 et Shmouel 2: Samuel 1 et Samuel 2

Malakhim I et II: les Rois I et II

Divreï haYamim: Les Chroniques

Mishlé: Les Proverbes

Tehilim: Les Psaumes

Shir haShirim: Le Cantique des Cantiques

Shoftim: Les Juges

http://www.kabbalah.info/fr

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2016/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Ajouter un commentaire

Envoyer un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ISOLATION + CHAUFFAGE pour 1 euro. Nouveau dispositif 2020

Vérifiez votre éligibilité !

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares