A la Une Désinfo

Qu’en est-il du Pape François ?

Publication de la Société des Archalchimistes

Faisant suite à une lecture de plus allant alimenter le fleuve sombre que représente les arguments présentant le Pape François comme le collaborateur de la Cabale qu’il faudrait déjouer, ou mieux, abattre absolument, nous avons décidé de prendre la plume et donner enfin un autre son de cloche: non celui de ce en quoi nous croyons, mais ce que nous savons nous-mêmes de cette histoire.

Comme d’habitude, nous ne pouvons pas tout révéler, mais les arguments pouvant l’être ne manqueront sans doute pas de nous permettre d’exposer les faits tels qu’ils sont toujours soit ignorés, soit occultés.

Il nous faut tout d’abord avouer avoir, même indirectement, contribué à l’élaboration du plan visant son élection in fine. Nous savions parfaitement à quelle position l’Église souhaitait accéder et ce qu’il fallait faire pour représenter à leurs yeux le candidat idéal au Trône de Pierre (un peu comme le Trône de Fer, mais en pire) pour y accéder et servir les intérêt des pontes du Catholicisme.

Le Dragon Blanc ayant joué un rôle important dans l’abdication de Benoît XVI, nous avions alors champ libre préalablement annoncé pour faire entrer notre homme en scène.

Son point fort à ce titre était son appartenance à l’Ordre de la Compagnie de Jésus fondé par Saint (paraît-il) Ignace de Loyola, dont les membres sont plus communément appelés les « Jésuites ». Il est vrai que cet ordre est un ordre de pouvoir et de savoir, ayant toujours intrigué autant qu’il l’a pu afin de se saisir du maximum de… parts de marché de la spiritualité, mais aussi de pouvoir politique et d’influences.

Sans entrer dans trop de détails fastidieux, disons que notre homme, Jorge M. Bergoglio à l’État Civil, est entré en religion après une jeunesse particulièrement festive, du fait d’une réelle vocation et suite à une sérieuse prise de conscience. Son choix s’est tourné vers les Jésuites parce que cet ordre représentait l’opportunité, et l’espoir surtout, de pouvoir avancer plus loin que pourrait jamais le lui permettre un ordre contemplatif.

S’il devait n’y avoir qu’un seul homme juste et bon et qui pourtant appartienne à un des ordres religieux les plus sombres, et qui pourtant ne s’en soit pas enfui comme toutes les âmes valeureuses s’enfuient toujours des milieux qui leur sont défavorables au lieu d’y maintenir leur position en héros, c’était bien lui!

Ayant fini par consacrer sa vie de religieux à l’aide à apporter aux miséreux de Buenos Aires au vu du peu d’avenir que lui promettait ses choix initiaux au sein de l’Église, cet homme, effectivement réincarnation de François d’Assise comme certains l’ont pressenti, était le candidat idéal pour leurrer les tenants de la direction occulte du Vatican pour les conduire à élire un chef qui pourrait, selon leur appréciation et leurs espoirs, se montrer le digne successeur de Benoît XVI en tant que nouveau chantre des lignes de conduite prophétiques du Nouvel Ordre Mondial dans son plan visant la mise en esclavage définitive de l’Humanité. En outre, les accusations portées contre François pour une soit-disant collaboration au régime de Pinochet (ce qui est faux), rejoignait pour la plus grande joie des Prélats les accusations portées contre Benoît XVI de collaboration au régime NAZI en Allemagne (ce qui est vrai).

Mais le Vatican a vite déchanté face au calibre du personnage.

Il lui était impossible de le destituer, les nombreuses tentatives internes visant à le supprimer comme ils l’ont fait pour Jean-Paul Ier se sont toutes soldées par un échec, en grande partie grâce au travail de nos agents infiltrés au Vatican, la seule échappatoire pour l’autorité vaticane était l’instauration lente et sournoise d’une campagne de discrédit.

Nous sommes nous-mêmes intervenus de façon à l’inciter à ne pas s’installer dans les appartements papaux, mais à l’extérieur de l’enceinte-même, dans les appartements hôteliers destinés aux visiteurs, et de changer le plus régulièrement possible de chambre, tout en lavant lui-même et autant que possible tout ce qu’il pouvait se permettre de ne pas remettre aux services de teinturerie du Vatican, et par là même de contrôler soigneusement tout ce qui lui était ainsi rendu une fois nettoyé et passé entre les mains de qui ne pouvait être surveillées. Idem pour la nourriture qu’on lui sert. Il est contraint de vivre cette vie-là depuis 2013 et la fatigue se fait sentir, sans pour autant qu’il abandonne son apostolat ni sa mission.

Nous échangeons régulièrement des entretiens confidentiels au rythme d’une fois par trimestre en moyenne, et chaque fois ses propos sont identiques, témoignant de son inquiétude quant à ses chances de rester en vie. Les multiples tentatives de meurtre déjouées, ne font pas que le rassurer. Néanmoins nous avons un besoin essentiel qu’il tienne ferme sa position jusqu’au moment du basculement, où là seulement il pourra être extrait du Vatican afin de le soustraire enfin au risque permanent de subir la vindicte des Prélats, eux ralliés, en effet, à Lucifer, du moins pour l’immense majorité d’entre eux, les exceptions n’étant pas légion.

Mais en attendant, son assimilation au plan de l’Ennemi est savamment planifiée et orchestrée par les chantres du N.O.M., et puissamment entretenue par la presse alternative sensée être libre (on se le demande au jour d’aujourd’hui).

Faire passer une idée en force au sein du peuple est l’enfance de l’art pour les manipulateurs du pouvoir, quel qu’il soit, mais ralliés à la Cabale et dont font partie les barons du Vatican.

« Ce qui caractérise vraiment l’époque présente est plutôt une décroissance de l’influence réelle de la collectivité sur la vie publique ; ils (les gens, les peuples; NDLR) deviennent plutôt des instruments dociles dans les mains des dictateurs et même des usurpateurs qui, en se servant d’un côté d’une connaissance plus ou moins intuitive des lois de la psychologie et d’autre part en disposant de formidables moyens techniques dont l’État moderne dispose à présent, et n’étant empêchés par aucun scrupule moral, exercent sur les individus qui forment un peuple, une action efficace que nous avons présentée comme un véritable viol psychique.

Autrement dit, ces individus sont sans arrêt violés au niveau psychique. Il est normal que, de temps en temps, ils soient obligés de recourir à des manifestations tapageuses, où ils exploitent et déchaînent les formes inhérentes des masses. » (Serghei Ceahotin, in « Le viol des masses par la propagande politique »).

« Si un réflexe conditionné (pour les besoins de notre exemple nous parlons ici de la diabolisation du Pape; NDLR) n’est pas « renouvelé » de temps en temps, il perd de son efficacité. Il est alors nécessaire que des événements extérieurs (c’est pourquoi les « chocs du futur » ont été créés) déterminent la réapparition du sentiment de peur, d’exaltation ou même de désorientation, pour que la chaîne avec laquelle ces « esclaves psychiques » étaient attachés auparavant, se resserre encore davantage. » (en substance; source commentaire: « Les crises artificielles et les « chocs du futur »). Le principe est exactement celui-là. La Cabale s’ingère puissamment jusque dans la manière de penser et exerce son influence afin de faire et défaire insidieusement jusqu’aux opinions les plus intimes via les médias (télévision en tête mais aussi l’Internet désormais).

Le financement du Vatican par George Soros, pseudonyme autolégalisé de Monsieur György Schwartz qui se prend pour un dieu comme tous les « gens » de son acabit, et les différentes manipulations du discours compassionnel du Pape pour le faire correspondre aux orientations de choix des milliardaires dégénérés, est une réalité avérée.

« Wikileaks a livré le compte-rendu d’une réunion du bureau de l’Open Society (fondation de George Soros) à New York en mai 2015. On y apprend que, dans le cadre de la préparation du voyage du pape aux Etats-Unis, l’Open Society travaille avec l’un des principaux conseillers pontificaux, le cardinal Oscar Rodriguez Maradiaga.

Le document ajoute que l’objectif est « en apportant notre soutien à PICO et à ses activités, de pousser le pape à se prononcer sur les questions d’économie et de justice raciale, y compris en utilisant l’influence du cardinal Rodriguez, proche conseiller du pape, et par l’envoi d’une délégation au Vatican au printemps ou à l’été ». » (source commentaire: Medias-Presse.info, article « Comment Georges Soros fait du pape François un agent du Nouvel Ordre Mondial »).

A ce titre le Pape était très attendu aux États-Unis par la Cabale.

D’autres choses encore devaient être dites, abordant des sujets dont personne n’a eu vent. Son discours fut pourtant d’une fadeur et d’une banalité exemplaire, laissant les Catholiques américains entre autre, mais surtout l’Ennemi, sur leur faim!

L’appui de l’immensité du peuple des humbles, loin des affaires de pouvoir et d’intérêts, est une réalité, mais le désir de diabolisation du Pape par l’appareil d’État vatican et les diverses articulations du N.O.M. en est une aussi, particulièrement féroce.

Notre but à la base était de tromper les Prélats afin de faire élire contre leur attente un pape qui puisse noyauter efficacement l’Église sans jamais se rallier à eux, ce qu’il a fait. Pour détruire une pomme sans en avoir l’air, le ver infiltré est encore le meilleur moyen. Détruire l’Église ne veut pas dire saboter les valeurs compassionnelles qu’elle véhicule et qu’il défend d’ailleurs à titre personnel. C’est détruire l’institution vendue à l’Ennemi depuis des siècles, que les Catholiques en soient conscients ou non. Il est légendaire que les premiers à se soulever contre la suppression effective des chaines des esclaves, ce sont les esclaves eux-mêmes.

En tant que Jésuite, le Pape aurait vraiment dû être un pilier des plans de la Cabale, mais cette confiance de son ordre en sa docilité (le Pape étant sensé devoir obéissance au Pape « Noir » occulte, d’autant plus appartenant à son propre ordre) a été déjouée, en même temps que les plans de la Cabale, par son cœur pur, tout comme Poutine, du moins sa copie de remplacement, la version initiale ayant été éliminée par la Cabale elle-même le trouvant trop peu docile -cruciale erreur.

Le Pape François et Vladimir Poutine ont actuellement cela en commun: l’un et l’autre sont traitres au N.O.M. (selon les propos de Jacob Rothschild du moins à l’égard de Poutine).

Ne pouvant manipuler François comme prévu, l’ensemble du camp ennemi tente de le faire passer pour ce qu’il voulait qu’il soit.

Il n’est suivi ni par l’institution religieuse qu’est l’Église, ni par le pouvoir politique et (plus ou moins) financier qu’elle représente (depuis l’assainissement des comptes de la Banque du Vatican où chaque chef d’État rallié à la Cabale y a ouvert en principe un compte personnel), ni par l’establishment de quelque bord qu’il soit. Il n’est surtout suivi par personne dans ses multiples tentatives de réformer cette Église à la dérive et fondée sur des élucubrations et contre-vérités instituées depuis si longtemps qu’elles en sont devenues des institutions elles-mêmes au même titre que l’Église qui s’est bâtie puis consolidée sur elles. Dans ses tentatives plus ou moins fructueuses, le Pape François est soit considéré comme fou, soit comme « anti-catholique » (voir comme l’antéchrist, l’idée a du moins été lancée), corroborant implicitement son pseudo-attachement au N.O.M. avec dit-on pour objectif la destruction finale du Catholicisme au profit du culte de Lucifer auquel remettre l’ensemble des âmes catholiques.

A ce titre, des vidéos circulent sur le net en annonçant ouvertement le culte à Lucifer rendu par le Pape François… « preuve à l’appui ».

En l’occurrence cette vidéo filmée à l’occasion de la messe solennelle de Pâques où se déroulait alors des ordinations dans ce qui est semble être Saint-Pierre de Rome, avec en sous-titres la traduction du texte en Latin où effectivement, il est rendu un hommage à Lucifer! Il est en effet consternant de faire l’indubitable constat que le rite catholique romain inclut effectivement le salut de Lucifer comme père du Christ, quoi que ce texte est à l’origine symbolique, Vesper et Lucifer sont les noms de la planète Vénus respectivement attribués le matin et le soir dans la Grèce antique, quoi que cela n’excuse rien.

Mais là où la vidéo sous-titre en Français « Le pape invoque Lucifer en plein culte au Vatican », ce n’est toujours pas le Pape François qui entonne cette invocation, conduite par un prêtre tout simplement. Le titre de la vidéo est sciemment mensonger puisqu’il désigne expressément le Pape François comme rendant ce culte à titre personnel, comptant sur l’effet de consternation face à la traduction du texte pour faire oublier que le Pape ne figure pas sur cette vidéo.

Dire que le Vatican rend un culte à Lucifer, ça c’est une évidence absolue.

Dire que le Pape est le chef de l’Église, aussi (officiellement, les chefs d’État ne sont jamais ceux qui tirent les ficelles du pays, tout le monde sait ça).

Maintenant dire que pour cela le Pape rend un culte à Lucifer, c’est de l’amalgame volontairement discriminatoire et diffamatoire.

Il est également bien facile de reprocher au Pape ce que sont les rituels de l’Église. Et lancer au peuple les vérités cachées sur les cultes sataniques du Vatican le ferait enfermer et décevrait le milliard de Catholiques totalement incrédules.

Que ceux qui dénoncent le Pape commencent eux-mêmes à descendre dans la rue pour dénoncer à haute et intelligible voix ce qu’ils pensent du système plutôt que se cacher derrière un site Internet en pointant le doigt pour juger sans savoir, et nous verrons s’ils se feront longtemps la voix de la vérité.

Le Pape François a en effet commis des erreurs sur lesquelles nous avons considérablement attiré son attention afin de lui éviter de tendre à ses ennemis un bâton pour se faire battre; les photo-montages étant suffisamment courants sur le net pour qu’il ne donne pas lui-même aux médias d’autres occasions de le harponner. Mais qui est exempt de toute erreur, surtout lorsque la pression est permanente et les pièges comportementaux tendus sans relâche?

A son élection, François a défroqué quatre cents prêtres pédophiles !

Maintenant il se contente de défendre notre thèse, à savoir le non-rejet, et la conciliation des opposés complémentaires, là où nombre de fonctionnaires de l’Église entretiennent une pensée chaotique parce qu’ils sont payés par la Cabale pour le faire, notamment aux ordres du « Pape noir » (qui n’est donc pas François au cas où un doute persisterait), ainsi qu’à ceux, quelque part, de l’ex-Benoît XVI, lui, effectivement ténor du N.O.M. sans que jamais ou presque la presse alternative en ait fait écho si ce n’est pour casser du « Catho » en masse et sans discernement.

Il est donc devenu de bon ton de prêter à François la paternité où le partage inconditionnel des arguments chaotiques de ses cardinaux, archevêques, ou évêques, ceux-ci allant bon train dans leurs discours sachant que c’est leur Pape qui se prendra la charge finale… avec l’appui de la presse alternative, plus active en contexte que la presse « mainstream » pour valoriser les intentions de la Cabale et en transmettre les contre valeurs.

Parce qu’il est dit (où est la preuve?) que Monseigneur Raul Vera, évêque de Saltillo au Mexique, est « l’ami » du Pape François, ces paroles de l’évêque sont directement imputées au souverain pontife en termes de responsabilité ou au moins de co-responsabilité: « les homosexuels sont les sauveurs de l’Église », ayant de même fait publier, nous citons: « la lettre enflammée d’un homosexuel pour son compagnon la jugeant (Mgr Raul Vera; NDLR) comme un « document très précieux pour la famille qu’il a formé avec son mari », évoquant même un texte « prophétique »! » (source: http://medias-catholique.info).

« AMI, IE, subst.

I.− [Correspond à l’emploi passif et souvent aussi actif du verbe aimer, la réciprocité étant envisagée ou possible] Personne qui de la part d’une autre est l’objet d’un attachement privilégié; celui, celle qu’on aime et/ou qui aime. » (Le Trésor de la Langue Française)

Qui est allé vérifier les véritables sentiments des deux hommes l’un envers l’autre, au-delà de ce qui est affirmé au vu de leurs vies publiques respectives?

La question homosexuelle est extrêmement épineuse, là aussi introduite de façon méthodique sur le devant de la scène par la Cabale au nez et à la barbe des homosexuels eux-mêmes; épineuse car à la fois engageant la valeur humaine et d’autre part les questions d’ordre « moral » dans un contexte aussi étriqué que celui de la religion, et de l’Église Catholique Romaine qui plus est.

Là où l’un annonce son non-rejet des homosexuels en tant qu’individus en droit de se voir offrir, comme tout un chacun, la parole et la présence de Dieu s’ils la recherchent, l’autre plébiscite la substitution chaotique de l’homosexualité en tant que phénomène social, aux valeurs familiales (d’ailleurs à l’origine elles-mêmes instituées de façon forcenée par la Cabale) constituée d’une bipolarité équilibrée et créatrice (ce qui est « mathématiquement », du moins énergétiquement et biologiquement impossible à une relation unipolaire).

Et nous avons-là du pain béni à l’usage des médias qui en feront leur choux gras pour fustiger le Chef de l’Église face à des propos détournés et sortis de leur contexte de façon systématique, méthodique, et stratégique.

Peu ou pas suivi par la presse catholique elle-même, François ne peut aller si loin qu’il le souhaiterait car il risque toujours, malgré l’appui du peuple, un procès en destitution pour abjuration des fondements de l’Église et du Droit Canon, le reléguant alors au rang « d’antipape », ce qui a d’ailleurs déjà été fait à son endroit de manière implicite. Mis ainsi hors d’état de nuire au N.O.M. auquel il mène quand même la vie dure à son niveau quoi qu’on en dise, tout comme en mourant sous les balles ou par le poison, il ne servirait alors plus à rien, comme tout héros mort qui se respecte, pour cette cause précisément de réunification globale sous une bannière d’Unité sous laquelle et par laquelle tous pourront se reconnaître légitimement, fédérant les peuples et les nations avec conservation des cultures, us et coutumes (à condition bien sûr qu’elles ne soient jamais ni en rien sources de quelque souffrances).

Ca paraît utopique dit comme ça n’est-ce pas?

Et pourtant. Notre monde ne survivra qu’à cette seule et unique condition, quel qu’en soit le rythme de progression, donc autant s’y préparer. Même le plébiscite de cette Unité si chère à l’Archimagistère est officiellement considérée comme la preuve de son appartenance à la Cabale sous prétexte de Gouvernement Unique propre au N.O.M., alors qu’il ne s’agit ni de gouvernement ni de despotisme, mais de leur opposé total.

Là où certains voudraient faire passer la valeur de l’Unité pour un principe luciférien ou équivalent, que chacun se souvienne que tous les ennemis du genre humain ont toujours assis leur pouvoir sur autrui par l’emploi de la division et non de l’Unité, rendu capable de régner en seigneurs et maîtres en suivant l’illustre proverbe romain (justement) cher à leur cœur: « Diviser pour mieux régner ». Celui qui unifie ne peut régner. Il ne peut qu’Aimer!

Ainsi le pape doit impérativement s’aligner un minimum sur les canons de l’Église et faire bonne figure afin de ne pas la prendre de front, ce dont se sert la Cabale pour le désigner aux yeux de tous comme collaborant avec elle à son propre plan.

En contrepartie il peut le plus finement possible se montrer le réformateur que nous attendons de lui, ce dont se sert la Cabale pour le montrer opposé à l’Église, donc servant les intérêts de Lucifer…! C’est une position sans solution où quoi qu’il entreprenne, il sera toujours désigné comme le mouton noir. C’est une position infiniment épineuse où, en définitive, il se retrouve absolument seul en termes d’influence qui lui serait favorable et dont il est cruellement départi, hormis par la nôtre, mais officiellement inexistante… et pourtant.

Toute la presse alternative ou presque suit le mouvement de la pensée unique instaurée par la Cabale.

Il convient de se demander s’il reste encore un bastion de discernement au milieu des thèses et antithèses, des ascensionnés en orbite autour de la Terre et du débarquement des méchants E.T. en lequel la Cabale veut plus que tout au monde que le maximum de gens puisse croire pour justifier une vraie-fausse guerre nucléaire contre un ennemi créé de toute pièce.

Il convient de se demander comment il se fait que toutes les théories macabres ou abracadabrantes, toutes les alertes, toutes les soit-disant prophéties lancées par la Cabale, sont systématiquement reprises par la presse alternative qui s’en fait l’écho comme un seul homme, et plus l’ânerie est énorme, plus l’info est universellement relayée.

Il convient, enfin, de se demander si ce milieu d’une pensée sensée être libre, comme tous les autres au presque n’a pas été infiltré par l’Ennemi pour pouvoir manipuler à loisir des esprits crédules et perdre les foules au milieu de tout et n’importe quoi et leurs exacts contraires, en les menant de Charybde en Scylla, et alternativement le contraire…

http://octp-news.blogspot.co.il/
Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source et le site: http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2016/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

MilenaVous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don libre par PayPal ou autre.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Enseignants d’humanité

enfants-abraham-bannierrre

Recherchez sur le réseau

Articles Phares

Les + partagés cette année