Champs Akashiques Drunvalo Melchizédek Enseignements

Usage du treillis planétaire

grille-planetaireAfin que nous puissions comprendre la procédure choisie, il faut parler des treillis. Le treillis est une structure cristalline éthérique qui enveloppe complètement la planète et qui a la faculté de retenir la conscience de chaque espèce vivante sur la Terre.

Oui, il y a une composante électromagnétique associée à la troisième dimension, mais il y en a aussi une pour chaque autre dimension d’existence.

La science finira par découvrir qu’il existe un treillis pour chaque espèce dans le monde. A l’origine, il y a avait donc 30 millions de treillis différents autour de la Terre, mais maintenant, il n’y en a plus que 13 à 15 millions, et ce nombre décroît rapidement.

S’il y avait seulement deux insectes sur cette planète et s’ils vivaient quelque part dans l’Etat de l’Iowa, leur treillis énergétique s’étendrait tout autour de la planète. Sinon, ils ne pourraient pas exister. Telle est la nature de notre réalité.

Chacun de ces treillis a sa propre géométrie, qui est unique ; il n’y en a pas d’autres comme lui. Tout comme le corps d’une espèce est unique, son point de vue, son interprétation de la réalité l’est également. Le treillis de la conscience christique retient en lui la conscience christique de la planète, et s’il n’était pas là, nous ne pourrions pas parvenir à la conscience christique.

Il était là du temps de l’Atlantide, quand bien même nous étions très jeunes, et il commençait tout juste à fonctionner à certaines périodes de la précession des équinoxes. Les maîtres ascensionné savaient que la conscience christique et son ossature, le treillis éthérique, tomberaient dans un état passif à cause des Martiens et leurs expériences.

Pour cette raison, ils décidèrent de réactiver artificiellement ce treillis de la conscience christique qui existe autour de la terre. Ce serait un treillis vivant, mais il serait fabriqué artificiellement – tout comme on crée un cristal artificiel à partir de la cellule vivante d’un cristal vivant.

Ensuite, au bon moment, en espérant que nous n’allions pas nous entretuer auparavant, le nouveau treillis serait complété et nous pourrions à nouveau faire l’ascension jusqu’à notre niveau de conscience précédent. Un exemple de l’effet que produit un treillis sur les êtres vivants est démontré par ce qu’on appelle la théorie du centième singe que voici :

Vous avez peut-être déjà lu : The hundredth Monkey, de Ken Keyes Jr, ou le livre plus ancien de Lyall Watson, Lifetide : The Biology of the Unconscious, qui décrit un projet de recherche scientifique de trente ans sur le singe japonais.

L’île de Koshima, au Japon, avait une colonie de ces singes à l’état sauvage et les scientifiques leur procuraient des patates douces qu’on laissait souvent tomber sur le sable. Les singes aimaient ce genre de nourriture, mais pas les grains de sable ni la poussière. Une femelle de dix huit mois du nom de Imo résolut un jour le problème en trempant sa patate dans de l’eau avant de la manger. Elle enseigna ensuite le truc à sa mère. Les autres singes qui jouaient avec elle l’apprirent aussi et bientôt leurs mères le connaissaient également. En peu de temps, tous les jeunes singes lavaient leur patate avant de la décorer, mais seuls les adultes qui imitaient leurs enfants purent l’apprendre. Les scientifiques consignèrent tous les détails de cette expérience par écrit entre les années 1952 – 1958.

Soudain, au cours de l’automne 1958, le nombre de singes qui lavaient leur patate avant de la manger sur l’île de Koshima atteignit une masse critique de le Dr Watson avait arbitrairement placée à 100, et d’un seul coup, pour ainsi dire, chaque singe sur l’île se mit à laver sa patate avant de la manger, apparemment sans aucune influence extérieure. Si cela s’était passé uniquement sur une île, les scientifiques auraient probablement pensé qu’il s’agissait là d’une certaine forme de communication entre singes et ils auraient cherché dans cette direction, mais les singes qui vivaient sur les îles avoisinantes avaient également commencé à agir de la sorte.

Et même à Takasakiyama, sur le continent japonais, les singes lavaient maintenant leur nourriture dans de l’eau avant de la manger. Il était impossible qu’ils aient pu communiquer entre eux de quelque manière connue. C’était la première fois que les scientifiques observaient un tel phénomène. C’est alors qu’ils postulèrent qu’il devait exister une sorte de structure morphogénétique ou de champ électromagnétique qui rayonnait sur toutes ces îles et grâce auquel les singes pouvaient communiquer entre eux.

Extrait de l’Ancien secret de la Fleur de Vie – Tome 1 – de Drunvalo Melchizédek

http://francesca1.unblog.fr

Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

MilenaVous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Recherchez sur le réseau

Articles Phares