Âme et Conscience Psychologie Cosmique WINGMAKERS

WINGMAKERS « Vous êtes tous uniques et cette Unicité empêche l’Universalité »

Organisation Enseignante Lyricus

Discours 3

La nature du savoir

James, le créateur du matériel des Wingmakers, a traduit ce discours. Il est un des éléments significatifs dans les méthodes d’enseignement utilisées par les enseignants de l’Organisation Enseignante Lyricus, dont James est l’un des membres. Il est rendu disponible pour la première fois .Ce discours est un dialogue entre un enseignant et son élève, et il est consigné pour sa valeur instructive, ainsi, d’autres personnes peuvent les utiliser.

Étudiant : Existe-t-il une technique pour acquérir le savoir de Dieu?

Enseignant : De quel Dieu parles-tu?

Étudiant : La seule et unique source de tout.

Enseignant : Non.

Étudiant : Alors pourquoi certains semblent bénis par ce savoir de Dieu, tandis que d’autre ssemblent si ignorants de sa présence et de sa valeur? Sûrement que ceux qui sont éclairés ont découvert une technique pour acquérir leurs connaissances.

Enseignant : Il n’y a pas de techniques. C’est la grande erreur qui fut répandue dans l’univers des êtres sensibles. L’humanité persiste à croire qu’il existe une formule, un rituel ou un enseignant qui peuvent nous apporter l’éclaircissement – ou le savoir de Dieu.

Étudiant : S’il n’y a pas de techniques ou d’enseignants, alors pourquoi ceci existe-t-il? Pourquoi vous, mon enseignant, êtes-vous assit devant moi? Pourquoi y a-t-il des livres et des maîtres érudits dans cette organisation enseignante? Seriez-vous entrain de me dire que ça ne sert à rien?

Enseignant : Lorsqu’il y a des questions, il y a des réponses qui n’attendent qu’à êtres entendus. Tout cela existe grâce aux questions de personnes comme toi. Si ces questions n’existaient pas, ceci n’existerait pas.

Étudiant : Mais à quoi cela sert-il si les réponses ne me rapproche pas du savoir de Dieu.

Enseignant : Pourquoi la connaissance de destruction ne repose-t-elle pas entre les mains de tous au lieu de quelques-uns seulement?

Étudiant : Que voulez-vous dire?

Enseignant : Pourquoi les techniques de destruction de l’humanité – au niveau mondial – sont elles si bien protégées?

Étudiant : Vous parlez des armes de destruction massives?

Enseignant : Oui.

Étudiant : Parce que, ces technologies sont si destructrices qu’elles doivent être gérées e tcontrôlées par des gouvernements responsables.

Enseignant : Pourquoi doivent-elles être contrôlées?

Étudiant : Si elles tombaient entre les mains de personnes souffrant d’une maladie mentale, elles pourraient les utiliser et tuer des milliers de personnes.

Enseignant : Est-ce que la connaissance de destruction massive est le contraire de la connaissance d’éclaircissement?

Étudiant : Je ne sais pas.

Enseignant : S’il t’était donné le pouvoir d’éclairer ou de détruire l’humanité, ne serais-tu pas la personne la plus puissante sur la terre?

Étudiant : Je ne puis imaginer comment je pourrais être plus puissant.

Enseignant : Comment choisirais-tu d’exercer ton pouvoir?

Étudiant : Je suppose que je devrais avoir plusieurs conseillers qui m’aideraient à prendre les meilleures décisions, de manière à construire une grande société qui serait hautement cultivée, ayant des citoyens instruits

.Enseignant : Et si vos citoyens réglementés se rebellaient? S’ils choisissaient d’être indépendant de votre pouvoir? Alors, que feriez-vous?

Étudiant : Mais si j’avais le pouvoir de les éclairer, pourquoi se rebelleraient-ils? Ils seraient éclairés, donc, ils choisiraient de vivre en harmonie.

Enseignant : Peut-être que certains ne voudraient pas être éclairés. Ils sauraient peut-être ce qu iest bon pour leur développement et résisteraient à toutes intrusions externes, peu importe si c’est dans un but bienveillant et sage.

Étudiant : Alors je les laisserais faire à leur manière.

Enseignant : Même s’ils se tuaient entre eux et se comportaient de manière décadente?

Étudiant : J’essaierais de leur enseigner comment se comporter correctement, ainsi, il sapprendraient comment vivre harmonieusement.

Enseignant : Penses-tu qu’ils écouteraient?

Étudiant : S’ils n’écoutaient pas, je séparerais les personnes bonnes et respectueuses des personnes conflictuelles et cruelles.

Enseignant : Je vois. Vos citoyens seraient divisés en deux groupes?

Étudiant : Ce serait la seule façon d’apporter l’harmonie à quelques-uns si ce n’est pas possible pour tous.

Enseignant : Et si les enfants des citoyens conflictuels et cruels désiraient vivre en harmonie, alors, qu’arriverait-il?

Étudiant : Ils n’auraient qu’à demander et ils pourraient rejoindre la société.

Enseignant : Ainsi les citoyens de votre société les accepteraient sans problème et leur conféreraient les mêmes bénéfices sociaux dont ils jouissent eux-mêmes?

Étudiant : Oui.

Enseignant : Et s’ils ne voulaient pas?

Étudiants : Je devrais l’ordonner, faire des lois, je suppose. Mais si j’avais le pouvoir d’éclairer mes citoyens, ils pardonneraient sûrement les enfants des parents rebelles et ainsi ils pourraient rejoindre la société.

Enseignant : Que feriez-vous si l’un de ces nouveaux citoyens assassinait quelqu’un parmi votre société de gens éclairés?

Étudiant : Il serait chassé et puni.

Enseignant : Tu ne voudrais pas l’éclairer?

Étudiant : Je présume qu’il ne pourrait pas être éclairé.

Enseignant : Donc, ton pouvoir d’éclaircissement ne serait pas parfait.

Étudiant : Je suppose qu’il ne le serait pas.

Enseignant : Qu’arriverait-il si la société des citoyens décadents décidait de conquérir la société des citoyens éclairés?

Étudiant : Pourquoi voudraient-ils les attaquer sachant que j’ai le pouvoir de les anéantir?

Enseignant : Peut-être croiraient-ils que tu ne possède pas ce pouvoir, ou que si tu le possédais, que tu ne l’utiliserais jamais.

Étudiant : Nous devrions nous défendre, capturer les chefs de la société des citoyens décadents et les enfermer jusqu’à ce qu’ils aient changé leurs façons de penser etd’agir.

Enseignant : Alors ton pouvoir de destruction ne serait pas parfait lui non plus.

Étudiant : Pas dans le sens que je me l’imaginais.

Enseignant : Tu as sagement répondu à ces questions hypothétiques. Vois-tu comment le pouvoir complique tout?

Étudiant : Oui.

Enseignant : Comprends-tu maintenant que les pouvoirs d’éclaircissement ou de destruction sont le genre de pouvoir que la plupart des gens confient à Dieu?

Étudiant : Oui.

Enseignant : Alors, c’est pourquoi je t’ai demandé de jouer le rôle hypothétique de Dieu.

Étudiant : Je comprends, mais comment cela répond-il à ma question concernant l’acquisition du savoir de Dieu?

Enseignant : Cela n’y répondra peut-être pas. Je voulais seulement que tu aies une vision momentanée de la perspective du Dieu imaginé par les humains.

Étudiant : Pourquoi?

Enseignant : Si tu veux connaître le savoir de Dieu, tu dois avoir une certaine perspective de la position de Dieu.

Étudiant : Je ne voulais pas dire que je désirais le savoir du Dieu que les humains ont créé.

Enseignant : C’est la seule connaissance que tu peux obtenir.

Étudiant : Pourquoi ne puis-je pas obtenir le savoir du vrai Dieu, la Source? Pourquoi n’y a-t-ilpas de technique dont je pourrais utiliser pour trouver et acquérir ce savoir?

Enseignant : Retournons à notre scénario hypothétique. Supposons que tu n’as simplement qu’à penser à ton pouvoir de destruction pour qu’il se manifeste. Si tu te fâchais contre quelqu’un, ton pouvoir de destruction serait activé et ferait disparaître cette personne.

Étudiant : Cela fonctionnerait-il de la même façon pour l’éclaircissement? En d’autres termes, serais-je capable d’éclairer quelqu’un par une simple pensée?

Enseignant : Oui.

Étudiant : Soit

Enseignant : Combien de fois par jour as-tu, pour quelqu’un, des pensées de colère ou d’éclaircissement?

Étudiant : Je ne sais pas. Dans mes bons jours, je n’ai pas de pensées de colère.

Enseignant : Dans un mauvais jour?

Étudiant : Peut-être trois ou quatre.

Enseignant : Chaque fois que tu aurais ces pensées, si tu étais fâché contre quelqu’un, ta colère ferait du mal à cette personne.

Étudiant : Alors si mes pensées sont remplies d’amour et de gentillesse envers cette personne ,j’éclaire cette personne?

Enseignant : Précisément.

Étudiant : Alors, seulement avec mes pensées, je peux blesser ou aider quelqu’un?

Enseignant : Oui.

Étudiant : Est-ce que cela signifie que si j’avais le savoir de Dieu, j’aurais également la discipline du contrôle de mes pensées et de mes émotions?

Enseignant : Non.

Étudiant : Pourquoi?

Enseignant : Parce que votre réalité dominante est celle d’un être humain avec toutes ses faiblesses.

Vous avez été conçus pour avoir des pensées et des émotions spontanées. Vous avez un instinct répondant aux stimulus, et vous ne pouvez donc pas contrôler vos émotions ni vos pensées. Vous pouvez les réprimer, les ignorer, et même les supprimer, mais que pour un certain temps seulement.

Étudiant : C’est donc pour cela que je ne peux pas avoir le savoir de Dieu?

Enseignant : Exactement.

Étudiant : Ainsi, tous les humains sont enfermés dans un monde de limitations parce qu’ils sont incapables de contrôler leurs impulsions, qu’elles soient mentales ou émotionnelles? Cela me semble injuste.

Enseignant : Peut-être, mais cette limitation est libératrice.

Étudiant : De quelle façon?

Enseignant : Connais-tu la volonté de la Source?

Étudiant : Non, mais je crois que j’ai une bonne idée de ce qui est et de ce qui n’est pas en alignement avec sa volonté.

Enseignant : Si tu sais vraiment ce qui est et ce qui n’est pas en alignement, alors, tu devrais savoir ce qu’est la volonté de la Source, n’est-ce pas?

Étudiant : Je veux dire que je connais la direction générale ou l’intention de la volonté de Dieu.

Enseignant : Mais pas les détails?

Étudiant : Exactement. Je sais que ce qui est imprégné d’amour et de lumière est en alignement avec la volonté de Dieu, et ce qui est imprégné de malveillance et de noirceur ne l’est pas. Mais il se pourrait que je ne puisse distinguer la différenceentre les subtiles nuances de lumière et d’ombre.

Enseignant : Je vois. Et comment es-tu arrivé à cette conclusion?

Étudiant : C’est ce qu’on m’a dit.

Enseignant : Et qui t’a dit cela?

Étudiant : Mes professeurs, les livres que j’ai lus. Tout le monde crois en cela, n’est-ce pas?

Enseignant : Parce qu’on t’a dit que la volonté de Dieu peut être connue, tu crois que tu peux juger qu’un acte d’amour est en alignement et qu’un acte malveillant ne l’est pas?

Étudiant : Fondamentalement, oui.

Enseignant : Que penserais-tu si je te dis que de comprendre la volonté de Dieu est comparable à la possession du savoir de Dieu?

Étudiant : Je ne suis pas certain de vous comprendre.

Enseignant : Que penses-tu que je veuille dire? Fait un effort, exprime tes pensées, peu importe si elles apparaissent embrouillées. Quelques fois, le brouillard se dissipe lorsque nous luttons suffisamment.

Étudiant : J’ai l’impression que vous suggérez que si je comprends ce que le créateur attend de sa création, je comprendrai également une composante clé du savoir de Dieu. En d’autres termes, pour obtenir le savoir de Dieu, je dois savoir ce que Dieu attend de moi, ce qu’il désire que je devienne.

Enseignant : Et que penses-tu que Dieu désire que tu deviennes?

Étudiant : Libéré

.Enseignant : De la limitation?

Étudiant : Oui. Exactement.

Enseignant : La Source désire que tu vives sans limitation, mais a créé un transporteur d’âme e tune mise en scène pour ce transporteur d’âme afin qu’il y vivre la limitation. Pourquoi penses-tu que c’est la volonté de Dieu que tu te débarrasses de tes limitations?

Étudiant : Parce que si je n’ai pas de limitations, je suis libéré des contraintes qui réduisent ma croissance spirituelle.

Enseignant : Et que feras-tu alors, lorsque tu seras libéré de toutes ces limitations?

Étudiant : Je ne sais pas exactement, mais je sentirai une béatitude comparable à ce que Bouddha a appelé le Nirvana, libéré du désir.

Enseignant : Pourquoi votre Créateur vous aurait-il créé, mis dans un transporteur d’âme rattaché à une réalité limitative, construit une école universelle élaborée et ensuite chargé une profusion d’instructeurs de vous instruire?

Croyez-vous que Dieu ait créé tout cela simplement pour que vous puissiez atteindre le Nirvana et être dans un état debéatitude permanente?

Étudiant : Je ne sais pas. C’est un aspect de ce que j’essaie de comprendre.

Enseignant : En es-tu certain?

Étudiant : Et bien, c’est certainement une des choses que j’essaie de comprendre.

Enseignant : Si tu essaies de comprendre ceci, alors réponds à ma question.

Étudiant : Mais je ne connais pas la réponse.

Enseignant : Essaie de t’exprimer du mieux que tu peux.

Étudiant : J’avoue que ça n’a pas de sens que Dieu m’ait instruit de manière universelle et me laisse simplement en jouir, mais je ne sais pas ce que je pourrais faire d’autre. Personne ne connaît clairement le sens.

Enseignant : Le sens se trouve en étant au service d’un plan. Le plan est le déploiement collectif des âmes pour réaliser la nature singulière de l’universalité selon un processus non divisé.

Le mouvement s’effectue à partir de nos voisins, puis s’ajoute par la suite, les villes, les états ou provinces, les nations, les continents, les hémisphères, les planètes, les systèmes solaires, les galaxies, les univers locaux, les supers univers jusqu’au Grand Multivers – la structure englobant tout de notre unité collective. Et de chaque étape, émerge un état d’être supérieur, illustrant de plus en plus la présence de notre perception collective de ce qui est le mieux pour le parcour sévolutif, préparé par la Source, pour le Grand Multivers.

Étudiant : C’est donc cela la raison? Simplement d’être capable de retenir la perspective de cequi est le mieux pour le Grand Multivers? Comment aurais-je pu savoir cela?

Enseignant : Tu n’aurais pu le savoir.

Étudiant : Encore une fois, mon ignorance me frustre. Cela semble être la norme au niveau spirituel.

Enseignant : C’est seulement parce que tu vois le processus non divisé jusqu’à sa finalité, souhaitant ramener cette finalité dans ta réalité du moment présent. Ta patience est dépassée par ta vision de ce devenir.

Étudiant : Je sais, mais que puis-je faire?

Enseignant : Définir les connaissances requises pour accomplir chaque étape de ton processus. Ne prétend pas avoir besoin du savoir de Dieu avant d’avoir le savoir de ton monde terrestre ou de ton instrument humain. Encadre ta connaissance dans ton contexte humain.

Étudiant : Comment puis-je faire?

Enseignant : Vous êtes constitué d’un corps physique ayant de complexes impulsions émotives et de nombreux instincts; vous êtes également conçus avec un système nerveux et un système collecteur d’informations qui alimentent votre conscience et votre cerveau. D’ailleurs, vous êtes une collectivité de conscience qui traverse toutes vos espèceset vos époques.

Ces éléments sont inclus dans votre instrument humain. Comme la plupart des chercheurs, vous essayez de comprendre la mystérieuse matière de votre esprit intérieur – le Navigateur d’Intégration – avant de connaître votre instrument humain. Encore plus, vous essayez de comprendre le Créateur et supporteur du Navigateur d’Intégration avant de connaître votre esprit intérieur.

Intuitivement vous avez découvert le processus non divisé parce qu’il fait partie de vous, mais si vous étendez vos recherches de compréhension, c’est parce que vous chercher à connaître les étoiles avant de connaître votre planète. Et comme je te l’aidemandé, à quoi servent les connaissances des étoiles si tu ne comprends pas ta propre planète?

Étudiant : Vous me dites que je dois apprendre à connaître mon corps et mon esprit avant d’étudier mon âme?

Enseignant : Non, ce que je te dis c’est que le savoir de Dieu, que tu recherche, est contenu dans chaque étape du processus non divisé. Ce n’est pas la réalisation instantanée d’une expérience révélatrice insaisissable à la fin de votre voyage. Ce savoir se découvre peu à peu pendant toute la durée du trajet.

Étudiant : Je comprends le concept. J’ai déjà entendu cela plusieurs fois, mais je détecte que vous faite une distinction ici.

Enseignant : Peut-être. Je recommande seulement que vous devriez comprendre le transporteur d’âme avant de chercher à comprendre l’âme, et que vous devriez comprendre l’âme avant de chercher à comprendre son Créateur. Autrement, si vous concentrez votre énergie à comprendre le Créateur, vous ne le comprendrez que partiellement, et cette compréhension partielle déformera votre compréhension du transporteur d’âme ainsi que l’âme elle-même.

Étudiant : Mais comment vais-je savoir si ma compréhension du transporteur d’âme est adéquate afin que je puisse ensuite débuter la compréhension de mon âme?

Enseignant : L’instrument humain est un merveilleux composé de connexions miraculeuses entre les mondes physique et subtil. Lorsque tu comprendras ces connexions, elles te guideront à la compréhension de ton âme.

Étudiant : Alors ce que je devrais réellement vous demander est comment puis-je acquérir la connaissance de ces connexions? N’est-ce pas?

Enseignant : Oui.

Étudiant : Alors comment faire? Est-ce que les chakras sont les clés?

Enseignant : Beaucoup de choses ont été dites et écrites à propos des centres énergétiques révélés dans l’instrument humain, mais ces centres énergétiques ne sont pas les connexions entre les mondes physique et subtil.

Le coeur fantôme est ce qui relie ensemble le corps physique et les corps subtils.

Étudiant : De quoi se compose-t-il?

Enseignant : Le coeur fantôme n’a pas de forme matérielle. Il est comme l’ombre de la conscience de l’âme qui peut se mouvoir entre les royaumes de l’instrument humain.

Étudiant : Ainsi il peut opérer de manière similaire à l’intérieur de l’intellect et du corps?

Enseignant : Le coeur fantôme est la conscience se déplaçant entre le corps, les émotions, l’intellect et la mémoire génétique à une vitesse plus grande que la lumière. C’est un point de conscience qui distribue à l’âme les expériences de l’instrument humain

Étudiant : Est-ce qu’il embellit les expériences ou les rapporte telles qu’elles sont?

Enseignant : Il rapporte tout en des termes extraordinaires.

Étudiant : Que voulez-vous dire?

Enseignant : Même lors des moments calmes de votre vie, lorsque vous admirez un paysage ou lisez un livre, le coeur fantôme enregistre une multitude d’expériences, et chaque détail, aussi infime qu’il soit, est enregistré et transmit à l’âme.

Le coeur fantôme est la superconscience de l’instrument humain. Il est séparé de l’âme, et il est considéré comme l’émissaire de l’âme pour le monde physique dans lequel l’instrument humain interagit.

C’est à travers cette conscience que l’âme expérimente le monde physique des limitations et de la séparation, attirant ces expériences vers elle, l’aidant ainsi à construire son appréciation pour le Grand Multivers, qui est le revêtement de la Source.

Étudiant : Pourquoi n’ai-je jamais entendu parler de cela avant?

Enseignant : Qui aurait pu te le dire?

Étudiant : Vous.

Enseignant : Je viens de te le dire, tu n’écoutais pas?

Étudiant : Oui, mais je suis votre étudiant depuis deux ans et c’est la première fois que j’entends parler du coeur fantôme. Pourquoi?

Enseignant : Nous enseignons par associations et métaphores. Tu as déjà entendu parler du coeur fantôme, mais n’avais jamais entendu son nom. Et maintenant que tu connais son nom, une image plus claire de sa conception et de son objectif se cristallise dans ton esprit.

Étudiant : Mais ça m’a pris deux ans avant d’apprendre son nom.

Enseignant : Certain prennent deux heures, d’autres toute une vie. Cela dépend des gens et comment ils trouvent leurs réponses. Tu a vu l’inconnu avant de voir ce qui doit être connu dans ta vie présente – là où ta conscience réside actuellement.

Étudiant : Bon, nous avons établi que je suis un rêveur.

Enseignant : Il n’y a rien de mauvais à rechercher l’inconnu. Je n’affirme pas que tu aies perdu ton temps dans la poursuite d’un rêve.

Étudiant : Il semble bien que je dois prendre plus de temps afin de comprendre ce coeur fantôme. Que me recommanderiez-vous d’apprendre à ce sujet?

Enseignant : Apprends tout ce que tu peux sur le corps humain, les émotions et l’intellect. Concentre-toi sur cette étude pendant un certain temps – peut-être une année ou deux, dépendamment de ta disponibilité. Pendant cette étude, prends note des caractéristiques de l’instrument humain qui te sembleront connectées ou exceptionnelles. Par exemple, les informations dominantes dans le cerveau sont celles qui sont perçues par les yeux. Alors, pourquoi les yeux ne dominent-ils pas la conscience?

Au fur et à mesure, organise les connexions et phénomènes exceptionnels. Commence à définir les structures de l’instrument humain comme si tu produisais un schéma des interactions entre le corps, les émotions, l’intellect et la mémoire génétique.

Souviens-toi que le coeur fantôme est l’ombre de l’âme et qu’il opère entre les différentes facettes de l’instrument humain. C’est le premier récepteur et transmetteur des expériences vécues par l’instrument humain d’une individualité spécifique.

Il est la continuité du processus non divisé dans le monde matériel, tandis que l’âme est la continuité du processus non divisé dans les mondes immatériels.

Étudiant : Et à propos du Navigateur d’Intégration?

Enseignant : Il est le raccord de continuité entre ces deux mondes.

Le Navigateur d’Intégrationest le lien entre les mondes temporel et intemporel. Il est le fusionnement de l’âme et du coeur fantôme, intégrant ce vaste entreposage d’expériences, en les rendant cohérentes afin qu’elles deviennent une force transformatrice.

Étudiant : Cela me prendra-t-il beaucoup de temps avant de me faire une idée et ensuite comprendre ces connexions?

Enseignant : Ça te prendra une vie si tu es chanceux. Cependant, si tu te place sur le chemin de la Source sans avoir préalablement compris les structures fondamentales dans lesquelles ton âme opère, tu poursuivras un mirage. Dieu apparaîtra et disparaîtra, et le doute surviendra à chaque fois qu’un nouvel élément croisera ton chemin. Tout te semblera impermanent, même le visage de Dieu.

Étudiant : Il y a quelques instants, vous avez dit que le Navigateur d’Intégration utilisait les expériences du transporteur d’âme et l’âme comme force transformatrice. La transformation de qui et dans quel but?

Enseignant : La transformation de la personnalité individuelle – la partie divine qui réside dans les mondes temporel et intemporel, qui est dévouée au Grand Plan et qui contient toutes les formes, les personnalités et les opinions.

Cette personnalité est l’identité qui supporte le changement de formes et l’agitation continuelle du temps afin dedevenir une extension consciente du Grand Plan.

Le but de cette transformation est d’explorer le Grand Multivers en étant les émissaires de la Source, créant ainsi de nouvelles opportunités pour l’expansion et l’évolution continues du Grand Plan.

Étudiant : Je devine que vous m’avez intentionnellement donné une réponse abstraite de façon à ce que je me souvienne de la direction à suivre.

Enseignant : Je ne t’ai donné que ce qui est disponible. Les mots eux-mêmes sont des abstractions, n’est-ce pas?

Étudiant : Si ça ne vous dérange pas, je voudrais retourner à ma tâche: étudier l’instrument humain. Existe-t-il un modèle que je peux utiliser pour fin de comparaison avec mon étude?

Enseignant : Il y a sûrement certaines personnes qui partageraient avec joie leurs recherches et leurs trouvailles. Je t’encourage à collaborer avec tes confrères étudiants. C’est une pratique très utile.

Étudiant : Vous avez parlé de connexions dans l’instrument humain ainsi que de phénomène exceptionnels. Pourriez-vous élaborer à ce sujet?

Enseignant : Les connexions de l’instrument humain sont les fils du tissu dont est fabriqué le coeur fantôme. Ces fils s’entrelacent pour former le chemin entre le corps physique, les émotions, l’intellect et la mémoire génétique. À l’intérieur de chacune de ces composantes existent des sous-couches, comme la peau du corps humain est différente du système nerveux, lequel est lui aussi différent du système squelettique.

Le corps est ainsi composé de plusieurs couches et composantes qui totalisent la structure entière. Il en est ainsi pour les émotions, l’intellect et la mémoire génétique.

Les connexions entre ces couches de l’instrument humain, lesquelles sont au nombre de vingt-quatre systèmes primaires, proviennent du Navigateurd’Intégration.

En d’autres termes, ces fils ont un terrain commun et touchent en spirale, chacun des vingt-quatre systèmes primaires, les reliant ensemble en un système holistique.

Étudiant : Quels sont les vingt-quatre systèmes? Est-ce que je les connais?

Enseignant : Ce n’est pas important de les connaître individuellement. Certains n’ont pas encore été découverts dans le monde spatio-temporel. Je ne mentionne le nombre que pour te démontrer la profondeur de l’instrument humain et son impeccable et miraculeuse structure.

Étudiant : Pourquoi est-ce si important?

Enseignant : Plusieurs cultures considèrent le corps de l’instrument humain vulnérable et fragile. Ils le considèrent défectueux et imparfait parce qu’il se dégénère en vieillissant et devient apte aux maladies. Dans certaines régions, il est reconnu comme n’étant riend’autre qu’un objet animé éprouvant des sensations de plaisir et de douleur. Le regard inférieur est maintenu envers lui, même par ceux qui sentent un impératif spirituel. Ils le voient comme un soi inférieur ou amoindri.

Étudiant : Mais c’est le soi inférieur, n’est-ce pas?

Enseignant : Il est le récipient de l’âme transcendante. Lorsque tu vois un récipient de beauté, te demandes-tu ce qu’il y a à l’intérieur?

Étudiant : Je suppose que lorsque je vois un récipient de beauté – comme une œuvre d’art –j’apprécie sa beauté et pas nécessairement son utilité.

Enseignant : Il n’a pas besoin d’être utile puisqu’il est beau, n’est-ce pas?

Étudiant : Exactement.

Enseignant : C’est la même chose pour l’instrument humain. C’est une si belle création. Si belle que beaucoup croient qu’elle est vide. Son objectif est à l’intérieur de l’instrument humain. Peu de personne voit les vingt-quatre systèmes, ils ne perçoivent que le scinq systèmes dominants; la peau, les muscles, les os, les émotions et l’intellect.

Étudiant : Pourquoi? Pourquoi nous ne voyons simplement que ces cinq systèmes et non pas les vingt-quatre?

Enseignant : Votre endoctrinement éducationnel et social vous permettent seulement la perception de ces cinq systèmes et vous ne pouvez donc ainsi apprécier et comprendre les dix-neuf autres systèmes. Dans la plupart des cas, ces systèmes requièrent plus de vigilance et de persistance pour pouvoir les comprendre et les apprécier.

Étudiant : Alors comment puis-je faire pour apprendre les autres dimensions de l’instrument humain?

Enseignant : Étudier l’instrument humain. Étudie le corps, les émotions, l’intellect et la mémoire génétique. Tu apprendras à comprendre ce qu’est réellement ce réceptacle sacré: l’explorateur, bien que temporaire, le véhicule de votre profonde et immortelle conscience dans les mondes spatio-temporels.

Étudiant : Mais si vous me donniez des informations à propos des vingt-quatre systèmes, est ce que ça m’aiderait dans mes études.

Enseignant : Peut-être, mais ce n’est pas nécessaire de comprendre intellectuellement tous les niveaux. Encore une fois, tu essaies de comprendre l’escalier au complet avant d’avoir compris les premières marches. C’est la fonction du temps de faire en sorte que l’escalier devienne compréhensible, étape par étape, et non pas en une unique révélation.

Étudiant : Je comprends.

Enseignant : J’ai éclairé le chemin universel. Maintenant, dis-moi ce que tu as appris.

Étudiant : Bien. Je vais faire de mon mieux. Le coeur fantôme relie les vingt-quatre niveaux de l’instrument humain et il est la conscience observatrice des mondes spatiotemporels de l’âme humaine.

Le coeur fantôme a de multiple fils, à défaut d’une meilleure description, qui entrelacent ensemble, ces vingt-quatre niveaux. Il utilise ces fils comme passage pour se mouvoir – sous forme de conscience – d’un niveau à un autre, à des vitesses quantiques.

Il transfère ensuite ces informations expérimentales à l’âme, laquelle traite alors ces informations de manière à faire évoluer sa compréhension du comment s’aligner avec le Grand Plan, et ainsi, apporter graduellement la lumière aux aspects ténébreux du grand Multivers.

Enseignant : Prends une grande respiration. Tu as bien écouté

Étudiant : Est-ce que j’ai bien compris?

Enseignant : Est-ce important d’avoir compris ou d’apprendre?

Étudiant : Y a-t-il une différence?

Enseignant : Les deux peuvent complètement s’opposer.

Étudiant : Je suis intéressé à apprendre et à comprendre.

Enseignant : Tu m’as demandé au tout début de notre dialogue, s’il existait une technique pour acquérir le savoir de Dieu. T’en souviens-tu?

Étudiant : Oui.

Enseignant : As-tu découvert la réponse?

Étudiant : Non. Je ne crois pas qu’il y ait une réponse.

Enseignant : Peut-être qu’il y a une réponse, mais elle est différente pour chaque être humain. Chaque être se rapproche de son créateur d’une manière unique, qui n’a jamais été expérimentée.

Si tu rassemblais le vaste réservoir de tes expériences des mondes spatio-temporels, penses-tu qu’elles aient déjà été copiées?

Étudiant : Je ne sais pas. Je n’y ai jamais pensé avant. Peut-être fondamentalement.

Enseignant : Seulement si tu simplifies grossièrement, tu verras certaines similitudes dans les chemins parcourus par les âmes ascendantes vers le royaume de leur Créateur.

La vérité est que nous sommes tous uniques comme l’est chaque planète dans le Grand Univers, et c’est justement cette unicité qui empêche une technique universelle d’émerger et de devenir la pilule magique de l’éclaircissement.

Étudiant : Je comprends. Est-ce que cela fut conçu ainsi intentionnellement?

Enseignant : Oui.

Étudiant : Je suppose que la vraie question serait quelles connaissances sont requises pour pouvoir construire mes propres techniques afin acquérir l’éclaircissement de mon propre soi multicouches?

Enseignant : Tu es sur la bonne voie si tu te pratique chaque jour à faire cette démarche, et si tu te sens comme un aimant, attirant cette connaissance dans ta vie à travers chaque facette de tes expériences.

Étudiant : Est-ce que ça m’aide si je crois que le coeur fantôme est présent en moi et qu’i labsorbe ces connaissances même si j’en suis inconscient?

Enseignant : Oui et c’est ce qu’il fait.

Étudiant : Je vous en suis reconnaissant.

Enseignant : Tu es toujours le bienvenu.

Organisation Enseignante Lyricus

Discours 4

Relation avec l’Univers

James, le créateur du matériel des Wingmakers, a traduit ce discours. Il est un des éléments significatifs dans les méthodes d’enseignement utilisées par les enseignants de l’Organisation Enseignante Lyricus, dont James est l’un des membres. Il est rendu disponible pour la première fois. Ce discours est un dialogue entre un enseignant et son élève, et il est consigné pour sa valeur instructive, ainsi, d’autres personnes peuvent les utiliser.

Enseignant : Ainsi, tu désires expérimenter le Navigateur d’Intégration. As-tu choisit comment?

Étudiant : C’est pourquoi je voulais vous rencontrer. J’ai pensé que vous pourriez m’indiquer une méthode ou une technique pour y arriver.

Enseignant : Si je pouvais le faire, tout ce qui existe ici (l’école spirituelle) ne serait-il pas inutile? Ne deviendrais-tu pas responsable de ton éducation? Toutes tes relations avec les gens seraient-elles remplacées par un voyage existentiel de connaissance de soi?

Étudiant : Je ne comprends pas.

Enseignant : Tu as réuni les connaissances internes et externes avec une passerelle sans partie centrale, et cette partie centrale est ton expérience qui confirme que les deux extrémités se rejoignent vraiment; qu’il existe une cohésion entre ces deux mondes; que la passerelle à une fonction. N’est-ce pas?

Étudiant : Oui.

Enseignant : Si tu trouvais cette partie centrale parmi tes expériences, ta passerelle serait construite et tu pourrais circuler entre les mondes internes et externes sans encombrement et indépendant. Tu souhaiterais ensuite enseigner aux autres comment construire leur propre passerelle. N’est-ce pas?

Étudiant : Exactement.

Enseignant : Penses-tu que les enseignants qui ont vécu sur la Terre ont construit leur passerelle et ne veulent pas partager cette connaissance avec les autres?

Étudiant : Non.

Enseignant : Alors, où est cette technique dont tu parles? Est-elle si bien cachée qu’aucun des plus brillants enseignants ne peut l’énoncer de manière compréhensible.

Étudiant : Dites-vous que personne n’a construit cette passerelle?

Enseignant : Non. Je dis que personne n’a voulu construire cette passerelle.

Étudiant : Alors pourquoi cela me tracasse-t-il autant?

Enseignant : Parce que tu crois qu’elle peut être bâti par des réponses, des expériences et des initiatives.

Étudiant : Et c’est impossible?

Enseignant : Elle ne peut pas se construire plus que ce qu’elle est déjà.

Étudiant : Que voulez-vous dire?

Enseignant : Peux-tu fabriquer cette roche? (Je tenais une roche que j’avais ramassée sur le sol)

Étudiant : Vous voulez dire, puis-je fabriquer une copie conforme?

Enseignant : Non. Je veux dire cette roche?

Étudiant : Non. Elle existe déjà.

Enseignant : Il en est ainsi de ta passerelle.

Étudiant : D’accord… je comprends le concept, mais si vous ne l’avez jamais expérimentée, quelle est sa valeur si elle existe déjà?

Enseignant : Cela dépend de toi.

Étudiant : De quelle façon?

Enseignant : Vois-tu plus ce qui est visible que ce qui est invisible?

Étudiant : Je ne sais pas… je ne suis pas certain de comprendre.

Enseignant : Tu as la connaissance et la discipline. Tu as l’intuition et la vision. Tu as l’initiative et l’astuce. Tu as la volonté et la persistance. Est-ce que ceux-ci sont plus importants pour toi que l’expérience consciente manquante du Navigateur d’Intégration?

Étudiant : Je crois que lorsque j’aurai expérimenté le Navigateur d’Intégration, il surpassera toutes ces choses ou il les rassemblera dans un ordre collectif et je serai ainsi une meilleure personne et un meilleur enseignant.

Enseignant : Mais si tu ne peux construire quelque chose, comment peux-tu enseigner sa construction?

Étudiant : Mais alors vous dites que je l’expérimente déjà comme tous et chacun; c’est juste que nous l’ignorons. Encore une fois, je comprends le concept, mais il me semble que certains vivent cette expérience.

Enseignant : En ce moment même tu l’expérimentes comme moi.

Étudiant : Oui, mais vous en êtes probablement conscient alors que je ne le suis pas.

Enseignant : Non, je suis conscient de nous. Je suis conscient de ce sur quoi je porte mon attention. Je ne peux porter mon attention sur le Navigateur d’Intégration parce qu’il appartient à une fréquence énergétique hors de portée des sensations corporelles et mentales.

Étudiant : Donc, vous dites que le Navigateur d’Intégration ou l’âme humaine est invisible aux sens humains peu importe ce que l’on fait? Qu’il n’y a aucune technique qui nous permet de s’ajuster à lui ou lui à nous?

Enseignant : Exactement.

Étudiant : Ainsi, mon désir est sans fondement?

Enseignant : Ton désir est naturel et bien fondé; c’est juste que tu n’atteindras pas l’expérience que tu souhaites.

Étudiant : Alors pourquoi ai-je le sentiment que quelque chose de vital me manque? Pourquoi ai je cette impression agaçante que les réponses manquantes m’écartent de mon chemin légitime?

Enseignant : Comme je te l’ai déjà mentionnée, ton attention se porte sur ce qui te manque parce que tu as invité l’impossible dans ton monde et que tu as idéalisé ce que les autre savant toi ont atteint en partageant leur savoir.

Tu crois qu’une grande connaissance ne peut provenir que de l’expérimentation des mondes cachés de l’inconnu dans lesquels l’âme humaine vit, et que sans cette expérience tu es incapable de remplir ta promesse.

Étudiant : Mais plusieurs des plus grands enseignants partagent leur vision de ces mondes et dimensions intérieurs dont le Navigateur d’Intégration fait partie. Si je ne peux explorer ces mondes comme ils le font, comment puis-je étendre la conscience de mon époque?

Enseignant : Je vais partager un secret avec toi. Ce n’est pas quelque chose que je fais avec plaisir mais plutôt par sens du devoir. Les récits des autres mondes sont brodés du même tissu que les rêves.

Les mystiques, les saints, et même certains des plus grands enseignants de l’espèce humaine vivent dans un corps avec les mêmes gammes de perceptions limitées que toi et moi. Leurs récits parfois spectaculaires d’autres dimensions et plans d’existence sont subjectifs, des rêves lucides non-reproduisibles qui furent rapportés comme étant des mondes de splendeur objectifs.

Étudiant : Dites-vous que les récits mystiques sont des inventions?

Enseignant : Certains le sont. D’autres sont de mauvaises interprétations de rêves lucides. Certains autres sont des rencontres avec les mondes métadimensionnels du futur multivers. D’autres encore sont des rencontres avec des êtres hors planétaires. Certains sont des supercheries orchestrées.

Ce que je veux dire c’est que ceux qui parlent bruyamment de leurs expériences de l’âme humaine et des mondes dans lesquels elle réside recherche souvent à décrire leur propre gloire plutôt qu’une réalité objective.

Étudiant : J’ai besoin d’un peu de temps pour assimiler. Vous semblez mettre en doute mes enseignants pour lesquels j’ai le plus grand respect.

Enseignant : Je t’ai dit que je ne prenais aucun plaisir à te faire cette révélation. Je n’essaie pas de discréditer aucun enseignant. Je vais reprendre mon explication. Si je découvre un endroit sur la Terre que personne ne connaît, et si je dessine une carte avec les coordonnés de positionnement de cette découverte, je pourrais expliquer à n’importe quelle personne qui sait lire une carte comment trouver cet endroit. Je pourrais également mener ces gens vers cet endroit en me basant sur mon expérience.

Alors pourquoi n’existe-t-il pas de cartes pour ces mondes intérieurs?

Et avant que tu ne répondes, souviens-toi que même s’il y a des cartes, elles ne sont pas cohérentes dans leurs échelles ou leurs mesures, et ainsi, elles ne décrivent pas la même géographie interne.

Étudiant : J’avoue qu’il y a des incongruités à propos des structures du multivers, mais cela ne signifie pas nécessairement qu’il n’existe pas.

Enseignant : Je ne dis pas qu’il n’existe pas. Il n’y a pas de cartes! Il n’y a pas de cartographes de ces mondes parce que les limites de ces mondes sont infinies. Comment décrire l’infini de la Source? Avec un crayon et du papier? Comment réduire la vision extraordinaire de notre Créateur collectif en mots et en méthodologies?

Étudiant : Dites-vous que c’est impossible – ce désir d’expérimenter les dimensions internes de mon être?

Enseignant : Les meilleurs enseignants laisse entrevoir la possibilité et en même temps, ils ne considèrent jamais que cela manque à leur vie. La fascination pour le phénomène est remplacée par le consentement à l’éclat des vraies qualités de l’esprit humain à travers leurs expressions, leurs mots, et leurs actions, et ils le font ainsi avec leur unique personnalité intacte.

Étudiant : Alors comment la conscience peut-elle évoluer si chaque génération n’enseigne rien de nouveau à propos des mondes intérieurs? Ou pire encore, ajoute plus de confusion sur le comment opèrent ces mondes à l’intérieur de notre conscience?

Enseignant : Comme je l’ai déjà mentionné, la passerelle, ou la conscience dans ce cas-ci, est construite. Elle ne peut évoluer, s’améliorer, ou se rehausser. Il s’agit d’une conscience à multiples facettes qui est vraiment au-delà de la compréhension humaine, comme les frontières de l’Univers sont au-delà de la Terre.

C’est l’appréciation de cette conscience qui a besoin d’évoluer; et c’est son application comme source de guidance et d’inspiration qui requiert un enseignement

Étudiant : C’est exactement où je voulais en venir. C’est justement ce que je veux enseigner, mais si je n’ai pas expérimenté cette superconscience, comment puis-je aider les autres à faire évoluer leur appréciation?

Enseignant : Tu as demandé de l’aide pour expérimenter ce qui ne peut être expérimenté au lieu de choisir de dire à l’Univers ce que tu veux apprécier.

Étudiant : Je ne comprends pas.

Enseignant : L’Univers répond à tes directives, pas à tes questions, espoirs ou prières. Si tu choisis de définir ton avenir en disant à l’univers ce que tu désires expérimenter et apprécier, et que tu retiennes ces pensées dans ton esprit avec une persistance acharnée, l’Univers– de par sa conception – répondra en conséquence.

Si, d’un autre côté, tu te poses des questions et pries pour des réponses, l’Univers répondra par un silence assourdissant parce que tu n’auras pas donné de direction.

Étudiant : Vous faites référence au procédé de co-création, et j’en connais les principes, mais quel rapport y a-t-il avec mon désir d’augmenter ma compréhension de la conscience et d’enseigner cette compréhension aux autres?

Enseignant : Un désir n’est pas une directive. Simplement désirer atteindre quelque chose n‘engage en rien l’Univers; cela n’engage que ton pouvoir personnel et l’application de ta volonté vers l’atteinte d’un but. La prière, comme elle fut conçue originalement, contenait deux objectifs complémentaires; De démontrer à l’Univers qu’un individu fait des choix en rapport avec sa destiné, et d’exprimer sa gratitude envers l’Univers pour son infaillible support.

Étudiant : À partir de ce que vous venez de dire, je présume que ça na pas de sens de donner comme directive à l’Univers de m’amener à expérimenter personnellement le Navigateur d’Intégration?

Enseignant : Tu peux donner n’importe quelle directive que tu veux. L’Univers n‘est pas obligé de répondre, il le fait tout simplement. L’Univers te connaît par tes choix. Tu te révèles par cet acte simple, et à travers cette intimité, l’Univers te répondra en conséquence et il se révélera ainsi.

Si tu demandes à l’Univers de t’amener à expérimenter le Navigateur d’Intégration, il t’y aidera, mais tu n’auras aucun souvenir conscient parce que, comme je te l’ai déjà dis, la signature vibratoire du Navigateur d’Intégration n’est pas perceptible à l’esprit ou aux sens humains. Il n’existe pas de méthode pour saisir cette expérience – l’esprit est comme une caméra, mais les sens qui représentent la pellicule – ne sont pas présents.

Étudiant : Ainsi, l’Univers répond aux directives, mais je pourrais penser qu’il n’écoutait pas parceque je ne me souviendrais pas de cette expérience?

Enseignant : Oui. Cela survient fréquemment avec les directives associées aux dimensions supérieures, quelque chose ressemblant à une omission perceptuelle. Cette condition peut créer un ressentiment et un sentiment désagréables que l’Univers est indifférent ou qu’il est déréglé, malgré le fait que la plupart des individus considèrent qu’ils sont responsables de leurs échecs – du moins consciemment.

Néanmoins, chez la plupart des élèves, se cachant sous la culpabilité de l’esprit conscient, existe une sensation que l’Univers est indifférent, ou même pire, intentionnellement non-réceptif

Étudiant : Comment dois-je adresser une directive à l’Univers? Par une demande énergique?

Enseignant : Chaque individu est le créateur de son chemin évolutif. En tant que tel, vous devez créer vous-même les priorités et les structures de votre propre chemin.

Vous pouvez trouver des informations dans les livres ou auprès d’enseignants, mais la création du chemin vous appartient, peu importent les circonstances externes comme la conformité religieuse. Lorsque bien compris et assimilé, cela devient votre fondement opérationnel. C’est le devoir spirituel de chacun, et c’est le premier pas vers le chemin de la co-création avec l’Univers.

La seconde étape sur ce chemin est une affectation de priorité claire. Il existe une séquence à suivre pour chaque directive – un ordre dans lequel se construit un objectif final ou une réalisation.

Étudiant : S’ils vous plaît, expliquez-moi comment cela s’applique-t-il à la révélation spirituelle?

Enseignant : Lorsque vous avez comme objectif de comprendre votre identité – pas seulement l’être humain mais votre fragment de l’esprit de la Source, vous devez diviser votre objectif en plusieurs composantes comme des cubes de construction, et voir la séquence dans le procédé. Sous cette séquence existe la fluidité qui fournit une transformation et une adaptation rapides.

Une fois que cela est défini, vous appelez l’Univers à répondre à ce plan par le simple et persistant fait de le définir et, le plus important, de le redéfinir. La pensée qui doit préoccuper le plus votre esprit est que l’Univers « tend l’oreille » à votre plan, et qu’il répond en changeant ou en réorganisant vos environnements physique, émotionnel, mental et spirituel selon ses observations.

L’Univers le fait sans égard à ce que vous appelleriez le mérite. Il le fait car c’est sa nature.

Étudiant : Qu’arrive-t-il si mes plans ne sont pas clairs ou s’ils sont mal conçus?

Enseignant : Tu seras probablement frustré ou insatisfait des événements qui se présenteront.

Étudiant : Pouvez-vous me donner un exemple?

Enseignant : Si quelqu’un prévoyait débuter sa profession d’enseignant avant qu’il ne soi adéquatement entraîné lors de ses études, et que l’Univers lui répond en lui fournissant des étudiants, il pourrait perpétuer sa propre incompréhension à ses étudiants. C’est un exemple fréquent pour les futurs enseignants des arts spirituels.

Étudiant : Mais ce que vous avez mentionné auparavant, à propos de définir notre plan et sa séquence, s’ils sont faits correctement, nous éviterons ainsi les plans mal conçus?

Enseignant : L’Univers surveille fidèlement chacun de vos mouvements ainsi que chacune de vos connexions vis-à-vis de votre objectif. Le moyen d’éviter les plans mal conçus demeure principalement dans la découverte de votre voix originale – séparée des milliers d’autres voix qui t’ont influencées – et de permettre à cette voix de définir et d’attirer la rencontre avec ta divinité. C’est cette voix ainsi que le discernement et la perspicacité derrière celle-ci qui te place et te garde dans la sécurité de l’Univers.

Étudiant : Mais il existe tellement d’autres visions que la mienne. Pourquoi devrais-je écouter ma voix au lieu de celles de mes enseignants?

Enseignant : Écoutes-tu tes enseignants, ou compares-tu leurs mots avec ce qui résonne en toi et que tu ressens être vrai?

Étudiant : Pour être franc, je compare leurs mots avec mon propre sens de la vérité.

Enseignant : Ainsi, tu écoutes déjà ta propre voix?

Étudiant : D’une certaine façon, je suppose. Mais j’utilise ma voix comme règle, mesurant les mots de mes enseignants avec mon intuition ou… ou avec une faculté semblable. Je ne suis pas l’auteur de cette pensée ou de cette idée – je l’évalue simplement.

Enseignant : Et pourquoi fais-tu cela? Pourquoi te rabaisses-tu à mesurer et à analyser au lieu de créer et d’inventer?

Étudiant : Parce que je suis inexpérimenté et je manque de connaissance.

Enseignant : Mais tu viens de reconnaître que tu as de l’expérience dans l’évaluation de la substance de l’enseignement – que tu peux percevoir la vérité et la valeur d’un enseignement, d’un principe ou d’une suggestion.

Étudiant : Oui, mais c’est une chose d’avoir la connaissance et l’habileté d’évaluer, et c’en est une autre de pouvoir inventer ou de percevoir la connaissance de la vérité à l’intérieur de soi.

Enseignant : Pourquoi?

Étudiant : Je ne suis pas certain de savoir comment l’expliquer.

Enseignant : La connaissance qui te transformera provient de ton expérience personnelle de deux phénomènes fondamentaux; les vibrations Lumineuses et Sonores de la Source.

Étudiant : Exactement, et le moyen d’atteindre cette connaissance expérimentale de la Lumière et du Son requiert les enseignements d’un expert – la sorte d’enseignement que seuls les enseignants de haut niveau peuvent fournir.

Enseignant : Apprécies-tu la transformation de la conscience? Est-ce que c’est quelque chose que tu as demandé à l’Univers de te fournir ou attends-tu qu’un enseignant te prenne par la main et te conduise à la Lumière et au Son?

En d’autres termes, attends-tu d’évaluer les enseignements d’un être humain, ou ordonnes-tu à l’Univers de te fournir cette expérience?

Étudiant : Je suis venu ici, à cette école spirituelle pour apprendre comment expérimenter la Lumière et le Son de la Source ainsi je pourrais partager cette connaissance aux autres.

Enseignant : Donc tu attends un être humain.

Étudiant : Peut-être que c’est de cette façon que l’Univers répondra à ma directive, de me conduire vers un enseignement qui me montrera le chemin.

Enseignant : L’Univers et toi êtes les enseignants. Ensemble vous êtes la voie active, constante, infatigable, incessante qui peut fournir sur demande l’expérience immédiate. Ou, tu peux attendre que l’Univers t’envoi des messagers revêtus d’une forme humaine qui sont moins actifs, immédiats, énergiques, réceptifs et durables – si c’est ton choix… ta directive.

Étudiant : Ainsi, vous me dites de devenir un partenaire plus actif avec l’Univers.

Enseignant : Ajoute la responsabilité et l’acceptation du partenariat avec l’Univers, et tu auras adéquatement évalué mon enseignement.

Étudiant : J’ai l’impression que vous suggérez que les enseignants n’aient pas leur place dans ce procédé. N’est-ce pas?

Enseignant : Chacun sur son chemin de vie aura un rôle à jouer – les enseignants aussi.

L’Univers orchestrera les bons mots, les bons sons, la bonne lumière, la bonne signification correspondant à ton chemin de vie, et ceux-ci proviendront de la nature, des humains, des animaux, de la technologie, et de leurs combinaisons.

Le procédé, l’Univers et to iêtes inséparables lorsque vous êtes bien dirigés.

Étudiant : Donc la vraie connaissance est de savoir comment ordonner à l’Univers?

Enseignant : C’est la relation que tu entretiendras qui est réceptive à l’impression de tes pensées et à l’expression de ton cœur. Tu peux lui ordonner et il te répondra.

Étudiant : Quelle est la clé pour ordonner à l’Univers?

Enseignant : De se sentir uni et en harmonie avec l’Univers. De vraiment sentir que l’Univers coule à travers toi et que cela crée le chemin de vie sur lequel tu marches.

De faire confiance à ce chemin de vie, sachant que c’est une co-création entre toi et l’Univers, et de démontrer cette confiance de toutes les façons. Présumant que toutes les fondations sont en place, alors celles-ci expriment simplement les plus hautes expressions possibles du plus profond de votre cœur.

Étudiant : Comment puis-je arriver à savoir cela?

Enseignant : En écoutant ta voix originale. En lui permettant d’être expansible, mystérieuse, paradoxale, illimitée et joyeuse.

Lorsque tu laisse à cette partie de toi l’opportunité de s’exprimer, elle articulera les plus profonds désirs ardents de ton cœur et de ton âme, et c’est ces désirs ardents que l’Univers est le plus apte à écouter et finalement à répondre.

Étudiant : Mais est-ce que l’Univers répond aussi à nos pensées et nos prières?

Enseignant : Il y a ceux qui vous diront que vous pouvez demander à l’Univers l’abondance, la santé, de bonnes relations, un nouvel emploi et n’importe quelle chose que votre esprit demande, et qu’il répondra à tous vos souhaits.

L’Univers est neutre face à vos besoins matériels à l’intérieur des mondes de la forme.

Quels succès vous atteindrez en tan qu’être humain – selon le système de mesure des hommes – ne concernent pas l’Univers, il ne concerne que l’esprit et l’ego socialement entraînés.

Étudiant : Mais il existe des implications pratiques à ce partenariat avec l’Univers, n’est-ce pas?

Enseignant : Si vos plus grandes aspirations provenant du plus profond de votre être sont appuyées par l’Univers, vous avez les plus grandes chances de succès dans votre quête matérielle de prospérité et de bonnes relations – parce que les deux sont inséparables,n’est-ce pas?

Étudiant : Oui.

Enseignant : Cependant, ceux qui ont le pouvoir organisent le système à l’intérieur des mondes de la forme, et c’est ce pouvoir qui dicte la définition de la prospérité. L’Univers n’est pas impliqué dans ces cas-là, ce sont les humains au pouvoir qui définissent ces choses, et l’Univers n’est pas en alignement avec ces définitions.

Étudiant : Ainsi les deux voies ne sont pas compatibles?

Enseignants : De quelles deux voies fais-tu référence?

Étudiant : Les requêtes de la prospérité humaine et de la survie pratique, et les aspirations de mon moi supérieur.

Enseignant : Il n’y a pas d’incompatibilité inhérente. Il s’agit simplement de savoir où placer ton attention et comment tu définis la prospérité, les bonnes relations, le succès, ainsi de suite.

Si tu essaies de diriger l’Univers vers le type de prospérité et de préoccupations matérielles humaines, fait-le tout en comprenant que l’Univers est indifférent à ces préoccupations, et qu’en réalité, tu présentes une requête à la Mémoire Génétique, et pas à l’Univers.

Tu peux recevoir une certaine aide de la part de la Mémoire Génétique ainsi que des influences psychiques, mais généralement, elles ne peuvent évincer le système temporel de la pratique, de la persistance, de la création, de l’évolution et de la patience.

Étudiant : Je crois que je comprends votre conseil.

Merci beaucoup.

Enseignant : Tu es le bienvenu

http://www.wingmakers.com/

Les enseignements du Discours 5, qui parle de la Zone Interface de notre ADN Réseau, sont au sein d’un document protégé que je ne peux donc pas vous retransmettre ici. Voici le lien :

http://www.wingmakers.com/downloads/frenchdiscourse5.pdf

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Ajouter un commentaire

Envoyer un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

Vous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Les + vus cette semaine

Articles Phares