Qigong sibérien

Chi-Kung – 6 Les hommes et les égrégores

chi kungQigong sibérien: La face cachée du chi-kung

L’homme en arrivant dans ce monde est lié à ce qu’on appellera « le Commencement Suprême » ou égrégore[1] qui sème les âmes sur cette Terre, comme des graines dans un terreau.

Cette « origine » maintient un contact permanent avec ses pupilles et se charge de leur tutelle: elle corrige leur croissance et leur maturation.

Un homme perspicace peut observer les différentes manifestations de cette tutelle. Comme un parent attentif, l’égrégore aide son enfant en créant des situations qui vont lui permettre une croissance optimale, lui permettre de se former et d’accomplir sa mission.

Les missions peuvent être très différentes : l’un vient au monde pour engendrer beaucoup d’enfants pour accroître les possibilités de donner naissance à de nouvelles graines; un autre pour devenir ce leader qui va entraîner des masses, grâce à quoi les égrégores vont pouvoir diriger les foules dans une direction donnée.

Un troisième sera utilisé comme arme de vengeance ou de châtiment et aidera ainsi à faire revenir ceux qui ont déjà accompli leur mission ou qui, pour tel ou tel motif, se sont trop éloignés du chemin qui leur était destiné. Un quatrième passera sa vie sur terre seulement pour rencontrer quelqu’un, et même s’il lui dit une phrase qui n’aura pas de sens, cette rencontre va changer le cours des événements tissés entre eux comme une toile d’araignée. Un autre encore, dans ce terreau, sera simplement comme une fleur « vide » qui ne donnera pas de fruit.

En vivant dans le monde matériel et en accomplissant sa mission, l’homme acquiert de l’énergie et de l’information, ce qui est très précisément ce qui intéresse l’égrégore.

À la fin de sa vie, spontanément, l’homme rassemble l’expérience accumulée, restructure tout le bagage acquis au cours de son existence et forme une nouvelle spirale plus serrée, (qui s’est enrichie ou qui a perdu quelque chose).

Après la mort du corps physique, toute l’énergie brute de l’individu reste dans le monde matériel, c’est uniquement la fine couche énergétique – l’âme – qui s’est enrichie dans la relation avec le monde matériel, qui se transforme et qui partira: la personnalité apportera dans sa structure d’origine, son égrégore, la réserve de connaissances qu’elle a accumulée. Et c’est cette réserve d’énergie qui va agir comme un combustible emportant sa spirale dans son égrégore.

Si l’information apportée diffère peu de celle d’origine, la graine est replantée à nouveau dans la Terre. Mais si l’information apportée est intéressante, l’assimilation de cette information par l’égrégore et l’adaptation de la personnalité à ce qu’est devenu son égrégore le temps de l’incarnation demandent du temps et donc permettent à l’homme de ne pas renaître pendant une certaine période.

Si son énergie est insuffisante pour lui permettre de remonter jusqu’à sa structure d’origine, ce caillot informationnel reste dans les couches proches de la Terre à la recherche d’énergie. Ce sont les divers fantômes qui espèrent recueillir le potentiel d’énergie indispensable pour quitter ce monde, ce qui est d’ailleurs pratiquement impossible.

Des gens aux conditions de vie identiques (une même éducation, un même entourage, etc.) vont acquérir de ce fait une certaine quantité de couches énergo-informationnelles semblables (qui s’ajoutent à celles avec lesquelles ils viennent au monde).

De même, un respect rigoureux de commandements religieux peut impliquer aussi une similitude de réserve de connaissances accumulées au cours de l’existence chez différentes personnes. Cette réserve dont nous faisons l’acquisition et que nous apportons à l’égrégore détermine les caractéristiques et l’individualité de l’égrégore, sa différence par rapport aux autres égrégores.

Par exemple les jeunes égrégores sont intéressés par des « récoltes monotypes ». Ce sont des structures qui travaillent activement avec les hommes en les unissant dans un même rythme et une même direction de développement, pour obtenir une récolte plus abondante d’un type d’énergie précis.

On peut dire que la structure qui se trouve au-dessus des égrégores, a divisé toute la Terre de façon à ce que chaque égrégore y ait sa part.

Les courants religieux les plus représentés à l’heure actuelle sur Terre (l’égrégore du christianisme, de l’islam et du bouddhisme) sont intéressés par de vastes plantations avec leurs abondantes récoltes d’information énergétique. Leurs fidèles ressemblent à des filets lancés encore et encore sur Terre.

La formation ou la « fabrication » des flux d’énergie et d’information nécessaires aux égrégores se fait par la participation des individus à des cérémonies de culte, aussi bien dans leurs variantes individuelles (prières et mantra) que dans leurs variantes massives et populaires (fêtes religieuses, rites). Les temples facilitent la réunion des flux parce qu’ils concentrent non seulement les flux énergétiques des croyants mais aussi celui des visiteurs occasionnels. Quant aux icônes et symboles, ils contribuent à l’établissement de liens entre les hommes et les égrégores.

Les égrégores reçoivent un flux permanent et homogène d’énergie qui au cours de l’évolution se répand et embrasse un nombre de personnes de plus en plus important. Pour élargir de plus en plus leur base, ils provoquent aussi artificiellement des jaillissements d’activité comme par exemple en ce moment, en Russie, où l’on construit de nouvelles cathédrales, où l’on baptise de nouveaux chrétiens, et où la diffusion des connaissances du culte se propage.

La vérité est un merveilleux récipient divisé en plusieurs parties dont chacune est utilisée par un des courants religieux.

La vérité n’est accessible qu’en unissant toutes ses composantes et en les séparant de l’écale qui les entoure, mais cela est pratiquement impossible pour l’homme, et ne doit pas avoir lieu ici, sur Terre.

Il est cependant possible d’en effleurer l’essence, d’en ressentir la globalité, l’immensité, tout comme son énorme pouvoir d’attraction. C’est ce qui stimule l’homme dans ses recherches et son développement.

Les égrégores qui ont atteint avec la Terre leur activité maximale (ayant acquis la réserve de base qui leur était nécessaire) se dégagent un peu, se mettent à l’ombre, et changent de statut, devenant de vieux égrégores. Leur lien avec le monde matériel se transforme : comme ils ont acquis une réserve d’énergie de base suffisante, ils n’ont plus besoin de liens actifs avec le monde matériel, et ils traitent et transforment cet acquis. Le développement de ces structures se fait à un niveau purement informationnel.

Les graines – pupilles de ces vieux égrégores sont rares et sont généralement plutôt des observateurs qui se réincarnent plusieurs fois dans des corps humains.

Au fil de leurs différentes incarnations, ils améliorent leur faculté de retenir l’information et l’énergie, ils affinent leur maîtrise de transmission vers la conscience supérieure ainsi que le contrôle de leur potentiel énergétique. Cette maîtrise ou contrôle leur permet de corriger leur sortie et leur transformation (leur adaptation) au sein de leur propre égrégore mais aussi permet d’améliorer la qualité de ce qu’ils conservent. D’une incarnation à l’autre, ces capacités se renforcent, la qualité de communi­cation entre leur conscience et leur super-personnalité[1] s’affine (ce qui se traduit par un élargissement de leur Canal du Haut) (illustration 6-2).

 

Une personnalité qui se développe et qui d’une incarnation à l’autre ne perd pas son expérience acquise, (réserve d’information et d’énergie ainsi que leur maîtrise), reçoit un statut particulier dans son égrégore: son évolution est l’objet d’une attention particulière.

Cette personnalité se distingue des autres jusqu’à avoir besoin d’un maître personnel, élément de cet égrégore, qui va aider son élève en lui procurant de nouvelles taches toujours plus compliquées.

Parfois il arrive à un élève de surpasser son maître égrégorien et d’accumuler de l’énergie et de l’information qui sortent du domaine de compétence de cet égrégore et dépassent ses limites. Dans ce cas l’élève sera peut-être amené à changer de structure, et suivant son individualité, un maître d’un vieil égrégore lui sera attaché ou bien il ira rejoindre la couche des Hiérarchies. Un pareil changement de destiné ne se passe pas toujours facilement. On peut également perdre en une seule vie tout ce qui avait été acquis au cours des dix incarnations précédentes, (il s’agit dans ce cas du processus inverse).

Comme nous l’avons mentionné précédemment, la force de la spirale personnelle qui s’implante dans le fœtus vers trois mois, dépend de sa structure d’origine :

S’il s’agit d’une Hiérarchie (1) (illustration 6-3), l’individu possède un canal informationnel puissant qui permet l’accès à une information de très haut niveau. Ces gens-là, ont une vie difficile, hors du commun et ne s’adaptent pas très bien à la vie en société.

 

Si c’est un individu qui appartient à un vieil égrégore (2), il peut être musicien, peintre et n’aura pas non plus les pieds complètement sur terre.

L’individu d’un égrégore jeune (3), quant à lui, est plus vif. Il a une plus grande réserve d’énergie, mais il ne peut pas prendre l’information de niveaux plus hauts, ni s’y intéresser.

Les envoyés des Hiérarchies ou des vieux égrégores reçoivent souvent le soutien énergétique des jeunes égrégores (4) ; soutien qui agit comme une attache temporaire qui les retient telle une ancre sur la Terre et qui les aide dans la société.

Les relations entre les différents égrégores sont régies par la couche karmique (l’égrégore karmique) qui règle et dirige les destins des égrégores et des hommes qui leur appartiennent.

C’est avec son accord que les guerres ont lieu pour donner de l’énergie à telle ou telle structure, renverser des rapports de force, éviter de trop grands déséquilibres.

Dans les cas litigieux, c’est l’arbitre, le juge, celui qui décide de quel côté se situe la priorité. C’est celui qui décide aussi de l’appartenance des personnes aux égrégores ou de leur changement d’égrégores.

C’est cet égrégore qui sème les graines des âmes qui s’incarnent pour la première fois ou qui créent des hommes sans égrégore, sans lien avec aucune structure énergétique. Ces derniers sont des graines neutres qui ont toutes le même potentiel et des chances identiques : soit mener une vie de « fleur vide » et devenir une partie du terreau qui sert à nourrir les autres, sans jamais se réincarner, ou soit évoluer, et en se liant avec une structure, qui se chargerait de sa tutelle, commencer son chemin plein de hauts et de bas, mais incomparablement plus intéressant et passionnant.


[1]La super-personnalité est la partie la plus extérieure du corps énergétique extérieur et elle est toujours directement liée à l’égrégore.


[1]Égrégore: conglomérat énergétique dont les éléments sont liés sous un unique signe d’information énergétique. Certains égrégores dépendent de l’homme, d’autres non. Dans le cas de ceux qui dépendent de l’homme, ils vont être constitués par des individus qui possèdent un même intérêt, point ou objet d’attention. Par exemple on peut considérer que le temps d’un trajet, les passagers d’une rame de métro constituent un égrégore, une structure énergétique; égrégore particulièrement éphémère qui se défait avec les diverses montées et descentes. Un égrégore pour être plus puissant doit être maintenu dans sa forme.

http://lib.qigong-zhen-pai.com/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2014/ Elishean mag



Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2014/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Articles Phares