Autres Mondes The Coming Race - la race qui nous supplantera

The « Coming Race », la race qui nous supplantera – Partie 3

The Coming Race (La Race qui nous supplantera) par Edward Bulwer-Lytton

Bulwer Lytton (connu dans le monde entier par son fameux roman : Les Derniers Jours de Pompéi) a écrit aussi des oeuvres ésotériques. En particulier cet ouvrage intitulé : The Coming Race, dans lequel il décrit une civilisation très en avance sur la nôtre qui se cache dans des cavernes au centre de la Terre. Ces cavernes sont éclairées par une lumière très forte qui semble provenir de l’électrification de l’atmosphère. Les habitants sont végétariens. Ils ne se déplacent pas en marchant, mais en volant à l’aide d’engins dont le fonctionnement nous serait incompréhensible. Ils ne connaissent pas la maladie, vivent longtemps, peut-être des siècles. Leur organisation sociale est parfaite. Il n’y a pas d’exploitation. Chacun reçoit ce dont il a besoin.

Lire la 1ère partie 2ème partie

Chapitre 7

On m’assigna une chambre dans ce vaste édifice. Elle était meublée d’une façon charmante et fantastique, mais sans cette magnificence de pierres et de métaux précieux, qui ornait les appartements plus publics. Les murs étaient tendus de nattes diverses, faites avec les tiges et les fibres des plantes, et le parquet était couvert de la même façon.

Le lit n’avait pas de rideaux. Ses supports en fer reposaient sur des boules de cristal. Les couvertures étaient d’une matière fine et blanche, qui ressemblait au coton. Plusieurs tablettes portaient des livres. Un enfoncement, fermé par des rideaux, communiquait avec une volière remplie d’oiseaux chanteurs, dans lesquels je ne reconnus pas une seule des espèces que j’avais vues sur la terre, si ce n’est une jolie espèce de tourterelles, différant cependant des nôtres en ce qu’elle avait sur la tête une huppe de plumes bleuâtres. On avait appris à tous ces oiseaux à chanter des airs réguliers, et ils dépassaient de beaucoup nos bouvreuils savants, qui ne peuvent
guère aller au-delà de deux morceaux et ne peuvent pas, je crois, chanter en partie. On aurait pu se croire à l’Opéra quand on écoutait les concerts de cette volière. C’étaient des duos, des trios, des quatuors et des chœurs, tous notés et arrangés comme dans nos morceaux de musique.

Si je voulais faire taire les oiseaux, je n’avais qu’à tirer un rideau sur la volière, et leur chant cessait dès qu’ils se trouvaient dans l’obscurité.

Une autre ouverture servait de fenêtre, sans vitre, mais si l’on touchait un ressort, un volet s’élevait du plancher ; il était formé d’une substance moins transparente que le verre, assez cependant pour laisser passer le regard. À cette fenêtre était attaché un balcon, ou plutôt un jardin suspendu, où se trouvaient des plantes gracieuses et des fleurs brillantes. L’appartement et ses dépendances avaient donc un caractère étrange dans ses détails, et pourtant dans son ensemble il rappelait les habitudes de notre luxe moderne ; il eût excité l’admiration si on l’avait trouvé attaché à la demeure d’une duchesse anglaise ou au cabinet de travail d’un auteur français à la mode.

Avant mon arrivée, c’était la chambre de Zee ; elle me l’avait gracieusement cédée.

Quelques heures après le réveil dont j’ai parlé dans le chapitre précédent, j’étais étendu seul sur ma couche, essayant de fixer mes pensées et mes conjectures sur la nature du peuple au milieu duquel je me trouvais, lorsque mon hôte et sa fille Zee entrèrent dans ma chambre. Mon hôte, parlant toujours ma langue, me demanda, avec beaucoup de politesse, s’il me serait agréable de causer ou si je préférais rester seul. Je répondis que je serais très honoré et très charmé de cette occasion d’exprimer ma gratitude pour l’hospitalité et les politesses dont on me comblait dans un pays où j’étais étranger, et d’en apprendre assez sur les mœurs et les coutumes pour ne pas risquer d’offenser mes hôtes par mon ignorance.

En parlant, je m’étais naturellement levé ; mais Zee, à ma grande confusion, m’ordonna gracieusement de me recoucher, et il y avait dans sa voix et dans ses yeux, quelque doux qu’ils fussent d’ailleurs, quelque chose qui me força d’obéir. Elle s’assit alors sans façon au pied de mon lit, tandis que son père prenait place sur un divan à quelques pas de nous.

– Mais de quelle partie du monde venez-vous donc ? me demanda mon hôte, que nous nous semblons réciproquement si étranges ? J’ai vu des spécimens de presque toutes les races qui diffèrent de la nôtre, à l’exception des sauvages primitifs qui habitent les portions les plus désolées et les plus éloignées de notre monde, ne connaissant d’autre lumière que celle des feux volcaniques et se contentant d’errer à tâtons dans l’obscurité, comme font beaucoup d’êtres qui rampent, qui se traînent, ou même qui volent. Mais, à coup sûr, vous ne pouvez faire partie d’une de ces tribus barbares, et, d’un autre côté, vous ne paraissez appartenir à aucun peuple civilisé.

Je me sentis quelque peu piqué de cette dernière observation et je répondis que j’avais l’honneur d’appartenir à une des nations les plus civilisées de la terre ; et que, quant à la lumière, tout en admirant le génie et la magnificence avec lesquels mon hôte et ses concitoyens avaient réussi à illuminer leurs régions impénétrables au soleil, je ne pouvais cependant comprendre qu’après avoir vu les globes célestes, on pût comparer à leur éclat les lumières artificielles inventées pour les besoins des hommes. Mais mon hôte disait qu’il avait vu des spécimens de la plupart des races différentes de la sienne, à l’exception des malheureux barbares dont il m’avait parlé. Était-il donc possible qu’il ne fût jamais venu à la surface de la terre, ou ne parlait-il que de races enfouies dans les entrailles du globe ?

Mon hôte garda quelque temps le silence ; sa physionomie montrait un degré de surprise que les gens de cette race manifestent rarement dans les circonstances même les plus extraordinaires.

Mais Zee montra plus de sagacité.

– Tu vois bien, mon père, s’écria-t-elle, qu’il y a de la vérité dans les vieilles traditions ; il y a toujours de la vérité dans toutes les traditions qui ont cours en tout temps et chez toutes les tribus.

– Zee, dit mon hôte avec douceur, tu appartiens au Collège des Sages et tu dois être plus savante que je ne le suis ; mais comme Directeur du Conseil de la Conservation des Lumières, il est de mon devoir de ne rien croire que sur le témoignage de mes propres sens.

Alors, se tournant vers moi, il m’adressa plusieurs questions sur la surface de la terre et sur les corps célestes ; quelque soin que je prisse de lui répondre de mon mieux, je ne parus ni le satisfaire ni le convaincre. Il secoua tranquillement la tête et, changeant un peu brusquement de sujet, il me demanda comment, de ce qu’il se plaisait à appeler un monde, j’étais descendu dans un autre monde. Je répondis que sous la surface de la terre il y avait des mines contenant des minéraux ou métaux nécessaires à nos besoins et à nos progrès dans les arts et l’industrie ; je lui expliquai alors brièvement comment, en explorant une de ces mines, mon malheureux ami et moi avions aperçu de loin les régions dans lesquelles nous étions descendus et comment notre tentative lui avait coûté la vie. Je donnai comme témoins de ma véracité la corde et les grappins que l’enfant avait rapportés dans l’édifice où j’avais d’abord été reçu.

Mon hôte se mit alors à me questionner sur les habitudes et les mœurs des races de la surface de la terre, surtout de celles que je regardais comme les plus avancées dans cette civilisation qu’il définissait volontiers : « l’art de répandre dans une communauté le tranquille bonheur qui est l’apanage d’une famille vertueuse et bien réglée ».

Naturellement désireux de représenter sous les couleurs les plus favorables le monde d’où je venais, je passai légèrement, quoique avec indulgence, sur les institutions antiques et déjà en décadence de l’Europe, afin de m’étendre sur la grandeur présente et la prééminence future de cette glorieuse République américaine, dans laquelle l’Europe cherche, non sans jalousie, un modèle et devant laquelle elle tremble en prévoyant son destin. Choisissant comme exemple de la vie sociale aux États-Unis la ville où le progrès marche avec le plus de rapidité, je me lançai dans une description animée des mœurs de New-York.

Mortifié de voir, à la physionomie de mes auditeurs, que je ne produisais pas l’impression favorable à laquelle je m’attendais, je m’élevai plus haut ; j’insistai sur l’excellence des institutions démocratiques, sur la manière dont elles faisaient régner un tranquille bonheur par le gouvernement d’un parti, et sur la façon dont elles répandaient ce bonheur dans les masses en préférant, pour l’exercice du pouvoir et l’acquisition des honneurs, les citoyens les plus infimes sous le rapport de la fortune, de l’éducation et du caractère. Je me souvins heureusement de la péroraison d’un discours sur l’influence purifiante de la démocratie américaine et sur sa propagation future dans le monde entier ; discours prononcé par un certain sénateur éloquent (pour le vote sénatorial duquel une compagnie de chemin de fer, à laquelle appartenaient mes deux frères, venait de payer 20 000 dollars), et je terminai en répétant ses brillantes prédictions sur l’avenir magnifique qui souriait à l’humanité, quand le drapeau de la liberté flotterait sur tout un continent, alors que deux cents millions de citoyens intelligents, habitués dès l’enfance à l’usage quotidien du revolver, appliqueraient à l’Univers épouvanté les doctrines du patriote Monroe.

Quand j’eus fini, mon hôte secoua doucement la tête et tomba dans une rêverie profonde, en faisant signe à sa fille et à moi de rester silencieux pendant qu’il réfléchissait. Au bout d’un certain temps, il dit d’un ton sérieux et solennel :

– Si vous pensez, comme vous le dites, que, quoique étranger, vous avez été bien traité par moi et les miens, je vous adjure de ne rien révéler de votre monde à aucun de mes concitoyens, à moins que, après réflexion, je ne vous permette de le faire. Consentez-vous à cette demande ?

– Je vous donne ma parole de me conformer à vos désirs, dis-je un peu surpris.

Et j’étendis ma main droite pour saisir la sienne. Mais il plaça doucement ma main sur son front et sa main droite sur ma poitrine, ce qui est, pour cette race, une manière de s’engager pour toute espèce de promesse ou d’obligation verbale.

Puis, se tournant vers sa fille, il dit :

– Et toi, Zee, tu ne répéteras à personne ce que l’étranger a dit, ou pourra dire, soit à toi, soit à moi, d’un monde autre que celui où nous vivons.

Zee se leva et baisa son père sur les tempes, en disant avec un sourire :

– La langue d’une Gy est légère, mais l’amour peut la lier. Et, mon père, si tu crains qu’un mot de toi ou de moi puisse exposer l’État au danger, par le désir d’explorer un monde inconnu, une vague du vril, convenablement arrangée, n’effacera-t-elle pas de notre mémoire ce que l’étranger nous a dit ?

– Qu’est-ce que le vril ? demandai-je.

Là-dessus Zee commença une explication dont je compris fort peu de chose, car il n’y a dans aucune langue que je connaisse aucun mot qui soit synonyme de vril. Je l’appellerais électricité, si ce n’est qu’il embrasse dans ses branches nombreuses d’autres forces de la nature, auxquelles, dans nos nomenclatures scientifiques, on assigne différents noms, tels que magnétisme, galvanisme, etc. Ces peuples croient avoir trouvé dans le vril l’unité des agents naturels, unité que beaucoup de philosophes terrestres ont soupçonnée et dont Faraday parle sous le nom plus réservé de corrélation.

« Je suis depuis longtemps d’avis, dit cet illustre expérimentateur, et mon opinion est devenue presque une conviction commune, je crois, à beaucoup d’autres amis des sciences naturelles, que les formes variées sous lesquelles les forces de la matière nous sont manifestées ont une commune origine ; ou, en d’autres termes, qu’elles sont en corrélation directe et dans une dépendance mutuelle, de sorte qu’elles sont pour ainsi dire convertibles les unes dans les autres, et que leur action peut être ramenée à une commune mesure, à un équivalent commun. »

Les philosophes souterrains affirment que par l’effet du vril, que Faraday appellerait peut-être le magnétisme atmosphérique, ils ont une influence sur les variations de la température, ou, en langage vulgaire, sur le temps ; que par d’autres effets, voisins de ceux qu’on attribue au mesmérisme, à l’électro-biologie, à la force odique, etc., mais appliqués scientifiquement par des conducteurs de vril, ils peuvent exercer sur les esprits et les corps animaux ou végétaux un pouvoir qui dépasse tous les contes fantastiques de nos rêveurs.

Ils donnent à tous ces effets le nom commun de vril.

Zee me demanda si, dans mon monde, on ne savait pas que toutes les facultés de l’esprit peuvent être surexcitées à un point dont on n’a pas l’idée pendant la veille, au moyen de l’extase ou vision, pendant laquelle les pensées d’un cerveau peuvent être transmises à un autre et les connaissances s’échanger ainsi rapidement. Je répondis qu’on racontait parmi nous des histoires relatives à ces extases ou visions, que j’en avais beaucoup entendu parler et que j’avais vu quelque chose de la façon dont on les produisait artificiellement, par exemple, dans la clairvoyance magnétique ; mais que ces expériences étaient tombées dans l’oubli ou dans le mépris, en partie à cause des impostures grossières auxquelles elles donnaient lieu, en partie, parce que, même quand les effets sur certaines constitutions anormales se produisaient sans charlatanisme, cependant lorsqu’on les examinait de près et qu’on les analysait, les résultats en étaient peu satisfaisants ; qu’on ne pouvait s’y appuyer pour établir un système de connaissances vraies, ou s’en servir dans un but pratique ; de plus, que ces expériences étaient dangereuses pour les personnes crédules par les superstitions qu’elles tendaient à faire naître.

Zee écouta ma réponse avec une attention pleine de bonté et me dit que des exemples semblables de tromperie et de crédulité avaient été fréquents dans leurs expériences scientifiques, quand la science était encore dans l’enfance, alors qu’on redoutait les propriétés du vril, mais qu’elle réservait une discussion plus approfondie de ce sujet pour le moment où je serais plus en état d’y prendre part. Elle se contenta d’ajouter que c’était par le moyen du vril, tandis que j’avais été mis en extase, qu’on m’avait enseigné les rudiments de leur langue ; et que son père et elle, qui, seuls de la famille, s’étaient donné la peine de surveiller l’expérience, avaient acquis ainsi une connaissance plus grande de ma langue, que moi de la leur ; d’abord parce que ma langue était beaucoup plus simple que la leur et comprenait bien moins d’idées complexes ; et ensuite parce que leur organisation était, grâce à une culture héréditaire, beaucoup plus souple que la mienne et plus capable d’acquérir promptement des connaissances.

Dans mon for intérieur, je doutai de cette dernière assertion ; car ayant eu au cours d’une vie très active l’occasion d’aiguiser mon esprit, soit chez moi, soit dans mes voyages, je ne pouvais admettre que mon système cérébral fût plus lent que celui de gens qui avaient passé toute leur vie à la clarté des lampes.

Pendant que je faisais cette réflexion, Zee dirigea tranquillement son index vers mon front et m’endormit.

Chapitre 8

En m’éveillant, je vis à côté de mon lit l’enfant qui avait apporté la corde et les grappins dans l’édifice où l’on m’avait fait entrer d’abord, et qui, comme je l’appris plus tard, était la résidence du magistrat principal de la tribu.

L’enfant, dont le nom était Taë, prononcez Tarēē, était le fils aîné du magistrat. Je m’aperçus que pendant mon dernier sommeil, ou plutôt ma dernière extase, j’avais fait plus de progrès dans la langue du pays et que je pouvais causer avec une facilité relative. Cet enfant était singulièrement beau, même pour la belle race à laquelle il appartenait ; il avait l’air très viril pour son âge, et l’expression de sa physionomie était plus vive et plus énergique que celle que j’avais remarquée sur les figures sereines et calmes des hommes. Il m’apportait les tablettes sur lesquelles j’avais dessiné ma descente et où j’avais aussi esquissé la tête du monstre qui m’avait fait quitter le cadavre de mon ami. En me montrant cette portion du dessin, Taë m’adressa quelques questions sur la taille et la forme du monstre, et sur la caverne ou gouffre dont il était sorti.

L’intérêt qu’il prenait à mes réponses semblait assez sérieux pour le détourner quelque temps de toute curiosité sur ma personne et mes antécédents. Mais à mon grand embarras, car je me souvenais de la parole donnée à mon hôte, il me demanda d’où je venais. À cet instant même, Zee entra heureusement et entendit sa question.

– Taë, lui dit-elle, donne à notre hôte tous les renseignements qu’il te demandera, mais ne lui en demande aucun en retour. Lui demander qui il est, d’où il vient, ou pourquoi il est ici, serait manquer à la loi que mon père a établie pour cette maison.

– C’est bien, dit Taë, posant sa main sur son cœur.

À partir de ce moment, cet enfant, avec lequel je me liai très intimement, ne m’adressa jamais une seule des questions ainsi interdites.

Aller vers la partie 4

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

MilenaVous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Recherchez sur le réseau

Articles Phares