Âme et Conscience Spiritualité

Conscience Quantum Planétaire : L’empathie et l’enchevêtrement

” Vous devez prendre au sérieux l’idée que la compréhension de l’univers est de votre responsabilité, parce que la seule compréhension de l’univers qui sera utile pour vous est votre propre compréhension. – “Terence Mckenna –

Il est juste de dire que notre civilisation mondiale se trouve aujourd’hui à un tournant critique de développement, en termes de ressources naturelles, de systèmes matériels et modes de pensée – criticité physique et psychique. Il devient donc impératif que nous orientons nos facultés perceptives en faveur de la transformation de l’évolution potentielle de la conscience humaine.

Au cours des dernières années, nos sociétés occidentales, au moins, se sont développées au détriment de l’évolution consciente. C’est l’une des principales raisons derrière les échecs culturelles des périodes critiques que nous vivons.

Il y a eu peu de préparation, peu de discussion et de recherches sur la façon dont l’humanité, à la fois physiquement et mentalement, peut traiter avec le plus grand changement quand il perturbe les systèmes de croyances scientifiques et religieuses.

A notre époque des faits, il y a une tendance à rejeter les préoccupations spirituelles aussi bien que les royaumes de la fantaisie; de même, ces gens qui se tournent vers la spiritualité rejettent souvent la science comme insuffisante pour nous guider dans l’avenir. Ainsi, une grande quantité de nos énergies ont été canalisées dans la création d’un monde instable et radicalement polarisée. Ce qui est nécessaire, cependant, c’est un rapprochement des scientifiques avec les humanistes (”Deux cultures» de CP Snow) et une combinaison de la recherche et de l’énergie en stimulant une compréhension progressive de la trajectoire évolutive de notre espèce.

Dans le pire des cas, nous pourrions faire face à un processus de décentralisation; il est de mon affirmation, bien que ce ne sera pas le cas. Une partie de notre dilemme, réside dans notre aveuglement sur la façon dont nos facultés mentales et perceptives fonctionnent.

Le cerveau humain est une collection de cellules nerveuses qui fonctionne comme un récepteur de fréquence multi-couches.

En raison de conditionnements initiales tôt dans la vie, chaque récepteur devient câblé à percevoir une fréquence d’onde particulière.

Comme les récepteurs de la mise au point dans le cerveau à un motif particulier d’ondes de fréquence, une réponse “de reconnaissance de formes” est reçue par le cerveau et interprété selon les perceptions allouées à la fréquence.

En d’autres termes, l’acte de “tuning” implique de rassembler des modèles de fréquences familières sur l’océan de fréquences qui nous entourent constamment.

En accordant dans les mêmes modèles encore et encore nous renforçons un ensemble de réalités particulier.

Nous sommes formatés ainsi dans un motif consensuel de réalité inconscient à former sans cesse nos perceptions de cette manière.

Les motifs inconnus de ces connexions sont souvent ignorés car ils n’entrent pas dans la mission de nos récepteurs. Les perceptions sont ainsi formées à chaque instant parce que le cerveau scanne en permanence les bandes de fréquences qui nous entourent.

Pourtant, nous sommes souvent inconscients des filtrages que nous faisons à partir d’un ensemble limité de modèles perceptifs.

Toutefois, si ce comportement de reconnaissance des formes n’évolue pas au fil du temps, notre développement perceptif est en danger car il pourrait se bloquer.

Le résultat est que nous devenons fixe – ou pris au piège – dans une réalité spécifique.

C’ est pourquoi le développement humain nécessite que nous passions à travers divers changements de paradigme pour faire évoluer notre réflexion vers des schémas perceptifs collectifs.

En d’autres termes, notre développement repose sur des processus biologiques et psychiques simultanées.

Selon le chercheur de la conscience Gopi Krishna, nous dit que la «maturation du système nerveux et le cerveau est un processus biologique, selon une multitude de facteurs psychiques et matérielles.”

La vulnérabilité de ce processus, c’est que nous devenons trop habitués à certains modèles de perception et que nous ignorons les autres entrées sensorielles ou tout autres influences.

Aussi, en tant qu’espèce, nous avons été collectivement mal informés sur les méthodes pouvant être obtenus afin de passer entre les différents groupes et modèles de fréquences. Cette connaissance a été disponible dans diverses traditions de sagesse (telles que le chamanisme et les écoles occultes et mystère) encore tenus à l’écart du domaine public.

Le résultat final est que nous devenons fixe et dogmatique dans nos “croyances” sensorielles en nous accrochant désespérément à la petite partie de la réalité que nous percevons comme l’ensemble. Pourtant, le cerveau humain et le système nerveux est suffisamment souple pour basculer entre les différents modes de fréquence et d’interpréter les “réalités” au-delà du modèle consensuel.

Dans les générations passées, de nombreuses écoles de mystère ont considérés que l’humanité était trop immature pour suivre cette formation – d’où la nécessité de rituels et de tests d’initiations rigoureux et strictes. Cet embargo sur ces savoirs et des techniques a contribué à favoriser la domination de la science matérialiste au point où on nous apprend à rejeter les impulsions et les expériences subjectives et intuitives.

Cependant, il est maintenant devenu une nécessité évolutive que notre dépendance dominante sur la poursuite matérialiste doit être contrebalancée par une augmentation de la recherche sur la conscience qui soutient le rôle important d’un «esprit commun» : en d’autres termes, l’empathie collective.

Il est beaucoup question sur Internet d’un paradigme émergent du “cerveau global» et de la croissance de l’empathie planétaire.

Le philosophe Ervin Laszlo définit le cerveau mondiale comme «l’énergie quasi-neuronal – et de l’information – réseau de traitement créée par six milliards et demi d’humains sur la planète, en interaction à bien des égards entre ceux issus du privé aussi bien que des personnalités publics, et à de nombreux niveaux, aussi bien locale que mondial.

“A ce niveau physique il y a déjà beaucoup d’échange d’informations qui se produisent à une vitesse toujours croissante. L’émergence de réseaux sociaux (tels que Facebook et MySpace) et les sites d’information en collaboration avec une très grande base de commentaires (comme The Huffington Post) où se développent l’empathie à distance entre utilisateurs dans le monde. Dans ce contexte, il y a déjà une transformation en cours dans les relations entre un nombre important de personnes dans le monde. Mais maintenant la science dure pousse ces développements plus loin en mettant à jour que les gens augmentent non seulement leurs relations emphatiques les uns avec les autres, mais aussi leur enchevêtrement. Ce point de vue a été récemment corroboré par les neurosciences avec son constat de «neurones miroirs».

Un «neurone miroir” est un neurone du cerveau qui est activé («feu») quand un être vivant (par exemple, les humains et d’autres animaux tels que les primates et les mammifères) observe l’action d’un autre.

En d’autres termes, si un individu regarde une autre personne mangeant une pomme, exactement les mêmes neurones du cerveau “s’allume” chez la personne observant l’action comme s’ils étaient eux-mêmes en train d’accomplir l’acte.

Un tel comportement de ces neurones à opérer ainsi chez l’homme a été trouvé dans le pré-moteur et le cortex pariétal inférieur. Ce phénomène de «neurones miroirs» a été découvert par une équipe de chercheurs en Italie dans les années 1990 lorsque l’on étudie l’activité neuronale de singes macaques.

Cette découverte a conduit de nombreux neuro-scientifiques notables de déclarer que les neurones miroirs sont importants pour les processus d’apprentissage (imitation) ainsi que l’acquisition du langage.

En termes généraux les plus modernes, nous pourrions également dire que cette capacité est ce qui lie une personne dans la sympathie et l’empathie à l’autre, est la situation.

Il peut aussi expliquer pourquoi les gens deviennent si attachés émotionnellement à des événements à la télévision, et même pleurer en réponse à regarder quelqu’un pleurer sur l’écran.

De cette façon nous sommes empêtrés émotionnellement à travers un miroir du cerveau baignant dans une décharge neuronale.

Lorsque nous considérons également que nos corps sont empêtrés dans un champ quantique de la résonance bio-photons électrique, il explique comment nous sommes affectés par et parmi d’autres – par interférence d’ondes sectorielles.

Cette information est importante lorsque l’on considère un déplacement vers l’empathie accrue entre les personnes proches et à distance (par la communication numérique) ainsi que le potentiel de catalyse les capacités futures pour la communication télépathique entre individus.

Nos corps, ainsi que notre cerveau, semblent fonctionner comme des récepteurs/décodeurs dans un champ informationnel qui est en constante évolution.

Nous pouvons nous référer à cette forme de «prise de conscience sur le terrain», comme la conscience quantique du champ, ou simplement en tant que conscience quantique (parce que quantique implique un effet de ce champ non locale). Cependant, les manifestations de ce champ quantique affectent (souvent désignés comme l’abstrait) un domaine de connaissances et de visions imaginatives et sont généralement laissée aux artistes excentriques, des mystiques et sociaux innovateurs créatifs.

Une grande partie de nos esprits modernes ont été privés du plein potentiel de leur cerveau gauche/droit et tiré dans un virage serré à gauche vers le fonctionnement du cerveau rationnel qui fonctionne comme une mécanique, linéaire, concurrentiel, et étroit.

Le résumé du cerveau droit, avec son monde magique de la pensée visionnaire créatif, a été principalement mis sur la touche et mis au repos.

Une grande partie de cette activité du cerveau droit est la source de la sagesse autochtones, les pratiques chamaniques, et des traditions semblables que la pensée matérialiste occidentale a cherché à ignorer au fil des ans.

Souvent nos propres formations intellectuelle nous ont conditionnées à penser que ces «pratiques magiques” comme étant des pratiques primitives, barbares et digne d’un peu plus de colonialisme occidental et/ou de rééducation.

Pourtant, nous en Occident «civilisé», avec la domination de l’ hémisphère gauche de notre cerveau, nous vivons tous les jours dans un monde de choses matérielles fait d’attractions extérieures.

Nous nous imaginons souvent comme existant en tant que forces distinctes, comme sur des îles dans une mer chaotique ballotés par des impacts physiques et naturelles, et au gré des influences neutres aléatoires. P

ourtant, nous savons maintenant que ce n’est pas le cas, que les récentes recherches sur l’ADN (en particulier l’épigénétique) et les “sciences dures”, sont désormais reconnues et publiées.

Cet article a été écrit par: Dennis Kingsley L.

Traduction et arrangements : Sam’s

http://samstory.free.fr/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2017/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares