La prophétie de DOHRMAN WINGMAKERS

Wingmakers: The Dohrman Prophecy – Chapitre XXXIII

The Dohrman Prophecy de James Mahu

Traduction intégrale du livre web

dohrman prophecy

Chapitre 33 – Outil de la culpabilité

« Je suis inquiète au sujet de l’entaille qui se trouve juste au-dessus du genou », chuchota Maia. « Elle ne guérit pas. J’aimerais que nous puissions la suturer. »

Simon regarda Maia avec des yeux profonds qui avaient vu un fleuve du temps assez large pour avaler sept vies.

« Pourquoi n’iriez-vous pas avec Joseph chercher de l’eau. Je m’occuperai de Kamil », suggéra Simon, sa main se balançant vers la porte comme un signe articulé dans le vent.

« Allez-y maintenant avant qu’il ne fasse plus sombre. »

Kamil dormait sur le sol, son front humide de transpiration. Des bougies brûlaient dans la salle, s’efforçant d’être des substituts du soleil en déclin. Simon attendait, regardant Kamil dormir, tandis que Maia et Joseph quittaient la cabane, leur voix finalement englouties dans le grand silence de la forêt.

« Kamil, m’entendez-vous ? », Simon se mit à genoux et secoua légèrement Kamil à son épaule. « Kamil, réveillez-vous. J’ai besoin de parler avec vous. »

Les yeux de Kamil tressaillirent et enfin s’ouvrirent avec l’expression vitreuse de quelqu’un perdu dans un état fiévreux. Il gémit légèrement comme il tournait la tête pour regarder Simon, en essayant de fixer son regard dans la pénombre. « Y a-t-il quelque chose qui ne va pas ? »

« Ici, buvez de l’eau », dit Simon. « J’ai besoin de vous demander quelque chose. »

Kamil but l’eau que Simon offrait, faisant un signe de tête quand il finit. « Qu’est-ce ce qui m’arrive … Je me sens tellement étourdi … si fatigué. »

« Vous êtes aux prises avec une mauvaise fièvre », répondit Simon. « Elle a décidé d’empirer, et nous devons lui donner un autre sens. »

Les yeux de Kamil essayèrent de se focaliser, mais ensuite se fermèrent à cause de la tension. Tout ce qu’il pouvait faire était de gémir à l’annonce de Simon.

Simon prit la main de Kamil et la saisit serrée. « Ai-je votre permission pour essayer d’en sortir ? »

Kamil acquiesça faiblement. Il murmura, « que puis-je faire ? »

« Écoutez ma voix, et seulement ma voix », lui répondit Simon. « Ce que je vous dis, vous devez l’imaginer. Vous aurez besoin de votre complète attention. Me comprenez-vous ? »

Kamil hocha la tête, serrant la main de Simon avec une pression d’affirmation. « Où est Maia ? »

« Elle est partie chercher de l’eau avec Joseph. Elle sera de retour bientôt. »

Kamil se détendit, visiblement détendu à l’écoute de ces paroles.

« Fermez les yeux et écoutez attentivement ma voix », dit Simon, en s’arrêtant pour prendre une profonde respiration.
« Prenez une grande respiration, Kamil, et quand vous prenez ce souffle dans votre corps, ne le sentez pas simplement comme de l’air, sentez-le comme la vie elle-même. Comme une énergie qui pénètre dans votre système sanguin, se déplaçant à l’intérieur de votre corps avec une aisance parfaite. Me comprenez-vous ? »

Kamil acquiesça et prit une profonde inspiration, d’abord la toux, mais se regroupant et s’étirant en un souffle concentré et prolongé.

« Bon, ça y est », Simon regardait le jeune homme, voyant le visage de Kamil se remplir avec une concentration totale. « Parfois », dit-il avec autorité calme, « la vie nous force à prendre des décisions qui portent la vie dans une main, et la mort dans l’autre. Vous avez pris une telle décision, et un homme est mort … de votre main. Relâchez cet acte, Kamil. Relâchez-le maintenant. Il s’agissait de légitime défense, et l’innocence était de votre côté. Il n’est pas nécessaire de remplacer un mort pour un autre. Me comprenez-vous ? »

Kamil sentit la main de Simon le serrait un peu plus durement et une énergie électrique courait dans son bras et il se demandait un instant s’il n’imaginait pas tout cela.

« Je comprends », réussit à dire Kamil. « Mais autant que je détestais cet homme, je… j’ai pris sa vie et je suis sûr que Dieu- »

« Kamil, la vie n’est pas parfaite dans notre domaine. Elle peut être désordonnée et désagréable. Mais c’est pourquoi nous vivons ici ; avoir le libre arbitre, pouvoir penser, sentir et agir par nous-mêmes, et être des forces créatives … pas simplement être des marionnettes de quelqu’un, ou quelque chose en dehors de nous. »

« Avec cette expression du libre arbitre, nous sommes entraînés dans des histoires pas entièrement de notre fabrication. Elles sont comme des mosaïques d’expériences rassemblées à partir de centaines, si ce n’est pas de milliers d’esprits. Vous n’avez pas écrit votre histoire de meurtre, même si elle a été réalisée par vous. Pardonnez-vous, Kamil. Pardonnez-vous. »

« Je ne crois pas que je sois coupable », murmura Kamil, se forçant à voir le visage de Simon. « Mais cela ne change rien au fait que j’ai tué un homme. Comment pourrais-je me pardonner une telle chose ? »

Simon pencha la tête en arrière et ferma les yeux. Il savait qu’il pouvait le guérir, mais à moins que Kamil ne se pardonne, la guérison ne serait que temporaire et très probablement nocive.

« Je fus par le passé dans votre même position », dit Simon. « J’en suis venu à mon pardon lentement, et j’ai suivi un chemin tortueux pour le trouver. Le Pardon, dont vous avez besoin, eh bien, il faut que le temps trie. Il n’y a pas de potion magique pour la dissiper. Tout ce que je vous demande de faire est de vous donner plus de temps pour apprendre à pardonner. »

« Pourquoi ? », demanda Kamil. « À quoi bon pardonner? Même si je pouvais, quelle différence cela ferait-il ? Je suis damné pour l’enfer. Tôt ou tard, ils vont me trouver et ils me tueront. Il n’y aura pas de pardon… . Donc, même si je parvenais en quelque sorte à me pardonner, les puissants ne le feront pas. »

Kamil géra un léger sourire et ferma les yeux. « J’ai vraiment besoin de dormir … », murmura-t-il faiblement. « Si je meurs, s’il vous plaît, enterrez mon corps. Trouvez un bel arbre pour ma pierre tombale. Laissez-le caché… Dites quelques mots sympathiques… » Kamil s’assoupit, ses paroles devenaient indistinctes dans le silence.

Simon comprenait parfaitement Kamil.

Dans la solitude de sa chaumière, Simon chantait une petite chanson qu’il avait apprise de son père ; une chanson qui emplissait la pièce d’un éclat d’inquiétude. Les paroles appelaient le Créateur à préciser au chanteur son dessein – ôter les voiles, voir l’horizon lumineux.

Simon, dans la mesure où Kamil était concerné, était déconcerté. Les voiles étaient opaques et multicouches. Il savait que Kamil était celui qui allait tout changer, celui prophétisé par l’Oracle. Et pourtant, Kamil avait perdu sa volonté de vivre, laissant la porte ouverte à l’autre côté, là où des entités de nature sombre pourraient tirer sur lui avec l’outil insidieux de la culpabilité.

James
A suivre …

Source : Forum Wingmakers
Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr

Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

MilenaVous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Recherchez sur le réseau

Articles Phares