A la Une Champs Akashiques L'Hologramme Miléna@OR

Nous sommes involontairement soumis à la théorie des ensembles

par Miléna

théorie ensemblesLa théorie des ensembles explique les notions d’ensemble et d’appartenance, à partir desquelles se construisent et se reconstruisent les fonctions individuelles, les relations, les concepts relatifs et rationnels, les situations complexes etc…

C’est pourquoi la théorie des ensembles est considérée en mathématique comme une théorie fondamentale…

D.ieu existe dans le monde des mathématiques. Tout n’est que géométries informationnelles, à partir desquelles nous pouvons contempler à la fois le fond et la forme de tout ce qui nous est montré, puisque nous le vivons et pour la plupart, nous y croyons.

Mais nous savons aujourd’hui que « théoriquement », nous pouvons tout changer, mais qu’est-ce qui nous freine ?

Le secret de la théorie fondamentale : Yesod

La kabbale nous offre par le dévoilement de la structure de l’arbre des séphiroth, la possibilité de changer notre relation au monde, et ainsi changer notre monde, par la connaissance des attributs divins par lesquels nous fonctionnons.

L’énergie créatrice ne peut naître que de la fusion de deux principes, féminin et masculin, et cette fusion émane de la séphira Yesod : le fondement de toute vie.

Yesod n’est en aucun cas un lieu de délice prévu pour se reposer sans effort, à l’opposé de la facilité, Yesod est le lieu de toutes les tentations, dernier rempart avant d’accéder à la Royauté offerte par Malkhout.

« Si l’on garde à l’esprit que le Yod représente Yad, la main, nous voyons que le mot Yesod est la main, Yad, sur le Secret, Sod. Yesod est donc la fondation qui représente la fusion de tous les opposés qui se mêlent et dont l’union les fait passer à une nouvelle dimension ».

Voici ce que nous explique le kabbaliste Spartakus FreeMann, nous faisant ainsi comprendre que la main qui peut guérir ou tuer, cache un invisible réseau de figures géométriques qui vont définir le monde à venir que nous aurons perpétué.

Yesod est à la fois fertile, mystérieux et maléfique, ce qui fera dire à Omraam Michael Aïvanhov :

« Il est d’abord une expérience que fait l’être humain durant sa vie terrestre. Mais au moment de la mort, quand l’âme quitte le corps physique, même si elle n’a aucun crime à expier, avant d’atteindre ces régions que l’on appelle le paradis et où vivent les élus, elle passe par l’enfer, cette région qui, dans l’Arbre séphirotique, est représentée par la partie inférieure de Iésod, la sphère de la Lune ».

Le juste réside en Yesod

La séphira Yesod, située sur le pilier de la conscience, est la dernière étape avant la matérialisation. C’est le lieu de l’interface entre la conscience et le réel. Yesod est représenté par Yossef, le fils de Yaakov.

La compréhension de Yesod permet de saisir comment la conscience peut agir sur le monde réel (et inversement, comment le réel est perçu par la conscience). La création franchit alors le dernier voile, celui de l’initiation, et peut se matérialiser en Malkhout : le Royaume.

Yesod est donc le Centre qui produit la Réalité Matérielle, il transmet les informations en provenance de la Conscience Supérieure Tiphereth vers le Monde Physique et vice versa.

Tiphereth est représenté par le patriarche Yaakov qui devint Israël après son combat avec l’ange de Essav. Cela nous renseigne sur la nature de la Conscience supérieure : Israël ou yachar EL (direct vers D.ieu). Lorsque celui qui la porte est un guerrier de Lumière qui se bat contre l’ange de la mort pour revenir dans le monde de la Vie qui est Emeth (Vérité), il devient compréhensible que le but de ce combat est de « ne plus exister tel un mort vivant ».

Comme il est dit : « elleh toldot Yaakov Yossef » (tous les engendrements de Jacob sont ceux de Joseph), de la façon dont tu vas conduire ton centre Yesod (Joseph), dépend le nom que prendra ton centre Tiphereth (Jacob/Israël).

Pourquoi ça se passe comme ça ?

Parce que notre psyché fonctionne comme un univers miroir, et cela est le Tzelem.

Au sein de cet univers habitent des êtres qui nous manipulent d’un coté ou de l’autre et qui fonctionnent telle une assemblée, un peu comme à la Knesset où chacun a son droit de vote influencé par son libre-arbitre. Mais avec une grande différence, c’est que les entités qui siègent dans cette assemblée n’ont pas de libre-arbitre et sont totalement soumis aux actions passées de l’humanité. Pour changer la nature de leur vote, nous devons opérer une restriction sur ce qui est pour nous, devenu une habitude.

Pourquoi ?

Poussés par le désir de nous contenter, nous avons créé des formes géométriques, et cela s’est fait depuis que le monde est monde et que le premier Adam fut créé, puisque nous portons en notre ADN, la totalité des habitudes perpétuées par notre lignée.

L’humanité dans son ensemble créé par ses attitudes, ses pensées, une matrice à laquelle nous sommes tout à chacun soumis jusqu’à une certaine limite, celle de notre volonté personnelle. Par cette volonté, ou intention, nous avons la possibilité d’agir sur ce monde et le bénéfice se verra appliqué dans tous les mondes, le notre et l’autre monde de l’au delà. Mais ce n’est pas si simple, car l’univers miroir est le lieu de la complexité.

Nous sommes venus dans ce monde pour guérir notre lignée. Et pas seulement la lignée ascendante mais également, la lignée descendante, car ce que nous accomplissons se répercute au delà du temps, dans le monde supraluminique où avant et après sont sur le même plan.

C’est ainsi que lorsque nous accomplissons les 613 mitsvot , les actes quotidiens qui attirent la kedoucha (sainteté), nous ouvrons la porte de ce monde pour y faire s’établir le germe de la délivrance. Cela se passe d’une manière très simple:

Nous faisons descendre notre « volonté » jusqu’au « grain de sénévé »…., l’atome parfait de notre âme non incarnée: la Yeh’ida.

Notre âme est composée de cinq partie :

  • Le Nefesh (5)
  • Le Rouah’ (4)
  • La Neshamah (3)
  • La H’ayah (2)
  • La Yeh’ida (1)

Autour de la Yeh’ida s’emboitent les unes dans les autres, comme des poupées russes, reliée les unes aux autres, dans l’ordre cité ci-dessus.

Ainsi ce que nous croyons être « notre âme une et indivisible » se compose de plusieurs parts qui s’agglomèrent en un niveau et se superposent en plusieurs niveaux, pour créer un individu qui vit dans une totale confusion d’unité tout en étant véritablement « Un » au sein de cette diversité.

La partie la plus extérieure: le nefesh, émet un rayonnement qui est à l’origine de ce monde (le olam hazé). Ce rayonnement se diffuse en 7 dimensions et chacune d’elles est gardée par un « gardien du seuil », un gardien du temps, et ce sont les Kerouvim.

Seule la prise de conscience de ce schéma peut expliquer les différentes personnalités qui nous composent. Le but de notre descente dans l’existence, dans ce monde, est tout simplement de récupérer ces morceaux afin de les lier. Tous ces morceaux sont des parties de ceux qui nous ont précédé, ils gardent leurs mémoires.

Pour comprendre ce que sont ces parties d’âme, regardez vos mains :

  • Le pouce c’est Nefesh
  • L’index c’est Rouah’
  • Le majeur c’est Neshama
  • L’annulaire c’est H’ayah
  • L’auriculaire c’est Yeh’ida

Nous avons tous un instrument qui permet de relier ce monde (le monde d’en bas) à l’autre monde (le monde d’en haut), cet instrument c’est le Tzelem (l’univers miroir). Là les choses se font à l’envers, dans l’autre sens, c’est à dire que ce monde est en haut et l’autre monde est en bas.

Lorsque nous appliquons une information à notre Nefesh, celle ci descend petit à petit vers la Yehida, en passant successivement par le Rouah’, la Neshamah, et la H’ayah. Puis lorsque l’information atteint la Yehida, elle est intégrée et remonte de nouveau, en passant successivement par la H’ayah, la Neshama, le Rouah’, et le Nefesh, pour s’exprimer dans ce monde en terme de miracle. C’est à dire que ce monde est transformé.

C’est cela le secret des mitsvot et c’est pourquoi il est dit dans la Torah : « naassé ve nishma » (fais et tu entendras).

La mitsva fonctionne comme une question (la lettre hé) et la Yeh’ida envoie sa réponse dans le « olam ha26 » (Tzelem) puis dans le olam ha zé (ce monde). C’est ainsi que l’on participe à l’avancement du olam haba (le monde à venir).

C’est la raison pour laquelle:

  • Avram rajoute un Hé à son nom et devient Avraham
  • Saraï change une lettre de son nom et devient Sarah ( le yod se transforme en Hé)

Car c’est par l’accomplissement de la mitsva que le D.ieu de la « religion » (religare) qui n’est pas de ce monde, devient le Roi de ce monde.

« A. Melech, A. Malach, A.imloch, leolam vaed » (Hachem est Roi, Hachem est puissance (Il a régné), Hachem règnera pour toute éternité). Il est Roi dans le présent et Il est « Puissance » dans le passé et Il règne à jamais dans le futur.

Lorsqu’on parle de passé on parle de « subconscient » (bien que cette appellation ne soit pas suffisante pour désigner la nature des éons), on parle aussi de Tzelem, car c’est en ce lieu de la complexité que se trouvent « les Puissances » (Malach’im, mal traduit par: anges et anges déchus).

Le Tzelem est directement en phase avec ce monde et c’est pourquoi l’univers miroir est directement responsable de l’accomplissement du miracle, car Il est dans son essence : « Tzelem Elohim », mais dans son rayonnement il est ce qu’on en a fait : la matrice, dont l’essence, la Divine matrice, nous est voilée.

Le Plan Divin subsiste, à nous de nous débrouiller pour « l’avancer », en sortant de la matrice que nous avons confectionnée tous ensemble, depuis des générations.

L’accomplissement de la mitsva créé un phénomène d’antigravité qui transforme l’information du monde de celui qui l’accomplit, en installant une vibration de kedousha (sainteté) qui va permettre à la Shekhinah (la Mère Divine) de sortir de son exil pour descendre dans ce monde.

Alors que se passe-t-il lorsque d’autres ne l’accomplissent pas ?

C’est là que la Vérité émerge, car il faut définitivement comprendre que nous sommes reliés en maison, en famille, en quartier, en ville, en pays, en planète, etc…. ce sont des micro mondes au sein de ce monde que nous pouvons constituer. La théorie des ensembles est le fondement mathématique de la création continue de D.ieu.

Etablir une « eklesia » dans notre Royaume

Pour aller au plus simple, voyons le cas de la maison : « baït en hébreu », qui, comme son nom l’indique est Beïth, la première lettre de la Torah, elle représente le microcosme (l’ensemble) au sein duquel la création peut se réaliser.

L’Unité de ce qu’on pourrait appeler l’assemblée des habitants du Tzelem, est régit selon le principe de la théorie des ensembles.C’est pourquoi nous devons bâtir une Eklesia, un Tabernacle….

C’est ce qui caractérise le 7ème jour, le jour du shabbat où chacun par son refus de collaborer à l’entropie, créé en son propre Tzelem, une assemblée qui sera solidaire de celle de l’autre. Et ce sont ces assemblées qui, ensemble, dans le même mouvement, sont appelées à construire le Tabernacle.

Voici le secret de l’arche d’alliance qui contenait l’information, engrammée et gardées par des « chérubins »….

Dans le même microcosme, dans la même maison, il ne peut y résider deux assemblées qui ne travaillent pas dans le même sens, qui ne pratiquent pas le même Tsimtsoum (restriction). Deux informations différentes sont envoyées, deux questions différentes qui vont donner deux réponses différentes qui vont se contrarier. Et cela est mathématique : plus par moins s’annule.

Lorsque dans le même microcosme ne règne qu’une seule assemblée où tous agissent dans le même sens avec la même intention de sainteté, où se pratique la même restriction, alors nous créons ensemble car : moins par moins égale plus et la kedousha (sainteté) va alors permettre à la shekhinah de venir habiter le Temple ainsi formé.

Cela est vrai pour la maison, pour le quartier, pour la ville, pour le pays, pour la planète, pour le système solaire.

Vous voyez donc pourquoi on a effacé le Shabbat du message de Jésus ! Ainsi les archons, les éons, ont pu obtenir un pseudo libre-arbitre, en se nourrissant de nos tentations.

A méditer ….

Miléna

 

 

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer l’auteur, la source et le site : http://www.elishean.fr/

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Elishean mag



Print Friendly, PDF & Email
Articles similaires

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Votre aide est importante…

MilenaVous appréciez mon travail et vous voulez soutenir ce site?

Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site en faisant un don sécurisé sur PayPal.

Même une somme minime sera la bienvenue, car je gère seule tous les sites du réseau Elishean/ les Hathor. Avec toute ma gratitude, Miléna

 

Recherchez sur le réseau

Articles Phares